La France songe à se doter d’une arme antisatellite basée sur la technologie dite « d’optique adaptative »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

27 contributions

  1. wagdoox dit :

    Voilà pour ceux qui pensait la France en retard tant dans l’espace que sur les lasers.

  2. Alain d dit :

    « une telle étude a été lancée il y a 4 ans »
    Oui, et avec un certain flou sur l’objectif de cette étude optique ! :>))
    On remercie donc Jean Yves Le Drian.
    « Mieux vaut prévenir que guérir »

    • Alain d dit :

      Depuis 2014, ces agités, russes et chinois, nous ont réveillé.
      Et l’ONERA, fait le job dans différents domaines.
      On doit donc remercier ces excités pour avoir relancer la R&D française, et bousculé l’Etat irresponsable, qui roupillait un peu trop, à compter ses euros !

  3. Carin dit :

    Ce que je trouve de vraiment intéressant dans ce nouveau produit, c’est qu’avec lui on peut supprimer la menace sans truffer l’espace de débris.. et dans ces conditions… avis aux petits malins qui envoient des satellites espions, en se cachant derrière le fait que la destruction de l’espion entraîne celle de l’espionné, ben c’est bientôt fini!!! Et tout ça avec les applaudissements de tous les signataires de la COP 21… y’a rien là ?

  4. Misare dit :

    Pour cette arme optique, il faudra donc avoir un ciel clair et une colocalisation avec le satellite et l’arme…
    Cette hypothétique arme est elle mobile? Dépends elle de GRAVE?

  5. Dagonlp dit :

    Prochaine étape : des armes laser pour détruire les soucoupes d’Independance Day

  6. lxm dit :

    Optique adaptative, donc en gros, c’est juste viser et compenser en fonction des couches atmosphériques qui vont dévier le rayon initial. C’est comme l’artillerie, on corrige les angles en fonction du résultat.

  7. themistocles dit :

    Il est bon de constater que la défense contribue à la recherche et au développement. Un tel résultat n`ayant été rendu possible que grace à l`application constante et opiniâtre ,pendant des années, du concept de budget militaire à financement adaptatif…

    • dompal dit :

      @ themistocles,
      J’adore votre charabia. Vous devriez vous lancer en politique, je suis sûr que vous seriez élu dès la prochaine élection !!! 🙂 🙂 🙂

      • themistocles dit :

        Charabia ? le français vous poserait-il problème ? A moins que je n’aie involontairement enfreint une quelconque règle grammaticale. Quant à la politique, j’ai beaucoup trop de respect pour un certain nombre de principes, tous incompatibles avec cette activité qui ne s’accommode d’aucun. Avant que vous ne réagissiez intempestivement, ces deux dernières phrases sont en français.

  8. vrai_chasseur dit :

    La technologie d’optique adaptative serait utile aussi pour les politiques.
    Ils y verraient plus clair sur la défense et son budget.

  9. Eric dit :

    Je suis un peu étonné de lire de telles contre-vérités dans un rapport parlementaire. L’optique adaptative est aujourd’hui utilisée sur tous les grands téléscopes, américains compris bien évidemment pour la bonne et simple raison qu’elle a été d’abord développée par les USA dans les années soixante : il s’agissait à l’époque de traquer les satellites russes. Ce sont les astronomes européens de l’ESO qui ont eu l’idée de l’utiliser pour améliorer la résolution des télescopes terrestres.
    Pour résumer le plus simplement possible, il s’agit de s’affranchir des turbulences crées par l’atmosphère terrestre en projetant une étoile artificielle au moyen d’un rayon laser, puis d’analyser en temps réel la déformation de son image. Le résultat de cette analyse est transmis, toujours en temps réel, au miroir primaire du télescope qui est alors déformé en conséquence au moyen d’actuateurs électroniques pour compenser les turbulences… et ce, plusieurs milliers de fois par seconde. Tout le monde comprend bien que tout autant que la maitrise du laser, c’est d’abord et avant tout celle du numérique et des algorythmes qui est vitale pour qu’un système de ce type fonctionne.
    Il y a maintenant près de quinze ans que la technique est utilisée par les astronomes, aucun télescope (et encore moins un télescope géant de plus de six mètres) n’est plus aujourd’hui envisageable sans elle. La question est de savoir comment elle permet de neutraliser un satellite en orbite ?

    • Carin dit :

      @eric
      Vous êtes sûr pour les américains inventeurs de cette technique??
      Je vous dit cela parce qu’il me semble que la technique s’appelle
      «  piezo » et ce mot me fait plus penser à un italien qu’a un américain!!

    • vrai_chasseur dit :

      @Eric
      En gros ce qu’ont compris les non-spécialistes comme moi, c’est que ça aide à bien pointer la boule vers le cochonnet.
      Le milieu étant le même -l’espace trans ou extra-atmosphérique- on peut imaginer que les méthodes de pointage actives vers une étoile, utilisées en astronomie pour améliorer la résolution, peuvent être appliquées à diriger une énergie cohérente (par exemple un faisceau laser) vers un satellite, avec une précision de pointage similaire.
      Ensuite, une fois bien pointé sur le satellite, le faisceau d’énergie fait son travail, c’est-à-dire qu’il va l’aveugler en « flashant » ses capteurs photosensibles.

    • Alexandre dit :

      « Nous travaillons sur une technologie dite d’optique adaptative. L’effet recherché n’est pas de détruire l’objet, mais de l’empêcher d’effectuer sa mission. En concentrant l’énergie sur la cible, on pourrait endommager les panneaux solaires d’un satellite ennemi, ou pénétrer par ses fenêtres optiques et l’éblouir »

      Le moyen pour neutraliser l’objet sera le laser, l’optique adaptative sera là pour l’aider à y parvenir. Je suppose que pour le moment sans cela nos scientifique ont du se rendre compte que ce n’est pas possible de viser précisément ( les fenetres optiques: j’imagine la taille du truc…) un objet de la taille d’un satellite qui manoeuvre dans l’orbite terrestre.

    • Pour Info dit :

      Sans optique adaptative le laser est dispersé, avec l’optique il est possible de focaliser toute l’énergie sur une petite surface et donc d’avoir un effet.
      Il faut quand même de la pattate au départ. 😉

    • John dit :

      Le but est de focaliser un maximum d’énergie sur la cible.
      Un laser est une sorte de faisceau lumineux où tous les photons ont la même longueur d’onde et ces ondes sont parfaitement parallèles.
      Si ces ondes se déforment, il est possible qu’elles s’annulent. Comme le but est de maximiser le niveau d’énergie, avoir cette technique adaptative permet d’avoir un maximum d’énergie atteignant la cible.
      Il faut bien voir qu’ici on parle pas de petits lasers. On parle de laser ayant une surface relativement importante au point d’impact.
      Et la technologie des miroirs existe déjà, donc il suffit de projeter le rayon sur un miroir qui se chargerait de gérer cette problématique…

  10. werf dit :

    La naïveté est grande chez nos politiques s’ils pensent pouvoir « désactiver », par quelque moyen que ce soit, les satellites militaires des « bad guys ». Il y a longtemps que ces satellites sont protégés et « durcis » contre toutes les menaces. En outre, il faudrait des satellites en orbite en nombre suffisant dotés d’une énergie nucléaire ce que la France s’interdit car elle respecte, pour l’instant, les traités.

    • John dit :

      Il est naïfs de penser qu’on peut tout protéger aussi…
      Les satellites ont le désavantage de ne pas pouvoir être réparés.
      Les panneaux solaires bien que relativement rustiques peuvent effectivement souffrir…
      Et la « force » du laser en réalité c’est l’instantanéité et la concentration d’énergie se transformant immédiatement en chaleur. Si cela est utilisé de nuit sur un satellite, la température en orbite est très basse. Et le faisceau crée énormément de chaleur (bien plus que le soleil) et peut créer un choc thermique (des contraintes internes au matériau qui atteignent le point de rupture).
      Les optiques sont relativement sensible et un excès de lumière peut les abîmer. L’énergie sur un panneau solaire peut potentiellement créer des surcharges électriques.
      Bref, ici on parle de scientifiques et de militaires. Les politiciens prennent une décision qui correspond à des capacités possibles… Ces armes coûtent aussi beaucoup moins cher, et sont plus sûres pour l’espace…

  11. Bloodasp dit :

    bah voilà on y vient, maintenant qu’on sait viser un satellite dans l’espace malgré les nuages, il n’y a plus qu’un pas vers le laser offensif, le second pas, intercepter des missiles, il faut juste un autre radar Grave plus puissant…J’ai comme l’impression qu’on ait bien plus avance qu’on veut bien le dire…Il s’est écoulé combien de temps entre l’annonce de Parly et cette publication de l’ONERA, 6 mois je crois…. Je sens qu’il va y avoir des annonces très bientôt sur le planeur hypersonique et le missile hypervéloce…

    • Thaurac dit :

       » il faut juste un autre radar Grave plus puissant »
      Déja les américains ont eu du souci avec celui qu’on a ….sur les petits satellites en orbite basse.

    • John dit :

      Le laser et l’observation de l’univers sont des domaines de la physique qui contribuent à cette possibilité.
      Pour ces autres armes, c’est du domaine purement militaire, avec moins d’éléments à reprendre de ce qui existe déjà…
      Donc pas sûr que cela soit sur le point d’être fait, mais pas impossible

  12. basstemp dit :

    Encore une preuve d’incompétence absolue de nos stratèges … Une arme a énergie dirigée est surtout une bonne garantie que les engins de l’ennemi pourront survivre et rester nuisible (voir mortels) pour nos satellites car que se soit par une politique ou on se concentrerait sur les capteurs optiques ou une politique ou on se concentre sur les panneaux solaires : Il existe des réponses simples pour l’ennemi

    Pour les capteurs optiques, c’est assez simple : L’ennemi n’aura alors besoin que de multiplier les capteurs et en mettre une partie en stand by sous caches optiques (protégés donc) qui prendront le relais sur ceux grillés et il leur suffira de simuler la mort de l’engin pour qu’on abandonne l’engin en tant que « cible » traquée et repartir au combat ou a la « mission » selon a quoi il est prévu …

    Concernant les panneaux solaires : N’as t’on donc rien appris de la guerre froide et d’épisodes comme des crash de satellites soviétiques secrets qui étaient dotés non pas de panneaux solaires mais de pile(s) a radio-isotopes au Pu238 ? Non manifestement nous n’avons rien appris depuis si nous ne sommes pas capable de comprendre qu’on aura potentiellement affaire a ce genre d »engins la ! Les américains le savent eux très bien car c’est sur leur territoire qu’un jour un satellite soviétique secret du genre tomba (par perte de controle il me semble ?) et polluera sévèrement la zone du crash par la destruction de la pile au Pu238 du fait de sa radio-activité très intense

    Alors je sais que nous ne sommes plus dans la grande période de la guerre froide ou la course aux armements nucléaires avait eu l’effet de produire de stocks importants de Pu238 en tant que radio-nucléide non désiré dans les processus mais accumulés car pouvant rendre tout de même service (la production de Pu239 en tant que combustible pour arme nuck impliquait un % de production de Pu238 … Ceci dit le Pu238 peut être produit par d’autres manières bien que spéciales a mettre en oeuvre via il me semble des réacteurs pilotés a lithium, évidemment quoiqu’il arrive les productions restent toujours très limités …)

    Je sais aussi que justement la plupart des engins civils a radio-isotopes envoyés dans l’espace ces dernières décennies avaient manifestement vidé le stock US accumulé par la production massive des années 60-70-80 en combustible militaire ! Au point que depuis la fin des années 2000 (2007-2008-2009) on ne cesse de lire des articles scientifique sur la provenance du Pu238 pour les piles civiles prévues pour diverses sondes & Rovers de la NASA (comme New Horizon par exemple, et aussi le rover Curiosity …) ou a chaque fois la communauté scientifique est un peu inquiète sur les stock US de Pu238 et donc la nécessité d’envisager de devoir en réclamer a la Russie qui avait un très grand stock pour les mêmes raisons militaires que les USA elle aussi dont une partie a été utilisé pour des sats secrets dans les années 80 de manière sure & certaine (l’un d’eux s’est crashé sur le territoire US donc c’est sur !)

    Et a chaque fois malgré les inquiétudes qui en disent long sur un stock US qui serait devenu officieusement inexistant, les USA en sortent quand même de derrière les fagots (du Pu238 pour pile …) sans apporter + de précisions que cela sur sa provenance ! Possibilité donc que les USA soient contraint d’en acheter a la Russie de façon discrète pour assurer ses missions civiles

    Ce qui va dans le sens d’un stock mondial très bas concernant le Pu238 et devenu un matériau pour pile a radio-isotope très rare et donc recherché ! Mais on a pas la moindre donnée sur la Chine dans ce domaine … On a pas la moindre donnée il me semble concernant la production officielle de la Russie et encore moins de son stock (si elle l’a encore) issu des années folles de la production de masse du Pu239 en tant que déchet récupéré et épuré pour « emploi spatial »

    Le Pu238 est donc une question cruciale et très sensible car il donne accès a des sats qui ne fonctionnent pas par panneaux solaires et en + ils sont moins aisés a détecter du fait de l’absence de la surface des panneaux !

    Mais une chose me parait certaine, sachant ce contexte la, parier sur les armes a énergie dirigée c’est être un stratège incompétent de toute évidence ! Ne serait ce que pour les capteurs optiques aisés a multiplier et a protéger par des caches en attendant de subir un tir pour les révéler + tard après qu’on ai cru la cible « morte »

    il aurait fallu parier sur certes une solution + couteuse j’en conviens mais bien + efficace : L’emploi de désorbiteur manoeuvrants ! C’est le seul truc qui peut garantir qu’on s’est débarassé d’un satellite cible ! LE SEUL !!!