La Direction générale de l’armement commande 10 systèmes anti-drone supplémentaires

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

17 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    10 systèmes demandés 2015, notifiés en 2017… livrés bientôt.
    Et dix de plus prochainement.
    Il est vrai que le risque « drone » sur les sites français ou implantations sensibles françaises ont bénéficié de toute la réactivité imaginable de la part des experts assermentés et d’une ligne de crédit illimitée. Appuyée par une forte implication de tous les décideurs soucieux de l’intérêt supérieur de la nation.
    Ça fait pleurer ou rire ?

  2. Leroux dit :

    Un drone avec navigation inertielle et tout ce systeme ne vaut plus rien. J’espere que les moyens de défense sont doublés et de nature differentes…

    • dolgan dit :

      Ben ça permet de le repérer (et donc d’agir en conséquence) et ça empêche la liaison drone/base et donc le recueil de renseignement (en tout cas en temps réel).
      .
      Et un drone a guidage inertiel (ça se vend sur le marché civil ça?) sera limité fortement dans ses capacités. Il faut que sa cible soit fixe, sinon ça pose problème.

  3. Ping dit :

    « leurrer le système de navigation d’un drone » : c’est du brouillage GPS ça, non ?

    • Leroux dit :

      Oui et non en faite cela se base sur les fréquences de communication que le drone utilise et on vient saturer le réseau avec divers instructions pour prendre le contrôle du drone (GPS, commande etc…). C’est de la bataille informatique. Mais comme je l’ai dit dans un de mes commentaires. Un drone équipé d’un systeme de navigation inertielle (en gros un missile à hélices) et seul l’interception devient la solution. Car le brouillage n’aura aucun n’effet. Les systemes de défense anti aerien devrait garder les anciennes méthodes. Une bonne tourelle anti aérien type Phalanx (c’est américain) couplé à ce système convient parfaitement à mon avis.

  4. Parabellum dit :

    On gère la dimension drone comme d habitude en petites séries et gros rapports études et autres blabla alors qu au final on aura tard une poignée d engins ou de brouilleurs..terrible méthode et on prie pour que l ennemi ne soit pas lui méchant et équipe de meutes d engins vampires…idem pour les robots terrestres de combat…etc…sans parler du cirque prévisible pour le futur char…on fera défiler les lance patates anti gilet jaunes …le 14 juillet…notre tien a m’en…parallèle terrible de cette répression avec notre mépris gouvernemental.

  5. Destiné à la sécurisation des sites sensibles (bases militaires, prisons, aéroports…), le Drone Guard ELI 4030 est un système anti-drone mis au point par Israel Aerospace Industries (IAI).

    L’entreprise israélienne Smart Shooter est, elle, à l’origine d’un dispositif militaire de lutte contre les drones malveillants, qui se fixe sur le fusil d’assaut : le Smash 2000 Plus. Il permet de cibler et détruire le drone hostile, même miniature, filant à grande vitesse à une altitude maximale de 120 mètres, de jour comme de nuit.

    L’entreprise israélienne IXI EW est à l’origine du DroneKiller, un dispositif de neutralisation des drones malveillants (drones de surveillance, drones chargés d’explosifs…), dont une version se présente sous forme d’arme portable, de portée 1 000 mètres, opérant sur sept bandes de fréquences différentes. Le modèle « fusil » pèse 3,4 kg et est doté d’une autonomie de fonctionnement de deux heures. Dans ce cas aussi, la neutralisation intervient par interruption des transmissions (coupure de la liaison avec une station au sol ou annihilation de la fonction GPS). Le gouvernement japonais a acheté une centaine de DroneKiller en prévision des Jeux olympiques de Tokyo de 2020.
    https://www.israelvalley.com/2019/06/israel-specialiste-de-lanti-drone/

  6. Faublas dit :

    Et un coup de 12 canardière ? simple, pas cher et le tireur est vite trouvé, un as du ball trap.
    Certes, on ne localise pas le pilote, mais ça règle le problème pour pas (assez) cher en bloquant l’approche. Comparer le prix d’un drone et d’une cartouche peut calmer les ardeurs.

    • Plusdepognon dit :

      @ Faublas
      Oui.
      Mais comment allez vous faire vivre tous ces cabinets de conseil, bureaux d’études et autres organismes de pantouflage avec une solution aussi pragmatique que peu coûteuse ?
      C’est comme le remplacement des canons de 20mm par le tout missile. Il faut dépenser l’argent public que diable !

    • Castel dit :

      Même avec du 12 magnum, la portée effective d’une charge de plombs ne doit pas dépasser une centaine de mètres (et encore, avec du 00) , or avec une optique performante, un drone doit pouvoir envoyer des images correctes à plusieurs centaines de mètres d’altitude, et donc, hors de portée d’un calibre 12, magnum ou pas

      • Plusdepognon dit :

        @ Castel
        Les drones qui ont survolés nos centrales nucléaires étaient de vrais drones, pas des jouets comme sur la photo.
        Hors de portée du calibre 12, je vous l’accorde.
        Mais pour l’instant, la réponse c’est « les systèmes arrivent ».
        Les installations civiles sont les plus fragiles et les plus nombreuses. Les idiots aussi.
        https://www.lemonde.fr/la-foire-du-drone/article/2018/12/20/des-drones-a-l-origine-de-la-paralysie-de-l-aeroport-londonien-de-gatwick_5400540_5037916.html

        Surtout pour un pays qui dépend autant du tourisme…

        • Frédéric dit :

          Les systèmes DroneKiller israéliens sont de la taille de fusils d’assaut et ont une portée annoncé de 1000 m, mais faut d’abord repérer les micro drones avant de les viser. Quand ils sont de la taille d’un oiseau, repérer à vue voir même par signal radio dans une zone urbaine avec des hordes de téléphones mobiles et wifi, cela pose problème.

    • Prim Pardus dit :

      Mais on le fait… des commandos de l’air qui gardent des bases aériennes sont équipés de fusils de marque Benelli et suivent une instruction dans les infrastructures de clubs de ball trap… je ne sais pas quelle munition est tirée par contre. Le pb est que du coup il faut appliquer des règles d’engagement du feu qui sont autrement plus contraignantes que l’emploi de contre-mesures….

  7. Plusdepognon dit :

    Un futur best-seller : « Game of drones ».
    https://youtu.be/dzCmhUAzseI

    Bientôt sur tous les écrans (facilité quand tu nous tient !).