Des sous-mariniers britanniques encore contrôlés positifs à la cocaïne

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

82 contributions

  1. ben76500 dit :

    ce qui m’intéresse c’est de savoir pourquoi ils se droguent et à mon avis on risque d’avoir toujours les mêmes phrase qui reviennent anxiété, fatigue, dépression (ce serait peu étonnant étant donné qu’ils sont enfermé dans une boite de conserve sans voir le jour). après je serais pas surpris d’apprendre que pour certain c’est une addiction qui les poursuit depuis quelques temps

    • Le Breton dit :

      C’est que le poste de sous-marinier n’est pas fait pour eux alors et il n’y a rien de honteux.

  2. Stoltenberg dit :

    « Le MoD a une « politique de tolérance zéro en matière de drogue et il n’en tolère pas l’usage par le personnel de service, sous quelque forme que ce soit et à tout moment. Tout le personnel pris en train de prendre de la drogue sera renvoyé », a rappelé ce porte-parole. »
    .
    D’un côté il y a ce discours officiel et de l’autre côté on les incite à prendre de la coke, modafinil ou autres quand ils sont en action. Les substances psychoactives et la guerre ça va ensemble, il ne faut pas l’oublier.

    • Robert dit :

      Stoltenberg,
      Il faudrait prouver que l’usage de drogues est encouragé.
      Après, il y a de l’hypocrisie, mais aussi de la démagogie pour l’armée de courir après un recrutement de la diversité et de jeunes dont une part importante consomme et peut consommer de nouveau sans dépistage systématique. Et les dégâts de l’usage de drogue au combat mais aussi à l’entrainement sont suffisamment connus pour ne pas laisser de doute que c’est un ennemi intérieur dans une unité qui peut passer à l’acte à n’importe quel moment.

      • Stoltenberg dit :

        Wikipedia : Le modafinil est un psychostimulant utilisé dans le traitement de la narcolepsie et de l’hypersomnie idiopathique. Il fut testé sur un millier de soldats français lors de la guerre du Golfe en 1991, sans même que le médicament ait été autorisé. Il permet aux personnes qui souffrent d’une fatigue inhabituelle de rester éveillées sans effets secondaires ou presque. La prescription habituelle est d’une pilule dès l’éveil ; ses effets durent presque toute la journée, mais n’empêchent pas la personne de dormir aux horaires normaux.
        .
        Toutes les armées développement ce genre de drogues. Si c’est ce qui permet de gagner une bataille, si c’est ce qui fait la différence entre la vie et la mort d’un soldat, alors cela vaut le coup.

        • Robert dit :

          Stoltenberg,
          Dans le cas que vous citez, je n’appellerais pas ça une drogue qui a pour but de procurer un plaisir, ou évacuer une souffrance, mais un stimulant dans un but bien précis et légitime ou un dopage si on veut, mais pas pour tricher dans une épreuve. Je sais qu’on pourra me contester sur cette différenciation, mais pour bien connaître le monde de la drogue autrefois et en parler devant des jeunes, je dis qu’un crétin qui se défonce reste un crétin et un génie un génie. Tandis qu’un soldat qui s’endort alors que son adversaire reste éveillé et peut continuer à combattre n’est plus qu’un soldat vaincu ou mort.
          Par contre, attention à l’accoutumance et aux effets dangereux pour l’organisme qui existent avec tout produit stimulant puissant, et est-ce que le soldat reste aussi affuté et performant dans tous les domaines de sa spécialité en ayant pris ce produit ?
          Vous parliez de la cocaïne, je doute de sa promotion auprès des soldats, elle reste un produit qui procure de nombreux effets nocifs.

          • Stoltenberg dit :

            C’est difficile d’aborder ce sujet, c’est un peu tabou mais très intéressant. On sait que la drogue et autres substances psychoactives étaient utilisées par les soldats depuis très longtemps. Par exemple, les guerriers légendaires vikings, les berserkers, en rentrant des expéditions lors desquelles ils se battaient comme des lions, sans armure et avec une fureur sauvage, passaient plusieurs jours à dormir et récupérer. C’est probablement lié à l’usage de certaines drogues qui leur permettaient d’atteindre cet état de « folie meurtrière ». Sinon, les premiers cas de l’usage de la drogue par des soldats datent du XVIII ème siècle. Il s’agit des soldats en Amérique du Sud qui machaient des feuilles de coca ce qui leur permettait d’oublier la faim et la douleur. Les armées occidentales se sont rapidement intéressées au sujet. Le laudanum, massivement distribué aux soldats lors de la Guerre de Sécession, qui permettait d’oublier le stress, la fatigue, la douleur et la faim, est ainsi responsable de la première crise liée à la drogue aux États-Unis. Je pourrais mentionner aussi l’alcool, lui aussi massivement utilisé par des armées grâce au fait qu’il est beaucoup plus facilement transportable que l’eau (moins de risques de contamination) et grâce à ses effets sur l’activité mentale. Je pourrais également mentionner l’armée allemande qui achetait du Pervitine en quantités astronomiques. Bref, autant vous dire que, contrairement aux idées reçues, les armées sont les premières intéressées quand il s’agit de l’usage de la drogue car elle donne un avantage significatif sur l’ennemi. Et, concernant la cocaine, la santé des soldats n’est pas une priorité, ce qui compte c’est l’efficacité. Mieux vaut avoir des soldats qui se dopent de temps en temps que des soldats morts ou inaptes au combat car n’étant pas capables de résister à la fatigue, peur, faim, douleur, stress…

    • Sblurb dit :

      Le Modafinil avait été essayé lors de la 1° Guerre du Golfe … avez-vous confirmation que ce fut aussi le cas en opérations sur la Lybie, ou au Sahel … pas certain pour ma part que cela ait été maintenu , des opérationnels ayant d’ailleurs exprimé des doutes quant à la réelle efficacité de cette substance…

  3. jyb dit :

     » arraisonnement du HMS Vengeance, la frégate de surveillance Floréal a effectué sa cinquième saisie de drogues en un mois »

  4. wagdoox dit :

    … des drones avec des armes nucléaires…
    heureusement que les procédures de lancement sont protégées et redondantes.

    • wagdoox dit :

      drogués pardon…
      pourtant j’ai meme pas l’excuse d’étre sous influence !

    • jyb dit :

      heureusement…que l’emploi du nuc par les brits est vérouillé par les us…

      • wagdoox dit :

        non !
        Juste les missiles mais les têtes 😉
        Mais enfin ca fait peut quand tu penses qu’un seul sous marin à la charge nucléaire et que les mecs sont dans un etat ou personne ne les laissaient prendre une voiture…
        Pas de ASMPA pas de chocolat

  5. Robert dit :

    Il faut l’amener la drogue, surtout si c’est une consommation régulière.
    Soit ils l’avaient embarqué en Angleterre, soit ils s’en sont procuré lors d’une escale. Il doit bien y avoir des douaniers britanniques à proximité, de ceux qui chassent les trafiquants hors du pays, qui peuvent venir faire une visite dans les navires avec un chien dressé qui flairera les lieux, je vous assure que c’est radical.
    Effectivement, les comportements peuvent facilement dégénérer si certains consomment de la drogue. Même du cannabis, dont le relargage dans l’organisme du produit en demi vie peut avoir lieu plusieurs jours après la consommation. Et le cannabis, se boit en infusion, se mange en gâteau, pas besoin de le fumer avec les risques de détection.

    • jyb dit :

      @robert
      un space cake avec son thé, c’est so british !

      • Robert dit :

        Je vois que Jyb a de la « culture. »
        Vers 1985, environ, deux connaissances de cité faisaient leur service militaire dans un régiment de para ou ils fumaient du cannabis avec un sous officier. Le problème dans les armées ne date pas d’hier, sauf que ce sont des engagés et que la drogue s’est répandue comme jamais parmi les potentiels engagés, et pas seulement le cannabis.
        Il faut être lucide, ne rien tolérer, faire des contrôles inopinés. A l’entrainement ou en opex, un drogué est un danger pour ses camarades et les civils autour. J’ai vu un article disant que l’armée allait particulièrement recruter en banlieue, je leur souhaite bien du courage pour l’avenir, la consommation y est très précoce et répandue.
        Un autre milieu très consommateur de drogues diverses et variées, le milieu homosexuel.
        Ah, oui, je sais, je suis raciste et homophobe, faut pas regarder et dire.

        • Raspoutine dit :

          Eeeeuh … comment dire ?
          Le « shit » sur les bases aériennes ne date pas d’hier non plus … et est présent à l’état endémique dans nombre d’armoires ou moyens de stockage plus discrets à l’abri des truffes des clébards de la GTA ou des cynos des EP. L’usage en est souvent « récréatif » … parfois plus « lourd », partie intégrante du mode de vie quotidien et là effectivement ca peut produire des effets surprenants sur qq’un qui est censé être « opérationnel ». C’est aussi comme l’alcool … faut veiller au grain et ne pas laisser partir qq’un « chargé » en patrouille avec son Famas approvisionné 🙂

          • Robert dit :

            Raspoutine,
            Même « récréatif » les risques du cannabis jusqu’à plusieurs jours après sa consommation par un relargage dans l’organisme en cas de grand stress demeurent élevés et inattendus pour tout le monde. Imaginez un équipage de char ou autre Pour l’alcool, normalement, après élimination dans l’organisme, en dehors des effets de la cuite, c’est fini. Et on repère facilement quelqu’un qui a bu.
            Je me souviens d’un adjudants régulièrement bourré et qui était responsable de la garde que je faisais. Il titubait tellement que son PA était tombé. On avait du signaler l’incident au colonel. Cela restait un brave homme, mais inapte au service actif sinon dans un bureau et non armé.

        • Jm dit :

          c’est pas que l’armée allait recruter en banlieue, c’est qu’elle recrute en banlieue, notamment l’armée de terre.
          Le dernier bulletin de l’AT précise que toute personne qui se présente et qui a été condamnée à une peine de prison inférieure à 2 ans fermes peut être incorporée.
          C’est ce qu’à fait un CIRFA du Sud pendant deux ans avec un nouveau chef révolutionnaire, avant que tout d’effondre parce que les jeunes se sont donnés le mot : ne t’engage pas, tu gagnes des clopinettes, on te donnes des ordres, etc, etc…le taux d’attrition a explosé.
          On croit rêver….

          • Robert dit :

            Jm,
            Combien d’années les condamnations restent sur le casier? Un primo délinquant à 13 ans peut s’engager vers 25 ans avec un casier sans condamnation importante.

    • MD dit :

      …  »soit ils s’en sont procuré lors d’une escale ».
      Oui, mais dans quels ports des SNLE de la Royal Navy ( ou de n’importe quelle autre marine de guerre) iraient-ils faire escale?

    • patex dit :

      La Floride est (était?) un carrefour bien connu des trafiquants de drogue.

    • Hermes dit :

      Une escale de SNLE ? J’ai du mal.
      .
      Est qu’un SNLE s’amuse seulement à faire escale dans un pays étranger ? J’y crois moyen

    • ClémentF dit :

      Il faut accepter de vivre avec son temps, maintenant c’est « Cocaïne, Sodomy and the Lash »

  6. Raël dit :

    Ce serait intéressant que la Marine nationale se montre aussi sévère envers ses marins (-> renvoi en cas de contrôle positif, y compris pour le cannabis), mais elle ne peut probablement pas se le permettre (cf. les difficultés actuelles majeures de recrutement/fidélisation…). Je pense que si c’était appliqué, avec un dépistage pour tous, on devrait se passer d’un pourcentage non négligeable de marins (en tout cas en surface)… ce qui aurait pour conséquence immédiate de clouer certains bâtiments à quai faute de personnels.

  7. OTOOSAN dit :

    Tiens, ça me fait penser que je dois lire un livre sur la « guerre de l’ Opium »…

  8. vrai_chasseur dit :

    Et avant ça, en Avril dernier c’était 7 marins testés positifs cocaïne sur le SNA HMS Talent, cf
    https://www.telegraph.co.uk/news/2019/04/14/royal-navy-sailors-kicked-submarine-testing-positive-cocaine/

    Et avant ça encore, c’était 4 soldats du HouseHold Regiment pris en flagrant délit de cocaine dans…les toilettes du château de Windsor. Le Household Regiment c’est celui du duc de Sussex, c’à-d le régiment …. du Prince Harry.
    By Jove, après des coupes budgétaires drastiques, que reste-t-il de la glorieuse armée de Sa Majesté …

  9. Aurel dit :

    Une cérémonie oecumenique n’est pas une profanation. Vous pouvez garder votre extrémisme pour vous merci

    • Thaurac dit :

      Vous pouvez garder votre bisournisme idéologique pour vous, c’est une profanation.
      Imaginez seulement l’inverse dans une mosquée, le gars est lynché et des gens comme vous donnent raison aux agresseurs ( pour de multiples raisons..)..Heureusement que les gens ouvrent de plus en plus les yeux, et que vous devenez de plus en plus isolé malgré la majorité des médias comme colporteurs de votre cécité idéologique.

    • LAHYRE dit :

      Cette cérémonie n’était pas oecumenique . L’oecumenisme englobe les orthodoxes et les protestants, pas les musulmans. Et, selon le droit Canon de l’Eglise, il y a bien eu profanation….

      • Robert dit :

        Lahyre,
        Je vous remercie de faire le boulot, j’en ai parfois assez de devoir préciser ce que chacun est apte à connaître s’il s’en donne la peine. Pire, je ne serais pas étonné de trouver un jour cette ignorance invincible, terme de Jean Madiran, chez un catholique pratiquant.

        • LAHYRE dit :

          @Robert,

          avec plaisir.

          Et oui, il est parfois affligeant de voir le niveau de connaissance historique et théologique parmi la population y compris des cathos. Je donne de temps en temps des conférences sur ces sujets, et certains, pourtant pratiquants, tombent des nues, croyant savoir… Il y a encore 100 ans, même les athées avaient un niveau de connaissance satisfaisant. L’ignorance est le mal de la fin du XXème début XXIème..

          • Robert dit :

            Lahyre,
            A quoi bon se cultiver quand on pense avec ses émotions et qu’on ne vit que pour assouvir ses désirs ? La sainte démocratie, loué soit son saint nom, vous fournit le nécessaire pour cette forme d’existence et elle se charge de penser pour vous.
            Je m’aperçois que l’abrutissement de masse est bien accepté par une génération qui chipote tellement pour prendre ses responsabilités et assumer son devoir d’état.
            Pour paraphraser un grand démocrate allemand, je précise que je fais dans l’ironie, « quand j’entend parler de culture, je sors mon Jack Lang. »

    • ScopeWizard dit :

      @Aurel

      Personnellement , je suis très favorable à un partage des extrémismes ; au moins , cela fera t-il de la place pour des survivants qui devraient , en principe , avoir une meilleure vie après coup à condition que nous ayons su éviter quelque holocauste radio-actif ………………… 😉

    • PK dit :

      LÉglise parle d’œcuménisme quand on réunit les catholiques, les protestants et les orthodoxes. Sinon, il s’agit d’interreligieux.

  10. Carin dit :

    Je pense que ces gars ont « snifé » la coco en boîte à terre, je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’envoyer les chiens des douanes à bord….
    par contre, il est impératif de virer ces personnes, non pas parce qu’elles ont consommés de la cocaïne, mais pour leur faiblesse de caractère qui sied mal à leur emploi….. j’imagine mal ces gars garder leur calme s’ils étaient traqués par un soum ennemis !!! La cocaïne étant « efficace » que sous son empire… après ça n’est pas une « descente » c’est une chute abrupte, et les gars se retrouvent à 40% de leurs capacités… et sous l’eau, avec pour seuls repères une lumière blanche le jour et une rouge la nuit… c’est pas top.

  11. Jm dit :

    Avant de critiquer les marins anglais, commençons par balayer chez nous.
    Entre les stupéfiants qui circulent quasiment librement sur certains de nos bâtiments, et le prosélytisme qui a été à deux doigts de créer une « émeute » sur un des fleurons de la Marine Nationale, il y aurait de quoi virer 30 % des équipages, et je ne parle même pas de ceux qui sont à terre.
    Et malheureusement, c’est valable pour toutes les armées, y compris……la Gendarmerie.

    • Eric dit :

      Une armée, même professionnelle, est à l’image de la société dont elle est issue : un bon tiers de la population de ce pays use ou a usé de stupéfiants. Les militaires ne sont pas différents de certains jeunes cadres dynamiques du quartier de la Défense à ce sujet. Et c’est très loin d’être limité à la France : il suffit de remonter à la guerre du Vietnam, où l’usage de drogue était devenu un problème majeur dans l’armée US… Les soviétiques ont eu le même souci en Afghanistan, où près de la moitié du corps expéditionnaire fumait tous les jours. En réalité, drogues et stupéfiants (dont l’alcool bien entendu) ont toujours fait bon ménage avec la vie militaire.
      Concernant le prosélytisme, j’aimerais bien connaitre les sources ou informations qui justifient une vision aussi apocalyptique d’une marine complètement infiltrée par les islamistes. Je vous signale juste que ce n’est pas du tout celle de la DRSD. Vous avez entendu parler au moins ?

      • Plusdepognon dit :

        @ Eric
        Pour la drogue, cela ne date pas d’hier…
        https://youtu.be/ljsYxOzRSEE

      • ScopeWizard dit :

        @Eric

        Les SS avaient ce problème en plus de celui de conscience surtout en tant que Einsatzgruppen opérant sur le Front de l’ Est ou dans les territoires occupés comme ceux de Pologne ou des Pays Baltes , c’ est ce qui aurait conduit à la décision de mettre en œuvre « la Solution Finale » lors de la Conférence de Wansee en 1942 …………

      • Jm dit :

        Relisez mon propos ne le déformez pas, je n’ai jamais écrit que la MN était complètement infiltrée (c’est vous qui parlez d’islamistes, pas moi….), j’ai écrit qu’entre les usagers, consommateurs, vendeurs et revendeurs de produits stupéfiants plus les prosélytes d’idées contraires à notre république et nos idéaux, et susceptibles de passer à l’acte, mais qui y vont touche par touche, il y a de quoi virer 30% du personnels – tout cumulé. On est bien dans le 1/3 que vous précisez dans votre écrit.
        Pour ce qui est de la DRSD en particulier, les services de renseignements, puisque vous semblez bien « informé », renseignez-vous sur la règle des 4 ou des 4%, c’est selon.
        Et comme vous ne semblez pas convaincu, je vous invite également à prendre connaissance de certains comportements sur une base du sud, la plus grande – pas difficile à cibler – qui ont obligés la mise en oeuvre de mesures très particulières de protection et de sécurité, y compris pour le personnel cadre.

  12. Thaurac dit :

    Plus besoin de sonar, suffit de repérer les traces de cocaïne dans l’eau..

  13. Gégétto dit :

    Je constate que les narco-trafiquants sont montés en gamme.Du simple sous-marin en fibre de verre, au sous-marin en acier de 30 m de long,ils passent à la propulsion nucléaire…!!!

  14. Plusdepognon dit :

    Du temps où la drogue était moins à la mode, j’avais croisé des mecs sous ecstasy, qui disaient être sous-mariniers, dans le train en Bretagne. A l’époque, ça me faisait ni chaud, ni froid.
    De nos jours, ce sont les gens qui ne prennent rien qu’il faut chercher…

  15. LAHYRE dit :

    Que dire de nos casernes, où le cannabis est très répandu, et où certains gars sont « stones » dès le matin… A force de recruter dans certaines banlieues, et certains profils, les problèmes sont de plus en plus fréquents… Il y a un grand ménage à faire chez nous concernant la consommation de stupéfiants et le prosélytisme musulman.

    • Robert dit :

      Lahyre,
      Les islamistes ont cette qualité de décourager la consommation de drogue. C’est bien une de leurs seules qualités.

      • Jm dit :

        Ben t’as pas dû aller en Afgha !!!!!
        On est en pleine période d’attentats.
        On est en pleine période de cueillette du pavot.
        Cherchez l’erreur ………

        • Robert dit :

          Jm,
          Profiter de la culture, pour vendre, n’est pas forcément consommation. De nombreux groupes terroristes trafiquaient de la drogue tout en condamnant sa consommation chez les leurs.
          Les talibans vendaient l’opium ou le haschich, je ne suis pas sûr qu’ils en consommaient.

    • Intox dit :

      Cela ne risque pas de s’arrêter, j’ai vu que l’armée avait comme ambition de recruter plus de jeunes dans le 93 dans le cadre du plan « égalité des chances ». Quand l’armée fait du social, c’est consternant et s’apparente à du suicide. A l’époque de la conscription, on réformait les drogués. Maintenant si on le faisait, on devrait se séparer de la moitié de l’armée professionnelle. L’armée française en déliquescence avancée, comme le reste des institutions.

  16. roissard dit :

    « Que dire de nos casernes, où le cannabis est très répandu » : mais comment se fait t »il que la hiérarchie ne prenne pas ses responsabilités ? N’est t’il pas possible de faire venir des gendarmes avec les chiens qui vont bien ? N’est-ce pas un motif de rupture de contrat ?

    • Jm dit :

      c’est simple.
      Les militaires du rang (la majeure partie des consommateurs) sont des militaires en place qui ne sont quasiment jamais mutés, a contrario des autres statuts.
      Alors d’une part, si on les écarte, le commandement n’a plus d’historique et de passé, et d’autre part, ils sont tellement ancrés dans le paysage, ils sont tellement été mis sur un piédestal par tous les prédécesseurs (reprenez les livrets de notation : élément indispensable, rouage essentiel, etc) que dès qu’on leur fait la moindre réflexion, ils courcircuitent toute la chaîne de commandement et vont voir directement soit le chef de corps, soit le commandant de base. Et pour les raisons évoqués ci-dessus, ils sont souvent gain de cause, le sous-officier ou l’officier « rapporteur » se fait convoquer, et on lui fait comprendre que « pas de vague », on a besoin de ce personnel essentiel !!!!!!!.
      En fait, ils sont devenus comme le personnel civil, intouchable.
      J’ai eu personnellement sous mes ordres un Adc qui a rendu compte de ce type de comportement de la part d’un Clc- usage et « livraison de stupéfiants, additionné de harcèlement moral et sexuel, cela n’a pas traîné, il a été convoqué par le commandant de base pendant que j’étais en mission, et on lui a bien fait comprendre que s’il ne retirait pas la demande de sanction, son avenir au sein de l’institution allait se poursuivre à 800 km de là.
      Afin de défendre mon cadre, mon retour, j’ai annulé la demande de punition, et en qualité de commandant d’unité, j’ai puni directement le militaire et ai déposé plainte près le procureur de la République.
      Le commandement m’a convoqué, je me suis expliqué, et j’ai été obligé de dire que face à la gravité de la situation (en plein mouvement Weinsten et autre), il serait « dommage » que la presse s’empare de la chose, certains avancements pourraient s’en ressentir…..
      Pour la petite histoire, le Clc a été puni et sanctionné judiciairement, son contrat achevé, il a quitté l’institution et désormais, il est…..civil de la Défense et délégué FO.
      L’Adc est toujours en place, il est Major.

  17. vrai_chasseur dit :

    Taux d’addiction dans l’armée française, qq données ici :
    https://www.parismatch.com/Actu/Sante/L-armee-est-elle-plus-exposee-aux-addictions

    Par ailleurs ça fait longtemps qu’on dope les soldats avant le combat…
    Les Marines US prennent des amphet’ et de l’extasy avant un assaut, les israéliens machouillent des chewing-gums ‘améliorés’ au meth, les tarés de Daech sont pris avec toujours des pilules de catalgon pleins les poches, les cinglés qui ont fait l’attentat de Bombay en Inde en 2008 ont tenus tête aux FS indiennes pendant 60h alors que certains étaient gravement blessés…aux analyses de sang post-mortem, tous chargés à bloc avec du dur genre héroine…
    En France le SSA distribuait des pilules de psychotrope, le Modafinil (jusqu’en Afgha) aux groupes de combat pour les missions ‘compliquées’ – remplacé par des pilules de CLP, dispo seulement à la pharmacie centrale des armées. Le seul enjeu des toubibs : éviter les effets secondaires trop forts (crise d’anxiété, délire agressif, etc) et surtout le phénomène d’addiction.
    Certains se débrouillent tous seuls…

    • Robert dit :

      Vrai chasseur,
      A part comme « antidépresseur » mais avec des effets pervers d’augmentation de risque dépressif une fois l’effet fini, je ne vois pas comment le cannabis peut être dopant. Quand à la cocaïne, une fois passé l’effet euphorisant, la tension retombe et on est à plat.
      Et l’alcool est un perturbateur dans plusieurs domaines et absolument pas dopant.
      Et les opiacés comme l’héroïne ne sont pas du tout stimulants.