L’armée de Terre « rénove » le recrutement interne de ses officiers de carrière

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

22 contributions

  1. Claude dit :

    Officier des Équipages de la Flotte, on progresse.

  2. Mouais dit :

    Au vu de l’uniformisation des carrières d’officiers à l’oeuvre depuis 10 ans, je me demande à quoi cela sert encore de faire St-Cyr, puisque tous les chemins mènent à l’EdG, au même âge, ou au grade de LCL (voire de CDT me dit-on) en cas d’échec. A priori la seule valeur ajoutée de ce recrutement se retrouve… au moment de la reconversion.
    Y a-t-il des membres de la drhat qui pourraient répondre à cette question sur le seul point de la gestion ?
    MM. les trolls, je ne répondrai pas à ceux qui me feraient des procès d’intention, se gargariseraient d’une forme de revanche ou remettrait en question mon constat, pas plus que je n’évoquerai ma carrière, gardez votre énergie pour d’autres.

    • Lucy dit :

      Excellente question/remarque. N’y connaissant rien, je me prononcerai pas. J’aimerai juste ajouter que peut-être St-Cyr est nécessaire ou du moins un atout pour progresser au-dela d’un certain grade.

  3. Auguste dit :

    Un peu d’Histoire
    https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Avancement_des_officiers
    Si je comprend bien,fini les « Bigeard » avec cette « rénovation ».

    • felipe dit :

      hors sujet. qu’est-ce qu’un « bigeard » ? un mec qui fait une école de recrutement interne et montre de grandes qualités de chef. c’est encore possible avec le recrutement EMIA à partir du bac et de trois ans de service, ou le nouveau concours à partir de 10 ans de service
      pour mémoire, bigeard a fait une école de formation interne

  4. Pierre dit :

    Si je comprends bien un jeune sous-officier devra attendre 10 ans avant d’espérer devenir officier. La vache c’est long! Venez dans l’armée de l’air les gars!

    • felipe dit :

      non, il peut passer le concours de l’EMIA à au moins trois ans de services. donc un jeune bachelier entre dans l’armée à 19 ans, sous-officier ou militairer du rang et passe le concours dans sa 23e année. c’est un bucheur, déterminé et volontaire. il réussit l’EMIA, fait trois ans d’école et sort lieutenant à 26 ans.
      son camarade saint cyrien diplome d’ingénieur en poche après deux années de concours et 4 années de formation, sort lieutenant à 24 ans

  5. Yann dit :

    Bonsoir Pierre. Le concours EMIA demeure (mais peut-être sous un autre nom?). Ainsi, les jeunes sous officiers et MDR) peuvent le présenter dès la 3eme année de service (recrutement semi-direct). Le concours le permettant a partir de la dixième année est un « mix » du concours OAEA (recrutement semi-direct tardif) et des ESP (recrutement rang). Il y a pas mal de « nouvelles subtilités en faite.

  6. wizard dit :

    Le prétexte « scorpion qui va changer le modèle de combat »c’est plus que bidon comme excuse. Faites ce que vous voulez, de toute façon on ne pourra pas y faire grand chose, mais évitez les excuses si elles sont aussi bidon.
    On a ici un cas d’école de l’excuse foireuse qui rend la réforme douteuse.

  7. Francisco Hummel dit :

    La pseudo technicité comme excuse bidon des réformes rh m’a toujours amusé. Quand on a mis le Leclerc en service, il fallait des EV et des sous-officiers plus velus !!! Pour faire quoi ?? Le travail de l’équipage a toujours été le même, seuls les maintenanciers ont dû réviser leurs classiques. Comme nos voitures perso, quand on soulève le capot un gros couvre/cache culasse et de l’électronique partout. Pour autant, il ne faut pas avoir fait polytechnique pour conduire. Le dernier des idiots a toujours un volant, 2 ou 3 pédales et un levier de vitesse et quelques boutons. Et après ?!
    Il doit y avoir quelque chose d’autre derrière cette reforme.
    Mais tant qu’on ne considérera pas mieux les hommes ni leurs compétences, et qu’on ne sera pas plus compétitifs, rien ne changera.
    Vous pouvez changer les noms des écoles, les cursus, instituer toutes les novlangues militaires que vous voulez pour paraphraser et imiter les technocrates, cela ne changera pas qu’il faut aller au carton et ultimement imaginer « la mort comme hypothèse de travail ».
    Le reste n’est que com’ frelatée.

  8. Renard dit :

    Qualités humaines de l’officier… Pas tous…

  9. Maxime dit :

    Non Pierre, il reste la voie EMIA, ouverte bien avant 10 ans de service. Dans l’article, il est surtout question de la « fusion » entre OAEA et Rang.

  10. Marsouin dit :

    Plusieurs choses:
    Saint-Cyr continuera de former les officiers les plus jeunes et les plus diplômés. Le vivier des cadres appelés à de hautes responsabilités est là. C’est la vocation de cette école.
    Il n’y a donc pas d’uniformisation et tous les officiers ne sont pas appelés à présenter tous et réussir l’ecole De guerre.
    Les parcours (exceptionnels) à la Bigeard resteront possibles…à la condition que les circonstances s’y prête.
    Bigeard devient officier jeune, ses campagnes lui permettent de se distinguer et afin de l’autoriser à de plus hautes fonctions on le désigne (il ne passe pas le concours) pour aller suivre l’ecole De guerre. Récemment, une réforme de cette école permet d’ailleurs de suivre une scolarité à l’ecole De guerre sans l’avoir réussi le concours mais sur mérite…comme à l’époque de Bigeard.

    • Mouais dit :

      « Saint-Cyr continuera de former les officiers les plus jeunes et les plus diplômés.  » . Faux : à l’exception des OST, les OSC sont plus diplômés et parlent plus de langues que les st cyriens issus des cpge. Les OSC sont désormais autorisés à passer l’edg, au même âge et avec plus de diplômes, donc, que les st cyriens. Beaucoup d’EMIA ont l’âge de st cyriens, et nombreux passent egalement l’edg. La plupart sont bac+3. A la sortie de l’edg, chacun ressort avec un ou deux bacs+5, et les lauréats ont le même âge.

      • Marsouin dit :

        Mouais…
        Les OSC effectivement pourraient « concurrencer » les cyrards.
        En revanche, ce n’est plus le cas des EMIA. Leur moyenne d’âge est plus vieille que les cyrards et ils sont moins diplômés.

      • Mouais dit :

        Il faudrait que la drhat, singulièrement discrète lorsqu’est évoqué une poursuite du déclassement relatif des st cyriens au sein même de l’institution à l’occasion de tables rondes, précise ces données démographiques. Je veux bien croire que le plus jeune st cyrien breveté soit moins âgé que son homologue issu de l’EMIA. Pout autant je suis convaincu que vous faites fausse route sur leur niveau comparé de diplôme, et ce d’autant que celui des st cyriens est au bout du compte, toute proportion gardée naurellement et hormis les OST, pas si élevé, notamment en langue.
        En outre cette différence d’âge est faible (2 ans), et il reste à démontrer que l’âge du plus jeune EMIA soit un obstacle à l’accès aux plus hautes fonctions. Nous verrons bien dans 10 ans. Mais si ces projections se confirment j’y vois un danger substantiel sur l’attractivité de la spéciale : comment convaincre les plus brillants des jeunes Français qu’ils devraient passer 2 ans en prépa et 3 ans en scolarité, avec un seul trimestre à l’étranger, là où un diplôme de grande école ou un cursus universitaire adroitement mené assorti de 6 mois à coët les mèneront au même endroit ?
        Bien à vous.

      • Mouais dit :

        PS : étant entendu que la filière purement mili réduit l’arbre des possibles de la conversation à moyen terme, préoccupation désormais
        majeure des st cyriens dès leur leur scolarité.

  11. Sgt moralés dit :

    Va falloir sérieusement modifier l’Emia déjà que je m’y suis fait royalement « ch..é « à 26 ans et 8 ans de service alors à 35 ans !

  12. Bob dit :

    La réforme des retraites à venir (décote carrière longue, allongement des cotisations, fin de la RJI, alignement sur la FP puis sur le privé,…) est source d’inquiétude pour les recruteurs et les candidats.
    Toiletter le mode de recrutement officiers n’est qu’un placebo ou encore un sparadrap sur une jambe de bois c’est un peu le miroir aux alouettes. L’attractivité des métiers des armes est en déclin constant et s’accélère surtout dans des domaines à fortes valeurs ajoutées dans le monde civil. Si les « DRH » d’armée veulent stopper l’hémorragie et revenir à un taux de sélection honorable c’est sur le fond qu’il faut travailler plus que sur la forme. Proposer des parcours valorisant et arrêter de « dénigrer » les non direct, promouvoir les résultats plus que l’origine. Les recrutements « tardifs » ont un parcours différent, riche, fait d’expériences plus que de diplômes encore que… et n’en déplaise à certains ne sont pas rentrer par effraction en passant par la fenêtre des chiottes. Les passerelles devraient être la norme et non l’exception. Quoiqu’il en soit une réforme reste un point de vue « politique » et ses bénéfices ou conséquences ne seront mesurés qu’à l’aune des résultats. Bref en attendant le déluge…

  13. Ba123 dit :

    A noter que dans l’AA pour le personnel non naviguant, entre 33 (35? ) ans pour les « EMA » et les 45 ans des PSR, il n’y a rien

  14. Bill dit :

    PSR après 2ans de grade d’adjudant donc pour les gars qui performent de 35 à 45ans mais limité à officier subalterne (pour l’EdG il faut envoyer du lourd ou avoir les bons appuis.. ) sauf cas exceptionnel voire rarissime…