La Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense veut gagner sa « bataille du recrutement »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

18 contributions

  1. Jm dit :

    « Et d’insister : « Servir à la DRSD offre de réelles opportunités de carrière dans le monde passionnant du renseignement »
    Je pense qu’il faudrait demander aux anciens et à ceux ayant quitté récemment ce service.
    Entre ceux qu’on a fait partir parce qu’on voulait faire à tout pris du « jeunisme » (et on voit le résultat ; pas de recrutement et perte de la mémoire) et ceux qui quittent parce qu’ils comprennent vite que malgré un investissement tout temps tout lieu, jour et nuit, sans week-end, avec des vacances aléatoires, il n’y a aucun espoir en matière d’avancement et d’évolution. Inspecteur de la DRSD dans l’armée de l’air est une des spécialités qui avance le moins vite avec la musique de l’air.
    Un Inspecteur de la DRSD, sergent-chef après 8 année de grade, et n’étant pas inscrit au TA, a autant de points de notation qu’un adjudant secrétaire inscrit au TA d’Adc. Et ce n’est pas un cas unique.
    Ainsi, pour recruter au sein de ce service (Pardon, cette Direction), il faudrait déjà qu’elle cesse d’être terro-centrée, car quand on n’a pas la bonne couleur d’uniforme au sein d’une unité de la DRSD, difficile d’exister et progresser quand on est habillé en bleu, il faudrait proposer une véritable perspective de carrière et non dire qu’avec les qualifications obtenues, on peut travailler dans telle ou telle société en qualité de « conseiller sécurité », c’est faux. A cela, il y a une explication simple ; au temps glorieux de la SM puis de la DPSD, ce sont les grands chefs qui ont été intégrés à ces postes (Dassault, etc), car ils quittaient avec un carnet d’adresse et non des compétences. Mais au fil du temps, le carnet d’adresse s’amenuise, et l’incompétence est reconnue. A force, cela se sait, et cela s autres, impacte directement les suivants avec des phrases du styles « mouais, la DPSD, on a donné….
    Et enfin, il faudrait que l’investissement des cadres, qui y sont affectés pour les uns, qui demandent à y entrer pour les autres, soit reconnu à sa juste valeur.
    Et lors du recrutement, qu’on dise la vérité et la réalité de ce métier et non faire briller un miroir aux alouettes.
    En fait, à la DRSD, on presse le citron, et après on le jette et on essaie d’en prendre un autre.
    Comme souvent dans beaucoup d’unité.
    Mais en pire

  2. petaf dit :

    pour dire que c’est pire , il faut connaitre les autres unités !!!
    28 ans dans l’AA et toujours juteux , tu crois que c’est mieux ????

    • Polo Petaf dit :

      Petaf ca aide pas :X ahah

    • Jm dit :

      Petaf,
      je suis d’accord avec toi, ce n’est guère brillant ailleurs.
      Je ne veux rien excuser, mais en qualité de mécano AA, tu restes dans un milieu AA, donc tu sais où tu vas, ou ne vas pas !!!! C’est relativement plus facile à gérer, même si le résultat final n’est guère plus brillant.
      Mais quand tu rentres à la DRSD, tu deviens géré par un commandement terro-centré, et là, c’est pire qu’en interne AA. Si tu es commandé régionalement par un marin, pour qui mettre 4 points relève de l’exploit (faut savoir qu’un marin qui prend 2 points est jugé quasi exceptionnel !!!), et que le second notateur valide avec ces 4 points avec une appréciation littérale du style « exceptionnel, disponible en permanence, etc », force est de reconnaître qu’au bout d’un temps, les gens se lassent de s’investir sans retour, d’être les plus beaux et les meilleurs et d’être les derniers reconnus et remerciés.
      Mais comme tu dis, ce ne sont pas les seuls, d’ailleurs, il suffit de regarder les difficultés en matière de recrutement ; le renseignement, toutes les spés techniques, toutes les spés informatiques. En fait, toutes les spés qui demandent une très grandes disponibilités, en horaires souvent atypiques, et dont,au final, malgré de belles paroles, les personnels ne sont pas reconnus.
      J’ai le souvenir d’un sergent-chef mécano 2000 qui a bossé toute la nuit avec son équipe pour remettre en « état » un RDI, qui a terminé à 4h00 du mat, et qui a failli être puni parce qu’il n’était pas aux couleurs le matin à 8h00 !!!

  3. Plusdepognon dit :

    L’analyse de monsieur Alain Juillet sur le monde à venir est très intéressante.
    https://youtu.be/uy0O3cpybQM

    Quelque soit le service de renseignement, cette analyse gagne à être partagée par le plus grand nombre !

  4. Plusdepognon dit :

    Celle-ci aussi d’ailleurs (quelques minutes d’intelligence dans ce monde d’illusionnistes).
    https://youtu.be/ltQO25HA2sc

  5. Bigbuzz75 dit :

    Rappelons que la DRSD est le plus petit service du premier cercle (CNR) avec TRACFIN; son problème est son positionnement. Entre les poids lourds que sont la DGSI et la DGSE, il ne reste pas grand chose à ce service qui n’arrive pas à s’imposer sur la scène…d’ailleurs il est tellement discret que beaucoup pensent qu’il est ultra secret. Cherchez donc un fait d’arme, une anecdote voire un coup raté…rien de tout cela! Ce qui prouve que ses missions restent limitées et qu’en cas de coup dur, les poids lourds prendront bien sur le relais. A cela ajoutez une image de « chaussettes à clous », une défiance de la part des militaires eux mêmes qui pensent qu’il s’agit d’un service du style IGPN et vous obtenez une machine bridée qui peine à convaincre.
    A vouloir être présent sur toutes les thématiques (terrorisme, espionnage, subversion, sabotage, crime, cyber, sécurité économique, sécurité industrielle…et habilitation) avec un effectif de 1300 (dont 1/3 d’opérationnels), on ne fait rien de bon!
    Le personnel affecté n’est que de passage, conscient une fois l’envers du décors découvert, beaucoup optent pour un retour à la vie civile, d’autres font le saut à la DGSE/DRM.
    Ce service peine à fidéliser, trop ancré dans les coutumes et l’esprit militaires , l’avancement, la mobilité et la reconnaissance professionnelle sont absents des ressources humaines qui, au grès des mutations, gèrent ce service comme un régiment, une base ou un bâtiment.
    Une refonte en profondeur doit être initiée et dans le meilleur des cas il devrait être dissout et ses effectifs transférés chez les poids lourds, les vrais…une autre idée serait de lui ôter la gestion des habilitations, mais là c’est comme croire au père Noël!

    • Jm dit :

      Déjà, ils auraient été plus crédibles si elle s’était appelée DGSD.
      « A cela ajoutez une image de « chaussettes à clous », une défiance de la part des militaires eux mêmes qui pensent qu’il s’agit d’un service du style IGPN »
      Pour l’histoire, l’origine des chaussettes à clou n’est pas pour la DRSD, mais pour les policiers. A l’origine, FOUCHE, ministre de la police sous Bonaparte, a créé une police secrète. Pour effectuer les filatures sur les pavés des villes et ne pas faire entendre sur lesdits pavés le claquement des fers cloués sur les chaussures, les fins limiers de son service enfilaient leurs chaussettes par-dessus leurs chaussures. D’où l’expression.
      Quant à ta partie « style IGPN », force également est de reconnaître que le commandement ne fait rien pour démentir cela, bien au contraire.
      La DRSD est sensée être le conseiller technique en matière de protection, sécurité, etc, etc, le commandement d’une part fait avec les moyens qu’il a, et d’autre part, n’en fait qu’à sa tête, jusqu’à ce que cela « merde ». Voir le dépôt de Miramas qui avait été signalé depuis 2002 !!!!!
      Et le pb vient également de la redondance des services, qui, au final, s’octroie des missions et des prérogatives qui n’ont pas lieu d’être ; sur une Base aérienne, tu as le commandement des commandos, le commandement de la sûreté nucléaire, le commandement tout court, la sécurité des établissements qui y sont stationnés (exemple Dassault,) la gendarmerie de la sûreté nucléaire, qui est en marge de la BGA qui elle-même obéit à son commandement gendarmesque, au procureur de la République et accessoirement au commandant de la Base aérienne.
      Alors comment voulez-vous qu’un petit inspecteur de province, tout seul ou à deux pour une base aérienne de 4000 personnes ou entrent quotidiennement le même nombre de visiteurs, sergent-chef ou adjudant (on le lui rappelle assez souvent qu’il n’est « que » sous-officier) puisse faire entendre sa voix de « simple consultant » sans pouvoir de coercition, comme c’était le cas avant 1981?

  6. Le Glaive dit :

    Mais enfin, qu’attendent-ils pour recruter parmi les pointures qui déploient leurs talents dans les commentaires de ce forum ? Ils sont déjà formatés, bouillonnant d’impatience face à la terrible menace Russe ( et assimilés) et ils ont déjà les réponses et les méthodes appropriées ( le plus souvent, nucléaires) .
    Ils seraient prêts à travailleur gratuitement pour éliminer toute la vermine rouge qui sévit en France ( Sputnik, RT etc, ça ratisse large, jusqu’à  » Le Parisien ») et ils ont dejà des fichiers de traîtres , à jour ( Le Glaive, entre autres) .
    Leur laisser la bride sur le cou au sein de ce service prestigieux que le monde nous envie, permettrait de faire vite le ménage dans notre beau pays, non ? j’ai des noms de volontaires à proposer, si quelqu’un est intéressé !

  7. Phil Traer dit :

    Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans….. de service, ne peuvent pas connaître !!!!!!
    C’était au bon vieux temps de saint Thomas d’Aquin, en salle deBange, un officier instructeur en kaki ( et dont le nom avait une certaine connotation religieuse…….. )
    nous disait…… Messieurs, la DPSD, c’est la capote du commandement……….
    Méditez ça les gars…….et vous comprendrez que rien ne changera jamais, ni dans ce service, ni dans l’AA d’ailleurs, le meilleur c’est d’en sortir…….@+

    • Jm dit :

      Ha, la salle de Bange !!! Ses chaises bleues, sa chaleur avec le soleil qui donne directement à travers les grandes vitres l’après-midi, ses cours de droit interminables avec Mme L.B, les cours qui te répètent inlassablement les mêmes choses à longueur de journée, (je ne suis pas fana de cyclisme, mais le cycle du renseignement, je maîtrise depuis !!!) le sommeil qui te gagne vers 13h30 à la reprise……réveillé par le bruit des dizaines de bouteilles vidées dans les poubelles par le cuisinier dont la salle de cuisine et de restauration sont juste au milieu de St Thomas.
      Phil, je sais de quoi tu parles….
      Et cette phrase, je l’ai également entendu de la bouche de celui dont tu parles.
      Et je vois que tu as résumé en 5 lignes ce que j’ai écrit au-dessus.
      J’ai bien connu ton instructeur, dont le seul fait d’arme était de nous raconter qu’il avait appartenu à la SM et nous faire croire qu’il avait joué au barbouze.
      Le pb, c’est que je suis encore en service, et j’ai connu la SM (génération juste avant Mitterrand), et ce garçon, personne parmi les anciens du service n’en avait jamais entendu parler.
      Bigbuzz 75, pour les faits d’armes, vous avez raison, c’est discrétion absolue.
      Mais pour les ratés, je vous laisse consulter quelques archives de Toulon, même des archives TV.

      • Vous avez choppé beaucoup de monde? Il n’y aurait pas une épidémie par hasard? Tout s’achète, je n’ose y croire…

      • Phil traer dit :

        Ha qu’il est bon parler entre dinosaures………de se remémorer cette époque où nous étions jeunes …….
        La disparition de la Grande SM ( qui faisait peur )comme disaient nos instructeurs les plus anciens,( pas l’autre simili barbouzard en peau de lapin ) au profit de la DPSD nouvellement créée par les socialos……..un pietre ersatz disaient-ils …..plein de nostalgie, des sanglots dans la voix et les larmes aux yeux…..
        Ha le bon temps de la conscription et ses comités de soldats, du bloc soviétique et de tout son bordel, les débuts de l’informatique, les célèbres 4 L ,etc…… hé oui c’était avant, et nous étions jeunes avec la foi en la mission chevillée au corps…….. hélas tout ça c’est le passé, et la déception et l’aigreur ont remplacé notre bel entousiasme.
        Alors les jeunes du service dites vous que rien n’est nouveau sous le soleil………et appliquez cette maxime qui m’a suivi toute ma carrière  » dans l’AA, pour qu’il n’y ait le moins de mécontents possible…..il faut toujours baiser les mêmes… ça en fait moins qui gueulent !!!!! »

        • Jm dit :

          En fait, et pour avoir bossé avec eux pendant 4 ans, si la DRSD veut « servir » utilement et offrir de réelles perspectives, il faudrait qu’elle ait grosso modo le même fonctionnement que le NCIS.
          Pourquoi dans les instances du CNR, les seuls qui n’ont aucun pouvoir sont les services issues de la Défense – pardon, des Armées? Pourquoi ne pas avoir, comme la BGA, une double casquette Commandement et Procureur?
          Les conseils donnés et non suivis par je m’en foutisme, et les enquêtes avortées et étouffées volontairement par le commandement ne seraient alors plus de mise.
          Mais peut-être que cela fait peur……

    • Jm dit :

      J’ai omis une petite phrase pour être raccord avec toi et être sûr que nous échangeons sur la même personne: l’instructeur dont tu parles était, pour la cinquième roue du carrosse qu’il était, un objet utile, rapport à la seconde partie de son nom !!!

  8. vrai_chasseur dit :

    C’est toute l’Armée qui se trouve face à un enjeu RH, pas que la DRSD.
    Les occasions de susciter des vocation ne manquent pas. Les jeunes sont de plus en plus sensibles et nombreux à vouloir s’engager par aspiration à un système de valeurs -mais pas que-.
    Il va falloir que le Ministère retravaille sérieusement son approche RH. On y use et abuse toujours de vieilles tartes à la crème dépassées genre « réelles perspectives de carrières, expériences de vie uniques, etc etc », issues des codes de langage RH des entreprises des années 90. Le décalage entre discours et réalité devient problématique.
    Les campagnes de pub actuelles parlent de valeurs, d’aspirations…mais prêchent des jeunes déjà convaincus de ça. Le vrai chantier est en interne : une revisite complète de l’équilibre, spécifique aux militaires, entre sujétion et reconnaissance. Des hommes et des femmes qui sont les garants ultimes de la sécurité de la nation ne sont pas des fonctionnaires ordinaires : certains ont la mort comme hypothèse de travail.
    Sans cette modernisation, déconvenues sévères garanties pour l’état-major au niveau des non-renouvellements de contrats. Et ça c’est un vrai problème de fond.

  9. ERICBASILLAIS dit :

    Après WWIII je veux bien passer un RDV 😉