L’armée de l’Air va former des pilotes de drones dès le début de leur carrière militaire

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

12 contributions

  1. Clavier dit :

    Cela évitera d’avoir à verser la solde à l’air ………

    • themistocles dit :

      Ce qui ne devrait pas changer grand chose au final, l’endroit où l’on trouve le plus de « prime à l’air » étant la DGA… L’armée de l’air ne venant qu’après.

  2. vrai_chasseur dit :

    En parallèle, les Reaper français seront très bientôt armés.
    Ils sont en train d’être recâblés pour pouvoir tirer des missiles. C’est l’affaire de jours.
    Pour parfaire la formation des pilotes, ce sont des réservistes qui actuellement jouent le rôle des HVT djihadistes et se disséminent dans la campagne charentaise…
    Une fois les pilotes formés, premiers engagements en OPEX cette année avec des bombes guidées laser, puis des guidées GPS et enfin des Hellfire.

  3. B21 raider dit :

    Ce qui est navrant malheureusement, c’est que l’ada ne compte acheter que 6 male RPAS, comment espérer avec ces volumes que le système soit compétitif à l’export…?
    Ensuite il n y à aucun drone Hale prévu(style mq4), or ce genre de système est très utile pour surveiller une zee etendue comme celle de la France : https://youtu.be/6_O3spdRcEE

    • Alpha dit :

      Plus exactement : La France prévoit d’acquérir 6 systèmes composés chacun de 3 vecteurs aériens et 2 stations sol.
      Cela fait donc 18 drones MALE …
      Actuellement, nous n’en avons que 15 de mémoire. Léger progrès…
      Pour le reste, une variante de surveillance maritime ou un drone HALE dérivé du RPAS, vue la taille et la configuration de ce dernier, mon petit doigt me dit que l’idée ne tardera pas à germer…. 😉

      • B21raider dit :

        c’est probable, mais vu que son plafond est limité a 45000 pieds, il doit être significativement revu pour devenir un drone HALE :/

        • Alpha dit :

          @B21 raider
          Drone HALE Global Hawk = Plafond : 18 200 m et des poussières…
          Drone MALE RPAS = Plafond : 15700 m et des poussières…
          La différence n’est pas si énorme…
          Et quand on voit la masse de la bête européenne qui est plus proche de celle d’un Global Hawk que d’un Reaper, mon petit doigt (encore lui…) me dit que cela se fera, après quelques modifs. comme par exemple, des moteurs plus puissant peut être, un allongement des ailes…

      • Nico St-jean dit :

        @ Alpha
        .
        « Pour le reste, une variante de surveillance maritime ou un drone HALE dérivé du RPAS, vue la taille et la configuration de ce dernier, mon petit doigt me dit que l’idée ne tardera pas à germer »
        .
        Attention cependant parce qu’un HALE très endurant avec fusion des données et multiples liaisons avec PATMAR, ça coûte extrêmement cher à développer et à produire. Le Triton est certes très performant mais $$$. Cependant avec 30 heures d’endurances à 60 000 pieds et 15 000 km de portée, il l’est vaux. Suffis d’avoir les poches profondes et le ok des allemands.

        • B21raider dit :

          vous daignez enfin répondre a mes comms ……

        • Alpha dit :

          @Nico St-Jean
          Airbus a déjà lancé des études pour l’A320Neo MPA (PATMAR) ce dernier devant parfaitement être intégré au sein d’une flotte de plates-formes différentes – satellites, chasseurs, drones, et d’ailleurs le système PATMAR a vocation à rentrer dans le système de systèmes SCAF.
          L’industriel prévoit ainsi le remplacement des ATL2 français et des P-8 allemands à l’horizon 2025-2030.
          A partir de ces bases de travail, Airbus pourrait donc tout à fait étudier une déclinaison des systèmes déjà à l’étude, destinée à un futur drone HALE destiné à la surveillance maritime. Tout ceci à un coût moindre.
          Et pas besoin du ok allemand… Airbus est aussi français…

  4. dolgan dit :

    C’est assez difficile d’imaginer un autre fonctionnement. Prendre des pilotes pour leur faire piloter des drones depuis le sol, c’est surréaliste.
    .
    On ne prend pas des pilotes de formule 1 pour les reconvertir en conducteur de moissonneuse batteuse… Les deux ont des roues, mais ça ne veut pas dire que les compétences/qualités associées sont les mêmes.
    .

  5. Carin dit :

    Pilote de drone peut être un excellent reciclage pour des pilotes AA ou ALAT après leur départ en retraite, à condition de ne pas suspendre la dite retraite… cela permettait de raccourcir le temps de formation, et de profiter de leur expérience visuelle… en effet des abris semi-enterrés c’est comme les champignons de nos forêts, vous pouvez promener des heures sans en voir, alors que celui/celle qui en a déjà vu, et à enregistré leur façon de se cacher, les retrouve presqu’a coup sûr et fait le plein de son panier…