CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Une entreprise française a présenté le prototype d’un fusil d’assaut destiné aux force spéciales

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

86 contributions

  1. albatros24 dit :

    Aucune possibilité de la vendre à plus de 10 exemplaires à l’Armée qui préfère acheter allemand.

    • Eric dit :

      Vous confondez tout… Il s’agit d’une arme ultra-spécialisée, conçue pour un usage précis (et limité) par une PME. Pas d’un fusil d’assaut standard destiné à être produit en quantité industrielle.

    • Céphée dit :

      Cette ignorance…
      Si seulement vous ne l’étaliez pas sur les murs, ce ne serait pas dérangeant, mais non, vous en refaites les peintures entièrement.

      Vous saviez que les commandos marines ont longtemps étés équipés avec des armes suisses ?
      Puis belges, puis américaines, puis allemandes, pour revenir aux américaines, et repasser aux allemandes… On voit encore du suisse et du belge dans leurs mains, au gré des missions qui fuitent. On voit même des FA-MAS G2, parfois.

      • albatros24 dit :

        Les divers commandosmarine utilisent des armes allemandes, le HK G36 ainsi que diverses armes testées, dont la copie du FAMAS croate le VHS 1 et sa version plus moderne qui ressemble plus au Tavor israélien
        S’ils achetent une telle arme ce sera pour la tester donc1 ou 2 exemplaires, de même pour les autres FS, d’où les 10 exemplaires..
        le FAMASreste une excellente arme non modernisée de par la faute de nos élites dirigeantes, nous ne fabriquons plus d’arme légère et sommes à la merci des autres européens, qui eux, les gros comme les plus petits (belges, croates, turcs, anglais, allemands,..) continuent de fabriquer leurs armes
        C’est plus clair ainsi ?

    • John dit :

      Soyez un minimum de bonne foi…
      C’est certes génial de voir des entreprises nouvelles développer de nouveaux produits… Mais HK a prouvé qu’elle pouvait produire en quantité, avec une qualité de bon niveau…
      Que diriez vous si l’armée avait acheté une arme française et que celle-ci avait des problèmes de qualité de production, des problèmes de conception et autres?
      Le FAMAS coûtait une blinde en entretien. Autant acheter parfois allemand pour les rares éléments qui ne sont plus produits par l’industrie de la défense française.
      Économiquement, cela a plus de sens de développer des produits à haute valeur ajoutée !
      C’est comme les avions d’entraînement. Oui la France a les compétences pour en développer. Mais quand vous voyez leur prix, investir dans la R&D sans avoir de projet industriel réel n’a aucun sens. Surtout dans un marché où les niches sont prises…
      En revenant au fusil d’assaut, il est normal que le nombre de producteurs / pays producteurs se soit réduit ! Les armées sont plus petites, donc les volumes de production ne sont plus les mêmes…
      Et toujours concernant le fusil d’assaut… Imaginez la France qui commande ce fusil d’assaut français… Le résultat serait une production intensive durant une période relativement courte. Comment gérer la suite? Surtout qu’en France, licencier des employés, c’est le parcours du combattant. Seuls les gros producteurs actuels peuvent tabler sur une continuité de la production !

      • JEAN AUGERON dit :

        Depuis 1000 ans les français fabriquaient leurs armes et il n’y avait pas de problèmes. « Avoir un projet industriel » pour fabriquer des armes STRATÉGIQUES n’a aucun sens, la rentabilité n’a aucun sens, la continuité de fabrication n’a aucun sens. Un peuple qui ne fabrique plus ses armes est à la merci du peuple auprès duquel il les achète ou avec lequel il les fabrique. Vos raisonnements amènerons et sont complices de la disparition finale de la France (qui est déjà engagée).

        • John dit :

          Depuis 1000 ans?
          Vous m’expliquez la pertinence de l’ère préindustrielle sur cette question?
          Ce que vous dites est vrai uniquement pour les éléments où le nombre de pays producteurs est limité… Autant dire que la France est entourée de 4 pays produisant des fusils d’assaut…
          Et c’est sans compter les autres pays qui pourraient aussi en fournir!

          Ensuite… Je suis en Suisse donc mon niveau de responsabilité est faible…
          Le problème de la France c’est entre autres votre raisonnement. Tous les industriels dits stratégiques se sont reposés sur l’Etat pour leur survie… Résultat, lorsque les bénéfices étaient importants, les actionnaires étaient récompensés. Et lorsque l’entreprise était à la peine, l’état venait à son secours en recapitalisant, ou en commandant des objets inutiles.
          Cette sécurité fournie par l’Etat français et voulue par les Français a rendu certains industriels paresseux… La volonté de gagner de nouveaux marchés n’était plus là !
          Les autres problèmes sont le manque de reconnaissance des industries et des ouvriers. L’apprentissage est vue comme une voie d’échecs. Le fait qu’un jeune fasse un apprentissage lui ferme les portes à des postes à haute responsabilité (dans le privé comme dans le public). Pareil pour les études, un apprenti ne peut pas devenir ingénieur en France il me semble.
          Valoriser de telles voies permettrait d’avoir un niveau de qualifications industrielles encore meilleur. Il permettrait d’encourager l’entreprenariat.
          Bref… Les problèmes sont ailleurs. Ce n’est pas l’achat de 100’000 fusils d’assaut qui change quoi que ce soit !

        • ekiM dit :

          Les poncifs idiots habituels.

          Mille fois battus en brèches.

          • wagdoox dit :

            tu penses que sortir ta connerie 1000x te donne raison.
            elle est bien bonne celle là

        • Clément dit :

          @JAN AUGERON
          « Depuis 1000 ans les français fabriquaient leurs armes et il n’y avait pas de problèmes. »
          => Non. Avant l’apparition de l’armée professionnelle sous ordre du plus haut niveau de l’état, les équipements étaient fait localement (donc par des artisans gascons, basques, normands, picards, bourguignon, …). Mais ne cherchez pas des français il y a 1000 ans, on n’existaient pas encore.

        • Alexandre dit :

          @Jean Augeron, la France fait partit des deux nations au monde à savoir tout faire et a avoir dépenser une part importante de son pib depuis 60 ans pour maintenir ses compétences et ses outils industriels de défence contrairement à ses trois gros voisins, Allemand, Britanique et Italien. Et taxer l’état de vouloir faire de la rentabilité, franchement c’est de mauvaise foi, l’état passe son temps à passer des commandes pas franchement utiles pour maintenir des industries, et si les chantiers navales existent encore c’est en grande partit grace à lui. Et puis des armes étrangères nous en avons achetés de tout temps, et en avons vendus bien plus, et le présent montre que ça ne s’arrete pas et que ça s’accélère meme.

          • wagdoox dit :

            l’état passe son temps à faire des commandes aux copains de l’ENA certainement pas pour soutenir l’intérêt de la nation

      • albatros24 dit :

        Je sus d’accord qu’aujourd’hui on n’a plus guère le choix car nous n’avons plus d’usine. Ainis développer une nouvelel arme serait coûteuse.
        Mais, qu’est ce qui nous empêche d’être moins bêtes ?
        Ainsi les espagnols utilisent le HK G36 fabriqué sous licence en Espagne, avec de l’acier espagnol d’ailleurs (qui chauffe mieux, forcément) pour une armée plus petite que la nôtre. Par exemple…
        Les autres pays font cela, acheter un produit avec licence de production et une PME locale le fabrique.
        le fabriquant espagnol pour notre exemple durera t il 100 ans ?
        Peut être ou pas
        En fait peu importe il est espagnol …et c’est le plus important il y a les machines outils au pays et les munitions sont nationales et pas fabriquées dans des pays originaux avec des entreprises de pacotille comme pour notre famasLe made in France est de qualité on le sait.
        Quelle est la logique de cette question de la durabilité de la PME ou le chiffre d’affaire porté à des dizaines de millions / si ce N’est juste pour écarter des PME françaises et fausser les règles d’égalité des marchés publics ?
        Si on a besoin de 20 gros helicoptères ou de 40 avions d’entraînement autant les acheter sur étagères aux Eu ou en Suisse – mais pas pour toutes nos armes et munitions utilisées par le troufion de base Une fois qu’il est produit sous licence vous avez une industrie des ouvriers une compétence qui ne se perd plus…cela coûte cher ?
        Au final moins que de dépendre des autres et d’altérer encore son déficit.

        • John dit :

          Le coût est plus élevé lorsqu’il s’agit de fabriquer sur licence… Il faut payer à nouveau les frais liés à la mise en place des machines, etc…
          Mais en effet, c’est une solution intéressante !

          Non, la question du chiffre d’affaire de la PME n’est pas sans intérêt. Le but n’est aucunement d’écarter des PME ! L’expérience a montré que d’attribuer un contrat à une entreprise qui n’a pas d’expérience sur les volumes et sur les gros contrats présente des risques.
          L’un des premiers risques c’est le fait de devoir engager massivement des employés. A l’échelle de cette entreprise, les ouvriers expérimentés seraient minoritaires, et les employés y arrivant majoritaires. C’est difficile de former beaucoup d’employés à court terme.
          Tout ça ce sont des risques. La question que certains se posent c’est de savoir si on prend le risque de la qualité pour produire localement.
          La France en ce moment n’a pas un budget publique permettant cela (d’un point de vue externe).
          Concernant les munitions, je peux comprendre que la production locale est nécessaire. Mais concernant la production d’armes, je me demande si vraiment celle-ci est nécessaire…
          Tant que les FAMAS sont entretenus et maintenus en état de fonctionnement sur toute la durée de vie des HK416, je pense que le volume d’armes devrait être suffisant pour relancer une production locale. Thales est français et a tous les planss pour un fusil d’assaut. Possible de mettre en route une production locale. Et ensuite, l’entreprise mentionnée ici pourrait aussi être utilisée pour produire cet armement. A mon avis, tant qu’il y a des plans de sécurité nationale pour palier à ces problèmes en cas de conflit de haute intensité, la situation est relativement bonne. Si il n’y a rien qui est mis en place pour augmenter la cadence de production de tout type d’armement, il y a un problème de sécurité nationale.

          • Albatros24 dit :

            Le coût est plus élevé …et alors ?
            Pas du double quand même.
            Si on veut vraiment un fusil économique, il y a le AK47… Là on fera des zéconomies.
            Il faut un fusil français et des cartouches tricolores.
            C’est simple et logique (la Suisse fabrique ses propres armes et munitions pourquoi pas la France ? la fabrique d’armes de Suisse est elle rentable ?).
            Thalès est une multinationale française qui ne veut plus faire de fusil en France car pas rentable pour elle (par contre elle vend un modèle bullpop australien le F90 mais fabriqué très très loin donc…)
            Nous avions des entreprises nationales à St Etienne (FAMAS) Tulle (MAT49) que nous avons fermées (l’Etat) et qui n’ont jamais été rentables : quelle fable la rentabilité dans ce secteur stratégique.
            Nous avons des boites françaises qui sont leaders dans le monde pour la fabrication d’armes de chasse et de sport (Verney Carron, Chapuis, cette boite là,…) et donc très rentables. Ces boites pourraient construire et innover pour des fusils d’assaut et des armes de précision. Verney non seulement le peut mais le veut…
            Où est le problème avec un CA fixé à quelques dizaines de millions et non de centaines de millions ?
            Il n’y a pas de problème hormis dans l’esprit de nos technocrates qui n’ont fait que Science Po et l’ENA et des stages dans leur vie…une telle boite comme Verney peut sans problème de faillite produire une arme sous licence (ou une arme dérivée d’un F16 d’ailleurs qu’elle avait développé ou encore d’une arme de précision https://www.youtube.com/watch?v=GLKmCoNyH4M).
            Le coût n’est pas si élevé puisque on les paye de toutes façons via un appel d’offres qui est soit au mieux disant (le meilleur rapport qualité prix) soit le moins disant (moins cher). L’argument du prix et d’un montant de CA est uniquement fait pour écarter des boites nationales, n’essayez pas de justifier cela, vous n’y parviendrez pas.
            Cette boite pourrait ensuite produire les cartouches qui vont avec.
            Si Verney s’est positionné c’est qu’il estime pouvoir répondre aux demandes et on peut lui faire confiance vu tout ce qu’il exporte chez les anglos saxons.
            Dans certains pays, qui ne marchent pas sur la tête, on aurait pris uen PME nationale ou au moins la Fabrique nationale (elle a été sous capitaux français à un moment et elle est belge, donc en réponse à la participation belge au programme Scorpion par exemple).

          • Albatros24 dit :

            Heu..pas F16 mais M16 pardon, du Colt germanisé quoi…

          • John dit :

            En effet, le coût plus élevé peut être acceptable.
            Mais dans la mesure où le budget de la défense n’est pas infini, j’ai l’impression que ce budget serait mieux utilisé ailleurs.
            Vous mentionnez le cas de la Suisse, mais le cas est particulier.
            Le Fass 90 a été produit à 600’000 exemplaires sauf erreur. Ca c’est uniquement le chiffre pour l’armée suisse. Ajoutez à ça les exportations pour les forces armées étrangères avec les SIG-550, 551, 552 et 553, vous arrivez à un chiffre qui s’approche du double de la production de FAMAS.
            Et en Suisse, vous pouvez ajouter les polices, et aussi le marché civil, avec le FASS-90 et le FASS-57 qui sont les armes officielles pour les compétitions de tir sportif, véritable tradition suisse, même chez les femmes.
            Donc le contexte n’est pas comparable.
            Le Famas a été produit à environ 400’000 exemplaires.
            Donc en Suisse, la production des Fass90 s’est étalée sur une très longue période dès la fin des années 80, début des années 90. Le Famas est plus ancien, et sa production s’est stoppée en 92.

            Quelle est la situation en Suisse?
            SIG a été racheté, mais la Suisse a voulu conserver la capacité de produire en Suisse. N’oublions pas que c’est une des rares industries de la défense restant, raison pour laquelle la Suisse y tient. Toutefois, une bonne parties des SIG 550-553 ne sont plus produits en Suisse mais en Allemagne aujourd’hui pour des questions de coûts. Mais la fabrique Swiss Arms (littéralement à la frontière allemande) produit toujours.
            Que se passe-t-il?
            Fort du succès du Sig 550, Sig et Swiss Arms ont décidé de se concentrer sur divers marché. Le SIG-550 est lourd. Sa conception le rend très solide et fiable, mais ce n’est plus ce qui intéresse les armées. Ils l’ont donc allégé en proposant des receveurs en aluminium plutôt qu’en acier.
            Ensuite, les dimensions du 550 sont spécifiques à la topographie suisse et aux fortifications suisses. Mais les armées comme la France et les USA ont besoin d’armes plus courtes.
            Les Sig-551 et 552 ont été développés dans un premier temps. Le 552 étant conçu différemment était moins fiable. Le 553 a été donc développé sur le modèle du 550.
            Aujourd’hui, SIG a réussi à développer la gamme suivante basée initialement sur le Sig-530 qui a évolué en Sig-540 pour la France et Sig-550 pour la Suisse.
            http://www.swissarms.ch/media/files/catalog-2018.pdf
            En 5.56:
            – Sig 550
            – Sig 550 Sniper
            – Sig 551 (2 longueurs de canon)
            – lance grenade pour toute la gamme sauf erreur
            – sig 553 (2 longueurs de canon)
            – Sig 553 AL (2 longueurs de canon, receveur en alu)
            – kits de conversion en alu pour les sig 550
            – Sig 553 P (soit Pistol, version ultra courte (46 cm, sans crosse)
            -sig 556 version américaine du sig 550
            En 7.62 (sauf erreur tous des fusils alu)
            – Sig 751 SAPR (precision Rifle, 7.62 OTAN)
            – sig 553 R (disponible en calibre russe, accepte les chargeurs AK)
            Calibre 0.300 BLK:
            – Sig 553 BK (7.62 x 35mm)
            Bref… Tout ça pour dire que SIG a voulu investir sur une base de qualité. La qualité et la précision étant là, ils ont développé des produits répondant aux besoins d’autres pays. Raison pour laquelle l’entreprise existe encore.

            Nous voyons les choses différemment…
            La Suisse a des entreprises qui doivent se gérer par elles-mêmes. L’état n’a pas vocation à intervenir dans l’économie. Dès le départ, la situation est claire, SIG, et maintenant Swiss Arms doivent trouver leurs clients.
            Il semblerait que les producteurs français n’aient pas réussi à exporter leur armement à l’étranger. Et c’est ça qui maintient des producteurs entre 2 commandes de l’armée du pays producteur.
            La fin du service militaire obligatoire signifie une baisse de la production. Tous les producteurs ne pouvaient pas se maintenir, le marché n’est pas infini.
            Les producteurs qui ont su se maintenir sont ceux qui proposent une variété de produits, et qui innovent.
            Sauf erreur, la MAS n’était pas réputée pour la variété de sa production. Et la diversité était principalement due à de la fabrication sous licence.
            HK a une diversité importante de produits. Pour SIG vous pouvez y ajouter le armes de poing. FN en Belgique est clairement orientée aujourd’hui dans l’innovation et dans le marché de niches. Après avoir produit en quantités astronomiques le FAL, le FNC, la Fabrique Nationale a réussi à poursuivre dans l’innovation. La réputation qui était la sienne lui a servi.
            Aujourd’hui, les armes qui sont encore en production:
            – FN SCAR
            – Minimi
            – F2000
            – P90
            – Five-seveN
            Bref… Tout ça c’est le résultat d’investissements privés. En ça, pour moi le gouvernement n’est pas responsable des investissements individuels des entreprises. La France et les Français s’attendent trop à être couverts par l’État dans toutes les circonstances. Ce n’est pas ma conception de l’état.
            Pourquoi Verney Caron et les entreprises que vous mentionnez existent encore? Parce qu’elles ne se contentent pas d’un seul marché. La diversification est une obligation pour survivre.

            Le problème réel d’entreprises comme Verney Caron pour un état c’est de ne pas avoir de réelle garantie.
            Une entreprise comme HK a les reins solides. Confier la production à VC pose réellement des risques quant à la qualité (ce qui ne veut pas dire que la qualité ne peut pas être bonne). Elle pose un problème concernant la qualité des employés. Les employés en poste actuellement sont très certainement hautement qualifiés, je n’en doute pas, sinon la réputation ne serait pas ce qu’elle est. Par contre, il faudra embaucher en masse, et donc des employés non-qualifiés…
            Et imaginons l’hypothèse d’un problème conséquent. VC n’aura pas les moyens de répondre aux attentes de l’état sans avoir des moyens additionnels pour réparer les erreurs.
            Cela signifie que l’état les paie ou alors que VC fasse faillite.

            L’autre hypothèse qui malheureusement fait flipper l’état, c’est la fin de la production. Combien d’employés à licencier? Les 3/4 vu le volume à produire? L’état sera attaqué pour abandon d’un fleuron de l’industrie française, etc…
            Avec HK, la situation est simple. Les canons sont produits en France. Vu leur coût, ça fait travailler pas mal de monde en France. Et vu le nombre d’armes produit par HK, la balance commerciale à long terme est favorable à la France. Et si ça peut permettre à la France d’utiliser ce contrat pour placer ses industriels sur l’avion de chasse et sur le tank, je pense que c’est une bonne chose.

            Mon avis est plus libéral que le vôtre je présume. Nos 2 avis ont chacun des intérêts. Il n’y a pas de solution parfaite. Par contre vous devriez noter que la France fait beaucoup pour son industrie de la défense ! C’est une bonne chose évidemment. Mais si Thalés a un tel succès, Dassault aussi, Nexter va probablement gagner des marchés avec le programme Scorpion,… on voit que la France fait beaucoup.

            200 millions sauf erreur pour le HK416. Si il a été choisi (je pense), c’est pour sa fabrication en partie française.
            Avec ce contrat, 150 millions inférieur au budget initial de 350 millions, c’est 2 Rafale en plus potentiellement!
            Je sais pas pour vous, mais j’ai l’impression que ces 150 millions peuvent faire pas mal de bien à l’armée dans des équipements très utiles… Voire même pour les militaires!

          • John dit :

            Joli lapsus !
            si ce que j’ai lu comme commentaire est vrai, 16% du chiffre d’affaire de HK revient à la France avec l’acier et les canons.
            Et dans le cas du contrat HK416, il semblerait que le canon représente le tiers du pris de l’arme.
            Au final, financièrement la balance commerciale est favorable à la France avec HK.

    • Dante dit :

      Non l’Armée préfère un fournisseur fiable et capable de produire en gros volumes et qui ne fera pas défaut en cas de coup dur financier…

      • albatros24 dit :

        Et bien qu’est ce qu l’empêche de faire appel à un armurier national qui exporte massivement aux Etats Unis des armes dont la qualité est reconnue et qui est rentable ?
        Sinon lamauvaise foi

    • MD dit :

      Parce que d’après vous, l’Armée ou plutôt la Marine Nationale ne pourrait plus aligner que 10 Commandos Marine dans ses rangs? Soyez donc plus sérieux . Car d’après ce que j’ai entendu dire, on ferait plutôt du recrutement de ce côté.
      De toute façon , si l’arme donne satisfaction, tout le monde voudra en avoir . Même les agents de l’administration pénitentiaire !

      • albatros24 dit :

        Première partie de votre phrase, merci de lire ce que je réponds plus haut à Céphée
        Seconde partie : oui

        • MD dit :

          Pas d’accord du tout pour penser que le FAMAS ait été une grande réussite pour l’Armée Française. Je dois vous préciser que j’étais présent dans l’unité qui a été choisie pour tester ce fusil. Très tôt , il a été loin de soulever l’enthousiasme de nos sous-officiers spécialistes en armement, et je peux vous dire qu’ils ont été parmi les plus compétents que je j’ai pu rencontrer durant mon temps d’activité en corps de troupe ou en école.
          La MAS n’a pas du tout corrigé tous les défauts que les expérimentateurs avaient soulignés. Les décideurs politiques ne sont donc pour rien en ce qui concerne le fait qu’on n’ait pas essayé de la moderniser plus tard.De toute façon , l’étude et la mise au point du FAMAS a été trop longue et accumulé trop de retards.
          Le fait que ce fusil n’ait pas pu être exporté est dû au fait qu’au départ, le choix du système de fonctionnement de ce fusil était fautif: arme à culasse non calée au lieu d’emprunt des gaz en un point du canon. C’est pas très commode lorsqu’on veut que ce fusil puisse aussi tirer des grenades, une manie bien française, certes, mais utile quand même ! Cadence de tir trop rapide et Mise au point très laborieuse du sélecteur de tir par 3. Toute arme est un compromis entre diverses exigences. les choix qui ont été faits dans le cas du FAMAS n’ont pas été très pertinents.
          L’un de nos spécialistes en armement avait dit dit à un technicien :  »Pourquoi voulez vous donc construire un fusil de cette manière ? Vous devriez construire une mitrailleuse plutôt sur ce principe et là cela marchera bien ! ». Il avait raison: le FAMAS aurait certainement pu devenir une excellente mitrailleuse légère . Mais à quel prix?
          Les militaires étrangers qui ont pu utiliser le FAMAS ne sont pas des incompétents eux non plus. Ils savent ce qu’est le principe général de fonctionnement d’une arme car c’est celle-ci conditionne son fonctionnement et son utilisation. Et ils l’ont jugé. C’est ce qui explique l’échec commercial du FAMAS à l’étranger. Trop cher. Et trop compliqué par rapport à ce qu’ils pouvaient trouver ailleurs pour leurs soldats.
          Bonne chance à Sun rock. De toute façon, je préfère les petites sociétés audacieuses qui acceptent de fabriquer des petites séries d’armes  »customisables », même si elles doivent pour cela s’associer à des étrangers comme les Croates , qui sont de toute façon traditionnellement loin d’être des manchots en manière de fabrication d’armes légères pratiques , que toutes ces grandes firmes françaises ou non, ne désirant que lancer de très grandes séries d’armes qui se révèleront ensuite incapables d’être adaptées à d’autres besoins urgents et bien réels. Les théories de l’évolution de Darwin s’appliquent aussi bien pour les entreprises industrielles que pour les armes qu’elles fabriquent. Les dinosaures ont disparu tout simplement lorsqu’ils ont été incapables d’évoluer et de s’adapter à un monde qui était en train de changer .

          • PK dit :

            Critiquer a posteriori est assez facile, mais il faut le faire avec justesse. Le FAMAS, à l’époque, a été développé pour remplacer à la fois le FAS, la MAT et l’AA52…

            Ça prête à sourire aujourd’hui, mais c’était le cahier des charges de l’époque.

            Alors, le résultat est un donc un compromis (comme toujours) de cet tentative (avortée) d’atteindre cet objectif.

            Finalement, il en est resté l’usage du fusil d’assaut.

            Et la non-volonté, peut-être dès le départ comme vous le soulignez, de ne pas le faire évoluer.

            Rien n’aurait empêché d’en faire une arme absolument moderne, sans ses défauts de jeunesse, avec ses caractéristiques propres, en 20 ou 30 ans.

            Mais comme en France, personne ne pense sur la durée, on a dans cette opération tout perdu : une bonne arme (si, si, malgré tout…) et une perte à la fois de la filière petit calibre et la MAS…

            Bref, une claque. Mais évidemment, pas de responsable, ni de coupable : ça, par contre, on sait bien faire en France !

          • tschok dit :

            Bonjour MD,

            Votre témoignage me semble tout à fait intéressant, parce qu’il montre à quel point on a affaire à des objets techniques dont la mise au point est beaucoup plus complexe que ce que laisse penser l’apparente simplicité de la fonctionnalité de l’arme: tuer.

            C’est toujours quelque chose que le profane a du mal à imaginer, mais une arme est, à un certain degré, un petit bijou d’orfèvrerie. De métallurgie, en fait.

            Si une civilisation extraterrestre devait explorer la Terre après la disparition du genre humain, elle en apprendrait instantanément plus long en découvrant un simple Colt 1911 cal 45 dans les ruines de nos cités, qu’en analysant longuement tout autre artefact en apparence plus sophistiqué.

            Une arme, même assez primitive, est un condensé de savoirs et de savoir-faire. Le profane, qui est souvent doublé d’un ignare (un ignorant qui ignore qu’il ignore) envisage les armes à feu comme il envisage les robots mixeurs.: comme un objet de consommation qui, en définitive, ne contient rien d’autre que ce qu’il projette en lui et qui se remplace en fin de durée de vie.

            Mais une arme, c’est beaucoup plus qu’un aspirateur Dyson. Même le dernier modèle sans fil avec un moteur et des batteries de dernière génération qui maintient une puissance d’aspiration blabla comme le dit la pub.

            D’ailleurs, je note que vous évoquez les théories de Darwin. Si une arme était un simple objet, comme un pot de chambre par exemple, on se demanderait bien ce que viendrait foutre dans la discussion une telle référence, assez recherchée il faut le dire. Et pourtant, on comprend qu’elle trouve naturellement sa place dans vos explications.

            Donc une arme, c’est un objet complexe qui s’insère dans un environnement complexe avec un utilisateur qui a sa propre complexité. C’est une complexité par nature, intrinsèque. Donc, on ne peut pas en faire l’économie.

            Et par ailleurs, je partage votre sentiment sur le Famas: arme d’ingénieurs dont l’ergonomie est une contrainte plutôt qu’une facilitation à l’emploi. Une arme qui m’a donné l’impression d’être une paire de ciseaux Fiskars conçue par des ingénieurs oublieux des nécessités concrètes du combat. Même un bête Colt 1911 vous donne l’impression de se mettre à votre service. Rien que le voir vous donne envie d’être un tueur de la mafia ou un agent du FBI, quand le Famas vous plonge dans un embarras que ne dissipent pas ses performances balistiques objectives, qui sont simplement dans la moyenne (haute) de son époque.

          • Albatros24 dit :

            Rien à redire sur le FAMAS, avec de bonnes munitions.
            Je connais un tas de militaires qui en étaient contents, votre opinion se discute.
            Bien sûr il y a aussi un tas de militaires q adorent la nouveauté et tout ce qui est utilisé par l’Oncle Sam dont les Hk d’ailleurs..
            La version G2 est parait il meilleure.

          • Albatros24 dit :

            Le HK n’est qu’un M16 modernisé, M16 beaucoup plus ancien que le FAMAS.

          • Albatros24 dit :

            Enfin quand on est capable de faire des fusées, des SNLE des Rafales, des missiles parmi les plus efficients au monde, on est capable de moderniser son fusil si on s’en donne les moyens.
            Facile ensuite de dire : à ben non, la manu de St Etienne n’existe plus … Donc on achète pour faire plaisir à Angela et se faire plaisir avec un produit allemand.
            Qu est ce qu’on a en retour ?
            Le HK 416F est il l’arme qu’il nous fallait (à quelques dizaines de milliers d’exemplaires seulement) ?
            Le bullpop a été d’office écarté…mauvais souvenir du FAMAS ?
            Bref on a pas entièrement remplacé les FAMAS qui sont toujours là et on a des unités avec du HK, d’autres avec du G2 d’autres avec du F1 et d’autres avec du FELIN de plusieurs types…sans compter les armes des FS toutes différentes les unes des autres.

          • MD dit :

            @PK
            Si vous aviez au moins pris la peine de bien lire ce que j’ai écrit plus haut, les critiques contre le FAMAS n’ont pas eu lieu à posteriori, mais déjà pendant sa phase d’expérimentation en corps de troupe.
            Comme à l’époque , la mode était aux armes compactes du type  »bull pup », on ne peut pas reprocher à la MAS d’avoir suivi ce mouvement qui avait été enclenché par les Britanniques, avec un système de fonctionnement d’emprunt de gaz, avant que leurs études ne soient abandonnées pour des raisons de ladrerie, typiques de ce qui se passe Outre-Manche. Mais il faut reprocher aux concepteurs français d’avoir choisi un système à culasse non calée bien trop complexe . Résultats: les études n’ont donc pas , commencées tardivement, ont encore été ralenties par la nécessité de défricher un domaine nouveau. En fait , le miracle est que le FAMAS a pu quand même être réalisé, en surmontant diverses difficultés techniques .
            Les Autrichiens de chez Steyr, eux, n’ont pas eu tant de complexe à reprendre ce que les études des Britanniques avaient commencé , et bien que leurs études aient débuté avec près de 2 ans de retard par rapport à eux du FAMAS, le Steyr AUG a été opérationnel 2 ans avant le FAMAS. Ce que je retiens d’une visite du CEMAT de l’époque , le général Lagarde, c’est son mécontentement devant la lenteur de la mise au point du FAMAS. Sans chercher à comparer les mérites respectifs du FAMAS par rapport à l’AUG ( que je n’aime pas), il faut bien constater que Steyr a trouvé et trouve encore une clientèle à l’étranger pour son AUG car c’est une arme qui fonctionne bien .
            Je suis peut-être trop méchant pour les concepteurs du FAMAS. Mais il y a quand même un pays où les états-majors et les fabricants d’armes ontété capables de faire bien pire que les Français. Il faut le chercher Outre-Manche. Après leur départ raté pour s’équiper d’un fusil compact, les Rosbifs se sont lancés tardivement en 1976 dans la réalisation de leur SA 80, qui a été une catastrophe lors de sa mise en service en 1985 ! Il n’aura été mis au point que vers 2003. Et encore ceci n’a-t-il été possible que grâce à l’aide que les ingénieurs de chez H&K ( cette firme allemande si décriée ici par ceux qui ne connaissent pas grand chose aux armes légères) leur ont apporté. Les Rosbifs se seraient épargnés beaucoup de déboires, de peine et de sueur s’ils avaient choisi à l’époque de s’équiper du nouveau  »bull pup  » entré en service vers 1999, le SAR 21 . Oui mais voilà, par pur orgueil , il n’était pas question qu’ils s’équipent d’un modèle de fusil conçu à Singapour, même construit sous licence en GB . Un fusil qui avait lui aussi ses défauts mais qui fonctionnait alors mieux que les premières versions du SA 80 . C’était une solution qui a été sérieusement envisagée à l’époque.

  2. on ne doit pas rejetter une fabrication française.si un jour on a rupture de contrat avec notre fournisseur étranger ,que fait on ?

    • albatros24 dit :

      Certains aux Gouvernements successifs ne semblent pas avoir saisi ce léger soucis, l’effet Europe et OTAN sans doute
      Mais s’il faut ramener des munitions via la Méditerranée commenous le faisons – il va falloir une plus jolie Marine que celle que nous avons pour sécuriser nos voies de communication

    • John dit :

      Quelles sont les chances que HK rompe le contrat?
      (Sachant que pour cette entreprise, c’est un énorme contrat aussi, et que sa réputation est ce qu’elle a de plus important).
      Quelles sont les chances qu’une petite entreprise française puisse assurer la production de 100’000 fusils d’assaut?
      Ensuite, quels sont les désavantages d’un nouveau fusil d’assaut? Il n’a pas été amélioré par des retours d’expérience. Sa durabilité est inconnue, et c’est d’autant plus vrai pour cet industriel n’ayant pas l’expérience des entreprises concurrentes sur l’AIF.
      Et que dire de la fiabilité si ce n’est qu’elle est inconnue?
      Pour un petit contrat comme celui-là, il faut parfois faire des choix vers la sécurité !
      Pour les forces spéciales, la situation est différente.
      les nombres ne sont pas aussi critiques. Si une arme livrée n’atteint pas ses objectifs, il n’est pas difficile d’utiliser une autre arme, ils ont déjà plusieurs fusils d’assaut en général. Et commander un nouveau fusil d’assaut pour 500 – 1000 unités, ça peut même être pris sur les stocks de l’entreprise !

      • ferrand dit :

        Nous fournissons 16% du chiffre de HK, donc aucune raison, sauf que demain si nous déplaisons aux allemand (la chancelière sera bientôt à la retraite. Tant qu’a modifier « le meilleur fusil du monde » ; HK aurait pu au moins appliquer la modif canadienne permettant le montage d’une crosse pliante… Sept ans avant l’adoption en urgence rouge d’une nouvelle arme, nous avions passé un contrat avec Beretta afin de rénover les FAMAS… Il est vrai que nous avions des percuteurs en platine et des chargeur en « stramonium » ; Au prix ou un général les annonçait devant la commission parlementaire.

        Cet achat sur étagère à été une mascarade politique, rien de plus. Pas une modernisation en remplaçant un concept d’arme de trente ans par un concept de plus de cinquante.

        • John dit :

          Vous êtes sûr pour les 16%?
          La France et l’Allemagne sont alliés (UE, OTAN et accords de protection mutuelle entre la France et l’Allemagne).
          J’entends bien que les alliances ne sont pas infinies et qu’il y a un risque de changement.
          Mais ce ne sera pas le cas avant la fin de la livraison.
          Ensuite, concernant les fusils eux mêmes… C’est la France qui a décidé de sa configuration. HK a plusieurs crosses offertes, plusieurs tailles de canon, etc… Vous ne pouvez pas reprocher à HK les choix de l’armée.
          Ensuite, la plupart des fusils d’assaut sont relativement courts (entre 74 et 84 cm, soirt proche des dimensions du FAMAS).

          Ensuite, l’âge du concept n’a pas de réelle importance selon moi !
          Le HK 416 n’est pas un AR15 comme beaucoup semblent le penser. Il en est proche, mais ce n’est pas un AR15.
          Regardez la gamme SIG550 ! Les origines du concept datent de 1944 avec le Stg 44 allemand. Les Russes ont repris le concept pour développer l’AK47 et ses successeurs.
          SIG en développant le SIG-530, puis en reprenant le concept pour l’armée française a développé le SIG-540. Le SIG-550 et la gamme 55X sont des « AK suisses ».
          Aujourd’hui, il y a de fortes chances que la Suisse reprenne exactement ce modèle pour moderniser l’armée dans le futur. La différence principale sera une fabrication en aluminium pour les alléger. Et éventuellement une réduction de la taille.
          Mais le concept est tellement bon et fiable qu’il ne faut pas par principe vouloir changer le concept.

          Regardez les armes en compétition.
          Il y avait le SCAR. Beaucoup se plaignent de sa fiabilité.
          Je ne comprends pas pourquoi SIG n’a pas proposé le SIG553. Sûrement une question de prix, et le fait que la Suisse n’est pas dans l’UE… Combien même ces armes sont fabriquées en Allemagne.
          Le 553 a des dimensions similaire au HK court. Et le 551 aurait des dimensions similairs au HK long. De plus, chaque arme est compatible avec le lance-grenade.
          Après, je suis suisse donc un peu biaisé. Mais cette version me semble plus adaptée que le MCX.

          La question à se poser est de savoir si les militaires préfèrent un bullpup ou pas. Ensuite, seul le rapport qualité prix compte pour autant que la qualité soit suffisante. Le HK 416 a l’avantage de l’utilisation sur le terrain comparé aux autres armes proposées.

          • Plusdepognon dit :

            @ John
            Les SCAR a des problèmes de fiabilité ?
            Avec les clientsqui ont ce produit, je ne m’attendais pas à cette remarque.
            Vous avez pas un lien par hasard ?

    • ekiM dit :

      On achète à un autre. Des fabricants de fusils d’assault, vous tapez dans une poubelle, vous en avez dix qui tombent.

  3. anibalh dit :

    Que raro que el ejército Francés prefiera comprarle a la Hekler un fusil para sustituir el Famas, teniendo la calidad de esta firma FRANCÉSA EN ESTAS ARMAS.

    • Kali dit :

      Pues, la MAS (Manufacture d’Armes de Saint-Etienne) ha cerrando en 2001. Como la de Tulle, de Châtellerault…

    • albatros24 dit :

      Si estamos completamente de acuerdo Anibalh
      Que pena y miseria que Francia prefiera cada vez el aleman a su produccion propria como Espana lo hace con su fusil

  4. Weld dit :

    Si c’est un énimème ar15/18, je ne vois pas trop l’intérêt à part faire du buzz pour booster les ventes chez les civils

  5. bat dit :

    La France dépense plus pour son armée que la Russie ! C’est ce qu’affirme le Stockholm international peace research institute (Sipri), un organisme indépendant connu pour son sérieux, dans son dernier rapport annuel sur les dépenses militaires mondiales. L’institut suédois affirme que les dépenses militaires françaises se sont élevées à 63,8 milliards de dollars (57,16 milliards d’euros) en 2018, contre 61,4 pour la Russie.

    Toutefois le chiffre pour la France ne correspond ni à celui que l’on trouve dans les documents de l’Otan (53,12 milliards en dollars constants et 51,6 en dollars courants), ni à celui du ministère français des Armées : 45,1 milliards d’euros (avec les pensions) soit 50,34 milliards de dollars. Mystère ? « Nous intégrons les dépenses de la gendarmerie nationale, précise Aude Fleurant, du Sipri, parce qu’il s’agit d’une force militaire. Le ministère français de l’Intérieur [dont relève la gendarmerie] a d’ailleurs approuvé notre démarche ». Les comparaisons internationales sont toujours très difficiles, notamment dans un domaine comme la défense où, selon les pays, la transparence n’est pas toujours de mise et les artifices de présentation monnaie courante. Elles permettent toutefois de mesurer les grandes masses et les tendances. A cet égard, le dernier rapport du Sipri indique bien que la France (en cinquième position) est passée devant la Russie en termes de dépenses militaires.

    ce serait pas idiot de faire une petite augmentation encore …encore un effort BERCY …

    • albatros24 dit :

      ON espère que Bercy justement n’a pas lu cette petite note

    • Rémi dit :

      Si La france dépense plus que la Russie pourquoi notre armée n’est elle pas équivalente?
      J’aimerias voir le classement SIPRI en PPA. (Parité de pouvoir d’achat)

  6. Jak0Spades dit :

    « Toujours selon « l’Éclaireur », le Phantom HVT MULTICAL présente une « nouveauté intéressante », avec son « l’arrêtoir de culasse est repositionné au niveau de la détente ». Ainsi, explique-t-il, le tireur presse la détente, renvoie sa culasse vers l’avant après un changement de chargeur d’urgence ou le règlement d’un incident de tir et décroche son chargeur uniquement avec l’index. » – Rien de vraiment unique, on retrouve ce system sur le Remington ACR et le Beretta ARX 160 depuis plus de 10 ans. Les prototypes XM-8 avaient, aussi, un arrêtoir de culasse intégré au pontet. Malheureusement, je ne vois des ventes en gros volumes pour une arme si spécialisée. Le .300 Blackout est, par contre, une bonne idée pour les FS.

  7. Czar dit :

    ah bah si Sunrock limited a fabriqué le Phantom tactical blackout, alors la Frônce rayonne

    cock -a-doodle doo !

    enfin, « cuck » surtout)

    cette dissonance cognitive de prétendre faire exister et même rayonner un pays quand on a totalement intériorisé que sa langue – pourtant l’une des plus parlée au monde – est devenu une sorte de patois inapte aux affaires (enfin selon les cons qui n’ont jamais réussi à m’expliquer pourquoi la terre entière arrive à prononcer « Louis Vuitton » est l’une des choses les plus hermétiques à la compréhension de cette époque décadente)

    • TINA2009 dit :

      Bsr Czar !

      MAGISTRAL ! MAGISTRAL ! TOUT SIMPLEMENT…
      C’est pas compliqué : J’avais à peine fini de lire votre commentaire que mon tableau électrique a sauté.
      ENCORE , ENCORE …

    • John dit :

      Qui achète des armes sur le marché civil?
      Les USA…

  8. Momo dit :

    Si un spécialiste passe par la, sans entrer dans la polémique objectivement la France a t elle les moyens de produire ses propre armes d’Infanterie et munitions petits calibre ? Car javoue ne jamais avoir compris la pertinence du HK….FN hertal j’aurai eu plus de compréhension du fait de nos relations avec la Belgique et de nos divers partenariats que nous avons avec eux.Merci d’avance à ceux qui pourront m’éclairer !

    • Polymères dit :

      La France sait faire bien plus compliqué que des munitions de petits calibre et d’armes individuelles, alors elle n’aurait aucun problème pour le faire.
      Le fait que nous ne le faisons pas, c’est juste une question de coûts, de la même manière qu’il est préférable d’acheter un t-shirt fait en Chine ou au Bangladesh que fait en France.
      Après on a beau se dire qu’on risque du jour au lendemain de se retrouver en guerre contre l’Allemagne, d’être mis sous embargo ou je ne sais quoi, le réalisme c’est que tout cela n’est pas vraiment crédible.
      Alors oui, beaucoup jouent la carte « indépendance » ou joue du symbole, mais le monde d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier et l’idéal de l’indépendance au niveau militaire est assez dérisoire, à quoi bon se prétendre indépendant pour réaliser des chars, des avions, des navires quand au fond, on reste dépendant du pétrole pour que ça fonctionne?
      Si on devrait pousser l’indépendance à son extrême et non à son illusion de conscience, on devrait envahir certains pays pour disposer de certaines ressources.

      • intruder dit :

        se retrouver en guerre contre l allemagne ! non bien sur , mais pour x raison ,se retrouver au coté de l arabie saoudite au yemen contre les houties, ca c est plus plausible! ou encore plus realiste!: l allemagne pose un blocus sur le mali parceque les autoritées ne font rien contre les attaques sur les peuls…dans ces cas la je crois que l armée francaise sera tres mais alors tres mal! d un autre coté je reconnais que relancer une fabrication d arme pour la seule armée francaise n a aucun sens , c est tout le dileme….

    • retzer dit :

      Bonjour,
      objectivement non. Le marché est trop concurrentiel et trop saturé pour faire poper comme cela une nouvelle entreprise. Il faudrait la bâtir de A à Z et retrouver un savoir faire perdu. Les modèles produits ne seront pas « combat proven » contrairement à la concurrence. C’est très très compliqué et loin d’être rentable, même en l’ouvrant au marché civil.

    • Weld dit :

      La France n’a pas les moyens de produire de grande quantités d’armes à feu standardisées de bonne qualité en un cours laps de temps. Tout du moins, sans investissements important. Le problème est de plus qu’une fois ces armes fabriquées, il faudrait maintenir une chaine de production pour les pièces détachées pendant toute la durée de vie du fusil (30 ans environ). Or, vu que le marché international des armes à feu est déjà encombré, personne ne voudra acheter de grandes quantités de ce fusil. La chaine de production n’existera alors que grâce aux fond de l’état : un gouffre financier. Il est bien plus pratique d’acheter ses armes à une grande entreprise, qui fournira les pièces détachées pour un prix raisonable, et qui ne risque pas de couler du jour au lendemain.
      Ensuite, un fusil n’est plus si critique que ça. Il ne nécessite ni technologie extraordinaire ni savoir faire vraiment particulier, donc on peut acheter ça d’un autre pays (contrairement aux avions de chasse par exemple).
      Ensuite, si le SCAR de la FN Herstal belge n’a pas remporté l’appel d’offre, c’est que c’est un fusil très cher pour des qualités pas si supérieures au HK416.

      En espérant avoir répondu à vos questions.

    • Plusdepognon dit :

      @ Momo
      C’est un choix d’un excellent fusil et un choix politique.
      L’Allemagne compte plus que la Belgique ou l’Italie aux yeux de nos dirigeants.
      Après, le but d’un cahier des charges de marché public c’est de rendre le choix inattaquable puisque rationnel.
      Les armes etalonnées étaient toutes considérées comme excellentes.

    • Kali dit :

      Je ne suis pas un spécialiste, mais en quelques mots.
      \\
      Oui. Mais à quel coût ?
      \\
      Le seul souci important pour recréer une filière armes et munitions de petit calibre est l’assise financière. De là découle d’autres problèmes, comme la frilosité des Armées à commander un fusil à une entreprise qui n’a pas les reins assez solide (vu précisément sur le dernier marché pour fusil de précision et Verney-Carron) ou encore, comme le pointe un commentaire plus haut, les périodes de creux. Il faut donc réussir à exporter, ce qui amène encore à d’autres problèmes.
      D’ailleurs, il n’y aucune garantie que ce soit cette entreprise française qui soit choisie par la DGA (code des marchés publics).
      D’où un cercle vicieux.
      \\
      Oui, la France peut recréer une entreprise publique d’armes et munitions de petit calibre. Economiquement, l’Etat peut toujours dégager les ressources pour. Plusieurs estimations (à la louche) parlaient d’environ 100 millions d’euros.
      MAIS, il faut assurer l’activité, assurer la direction de l’entreprise (ne pas changer de PDG ou d’orientations stratégique tout les 6 mois). De plus, certaines compétences, notamment ouvrières en fonderie et travail du métal sont très recherchées par l’industrie. (J’aimerais que quelqu’un qui s’y connaisse mieux valide.) Dans ce cas de figure, l’Etat a rarement la main ou l’avantage. Salaires, stabilité, etc.
      \\
      Politiquement ce sera compliqué.
      Quoi ? Distraire 100 millions des 180 milliards du budget de l’Etat pour créer des bâtons-de-feu-qui-crache-la-mort et les munitions afférentes ? Ca va pas la tête ? Et les Gilets Jaunes ? Et les pauvres gens ?
      Et en plus on vend ça à l’étranger ? Mon Dieu, j’en suis bouleversé ! Et ça tue dites-vous ? Vite, des bougies et des vêtements blancs !
      \\
      N’oublions pas que le Famas a besoin de douilles renforcées à cause de la force de l’éjecteur. Les accidents de tir sont toujours ennuyeux et renvoie une mauvaise image. Avantage (peut-être collatéral) pour l’interopérabilité.

    • Posteur dit :

      Oui la France peut produire ses propres armes infanterie,munition de petit calibre, pour ces dernières produite par Manurhin http://www.opex360.com/2017/03/17/la-france-va-de-nouveau-produire-des-munitions-de-petit-calibre/
      Pourquoi on a acheter HK ou potentiellement autre chose ? Car on ne produit plus d’armes (enfin entre guillemet) en France,la manufacture d’armes de St Étienne a fermer,Nexter Mechanics ne s’occupe plus que de la maintenance,minimum avec les FAMAS.
      HK à surement proposé la meilleur offre du à la réputation de son arme,rapport qualité/prix,fournisseur fiable étant donné sa forte gamme de produit et réputation et surtout car son arme était déjà en service dans les forces spéciales et l’armée de l’air ce qui a favorisé sa prise.
      Après il est surement possible que le fait que ça soit allemand a jouer un peu pour de futur « projets »,enfin ça reste de la supposition mais ça n’a pas du jouer de beaucoup.
      .
      Pour la FN Herstal je ne sais plus,ne me souviens plus,mais il me semble avoir lus sur des commentaires (maintenant porté disparus) qu’ils avaient vendus leurs armes à perte non ? Ou que leurs armes étaient coûteuses à l’entretien.. enfin quelqu’un d’autre devrait pouvoir vous répondre,moi j’ai oublié,pas trop suivis cet histoire.

      • intruder dit :

        dire que fn herstal a appartenu a nexter un temp, enfin giat a l epoque..

        • Posteur dit :

          Oui mais le groupe n’était pas rentable et Nexter y a perdus des plumes,ça a duré 6 ans de 91 à 97.
          .
          Après la FN Herstal avait des projets d’installation en France je crois avec le rachat d’un industriel,je pense que c’était justement une manufacture d’arme ou autre.. je me base sur de vague souvenir pour cet partie là,pas certains donc…

    • albatros24 dit :

      Sans en être, un spécialiste
      ON pourrait (selon moi mais cela est discuté notamment dans l’esprit de nos énarques) fabriquer des armes sous licence pour ré acquérir des compétences en la matière, puis moderniser et améliorer – et enfin concevoir de nouvelles armes,
      Nous étions très prolifiques ces derniers siècles surtout au dernier siècle, juste après a seconde guerre mondiale
      https://youtu.be/7qFAWsqdP14
      https://youtu.be/WWWER9osZv0

  9. Passager dit :

    Arme intéressante mais je me méfie des entreprises françaises d’armes de petit calibre, le problème, c ‘est qu’elles font souvent des armes sous-licence d’autres pays (le Galil et l’AIF, je m’en rappelle encore) et après nous dise qu’il faut soutenir la souveraineté tout en admettant qu’ils n’ont pas les capacités de fabriquer entièrement l’arme (oui, je n’aime pas Verney-Carron).
    Après si cette arme possède réellement les qualités et les capacités que Sunrock défend, pourquoi pas en commander une centaine ou un petit millier. Cela permettrai surement de relancer la filière en France, sans avoir besoin de se fier à un industriel qui utilise plus d’argent dans la communication que dans la R&D.

    • Plusdepognon dit :

      @ Passager
      Clairement depuis que la France a donné à FN Herstal l’équipement de presse pour le petit calibre permettant une fabrication dans le pays, il n’est pas possible d’avoir un fusil automatique français.
      Mais sur la qualité de ce que la société produit, vous n’avez pas essayé. Cette société vit des exportations dans un monde où la concurrence est rude.
      D’où la bizarrerie de systématiquement calibrer les petits marchés même pour de faibles volumes pour éliminer le peu de petits acteurs locaux capables d’y répondre.
      Les US, la Chine ou le Japon ne sont pas idiots et ne le font pas. Et nos voisins allemands sont très gourmands.
      Si les médias nous serinent depuis 50 ans que « c’est la crise », « qu’il faut rembourser la dette »… alors que la place de première puissance mondiale est de nouveau en train de basculer à un acteur autre que l’actuel tenant du titre, la France devrait surtout balayer devant sa porte.

      • Passager dit :

        Non je n’ai aucun problème pour relancer une filière d’arme de guerre petit calibre mais comme je l’ai dit, je n’aime pas la stratégie de victimisation de Verney-Carron. Ils ont été recalé de l’appel d’offre et après se lancent dans un lobbying massif au Sénat pour essayer de rentrer dans un appel d’offre avec une arme modernisé mais dont la première version date d’il y a 45, tout en essayant de la présenter comme une arme nouvelle. Donc oui, je ne regrette pas que Verney-Carron se prenne des vents de la DGA car je trouve leurs pratiques assez douteuses. Je sais qu’ils font des bonnes armes de chasse mais j’ai des doutes très sérieux sur leur capacité à faire des armes de guerre.
        .
        Mais par contre, je n’ai rien contre les autres industriels tels que Sunrock qui dès le départ ont dit qu’ils proposaient un partenariat sur la base du VHS2 croate et qui ont pour le coup été refusé après que le fusil croate ait perdu face au HK416. Après cela, ils ne font pas dans le sensationnel et développent en partenariat avec les marsouins, un nouveau fusil FS.
        .
        Mon message était avant tout par rapport à l’énervement que me cause Verney-Carron qui prépare surement encore le même coup pour le remplacement du FR-F2 avec un AR15 sous-licence mais qui n’en porte pas le nom.
        .
        Donc si on peut voir un énervement patent, c’est que Verney-Carron me sort par les yeux avec leurs stratégies de communication basé sur le « made in France » mais qui n’a de français que cet anglicisme. Je les estime finalement plus nocifs pour les jeunes entreprises françaises qui elles essaient réellement de créer du nouveau et français. En gros, oui à des armes françaises mais non à la communication de Verney-Carron.

      • ekiM dit :

        Les USA ont un marché civil plus grand que celui de toutes les armées européennes réunies. Vous voulez des fabricants d’armes en France ? Faites un second amendement à la française ! Et encore ! En Europe, il y a déjà : SS, Glock, Walther, HK, Beretta, FN, etc. Notre industrie de l’armement léger n’a jamais été particulièrement performante ni réputée dans le monde. On ne vendait des fusils qu’à nos vassaux africains … C’est mort, elle ne repartira jamais. Mais, en attendant, je préfère avoir une entreprise comme DASSAULT que comme HK en France.

        Vous avez vu la taille de l’armée chinoise, sérieusement ? Comment voulez vous la comparer à l’armée française ? Il faut arrêter de vivre sur une autre planète un peu.

        Le Japon a un vieux fusil d’assault qui a à peu près le même âge que le FAMAS. Mon avis est qu’ils achèteront américains quand il faudra le remplacer.

        • John dit :

          Schengen a forcé la Suisse à modifier sa loi sur la possession d’armes à feu… Le peuple suisse vote sur ce sujet d’ici 2 semaines.
          L’Europe voit ces armes comme un danger. L’Europe n’a pas compris la grande différence entre nous et les USA. L’Europe voit l’armement civil comme une forme de loisir / sport. Les USA y voient un moyen de se défendre.

          L’argument de la protection contre le terrorisme venu de l’Europe n’est pas le bon… Les terroristes se sont servis d’armes provenant du marché noir.
          Le problème de la modification de loi, c’est les modifications futures venant de Schengen. On ne sais pas à quoi ressemblera les lois mises à jour. Et comme le tir est une tradition / un sport national, les Suisses sont très partagés entre la crainte de voir les accords liés à l’économie et aux échanges supprimés, et le fait de voir leur tradition s’effacer…
          Le problème pour la Suisse c’est qu’étant habitué au fédéralisme, tout ce qui est bien géré au niveau local n’est pas réglementé par l’échelon supérieur. Et là l’Europe impose une règle inutile à la Suisse.

          Mais oui, la production de fusils d’assaut, même en faible nombre, n’est possible que grâce au marché civil suisse

        • Posteur dit :

          @ekiM « Notre industrie de l’armement léger n’a jamais été particulièrement performante ni réputée dans le monde. On ne vendait des fusils qu’à nos vassaux africains …  »
          Pardon ? C’est quoi ce commentaire du style « En France à part faire des baguettes on sait rien faire d’autres »,j’ai l’impression d’avoir vus ce même genre de commentaire comme pour ceux qui disaient que pour le futur char qu’en France on était pas connus pour en faire,que ça n’a jamais été une spécificité nationale et j’en suis sur que j’ai déjà lus ce genre de commentaire..
          Vous vous moquez du monde ?
          .
          L’industrie de l’armement léger n’a pas survécu en France car comme dit forte concurrence,secteur nationale qui a subit pas mal de coupe donc l’armée y compris,l’état à juste laisser mourir ses manufactures d’armes comme sa production de motorisation qu’était la SACM alors qu’elle avait un fort potentiel et de bonne motorisation mais bon la motorisation c’est bien connu,il y a que les allemands qui savent en faire hein ?
          Sans compter que le Famas à été utilisé par des nations non africaine dont asiatique et notamment européenne comme les croates,vous croyez que le VHS-2 est basé sur quoi ? L’AK47 peut-être ? https://fr.wikipedia.org/wiki/FAMAS#Utilisateurs
          .
           » C’est mort, elle ne repartira jamais. Mais, en attendant, je préfère avoir une entreprise comme DASSAULT que comme HK en France. »
          .
          C’est sur que là c’est autre chose.
          .
          « Vous avez vu la taille de l’armée chinoise, sérieusement ? Comment voulez vous la comparer à l’armée française ? Il faut arrêter de vivre sur une autre planète un peu. »
          .
          Ce n’est pas trop comparable,la Chine engraisse son industrie de l’armement et ses entreprises proche de l’état,donc eux même ne sont surement pas rentable en dehors de leur marché intérieur,Norinco est loin d’être un bon industriel surtout quand vous voyez la réputation de ses armes à poings ou ses copies de chars Russes,on se souvient encore de ses « moqueries » http://www.opex360.com/2015/06/12/constructeur-chinois-de-chars-de-combat-critique-son-concurrent-russe/ je ne doute pas que ses équipements dont des fusils d’assauts soit du même acabit.
          .
          De plus l’armée chinoise à subit aussi des coupes d’effectifs assez fort depuis un moment http://www.opex360.com/2015/09/03/larmee-chinoise-va-perdre-300-000-soldats/ malgré son nombre de soldat élevé,tous ne sont pas des fantassins avec des fusils d’assauts.
          .
          « Le Japon a un vieux fusil d’assault qui a à peu près le même âge que le FAMAS. Mon avis est qu’ils achèteront américains quand il faudra le remplacer. »
          .
          Pas sur qu’il soit américain,le Japon à beaucoup d’industriel et assez puissant qui peuvent répondre à cet demande même si ça ne sera pas l’affaire du siècle.

  10. le zouave dit :

    Si c’est bien du .300 aac blackout le calibre exacte c’est du 7.62 × 35,calibre qui a la cote aux states pour ses capacités subsoniques, en chargement plus musclé ,c’est une très bonne munition aux distances standards de combat, équivalente au 7.62 russe …
    mais avec une longueur courte et le silencieux d’origine c’est la capacité discrétion qui est recherché sur ce modèle,je pense aussi que RDS Industrie est derrière le développement vu que c’est LE spécialiste Breton du 300AAC blackout

  11. mora marc dit :

    Strictement rien qui ne soit déjà dispo chez d’autre fabriquant et surement pour moins cher, le concept SBR modulaire n’a rien d’une nouveauté, encore une innovation qui a 10 ans de retard, d’autant plus que ca existe chez HK avec le modèle 416C
    https://www.bing.com/images/search?view=detailV2&id=DDF58AC7C3C85DDF2C7C56A0C53834914BC22826&thid=OIP.xeekqZ-3i6PFgaIMC5xvWAHaFj&mediaurl=http%3A%2F%2Fdefensereview.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2011%2F07%2FHeckler__Koch_HK_HK416C_Compact_Gas_Piston_Op-Rod_AR_SBR_5.56mm_NATO_SOFIC_2011_5.jpg&exph=1125&expw=1500&q=HK+416+C++SBR+&selectedindex=21&ajaxhist=0&vt=0&eim=1,6

    • Bud64 dit :

      Bonsoir, cette arme n’a rien à voir avec un HK416C, elle propose une modularité que n’a pas le fusil allemand avec des solutions techniques inédites notamment pour les changements de canons et de crosses.

      • mora marc dit :

        Pour les HK c’est pareil , renseignez vous, garde mains interchangeable , longueur de canon interchangeable sans outil spécifique, crosse interchangeable également , quant au calibre il suffit de leur demander , il on fait des modèles spéciaux pour le SF jordaniennes en 6.8mm

      • John dit :

        Le HK 416 a la réputation de la modularité justement… Après, en dehors des forces spéciales, les forces conventionnelles utilisent des versions traditionnelles !

  12. vieux margi dit :

    … et pourquoi pas un nouveau PA et fusil Tireur de Précision pour l Armée ?

  13. snocxuatrom dit :

    Une version en catégorie B prévu ?
    🙂

  14. vrai_chasseur dit :

    @tous
    – Un HK est plus français qu’on pense.
    Les HK ont tous des canons français de chez Aubert & Duval. Il existe très très peu d’aciéristes dans le monde capables de sortir un canon martelé à froid qui tient les 10000 tirs. HK ne s’y est pas trompé et se fournit chez Aubert & Duval pour l’ensemble de ses armes, et ce depuis 30 ans.
    Donc tous ceux qui utilisent du HK de par le monde, tirent avec des canons français…le canon c’est 30% de la valeur de l’arme à lui tout seul.
    Ce n’est pas le cas des SIG suisses et des FN Herstal, entre autres.
    – « Spécificités des nageurs de combat », comprendre : l’arme tire après immersion complète dans l’eau même salée. Très peu d’armes dans le monde le font bien.
    – Petit détail : arme compacte de 49 cm = ça tient dans la boite à gants d’une grosse BM ou d’un 4×4…

    • Plusdepognon dit :

      @ vrai_chasseur
      Merci de ces rappels.

    • MD dit :

      Enfin un bon commentaire de quelqu’un qui connait quelque chose en matière de fabrication d’armes. +Merci

    • mora marc dit :

      certes très Français par la canon , mais aussi très Américain par le financement de la R&D et finalement pas grand chose d’Allemand ^^

    • PK dit :

      Super. Mais ça n’en fait en rien un bout d’arme française.

      La seule valeur ajoutée d’un tel contrat aurait été d’exiger, comme le font fort bien les États-Unis, de produire sous licence l’arme chez nous.

      Mais bon, même pas cap. C’est bien qu’il y a aucune volonté politique d’indépendance. On se lie pieds et poings liés à l’Allemagne sur ce coup-là et quand on connaît leur versatilité politique, ça fait peur.

      Quant à aller voir quelqu’un d’autre quand cela arrivera, c’est ridicule : c’est avant qu’il faut prendre ses précautions, pas quand il y a déjà une fuite.

      • Posteur dit :

        @PK car nous n’avons plus de manufactures donc personne ne peut le produire quant à la production en France,peu sont capable de le faire entièrement,Verney Carron,Humbert ne sont pas spécialisé là-dedans et je doute qu’il soit capable de le faire..
        Ca reste de la supposition certes mais après oui peut-être que c’était possible mais bon n’en demandez pas trop au politiciens,gouvernement,le collaborisme,soumission c’est un talent chez eux.

    • Posteur dit :

      Ca serait bien si nos députés,gouvernement pouvez le rappeler lors des appels d’offre ou même des annonces ce qui est un peu trop souvent oublié,histoire de calmer la foule.
      .
      D’ailleurs certains s’étonnait de savoir que les manufactures françaises avaient fermé depuis un moment… on leur dit qu’avant il n’y a pas si longtemps par exemple que la France avait un bon producteur de motorisation la SACM qui équipe de ses moteurs le Char Leclerc ? Ou ils vont nous l’a faire à la Alcatel,on s’en rappellera que 10-20 ans plus tard lors de l’apparition de nouvelle technologie ou projet ?
      Je me demande si on va avoir droit à une crise des députés quand ils verront que le prochain char avec sa version française n’aura pas de moteur français… ou un canon.
      « Les députés français s’étonnent que le char MGCS n’ai pas de motorisation française… » (petite référence à http://www.opex360.com/2016/06/07/m-montebourg-setonne-que-le-successeur-du-famas-ne-soit-pas-fabrique-en-france/)
      Il fallait vous réveiller 20 ans plus tôt, Monsieur les députés,mettez-vous à jour,on ne peut pas dire que vous ayez fait grand chose pour les défendre ces entreprises ou protéger.
      Pareil pour Alcatel avec la 5G et les fournisseurs de serveurs,switch,ça va pleurer que le fournisseur ne soit pas français ou européen (Nokia et Ericsson ne sont pas prêt de faire quelque chose de leurs 10 doigts) alors que ça n’a gêner personne qu’Alcatel coule,soit racheter par l’oncle sam et démanteler.
      .
      Mais ou étiez-vous messieurs les députés ?
      .
      Ha oui à la plage en train de déguster votre jus d’orange en vous relaxant avec une petite « travailleuse détaché » tout droit sortie de l’Europe de l’Est.
      La SACM,Alcatel avait bien plus de valeur que tout ces députés,politiciens idiots réunis depuis le début de la 5ème si on exempt De Gaulle.

      • John dit :

        Vous voulez que la France produise pour maintenir l’industrie française? Et ce sans besoin réel de nouveaux chars? Sans besoin de nouveaux fusils d’assaut?
        Regardez la dette de la SNCF qui commande des TGV pour maintenir la production d’Alstom…
        Les industriels se sont trop fiés à l’Etat français pour maintenir leur production ! Certains en ont souffert, certains en sont morts.
        Alstom n’exporte plus de TGV, ou presque. Et ce au moment où la construction de lignes est au plus haut.
        L’Etat n’aide pas les PME lorsqu’elles n’ont pas de commandes. Et certaines entreprises refusent des commandes, parce que ça demanderait d’engager de nouveaux employés, puis de les renvoyer lorsque la production baisse, et cela coûterait trop cher…
        La France se tire des balles dans les pieds avec ses lois et son aide à l’industrie. Et c’est le cas alors que les compétences sont là ! Les entreprises à haute valeur ajoutée comme Alstom, Thales, Dassault, Airbus… sont des références. Et pareil dans les PME et l’artisanat.