CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Ice, le chien du Commando Parachutiste de l’Air n°10 qui a neutralisé un jihadiste au Sahel

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

62 contributions

  1. Chanone dit :

    Félicitations. un entraînement à un aussi haut niveau demande une receptivité hors normes, ce qui rend ces auxiliaires aussi indispensables que ceux qui leurs trouvent des rôles les valorisant. Je suis personnellement un « ami des animaux »mais plus encore celui des humains. Et quand le binôme fonctionne, l’un épargne la vie des autres plus souvent qu’à sont tour.
    D’ailleurs, j’ai une interrogation: verra t-on une dotation de gilets pare-balle pour nos soldats à quatre pattes?

    • Clément dit :

      Il existe des gilets en kevlar pour les chiens de chasse (ou de combat … ), mais c’est plus pour les protéger des défenses des sangliers, des crocs, des griffes. Mais il existe également des harnais « tactiques », donc y intégrer des plaques de protection balistique est techniquement possible.
      Mais … la physiologie du chien fait qu’il expose sa tête en premier, les pattes sont difficilement « blindable » (et craignent même le petit plomb). Donc même équipé pour arréter du 7.62, le chien sera quand même vulnérable de face à une gerbe de plomb à palombe.
      Sans compter la perte évidente de mobilité, rapidité et légèreté, qui sont les principaux avantages du chien, et encore plus du malinois (si on veux qu’il porte de la charge, on prendra un tout autre type de chien).

    • jyb dit :

      @chanone
      on avait abordé le sujet récemment mais les coms ont disparu du site.
      de mémoire, les chiens des navy seals ont un appareillage qui voisine les 90 000 dollars l’unité ( pour les sauts très grande hauteur) plus des protections individuelles, l’équipement audio et image…

      • Chanone dit :

        La classe. Avec un tel entraînement, le chien devient un véritable investissement. Si en plus il est câlin…

  2. Tourbillon dit :

    suce… bon chien! Dans la marine , les commandos dressent des Petsquinoyent… je plaisante bien sûr…

  3. Albatros24 dit :

    Brave bête…
    Ch est un bon chienchien cha !
    Il yen a un qui a dû morfler avec ses crocs, de vrais couteaux de boucherie .

  4. Al bouch dit :

    Plus je côtoie les hommes et plus j’aime les chiens

  5. Robert dit :

    J’espère qu’il aura une bonne portion de sa friandise préférée, parce que pour l’honneur d’une décoration, je crains que ça lui passe loin des babines.
    J’imagine les commentaires d’antispécistes qu’un chien soit mis en oeuvre pour épargner des soldats

    • Chanone dit :

      @ Robert
      .
      Ce commentaire, je l’ai retenu de justesse alors que je l’avais au bout des doigts, au motif que l’humain devrait garder les créatures innocentes à l’abris de ces jeux de pouvoir, la nature ne faisant de politique… Mais l’association entre l’homme et le chien est même plus ancienne que l’homme moderne. Du coup, le chien est devenu un outil comme les autres avec en prime des sens aiguisés et une programmation qui dépasse celle des robots modernes.
      .
      Je face que pour son maître, la perte d’un tel auxiliaire va au delà du coût financier… C’est ce qui fait de lui un humain…

      • Robert dit :

        Chanone,
        Un outil ou un humain, faudrait savoir ?
        Le chien a beau avoir été façonné par l’homme par la domestication, il reste membre d’une espèce animale.
        Mais en ce qui concerne l’antispécisme, il y a là, derrière une idéologie qui va loin, un retour conscient ou non à l’adoration de la nature comme un grand tout dans certaines religiosités, mais aussi un refus de la dignité propre à l’espèce humaine, dotée de conscience et de liberté, à la différence des autres espèces.
        Sinon, je ne nie pas la valeur de tout animal et le respect qui lui est du, ainsi que l’attachement particulier entre humain et animal. Je me souviens d’un maître chien appelé qui était effondré à l’idée de devoir quitter son chien de garde d’une base parce que son service prenait fin. Il s’était enfermé dans sa chambre avec chien et arme et il avait fallu négocier en douceur pour mettre fin à sa peine. Mais n’oublions pas qu’un chien tout domestiqué qu’il soit peut se retourner contre les humains et retrouver sa sauvagerie.
        De toute façon, celui qui ne respecte pas un animal, sans en faire un être humain pour autant, ne respecte probablement pas plus les humains.

        • jyb dit :

          connaissez vous le chien de malebranche ?

          • Robert dit :

            Jyb,
            Je ne connaissais pas, j’ai regardé sur internet et j’ai trouvé ça.
            https://www.france-catholique.fr/LE-COUP-DE-PIED-DE-MALEBRANCHE.html
            https://penseravantdouvrirlabouche.com/2010/06/07/consequentialisme/
            L’animal n’a pas de conscience, mais il ressent des émotions, des sentiments et donc souffre. Je ne suis donc pas d’accord avec son jugement. Concernant sa philosophie, c’est trop compliqué pour moi, mais il semble adhérer à l’idée de « l’animal machine » qui ne me semble pas plus pertinente que celle de La Mettrie avec « l’homme machine », mais pas pour les mêmes raisons.
            La conscience est
            « l’organisation de son psychisme qui, en lui permettant d’avoir connaissance de ses états, de ses actes et de leur valeur morale, lui permet de se sentir exister, d’être présent à lui-même, connaissance qu’a l’homme de ses états, de ses actes et de leur valeur morale. »

      • Clément dit :

        @Chanone
        Scientifiquement on commence à penser que le rapport « chien-maître » est plus un rapport « référent-partenaire », et que l’homme et le loup se sont apprivoisés l’un et l’autre, plus qu’une soumission du loup par l’homme. De plus les procédés de sélection font que les chiens dit « de travail » accomplissent en réalité tout ce que pourquoi leur corps est programmé. Sans compter que la réussite aux exercices et les récompenses déclenchent la sécrétion de « l’hormone de la récompense ».
        En fait on est plus dans un « partenariat » que dans l’usage d’un outil, et les nouvelles méthodes d’éducation canine partent de ce postulat.

        • Chanone dit :

          @ Robert
          @ Clément
          Merci pour vos réponses.
          Plus spécifiquement à Robert, ma fin du post évoquait l’humanité du maître.

        • Fred dit :

          @ Clément
          La sélection humaine, qui privilégie les chiens obéissants*, a été bien moins efficace que la sélection naturelle pour ce qui est de leurs qualités intrinsèques : le loup, leurs ancêtre a un plus gros cerveau, un meilleur odorat, une meilleur ouïe, de meilleures stratégies de chasse, une mâchoire plus puissante, une meilleure endurance.

          * si l’on met de côté les chiens spécialisés : chien ratier des mines du Yorkshire, Chow-chow au poil doux à caresser, mini-chiens pour mini-appartements, fragile lévrier optimisé pour le sprint … etc.

          • Clément dit :

            @Fred
            Attention à ne pas non plus idéaliser les loups. C’est un animal fascinant, mais c’est pas pour rien qu’on a pas gardé des loups domestiques (comme ce fut le cas jusqu’à la sédentarisation et l’agriculture) et qu’on « développé » des sous-espèces (a modérer : c’est à la fois par la sélection humaine mais aussi par les changements d’environnement : comme pour nous, l’arrivée massive de l’amidon dans notre alimentation et le mode de vie sédentaire à entraînée des changements physiologiques).
            Par exemple pour chaque point que vous évoquez, on trouve des chiens qui font mieux (grâce à la sélection/spécialisation) : l’intelligence canine c’est principalement la très forte capacité empathique (comprendre autrui) et à ce jeux les labradors sont les champions. Pour l’odorat rien ne bat le Saint Hubert. Pour la chasse, les chiens sauvages où rustiques (type chiens nordiques) font comme les loups. Pour la mâchoire, on a des race originellement crées pour affronter les loups, ours, puma, … Par exemple un loup c’est de l’ordre de 120kg/cm², alors qu’un pitbull va développer 160kg/cm². Mais le grand avantage du chien c’est sa bravoure, alors que loup va avant tout préserver sa santé et sa vie. Par exemple, la race hybride des chiens-loups tchécoslovaques fut crée dans l’idée d’avoir des meutes de chien-loups semi sauvage qui garderaient les frontières. Ce fut un échec, mais ce sont de bons chiens, craintifs mais très joueurs et sociaux.

          • Fred dit :

            @ Clément
            Pas d’accord du tout avec : « les changements d’environnement (…) et le mode de vie sédentaire à entraînée des changements physiologiques »
            C’est revenir à la théorie – battue en brèche – de Lamarck de « l’hérédité des caractères acquis ».
            Certes, les changements écologiques peuvent favoriser voir exiger des modifications du génome, mais c’est bien par la sélection naturelle que cela procède. Or, à partir de la domestication, en dehors des maladies, il n’y a plus de sélection naturelle.
            Tu cite le cas de l’amidon, qui pourrait effectivement nous avoir permis de développer un cerveau plus conséquent, puisque ce « truc » réclame une énergie considérable pour son fonctionnement (pour autant que les hominidés n’aient pas été essentiellement carnivores : ce qui semble de plus en plus admis)* ; mais il faut bien noter que l’hominisation s’est déroulée sur des centaines de milliers d’années, alors que la sélection du chien s’est déroulée sur seulement quelque milliers d’années.

            * D’ailleurs, celui-là même qui a proposé cette hypothèse – Yves Coppens – est de plus en plus prudent à son égard.

          • Clément dit :

            @Fred
            Vous avez tout à fait raisons, j’ai simplifié. Je voulais dire que le changement de mode de vie à impacté nos besoins, nos cultures, et donc la façon dont nous sélectionnons les espèces domestiques. Après, même domestiqués, la sélection naturelle continue de s’appliquer, surtout dans un mode de vie « primitif ».
            Pour l’amidon, et l’alimentation en général, je pensais plus aux différences que cela entraîne sur la morphologie (mais qui est en effet le fruit de la sélection, naturelle ou humaine).

  6. Czar dit :

    Et vu comment le chien, « animal impur », est méprisé par ces crasseux, c’est « le petit plus Periglioni »

    Bon chien.

    • Castel dit :

      Czar

      C’est une chose qui me dégoutte particulièrement dans la tradition musulmane, qui considère le chien comme un animal « impur », mais au moins lui, il a la reconnaissance du ventre, et ne trahit jamais son maître, comme certain  » bons » musulmans, le font parfois……..

    • Jess dit :

      Czar stupide ton commentaire car c est la même chose dans le judaïsme les chiens sont cités à 30 reprises dont 28 fois à titre négatif. A moins que ton terme s applique aussi à eux.

      • ילד רע (yèlèd ra - Affreux Jojo en hébreu) dit :

        Et dans Mein Kampf, c’est cité combien de fois ?

        Tenez, pour vous faire du bien :

        https://www.tsahal.fr/minisites/unité-oketz/

      • Czar dit :

        @ « jess » tes histoires de pouilleux ne m’intéressent pas.

        @ jyb : j’imagine que tu as assez de culture du coin pour savoir que la culture « classique » ne présage en rien de l’habitus standard : dans nombre de dessins, gravures, etc. – et particulièrement persanes mais pas que – Mahomet a été intégralement représenté, avant de voir son visage gratté par la suite.

        je serais curieux de savoir de quel coin il s’agit, histoire de voir de ce qui relève de la culture profonde pré-islamique comme on peut le voir avec Norouz qui reste bien plus populaire dans le monde persan

        @ TB ; culture classique à ce que je vois 😉

    • Terror Belli dit :

      Avec le petit verre de sangria!

    • Clément dit :

      On pourrait faire le même commentaire au sujet de beaucoup de citadins ^^

    • @jyb dit :

      @czar
      mouai. Au moyen orient, une race de chien ne peut etre que offerte (jamais vendue) en signe d’amitié, d’honneur de respect. En afrique du maroc à l’égypte les sloughi sont précieux et prisés. La littérature classique abonde de récits de chasse (aux lions en particulier) qui font frande place aux chiens.
      A la limite on peut le voir comme un marqueur social. Si vous avez un chien au Caire, c’est déjà que vous pouvez nourrir votre famille. Je ne crois pas que ce soit un point doctrinal très pregnant.

  7. dakia dit :

    Ice mérite une glace!

  8. Brave Chien, j’espere qu’il n’a pas été malade ensuite…

  9. Thaurac dit :

    Sacré bête de combat , de repérage…bref, multitâche.
    Une mine en or et surtout un ami pour son maître et un coéquipier très sûr pour les autres membres.
    Il doit y avoir un gros travail de dressage en amont ( pas mal le coup de déposer un petit drone par le chien et possibilité de le faire attaquer à distance , il est vraiment polyvalent).

    • Clément dit :

      En général les « super chiens » (chiens commandos, chiens guides d’aveugles, handi-chiens, chiens sauveteurs…) c’est de l’ordre de 2 ans de « formation ». De 2 mois à 5/6 mois c’est surtout la mise en place de la confiance, des automatismes, des règles, et « préparation », et puis dès 6 mois commence la formation, avec un rythme qui augmente au fils du temps. Et après, comme chez l’homme, il faut pratiquer et s’exercer régulièrement.

      Pour les chiens de travail plus basiques (chien de défense, chien renifleur, chien thérapeute, …) ça peut être plus rapide (et commencer plus tôt). Et par exemple, les chiens recalés pour êtres chiens guide partent des fois pour devenir chien anti drogue où chien thérapeute (tâches beaucoup moins exigeantes pour l’animal).

    • Chanone dit :

      On attends la version robot… Ou pas!

      • Thaurac dit :

        J’adore les marrants..

        • Chanone dit :

          Et moi les animaux. Je précise parce que les bêtes, c’est vaste et porteur d’incompréhension, alors déjà qu’un peu de second degré vous pique…
          .
          Mais bref: dans l’article, le maître chien stipule bien qu’il y a un retour vidéo et une liaison radio… Ça fait déjà un bel équipement pour « un chien ». .. qui seront encore quelques temps supérieur aux robots. La question est ; combien de temps et à quel prix.

  10. PK dit :

    On devrait aussi les employer en politique… Ça relèverait le niveau.

  11. spandoflage dit :

    Y a pas à dire : ces chiens font un boulot formidable.
    Je les ai vus à l’oeuvre avec des gars vraiment bien formés : ils sont redoutables.

    Pou avoir « encaissé » quelques attaques simulées de ces bestiaux, je peux certifier qu’il faut avoir les nerfs bien fixés pour ne pas être destabilisé. Silencieux, puissants, et sans aucune limite pour l’accomplissement de leur mission : ça force le respect et ….la pétoche! De vrais guerriers, qui en un instant deviennent des animaux doux et attentifs avec leur binôme humain. ça aussi c’est étonnant, quand il était en train de vous déchiqueter un instant plus tôt !

    Chapeau bas pour Ice, il a bien mérité un foutu morceau de barbaque ! Je lui sacrifie mon entrecôte sans hésiter !

  12. Woof woof, that's my other Jojo impression dit :

    Concrètement, « neutraliser », ça veut dire quoi ? Hahaha ! Bon chienchien à son pépère ça !

  13. Gégétto dit :

    Belle photo, belle bête…
    Pourquoi ne voyons nous pas quelques belles bêtes de ce genre opérer dans nos territoires perdus?
    Je pense avoir un début de réponse, mais j ai un doute….

  14. Raphaël dit :

    Un maître chien de mon régiment me disait que la plupart de ces animaux devenaient tout à fait inapte à mener une vie tranquille dans une famille après avoir terminé leur carrière. Que deviennent-ils ?

    • Clément dit :

      Il y a des maîtres qui aiment bien les chiens « compliqués ». Je suis prêt à parier qu’il y a toujours quelqu’un du régiment pour l’adopter. Mais en effet, les comportements qui sont favorisés dès le plus jeune âge ne sont pas propice à en faire un bon chien de famille. Et encore, les bergers malinois des commandos sont très flexibles et hyper sélectionnés (ils peuvent être hyper nerveux comme très calmes, et surtout très braves). De plus leur vie est très fatigante, ça a tendance à calmer les chiens avec l’âge.
      Ceux de défense, comme ceux des vigiles, de la police municipale ou de votre voisin kéké, sont plus problématiques (formés uniquement à l’agressivité, souvent craintifs, …). Les malinois sont très à la mode pour la protection du domicile (car ce sont les chiens des FS, du GIGN, …) mais demandent beaucoup de sérieux (à moins d’avoir une vie « de ferme ») et beaucoup d’exercice, alors que pour Mr Tout Le Monde d’autres races sont bien plus adapté à la protection du domicile et bien plus calmes (les gros et très chiens par exemple).

  15. dompal dit :

    Ca m’a toujours fait bondir la remise de médailles et de grades à nos amis canins !!!
    Ce ne sont QUE des chiens qui n’ont aucune conscience. Ils « travaillent » juste pour faire plaisir à leur maître et ça s’arrête là, même s’ils économisent parfois des vies humaines.
    Il aurait été certainement plus « sensible » à un bel os et à une gamelle améliorée…… ! 😉

    • Clément dit :

      @dompal
      Les chiens font partis des très rares animaux à avoir une bonne conscience d’eux mêmes, des autres et une très grande empathie (et donc compréhension). Après en effet, pour lui ce qui compte c’est de faire plaisir, d’être un bon chien.

    • Chanone dit :

      Certes…
      Mais.
      Mr Lagneau fait un article qui me paraît objectif : l’armée récompense une mission réussie du CPA10.
      .
      L’un des outil fondamental de cette réussite, c’est un auxiliaire. Précieux car vivant.
      .
      Ne soyons pas dupes de la manœuvre: le chien s’en tape, de sa déco. Mais grâce à cette distinction, l’info passe que la mission fut un succès canin et tactique.
      Et ce chien valeureux entraînera sûrement ses dresseurs dans son succès… Mais statut de commando obligé, cela se fera en huis clos.
      Sinon, la manœuvre poussée à son paroxysme entraînerait des remises de médailles pour les robots pompiers, les chars, et autres à la moindre occasion, or, l’armée n’est pas la télévision ou le journalisme…

    • Thaurac dit :

      Jack Lang en a bien une… 😉

  16. Clavier dit :

    J’ai toujours préféré les chiens aux chats….

  17. fgni dit :

    bonjour
    lors de mon service en 1981/j’étais au centre d’instruction cynophile de Linx en Allemagne , nous y avions déjà des chiens « démineurs », la réussite du déminage des mines Type « encriers » était supérieure , au déminage à la « baïonnette » des chiens qui avaient sauté en parachute , des chiens sanitaires recherchant les blesses , chien avec un harnachmement de deux sacs sur les flancs avec des pansements etc etc, puis évidement toutes les activités de patrouille , guet, recherches etc.
    c’étaient tous des bertgers allemands, des essais avec des Rothweiler, nous y formuions le couple « maitre & chien  » pour les stagiaires de l’armée de l’air tous partant en iNDO

  18. nimrodwing dit :

    Un très grand bravo a ce compagnon a 4 pattes qui a fait son travail avec une redoutable efficacité ! Il mérite hautement ses distinctions, les honneurs !
    Un brave et bon chien, bravo.

  19. auxsan dit :

    Pourquoi mettre autant de sous dans les drones… Les chiens sont bien moins chers pour encore plus d’efficacité.

    • Chanone dit :

      @ Auxsan
      Le drone n’a pas de société de protection, ni maître, ni compagnon de combat.

    • Clavier dit :

      Tu as raison, je vais monter une start-up avec des bergers allemands ……

    • Fred dit :

      @ auxsan
      Deux ans de dressage : un chien est hors de prix, beaucoup plus onéreux qu’un mini-drone, in-stockable, plus lourd, plus encombrant, consomme en poids – ne serais-ce qu’en flotte – bien plus qu’en recharge de batteries …

  20. Plusdepognon dit :

    Les animaux ont toujours été mêlés aux activités humaines. Comme nous allons rentrer dans les commémorations de 39-45:
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/04/21/les-pigeons-tailles-pour-le-renseignement_5453236_1650684.html

  21. Jean la Gaillarde dit :

    Je me souviens de l’histoire de « Gamin », ce chien appartenant à un militaire durant la guerre d’Algérie qui, grièvement blessé, après avoir égorgé plusieurs combattant FLN, s’est couché sur le corps de son maître et il a fallu attendre qu’il meurt, afin de pouvoir récupérer les deux corps. Personne ne pouvait s’approcher.
    J’ai moi même un chien, à titre personnel, au sein de ma famille. Il y a un rapport vraiment particulier lorsque l’animal est heureux.
    L’animal a de tout temps, été un formidable auxiliaire. A regarder le film également sur les chevaux en 1914-1918, dont je ne me souviens plus du titre.
    Les chiens de guerre des troupes françaises sont particulièrement redouté par les djihadistes. De plus, le chien étant un sous-officier, lorsqu’il est perdu ou pris en otage, il est considéré comme un humain et tout est mis en œuvre afin de le retrouver et de le délivrer. Il y a une histoire sur un tel fait, en Afghanistan. En France, ces chiens sont des guerriers et sont considéré comme des humains … et c’est très bien.

    • Chanone dit :

      @ Jean la Gaillarde
       » Considéré comme sous officier »? Pouvez vous développer ? Ou tout simplement me confirmer l’impression que l’avancement des canidés de l’armée se fait à l’âge et mérite ?

      • Jean la Gaillarde dit :

        Alors, un chien, au sein de l’armée, est un sous-officier. A ce titre il a un dossier de suivi, il a des visites systématiques médicales, il doit être présent sur les rangs, en cas d’absence, un certificat doit être transmis…… Bref c’est un sous-officier et c’est pour cela, qu’à ce titre, il est susceptible de recevoir des primes et je suis sérieux car c’est le cas en Gendarmerie (Sac de croquettes supplémentaires, repos supplémentaires, jours de permissions exceptionnelles) et qu’il est susceptible de recevoir des décorations…. comme tout soldat. Il part à la retraite après un certains nombre d’années de service …. Son maître peut alors le prendre à sa charge, au sein de sa famille, le chien lui appartient.
        De ce fait, lorsqu’il est blessé, il faut aller le chercher. Si il est pris en otage, il faut aller le délivrer. Le chien est considéré comme un être humain.
        J’ai eu la cas en 1988, en Nouvelle Calédonie où un chien gendarmerie a été pris lors d’une opération de police judiciaire et retenue en otage par une tribu et nous avons fait une colonne d’assaut afin de délivrer le chien, comme nous l’aurions fait pour l’un des nôtres.

        • Jean la Gaillarde dit :

          Alors effectivement, il ne prend pas de grade, du moins je ne me souviens pas de cette spécificité…. mais les décorations sont proportionnelles au temps de service et aux nombres de missions remplies.
          Les décorations doivent être portées lors des cérémonies. Il en va de même chez les pompiers.
          En France, le chien est particulièrement respecté et, cela peut prêté à sourire car on a vraiment l’impression qu’il est considéré comme un humain mais, pour en avoir côtoyé beaucoup dans ma carrière, je peux vous assurer qu’un chien est plus loyal, devant le danger, que n’importe quel camarade que vous puissiez avoir.
          Sur ordre, il mourra pour vous sauver. Après on en pense ce que l’on veut mais moi, je respecte ces animaux. Je les ai vu faire des choses incroyables.

          • PK dit :

            Personne ne voudrait ne pas respecters le rôle du chien et ni honorer sa fidélité exemplaire, ni son courage.

            Je suis tout à fait d’accord avec le principe de l’intégration et de faire ce qu’il faut pour l’entretenir et le délivrer (le cas échéant).

            Mais de là à l’identifier à un homme (grade, décoration), c’est tout simplement ridicule.

            Mais bien à l’image de la société qui idéalise une bête et crache sur les hommes.

          • Robert dit :

            Il y a peut-être confusion. Le chien n’est pas un objet nécessaire au combat mais un être sensible dont les qualités ont été exacerbées pour lui permettre de participer au combat.
            De ce fait, il devient équivalent à un combattant.
            Toutes les qualités humaines ne peuvent remplacer l’instinct et le flair d’un chien dressé, aussi les soldats savent qu’il est nécessaire à la réussite de leur mission. En plus de l’attachement normal avec un animal qui ferait n’importe quoi, y compris se sacrifier, pour son maître.
            Les grades, c’est peut-être pour que l’animal s’intègre dans un code hiérarchique propre à l’armée.