CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

Le Centre de formation initiale des militaires du rang de la 11e Brigade Parachutiste prend le nom du 6e RPIMa

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

30 contributions

  1. Frédéric dit :

    Donc, ce n’est que le premier d’une récréation. A t’on une liste des nouveaux régiments ?

  2. jyb dit :

    vive la colo

  3. PK dit :

    Par Saint Michel, vive les paras !

    Un grand merci à Bruno, du temps où l’on cassait des ennemis de la France avec moins de pincette… mais autant de lâcheté politique !

  4. Arnaud dit :

    Une excellente nouvelle

  5. Expression libre dit :

    L’esprit guerrier mis à part…honneur et respect pour tous ceux qui sont morts sous le drapeau du 6ème mais morts pour qui pour quoi?

  6. Czar dit :

    Bof… Donc on attribue le drapeau d’une unité prestigieuse à des bleubites en formation , qui ensuite rejoindront un « vrai » régiment.

    Les professionnels de la profession me renseigneront : j’i l’impression qu’il s’agit d’aller dans la tendance GTIA qui vise à limiter le régiment au rôle de formation et d’entraînement

    • Frédéric dit :

      Je rappelle que nous avions des divisions  »école » durant les années 80, les 12e et 14e divisions légères blindées « école » :

      http://armee-francaise-1989.wifeo.com/les-divisions-legeres-blindees.php

    • Frank dit :

      @ Czar Comme dab, vous n’avez pas lu l’article suffisamment longtemps pour commencer à, presque, le comprendre.
      Il ne s’agit nullement de GTIA (quel rapport ?), mais d’associer le prestige d’un drapeau, lié à un bataillon, un régiment à des militaires en formation.
      Pour la fierté, l’émulation, l’esprit de corps, et l’efficacité. Bref, l’Armée. (prenez un dico pour comprendre…)
      Le 6ème BPC initial recrutait à Brest depuis 1949, Quimper, St Brieuc et Vannes. Il s’est tragiquement couvert de gloire, et s’est difficilement reconstitué ensuite avec les survivants. Comme les autres.
      Ou reconstituer des bataillons avec les rescapés, pour recommencer ensuite.
      Sous d’autres appellations, comme presque tous les régiments d’infanterie de l’Armée Française.
      Transmettre un fanion glorieux, une histoire, des traditions n’a rien d’étrange, au contraire. C’est un honneur.
      Le citer, ce drapeau, s’en prévaloir et le présenter comme exemple, c’est justement le valoriser pour demander l’excellence à ceux qui s’y reconnaissent.
      Le 1er RHP date du milieu du 18ème. Son histoire est prestigieuse, ceux qui y servent actuellement en sont les héritiers, et ont le souci d’en perpétuer les traditions, en s’adaptant.
      Si vous comprenez pas cette évidence…
      Vous dites « des bleubites », de façon péjorative.
      N’importe quel militaire, quel que soit son grade et son domaine, y est passé, par définition.
      Et à évolué.
      Sauf les Czar de toute sorte qui ont stagné à la phase initiale.
      Au fait, quel est le régiment le plus décoré qui n’a pas d’engagés ?
      Navré, mais vous êtes une telle perle que j’ai pas pu résister..

      • Pierre dit :

        Bonjour, oui je suis d’accord avec votre retour.
        Non pas parcque je viens du 1RHP mais car en effet il me semble prestigieux de faire perduder le 6 RPIMA plus encore dans ces temps trouble ou l’identité et l’histoire française est déformée puis oublier..
        Par contre le rhp forme ces propres hussard enfin cela a peut être changer j’ai décrocher la soa depuis déjà plusieurs années

        • Frank dit :

          @ Pierre Tout juste. Mon propos n’était simplement que de signifier le côté symbolique de transmettre un fanion, donc un historique, sujet qui semble déplaire à des « diplomés 3éme cycle/ Histoire », si j’ai bien compris.
          On fait quoi, avec ce genre de compétences, Czar?
          Pas militaire, jamais vu.
          On « enseigne » plutôt dans un collège, le politiquement correct du moment. Sous réserve de réciter la doxa rémunérée, par précaution de confort et de carrière.
          Et le bourrage de crânes, l’idiotie et l’idéologie étant contagieuses.
          Par contre, des 3èmes cycles qui bossent 24/24, j’en connais.
          Je citais le 1er RHP, par une brève connaissance de celui-ci, et surtout son histoire un peu singulière. Mais comme tellement d’autres.
          Et ce régiment intègre les nouveaux venus, après le cursus, et sous réserve qu’ils adhèrent et respectent son histoire et ses traditions. Le fanion en est le symbole, les nouveaux le transmettront ensuite. etc…
          Personne n’est obligé de signer.
          Faut toujours des Czar, pour tenter de revisiter notre Histoire, façon Boucheron et compagnie.
          Et faut toujours résister.

      • Czar dit :

        je crois qu’il est peu de choses plus grotesques – avec la figure obligée de la peau de banane sur trottoir en milieu humoristique – qu’un pignouf verbeux qui prétend commenter – et pour le réfuter – un comm’ qu’il n’a pas compris.

        le « rapport » c’est que j’ai un peu l’impression que ça participe (en clair, je redis ce que j’ai dit plus haut et qui était accessible à tout individu disposant de plus de 80 mots pour articuler sa pensée) à une tendance visant à vider le régiment de son rôle opérationnel au profit de ces unités modulables et donc hautement informelles que sont les GTIA .

        quel rapport avec ton pavé boursouflé sur l’histoire du 5ème régiment de Lance-Patates qui s’est illustré à Marengo, Tatatouine, et Knokke-le-Zout (comme je le redoute..) ?

        et quel rapport, – pour le coup – avec des régiments dédiés à un rôle opérationnel avec des effectifs évidemment renforcés au fil des pertes, alors que l’on explique bien ( du moins pour ceux qui ont le QI pour le comprendre) qu’il s’agit là de « donner » à des types qui ne sont même pas totalement des militaires un fanion qui est celui d’une unité prestigieuse – et QUI NE VERRA DONC PLUS PAR DEFINITION UN ROLE OPERATIONNEL, cantonné à son nouveau rôle de pouponnière à soldats ?

        donc on est bien loin d’une « recréation » d’un régiment.

        Ca y est ? A la deuxième lecture, toi y en avoir compris ce que moi y en avoir dit ?

        J’espère que t’es cantonné à margis parce que plus, ce serait trop.

        • Frank dit :

          @ Czar Ne vous fâchez pas, gardez le sens de l’humour, je met au même niveau les connaissances livresques douteuses de vos post, leur interprétation, les erreurs et les conclusions amusantes et orientées qui suivent. Inlassablement…
          Elles sont du même niveau que les miennes. Et n’ont pas plus de valeur, à la différence que, moi, j’en ai conscience. Et une expérience.
          Appréciez néanmoins que sur ce site, qui traite de la chose Militaire, L.Lagneau édite largement, et selon ses convictions, mais laisse ensuite libre parole. Je l’admire, aucune ironie, mais vous devriez réfléchir à ce petit espace de liberté, et en profiter.
          Et remarquez que l’on apprend, dans l’ensemble. Chacun son domaine de compétence, et c »est toujours amusant de voir le vécu face au dogme bien appris. Les vôtres, par contre, j’ai des doutes.
          Ceci étant, Czar, c’est toujours un plaisir de vous lire. J’ai toujours l’impression illusoire d’être plus intelligent ensuite…
          Mais j’ai pas tout compris de votre post incohérent.
          Faut structurer sa pensée, mon bon Czar, si cette dernière existe chez vous, et ensuite la conceptualiser, et l’exprimer selon Hegel, ou Jésuite.
          J’ai l’impression, en vous lisant, que vous vous obstinez à meubler le vide de votre esprit par les incohérences de vos raisonnements.
          Ce qui est une prouesse, comment remplir du vide par du vide?
          Sur ce point, Czar, faites nous profiter de votre vécu, vous êtes un exemple vivant pour la science.
          Par contre, comme yé né pas tout compris, pour reprendre votre syntaxe, si vous pouviez éviter de me tutoyer, je préfère.
          On a pas gardé les poulets hallal ensemble, chacun son truc.

          • Czar dit :

            « mais je n’ai pas tout compris »

            voilà, tu pouvais t’en cantonner à l’essentiel, en à peine 7 mots. Médite donc les leçons du vieil Hugo :

            « concision dans le style, précision dans la pensée, décision dans la vie »

            et apprends à conjuguer, ça peut servir aussi, à l’occasion.

            ah, et pour en revenir au sujet – même si tu étais sans doute ravi de nous régaler des tes effervescences disjointes et roboratives, lorsque j’ai – selon la terminologie administrative de rigueur – « satisfait à mes obligations militaires » (IVème bat ESM – promotion « Maquis de Bretagne »), mes camarades et moi étions TOUS des troisièmes cycles, mais la haute estime en laquelle nous nous tenions ne nous a pas poussés à ce qu’on recrée à notre profit le 1er Régiment de Grenadiers de la Garde pour motiver – more majorum – nos batifolages débutants dans les bruyères bretonnes.

            « La Garde ne se bat qu’à la baïonnette, les commandos-baskets iront consulter demain à 7h »

            allez, je te laisse à ton amphigouri Asperger, tu as l’air d’adorer t’écouter et je crains de ne pouvoir partager cet étrange petit vice.

          • Czar dit :

            tiens, regarde @Marmule, lui a compris tout du premier coup tout ce que j’avais écrit.

            Et ptêt même sans troisième cycle.

      • Marmule dit :

        La tendance est de transformer les régiments en réservoir de forces, chargés de la formation et sans aucun rôle opérationnel, dans lesquels on puise pour former des GTIA. Donner l’appellation de régiments, y compris des régiments prestigieux, aux CFIM, va dans le sens du « régiment=centre de formation ».

  7. Duc d'Orléans dit :

    Pouvez-vous nous donner les noms de régiments dissous qui ont été choisis pour les autres Centres de Formation Initiale de l’Armée de terre ? On reprend ce qu’avait fait la Légion avec le 4° Etranger.

  8. Caporal au 6,que de bons souvenirs.78/02

  9. Starbuck dit :

    Merci d’avoir recréé mon chére régiment mon général.
    Et au nom de Dieux vive la Colo
    « Tes anciens ont conquis tes lettres de noblesse en des pays lointains baptisé TOE Puis d’autres sont venus pour porter sans faiblesses sur la terre Africaine ton drapeau prestigieux
    Para du 6 partout on t’admire et te craint tes devanciers hier ne sont pas mort en vain ».
    Merci Mr Lagneau pour cet article

  10. dede dit :

    18°RTrs pour le CFIM de Dieuze;
    6°RPIMa pour le CFIM de Caylus;
    a priori 1°RAMa pour le CFIM de Coet;
    Pour le reste ?

    • NR dit :

      57e RI pour le RSMV de La Rochelle, 10e RAMa pour le RSMV de Brétigny, 2e RG pour le RSMV de Metz.

  11. VinceToto dit :

    Encore du F.D.G commercial…

  12. THIOUX dit :

    Mr THIOUX Aimable. Caporal chef au 6 Rpima en 1964.Je suis très fier d’avoir servi dans ce régiment. Je suis arrivé à 19 ans perdu,gamin,et ressorti en homme avec un horizon devant moi,réussir ma vie d’homme.Aujourd’hui à 74 ans,j’ai toujours en tête la devise des parachutistes ,se battre dans la vie pour gagner. (Croire et oser).Revoir renaître le 6 Rpima est à mon sens logique et un honneur, car il faut parler de ce corp d’armée si riche de ses campagnes de batailles .Mon général BIGEARD doit avoir de nouveau le sourire,et il le mérite. PAIX à son âme.

  13. vrai_chasseur dit :

    Bigeard avait une affection particulière pour « son 6 », outil tranchant qu’il avait façonné et conduit au combat lui-même.
    Assis à côté de St Michel il doit certainement regarder la jeune relève avec sa bienveillance bourrue et paternelle.

  14. Sgt moralès dit :

    en 1961 le 6 était en Algérie qu’il a quitté pour rejoindre Verdun , puis en 1962 a pris garnison à Mont de Marsan (caserne Bosquet) en remplacement du CI/1RPIMa,appelation depuis le 09/60 du GIBPOM qui formait l’ensemble des recrues « para-colo »(1,2,3 ,6,7,8 Rpima ,compagnie autonome,5 BPIMa…).

  15. Major DOTERO dit :

    Et le drapeau du 1°REP qui dort encore dans l’oublie, malgrés les très bonnes opérations en AFN !!

    • PK dit :

      Vu les souvenirs qu’il a laissé aux politiciens, va falloir beaucoup beaucoup d’eau qui coule (ou bien qu’on soit dans une merde noire) pour qu’on ose le recréer…

  16. JG von Rheydt dit :

    cela voudrait aussi dire assumer le passé. Plus facile de condamner Aussaresses pour avoir raconté ses souvenirs que de blamer les politiques pour leurs décisions, comme disons, par exemple, le Francisquain Mitterrand

  17. cedivan dit :

    Que de (bons) souvenirs avec le 6…. Une excellente nouvelle qui me rajeunit !

  18. CHASSANG Jean-Marie dit :

    Engagé au 6°, contrat signé le 27/12/1962 au Centre d’ Auch, je rejoint Mont-de-Marsan le 3 janvier 1963 pour y faire mes classes, le régiment arrivant de Verdun le 15 janvier 1963 se trouve donc au complet…Nommé le 1er juin Caporal, je reste au groupe d’instruction à la première Compagnie avec le Capitaine Bauquis, je rejoins le 1er janvier 1964 groupe I.S.T. du groupement d’ instruction commandé par le Lieutenant LEPAGE et j’ ai quitté en fin d’ année le Régiment dont je garde un excellent souvenir de formation d Hommes…..