CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

La marine russe pourrait désarmer son porte-avions « Amiral Kouznetsov » plus tôt que prévu

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

153 contributions

  1. Lagaffe dit :

    L’Amiral Kouznetsov a été construit dans les années 80, son remplaçant existe sous forme de maquettes et dessins depuis 15 ans mais n’a jamais été une priorité, la Russie ne peut faire le poids face aux USA et la Chine dans le domaine aéronaval, son abandon est prévisible alors que le pays subit une crise économique durable.
    On peut noter en parallèle la volonté russe de créer de nouvelles bases aériennes terrestres pour ses bombardiers à long rayons d’actions en Biélorussie, Syrie, Venezuela… et pourquoi pas demain en Afrique ?

    • aleksandar dit :

      J’adore a chaque fois la blague de la  » crise économique durable « .
      Le taux de croissance du PIB est égal a la France, excédent budgétaire de 2% en 2018, endettement a 12% du PIB et plein emploi.
      Sachant que 20% de l’économie est hors mesure PIB.

      • Lagaffe dit :

        Marrant, ce n’est pas l’avis de Rosstat. L’inflation est passée à 2,8% en 2018, et devrait augmenter à 5,1% en 2019 en raison de la dépréciation constante du rouble. La politique budgétaire devrait toutefois rester restrictive, le budget triennal 2017/19 prévoyant une réduction d’un point de pourcentage du déficit non pétrolier chaque année. De manière générale, la production pétrolière limitée, la hausse de la TVA (de 18% à 20%), l’incertitude liée aux sanctions et les conditions financières restrictives risquent de peser sur l’activité cette année. La Russie est confrontée à de nombreux défis: empreinte large de l’État, faiblesses de la gouvernance et des institutions, infrastructures insuffisantes, faibles niveaux de compétitivité, sous-investissement, faible capacité de production, dépendance aux matières premières, climat économique médiocre, manque de réformes structurelles et vieillissement de la population.
        D’après le FMI le taux de chômage a effectivement diminué mais les salaires réels ont baissé. Les inégalités sociales restent fortes, en particulier entre les grandes villes et les zones rurales. Seulement 1% de la population possède environ 70% des actifs privés. Malgré l’apparition d’une classe moyenne urbaine, le taux de pauvreté reste à 13%. L’économie russe est revenue à une croissance modeste tirée principalement par l’extraction de ressources minérales et la hausse du prix du pétrole mais les faiblesses structurelles, les faibles niveaux d’investissement et les faibles perspectives démographiques maintiendront la croissance du PIB réel bien en dessous de 2% par an à moyen terme.
        Sans compter les mouvements de protestations de la classe moyenne qui réclame la fin de la corruption et du népotisme et l’absence de la Russie aux forums économiques mondiaux. Pavel Baev, chercheur associé à l’Ifri, estimait que la Russie se trouve « réduite à l’insignifiance », se rappelant l’époque où « les affaires russes attiraient une attention démesurée ». « Cette année, l’élite économique mondiale ne semblait s’intéresser ni aux problèmes ni aux opportunités liés à cette puissance ébranlée et génératrice de troubles, l’économie russe stagne, elle est sévèrement atteinte par la corruption et manque de nouveaux moteurs ».
        La Russie a annoncé que la représentation officielle du pays à Davos serait élargie pour la prochaine édition en janvier 2019 mais les investisseurs seront probablement en comité réduit car après la récession de 2015-2016, les perspectives de croissance sont aujourd’hui très loin du redressement des années 2000.
        Pour Russie Info, les entreprises peinent à trouver du personnel qualifié, c’est d’ailleurs l’une des raisons de la réforme des retraites, avec le très impopulaire relèvement de l’âge de départ de 55 à 62 ans pour les femmes et de 60 à 65 ans pour les hommes. L’accès au crédit demeure difficile aux entreprises, alors que le crédit à la consommation a explosé, conséquence de la forte inflation de ces dernières années. Résultat : près de 15% des prêts détenus par les banques russes sont douteux. Des chiffres qui pourraient être encore plus élevés, compte tenu du fait que beaucoup de banques trichent sur leur rentabilité pour éviter la fermeture par un gouvernement russe très soucieux d’assainir le secteur bancaire, avec des purges importantes qui ont vu le nombre de banques en Russie passer de 900 à 500 en trois ans.
        Les « ordres exécutifs » donnés par le président Poutine au mois de mai 2018 censés donner le cap à la Russie, sont irréalistes et relèvent plus de la communication politique que d’une véritable politique de relance économique. En particulier, l’objectif fixé au gouvernement russe de « devenir la 5ème économie mondiale avant 2024 ».
        Mais pour Sputnik tout va bien : « la chute du rouble depuis 2014 donne un fort avantage compétitif aux produits fabriqués en Russie »…. On peut dire ça comme ça !

        • Anonymous dit :

          C est vrai qu en Russie tout n est pas rose, mais eux seront bien mieux protégés lors de la prochaine grande crise financière qui ne saurait tarder, l economie etant verrouillée et depend de moins en moins du dollars, le budget est établi avec un baril a 40 dollars et est excédentaire, le notre est financé a plus de 25% par l endettement et nous sommes endettés a plus de 100% du pib, le pouvoir d achat décline et l economie croit sporadiquement a environ 1,3% et en quelques années la France a chuté de la 5 eme a la 7 eme place des pays les plus riches. Nous n avons pas de leçons a donner économiquement parlant.

          • Clément dit :

            Leur économie dépend du pétrole, c’est bien pire que dépendre du dollar (et de facto ça fait dépendre du dollar). Le pétrole c’est une bénédiction, mais aussi une malédiction pour un pays. Si par exemple demain, les pays de l’OPEP font artificiellement baisser le prix du baril, le rouble risque de s’écrouler.

          • Alain d dit :

            Encore un qui a tout compris.
            Si une crise financière mondiale se produit, ce sont les plus faibles qui au final trinqueront la plus, comme d’habitude ! Et la Russie est déjà très faible, maintenue en mode survie par les exportations d’hydrocarbures.
            Et de nombreux gros prêt russes ont été délivrés à des nations titubantes, biens souvent dans le secteur des hydrocarbures. Et à chaque crise économique, l’activité baisse et le besoin en hydrocarbures s’adapte à la croissance revue à la baisse.
            Pour la Russie ce sera la décroissance.
            Et ceci sans prendre en compte la montée des renouvelables, et les exigences de plus en plus sévères des économies avancées sur la traçabilité et le bilan énergétique, ce qui va fermer la porte, dans le domaine civil, aux entreprises moisies russes.

          • bat dit :

            la crise va arriver puisque la France commence seulement à faire de la croissance ..et si vous remarquer toutes les crises ces derniers temps …c’était également le cas ..tous les autres pays dépendant des marchés US s’étaient fait plutôt de bonne période de croissance bien supérieure à celles de la France … puis interviennent les crises …par contre les Crises chez nous impactent surtout les chômeurs et la dette donc tout ce dont se foutent les capitalistes …
            y’a plein de sujet de crise possible …les prêts étudiants aux états unis …le pétrole ,et une surprise des marchés obligataires ou autre machins …

        • J.Charles dit :

          Je vis la moitié du temps à Moscou, je trouve votre analyse juste et bien éttayée.
          En revanche je ne suis pas pessimiste à ce sujet. Les zones rurales et siberiennent vivent dans la misère, c’est certain. Cependant la classe moyenne des grandes villes s’en sort bien, et ça représente quand même une cinquantaine de millions de personnes.
          La faiblesse du Rouble face au dollar fait que l’economie mesurée en dollars semble mal en point, ce qui est vrai pour le pouvoir d’importation, mais mesurée en Roubles, ca n’est pas mal.
          La stratégie de repli sur soi avec barrières douanières en rétaliation des sanctions Européennes, couplée a la baisse du Rouble peut sembler douteuse pour développer l’économie locale, cependant de mon expérience, ça semble marcher!
          Depuis l’embargo sur les produits agro-alimentaires, on trouve maintenant du fromage made in Russia qui n’a rien du tout a envier aux fromages Italiens ou Francais, mais aussi des produits industriels, ou de construction, moins chers que les Allemands mais franchement très bons en qualité.
          Je n’ai aucun chiffre à ajouter aux votres, c’est juste un ressenti que j’aime bien partager sur la Russie.

          • Albatros24 dit :

            Merci pour cette contribution très intéressante

          • FredericA dit :

            Merci pour ce retour d’expérience. C’est très instructif 😉

          • Edgar dit :

            C’est une stratégie classique de « substitution aux importations », pratiquée, à un moment ou a un autre, par d’innombrables pays (USA, Japon, Corée du Sud, France, …). Et efficace.

          • bat dit :

            les >Russes ont toujours prouver s’adapter aux circonstances ..rien de nouveau ….

          • Tremah dit :

            Les Russes sont restés un peuple archaïque sur le plan politique et donc très résilient. L’effondrement de la Russie a montré qu’ils pouvaient endurer des conditions de vie qui auraient à coup sûr entraîner le délitement de certaines nations occidentales plongées dans les mêmes difficultés.
            Cette résilience est à la fois un atout et un handicap pour la Russie. Un atout qui donne à Moscou des marges politiques dont ne bénéficient pas les gouvernements occidentaux, contraints d’intégrer le niveau de vie et le bien-être de la population comme une donnée politique fondamentale et souvent limitante quant à la capacité d’action et de prise de décision. Un défaut car les Russes restent un peuple politiquement mineur et résigné face à sa classe dirigeante, qui accepte tout et consent à tout dès lors que l’élite moscovite semble garantir la cohésion interne face au monde extérieur. La Russie est le plus grand pays du monde mais le discours politique tenu par les élites russes fait plutôt penser à une citadelle assiégée où les habitants vivent dans l’angoisse permanente de l’invasion, angoisse savamment entretenue par la propagande interne et les postures autoritaires et protectrices de Poutine.
            Ce fatalisme russe explique sans doute la passivité et la complaisance des russes face à la corruption digne d’un pays du tiers-monde.

          • Lagaffe dit :

            Un Russe sur cinq aimerait quitter le pays si l’occasion se présentait. Parmi les jeunes de 15 à 29 ans, c’est presque un sur 2 qui envisage de partir à l’étranger.
            http://www.russieinfo.com/les-jeunes-russes-attires-par-lemigration-2019-04-09

      • Polymères dit :

        C’est toujours les mêmes réflexes des chiffres qu’on balance en comparaison sans comprendre que ça ne se compare pas et qu’il faut comprendre les chiffres qu’on donne.
        On ne compare pas la France qui est un pays riche à la Russie qui reste un pays émergent, si on doit vous en donner la différence, c’est déjà un premier problème.
        2% de croissance n’a pas le même incidence en France qu’en Russie, sachez le, ce qui suffit pour l’un ne suffit pas pour l’autre. D’autant plus que la croissance russe se fait à la suite d’une récession que la France n’a pas connu, en réalité le PIB russe en 2018 est le même qu’il y a 10 ans, je vous laisse donner la différence en 10 ans de celui de la France.
        Vous évoquez un excédent budgétaire comme signe d’une bonne santé économique, vous oubliez que cet excédent fait suite à des mesures de réductions drastiques depuis plusieurs années (s’alignant sur un prix optimiste du pétrole dont l’augmentation plus forte que prévu créer l’excédent) des dépenses publiques et non à une bonne conjoncture économique.
        En 2017 par exemple, la Russie a diminuée de 10% le budget de l’état, la défense qui échappait jusqu’alors aux coupes précédentes en a également subit les conséquences, presque divisé par deux, mais avec la propagande on dirait que rien n’a changé.
        Vous pensez bien que si demain, l’état français diminue de 10% son budget, il se retrouverait lui aussi avec un fort excédent, mais seriez vous ici à vanter cet excédent ou à parler des « coupes »? Pourquoi pour la Russie vous ne voulez voir que le côté positif?
        L’endettement c’est pareil, ce n’est pas signe d’une bonne santé économique, il n’y a aucun pays pauvre dans le monde qui est pauvre en raison de sa dette ou qui a une bonne santé économique grâce à cela.La dette c’est de l’investissement qui repose sur une confiance en l’avenir, en l’économie, en la politique, en la sécurité et demandez vous bien pourquoi certains peuvent fortement s’endetter (généralement ceux qui ont de l’argent) et d’autres qui ne peuvent pas!
        La Russie, dépendante du pétrole ne peut parier sur l’avenir et se doit d’avoir une réserve financière pour fluctuer. Et non, comme pour certains qui l’imaginent, cette réserve n’est pas un trop plein d’argent dont les russes ne savent pas quoi faire, ce genre de réserves pleins de pays en disposent, y compris des pays endettés. Mais là aussi il vous faut prendre conscience de la réalité des économies des pays et non de vouloir croire ce que vous voulez bien croire.

        Le plein emploi russe est en trompe l’oeil qui ne se compare pas avec la France. La France est un pays en croissance démographique, entendez par là que chaque année il y a de plus en plus de personnes accédant au marché du travail, ce qui impose de créer beaucoup d’emplois.
        En Russie c’est l’inverse, il y en a de moins en moins et ils ont un recours massif aux travailleurs immigrés.
        La différence c’est qu’en France, on doit créer plus d’emplois que de personnes arrivant sur le marché du travail pour faire baisser les chômage, quand en Russie il peut y avoir des destructions d’emplois par dizaines de milliers, si celui-ci est inférieur au nombre de personnes quittant le marché, ben le chômage ben il baissera quand même.
        Donc c’est vraiment deux effets opposés, deux effets qui peuvent cacher deux choses importantes, celle ou une situation économique bonne ou moyennement bonne derrière un fort taux de chômage ou celle d’une situation économique mauvaise avec un faible taux de chômage.
        Le problème russe il est là, c’est qu’ils mettent en avant des chiffres pour convaincre des investisseurs que tout va bien alors qu’en réalité tout va mal, que les salaires baissent qu’on repousse l’âge de départ à la retraite (au niveau de l’espérance de vie) que l’état commence par ponctionner dans les poches des russes par des hausses de taxes, la TVA, l’essence etc…
        Ne parlons même pas de l’inaccessibilité aux crédits des particuliers comme des entreprises, des faillites en chaine des banques.
        Vous avez beau vous rassurer et tenter de convaincre des idiots que l’économie russe va bien et que les problèmes sont chez nous (en vous lisant j’ai vraiment l’impression de lire un commentaire sur sputnik ou RT) pourtant sur le temps long, la Russie risque de connaitre pas mal de problèmes et vous aurez tout le loisir de vous en apercevoir, même si je sais que vous garderez les yeux fermer en donnant des problèmes en France, pour n epas dire en occident, car vous savez comme moi que vous ne vivez pas dans cet occident.

        • Olivier Fournier dit :

          Le problème c’est que vous raisonnez en dollars alors que le rouble est largement sous-évalué. Vous pouvez donc multiplier les chiffres de l’économie russe par 2 ou 3. (Les russes ne font pas leurs courses en dollars). Cela s’appelle la PPA, renseignez-vous.

        • petitjean dit :

          « La dette c’est de l’investissement… »
          tout dépend de ce qu’on appelle de « l’investissement » !?
          De nombreux pays s’endettent uniquement pour boucler leurs fins de mois . C’est le cas de la France qui va emprunter cette année au moins 195 milliards pour boucler son budget. Et cette dette est contractée auprès d’organismes étrangers. En clair, ce ne sont pas les français qui détiennent la dette française, ce qui est plus grave.
          En France, le service de la dette est presque équivalent au montant de l’impôt sur le revenu !
          Juste un exemple, une partie de notre dette sert à payer les fonctionnaires, leur retraite comprise…..

          • Albatros24 dit :

            Je nuancerais vos propos s il vous plait.
            Une part de notre dette publique mais aussi privée appartient à l Etranger…heureusement nous ne serions plus attractif sinon…
            Cette dette va au budget de l Etat en fonctionnement comme en investissement pas seulement en decembre pour payer les traitements et soldes…
            Nous avons à courts termes des intérêts négatifs.
            L Etat pour l instant n a aucun intérêt à rembourser sa dette…quel est le but de rembourser alors même que nous sommes déjà « bien vus » ?
            Cette dette va servir à payer une politique de croissance c est ce qu il nous faut de la croissance et sur pludieirs années. Et c est seulement par la croissance que voys aurez un meilleur budget et donc moins de dettes.
            Si vous baissez vos dépenses vous attaquez le pouvoir d achat des ménages et le levier d investissement des collectivités locales…votre croissance va chûter de moitié. Alors même qu elle est faiblarde.
            Nous faisons des cadeaux aux entreprises depuis desannées sans résultat probant : rappelez vous de la loi travail et du million d empkois créés promis par le MEDEF

          • Albatros24 dit :

            Nous avons d énormes dépenses pour de l’argent recyclé dans l économie même : en investissement mais aussi en aides sociales Cet argent est recyclé et permet aux plus pauvres de consommer. La france est reconnu comme le pays qui redistribue le plus dans le monde et où les différences riches pauvres sont les plus faibles.

    • petitjean dit :

      « le pays subit une crise économique durable »
      svp, analysez les indicateurs fondamentaux de la Russie et vous constaterez qu’ils sont bons
      Après la chute de l’URSS, tous les experts (honnêtes) ont considéré qu’il faudrait 2 à 3 générations pour remettre la Russie sur les rails.
      Factuellement, c’est en bonne voie, mais oui la route sera longue….

    • John dit :

      Lagaffe, ne regardez pas le PIB en dollars, mais le PIB en roubles. L’économie russe est aussi une économie interne, et donc regarder le PIB en dollars n’a aucun sens, il ne dit rien de la situation économique du pays.
      https://data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.MKTP.PP.CD?locations=RU
      La réalité est plus complexe…
      C’est comme si je disais que tous les Français sont pauvres parce que leur salaire ne leur permet pas de vivre en Suisse… ça n’a aucun intérêt… C’est une valeur absolue et non pas relative que vous prenez en compte, cette valeur est arbitraire et ne prend pas du tout en compte la réalité.
      Prenons le cas d’une économie qui croît de 10%. Si il s’agit d’une économie basée sur l’export, et que ce pays dévalue sa monnaie de 50%, la croissance en dollars sera négative, mais la production du pays aura augmenté, et la richesse se développera dans ce pays. C’est donc plus complexe que ce que vous mentionnez.

      • Lagaffe dit :

        Il ne s’agit pas de comparer entre le dollars et le rouble mais de voir le niveau de vie. La baisse constante du rouble entraîne une hausse de l’inflation dans un pays qui importe massivement et où les salaires diminuent et où les retraites sont misérables. Selon les statistiques officielles russes, 20 millions de Russes vivent sous le seuil de pauvreté : soit 13 % de la population vivant avec moins que le revenu minimal fixé à 9691 roubles (environ 150 dollars par mois). C’est le niveau de pauvreté le niveau le plus haut enregistré depuis dix ans.
        Ils n’étaient que 16,1 millions à vivre sous ce seuil en 2014, avant l’entrée de la Russie en récession avec la baisse des cours du pétrole et les sanctions occidentales dues à la crise ukrainienne.
        Le revenu national brut par habitant place la Russie assez loin dans le classement mondial (entre la 55e et la 60e place, selon les modes de calcul), à quelques rangs devant le Kazakhstan, mais derrière notamment la Pologne et la Hongrie.
        Du coup l’émigration bat des records et au 1er janvier 2019, pour la première fois depuis dix ans, le service fédéral des statistiques (Rosstat) a constaté une baisse de la population en Russie : le pays compte aujourd’hui 146 793 744 habitants, soit 86 688 de moins que l’année dernière à la même date.
        Selon Rosstat, en sept ans, 1,7 million de personnes ont quitté le pays pour s’installer à l’étranger. Une enquête du journal en ligne Proekt.Media conclut à une large sous-estimation des chiffres officiels.

        • aleksandar dit :

          13% de français vivent sous le seuil de pauvreté
          17% des allemands
          On continue les comparaisons ?

          • Lagaffe dit :

            Vous voulez qu’on compare les monnaies, l’aide sociale, les retraites entre la Russie et la France, 6ième pays le plus riche du monde ou l’Allemagne, 4ième pays le plus riche du monde ?

        • John dit :

          Que dire du niveau de pauvreté en augmentation constante en France depuis la fin des 30 glorieuses?
          C’est une constante dans beaucoup de pays, avec l’appauvrissement des plus pauvres et l’enrichissement des plus riches…
          Et en plus, en Russie, une partie de la population vit totalement en dehors du système. Il vit de chasse, pêche agriculture, troc. Cette partie de la population vivant de manière traditionnelle entre dans les statistiques théoriques, mais la réalité est qu’elle ne fait pas partie de la société « moderne ». Et ils n’en veulent pas.
          Il faut donc relativiser aussi les statistiques lues, et pas les prendre comme purement factuelles.
          Ce n’est pas le

  2. B21 raider dit :

    La marine russe tire actuellement profit des restes de la flotte soviétique, mais elle n’a nullement la capacité de garder une flotte de cette taille, et oui c’est bien beau d’avoir beaucoup de matériel..il faut encore pouvoir l’entretenir (ce qui n’est pas gagné avec le budget actuel)

  3. Thaurac dit :

    Ils brulent du pétrole brut pour avoir cette fumée noire qui devient la signature de la marine russe, plus besoin de radar, la vue et l’odeur…

    • LM dit :

      Les chaufferies sont HS.
      Article ici-même il y à plusieurs semaines ou mois.
      C’est pour cela qu’il devait en parti être refondu
      Mais de tout façon ce PA est uniquement pour la « com » de Poutine
      C’est clair que les marins russe préfèrerait un SNA tout neuf en terme d’efficacité, mais ça passe moins bien à la télé…

  4. Castel dit :

    De toutes façons, le système de décollage par tremplin sur un porte-avion de cette taille, me parait inadapté….
    Ce système est plutôt valable sur des bâtiments genre porte-aéronef, pour faire décoller des avions à décollage vertical en charge.
    Les Russes feraient mieux à mon sens d’étudier un porte avion équipé de catapultes s’ils veulent avoir une aéronavale crédible…
    Mais, bien sûr, ils sont obligés de faire selon leur moyens, et leur volonté ou non de posséder une véritable aéro-navale !!

  5. Chanone dit :

    Red Samovar est une pépite dans son genre…
    L’arrêt -temporaire- du porte aéronef Russe -(car sans catapulte(s)- ne grève pas significativement les possibilités de la marine Russe. Cette grosse unité de 60.000 assume le double rôle de croiseur lourd lance missile et emporte des avions de combat pour éclairer et protéger le flotte.
    Pourquoi un tel assemblage? Parce que les traités signés par l’union Soviétique et autres interdit la présence de Porte Avions en mer noir. Les Russes on placé des missiles en silo sur le pont, maquillé la dénomination et lancé le tout à la mer. Dans le même temps, le pont avec tranplin avait déjà été employé sur des portes hélicoptères de classe Kiev.
    Un porte aéronef était la suite logique dans une URSS post Staliniene ou « l’homme de fer » ne comprenait pas grand chose aux affaires navales, tout comme un certain Hitler, épaulé par Goering, et contre lesquels Reader et Doenitz n’auront de cesse de ferrailler.
    .
    Lors de son dernier (?) déploiement, le Kuznetsof, mais aussi la marine Russe dans son ensemble marqueront une cruelle lacune: l’autonomie. En l’absence de capacité de ravitaillement en mer, le Kuznetsov dû refaire le plein de mazout en territoire « ennemi » sous le regard courroucé des Américains.
    http://www.opex360.com/2016/10/26/madrid-pression-apres-avoir-autorise-escale-de-navires-du-groupe-aeronaval-russe-ceuta/
    Que ce serait-il passé si l’Espagne avait refusé?
    Toujours est-il que même en France, la technique du ravitaillement à le mer est maîtrisée. Mais le Charles de Gaulle fait un plein de carburant toutes les semaines pour son groupe aéronaval au lieu de tout les trois jours, et le fait en quelques heures aulieu d’un demi journée complète, réduisant d’autant sa vulnérabilité. Contre la Serbie, le jeu incessant des ravitaillement tout commel’aspect dissuasif d’un GAN orientera les politiques Français vers un unique PAN, dont le rôle est surtout diplomatique.
    .
    Pour le GAN Russe, l’échec fut patent avec le désastreuse campagne de presse moquant son panache de fumée noire (il faut dire que ses chaufferies n’ont jamais donné satisfaction), son manque d’autonomie et la perte sèche d’un Sukhoï et d’un MiG29K, soit 14 avions et 20 hélicoptères.
    Et encore, les avions ne sont pas pleinement opérationnels car devant décoller par leurs propres moyens, sans catapultes, leur emport est minimal…

    Mais la perte du ponton flottant est tout de même un coup dur car il bloque la fabrication de grosses unités.
    Actuellement, le pouvoir Russe doit jongler avec deux contraintes fortes: employer les milliers de bras des chantiers navaux Russes avec un budget poid plume.
    La décision débouche sur la fabrication en masse de petites unités a l’aspect moderne, sorte de garde-côte améliorés pour employer des bras sur des navires à bas coût surfant sur l’effet de série.

    • Castel dit :

      Chanone

      Il me semble que ce n’est pas le mode de projection des avions embarqués qui détermine si le navire est un porte-avion, ou un porte-aéronef, mais plutôt sa taille et sa charge déplacée….
      La, en l’occurrence, il s’agit à mon sens clairement d’un porte avion, vu qu’en principe, ce que l’on qualifie aujourd’hui de porte- aéronef est de dimension bien plus réduite !!
      Disons plutôt qu’il s’agit d’un porte avion utilisant le système de projection utilisé habituellement sur des aéronefs, surtout pour des raisons de simplifications techniques, car les Russes n’avaient à l’époque du lancement de ce navire aucune expérience en matière de catapultage….
      Maintenant, si les Russes ont prétendu qu’il s’agissait d’un porte aéronef, ce ne serait pas la première fois dans l’histoire récente, qu’on aurait rencontré ce genre d' »esbrouffe », puisque les Allemands avaient avant la seconde guerre mondiale, lancé deux navires, les « Scharnorst »et le « Gneisenau », en prétendant qu’il s’agissait de  » croiseurs de bataille », alors que l’épaisseur de leur blindage, et leurs déplacement, atteignaient, voire dépassaient, ceux de pas mal de cuirassés de l’époque !! ( le traité de Versailles, prévoyait qu’ils n’avaient pas le droit de posséder des cuirassés, mais autorisait les croiseurs de bataille)
      Seule concession de leur part, ils avaient limité le calibre de leur canons à 280mm, ce qui était faible pour un cuirassé.

      • wagdoox dit :

        Mais alors là pas du tout !
        Ce qui définit un porte avions (il y a généralement plusieurs des avions) par rapport à un porte aéronef, c’est évidemment la composition de la chasse contenu dans le bâtiment ! Le mode de projection est déterminé et la charge sont déterminés en fonction de cela. le CdG est un PA quand les WASP sont des portes aéronefs qui font aussi dans les 42000 tonnes.
        Les portes aéronefs sont plus petit par choix, la majorité d’entre eux étant des PH, la minorité étant des portes avions STOLV par soucis d’économies, on n’allait pas non plus les faire plus gros qu’un PA.
        Le PA STOBAR sont donc bien des portes avions dont la capacité de projection de puissance se trouve entre le CATOBAR et le STOLV (à puissance de réaction d’avion égal).
        Les STOBAR ont toujours été fait pour la défense aérienne des flottes ou des frappes à courte distance pas manque d’autonomie.
        Les STOLV avaient été pensé pour la frappe au sol, les Harriers n’avaient ni l’autonomie ni la vitesse pour faire de la défense aérienne (et qu’on vienne pas me sortir les Malouines, les victoires anglaise ont été principalement faite sur Skyhawk ou des mirages qui se sont mis dans le domaine de vol des harriers).
        Le F35B change tout ca puisqu’il a un meilleur emport et une meilleure autonomie.

    • Anonymous dit :

      L Espagne a refusé, c est l Algerie qui a accepté de ravitailler le porte avion, un allié russe donc rien de honteux. Revoyez vos sources.
      https://www.lemonde.fr/europe/article/2017/01/18/les-armes-cachees-du-vieux-porte-avions-amiral-kouznetsov_5064604_3214.html

    • Edgar dit :

      « gardes-côtes améliorés », ce qui est normal, puisque la fonction première de la flotte russe est … la garde des côtes. Au mieux avait-elle des ambitions en Mer Noire, face à l’empire ottoman, et en Baltique, face à la Suède.

  6. Polymères dit :

    De toute façon, en Russie c’est systématiquement « tout va bien », les problèmes n’existent pas ou alors ce sont de faux problèmes contrairement aux « ennemis » de la Russie chez qui, il n’y a que ça.
    La propagande russe est toujours la même et il est important de bien la comprendre avant de venir la répéter ici en prétendant apporter une vérité nouvelle que le monde occidental voudrait cacher. Mais bon, de toute façon, ces porte-paroles des intérêts russes ne sont pas juste des victimes d’une propagande, ils le font par ce que c’est une manière pour eux de s’opposer à l’occident qu’ils détestent (ça va bien au delà d’une opposition aux seuls américains).

    Les russes ont des difficultés capacitaires, ont des difficultés financières, ont des difficultés de savoir-faire. L’incident avec son dock flottant n’est pas un petit incident d’une semaine et demi, ça c’était le truc classique pour rassurer et pour ne pas perdre en image et en crédibilité aux yeux des « ennemis ». Pourtant j’en ai le souvenir au moment de l’incident, il y avait ceux (qui pensent connaitre la Russie uniquement par sa vitrine) qui voulaient se rassurer en pensant que ce n’était qu’un simple contretemps qui allait se régler d’un claquement de doigts et les autres qui comme moi, connaissent un peu mieux l’arrière boutique russe qui disaient que ça allait sérieusement handicaper pour des mois les opérations visant à prolonger ce navire. Je disais qu’il faudrait un an, dans l’hypothèse d’une récupération du quai, mais visiblement ça risque d’être encore plus long.
    Une modernisation du navire, estimé de 3 ans mais la réalité c’est bien vers 5-6 ans qu’on se dirige avant qu’il ne soit remis en service opérationnel, ça c’est si ils trouvent une solution rapide pour le mettre en cale sèche. Qui plus est la modernisation choisie par l’exécutif russe, c’est la moins coûteuse (car oui, la Russie a des problèmes économiques et financiers de fonds, même si de façade c’est toujours « tout va bien », c’est « les sanctions nous font du bien » etc..), celle de modifications à minima, laissant de côté l’idée d’y greffer des missiles de croisière ou autres.
    Comme il est expliqué et sans entrer dans les détails, l’outil aéronavale russes est ce qu’il est, pas grand chose, un symbole de puissance avec lequel on joue au niveau de la propagande comme étant un analogue aux porte-avions américains ou français, un outil de puissance qui fait peur , il suffit de revoir la presse russe quand elle envoya son PA en Syrie, après son résultat plus que médiocre, il rentra plus discrètement, devenant ainsi le symbole non pas de la « puissance » russe mais une image d’une marine russe d’un autre âge, qui tire des épaves et qui cherche à faire parler d’elle à tout prix.

    Il est naturel que du côté russe, on se demande s’il faut payer pour maintenir un symbole de puissance quasi inutile dans un contexte de vieillissement global de la flotte et des difficultés de remplacements de navires bien plus utiles dans la situation actuelle de la Russie.
    Le dilemme il est bien de l’ordre symbolique, n’en doutons pas, c’est un peu comme les croiseurs nucléaire de l’ère soviétique et autres, ça tire dessus pour maintenir une puissance navale, mais ça reste toujours à quai et le temps passant, leurs modernisations devient un casse tête, car les chantiers navals ne sont plus ce qu’ils étaient, les compétences sont partis en même temps que les hommes, ce qui fait qu’aujourd’hui c’est comme maintenir en état des objets de collections, ça pouvait être simple et maitrisé dans le passé, mais ça devient coûteux et complexe aujourd’hui, car tout l’environnement (savoir, pièces de rechange etc..) n’est plus là, on bricole donc…
    La crise ukrainienne a également complexifié bien des choses pour l’industrie navale (mais pas que) russe, de nombreux équipementiers venaient de ce pays, au point même de voir certaines corvettes/frégates bloqués dans les chantiers, pour ensuite être revendus (voir bradés) aux indiens sous les « hourras » de la presse russe, cachant la réalité des problèmes, pour la fierté, pour l’image, pour la gloire de ne pas donner de l’importance au blocus imposé par les ukrainiens (de la même manière qu’ils le font avec les sanctions en général, la Russie ne « subit jamais »…)

    D’une manière plus générale, cette réalité appelle à ne pas se laisser emporter avec les traditionnels « projets » russes qui font bien souvent les choux gras de la propagande, servant bien plus à une image dissuasive chez nous qu’à une réalité chez eux. Les projets de créer 4-5 porte-avions géants et j’en passe, faut pas rêver, il faut savoir lire entre les lignes du temps pour comprendre comment ça finira par s’envoler. Les projets et les belles maquettes que vont vendre les industriels russes dans des expositions sont une chose, l’ambition également, la réalité technique, financière c’est autre chose.

    Souvenons nous aussi de l’exemple des BPC et de la communication russe autour d’elle qui finissait par contaminer la France. Celle ou la France serait la perdante, la Russie la gagnante qui allait tirer des milliards de dédommagement, puis une fois qu’on a vu que ça ne sera qu’un simple remboursement, on faisait croire que la France allait se retrouver avec ces navires sur les bras et y dépenser des fortunes, malheureusement au final, les vraies pertes sont loin très loin de ce qu’on pouvait dire ou penser alors.
    Mais les russes pour sauver la face, que disaient-ils? Que la non livraison de ces navires (qui devaient être les navires amiraux de chacune des ses flottes…) n’avait aucune incidence, qu’ils ont acquis de l’expérience gratos grâce à nous, qu’ils vont construire avec l’argent qu’on va leur rendre des navires 100% russe qui seront beaucoup plus gros, mieux armer, moins cher d’ici 2 ans (si je me souviens bien). 4-5 ans après il n’y a rien à part un « projet », une maquette et faut pas croire, ça n’aura pas beaucoup avancer dans 5 ans.
    Pourtant j’en ai la certitude, si la Russie possèderait ces BPC, le choix de renoncer au Kutznesov pour économiser de l’argent serait un choix pouvant s’assumer sans risquer de perdre en « symbole » de puissance. Des BPC qui auraient été formidable pour gérer l’affaire syrienne alors qu’aujourd’hui ils sont en train de faire des navettes avec des petits navires de débarquements, au niveau de nos anciens BATRAL.

    Mais bon, il y aura toujours des gens qui ne voudront pas voir cela, qui voudront « croire » ce qui se dit en Russie avec le même sérieux que ce qui se dit ici, qui voudront y croire car ils se vouent aussi à la Russie pour leur idéal d’opposition à l’occident.

    • Auchat dit :

      Excellente analyse…

    • Thaurac dit :

      Très bonne et instructive image de la Russie actuelle.

    • Le Glaive dit :

      @ Polymères : le couplet antirusse habituel, tellement prévisible: un pays en ruines, une défense en ruines, tout en ruines, à part une propagande agressive et florissante, et en occident des ennemis intérieurs qui osent croire des choses dites en Russie, crime suprême . Polymères, vous êtes toujours en 1917 dans la lutte contre les rouges,. Ou en 1941, avec la LVF. Contre les Rouges, toujours..
      je suis occidental, j’aime profondément mon pays ( que j’ai bien servi ) et ses valeurs, celles de 1789 ( qui ont tant fasciné et inspiré l’Amérique) et du CNR, avant que le déferlement américain post-1944 essaie de remplacer toute notre civilisation, notre culture, notre économie.. le grand remplacement, il a été fait là : remplacement d’une civilisation par une autre, en douceur, par la technique de la grenouille dans la casserole qu’on met à chauffer: la plupart des français n’ont rien vu . Et depuis les années 75, le grand remplacement est terminé, la France a commené à plonger et n’a plus rien produit au niveau culturel, (à part des Johnny Halliday) , et la fin des grandes capacités industrielles nationales ..En collaboration avec d’autres pays, Airbus, mais sinon ? des avions de combat que les américains essaient de torpiller par tous les moyens, des contrats empêchés, l’obstruction américaine partout .. et au milieu de tout ça, des Polymères qui viennent nous prêcher la soumission à l’amérique, le culte de la force de l’oncle sam, la soumission aux yankees.. et si on a d’autres ambitions pour la France, on se fait traiter par lui d’ennemi, de traitre, de vendu à Moscou . Pauvre France, pauvres français ..

      • Thaurac dit :

        Jusqu’alors, je ne pense pas que ce soit des ricains du grand remplacement, qui braquent, dealent, agressent, tuent..en France!
        Le peuple russe est un « bon peuple » et c’est vrai que l' »venir » est plus vers eux, mais deux choses resteraient à éliminer:
        Leur système de gouvernement dictatorial et cette mafia qui gangrene l’industrie, les finances et qui a déjà investi pas mal sur la coté d’azur et ailleurs en France doivent disparaitre.
        En russie, la pérennité des investissements n’est pas assuré car si ton affaire plaît à un oligarque pote à poutine, tu te prends un procès bidon et tu perds ton affaire et (ou) tu vas en taule…, là c’est grave, impossible de bosser tant que ce système perdurera.

        • Ion 5 dit :

          Ion 5

          Eh ben là, je suis entièrement d’accord avec vous.

          Petit bémol: reste plus qu’à soigner le style pour éviter le genre « café du commerce » qui vous fait perdre un peu de crédibilité auprès des gens ayant été (un peu) à l’école et qui ont de fait un niveau de langage un peu plus évolué que le votre.

          Très cordialement et sans rancune.

      • Polymères dit :

        Vous êtes décidément très pénible Le Glaive avec cette manière de faire passer ceux qui ne disent pas du bien ou ne mettent pas en valeur la Russie, qu’ils sont à « prêcher la soumission à l’amérique ».
        Pas une fois dans mon commentaire je ne parle des USA, pourtant vous y voyez un prêche!

        En réalité, cette manière que vous avez de répondre, qui tourne à l’obsession anti-américaine et à prendre tous ceux qui ne soutiennent pas la Russie comme vous le faîtes pour des individus défendant les USA n’est que votre propre reflet idéologique binaire dans lequel la Russie représente à vos yeux une nécessité à défendre si on veut lutter contre les USA.
        Mais pourtant je vous l’ai déjà dit maintes et maintes fois, sachez comprendre qu’on peut être ni pour l’un ni pour l’autre. Comme pour l’autre article ou vous aviez le même genre d’accusations, mal compris de ce que je disais, mal interprété par ce qu’il n’y a que les messages anti-américains qui passent votre filtre. Je l’ai souvent répété ici, ma position c’est celle d’une France forte et influente dans une Europe indépendante stratégiquement et militairement des USA tout en faisant front à la Russie qui est territorialement et géostratégiquement une puissance qui cherche à influencer l’Europe et qui cherche à l’affaiblir pour l’étendre dans la stratégie du diviser pour mieux régner.
        Foutez vous bien cela dans votre tête me concernant et ravalez une bonne fois pour toute votre soumission à l’amérique. Vous votre dessein politique c’est de faire la guerre aux USA pour être « indépendant », le miens c’est de se renforcer intelligemment sans en faire un ennemi, car dîtes moi si stratégiquement, pour la France, avoir la puissance américaine contre nous, c’est dans notre intérêt? Vous avez beau dire que nous n’avons pas intérêt à être contre les russes, mais soyez tout aussi lucide en répétant cela face aux américains.
        Le problème des pays comme la Russie, c’est qu’à force d’avoir une politique anti-américaine, on finit par croire qu’un pays ne peut être indépendant et libre uniquement s’il se confronte, s’il fait face aux USA. Vous avez la même mentalité, pour vous, c’est celui qui s’oppose aux USA qui est libre et indépendant et tous les autres qui seraient soumis.

        Vous savez, concrètement, que des français critiquent les USA n’est pas un problèmes, que des français critiquent les russes non plus, mais que des français comme vous prennent à ce point la défense des russes à chaque article, chaque commentaire avec une détermination et un enragement perceptible dans les écrits, moi ça me fait douter sur votre patriotisme à vous.
        Car d’où le patriotisme français passe par la défense des intérêts russes? D’où le patriotisme français se verrait touché dans l’âme quand on dit que les russes ont des problèmes? Il y a des choses que je ne comprends pas chez des personnes comme vous qui arrivent à y voir un prêche à la soumission américaine ou qui viennent mélanger la dedans une pauvre France et une diatribe anti-française systématique, comme vos 2-3 collègues ici qui font la valse des pseudos.

        J’ai dis des choses argumentées, vous me répondez totalement à côté de la plaque et c’est vous qui finissez par faire votre propre prêche. Si ce que je dis est faux, citez mon passage et argumentez.
        La réalité c’est qu’il y a des réalités que vous ne voulez pas voir et plus il y a des individus comme vous qui répondront de la manière dont vous le faîtes, plus ça me motive à amener et mettre en avant ces vérités qui dérangent l’idéologie de certains.
        Comme je l’ai dis, vous n’êtes pas seulement une victime d’une propagande, vous êtes rongé par une haine!

        • Elwe dit :

          Polymères, merci.
          Rien à rajouter, votre message pragmatique et argumenté est parfait.

        • Frédéric dit :

          En bref, certains font de  »l’ethnocentrisme » en focalisant les politiques des nations par rapport à un seul pays 🙂 Ce sont souvent les détracteurs des États-Unis qui parlent le plus ou se compare a ceux-ci, soupir…

        • Tremah dit :

          Beau résumé des mensonges, des obsessions et des artifices rhétoriques des « pro-russes » qui sont avant tout des antifrançais ayant trouvé dans la Russie un exutoire à leur manque d’amour-propre. Le « patriotisme » dont ils se prévalent sans cesse n’est qu’une coquille creuse, un avatar mortifère…

      • Barfly dit :

        @le glaive
        Personne ne dit que la Russie est « un pays en ruine, qui ne vaut plus rien ect… », on dit juste qu’ils ne sont peut-être pas aussi beau et performant que veulent nous faire croire Poutine et la propagande pro-russe. C’est la nuance. J’ai beaucoup de respect pour les russes, un grand intérêt pour l’histoire de ce pays, sa culture mais je ne suis pas béat d’admiration devant son gouvernement actuel. Poutine en homme intelligent a compris que la propagande est un outil essentiel pour saper la force des adversaires et dans le même temps pour exagérer sa propre force. Il faut le reconnaître, les russes sont très forts et très influents en terme de propagande, cela ne veut pas dire que leur vérité est La vérité.

    • Czar dit :

      j’ai apprécié votre comm jusqu’à lire l’épilogue « avec la même sérieux que ce qui se dit ici »

      faut être un peu niais pour penser qu’il y a moins de propagande ici qu’en Moscovie.

      Mieux habillée et mieux vendue, comme le contrôle social qui ne s’effectue (-ait devrais-je dire depuis les Gilets jaunes) moins à coup de matraques mais le résultat est le même.

      • Thaurac dit :

        Mais tous les samedi , malheureusement ils sont là, ils ne coupent pas des sapins en siberie, quand ils ne sont pas directement dans un coffre en sapin!

      • Polymères dit :

        Vous ne pouvez pas comparer l’un avec l’autre.
        Chez nous la transparence s’impose sur bien des choses, on en vient même à plus communiquer de nos problèmes qu’à vouloir enjoliver ce qu’on a. En Russie, dans le domaine militaire, bien des choses sont gardées secrètes et le culte de la supériorité est omniprésente. Chez nous, la presse ne parle jamais ou très peu de nos armements en Russie, ce « poids » de l’information militaire servant à cultiver l’image de puissance est réelle, largement institutionnalisé.
        La pluralité politique et la liberté d’oppositions fait que chez nous, il est bien complexe pour un pouvoir qui se sait temporaire, de tout contrôler pour ses intérêts, d’autant plus que tout le monde ici sera d’accord pour dire qu’en France, l’image de puissance et la dissuasion par la propagande a disparu depuis bien longtemps au profit d’une information de la polémique, mais une polémique sans limites, qui sert les intérêts du pouvoir ou qui détruit le gouvernement, mais dire que cette information est « contrôlé » par l’état, c’est osé.

        On ne peut pas mettre sur le même pied d’égalité la Russie et les pays occidentaux surtout quand il s’agit de de médias. Qu’il y a chez nous des voix défendant les intérêts de la France, heureusement et ce ne sont certainement pas les pseudos patriote comme Le glaive qui vont le critiquer, mais chez nous il y a des alternatives et des quotidiens indépendants qui peuvent faire et publier ce qu’ils veulent.
        En Russie, des quotidiens comme le canard enchainé, médiapart et autres, ils seraient sous pressions, des journalistes possiblement arrêtés si ce n’est abattus.Imaginez en Russie un journal faire sa une d’un scandale concernant Poutine, impossible. En France ça se ferait sans problèmes et ça serait repris par tous.
        En réalité, ceux qui critiquent une pseudo propagande omniprésente dans les médias occidentaux sont en réalité des personnes qui sont souvent pris dans une propagande parallèle (souvent russe) ou qui ont une telle animosité envers l’occident qu’ils fuient tout ce qui en vient et tout ce qui s’y dit.

        • Czar dit :

          on sera d’accord au moins sur un point, les deux sont incomparables : le système russe est certes kleptocrate mais il gouverne foncièrement pour les intérêts stratégiques de la Russie.

          Le Système occidental est régi par un agenda qui est foncièrement hostile aux peuples qu’il prétend représenter, et ne s’en cache d’ailleurs désormais même plus.

          Le jour où Poutine expliquera qu’il « ne sait pas ce que c’est que la culture russe » ou assènera que la colonisation de la Sibérie a été « un crime contre l’humanité », on en reparlera.

          Quant à assener que l’Occident est « plus libre » c’est bien la preuve que le contrôle social optimisé par des communiquants, des lois opportunistes et tout un réseau de « penseurs » qui s’arrogent le droit de délimiter le « licite » et l' »illicite » dans le débat public est effectivement plus efficace que le bon vieux combo matraque-geôle tel qu’il est encore pratiqué dans la pays arriérés, et qu’on trouvera toujours des cocus ravis pour bramer leur risible supériorité.

          Ce n’est pas une découverte, y compris depuis La Boétie , que la plus aboutie des servitudes est celle où l’esclave est persuadé de sa liberté ?

          avant de gloser sur les pauvre libéraux moscovites encagés par l’ogre du Kremlin, vous voulez que je vous cite le cas de Zemmour poursuivi pour des propos qu’il n’a même pas tenus dans un journal italien ?

          Le cas de Mme Le Pen -pourtant députée à l’Assemblée nationale donc théoriquement « inviolable » si l’on en croit la tradition républicaine (confirmée avec l’outrance grotesque qui convient à son personnage par l’histrion mélenchon)

          c’est bien beau de moquer les élections à parti unique ou approchant mais que dire lorsque nous nous contentons , nous d’ignorer le vote clair de la population comme lors du référendum de 2005 ?

          La presse « libre » ? Vous voulez me citer les rédactiosn qui n’appartienennt pas à nos olgiarques ou qui ne dépendent pas des subvetions étatiques pour leur publication ?

          d’ailleurs, là encore vous affichez une niaiserie rafraichissante : quel besoin de censure quand tous les journalistes « pensent » (sous eux) pareillement ?

          vous voulez que je vous cite les sondages de vote effectués dans les écoles de journalisme où sont formés et même formatés ceux qui vont avoir pour mission de faire de même avec le pékin moyen?

          De mémoire en 2012 ça donnait à l’ESJ 75% pour le cumul des gauches (extrêmes jusqu’à centre-gauche) et même 100% pour le CFJ) regardez l’OJIM, ils avaient fait un article dessus.

          Voilà pour nos grandes libertés de démocratie exemplaire

          mais bon, tant que ça permet à certain cocus de continuer à se fixer, l’oeil hypnotique et le petit doigt sur la couture du pantalon, sur la trouée de Fulda « pasqque cé se keu feusé Papa »

          Le sage, le doigt, la lune. Tout ça, quoi.

          • t4pi0k4 dit :

             » le système russe est certes kleptocrate mais il gouverne foncièrement pour les intérêts stratégiques de la Russie. »
            Merci pour ce trait d’humour!

    • Anonymous dit :

      Les russes ont réussi a vendre 50 helicopteres aux Egyptiens, la France a détérioré son image diplomatique en se soumettant a la volonté américaine, et a perdu 400 millions d euros je vous rappelle. Ensuite, la construction de ces navires ne présente rien de compliquer, dois je vous rappeler le nombre de pays ayant des industries militaires moins performantes qui les construits ? L Espagne, l Italie, la Corée du Sud et meme la Turquie sous assistance espagnole. Les chantiers navaux vétustes sont bien la le problème qui empeche la Russie de construire ces navires dans un délai raisonnable a couts faibles. Ensuite si l Occident est détesté aujourd hui c bien a cause des expeditions militaires américaines principalement. Je n ai pas encore vu des pays reprocher quoi que soit contre l Italie l Allemagne l Espagne le Portugal ou la Norvege. Toujours les memes pays qui sont haïs on se demande pourquoi…

      • Frédéric dit :

        @Anonimous. Gag, vous n’avez justement pas lu les dernières statistiques sur les ventes d’armes au niveau mondial ? La Russie a perdu des parts de marché tandis que la France augmente les siennes 🙂

    • Edgar dit :

      @ Polymères: « sont en train de faire des navettes avec des petits navires de débarquements » Remarquez que les marines allemandes et japonaises ont fait des miracles avec de tels navires en 1944-5. Et que le débarquement de Normandie leur doit aussi énormément.

    • Tremah dit :

      Oui, rien n’a changé depuis « Tintin chez les Soviets ». Dans cet album dont l’imagerie a été beaucoup caricaturé et critiqué, Hergé avait tout compris, la corruption, la résignation de la population, l’archaïsme politique, la méfiance et l’obsession générale du maintien des apparences (de grandeur, de prospérité) au prix du mensonge.

  7. ScopeWizard dit :

    Oh ben nooôoon , faites pas ça ! Pas lui !
    Au moins , on rigolait !

    C’ est vrai quoi , entre sa grosse fumée noire qui se repérait depuis la Lune , ses avions qui tombent à la mer avant d’ atteindre le pont avec des pilotes qui s’ éjectent de partout et qu’ on repêche tout mouillés , les grues qui ce démantibulent toutes seules et qui cassent tout , ses erreurs de navigation qui le faisaient dériver jusqu’ au milieu de la Place Rouge , honnêtement ce petit Kuznetsov était vraiment très marrant ! 🙂

    Perso , il va beaucoup me manquer …………….. SNIF ! 🙁

  8. Nonmé dit :

    J’ai vraiment envie de poser une véritable question : je ne comprends toujours pas pourquoi on dit que la Russie est une menace alors que les commentaires ici sont moqueurs et méprisants. Où est la menace s’ils ne sont même pas capables de maintenir un avenir en état flottant, s’ils ont un budget riquiqui, s’ils ont des chars et des avions réparable à la fumée et l’odeur ?
    Je suis d’accord avec ces analyses et c’est pour ça que je pense que hurler au loup de la menace russe n’est que foutaises et bobars. Ils n’ont même pas la capacité d’envahir un demi pays balte.

    • Arlequin dit :

      Tout dépend du « on ». Le discours varie en fonction de l’interlocuteur et de son degré de connaissance et/ou d’endoctrinement.

      Reprenons les bases : une menace, ce sont des capacités et des intentions.
      Concernant les intentions, les Russes jouent habilement sur le flou qui entoure leurs opérations. Les Russes ont-ils l’intention d’envahir la France ? Aucun intérêt. Les Russes ont-ils l’intention de provoquer une guerre ouverte avec les États-Unis ? Certainement non, cette confrontation sera à leur désavantage. Les Russes ont-ils l’intention d’envahir les pays baltes ? A priori non, mais la crise en Ukraine a prouvé qu’ils savaient saisir une occasion qui s’offre à eux . Pour l’instant, l’intention claire des Russes est de savonner la planche aux US et à leurs alliés occidentaux (auxquels nous sommes affiliés, que nous l’assumions ou non) à moindre frais dès qu’une ouverture se présente : Ukraine, Syrie, Vénézuéla. Ceci tout en occupant le vide militaire et politique que les opérations militaires occidentales créent : pourquoi pas une future implantation Russe en Afrique, par exemple ?

      Concernant les capacités militaires Russes, elles restent importantes, notamment vis à vis de leurs effectifs pléthoriques et de la modernisation militaire en cours de leurs armées. N’oublions pas que rien qu’en terme numérique, l’armée russe est très largement supérieure à l’armée française (le volet qualitatif est plus difficile à évaluer mais on peut supposer que l’armée russe est au moins équivalente à l’armée française).
      L’aéronavale Russe est cependant le parent pauvre de l’armée et n’a jamais vraiment été primordiale dans la stratégie globale, d’autant que les bombardiers russes à long rayon d’action sont une alternative à ce genre de projection de puissance.

      En bref : les Russes restent une puissance militaire majeure, qu’il ne faut pas sous estimer comme vous le faites, ni surestimer comme le font bien trop de fans béats dans ces commentaires.

    • Chanone dit :

      @ Nonmé
      .
      Ne vous trompez pas de cible: les Russes se débrouillent très bien et suivaient il y encore peu de temps une logique incrémentale afin de rejoindre en technicité les états unis, première flotte du monde en nombre. ..
      .. Sauf que, au jeu du « plus avec moins », de nombreux pays tirent leur épeingle du jeu des budgets, tellement le Pentagone est détraqué par l’énormité des sommes qui passent entre ses mains. Et la Russie fait partie de ses pays via une débrouillardise à laquelle personne n’est indifférent.
      .
      Mais voilà: entre un porte-aéronef lanceur de missiles, capés de 16 avions à peine adapté pour un rôle aéronaval et un Charles de Gaulle rempli de Rafale Marine, il n’y a pas de comparaisons possibles… Mais même un porte aéronef bâtard vaut mieux que rien du tout, sauf si il est lancé dans une opération de prestige sans la moindre forme de soutien…
      .
      Comprenez vous la différence?
      .
      Pour recoller à votre -excellente-remarque, le PEntagone est une machine à collecter des budget pour les redistribuer aux sociétés complices. Il faut une mance, même gonflée, pour que le système perdure.
      .
      Et les chiffes sont edifiants: le PEntagone brasse chaque année 650 milions de dollars,AU MOINS. son principal fournisseur est Lokheed Martin, dont l’effectid est de 126.000 employés.
      Les états unis sont le premier consommateurs d’armes au monde, et le premier vendeur avec 100 miliards de dollars de recettes.
      .
      Alors on expliquera d’autant plus facilement que les avions Russes et Chinonis soient « furtifs » alors que les productions Européennes ne le sont « pas du tout » car l’Europe, le Moyen Orient, sont des clients de choix grêce à leur puissante économie alors que les Chinois et Russe doivent se contenter de pays tiers, sous embargo (et ce n’est pas un hasard) et donc doté de peu de moyens…
      Or, essayez donc de proposer de la haute technologie à des clients non solvables… quelles hérésie!
      .
      C’est pour cela que les Russes proposent des produits technologiquement dégradés.
      Quand aux atermoiements des Russes en Europe de l’Est… Votre constatation est pertinente: seulement, il existe une ligne rouge non-officielle, et la Russie ne peut pas se permettre un conflit d’envergure, car il serait synonyme d’escalade, et au sommet, un échange de plantation de champignons (atomiques).
      Donc la fin de l’histoire.
      .
      Votre question met finalement en exergue le fait que trop de technicité ouvre la porte à des failles importantes, et les Russes ne s’y sont pas trompés en développant des moyens de brouillage et de déception pour tous les théâtres.
      Il appartient maintenant aux pays occidentaux de développer des moyens de guerre au coût maîtrisé, et de dévolloper des moyens de combats adaptés à la basse intensité.

      • Thaurac dit :

        suivre le pentagone n’a déjà pas réussi à la russie et ça en prend le même chemin;
        Retraite peu ou prou payé, idem des fonctionnaires de contrées perdues qui attendent leurs salaires depuis des mois et qi sont obligés de « trafiquer » pour faire vivre leurs familles….
        Le bien être des russes ( hormis ses potes) est bien le cadet de ses soucis, lui importe plus le « paraître ».

    • Hermes dit :

      Si la Belgique devenait belliqueuse envers la France, elle serait une menance.
      .
      Ca nous empêcherait pas de rire de la « puissance » Belge…

      • Anonymous dit :

        Une armée de 25 000 policiers c est pas comparable a une puissance nucléaire…

      • Ion 5 dit :

        La puissance Belge avec 8 500 ogives nucléaires et au moins 5 000 autres charges non officielles disséminées deci delà vous ferait un peu moins marrer, sans doute…
        Enfin je l’espère… pour votre santé mentale!

    • Lagaffe dit :

      Les échecs militaires et politiques de Poutine contre la Géorgie ou l’Ukraine ne doivent pas servir d’exemples, les menaces verbales contre les pays baltes, les pays neutres ou l’OTAN ont aussi un but de politique intérieure mais la multiplication des provocations pourrait déboucher sur des incidents graves. La Russie n’a pas comme l’UE une politique de « bon voisinage », Poutine reste une menace quel que soit l’état réel de l’armée russe comme on le constate avec les cyberattaques, les opérations de désinformations et la situation de crise entre la Russie et la Biélorussie (certains analystes pensent d’ailleurs que les menaces contre les pays scandinaves servent à distraire l’attention des ambitions russes clairement affichées sur Minsk).

      • Thaurac dit :

        Ben il vous faut quoi,
        Poutine dit et montre qu’il se fout des frontières internationales et les pays limitrophes ne devraient pas s’inquiéter?

        • Czar dit :

          Les Stazunis, disent au reste du monde qu’ils se foutent de la légalité internationale dès lors qu’ils peuvent agiter des fioles de farine à la table du Conseil de Sécurité et les reste du monde devrait pas s’inquiéter ?

    • Le Glaive dit :

      @ Nonmé : c’est aussi ce que je me tue à répéter ici depuis de mois, mais ils font semblant de n’avoir rien compris, c’est plus facile, sinon on les prive de leur jouet favori : casser du Russe ! c’est leur poupée vaudou à eux, leur socière, à brûler en place public après l’avoir chassée en meute. Comment voulez-vous qu’ils existent, si ce n’est qu’en se fabricant un croquemitaine confortable ?

      • Thaurac dit :

        « ..si ce n’est qu’en se fabricant un croquemitaine confortable ? »

        Si poutine se maintien au pouvoir c’est justement le croque mitaine de l’otan le porte à bout de bras, sans prétendues menaces extérieures pour mobiliser els russes derrière lui et en profiter pour occulter les autres vrais problèmes internes, poutine disparaitrait dans les limbes de l’histoire!
        Ce que fait Erdogan aujourd’hui, kim, etc..

    • ScopeWizard dit :

      @Nonmé

      Et vous touchez là au cœur du problème , c’ est effectivement LA grande question à se poser ; la réponse conditionnant un max de choses ……………….

      Bon , par certains côtés la Russie fait peur : c’ est un immense pays disparate et peu peuplé mais avec un noyau dur très déterminé dont sont issus les principaux dirigeants actuels tel le « maître du Kremlin » , qui , pour un ancien KGB numéro 2 en RDA devant soit-disant n’ être qu’ un pantin à la merci de l’ oligarchie qui voulait passer à une nouvelle marionnette après la barrique d’ alcool Boris Eltsine , lui-même tombeur de Mikhail Gorbatchev dernier Premier Secrétaire de l’ URSS avant sa chute et son démantèlement , impressionne par la stature de chef d’ État qu’ il a rapidement acquise même s’ il est difficile de savoir ce que pense réellement cet homme au volontarisme politique apparemment particulièrement tenace et constant …………….
      De plus , les russes peuvent se montrer extrêmement brutaux lors d’ une guerre ; en fait , ils partent du même principe que tant d’ autres comme Hitler avant eux , à savoir que la guerre doit être la plus brutale possible afin qu’ elle dure le moins de temps possible ………………. ce qui au passage permet à nombre d’ individus de se déchaîner et de donner libre-cours à leur imagination dans ce qu’ elle a de plus morbide ou de plus cruel dans le but/alibi de satisfaire aux ordres reçus , l’ uniforme et l’ équipement pouvant transformer comme par magie n’ importe quel timbré quadriphasé en série en soldat à la bravoure et au patriotisme sans failles reconnu de tous comme ayant l’ héroïsme chevillé au corps !…………………

      Effectivement , à propos de la menace russe , perso je considère depuis très longtemps que cette dernière est fort surfaite , que bien au contraire cette Russie pourrait constituer un partenaire de choix qui pourrait nous aider à nous protéger de la Chine comme nous « indépendantiser » de fait , nous libérer de la tutelle des USA qui n’ ont de leur côté aucune espèce d’ intérêt à ce que l’ Europe des nations donne à terme naissance à une Europe bloc-puissance en capacité de remettre très vite en cause le leadership US alors obligés d’ accepter d’ avoir perdu le titre de number ONE des maîtres du Monde ………………….

      Mais bon , c’ est MON sentiment à MOI par rapport à MA base actuelle de données , MES points de repère ; je ne suis pas tout seul , chacun semble avoir son idée sur la question et visiblement il y a « bataille » ! 😉 ……………..

      • Thaurac dit :

        « Effectivement , à propos de la menace russe , perso je considère depuis très longtemps que cette dernière est fort surfaite  »
        allons Scope, on ne va pas repartir du début (domabss, Tchétchénie, Géorgie, Crimée..) il vous faut quoi?
        Donc les menaces contre Hitler, avec les annexions Anschluss étaient aussi surfaites, car c’est le même scénario.
        On pourrait presque dire que l’expérience en syrie ressemble à celle des allemands pendant la guerre civile espagnole où ils ont rodés plusieurs techniques de combat!

        • ScopeWizard dit :

          @Thaurac

          Je ne partage pas du tout ce point de vue , chacun a sur ce sujet comme sur des tas d’ autres des convictions qui lui sont propres et qui lui servent de points de départ ou d’ appui , en l’ occurrence ce ne sont pas les miennes , pas pour le moment .

          Vous voyez le Monde selon un prisme très occidental et atlantiste qui est le vôtre et qui ne correspond pas , parce que trop restreint et restrictif , à la réalité du terrain ; donc selon moi , vous tombez dans le piège de la comparaison qui n’ est en réalité qu’ un rassemblement de points de similitude avec des évènements du passé en l’ occurrence guère en faveur de ce que fut notre capacité à anticiper les ennuis à venir , alors qu’ il conviendrait de tenir compte d’ un bien plus grand nombre de paramètres afin d’ avoir une vision plus globale et plus juste de la situation .

          Mais bon , seule l’ Histoire qui s’ écrit et s’ écrira attribuera à chacun sa part de torts ou de raisons , une part qui s’ établira en fonction des évènements que les uns et les autres contribueront à provoquer , une part qui risque fort de fluctuer avec le temps lorsque les vainqueurs n’ en seront plus seuls maîtres à penser ou majoritaires ……………………..

          Demain , nous risquons entre-autres de n’ être plus qu’ une Europe paillasson « WELCOME » à la merci des USA tandis que nous vivrons dans une France islamisée tout en étant commercialement très fortement américanisée dans un multiculturalisme très inégalitaire dont nous serons minoritaires , notre héritage gréco-latin ou nos spécificités de peuple Français s’ étant fait sur plus de 1500 ans d’ Histoire riche et mouvementée ne seront plus que de vagues et lointains souvenirs à ranger dans les tiroirs d’ un oubli des plus volontaires , alors très franchement de la menace russe ou de Poutine et des problèmes au sein de l’ Europe de l’ Est guerres ou pas guerres , désolé mais je m’ en fous ; c’ est leurs affaires même si je reconnais que l’ on ne devrait pas rester indifférents et que les balles ça peut rebondir dans toutes les directions …………..
          De plus , il y a tous les problèmes de pollution ou de catastrophes naturelles qui se rajoutent au noir du tableau , ce qui constitue , hors expérience perso , à en croire les uns et les autres , une menace à prendre très au sérieux et au plus vite ………………

          La maison est en feu , l’ incendie commence à se propager et risque de la réduire en cendres avec tous ses occupants mais je dois quand même me préoccuper en priorité de la connexion Internet qui foire ou de la casserole de lait qui déborde ou pire de celles de mes voisins ?
          Eh bien , NON , je ne ferai pas ça ; d’ après mon sens de la logique il y a beaucoup plus urgent et surtout beaucoup plus prioritaire ………….
          D’ autant plus que si la maison part en fumée , cela fera les affaires des USA qui , mine de rien ( là aussi tout est relatif ) , me poussent à regarder ailleurs et à me préoccuper en priorité de tout autre chose que du feu qui couve et grandit près de dévaster mon habitation à partir du moment où il se déclarera pour de bon ……………

          Enfin , le fait que nous soyons dans les 8 milliards ne fera pas de nous des êtres tournés vers l’ altruisme ou l’ entraide surtout dans un Monde autant régi par le « Marché » ou l’ argent au sein duquel nous ne serons bientôt même plus égaux ( tout est relatif ) devant la mort ou la maladie comme nous le sommes encore de nos jours hormis dans des pays ou des zones où misère et dénuement dominent largement , je le crains …………………..
          Je puis le constater chaque jour que le Bon Dieu fait ……………

          Après , je suis assez ouvert pour reconnaître que je peux me planter sur quelques points comme sur toute la ligne , sauf que pour l’ instant ce n’ est pas du tout ce que je pense ……………….

          À chacun son idée sur ces questions …………

          • Euclide dit :

            @ scope si cela peut vous rassurer
            D’après le général de Gaulle  » La France nous enterra tous » .
            Cette boutade n’est pas si idiote que çà si on étudie son Histoire. Perso, je pense que la France survivra à la 3ème guerre mondiale ( qui a déjà commencée) ou à l’effondrement du pays style Empire romain comme du III è au VII ème siècle mais le prix à payer sera cher.

          • ScopeWizard dit :

            @Euclide

            Hmm …….

            Ce serait bien , effectivement , mais j’ ai comme un doute ………….. 🙁

        • Vinz dit :

          « Donc les menaces contre Hitler, avec les annexions Anschluss étaient aussi surfaites, car c’est le même scénario. »
          .
          Mais oui. Poutine mange donc des foetus au petit déj, et en plus il veut eradiquer tous les Juifs. Et se constituer un Lebensraum à l’Ouest, parce que la Sibérie, vraiment, c’est trop surpeuplé.
          .
          +1000 points godwin pour le troll à Bibi.

      • PK dit :

        « De plus , les russes peuvent se montrer extrêmement brutaux lors d’ une guerre ; en fait , ils partent du même principe que tant d’ autres comme Hitler avant eux , à savoir que la guerre doit être la plus brutale possible afin qu’ elle dure le moins de temps possible »

        C’est exactement la même doctrine que celle des États-Unis. La seule différence entre les deux est dans la façon de communiquer : les Russes disent qu’ils font la guerre, et la font brutalement (rappel : on ira les tuer jusque dans les chiottes). Les Américains enrobent cela de vaseline dans leurs discours : ils font la guerre proprement, chirurgicalement, sans dommage collatéraux, etc (c’est-à-dire toutes les niaiseries reprises en boucles par les médias occidentaux quand il s’agit des Américains).

        Dans les faits, les uns et les autres se valent largement. La seule vraie différence culturelle est dans la préservation du soldat : la Russie n’hésitera pas à faire combattre au sol ses troupes et perdre des hommes pour gagner. Les Américains y répugnent, question électorale sans doute, depuis la guerre du Vietnam. Et comme ils ont les moyens d’applatir la résistance en fait par leur puissance de feu, ils n’hésitent pas : un « nha-ké, comme un arable, » ne vaudra jamais un soldat US.

        • ScopeWizard dit :

          @PK

          C’ est effectivement ce dont je suis persuadé depuis fort longtemps ………….

          Alors qu’ à l’ époque , comme beaucoup , j’ ai vraiment cru à toute ces fadaises nous vendant une guerre propre au contraire de la boucherie vietnamienne s’étant déroulée vingt ou vingt cinq ans plus tôt , une sorte de nouvelle guerre ultra-moderne faite à base de frappes dites chirurgicales donc à connotation médicale ; en gros , on soigne le patient sans lui faire de mal et en ciblant au plus près sa pathologie !

          Super !
          On s’ en refait une quand tu veux , au moins celle-là était très « fun » , je me suis fort bien amusé ! 😉

    • LM dit :

      1600 têtes nucléaire sur vecteurs + 5000 en stock…
      Même avec 50% de fiabilité des vecteurs + rendement optimal des systèmes antimissile existant = plusieurs mégatonnes peuvent tomber sur n’importe qui dans l’hémisphère nord.
      Ça coût très cher, mais ça permet d’avoir une certain liberté d’action avec les forces conventionnelles restantes (la réciproque ne marchant pas…).

      • Thaurac dit :

        Oui mais c’est un effet boomerang, si tu envoies tu en prends sur la gueule donc zéro à zéro, la balle est au centre…

        • L'Espadon dit :

          Non, il n’y plus terrain pour jouer, surtout si les vecteur nuc ont dans leur collimateur des centrales nucléaire. Bref, une bonne douche de radiation pour tout le monde. Et pour les rares survivants, un retour à l’âge de pierre. Remarquez, on règles d’un coup les problème de surpopulation, de transition écologique etc etc… Il n’y a plus qu’a attendre quelques milliers d’années, que les effets des radiations s’atténuent et on a un monde tout propre.

          • dolgan dit :

            *surtout si les vecteur nuc ont dans leur collimateur des centrales nucléaire.*
            .
            Ou comment démontrer en une phrase qu’on ne comprend rien au sujet …
            .
            Frapper une centrale nuke avec un vecteur nuke ne vas pas augmenter les dégâts/effets. Au contraire. Les centrales nuke sont pas en centre ville et une centrale nuke qui se prend un missile nuke verra son matériel nuke dispersé (donc plus de risque de fusion incontrôlée, un souci de moins).
            .
            NB: la douche de radiation n’est pas non plus le problème d’un conflit nuke à grande échelle. C’est l’hiver nucléaire .

    • Castel dit :

      Nommé
      De tous temps, l’ Armée Russe est connue pour ses forces terrestres, surtout, depuis que sa flotte à monté ses limites au « désastre » de Tsushima.
      Par contre, quand vous dites qu’elle n’est pas capable d’envahir un demi pays Balte, c’est surtout parce que celui-ci fait partie de l’OTAN…..
      Parce que, sinon, la surface qu’elle occupe de façon indue dans de nombreux pays, par l’intermédiaire de ses complices locaux, est bien supérieure à celle d’un pays Balte entier !!

    • Nonmé dit :

      Merci à tous. Assez pertinentes réponses je trouve.
      Il n’empêche, je reste chiffonné quand la même personne se moquer aujourd’hui des capacités russes et le lendemain nous hurle que c’est une menace fatale…
      Les réponses à ma question sont assez consistante, par rapport à une rhétorique officielle que je trouve incohérente.
      Merci encore !

      • ScopeWizard dit :

        @Nonmé

        Tant mieux si vous avez trouvé de quoi vous faire une meilleure idée de la chose , d’ autant que même s’ il y a avis contradictoires , nombre de réponses se complètent ……….. 🙂

        En revanche , pouvez-vous préciser à quelle « même personne » vous faites allusion ?
        J’ avoue qu’ il y en a tellement …………..

    • Castel dit :

      Nommé
      On peut se rappeler aussi qu’avant la seconde guerre mondiale, les Russes possédaient, et de loin, la plus faible flotte des grandes Nations engagées dans le conflit.
      Ce qui ne l’a pas empêcher de montrer l’efficacité de ses forces terrestres, face à l’armée considérée comme la meilleure de l’époque, après un moment de flottement au début de la guerre !!
      Donc, je crois qu’aujourd’hui nous serions dans le même cas de figure….
      La Russie, contrairement aux USA est avant tout une puissance continentale, et il est logique qu’elle mette l’accent avant tout sur ses forces terrestres .

      • Iceman dit :

        Un moment de flottement?! Vous avez le sens de l’euphémisme. Je ne sais pas si dans l’Histoire il y a une entité territoriales qui perdu autant d’hommes et de territoire en si peut de temps que l’URSS pendant les 6 premiers mois de l’invasion allemande. Sa capacité à se remobiliser et à inverser la tendance sont tout aussi impressionnantes, mais à quel prix!

        • Euclide dit :

          Et oui Iceman !
          Le prix de la victoire de l’URSS sur l’Allemagne nazie est très lourd. Il faut la comparer à la victoire de la France en 14/18 sur l’Allemagne du Kaiser Guillaume 2

          • Ion 5 dit :

            @Euclide

            Plutôt que la martyrologie, je préfère que l’on évoque la contribution de l’URSS à la victoire; les soviétiques ont quand-même détruit 80% de la Wechmacht. Moins pour la Luftwaffe et la Kriegsmarine, mais ça fait un sacré morceau quand-même.

    • Clément dit :

      La Russie de Poutine n’est pas un ange, et nos intérêts peuvent être divergent. Mais en effet, la menace russe est totalement exagérée par nos médias et notre complexe militaro-stratégique (quand je dit « nous », j’entends « l’Occident »). La stratégie de la démonstration de force est la façon qu’a la Russie pour exister sur la scène internationale depuis Staline.

      • Lagaffe dit :

        Allez expliquer aux géorgiens et aux ukrainiens que l’invasion et l’annexion d’une partie de ces pays étaient des « démonstrations de force ».

  9. aleksandar dit :

    Avant sa mise en refonte, l’existence du Kuznetzov était menacée.
    Son déclassement avait même été recommandé des 2015.
    Il n’a pas sa place dans la strategie de defense russe.
    Aucune utilité, la Russie par elle même vu son étendue est largement suffisante pour servir de base de départ a toutes les missions de l’aviation russe.
    Pour le même prix un sous marin est bien plus efficace.

    • v_atekor dit :

       » la Russie par elle même vu son étendue est largement suffisante pour servir de base de départ a toutes les missions de l’aviation russe »
      .
      A condition de pouvoir survoler des frontières acquises… Même raisonnement que les italiens qui considéraient leur pays et leur colonie libyenne comme le meilleur porte-avion possible en méditerranée. L’histoire en disposa autrement.

      • aleksandar dit :

        Vrai.
        Donc je précise :
        la Russie par elle même vu son étendue est largement suffisante pour servir de base de départ a toutes les missions de l’aviation russe dans le cadre de la strategie defensive de la Russie présentée par le Général Guerassimov le 02 mars 2019  »
        Voir aussi l’intervention de Shoigu devant le comité de defense de la Douma le 13 mars 2019
        http://redstar.ru/armiya-rossii-kardinalno-obnovlena/?attempt=2

      • PK dit :

        La très faible efficacité de l’armée italienne serait beaucoup plus à plaindre que ce choix stratégique, relativement juste.

  10. observateur russe dit :

    Bonjour
    Il faudrait préciser composante embarquée de l’aéronavale, parce qu’il existe par ailleurs une aéronavale basée à terre.
    D’autre part, le besoin de ressources financières est criant: aucun sous-marin modernisé (classes 971M, classes 945M et AM, classes 949AM…) n’est encore sorti de forme alors que les premiers devaient l’être depuis … 2014.
    Enfin, et ce n’est pas le moindre, ce dock était surtout utilisé pour les arrêts techniques intermédiaires (environ tous les 3,5 ans) de tous les sous marins nucléaires de flotte du Nord ainsi que des grosses unités de la GUGI (direction de la plongée profonde du ministère de la défense russe). La réorganisation du processus d’entretien va peser encore plus sur la disponibilité de cette composante.
    Bonne journée

  11. Chill dit :

    On devrait s allier aux russes et indiens pour le futur de notre aéronavale.

    • Arlequin dit :

      Effectivement, vu la graaaaaaande maîtrise du domaine aéronaval par ces deux états, équipés d’antiquités de la guerre froide et sans savoir-faire, le « mieux » serait de s’allier avec eux… Pourquoi pas avec les brésiliens, qui font un usage si intensif des ruines qu’on leur a cédé ?

      Tant qu’à proposer de dîner avec le diable, proposez ça aux chinois, qui développent un vrai savoir-faire… Mais oups, ceux-là n’ont pas besoin de nous et l’alliance avec la Chine n’est jamais une situation d’avenir.

      • wagdoox dit :

        c’est vrai que s’allier avec les Allemands pour le futur du rafale c’est tellement plus logique !

        • Françoise dit :

          @wagdoox : C’est en tous les cas beaucoup plus logique que pour le futur char de combat où la société franco-allemande va / devrait / pourrait se faire mangé par la société allemande ReinMettall. C’est donc pour cela que ce futur char est bien moins avancé que le futur SCAF.

    • Guillaume dit :

      C’est de l’ironie?

    • Hermes dit :

      Ou pas.
      .
      Ni russes ni indiens n’ont quoi que ce soit à mettre sur la table.
      (Même si on pourrait éventuellement travailler avec les indiens pour faire une série…)

    • Thaurac dit :

      Faudra rouvrir les mines de charbon…

      • Albatros24 dit :

        Ou faire ménage à 4 avec les allemands…
        Bilan un PA dans 20 ans et dépassé de 70 ans.

        • PK dit :

          Qui n’aurait le droit de naviguer que sur le lac d’Annecy, pour faire la chasse aux poissons.

    • Eric dit :

      Sans rire ? Et en quoi ils vont bien pouvoir nous aider ? Sans remonter jusqu’au Béarn de 1927, la Marine Nationale pratique le porte-avions depuis soixante-dix ans au moins : mis à part l’US Navy, c’est même la seule autre marine au monde à posséder un vrai PA, c’est-à-dire un CATOBAR. Ni les russes, ni les indiens n’en sont encore là.

    • Gorille dit :

      L’inde peut apporter des sous, la Russie va apporter quoi ? Le savoir faire, on l’a déjà.
      Par contre, nos pilotes étant formé aux Etats-Unis pour la porte avion, ça risque de poser problème de s’allier avec les Russes, et inutile de préciser qu’on aura jamais les thunes pour financer notre indépendance totale avec une aviation aéronavale d’entrainement et tout ce qui avec, et même si on avait cet argent, il y a d’autres priorités quand on est un minimum réaliste.

    • Thaurac dit :

      Et aux espagnols pour les sous marins 😉

    • Albatros24 dit :

      Ça va plutôt nous freiner que nous avancer
      Par contre les indiens seraient de bons clients pour 2 ou 3 sistershipS du CdeG

  12. Jacot la Paille dit :

    Avec la superficie du pays et constatant que ce n’est pas une armée de projection, la Russie a nullement besoin d’un nouveau bâtiment aero-naval.

    Qu’elle se ruine à implanter de nouvelles bases aériennes sur tout le littoral ,et développé des systèmes anti navire , ca sera plus rentable et crédible.

  13. JG von Rheydt dit :

    De toute façon un porte-avions est un hochet politique aussi inutile que couteux vu ce que nous préparent les Chinois; Du pipeau me direz vous, pourtant nos politiques on décidé de se lancer dans la voie des armes hypersoniques.

    • Albatros24 dit :

      Les missiles super soniques (des vrais) il y en aura des deux côtés et sans doute aux STATES avant tous les autres pays Y COMPRIS la Chine.

      • Albatros24 dit :

        Le Pa reste donc d actualité et il fonctionne en couple …comme les motards de la Gendarmerie… avec un GAN dont un SNA et avance au nucléaire.
        Le diesel et un seul Pa sont des non sens.

      • aleksandar dit :

        Ca c’est sur !
        Puisque les missiles supersonique existent déjà !
        Par contre l’hypersonique , y a que les russes.
        Et les STATES comme vous dites sont plus réalistes que vous, il suffit de lire les sites consacrés a la Défense US pour se rendre compte qu’ils prennent la menace très au sérieux et sont conscient de leur retard.
        Revenez quand vous voulez………..

  14. Czar dit :

    Pour ceusses qui s’y connaissent : avons-nous en France un bassin suffisant actuellement pour imaginer que leS successeurS du Charles-de-Gaulle soient des bâtiments largement plus imposants (au moins de niveau classe Q-E à 60 ktonnes ou même jusqu’à ceux de la classe « Gerald Ford » – 77 kt) ?

    et question subsidiaire : à votre connaissance, est-ce que l’augmentation de la taille est une question centrale actuellement dans les débats ou ce ne serait qu’une histoire d’affichage et de statut ?

    Merci pour vos retours.

    • Albatros24 dit :

      Nous serions capable de fabriquer les plus gros transatlantiques du monde et des porte avions de taille moyenne…mais pas de plus grands porte avions ?

    • Chanone dit :

      @ Czar
      Le Charles de Gaulle à été conditionné par la -relative- étroitesse de son bassin: 50 mètres.
      Il aurait pu être plus long et atteindre les 300 mètres.
      Pour son successeur, il a été question de démarquer un navire de la classe Queen Elisabeth… et puis plus rien, parce que les Britanniques n’allaient pas nous faire cette fleur, et que els coûts pour y installer de l’électronique Française étaient prohibitifs.

      • Iceman dit :

        Le gouvernement Cameron a surtout fait le choix de passer du F-35C au F-35B et donc de mettre un tremplin au lieu de catapultes. Ce qui empêchait de facto l’utilisation de Rafales ou de F/A-18 dessus.

        • Chanone dit :

          @ Iceman
          Exact. Et qui est le baisé de l’histoire ? Tous le monde…
          Mais sans catapultes ni brins d’arrêt, la facture est bien moins chère… 3 milliards les deux coques…
          Après, on pourra vite comparer la différence entre les deux types de navires, complémentaire s mais pas comparables.

    • Qui ça ? dit :

      Il me semble que le seul bassin français de dimension suffisante pour construire un tel porte-avion, c’est celui des Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire, là on construit des bateaux de croisières XXL. C’était même une des motivations politiques pour que les chantiers de l’Atlantique demeurent français.
      Le Charles-de-Gaulle avait été dimensionné par les limites de taille du bassin de Brest.

    • wagdoox dit :

      Les bassins de brest du CdG avait été choisi suite à des pressions syndicales…
      Pour l’instant on parle d’agrandir le navire sans lui faire prendre de poids.
      C’est une limite qu’on se donne sachant qu’elle ne sera pas respecter et l’autre but c’est de limiter la facture et d’en avoir plusieurs.
      L’augmentation de la taille à plusieurs raisons :
      1) le successeur du rafale sera forcement plus gros.
      2) la presence de drone prendra plus de place.
      3) une propulsion classique prendra plus de place.
      4) un PA de 300 mètres de long est naturellement plus stable.
      5) la multiplication des PA sur les mers fait qu’on devra avoir plus d’avions sur nos PA.
      6) le prochain PA sera hautement énorgivore (système le capato électrique, bouclier magnétique*, arme laser …)
      7) les réacteurs nucléaire fr (si l’option nucléaire est conservée) sont des réacteurs appauvris (contrairement aux US), donc il faudra mettre plus de réacteurs (sauf à enrichir plus l’uranium, les déclarations de la ministre font penser à un mixte des deux solutions).
      8) la capacité capato (catapulter et faire amerrir deux avions en meme temps) nécessite plus d’espace que sur le CdG ou les deux pistes mordent l’une sur l’autre.
      Donc pour répondre non c’est déterminant sachant qu’on essaiera toujours de faire au plus petit par soucis d’économie à l’image de toute l’armée FR, rafale, leclerc, FREMM, CdG…

      On a largement les bassins nécessaires dans le civil et un accord existe pour tout bâtiment supérieur à 8000 tonnes soit produit à st nazaire.

  15. werf dit :

    Les russes n’ont pas besoin de porte avions, ils veulent juste contrôler la route du nord, primordiale pour l’avenir de leur économie et de leur commerce international et leurs côtes. Ils ont les moyens de le faire avec l’obligation de la triple coque pour les bateaux de commerce pour éviter la pollution éventuelle, les brise glaces armés de missiles et surtout les bases aériennes déjà existantes tout autour du pays. L’intervention en haute mer d’un groupe aéronaval est dépassée pour eux car avec les derniers missiles hypersoniques les porte avions ,même américains, ne pèseront pas lourds. Enfin, ils n’ont pas vocation à intervenir sur tous les océans, les sous marins sont là, si nécessaire. Ils laisseront d’ailleurs aux chinois le soin de contrôler la Mer de Chine et le Pacifique…

    • dolgan dit :

      Lol. La dernière phrase est savoureuse. C’est bien aimable à la petite Russie de daigner autoriser la grande Chine de contrôler la Mer de chine et le Pacifique.
      .
      Vous avez suivi l’évolution de l’équilibre des forces Chine/Russie ces 40 dernières années?

  16. mr cracou dit :

    Est ce qu’on pourrait avoir un article de comparaison entre
    – ce qui est annoncé par les russes comme fabrication etc
    – la réalité des constructions
    – la réalité de la marine alignée

    A mon avis cela serait du plus haut comique car je lis chaque mois des plans russes grandioses et délirants

  17. Poulet de Pâques dit :

    Vous avez on ne peut plus raison. Finalement la propagande russe ne fonctionne qu’auprès des industries et lobbyistes du Pentagone pour refourguer leurs merdes à vil prix. Quelque part ils participent à une certaine crédibilité de la menace. Néanmoins la capacité de nuisance de la Russie ne doit pas être occultée, pour exemple la prolifération des torpilles à cavitation ( 400kmh pour 15000 m tout de même) dans des régions aux côtes étroites et des détroits peu larges sont un vrai souci pour les Pa occidentaux, qui se trouvent condamnés à naviguer loin des côtes. La Russie fait le choix de la prolifération au travers de ses pantins favoris: Pakistan, Syrie, iran, Venezuela, Corée , Turquie…

  18. Albatros24 dit :

    La Russie 160 millions d habitants a le PIB de l Espagne 46 millions…
    La Russie est incapable de fabriquer un bâtiment amphibie (elle a dû les acheter à la France et n a jamais pu les remplacer) et encore moins un porte avions.
    Elle se recentre sur ce qu elle sait faire des canons y compris des armes légères des fusées et des tanks.
    La Russie n est plus l URSS…Hormis dans l esprit des trolls poutiniens.

    • aleksandar dit :

      La Russie n est plus l URSS…Hormis dans l esprit des trolls poutiniens.
      C’est bizarre , il me semblait que c’était plutôt dans la tete des trolls du Pentagone.
      Comme quoi……….
      Bons baisers de Russie
      🙂

    • wagdoox dit :

      c’est d’un ridicule !
      il faut regarder le PIB PPA et là le budget militaire de la Russie est 4x plus important que le budget français.
      Le pays se concentrent clairement sur le renouvellement des capacités nucléaire, d’ailleurs si la flotte de surface est entrain de tanker, la flotte sous marine est en plein renouvellement. Pareil pour l’armée de l’air, les bombardiers tactiques et stratégiques sont la priorité. La Russie sait parfaitement qu’elle n’est pas l’URSS et favorise le stratégique sachant qu’elle perdra le conventionnel, comme l’OTAN des années 60-70.
      Ne pas comprendre ca, c’est quand meme grave et complètement inconséquent.
      Les tanks ? ou avez vous vu que la production de nouveaux chars avançait ? L’utilisation de canons et roquettes chez les russes est à vu de saturation, c’est presque une arme de destruction massive chez eux et donc ca reste une priorité, qui s’exporte bien en plus.
      Mais rassurez vous bien, vous avez forcement raison dans votre esprit de troll anti poutine.

      • dolgan dit :

        Je vous rappelle qu’ils en sont à louer un sous marin inutilisé aux indiens. Pour qu’ils en arrivent là, il faut que la situation de leur force sous marine ne soit pas du tout à la hauteur que ce qu’ils voudraient.

        • Ion 5 dit :

          la situation sous-marine de qui? De l’Inde ou de la Russie…

          • dolgan dit :

            Les Indiens, c’est pas formidable, mais ils sont sur la pente ascendante. Ils arrivent même à louer un SNLE, ce qui leur permet d’être bien supérieur à ce qu’ils pourraient être via leur propres production.
            .
            Les Russes eux ont le savoir faire et arrivent encore à construire des soums (sans doute au top de ce qui se fait de mieux). Mais ils ont visiblement du mal à soutenir/rénover les soums qu’ils possèdent déjà. Proposer un SNLE à la location n’est clairement pas un signe de bonne santé de la force sous marine Russe. Mais ils restent encore une puissance sous marine forte et redoutable.

    • Olivier Fournier dit :

      Si vous multipliez ce PIB par 2 ou 3 (afin d’arriver à une parité de pouvoir d’achat du rouble), vous serez bien au delà du PIB de l’Espagne. Avec 1 dollar à Moscou, vous achèterez 2 fois plus de big macs qu’à Paris.

    • Anonymous dit :

      Faudra vous expliquer combien de fois que le pib en ppa est plus utile quand on parle du budget de défense russe ? Des canons ? Armes légères ? On dirait que vous parlez d un petit pays de l Est qui a garder le savoir faire soviétique dans la fabrication de ces armements pas d une puissance nucléaire. Pourquoi la Russie est considérée comme une menace dans ce cas la ?

  19. Ghostrider dit :

    @ le glaive
    sauf votre respect, changer de logiciel vous êtes fatiguant, vos argumentations ne sont pas à niveaux ( ex. versus polymère). Votre idéologie est suspecte ..  » je suis occidental , et j’aime mon pays ..  » pardonnez moi ce genre d’expression sonne faux et super louche .. désolé

  20. Geoffrey dit :

    Je n’arrive pas à tout lire en quelques secondes, tellement c’est dense. Je ferai quelques observations. Polymères se déchaine contre les partisans de la Russie qu’il accuse d’aveuglement. Et lui même se livre à la caricature. D’autres font l’inverse. C’est tellement symptomatique de tous débats liés à la Russie. Impossibilité de faire la part des choses.

    Alors se glisser entre les deux positions… pas simple.

    Pour résumer (et faire plaisir aux détracteurs)… La situation de la Russie n’est forcément pas très florissante. Mais il faut essayer d’analyser les vrais facteurs et pas les idéologies: Un pays immense avec une démographie en berne, une industrie très sectorielle, une richesse de matières premières géante. Tout ceci impose d’ajuster ses orientations et particulièrement sa défense bien plus que son prestige. D’où l’explication simple. La Russie n’a jamais (à part quelques tests) développé de véritables groupe aéronaval (GAN): hormis un ou deux (en fait pour assurer la continuité de service), il faut disposer des SMA, des frégates etc.. Et pourquoi faire? Envahir ou arraisonner quels pays? Bref.. En un mot: inutile et coûteux (et pas les moyens de se le permettre). Bref, la doctrine militaire russe est, en fonction de ses ressources propres, tout simplement orientée vers la défensive. Sans aucune agression non plus contre les USA (cette vision manichéenne des choses est vraiment épuisante), celle-ci a une politique clairement offensive. Ce n’est pas mon accusation. C’est ce qui est largement expliqué dans le Grand Echiquier de Zbignew Brzezinski. Les USA veulent contrôler le continent euro-asiatique sur lequel ils ne sont pas. Et il leur faut donc mettre en place toute l’armada utile : un GAN avec 11 PA (donc forcément 5 en activité opérationnelle). A part cela, il y a des politiques comme celle de l’OTAN qui consiste d’une part à bloquer tout échange économique entre Russie et Europe (commerce forcément rentable sur la base d’échange matière première contre produit de qualité; on a vu le comportement des USA sur le nordstream) ou a exciter une pseudo-menace russe en attisant les peurs d’anciens satellites et la complicité de profiteurs des arcanes de l’UE qui ne vivent que grâce à cette situation et à se demander si certains ne défendent pas leur statu de la sorte en faisant les collabos de cette politique là).

    Voilà, simplement la situation. On pourra nuancer avec les cas par pays. Mais l’Ukraine est le dernier exemple en date que je ne développe pas, ici.

    Alors Polymère s’est déchainé sur le cas du BPC.. Mal lui en a pris de se dévoiler de la sorte .. Quel plus bel exemple de la soumission française. Avec le zeste des apparences qui servent son argumentaire. Bien sûr que la Russie ne disposait pas d’un niveau d’achèvement qu’est ce navire si intéressant. Mais regardons. Ce navire ne recèle (peut-être à l’exception du système d’armes) d’aucune technologie militaire très sophistiquée (sinon, la question de le vendre à la Russie ne se serait jamais posée). C’est son emploi et ses capacités multi-rôles qui en font un outil intéressant et une excellente image de marque de la France. Et c’est cela que la Russie a voulu acquérir. Et était en passe de le faire. Le contrat a été torpillé par le président français le plus imbécile que nous n’avons jamais compté. ou le plus soumis. Alors Polymère oublie certaines choses.

    Oui la Russie ne disposera pas de cet outil. Mais les plans? Ils sont où? La Russie a fait le choix de n’entrevoir aucun conflit juridique qu’elle aurait forcément gagner (aucun tribunal international, au risque de perdre toutes références futures n’aurait prononcé en changement en faveur de la France) mais la récupération des sommes auraient longues et laborieuses. Alors le deal a été simple et rapide. Remboursement de toutes les avances; modeste compensation des frais engagés. La France a eu raison de rembourser (racheter) les deux bateaux pour 950 M€. Problème que Polymère tait. Les deux bateaux comprenaient une moitié (en volume), 40% en valeur financière, de la partie arrière fabriquée en Russie. Bref, au moment où la France peinait à sauver ses chantiers de l’atlantique (auxquels elles avait acheté son BPC pour DIXMUDE pour 350 M€, elle rachetait deux BPC pour 425 chacun.. BPC qu’elle revendait à l’Egypte (et a-t-elle recouvert ces sommes? La Coface ne le dit pas).. Qui plus est, des navires adaptés à des hélicos russes et non européens. Bref, sur ce sujet de la marque de la soumission de notre industrie stratégique aux intérêts américains est cher payé pour satisfaire certains égos d’affirmer que la Russie ne peut pas construire rapidement de telles navires ce que les russes reconnaissaient volontiers pour proposer cette coopération sur laquelle la France a craché.

    • vrai_chasseur dit :

      @geoffrey
      Pas si simple en effet.
      Le déterminant principal de l’économie russe reste le pétrole et le gaz.
      C’est 40 % du PIB, 70 % des exportations et surtout 35 % du budget fédéral. Les sanctions économiques n’ont fait qu’accentuer les effets de ces chiffres.
      Le budget fédéral n’est équilibré que lorsque les cours du pétrole dépassent 70 dollars le baril (et pas 40 comme lu dans un commentaire plus haut, probablement émanant d’un troll russe).
      Cette extrême sensibilité au cours du brut donne à la Russie un double visage : elle peut soit enfler la poitrine d’orgueil et se lancer dans une croissance tous azimuts quand le cours est haut, soit être forcé de geler tous les programmes d’investissements sans exception, -donc y compris les investissements militaires- quand il est bas.
      Et un investissement décalé coûte en fait 3 fois plus cher ensuite. La France connaît aussi le phénomène, avec le programme des FREMM par exemple : avoir sans cesse décalé le programme pour raisons budgétaires fait qu’on en a moins, moins bien équipées et pour une plus grosse facture au total.
      La communication d’état russe joue à merveille sur cette ambivalence. Elle entretient le flou avec un art consommé : la Russie est capable de donner le change et de se lancer dans la guerre des étoiles, les missiles hypersoniques, les drones autonomes de l’an 2050, l’hyperpuissance sous-marine (elle a tous les cerveaux nécessaires pour être crédible) …. pour se voir obligé de geler tout ça et de le reporter aux calendes grecques au premier repli sur le prix du baril.
      Au point d’être incapable de réparer un gros bateau (bon honnêtement, ce pauvre Kusnetzov est bon pour la ferraille depuis longtemps, et si la Russie le fait maintenant c’est parce qu’elle sait que tout le monde le sait donc le Kuznetzov ne sert même plus à l’affichage).

      Mais qu’importe, le doute est instillé sur ses capacités et intentions réelles et au final c’est ce qui est le plus efficace : car dans le doute, on se méfie…d’autant que la diplomatie russe est redevenue incisive et compétente sur la scène internationale.

      Voilà peut-être pourquoi on voit autant d’analyses expliquant que la Russie hyper-puissante fait peur, que d’analyses expliquant que tout ça c’est du pipeau vu qu’elle a une économie du tiers-monde. Un pays pourvu d’immenses ressources mais un budget qui fait du yoyo et qui interdit toute planification efficace à long terme.
      En somme un tigre, mais sujet à l’arythmie cardiaque chronique.

      • aleksandar dit :

        Je suis toujours amusé de voir des chiffre totalement faux mais abondamment repris par les médias occidentaux
        Les hydrocarbures c’est 70 % des exportattions , ben non, c’est seulement 46% en 2017, 190 Milliard sur 404 milliards.
        Et probablement moins en 2018 ou la Russie est devenue le 1er exportateur mondial de blé ( et sans OGM, du blé propre )
        Ce n’est pas 40% du PIB mais 12% , 190 milliard sur 1520 milliard.
        Etc, etc
        etc

  21. aleksandar dit :

    Allez encore un p’ti dernier.
    « Le budget fédéral n’est équilibré que lorsque les cours du pétrole dépassent 70 dollars le baril  »
    En 2018 le prix moyen du baril Brent a été de 64 $
    Le budget federal a été bouclé avec un excédent de 2 %.
    Cherchez l’erreur………..

    • Albatros24 dit :

      A Alexander(ski ?)
      Alire sur la situation économique réelle de la Russie

      https://www.diploweb.com/La-Russie-realites-et-perspectives-economiques.html

      • Albatros24 dit :

        L’idée relancée depuis 2011 de « substitution aux importations », qui a trouvé un nouvel élan après 2014 et les sanctions occidentales, consiste à trouver en interne les ressources nécessaires pour la modernisation industrielle. Cette idée est aujourd’hui contestée ou nuancée, y compris par Vladimir Poutine lui-même, sans doute en partie du fait que les autorités ont dû reconnaître que les faits sont têtus : avec la reprise de la croissance, les importations ont repris. Par ailleurs, l’avantage donné aux entreprises nationales dans les marchés publics s’est traduit par une hausse significative des coûts d’approvisionnement des administrations. Les succès de la substitution aux importations, qui restent encore à valider empiriquement à grande échelle, sont limités à certains secteurs dans lesquels les technologies étrangères ont souvent été mises à contribution, comme l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire.

      • aleksandar dit :

        Désole mais quand je veux des infos sur l’économie russe je vais sur les sites officiel, genre Bnaque Mondiale, FMI, BRI;
        Pas sur des sites plus ou moins sérieux.

  22. Ghostrider dit :

    @ geoffrey

    cessez de polémiquer ou de chercher à diviser là il n’y a pas matière à ..  » polymère se déchaîne par çi, se déchaîne par là .. « . IL faudrait peut être revoir vos choix sémantiques excessif alors que ce sont des argumentations comme les autres. c’est votre propre perception qui est caricaturale.

  23. Geoffrey dit :

    Il convient, en fait, de différentier les deux problèmes. L’économie russe est-elle ou non en bonne santé (dépendance du cours des MP, dettes, etc… )? Là. La discussion est libre et les appréciations sont différentes (pourvu qu’elles ne soient pas polluées par une une poutinophobie ou poutinolatrie excessive; les deux ne servant qu’à la propagande dans un sens ou l’autre). Et l’autre question est: La Russie a-t-elle vraiment l’intention d’inscrire et maintenir dans son arsenal un GAN substantiel. Certes, la solidité d’une économie peut infléchir la réponse dans un sens ou l’autre. Mais, l’on a vu que la Russie, en 1999, n’a pas pu s’opposer à la stupide (si ce n’était que cela) aventure au KOSOVO et qu’en 2016, elle réussit une OPEX comme rare sont les pays qui pourrait en mener une équivalente. Ensuite, il apparait face à son contexte géopolitique que la Russie a une politique essentiellement défensive (donc pas besoin de GAN). Voici les observations que l’on peut faire. Maintenant, sans allégations partisanes, les débats sont ouverts.