Les Forces armées en Guyane continuent de mener la vie dure aux orpailleurs clandestins

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

40 contributions

  1. heaume44 dit :

    Bon bilan pour les FAG.
    27 kg de mercure de moins dans la nature.

  2. dompal dit :

    « Quant aux légionnaires, et après avoir déployé une compagnie de combat dans la région difficile d’accès du haut bassin de la rivière Mana, ils ont réduit par deux le nombre de sites illégaux d’orpaillage en 14 jours d’opérations. »

    Je reste un peu perplexe devant cette affirmation !?? Pour quelles raisons n’ont-ils pas pu supprimer (eux ou d’autres FAG) les autres sites d’orpaillage illégaux s’ils sont connus ?!??

  3. Jess dit :

    Pourquoi ne pas utiliser de drones vu la superficie à couvrir d autant plus que un site d orpalliage ça ne doit pas être très discret.

    • M´enfin ! dit :

      @jess
      Encore faudrait-il que nous ayons des drones MALE ou HALE avec dispositifs à infrarouge, et
      le peu de MALE que nous avons (sous controle américain) sont trop occupés avec BARKHANE…

    • Clément dit :

      En fait les sites d’orpaillage clandestin sont plutôt discret et la couverture forestière est très dense. Sans compter les oiseaux et autres prédateurs qui s’amuseraient bien d’un drone de petite taille.

    • Fred dit :

      Pas du tout discret, un site d’orpaillage : une tache de terre nue qui apparait au sein d’un océan de verdure, cela se voit par satellite.

      • Clément dit :

        En fait c’est le cas pour les gros sites. Les petits sont souvent quelques trous, un vieux générateur et une cabane, caché par la couverture des arbres.

    • toukounare dit :

      Cela fait belle lurette que les garimperos ne travaillent plus a ciel ouvert ! Ils savent aussi s’adapter sous la canopée pour ne pas trahir leur présence vu du ciel ou des rivières.Les indices d’activités sont minces et visibles que par des personnes expérimentées .

      • Clément dit :

        J’avais vue des photos où ils tendent des bâches ou des filets de camouflage qu’ils recouvrent de feuilles d’arbres, au dessus des sites. Sans compter qu’ils jouent très bien de la couverture naturelle.

  4. M´enfin ! dit :

    Quand est-ce que le gouvernement fait pareil pour le trafic de drogue dans nos banlieues ?

    • Anonymous dit :

      Quand est ce que le cannabis sera légalisé comme au Canada et dans certains Etats americains ? Ça metterait fin au trafic illégal et cette herbe n est pas plus dangeureuse que l alcool, elle aide meme a soigner certains malade ou en tout cas a calmer leur douleur.

      • Vinz dit :

        Tant qu’on y est autant légaliser l’usage de tous les opiacés, dont la morphine n’est qu’un dérivé. La logique qui dit que pour éradiquer une déliquance, il suffit de la légaliser, c’est d’un sophisme à peine digne du père Ubu. A ce compte là autant légaliser le viol, y aura moins de criminels sexuels en prison.
        .
        Qu’on se pose déjà la question de l’intérêt général : est-il dans l’intérêt, et donc faut-il l’encourager, d’une communauté d’avoir ses membres shootés à différentes substances ? Pour quels coûts financier et social ?

        • Clément dit :

          @Vinz
          Dans ce cas là, il faut également interdire l’alcool. En fait le problème est l’hypocrisie à ce sujet.

          • Vinz dit :

            Mais oui l’hypocrisie. Je me demandais quand elle allait pointer le bout de son nez !
            .
            Rappelons la définition inégalée de l’hypocrisie : c’est l’hommage du vice à la vertu.
            .
            Pensez à écrire un éloge de l’hypocrisie.

          • Clément dit :

            @Vinz
            C’est bien défini « l’hommage du vice à la vertu. », on peut très bien remplacer « vice et vertu » par Ricard et Pétard dans notre contexte.

        • Robert dit :

          Vinz,
          Il faut distinguer à chaque fois.
          La morphine, tirée de l’opium comme l’héroïne, est utilisé depuis longtemps comme calmant de la douleur. Dans ce but médical, et sous certaines restrictions d’usage car il existe des contre indications, et en n’oubliant pas l’accoutumance et la diminution de l’efficacité sur le long terme, je ne vois pas comment on peut interdire son usage qui est vraiment nécessaire pour soulager la souffrance chronique.
          Mais à côté, il y les sirops contre la toux et autres opiacés en vente en pharmacie qui étaient réellement des stupéfiants dangereux, très souvent utilisé par les polytoxicomanes. Les pharmaciens pourraient vous en parler, aujourd’hui ce sont plutôt les codéinés. Là, il y a un réel problème, mais au départ les médicaments contenant un opiacé pouvaient être utilisés sans dépendance ni effet stupéfiant afin de soigner.
          Quand au cannabis, que certains veulent légaliser depuis longtemps, il y a aussi différents problèmes. Le cannabis est une drogue à dépendance psychologique forte, seule définition scientifique et classé comme hallucinogène avec le LSD, entrainant des nuisances sociales et psychologiques incontestables, voire psychiatriques en certains cas. Le légaliser comme drogue non seulement ne diminuera pas le trafic, il y a des pays comme la Hollande qui s’y sont cassés les dents, mais légitimera, au nom du c’est légal donc c’est moral, la consommation de stupéfiant. Mais il existe certaines molécules contenues dans le cannabis qui peuvent être isolées en vue de soigner certains états liés à des maladies incurables en situation avancée, contre la douleur quand la morphine ne suffit plus voire est contre indiquée à un malade, contre la perte de l’appétit ou les nausées. En soi, il n’y a que les risques inhérents à ce produit qui peuvent empêcher sa diffusion. Car il ne s’agit pas de fumer, manger ou boire, selon les moyens de consommer le cannabis, un produit exclusivement destiné à soigner un malade. Le cannabis lui produit de nombreux effets qui peuvent être dangereux pour un malade et est donc fortement déconseillé directement pour un malade. Goudrons pour les poumons, risque d’augmentation des épisodes dépressifs, déconnection du réel, danger en cas de prédisposition à certaines pathologies de déclenchement d’une crise, relargage dans l’organisme en cas de stress. Nous parlons pour soigner des malades graves chez qui tout ce qui existe a échoué de certaines de ses molécules isolée, pas du produit complet.
          Mais on peut s’apercevoir que le lobby de la légalisation de la drogue est déjà à la manoeuvre non pas pour soigner mais pour légaliser le stupéfiant quand l’usage thérapeutique aura été admis en y ajoutant l’usage récréatif.
          C’est une façon idéaliste ou fataliste de concevoir la liberté non comme un moyen de devenir responsable mais comme un but, et donc une fatalité quand un drogué ne cherche plus à arrêter et qu’on appelle cela une liberté. Pour l’alcool dont parle Clément, toujours inspiré pour détourner l’attention, il existe effectivement une toxicomanie et des nuisances, mais il est possible de consommer sans effet psycho actif, en étant raisonnable, ce qui n’est pas possible ni avec les opiacés ni avec le cannabis dont une seule cigarette suffit pour être défoncé. Un joint, c’est plusieurs whiskys, et cela ne sert qu’à se défoncer.
          Ce qui en fait une véritable différence de fond. L’hypocrisie qui peut exister avec l’alcool est gigantesque avec le cannabis, ses toxicomanes étant les meilleurs promoteurs, la démonstration parlante d’esclaves qui se vantent de leurs chaines et veulent pouvoir être « légalement » enchainés.
          Je précise que je ne parle pas à travers des livres, mais de mon, déjà ancienne, expérience drogues et alcool.

          • Vinz dit :

            Oui – entièrement d’accord avec ce développement. Pour l »hypocrisie cf ma réponse supra.

          • Clément dit :

            @Robert
            « s il est possible de consommer sans effet psycho actif,  » => renseignez vous sur les principes psycho-actif. L’effet psycho-actif, de toute les molécules psycho-active, se fait dès l’assimilation d’une seule molécule par notre corps.
            Ce n’est pas la même chose que de ressentir cet effet (ça va changer selon les personnes, le poids, l’accoutumance, …).

  5. Fralipolipi dit :

    @M’enfin
    Il me semble que le drone Patroller, qui va très bientôt arriver dans nos forces, pourrait être très adapté à ce genre de mission en Guyane, tant du côté de la surveillance amont des sites clandestins d’orpaillage, que de celui de la surveillance des zones de pêche.
    À suivre.

  6. Dimitri dit :

    46 000 m3 ? C’est pas plutôt 46m3 ou 46 000 litres que vous aviez voulu dire ?

  7. John dit :

    Il faut qu’on m’explique…
    Quand le gouvernement utilise l’armée pour la protection de lieux sensibles pour libérer les flics afin qu’ils puissent faire du maintien de l’ordre, gros scandale, blabla bla, leur rôle n’est pas d’intervenir à l’intérieur du territoire français…
    A la limite, je peux comprendre…
    Mais à ce moment là, pourquoi serait-ce le rôle de l’armée de lutter contre l’orpaillage clandestin? On est toujours sur territoire français…

    • Clément dit :

      On est sur le territoire, mais dans des zones où notre souveraineté n’est pas constante et doit être régulièrement ré-affirmée.

      • John dit :

        Merci pour cette clarification, en effet, ça semble cohérent avec leur mission !

    • Vinz dit :

      « leur rôle n’est pas d’intervenir à l’intérieur du territoire français »
      .
      Personne n’a jamais dit cela. Le jours où un envahisseur franchit les frontières de l’hexagone avec des tanks, on enverra pas les CRS. Et dans cas précis vous avez affaire à des types qui possèdent parfois un arsenal militaire; ‘il s’agit donc de véritables opérations militaires dans un milieu naturel, et non urbain au milieu de civils lambda: Un inspecteur de police n’est pas entraîné à faire des infiltrations de nuits de 20kmd avec tout le barda. Un militaire (hors gendarmemerie) n’est pas entraîné à faire du contrôle de foule.
      .
      En résumé contre les orpailleurs clandestins il faut parfois des famas ; ça tombe bien l’Armée de Terre sait s’en servir. Pour du maintient de l’ordre en milieu urbain le famas et sa baïonnette c’est un peu sur-dimmensioné.

      • PK dit :

        C’est plutôt que les moyens des troupes de police et de gendarmerie ne sont pas adaptés à la végétation de la jungle : ce sont essentiellement de troupes accès sur la ville ou les campagnes métropolitaines.

        Quand il s’agit d’envoyer une section en jungle, il faut des bateaux et/ou des hélicos et des ravitaillements par avion… d’où l’emploi de l’armée, qui a seule cette compétence.

        Le FAMAS n’est pas utilisé, ou si peu, que l’usage n’est qu’anecdotique.

        • MAS 36 dit :

          Pour ce qui concerne la gendarmerie , il s’agit toujours d’une unité militaire. A ce titre des stages de vie en forêt équatoriale sont organisés pour les escadrons de gendarmerie mobile. Les opérations Anaconda et Harpie sont d’une durée d’une semaine en général. Les gendarmes s’adaptent, et s’entraînent en tout temps, en tout lieux , se sont des militaires.

          Piloter des pirogues sur les fleuves, piloter des quads, progressions à pieds avec sac de 25kgs, discipline du feu en zone boisée, techniques de survie en milieu naturel hostile font partie des entraînements. Entre professionnels on ne dit pas « jungle » mais « forêt » ou « sur le fleuve ».

          Pour l’armement face à des garimpeiros armés de fusils de chasse ou de Taurus 38 « spécial » nos gendarmes , marsouins et légionnaires sont équipés du Famas, PA , PM en 9mm et fusil calibre 12. Cet armement n’est pas anecdotique quand il sert à riposter. Pour votre info plusieurs gendarmes et marsouins ont été blessés sérieusement . Les hélicos ont aussi été la cible de tirs.

          Donc pour les compétences rassurez vous les gendarmes y veillent , et pour l’armement il n’y a rien d’anecdotique a avoir un Famas.

          Je précise que les rapports entre gendarmes , marsouins et légionnaires sont plus que cordiaux et chacun échangent ses expériences dans l’intérêt général.

        • John dit :

          Ne pensez vous pas que les forces de police devraient être adaptées à leur environnement?
          La gendarmerie de haute montagne, c’est exactement ça ! Une troupe qui a le matériel pour remplir sa mission!
          C’est un choix politique le fait d’utiliser l’armée dans ces missions. Il n’empêche qu’une partie de ce travail entre en théorie dans le travail de la gendarmerie, et je suppose que durant ces missions, il y a un représentant des forces de l’ordre (civil) qui se joint aux militaires !

      • John dit :

        Dans le cas des manifestations, les militaires ne faisaient pas du contrôle de foule, mais de la protection de lieux sensibles, ce qu’ils font le reste de l’année sur territoire français, et ce qu’ils font aussi en OPEX (protection des bases, protection d’ambassades?)…

        La réponse de Clément semble expliquer la différence de la situation. Mais ce n’est pas l’armement que devrait déterminer quelle force peut agir ou non ! De plus, il me semble que des gendarmes devraient avoir la capacité de faire ce genre de missions si ils sont dans cette partie du monde. Mais ce n’est qu’un avis personnel.

  8. asinus dit :

    @M’enfin , peut être parce que cette économie a peine souterraine chez moi a Marseille outre qu’elle maintien un calme relatif dans les cités nous vaut une auto-régulation ou bon an mal an une trentaine de participant au libéralisme économique des narcos finissent sous terre..Il est bon et juste que l’état laisse cette lèpre confinée territorialement à Marseille nous savons qui fait quoi et ce qu’il en est , l’odieux voyou faisant le paon nous indiffère d’autant plus que nous savons que dame nature
    regleras le problème tot ou tard , 12 depuis le 1er janvier leur saison sera meilleure que celle de l’om

  9. Plusdepognon dit :

    @ M’ebfin
    C’est tout un pan de la logique du pouvoir qui à l’instar de Frankenstein va se faire tuer par sa créature.
    https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2016-1-page-173.htm
    Maintenant l’estimation du trafic de drogue compte dans le PIB du pays, vous ne voudriez pas faire baisser la croissance de la France tout de même ? 🙂
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/05/30/20002-20180530ARTFIG00074-le-trafic-de-drogue-genere-27-milliards-d-euros-par-an.php
    D’autant que les drogues dures se répandent:
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/12/20/01016-20181220ARTFIG00106-drogues-cocaine-gaz-hilarant-crack-etat-des-lieux-de-la-consommation-en-france.php
    Ce trafic genere tellement de profits qu’entre la corruption, le trafic d’armes, les meurtres et disparitions, les crimes et délits pour se procurer de l’argent pour les consommateurs, la crise morale et sanitaire engendrées… nous ne saurons jamais la totalité du mal qui a été fait par ce trafic.
    Ce qui est certain, c’est qu’à le laisser prospérer le pire est devant nous.

    • Robert dit :

      Plusdepognon,
      Il n’existe pas de drogues « douces » donc par comparaison de drogues « dures. » Toutes les drogues sont dangereuses.
      Il existe différentes dépendances selon les drogues, le cannabis c’est « dépendance psychologique forte », l’héroïne « dépendance physique », la cocaïne « dépendance psychique » et il n’existe pas de produit de sevrage, mélangée, elle donne du crack qui provoque une accoutumance immédiate et une dégradation du corps et du cerveau très rapide.
      Il faut mener cette guerre ,sans pitié pour les trafiquants, et en ne laissant pas s’installer une complaisance, des fragilités familiales chez les jeunes, une facilité d’accès, et une image positive par les sportifs, les artistes, les politiques.
      Nos soldats, comme policiers, gendarmes et douaniers, font vraiment du bon boulot, mais les lois sont inadaptées, trop de trous dans le maillage. Trafic, perpète et rien d’autre.

      • Plusdepognon dit :

        @ Robert
        Merci.
        J’ai toujours considéré que la guerre contre les drogues n’ont jamais commencé. Les USA font vraiment la guerre contre les narcotrafiquants et… ils ne gagnent pas !
        Trop d’argent, beaucoup de demandes et certainement énormément de corruption.

        • asinus dit :

          bonjour , les Iraniens par exemple pendent ou fusillent trafiquants et consommateurs , depuis des années
          ils ne semble pas sur la voie de l’éradication

          • Plusdepognon dit :

            @ asinus
            Oui. L’Iran est paraît il dans une situation catastrophique avec la toxicomanie.
            C’est l’argent comme valeur suprême qui est au début de toutes les catastrophes qui touchent l’humanité.

  10. aleksandar dit :

    C’est une mission difficile assez peu médiatisée dans un environnement vraiment hostile.
    La fatigue, la chaleur, l’humidité, les vêtements mouillé qui vous ronge la peau, la faune, les longues heure de patrouille sur des fleuve qui ne sont pas longs et tranquilles, etc.
    Félicitations a nos soldats et gendarmes pour ces résultats.

    • Bob62 dit :

      Bonjour,
      Tout à fait d’accord avec vous. Bravo à eux et qu’ils fassent gaffe, car en face, ce n’est pas des enfants de cœur.

  11. TINA2009 dit :

    Bsr !

    Pour la GUYANE , que je considère comme le point d’appui de toutes les missions d’atlantique, nos moyens militaires sont bien inférieures à ce qu’elles devraient être .
    Ainsi , en ce qui concerne lutte contre l’orpaillage , la dotation de 4 CB90 STRIDBAST adapté serait un complément matériel considérable .
    – Et les réflexions concernant la dotation de drônes est indispensable : Je vous rejoins !
    – Enfin , la dotation de Frégates avec un tirant d’eau inférieur à 2.90m et d’une autonomie à 4200 noeuds minimum , est indispensable pour se rendre en Afrique de l’Ouest , comme aux Antilles, et y séjourner tout en s’y ravitaillant de manière autonome !

  12. Robinson dit :

    A titre amical, il faudrait inviter des collègues militaires européens, autrichiens, finlandais, danois, autres… c’est pas juste de garder pour nous seuls français cet entrainement tropical.

  13. werf dit :

    Détruire les sites d’orpaillage c’est bien, mais ils font « éliminer » physiquement les orpailleurs et leurs employés. C’est possible car nous avons des avions d’attaque au sol et il ne sert à rien d’envoyer nos gars à travers la jungle. La lutte contre les cartels colombiens n’a été possible et efficace qu’en utilisant ces moyens, il ne faut pas se voiler la face et faire d’un bilan une victoire!