Une attaque jihadiste et des violences inter-ethniques font plus de 60 tués au Burkina Faso

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

20 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Vite : une OPEX au Burkina Faso, on connait le chemin.

  2. MAS 36 dit :

    Hélas de pire en pire. La tache semble insurmontable pour les seuls soldats français. Ils « colmatent » une brèche d’un côté, le problème arrive de l’autre. Immense territoire, peu de troupes qui s’essoufflent , peu de soutien à attendre, un G5 , comment dire … à mettre en place. Et pendant ce temps là nos soldats y laissent leurs vie. Et ça chipote encore sur le budget de la Défense, et la Commission européenne nous tance pour ses fameux 3% de déficit.

    C’est bizarre l’ONU si prompte à recadrer la France pour l’action de ses forces de l’ordre, est bien silencieuse pour ces massacres. Le ridicule ne tue pas, les terroristes islamistes oui, et ils savent y faire pour envenimer la situation.

    Courage à nos troupes pour cette guerre.

    • mich dit :

      Bonjour ,sur les 3% on est très loin d’avoir eu un jour la pression ,je me demandes même combien de fois on a du payer des amendes à l ‘UE ?Mais c ‘est vrai aussi que certains sont quand même content que l’on fasse des choses en Europe (que ce soit bouger des forces ou plus simplement des canadairs entre autre ). Quand à la critique de notre police ,cela reste bien marginal je pense ,bon nombre de pays que certains chez nous jugent « exemplaires » ,ne sont pas si critique que ça ,peut être qu’ils se disent que si cela partait en vrille chez eux ,le soi disant « dialogue » devrait être vite remplacé par des moyens plus conséquents ,mais bon c ‘est juste mon opinion .Une priorité doit être donnée aux hommes sur le terrain , chez nous ou à l’ étranger ,bonne ou mauvaise politique ,peu importe.

    • Polymères dit :

      L’ONU réagit quand on l’interpelle et il y a des partis, des organisations et autres qui ont des intérêts à porter la question de la répression intérieure sur la scène onusienne.
      Ce n’est pas un deux poids deux mesures, c’est de l’intéressement ou non, c’est une médiatisation chez nous ou non, c’est la pensée sélective ou non.
      Il est simple de critiquer et dire que ça ne marche pas, mais vous préconisez quoi? Qu’on arrête tout et vous pensez que ça ira mieux ou que ça ne changera pas?
      Vous savez comme moi, que bien souvent, même si on ne parvient pas à faire une formidable paix en un claquement de doigt, notre intervention permet d’éviter une situation plus dramatique encore.
      Il faut arrêter également d’avoir un regard de guerre éclair, la pacification a toujours été une question de temps, jamais ça n’était une affaire de quelques mois ou quelques années.Je ne comprends pas cette manière que certains ont à désespérer dès lors que ça dure un peu trop à leurs yeux, comme s’il y avait une référence de temps.
      L’Histoire a montré partout, avec de nombreux pays, que la pacification peut prendre parfois des générations, que bien souvent même des siècles après persistent des résistances, qualifiés d’indépendantistes ou je ne sais quoi, alors faut arrêter de regarder sans arrêt la montre comme si on a un train à prendre, c’est bien là un gros problème sur lequel tire profit notre ennemi.
      La pacification ne se compte pas en temps

      • Alain d dit :

        @Polymères
        Et ce qui devait arriver arriva !
        Vous même nous contiez la victoire de l’opération Barkhane au Mali, vos anciens commentaires le prouve !
        Ceci avant même que le Burkina Faso parte réellement en vrille, ce qui était prévisible et avait été écris par au minimum ma gueule.
        Mais cette situation aurait certainement pu être évitée, à condition de faire du prédictif et plus d’efforts avec les responsables burkinabés.
        Toujours sur la défensive, la non-ingérence, et les neurones qui marchent à l’économie !

        • Polymères dit :

          Ah mais oui, je continue clairement à dire que l’opération Serval qu’on a lancé au Mali est une victoire qui aura chassé les terroristes et leurs alliés des zones qu’ils occupaient.
          L’opération Barkhane s’inscrit dans un autre conflit qui dépasse largement le Mali et qui inclut l’ancienne opération Épervier.
          Barkhane n’est plus Serval, peut-être que pour certains derrière leur écran rien n’a changer, pourtant ce n’est pas la même opération, Barkhane est une opération visant à accompagner et assister les nations du G5 dans la sécurité globale du Sahel, en particulier terroriste.
          Là ou vous voyez chaque évènement tragique dans la zone comme la preuve de notre échec, moi je vous dis, attendez qu’on parte pour voir la situation se dégrader bien différemment qu’actuellement et vous comprendrez alors que notre force, même si elle ne fait pas de la région le lieu le plus sûre du monde, ça ne veut pas dire qu’elle ne sert à rien ou qu’elle a échouer. L’objectif initial de Serval était de reconquérir les territoires occupés par les terroristes, cela a été fait, cela a été bien fait, cela a été une réussite. L’objectif de Barkhane s’inscrit dans la durée et cherche à éliminer l’ennemi qui aujourd’hui doit se cacher et cherche clairement les zones ou nous ne nous trouvons pas.
          Le centre du Mali est un exemple, le Burkina aussi, ce sont des zones ou Barkhane n’est pas présente et n’agit pas, cela n’est pas un hasard et la logique intellectuelle pousse à comprendre que là ou nous sommes actifs, l’ennemi le devient beaucoup moins.
          Ensuite, c’est évident que nous n’avons pas les moyens de tout couvrir et qu’on reste encore fortement axé sur le Mali du Nord. Du côté du Niger aussi, on ne peut nier que l’on réussit plutôt bien à verrouiller le trafic qui venait de Libye.
          Après on reste incapable d’agir en Algérie, alors même que ce pays borde tout l’ensemble.
          .
          Pour ce que nous faisons, avec ce que nous faisons, les résultats sont là et sur la durée, les jihadistes ne sont pas gagnants et leurs « coups » se font de plus en plus contre des civils ou des forces locales faibles et non contre nos forces, ou seul les mines semblent être leurs capacités à nous atteindre.
          On cherche à monter une force du G5 Sahel pour justement occuper ces zones, souvent frontalières dans lesquelles l’ennemi se joue du vide, ce n’est pas simple avec ces armées, mais on doit également savoir arrêter de regarder sa montre, la pacification est une affaire de durée, on avait beau occuper l’Algérie depuis plus d’un siècle, on n’a pas pour autant éviter la guerre qui a conduit à la perte/abandon de celle-ci, tout ne se règle pas en quelques mois ou quelques années.
          Va t-on également dire que l’opération russe en Syrie est un échec à chaque attentat, chaque attaque qui s’y déroulera dans les années à venir?

          Je redis donc qu’il ne faut pas se dire que la situation est mauvaise donc que notre intervention est un échec et ne sert à rien, il faut se dire que la situation serait bien pire si nous ne serions pas intervenus, que les pays qui aurait été contaminés par un Mali aux mains des terroristes, ben il aurait contaminés le Sénégal, la Côte d’Ivoire et tous les alentours, avec l’idéologie islamiste de conquêtes que l’on connait. On sait que cet ennemi doit être contenu, mieux vaut le fixer localement pour éviter qu’il ne s’exporte, pour cela il faut s’adapter à ses mouvements, le traquer sans cesse et on finira par lui donner les coups nécessaires à sa fin ou sa dissolution.

  3. Breer dit :

    Rien de nouveau sous le ciel d’Afrique, il faut 2000 ans pour que la mentalité d’une population change, les conflits inter ethniques n’ont jamais cessé, et l’islamisme en rajoute une couche..
    Mais évidemment la France (et sa politique à la con) se retrouve toujours au milieu de ces luttes entre africains quite à se retrouver toujours et encore dans la merd…
    Pour preuve on en appelle encore à la responsabilité du gouvernement et des militaires français durant les massacres entre Utu et Tutsis, d’il y a 25 ans…..
    Dès l’indépendance donnée ou prise par ces pays, on aurait du ne plus se mêler de leurs affaires
    internes… la géo politique en lien avec l’exploitation économique sont sûrement le plus grand piège dans lequel la France s’est embourbée… et sans doute bien plus que les britanniques, portugais, allemands, belges et italiens qui ont pourtant aussi colonisé l’Afrique

    • Aïda dit :

      -Breer, les territoires anciennement sous contrôle de la France n’ont jamais en réalité été décolonisés. Relisez bien certains articles de la Constitution de la Vème République. Aucun des pays de la zone CFA n’est indépendant.

      Savez-vous par exemple que la gouverneur de la Côte d’Ivoire est un français (« blanc ») nommé par Paris ? Le président Gbagbo l’avait viré. Et Chirac avait promis a Gbagbo qu’il sera aussi viré. La suite, on la connait sous Sarkozy/Fillon : un bain de sang. Et Alassane Ouattara a fait revenir le gouverneur caucasien nommé par Paris, en douce.

      En vérité, l’armée française est dans « sa grande colonie ouest-africaine ». Si elle s’en va, croyez-moi, nous deviendrons des « tailles mannequins » ici en France. Sa présence en Afrique à un prix ; et il faut l’accepter.

  4. Auguste dit :

    Rien ne sera possible tant qu’il y aura corruption,incompétence,population abandonnée,absence d’état.On a mis des guignols à la tête de ces pays:c’est pratique pour les affaires,mais pain béni pour les barbus.On en arrive au pire:la population nous fait de moins en moins confiance et on commence même à nous accuser d’être responsables de tout ce chaos.Faut vite piquer les fesses des IBK et compagnie pour qu’ils fassent leur boulot.

  5. Thaurac dit :

    Conflits confessionnel,s ethniques, ….pfuitttt, il vaut mieux ne pas chercher à comprendre , l’afrique malgré ses richesses , restera toujours mal barrée…et ne dite pas que c’est encore la faute des méchants colonisateurs si bambaras,dogons, peuls se foutent sur la gueule , au contraire, et le présent le conforte tous les jours, on a décolonisé trop tôt, ils n’étaient pas près, et sont restés quasiment à la mentalité moyenâgeuse..

    • Auguste dit :

      C’est pas si simple.Peuls et Dogons ont toujours vécu ensemble sans problèmes.Jusqu’à aujourd’hui,à cause de la sécheresse d’abord:trop de bêtes,pas assez de pâturages.Un gouvernement d’incapables et de corrompus qui s’en fout.Et le djihadisme qui vient par dessus.Deux amis, perdus dans des lieux ou la main de l’homme n’a jamais mis le pied,arrivent à un moment à penser la même chose:bouffer l’autre.

    • Plusdepognon dit :

      @ Thaurac
      Le moyen-âge a toujours cette étiquette qui lui colle à la peau.
      https://youtu.be/jrvihfN1PGE
      Pourtant c’était probablement moins obscurantiste que ce que vivent certains pays partout dans le monde à l’heure actuelle !
      Certains vivent presque au néolithique, mais avec des kalachnikovs et des radios (voir des OB). Et encore je suis pas convaincu que les ancêtres aient été aussi bornés ! (Ils n’étaient pas sages, mais vu ce qui se profile on ne va pas leur jeter la pierre)

  6. Saliou dit :

    Sontils considerer commes des bambara ses peuples bambara du Burkina Faso ?

  7. Carin dit :

    Comme le souligne @polymeres, ces conflits inter-ethniques se régleront sur le temps long. En attendant il faudrait que des pays d’europe fassent comme nous et mettent sur pieds une force type barkhane, dans chacun des 5 pays, ces forces devant s’en prendre qu’aux seuls nuisibles. C’est comme dans le triangle du feu.. si on retire un des 3 pics constituant, il n’y a pas départ de feu. Pour le reste les chefs de villages peuvent se rencontrer et mettre au point une stratégie commune pour faire avancer les choses dans leurs régions et peser au niveau politique.

  8. Breer dit :

    A Polymère, c’est sûr la pacification prends du temps, suffit de regarder le temps que ça à pris dans notre propre pays (histoire de France) puis en Europe ( la fin de la 2eme guerre mondiale), et pour voir au final, que tout commence à se désagréger quelques décennies plus tard, d’abord sur le plan économique, puis politique puis sociétal… alors continuer d’intervenir en Afrique, n’est qu’un leurre entretenu par les géo – politiciens eux-mêmes sous la coupe du monde des affaires.. De plus avec l’accroissement via l’immigration de populations africaines issues de ces différentes ethnies, (qui ne vont pas effacer d’un coup de baguette leurs griefs ancestraux simplement parce qu’ils sont en Europe) rien ne garantit que ces conflits inter ethniques violents (en cas de délitement social en France) ne se répercutent pas sur le sol français un jour ou l’autre, ce qui se fait déjà pour des questions d’extrémisme religieux…

  9. Plusdepognon dit :

    Le maréchal Haftar avance en Lybie.
    https://www.20minutes.fr/monde/2489739-20190405-risque-embrasement-libye-reunion-urgence-onu-vendredi
    Ce serait pour une fois une bonne nouvelle si ces territoires arrêtaient d’etre un sanctuaire à djihadistes et que l’Algérie n’en devienne pas un.
    Franchement, quand je lis Bernard Lugan, je me dis que les africains ont vraiment beaucoup à faire pour vivre tranquilles.
    La Chine et les USA sont bien installés, quand à la diabolisation de nos actions en Afrique, ce n’est pas le fait de romantiques épris de liberté, mais bien d’agents. La Russie est en Centrafrique. Je ne parle pas des ambitions des pays du Moyen-Orient. Les enjeux sont colossaux autant en termes de stratégies que de ressources agricoles ou souterraines. Il ne faut pas pêché par naïveté.

  10. Sillage 13 dit :

    Afrique Adieu, ton cœur s’en va….
    De la décolonisation, tout a été dit, écrit, et re dit et re écrit. Malheureusement, après un 1/2 siècle ( et oui, déjà..) le constat est accablant. Et la montée du terrorisme, ici et ailleurs est effectivement un facteur aggravant. Et pourrait effectivement justifier la présence de nos forces là bas. Sauf que…au final, à quoi servent elles vraiment ? Quelques actions d’éclat, certes et des déplacements d’opportunité pour éteindre ici ou là quelques incendies inter communautaires, pour rester politiquement corrects. Ah oui, et former ..ou tenter de former, structurer, entraîner…équiper nos « alliés » Africains qui devraient prendre à leur charge la sécurisation de leur territoire. Vaste farce !!! Et malheureusement, nous ne pouvons nous désengager sous peine de voir ces groupes terroristes prospérer très vite, entraînant de facto la totale déstabilisation de la région, avec les effets immédiats prévisibles, le 1er étant un exode massif de populations. Mais, soyons réalistes, que peut on vraiment faire avec nos 4000 militaires ( grosso modo) sur un tel territoire …? On bouche les trous, on met des pansements, des rustines. Mais le mur est tellement pourri, le pneu tellement usé… Et nous sommes quand même franchement seuls là bas, sur le terrain.