L’US Air Force a suspendu la réception de ses nouveaux avions ravitailleurs Boeing KC-46

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

24 contributions

  1. Fred dit :

    Sur le papier, l’USAF a fait le bon choix avec le KC-46: très bon marché, parfaitement dimensionné, moderne en conception.
    Le contrat est super intéressant car à prix fixe. Boeing doit s’en mordre les doigts que les engagements sont à respecter et que ce n’est pas le pauvre contribuable qui doit payer!

    • John dit :

      Parfaitement dimensionné?
      Alors oui, l’A330 et le B767 ne sont pas tout à fait sur le même créneau en termes de volumes de carburant. Toutefois, il me semble que le KC-46 a des réservoirs supplémentaires par rapport à la version civile n’est-ce pas?
      Donc comment juger de la perfection des dimensions? Si l’A330 a gagné le premier appel d’offre pour le ravitailleur, c’est potentiellement parce que sa taille était considérée comme idéale. Puis l’appel d’offre a été annulé et recommencé, avec de nouveaux critères définis !
      Quels sont les arguments techniques qui font du B767 un avion de dimension idéale?

    • albatros24 dit :

      Seulement sur le papier alors

  2. aéro dit :

    la gestion des FOD principe impératif dans l’aéro……

  3. Patatra dit :

    C’est bizarre comme cela ne m’émeut pas du tout ^^

  4. PK dit :

    Si la dinde, qui a déjà les pattes trop courtes, se voit confiner à la célébration du Thanks Giving uniquement, ça risque de ne pas être la joie dans l’aéronautique US…

    Bon, non on s’en fout : on a un Rafale qui fonctionne bien et un MRTT aussi… On pourra toujours jouer les grands seigneurs et proposer à nos « alliés » d’outre-atlantique de leur vendre quelques exemplaires…

    • B21raider dit :

      haha, de rafales ou de mrtt ?

    • John dit :

      Vu le nombre de fois où vous ressentez le besoin d’associer dinde et F35 sur tous les sujets, j’ai l’impression que vous en avez qqch à faire.

      • Matt dit :

        « La dinde » (« Turkey ») est le surnom officieux donné au F-35 par ses pilotes… C’est comme d’utiliser le terme « Warthog » pour désigner le A-10, ou « Scooter » pour le A-4. Ou même « Viper » pour le F-16, avant qu’il devienne le nom officiel du Block 70.

  5. Royal Marine dit :

    Voilà ce qui arrive quand on privilégie la copinade au sérieux…
    Et bien ça ne me fera pas pleurer!

  6. Jean (le 1er) dit :

    Ah, si seulement les décideurs US de l’époque avait été moins dogmatiques (pour rappel, à l’époque c’était le gouvernement Obama qui était en place) et avaient accepté un appareil étranger, cela fait longtemps que les premiers exemplaires du A330 MRTT à la sauce Northrop-Grumman seraient en service.

  7. NRJ dit :

    Quand on pense que Shanahan le secrétaire adjoint à la défense américaine critiquait le manque de professionnalisme de Lockeed Martin.

    e genre de programmes peut aussi faire relativiser les problèmes de l’A-400M.

  8. Sblurb dit :

    Risque FOD (foreign object damage) … rencontré également sur les chaînes Airbus (dont A400M)

    • Royal Marine dit :

      Grâce aux Allemands, qui ne voulaient pas utiliser un logiciel français! Encore des choix d’anglo-saxons…

  9. Frédéric dit :

    L’USAF aurait du établir ce type de contrat avec le F-35. Bon, sinon, mes KC-135 peuvent tenir encore combien de temps ?

    • John dit :

      Sauf qu’un tel contrat n’est pas possible pour ce type de projet…
      Le B767 est une plateforme connue, industriellement, le risque est limité.
      Au niveau de la conception, Boeing a déjà fait des ravitailleurs, certains ravitailleurs B767 existent déjà. Donc les risques financiers liés à ce projet sont limités bien qu’existant…
      Maintenant, pour le F35, les technologies sont inexistantes, la plateforme inexistante, l’électronique inexistante, tout à développer…
      Qui irait signer un tel contrat, sachant qu’on parle de centaines de milliards? Signer ce contrat pour le F35, c’est mourir en cas de déviation des prix de 5-10%. En cas de mort de l’entreprise, les chances sont que le projet meurs et que les forces armées ne soient pas équipées de nouveaux jets avant de trouver de nouveaux investisseurs, des repreneurs, ça augmente les coûts , ….

      Vu la mission des KC135, la seule limite est l’entretien !

  10. Ltikf dit :

    C’est le problème de ces société US gérées par des financiers: gare aux lanceurs d’alerte concernant la technique, la sécurité… et quand on va dans le mur on y va tout droit ! Les Managers qui ne vont pas dans le positivisme forcené sont sortis rapidement, l’échelle de temps n’est pas l’année mais le « quarter ». Et on s’accroche à sa mauvaise foi en tentant de déstabiliser en coulisse… Boeing semble être tombé dans ce travers bien connu, les financiers l’ont emporté sur les techniciens: les clients pro vont éplucher les données et faire des découvertes: sacrée coup de tabac en vue !

    • Trolga dit :

      c’est tellement vrai que cela existe aussi dans des sociétés autres que US. le réveil est difficile et des têtes tombent. alors tout le monde bétonne son pré-carré en jetant la responsabilité sur le voisin.

  11. Pierre dit :

    Quoi il y a des restes de mexicains (corps etrangers) dans les cloisons? Vite il faut les cloisonner!

  12. Thaurac dit :

    Cela me rappelle le sandwich trouvé dans le carter d’une Renault à l’époque des inoubliables grèves cgtistes aux usines Renault.
    Un jeu de cartes ou un kilo de rouge n’eut pas été extraordinaire…

  13. lym dit :

    Dans les usines Boeing, c’est un peu comme dans le bâtiment en fait: On planque les gravats sous l’isolant des combles perdus, la douche, la baignoire… leurs « compartiments clos » a eux!
    « Boeing, des avions de maçon », pour parodier un vieux slogan des maisons Bouygues…
    Quels rigolos!!!

  14. vrai_chasseur dit :

    « Trash, Tools Nuts and Bolts » selon le communiqué de l’US Air Force. Des déchets, des outils, des boulons et des écrous.
    Du moment que c’est pas un barbecue avec des restes de saucisses et des bouteilles de bière…
    Plus sérieusement ça dénote peut-être le fouet sur les cadences des ouvriers de la ligne d’assemblage, pour rattraper les retards de livraison.

  15. aleksandar dit :

    Mauvais temps pour Boeing.
    L ‘enquête sur les 737MAX montre des collusions avec la FAA est des négligences criminelles.
    Boeing savait que son avion était dangereux, sont logiciel pas fiable et l’unique sonde pas suffisante.
    Boeing a triché en augmentant la capacité de correction angulaire de son système sans en référer a la FAA.
    Cette affaire va couter très très très cher a Boeing en dommages et intérêts, en perte de commandes et en perte de confiance des clients.
    Le scandale ne fait que commencer.
    Il ne restait que la branche militaire pour tenir le rafiot Boeing a flot.
    Cette histoire de ravitailleur ne va pas arranger la situation de Boeing.

  16. caiusbonus dit :

    Qui veut acheter du CASSÉ 46?