Un hélicoptère Chinook canadien de l’ONU a assuré une évacuation médicale au profit de la force Barkhane

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

8 contributions

  1. JG von Rheydt dit :

    C’est ce que je disais hier, les risques sont calculés et limités au cours d’une opération spéciale, ce qui n’est pas le cas au cours d’une garde statique ou d’une patrouille. Ne confondez pas technicité et risque. J’apprécie le soin pris pour cacher qu’il s’agissait de Forces Spéciales qui se sont fait piéger. Continuez à mettre les réussites des djihadistes au seul compte de l’incompétence des armées africaines vous exposera à sousestimer vos ennemis et à de graves déconvenues.

  2. cedivan dit :

    Des nouvelles des blessés ?

  3. Matt dit :

    @ Laurent Lagneau

    Des nouvelles sur ce qui se passe actuellement au Burkina Faso, question « lutte contre le terrorisme » ?

  4. Le Canada caresse l’ambition d’obtenir un siège non permanent au Conseil de sécurité. Le déploiement de ces unités canadiennes en Afrique s’inscrit dans cette perspective. Lors des missions d’escorte, les Griffons peuvent être confondus avec des hélicoptères Tigre ou Apache. Les forces rebelles ouvrent alors le feu après que le nez du Tigre soit passé. Les Griffons ouvrent le feu avec leur armements de sabord: un calibre 50 et une minigun!

  5. Wreker47 dit :

    Combien de blessés en dehors des deux blessés évacués cette fois ,avec cet IED ?

  6. Alex dit :

    Ce n’était pas des Forces Spéciales mais un RIMA.
    Inutile de prétendre connaître la vérité.

  7. JG von Rheydt dit :

    Les Canadiens sont restés flous en parlant de groupe anti-terroriste français san plus. La volonté des Français de garder le secret est vous le reconnaitrez inhabituel car quand il s’agit de blessés au cours d’opération habituelle le ministère communique sans faire de rétention d’information, ou alors les choses ont changées. Alors question, pourquoi?

  8. JG von Rheydt dit :

    Un show of force pour répondre à un combat engagé depuis au moins une bonne demi-heure, j’ai peur qu’au deuwième passage l’ennemi n’ait compris qu’il n’a rien à craindre des avions!