Une militaire de l’opération Sentinelle a mis fin à ses jours avec son arme de service

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

57 contributions

  1. Breer dit :

    Malheureusement chacun d’entre nous, suite à des difficultés dans la vie, peut à un moment ou à un autre penser au suicide, il est plus difficile de passer à l’acte en choisissant un moyen….. Or le fait d’avoir une arme à feu à proximité est un facteur facilitant, car sur un geste pulsionnel désespéré extrêmement rapide, c’est la mort assurée, et bien que choquant quoi qu’on en dise, la personne n’a pas le temps de souffrir, ni de se voir mourir, comme dans d’autres cas …

    • Le Breton dit :

      Je pense qu’il y a des moyens plus doux de se donner la mort qu’avec une arme à feu.

      • Gonfleur d'hél.... dit :

        Je confirmes les propose de Breer. Ca à l’avantage de la rapidite, donc moindre souffrance. Mais il faut reconnaitre que’il y a peu de chances de se manquer, autrement dit ce n’est pas ce que l’on considère comme un « appel au secours » contrairement à de nombreuses tentatives de suicide.
        Codoléances a la famille et aux proches.

      • John dit :

        En Suisse, les armes à feu sont légales et faciles à se procurer pour les résidents.
        Après des recherches, la Suisse a l’un des taux de suicide par arme à feu les plus élevés au monde.
        En Europe, la suisse est légèrement au-dessus de la moyenne en taux de suicide.
        Ce que j’en déduis c’est que pour une personne qui a envie de se suicider, l’arme à feu semble être un « bon moyen ».
        Des chercheurs suisses ont même dit que la disponibilité des armes à feu était un facteur du taux de suicide, et sans celles-ci, le taux serait inférieur, parce qu’une partie de ces personnes auraient le temps de regretter leur geste (médicament), ou qu’elles n’auraient pas le courage de morts plus violentes (sauter devant un train (très commun), sauter d’un pont, pendaison)…
        Je pense effectivement que pour la personne concernée, le regret n’est pas possible car la mort est instantanée ou presque. La crainte de la souffrance et la crainte du regret sont puissantes.

  2. Breer dit :

    Condoléances à la famille… et à toutes celles concernées par ces drames successifs.

  3. WarwoodAK dit :

    Opération Serval = 10 morts (1 an) , Opération Barkane = 15 morts ( 5 ans) , Opération Sentinelle = 6 décès ( 4 ans). Malgré les différences entre ces opérations, l’opération Sentinelle est tout aussi létale et pose la question de son prolongement surtout en cette période de mort matérielle de l’État Islamique. Cependant, sa mort idéologique est encore loin, il est donc intéressant de se demander si le budget de Sentinelle ne serait pas plus efficace dans une lutte contre cette idéologie là ou des soldats sont inutiles; meilleure prévention de la radicalisation, un meilleur encadrement en prison, meilleure éducation en zones sensibles donnent lieu à débat.

    • John dit :

      Avez-vous lu l’article?
      Il y a eu énormément de suicides par le passé semble-t-il. La question à laquelle il serait bon de pouvoir répondre c’est la question de la tendance. Ce chiffre est-il en hausse? En baisse? Pourquoi tel ou tel soldat a pris cette décision?
      Le suicide ne semble pas être propre à Sentinelle ! Je ne dis pas que cette mission en plus n’est pas un facteur supplémentaire. Mais je doute que cette mission en est la raison principale. Par contre je ne doute pas que cette mission est difficile pour un soldat.
      Contrairement aux missions à l’étranger où la période de stress est concentrée sur une certaine période, l’opération Sentinelle doit faire ressentir une forme de stress et de sentiment d’insécurité ou d’alerte permanent…
      Ce n’est pas une question simple. Et effectivement, vos questions sont pertinentes.
      Je serais curieux d’être omnipotent et de connaître le nombre d’agressions, et attaques terroristes avortées par la présence ou crainte de la présence des soldats Sentinelle.

  4. Stoltenberg dit :

    Paix à son âme.
    .
    Depuis 2015, je me pose la question sur l’intérêt de cette opération. Elle coûte des millions d’euros au contribuable. Par ailleurs, les militaires qui sont censés s’entrainer pour pouvoir exercer leur métier de manière professionnelle en situation de conflit armé, passent leurs temps à faire le travail de la police et de la Gendarmerie. Aucun de nos merveilleux gouvernants n’a expliqué au contribuable pourquoi, dans un pays démocratique, l’armée effectue le travail de sécurité intérieure. D’autant plus que ces militaires NE PEUVENT PAS intetvenir en cas du danger face auquel ils sont censés protéger la population. En effet, en cas d’un attentat ou d’une prise d’otages c’est la police et la Gendarmerie qui ont l’entrainement et l’équipement nécessaires pour intervenir. Lors des attentats du Bataclan, les militaires qui se trouvaient dans cette zone ont REFUSÉ d’intervenir ou de donner leurs armes aux premiers policiers qui sont arrivés sur place (difficile de faire quelque chose si vous n’avez que des pistolets face aux terroristes armés de fusils d’assaut).

    • Léo Karo dit :

      Je souhaite attirer votre attention sur l’inexactitude de ce que vous déclarez : Pour le Bataclan c’est la préfecture de police qui n’a pas autorisé les militaires à intervenir ! Par ailleurs si les militaires n’ont pas cédé leurs armes à la police de sécurité publique c’est que le RAID devait prendre la main et pas des personnels de la sécurité publique qui étaient sans tenue de protection et par conséquent trop exposés ! Enfin sachez les formations des militaires en matière d’usage des armes leurs permettaient d’intervenir avec succès en fonction des ordres les y autorisant. Recherchez des responsabilités où elles se trouvent….Il est bon de s’exprimer sur une connaissance juste des choses….merci de méditer sur ce point !

      • Stoltenberg dit :

        Je ne critique pas le comportement de ces soldats ou de leurs supérieurs. Je critique l’idée de cette opération.

    • Un moblo dit :

      Le travail de sécurité intérieure est fait comme vous le dites EN PARTIE par les forces armées Parce que les forces de l ordre ne sont plus en effectif suffisant pour ca. De plus ça rassure les français de vois l armée. Enfin le simple job de patrouille permet de libérer les fo pour le judiciaire et le maintien de l ordre. Dans le 1er cas, les mili ne peuvent pas faire et dans le second, le publique n accepterait pas……

    • auxsan dit :

      Vous êtes militaire ou l’avez été ??? On ne se sépare JAMAIS de SON arme. Point.

      • John dit :

        Je crois qu’il ne critique pas les militaires dans ce cas…
        Simplement, réfléchissez d’un autre point de vue… Celui du spectateur dans le Bataclan, avec des personnes qui se font tuer tout autour de vous.
        Dehors, il y a des policiers, des militaires. L’un peut intervenir, l’autre pas. L’un a la « bonne arme » l’autre pas…
        Et en gros, vous avez deux organisations publiques dont le but est entre autres la protection des Français. Et les deux ne peuvent pas vraiment protéger au mieux les Français…
        La faute n’est pas celle des militaires. Mais la situation est schizophrénique.
        Le but final de Sentinelle est de renforcer le nombre de personnes armées protégeant les citoyens. Mais le but ne peut pas être atteint si les soldats n’ont pas la possibilité d’intervenir, si ils n’ont pas la possibilité de fournir leur armement aux gendarmes et policiers en position d’intervenir (et préalablement entraînés évidemment). L’efficacité de Sentinelle pourrait être largement renforcée par de meilleures collaborations au plus haut, et une meilleure considération des scénarios possibles!
        Donc oui, le militaire a fait ce qu’il était sensé faire… Mais est-ce que c’était la bonne approche (question pour le haut de la chaîne de commandement)?

    • ferrand dit :

      Sentinelle… Une mesure qui date de 1887/88 à l’époque ou il y avait pléthore de régiment de conscrit… Cette mesure est sensé être temporaire… Gouverner c’est prévoir qui depuis à prévu le recrutement de force de sécurité? Personne!

      Que cette femme repose en paix.

  5. Czar dit :

    La mission « Sentinelle », c’est bien ce truc qui consiste à détourner des forces de leurs missions habituelles d’entraînement pour garder des mosquées dans un pays frappé par une vague de terrorisme musulman, c’est ça ?

    • Frank dit :

      @ Czar Et Czar, c’est bien ce truc vulgaire, systématiquement déplaisant et incompétent, et dont la lecture de ses post donne, au moins, à chacun, l’illusion d’avoir un peu de bon sens, d’intelligence,de décence et de respect, c’est ça?
      Ce n’est pas une question.

      • Czar dit :

        je constate, sans la moindre surprise, que tu n’as même pas tenté de réfuter mon constat purement factuel. 🙂

        • John dit :

          Sauf que vous n’avez pas les informations de la DGSI concernant d’autres types de terrorisme qui est planifié en ce moment même et partout…
          Ceux qui ont réussi ne sont pas les seuls en activité.

          Et surtout, vous oubliez que les terroristes s’attaquent à des mosquées. Ils s’attaquent à des mosquées où des imams les ont rejeté. Les imams qui sont à l’opposé de l’idéologie des terroristes, et qui accueillent monsieur et madame tout le monde pour la prière sont considérés comme des traitres par les terroristes extrémistes wahhabites…
          Donc oui, pourquoi pas les protéger.

          Et ensuite, vous oubliez tous les musées, monuments publiques, gares, aéroports, églises, synagogues, manifestations sportives, concerts, … qui sont protégés? Les Français et les personnes innocentes telles que les touristes passant pas là… Bref protéger les lieux où les autorités suspectent une activité spécifique ou alors un lieu potentiellement attaquable.

    • Gabarras dit :

      En plus de souiller la mémoire de cette pauvre dame qui s’est donnée la mort, ce que vous dites est insensé. Votre propos n’a pour unique intérêt que de semer la discorde. A quelles fins?

      • Czar dit :

        Il est des gens qui considèrent qu’il n’est nul besoin de comprendre (ou même de lire) ce à quoi ils prétendent répondre. Ils pullulent dans tous les lieux mal-famés : bistrots, blogs, diners en ville.

        1) je n’ai évidemment souillé aucune mémoire, j’ai souligné l’indécente absurdité d’une opération dont l’inanité a été, – à de nombreuses reprises et depuis des années – soulignée par les personnels qui doivent l’effectuer, et dont on peut penser qu’elle n’a pas été pour rien dans le suicide de cette malheureuse (on se suicide rarement en plein moment de joie et d’épanouissement)

        2) je souligne que, comme la précédente vierge effarouchée, vous ne prétendez même pas pouvoir réfuter mon constat.

        3) quelle « discorde » ? Développez, ça risque d’être intéressant.

      • ScopeWizard dit :

        @Frank @Gabarras

        Peut-être , et dans ce cas c’ est bien désolant ; cependant quid de cette affirmation ? Jusqu’ à quel point est-elle fausse , vraie ?
        Perso , j’ ai eu des remontées ( acides ? ) similaires ………….. et je vous avoue n’ avoir pas été vérifier mais avoir été plus souvent qu’ à mon tour tenté de le faire ………….

        Il ne faut tout de même pas perdre de vue qu’ en d’ autres temps , et pas forcément si lointains , ce que se sont permis de faire les islamistes sur le sol qui les a accueillis et donné leur chance se serait soldé par une riposte en forme de massacre puissance 10 au point que les musulmans ici présents auraient été massacrés jusqu’ au dernier TOUT COMME cela se produirait AUJOURD’HUI si les rôles étaient inversés car EUX n’ hésiteraient pas à procéder de la sorte .

        Perso , je considère que l’ Europe s’ est drôlement compliquée l’ existence en permettant à tant de musulmans de s’ installer là où auparavant ils ont toujours été chassés …………..

        L’ évidence du constat que j’ en fais étant qu’ au nom du « modernisme » et de l’ instantanéité , de cette perception d’ immédiateté si souvent recherchée qui fait que le temps passé compte pour dix , c’ est à dire que 3 mois sans attentat certains s’ imaginent qu’ il s’ agit là d’ un long laps de temps équivalant à 2 – 3 ans , de même que la Seconde Guerre Mondiale leur semble au moins dater du IVè siècle avant notre ère , beaucoup croient que tout ça est très loin derrière , le mirage de l’ évolution technologique a également une grande part de responsabilité dans cette perception du temps passé et du sentiment trompeur de bond en qualité qui en résulte , mais en réalité à l’ échelle d’ une vie humaine même de celle d’ un centenaire , tout cela est fort récent et donc il conviendrait de s’ enlever de la tête que ; eurêka ! ça y est ! l’ Homme est désormais l’ être évolué et mâture qu’ il tendait à devenir , parce qu’ en fait c’ est un leurre , l’ Homme en est encore au stade anal de la barbarie par le nombre et la supériorité physique , la loi de la jungle autrement dit la loi du plus fort règne toujours et s’ impose en 2019 partout où cela est possible ………………..
        Il n’ y a qu’ à voir comment les Humains traitent le règne animal au nom de ceci ou de cela y compris les plus jeunes de ces animaux si cela peut satisfaire leurs désirs à partir du moment où ce « désir » s’ inscrit dans la bonne conscience par rapport au bienfondé de leur vision du Monde tel que l’ Homme se l’ est organisé par rapport à telle ou telle échelle de valeurs ou de besoins que ces derniers soient réels ou convenus .

        Bref , en un mot comme en cents , on n’ est toujours pas rendus et à mon avis la planète Terre aura largement eu le temps de se transformer en Rubik’ s Cube que l’ on n’ en aura toujours pas effleuré la surface ( du stade qui suit le stade anal pas celle du cube ! ) ………….

        Or , selon moi il serait temps d’ évoluer , il commence à sérieusement y avoir urgence !
        Après , moi c’ que j’ en dis …………..

        • ScopeWizard dit :

          Oui , en me relisant je m’ aperçois qu’ il y a comme un paradoxe alors je précise ……….

          « L’ évidence du constat que j’ en fais étant qu’ au nom du « modernisme » et de l’ instantanéité , de cette perception d’ immédiateté si souvent recherchée qui fait que le temps passé compte pour dix , c’ est à dire que 3 mois sans attentat certains s’ imaginent qu’ il s’ agit là d’ un long laps de temps équivalant à 2 – 3 ans , de même que la Seconde Guerre Mondiale leur semble au moins dater du IVè siècle avant notre ère , »

          Si vous préférez , le temps se doit de passer vite parce que comme l’ Homme n’ a plus beaucoup de notions de patience et par exemple le côté « contemplatif » qui peut logiquement en résulter , le temps qui passe est perçu comme trop long voire inutile s’ il ne correspond pas à quelque chose d’ agréable ou de résigné et doit donc être écourté même si tout cela se fait dans l’ illusion ou l’ artificiel ………

          C’ est la raison pour laquelle de nos jours le colis doit être reçu avant même d’ avoir été commandé , le voyage ne compte plus c’ est uniquement la destination , etc ………..

          Nous sommes dans le temps présent , le passé c’ est le plus souvent loin voire très loin derrière , le futur c’ est dans la seconde qui suit ou trop loin devant ………….. donc en gros , l’ Homme n’ a plus le temps et soit il ne fait qu’ en perdre soit c’ est de l’ argent ou un profit quelconque qui justifie toute attente d’ où quelque part le fait que l’ Islam n’ est pas perçu comme la menace qu’ il est en réalité compte tenu de ce que nous étions jusqu’ à son re-surgissement au sein de sociétés qu’ il déstabilise et bouleverse de plus en plus de fait ……………….
          Le paradoxe est dans cette distorsion de la perception et dans l’ utilité du temps qui passe qui bien que « nous n’ ayons plus le temps » nous donne l’ illusion trompeuse que beaucoup de temps a passé alors qu’ en réalité cela est très souvent inexact et doit être relativisé , les apparences de la modernité matérialisées par cette espèce de frénésie technologique concernant pléthore de domaines ou de secteurs dans notre quotidien ou plus épisodiques ( des secteurs proches ou éloignés de notre quotidien d’ individus lambda si vous préférez ) , ne faisant tout compte fait que renforcer une telle illusion .

          Voilà , j’ espère avoir suffisamment clarifié mon propos 🙂 ; cela étant pas évident ! 🙁

          Bon , c’ est là l’ exposition succincte d’ un des aspects des choses , il y en a d’ autres comme par exemple la démographie ou le refus de tout racisme toujours considéré comme négatif voire extrêmement nocif , notion du racisme consubstantielle qui colle parfaitement avec l’ adaptation nécessaire à l’ explosion démographique ( eh oui , sinon nous allons sans plus attendre tous nous entre-tuer ) , cette connotation « négative » qui n’ est peut-être pas toujours si vraie ……………..

          Encore un truc qui devrait pouvoir calmement et sereinement se discuter , donc sans que chacun ne se sente obligé de dégainer gourdins , lances , mousquets , ou bombe à neutrons et investi de la mission divine d’occire son contradicteur ………….. 😉

    • kimou dit :

      Paix a son âme pour cette soldate et sentinelle surveille église , mosquée et synagogue sans oublié les grande place ex car on vie dans un monde de personne qui tue d autre personne sans raison ( derrière toute idéolgie ce croyant dans le vrai ) . Pour ma par étant de lyon a la grande mosqué les militaire on un algeco devant l entrée avec micro onde chaise table bon c est ce que j ai vue de l extérieur .

  6. Le Breton dit :

    Une mère et un père se retrouvent une fois de plus sans leur enfant et on se demande encore pourquoi un-e militaire Sentinelle met fin à ses jours ?

    • Euclide dit :

      @ le breton
      Comme la écrit Carin à 15.09, les causes sont multifactorielles.
      On ne peut savoir ce qui a dans la tête des gens pour parler comme Freud dans son « l’inconscient » . Meme pour un professionnelle de la thérapie; l’inconscient n’est pas facile à comprendre.

      En tant que civil et retraité qui s’exprime sur un blog » mili » je suis toujours étonné du respect du militaire pour celui ou celle qui décède dans l’exercice de sa fonction ou de son impuissance à l’exercer. D’où un conflit psychologique entre les valeurs de la personne et les ordres reçues.

  7. heaume44 dit :

    Tristesse.
    Très sincères condoléances à ses proches, réconfort à ses camarades.

    • ScopeWizard dit :

      Je m’ associe pleinement .
      Oui , tristesse ……………
      Mais est-ce pour autant si étonnant ? Malheureusement je ne le pense pas .

      • heaume44 dit :

        @ ScopeWizard
        Moi non plus, je ne le pense pas.

        • Juokb dit :

          Il y a un mal être profond dans notre métier. Je le vois tous les jours, à tous les grades et dans tous les services.
          Et chaque jour je me surprend un peu plus de l’indifférence générale a ce sujet. A l’armée, la déprime, le mal-être, le sentiment d’humiliation et le manque de reconnaissance ça fait partie du paysage…
          Condoléances à la famille, j’ai eu le cas dans ma compagnie.

          • ScopeWizard dit :

            @Juokb

            Le problème c’ est qu’ il faut que les choses aient un sens ; vrai , moitié vrai , ou complètement faux il faut toujours avoir l’ impression de servir à quelque chose , d’ être utile et pour ça il est salutaire d’ être à minima reconnu du moins dans ce que l’ on fait et que l’ on nous a donné ordre de faire ou laissé l’ initiative de faire ……………….
            Dans le cas contraire , l’ individu risque de se retrouver confronté à de l’ absurde , à un Monde kafkaïen dans lequel il ne se retrouve pas , ce qu’ il fait perd alors de son sens ou n’ en a plus et si cela se produit trop souvent il finit par ne plus y croire et agir comme une sorte d’ automate ……….
            Au bout d’ un moment peut s’ opérer le choc d’ une violente prise de conscience , ce qui peut faire basculer l’ individu à présent lucide et pleinement conscient de ce qu’ il se passe à qui il ne reste plus guère que se raccrocher à quelques solides branches afin de ne pas perdre tout espoir ( promotions , montée en grade , affectations , augmentation de la solde , repos , réconfort via les paroles d’ un supérieur , etc …. ) à partir de là tous les scénarios sont possibles……………………

            Aujourd’ hui le malaise est profond , le sentiment tenace que la mission manque de sens , les rémunérations ne sont pas à la hauteur de certains risques encourus , il y a contradiction entre les forces de l’ ordre et le judiciaire , peu ou pas assez de soutien , intensité trop forte , trop de pression en cas de « problème » grave , absence de reconnaissance , etc ………………..

            Jules César devrait faire beaucoup plus attention car si centurions se tirent ou regardent ailleurs , Jules César très mal barré !

  8. Carin dit :

    Ah ahah
    Le suicide est dû en 1) la culpabilité, 2) l’injustice, 3) la déception amoureuse.
    ( vous pouvez combiner ces 3 raisons à volonté, mais vous n’en sortirez pas…).
    Sentinelle n’est pour rien dans ces processus sinon que cette mission n’occupe qu’a la marge l’esprit de ceux qui la pratiquent, et leurs laissent le temps de s’enfoncer dans leur marasme!!

    • ScopeWizard dit :

      @Carin

      Certes , mais il existe d’ autres facteurs possibles comme le désespoir ( très important facteur potentiel de suicide ) , le sentiment d’ une vie absurde , le coup de tête genre coup de blues trop fort ou exaspération et besoin d’ envoyer un message à caractère définitif , quelque chose que l’ on a au fond de soi qui fait de vous un être intrinsèquement suicidaire comme si vous aviez ça dans vos gènes , un ras le bol de vivre une vie dont l’ on ne peut s’ évader qu’ à travers la mort , etc ……..

      Sauver quelqu’ un de lui-même s’ avère parfois impossible …………… trop souvent je dirais ……………… sans compter que le combat est le plus souvent inégal et perdu d’ avance ; la volonté et la détermination du suicidaire étant là aussi souvent la plus forte par rapport à celle de celui qui fait pourtant tout son possible pour apporter une aide et éviter le pire ……………..

      C’ est quelque chose dont j’ ai plusieurs fois fait l’ expérience ; malheureusement , très souvent il n’ y a pas grand-chose à faire ………………..

  9. le nouveau dit :

    697 morts en 9 ans !
    Je comprends la tentation de mettre les suicides les plus récents sur le dos de Sentinelle mais vous ne pensez pas que le problème est à chercher ailleurs qu’à cette unique Opint ?!
    Quel conflit ou l’armée française a été impliqué de ces décennies dernières a été aussi coûteuse en vie humaine dans ses rangs ? Aucun !

    • gonfleur d'hél.... dit :

      D’accord cela est arrive au cours de l’opération sentinelle. Mais cette personne avait elle participé à d’autres opérations auparavant?
      N’y a t’il pas accumulation entre OPEX, entrainement, OPINT, difficultés de compréhension de ces missions avec le sens de son engagement?
      Ses supérieurs ont ils été formés à détecter ces risque? Et si oui, comment ne s’en sont ils pas aperçus?
      Parti depuis 2014, je n’ai jamais participé à l’opération sentinelle, en revanche les psychologues militaires nous avaient expliqué, à la demande de notre commandant d’unité, touché par plusieurs suicides, les signe à détecter et comment essayer de ménager nos subordonnés sur la durée. Il est manifeste que depuis les gouvernements n’ont rien fait pour ménager nos militaires (Sentinelle, Irak et Syrie venant se rajouter aux autres Opex et Opint, bien que sentinelle ne soit qu’un renforcement de Vigipirate), tout cela assorti de réductions de personnels jusqu’en 2015…

    • Vroom dit :

      Les 697 , c’est dans les armées , ce n’est pas un bilan Sentinelle.

      • le nouveau dit :

        bien sur que non ce n’est pas que Sentinelle, mais c’est justement ce que je voulais dire, les suicides étaient là bien avant l’Opint Sentinelle Donc le probleme est ailleurs

  10. Bob62 dit :

    Sans préjuger quoi que ce soit, cet acte désespéré est d’une infinie tristesse.
    Paix à son âme. Et soutien profond à sa famille.

  11. Ancien du SSA dit :

    A titre de comparaison le taux d’incidence dans la population générale masculine en France est de 19,3 pour 100 000 ( 3 fois moindre dans la population féminine ). La différence ne paraît donc pas très signicative, mais s’agissant d’une population assez jeune, sélectionnée, sportive, encadrée et surveillée en principe médicalement, dont le commandement estime annuellement officiellement le moral… on pourrait espèrer un taux bien inférieur !
    Que cette jeune femme repose en paix et nos condoléances à sa famille et ses proches.

  12. Robert dit :

    Paix à son âme et condoléances à sa famille et ses camarades.

  13. nimrodwing dit :

    Quelle tristesse, toutes mes pensées aux membres de la familles comme aux proches, collègues et amis.
    Je me suis déjà demandé si la mission sentinelle n’avait t’elle pas sa part dans la décision des militaires suicidés ?
    La mission n’est pas très mirobolante, pas très motivante non plus j’imagine, déambuler dans les rues ou en faction a coté d’un bâtiment dit sensible, aller savoir…l’ennui est peut être le pire ennemis.
    Il y a aussi la non délicatesse des certaines personnes a l’égard de nos soldats, les lieux d’accueil qui parfois laisse vraiment a désirer…c’est un tout, comment être motivé avec ça ?…

  14. vrai_chasseur dit :

    Les personnels de Sentinelle sont en contact de plus en plus régulier avec la population. Ce qui permet, malgré le devoir de réserve bien présent, de percevoir une forme d’amertume et de déception chez les militaires.
    Ils disent souvent à demi mot qu’ils ne se sont pas engagés (ce qui a été pour eux une décision personnelle forte) pour faire de la randonnée en ville.
    Du coup ce qui interpelle c’est la troisième raison de suicide mentionnée dans l’étude citée dans l’article : ‘suicide sans raison particulière’. Un suicide n’est jamais fortuit.
    Que cette jeune militaire repose en paix.

    • Ancien du SSA dit :

      Vous avez raison, il s’agit plutôt de suicides sans cause reconnue… personne ne se suicide sans cause ! L’étude a dû être réalisée sur des données statistiques avec des dossiers parfois incomplets, notamment sur la personnalité des suicidants.

  15. Jean la Gaillarde dit :

    Alors pour ma part, je pense que nos jeunes générations ne sont plus aussi rustiques qu’avant. On supporte moins bien, au sein d’un couple, les contraintes d’un métier, quel qu’il soit et on accepte moins bien aujourd’hui, les astreintes, les absences, la dure réalité de certains métiers que l’on a pris l’habitude de voir par des primes plus confortables, pour des fins de recrutement.
    J’ai une nièce, qui a 17 ans, m’a demandé si je pensais qu’elle serait faite pour l’armée. Je lui ai répondu que bien sûr que non, mais pas plus que ces camarades ou que mes propres enfants.
    Le confort psychologique dans lequel nous baignions nos progénitures s’est déployé plus vite que ce que des métiers comme l’armée peut proposé en confort. D’ailleurs, peut importe que l’armée devienne plus « ligth » en matière de rusticité, au vue de ce que nous sommes prêt à déployer pour que nos enfants ou petits-enfants soient « heureux », l’armée sera toujours trop dure, trop rustique, trop psycho rigide, trop raide, trop astreignante ….. Ben oui il y a un plafond de verre … Il faudra toujours s’absenter, il faudra parfois vivire avec peu de moyen, en prenant des risques ou parfois, s’ennuyer, en attente d’ordre, le tout avec une hiérarchie parfois pesante et …. comme dans tous métiers …. des imbéciles qui ont du pouvoir !!!! Voilà.
    A mon époque, lorsque nous partions pour 4 mois en Calédonie, jamais je n’ai connu de « vol bleu », c’est à dire un retour prématuré d’un militaire pour dépression. Aujourd’hui, c’est courant. Les épouses ne supportent plus ce que nos femmes ont dû supporter (Absences, pas de téléphone portable, courriers interdit durant l’affaire d’Ouvéa ….). Elles suivaient les actualités de 20 heures pour tenter de comprendre ce qui se passait !!!
    Alors, oui, psychologiquement, plus fragile, dans un métier qui, au final, malgré de superbes films lors des phases de recrutement, s’avère contraignant, difficile parfois, dangereux voir ennuyeux pour certaines missions, avec peu de reconnaissance, qui est un marqueur également de nos jeunes aujourd’hui, et bien, une arme à portée de main, un problème familiale qui vient se greffer, une déception, une frustration et …… Voilà. Si on ajoute un esprit de camaraderie qui n’est plus ce qu’il a été, les jeunes restent dans l’entre soi, ils ne savent plus se retrouver, faire une partie de Tarot, prendre une binouze, voir, dans des moments compliqués, une petite charge ….. ah oui, je sais, c’est politiquement totalement incorrecte ce que je dis et pourtant ….!!!! c’est du vécu, moi aussi j’ai eu des coups de « blues », des trouilles, des déceptions mais les copains me récupérait, on se faisait une sortie et le lendemain …. plus serré que jamais, ensemble, on retournait au turbin !!!! mais il n’est plus du tout question aujourd’hui de vivre comme cela. Tout doit être lisse, sans débord, et la hiérarchie ne cautionnera pas le débordement … ben oui la carrière !!!! Alors on cache ses problèmes, on rumine ses sentiments et on quitte la scène, sur la pointe des pieds …… avec les moyens que l’on a …. Moi si cela venaot à arriver dans mon unité, je peux vous dire que je prendrais cela comme un échec de ma part. Mais visiblement, on passe rapidement à autre chose, et c’est pour tout les métiers…. C’est le monde du travail 3.0.
    RIP ma belle, et condoléance à la famille. A tous ceux et toutes celles qui font des métiers d’astreintes, difficile, prenez du recul …. quelques soient vos déceptions, vos frustrations, pensez que lorsque vous quitterez ce métier, un mois plus tard, plus personne ne se souviendra de vous, par contre … votre famille sera toujours à vos coté et si ce n’est pas le petit amis, c’est des parents, des enfants, des nièces … alors prenez du recul, relativisez, on souffle et si le métier vous gonfle, rebondissez, quittez, bougez mais surtout, ne jamais subir ! voilà.

    • Czar dit :

      Il y a sans doute une part de vrai dans ce que vous dites mais « l’inconfort » moderne est largement différent de celui des générations précédentes : nous faisons aujourd’hui des métiers qui n’ont souvent plus aucun sens, englués dans un formalisme tatillon qui vide justement à masquer cette vacuité.

      Passer sa vie à garder des mosquées dans des conditions matérielles souvent au-delà du « rustique » (pas de douche, ça va quand on crapahute au Mali, mais sans doute un peu moins quand vous servez de planton à Levallois), c’est sans doute pas pour ça qu’elle avait signé.

    • Fusco dit :

      Enfin un post dont je peux louer la justesse d’analyse et la compassion intelligente qui sied si on veut apporter quelques commentaires à ce fait divers. cela nous change de certains délires récurrents qui saisissent tous les sujets pour faire passer les mêmes messages.
      Vous avez je pense très bien synthétisé la problématique et bien évidemment , nous ne connaissons pas (et n’avons pas à connaitre) les raisons qui ont poussé cette jeune femme à l’irréparable. Votre approche qui parle en fait d’une génération en pleine mutation est pertinente.

      • Robert dit :

        Jean,
        Très bon message.
        L’importance de la stabilité personnelle, à l’extérieur avant, pendant et après, n’est plus à démontrer. Et ce qui stabilise c’est l’éducation, la solidité et la profondeur des valeurs personnelles et la famille.
        Je crois comme vous que la société a tellement changée que les générations actuelles sont imprégnées d’individualisme, de difficulté à accepter les frustrations, souvent malgré elles, alors qu’elles font partie de toute vie réelle et sont nécessaires pour grandir en autonomie.
        Et les relations entre personnes, sociales comme affectives, se sont durcies et distendues. On est en temps réel connecté sur nos émotions et celles des autres, plus de distance, moins de résilience. Ils ont été formés comme ça, le sont devenus en partie.
        A beaucoup, il manque aussi un sens à leur vie autre que travailler, jouir et consommer.
        Comme disait Saint Exupéry, » il faut donner un sens à la vie des hommes. »
        Cela peut évoluer en mieux, mais ça risque d’être dans la douleur.

    • ScopeWizard dit :

      @jean la Gaillarde

      Je partage beaucoup de ce que vous dites ; disons , pour faire court , que trop d’ assistanat et d’ infantilisation , de déresponsabilisation tout en te faisant croire , histoire de faire moderne , que ton sentiment de « winner » est le bon ( par exemple , tu es reçu au BAC alors qu’ il y a trente ans tu ne l’ aurais pas été ) , produit des effets qui font que ta perception de la réalité est distordue – tu te crois fort , solide , et à un bon niveau alors qu’ en réalité ce n’ est pas vrai et c’ est même plutôt tout le contraire – et dès lors qu’ en dehors des apparences qui te servent de miroir déformant sur toi même , ta fragilité sous-jacente est soumise à rude épreuve , le plus souvent au bout d’ un moment plus ou moins rapide le vernis de résilience craque et la puissance d’ érosion en est décuplée et alors tu te retrouves non plus face au fantasme de ce que tu croyais être mais face à ce qui est en fait ta réalité et vu que cette dernière entre en contradiction frontale avec l’ assurance de ton image , forcément le face à face sera violent , la désillusion d’ autant plus grande , la chute d’ autant plus brutale que tu tomberas de haut ………….

      Bon , ce qui précède soyons conscients que ça reste de la psychologie de bazar , limite baratin , bien évidemment cela ne peut pas non plus tout expliquer et résumer les raisons profondes conduisant tant de jeunes plus ou moins jeunes à craquer voire à s’ effondrer au gré des circonstances ……………… d’ abord , chacun a son ou ses points de rupture fonction de ceci ou de cela suivant l’ intensité ressentie , ensuite au delà de ça , chacun a sa part d’ ombre et de lumière qui ne peut pas toujours être exposée , consciente , ou contrôlée ……………..

      Intrinsèquement , certains d’ entre-nous sont très solides , d’ autres un peu moins , ont telles ou telles prédispositions ou penchants ; cela n’ est pas toujours mesurable , maîtrisable , et peut évoluer au fil du temps .

      Ce n’ est là qu’ une tentative d’ explication , modeste de surcroît , je ne suis pas du tout un spécialiste de la question , mais si elle s’ avère susceptible de vous apporter quelques éléments puisés ici et là en mesure de vous aider même un tout petit peu que ce soit dans le but d’ y voir plus clair ou de vous réconforter , alors c’ est que cela aura servi positivement à quelque chose et que la démarche n’ a pas été si con , le discours tenu si oiseux …………..

      Bah , vous me direz …………….

      • ScopeWizard dit :

        « forcément le face à face sera violent »

        Si vous préférez , pour plus de clarté , vous pouvez remplacer par : « forcément la collision sera violente »

        Le terme « collision » est sans doute plus explicite .

    • Vroom dit :

      C’est très bien dit.

  16. Legionnaire dit :

    Etant Militaire et deja fait une disaine des Sentinelles, je affirme que moi meme je pensee d’en mettre une dans ma tete.
    Telle est situation actuellle a l’armee: entre engagements sur OPEX/manoeuvres/Sentinelles/services/exercices, on a meme pas du temps de se decharger, se reposer, se calmer.
    Ca enchaine encore, encore, encore, encore……..jusqua’u tu ne peux plus.
    Dans mon unitee il y a beacoup du ca de desertion, PTAC, etc. Comme partout, d’ailleurs.
    Je ne sais pas ou on va, mais cette armee n’a pas d’avenir. Je termine mon contract signee, et rentre chez moi. Merci la France, mais pas cette fois, ni la prochaine.
    Legionnaire.

    • Stoltenberg dit :

      Nos gouvernants devraient lire ce commentaire. Vous auriez droit à une remarque du style « venez me chercher » ou « peste brune ».
      .
      Courage !

    • Le Breton dit :

      Vous venez d’où par curiosité ?

      • Legionnaire dit :

        Dans toute les regiments de la Legion, d’aupres que je sais, c’est la meme partout. Exemples? Voilla:
        – une CIE du regiment Legion rentre de 4 mois du OPEX, dans 2 jours est projetee pour 2 mois du Sentinelle, a l’issue prends le service regimentaire, puis stages etc….les gars n’ont pas eu meme le pauvre week-end depuis 6-8mois.
        Resultat? 17 desertions, et 4 ou 5 « reformee suite au problemes psyho »
        Bravo, la RH, bravo, l’armee francaise.
        Exemples du cette genre il y a partout.
        Moi meme, depuis troix annees j’auraix peux prendre pas plus de 10 jours du permission d’un coup. Bien. La famille…pas content, heh.
        Donc, pour etre sure – deja on a du mal au niveau du gestion des personnelle. Avec reforme de la retraite et compagnie, ca seble d’etre encore mieux, ah, oui.
        Bonne chance, la France.

        • Ancien du SSA dit :

          Il faut vous dire bonne chance à vous aussi ! Gardez toute votre lucidité et votre force pour atteindre sans trop de souffrances l’échéance du retour au pays, dans la famille… Il n’est pas logique de retourner son arme contre soi, si on a voulu défendre les autres, et que l’on garde une bonne perspective à l’horizon ; la vie est faite d’espoir, il faut le conserver avec soi !

        • Pathfinder dit :

          @Legionnaire
          Attristant de lire que cet état d’esprit se confirme partout; on use les hommes jusqu’à la moelle. Dans le privé on appelle ca des « ressources », dans le public, je ne sais pas… en tout cas, ca en dit long sur ce qui en restera.

  17. Robinson dit :

    Civil parisien, en croisant des patrouilles Sentinelle, comme sans doute beaucoup d’autres personnes, j’aurais voulu leur montrer ma reconnaissance et mon amitié, mais comment faire ?
    Déjà qu’en ville exprimer spontanément des sentiments n’est pas forcément bien vu, alors vis à vis de militaires au boulot, qui vont aléatoirement et qu’on ne reverra pas, les gens s’abstiennent et parfois leur surprise peut se teinter de gêne, tout comme quand on voit un policier en uniforme.
    Ceci non pas pour approuver ou réprouver Sentinelle, car on ne peut savoir ce que l’opération a empêché puisque cela n’a pas eu lieu.
    Néanmoins, on a un peu l’impression d’une drôle de guerre, où nos militaires sont cantonnés à une sorte de ligne Maginot défensive, et probablement que là le moral en prend un coup.

  18. Graham dit :

    Ayant à mon actif environ une année complète de Sentinelle, étalée en plusieurs détachements, je pense que mon témoignage aura un peu de pertinence. La principale difficulté de cette opération est la lassitude qu’elle peut entraîner, lassitude que l’on peut associer à la fatigue physique et morale que par ailleurs elle occasionne. Pour des raisons probables de commodité de commandement, les détachements durent la plus part du temps deux mois ou légèrement plus avec l’impossibilité pour le soldat de rentrer chez lui. C’est beaucoup trop, surtout si l’on considère que d’autres Opex, Opint, ou périodes d’entraînement devront suivre. L’état moral des soldats est immanquablement affecté: la mission est terriblement fastidieuse et fatigante. Elle l’éloigne trop et trop longuement de sa famille pour un sens tout relatif. L’armée de l’air a choisi des périodes bien plus brèves qu’elle renouvelle à intervalles. Leurs soldats, en conséquence, ont un moral plus ferme et rasséréné. On les voit, pourrait-on dire, heureux et efficaces, sans plaintes ni récrimination. Par son fonctionnement atypique, qui de prime abord parait plus lâche, sans néanmoins jamais l’être, elle permet aussi en son sein une solidarité plus forte et bienveillante.

    Concernant le suicide, j’ai connu un jeune lieutenant qui s’est donné la mort avec son arme de service il y a bientôt un an. Le pauvre fulminait contre sa hiérarchie parce qu’il voulait de l’action, des responsabilités alors qu’il dépérissait dans un pauvre petit bureau, avec une pauvre petite tâche insignifiante et des chefs tatillons. Je l’avais vu 6 mois plus tôt à Sentinelle. Il était heureux comme ce n’est pas imaginable. Il s’investissait complètement dans sa mission, gardait une saine proximité avec ses soldats. Il nous avait confié que Sentinelle était sa plus belle expérience militaire. Je me souviens les dernières paroles que je lui avais dites: « mon lieutenant, il faudra vite revenir ». Je me rappelle son air peiné quand il me répondit qu’on ne l’y autoriserait pas. Il y a beaucoup à dire mais ce serait trahir ses confidences. Ce que je puis dire est qu’à Sentinelle il avait l’impression juste de servir la France et sa population.

    Il est souvent malaisé de prévoir ces drames. J’avais vu et cru ce lieutenant fier et fort. Bien sûr, comme chacun il avait ses failles, mais rien qui ne paraissait pas surmontable à son courage. L’annonce de sa mort fut me fut un choc. Quel gâchis. C’est toujours un gâchis. Va-t-en tranquille et en paix, frère d’arme: je ne t’oublierai pas.

    Au revoir, jeune femme. Tu as servi la France. C’était beau et bien. Paix à ton âme. Ma tendresse à ceux qui te pleurent.