Le général Vincent Lanata déplore le manque d’influence de l’armée de l’Air

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

58 contributions

  1. JG von Rheydt dit :

    Allons y, un CEMAA énarque!

    • Jules dit :

      Il y a la même proportion de couillons partout sauf qu’à Polytechnique ils sont sévèrement sélectionnés

  2. Clavier dit :

    Il est vrai que les généraux de l’AA se recrutent principalement chez les pilotes de chasse d’origine directe plutôt doués pour ce sport qui n’est pas un sport de masse….
    Ce qui avait amené un sous-officier mécanicien à me confier:  » l’Armée de l’Air, c’est la SNCF dirigée par les chauffeurs de locomotive « …..

    • bodin dit :

      excellent !!!

    • Jm dit :

      Pour info, moins de 50% des généraux AA sont issus du corps des navigants.

      • Yoric K. dit :

        Ça sort d’où ça ? Combien de généraux 5 étoiles mécaniciens ? Idem pour 4 et 3. Pour deux, je n’ai pas comptabilisé. A quand date le dernier CEMAA mécanicien ?
        La différence entre armées tient, à mon sens, sur le fait que l’AA n’est pas rôdée au lobbying. Elle semble trop centrée sur ses pilotes et pas assez sur les autres corps.

        Une anecdote d’un ami ayant réussi IPE-Paris et qui proposait à l’AA de le mettre sur un poste au ministère de l’agriculture. Réponse ? L’AA n’a pas vocation à aller à l’agriculture. Réponse: si mon colonel, il y a déjà un gars de l’armée de terre et un autre de la Marine. Réponse ? Vous n’avez rien compris à ce que l’on attend de vous. Moralité, il est parti et fait une belle carrière ailleurs.

        Combien de BEMS PN au regard des autres corps ? Les chiffres sont là.

        Au final, il me semble que l’on crée un certain différentiel entre les PN (pas que pilote de souvenir) et le reste des officiers avec (ou sans) potentiel, qui plus est s’ils ne sont pas de recrutement direct, dont le ressenti n’est guère valorisant pour les non PN. Après, allez leur demander de défendre une armée de l’air dont il doivent se sentir moins égaux que d’autres.

        • John dit :

          Corrigez moi si je me trompe…
          Quelle est le pourcentage de PN dans l’armée de l’air?
          Le pourcentage de mécaniciens?
          Il reste encore un gros pourcentage non?

          Les généraux n’ont-ils pas tendance à parler de stratégie, à travailler sur la sélection et le développement d’avions, à gérer le parc, à gérer les sélections, la formation, …
          Sans vouloir vous offenser, pour beaucoup de ces tâches, un mécanicien n’a pas la meilleure des expériences. Alors qu’un pilote a une sacrée expérience qui peut être valorisée dans ces tâches…

          Cela ne justifie pas qu’un mécanicien n’ait aucune chance de gravir les échelons, mais cela explique pourquoi il y a plus de généraux issus du PN que de mécanos.

  3. adnstep dit :

    C’est tout à fait normal, et pour plusieurs raisons. La première est que les réseaux de l’AA sont moins développés que ceux des camarades terriens et marins. Pour des raisons d’antériorité historique, d’abord, mais pas seulement. La formation très (trop ?) technique et pas assez « humaine » y est pour quelque chose. Le choix des hauts-potentiels ne laisse peut-être pas assez la place aux bons communicants.

    La raison principale reste, selon les dire d’un ancien MGAA, l’obtention du Saint-Graal. Le pilote de chasse l’a déjà obtenu quand il est breveté et qu’il peut voler. Grenouiller dans les hautes sphères politiques ne l’intéresse dès lors plus guère.

  4. Ba123 dit :

    Et qui dit pilote, dit personnel naviguant et donc limite d’âge plus contrainte. Donc départ plus tôt.

  5. Spls dit :

    C’est sûr que quand tous les CEMAA partent aux US, il ne faut pas s’étonner qu’il n’y ait plus personne à Paris… De plus s’ils connaissent « les enjeux de la mise en service du F35 », qu’ils n’hésitent pas à nous faire part de leurs lumières, à leurs collègues de l’Aéronautique Navale aussi. En tout cas cela ne m’empêche pas de dormir…

    • Jm dit :

      Les CEMAA partent aux US, ok, mais ce n’est pas une récompense, mais plutôt une mise à l’écart.
      Et cela date du premier qui a été affecté là-bas, parce qu’il postulait au poste de CEMA, mais a refusé l’application de LOUVOIS pour l’AA.
      Bien lui en en a pris d’ailleurs !!!

      • Pascal (l'autre) dit :

        @ Jm le premier affecté au Q.G. A.C.T. de Norfolk en Virginie fut le général Stéphane Abrial qui remplaca le Gal U.S. du corps des Marines James Mattis. Le Gal Abrial fut relevé par le Gal Jean Paul Paloméros (c’est ce dernier qui « s’opposa » *au basculement du système de solde de l’A.A. vers louvois) Puis le poste fut occupé par le Gal Denis Mercier remplacé depuis peu par le Gal Lanata.
        * Et à juste titre, voyant le « désastre » de Louvois pour les soldes de l’A.T. et de la Marine!

  6. Vince dit :

    C’est un officier de l’armée de Terre le CEMAA actuel ?

  7. Soldierof dit :

    L’armée de l’air est ridicule face aux deux autres armées puis qu’elle possède les plus mauvais officiers. Simple exemple: le cursus d’un pilote n’est qu’un parcours de soliste où à aucun moment la gestion des hommes sur les terrains n’est question.

    • wizard dit :

      « L’armée de l’air est ridicule face aux deux autres armées puis qu’elle possède les plus mauvais officiers. » On cherche encore les batailles gagnées par la Marine Nationale, on ne peut pas dire que ses officiers aient marqué l’histoire. Surcouf refusa d’en faire partie, pourtant réclamé par Napoléon qui cherchait désespérément à remonter le niveau. La vielle noblesse Bretonne noyautant le truc, il n’y a pas de raison pour que cela ait évolué.

      • bat dit :

        comparer la Marine à voile avec celle ci c’est d’un goût douteux …y’a déjà un combat d’honneur qu’elle a gagné .la marine de la France ,elle a sauver l’Or de la France en 1940 grâce aux croiseur émile Bertin …et certains bâtiments été là au large lors du débardquement de Normandie ….sauver l’or c’est ce qui a permis à de Gaule et aux premiers gouvernements de la france libre de se passer de la tutelle américaine et de laver le déshonneur de la France pétainiste ,quand à l’aide qui n’est arrivé que pour le plan marshall ce n’est pas de l’aide ..c’est du rackett organisé

        • wizard dit :

          Toulon, Mers El-kébir, c’est vrai que les officiers de marine français ont souvent brillés pour leur clairvoyance, leur esprit d’initiative, leur combativité…
          Quant au rapatriement de l’or, ils ont juste exécuté les ordres (et surement pas à l’initiative de marins).

    • Elwe dit :

      « Les plus mauvais officiers »… Jugement pathétique.

    • Pierro dit :

      Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire comme connerie.
      Les opérations aériennes ne se mènent pas avec un seul avion.
      Un chef de patrouille gère 4 avions, un chef de dispositif pour une COMAO ça peut monter à soixante.
      Un pilote va progresser dans son escadron, chef d’escadrille puis d’escadron voir commandant de base (2000 personnes), y compris en OPEX.
      Il n’y guère plus méprisant qu’un Saint-Cyrien ou qu’un Bordache avec un nom à particule et sa mèche de Tintin…

      • John dit :

        En plus des avions, il y a la gestion des aéroports militaires, les mécanos, les munitions, l’espace aérien lors de la mission, etc, etc…

    • Jm dit :

      Soldierof, je vous invite quand vous voulez à effectuer un petit vol, même simplement sur Alphajet.
      Pas un vol de touriste, un vol opérationnel.
      Après 1h, on verra dans quel état vous allez ressortir.
      Mais après le débrief, et sans temps mort, il vous faudra gérer le soutien de votre unité, les opérations à venir – exercices ou réelles, les problèmes humains, la gestion financières, et autre joyeusetés.
      Quand vous aurez un moment, vous vous consacrerez à quelques étude pour acquérir les qualifs nécessaires.
      Et je ne parle même pas de la préparation CID / EDG.
      Et vers 22h00, quand vous rentrez, vous aurez à gérer le quotidien familial.
      En pensant que demain, vous décollez à 9h00, et rebelote.
      Ce n’est pas forcément le même régime que certains officiers de l’AT que je vois passer 2h de pause méridienne, pour quitter leur régiment à 17h00. Mais c’est leur problème, je ne m’y attache pas.
      A force de regarder si l’herbe est plus verte dans le pré du voisin…
      Alors votre commentaire sur les officiers mauvais de l’AA me semble un peu inadapté, car la proportion d’incompétent est la même partout, quelle que soit l’armée, et même ailleurs.
      Sachez Monsieur, qu’à force de se côtoyer sur les OPEX, nous échangeons tous, sur les « avantages » et les « inconvénients » de chacune de nos armées, et même entre armes, et ce à tous les niveaux de la hiérarchie.
      Et souvent, beaucoup sont surpris par les a priori et les fausses idées que l’on se fait sur les autres.
      Quant au parcours de soliste, sachez Monsieur, que pour décoller, un avion a besoin de 60 personnes, du balayeur au pilote.
      Et qu’il n’y a pas de sot métier, que de sotte gens qui porte des jugements à l’emporte pièce. Comme les vôtres.
      Et c’est avec des commentaires comme le vôtre que nos politiques se « gavent » sur notre dos à tous.

    • Emilien dit :

      C’est faux, dans l’AA il y a des meneurs d’hommes. Sachez qu’un officier mécanicien aéronautique sorti de Salon commande dès sa première année une centaine d’homme et un jeune capitaine près de 200…il n’y a pas que des pilotes dans l’AA !

      • bat dit :

        oui il commande à sa façon comme les chef de marine ou de terre c’est pareil ,je connais bien les officiers mécaniciens ,c’est y’a qu’à faut qu’on ..et pour les mécanos tout est marqué sur la carte de TRAVAIL ?DONC PAS BESOIN DES CHEFS POUR BOSSER ….et heureusement ……quand on démontait un moteur d’alpha jet on était deux .et je pense pas que cela ai beaucoup changer ..un chef sous off et un cabo chef en formation ….donc l’officier sert à rien, à part au cocktail et aux apéros …ils font des descente de surveillance

    • Jolindien dit :

      « gestion des hommes sur les terrains »
      Mais ce n’est pas là son rôle.
      Le pilotage, quel que soit l’aéronef, demande des prises de décisions rapides, qui ont un impact sur l’équipage (quand il y en a) ou sur les charges transportées (armes conventionnelles ou non, personnel, fret, systèmes électroniques…)
      Il faut gérer un avion et son environnement, en 3D, avec souvent d’autres appareils.
      Selon vous un officier « terrien » (rien de péjoratif), puisque il a appris la « gestion des hommes sur le terrain » en serait forcément capable? Vous confondez grade et compétences, à mon humble avis.

    • Pascal (l'autre) dit :

      @ Soldierof Joli commentaire, un rien ………………………………… corporatiste! L’A.A. est peut être ridicule mais certainement beaucoup moins que vous de part votre commentaire!

    • Eric dit :

      … Et qu’est-ce qui vous autorise à faire ce genre de commentaire définitif ?
      De la part d’un simple lieutenant de réserve de l’Armée de l’Air.

  8. jyb dit :

    le patron de la drm est un aviateur.

  9. MP3 dit :

    Il doit y avoir une raison de fond… voire plusieurs.

  10. Pierre dit :

    C’est effectivement peu compréhensible surtout au vu des opérations récentes où l’AA est toujours en pointe et la plus réactive. Un peu d’équité dans la répartition des postes serait plus que souhaitable.

  11. aleksandar dit :

    L’avion de 8eme ou 9eme génération n’aura pas de pilote.L’armée de l’air fera joujou avec ses drones dans des camions climatisés.
    On gardera l’Armée de l’Air pour faire du transport, la revanche des  » gros culs  » sur les chevaliers du ciel.

  12. nexterience dit :

    Ils ont l’arme atomique avec les marins, c’est déjà bien.

  13. maxime (le vrai) dit :

    Ca compense le fait que l’armée de l’Air est la plus couteuse en matériels, juste devant la marine et très loin devant l’armée de Terre.
    On a 200 Rafales à 100 M€ pièce, qui tirent des missiles à 5 M€ sur des pick-up, sans même les voir.
    Et ca bouffe tous les crédits.
    De plus les pilotes, spécialistes indiscutables et très compétents dans leur domaine, sont très limités dans leur appréhension du champ de bataille (leur milieu d’évolution est lisse, continu et uniforme, quasi sans friction). Ils ont en outre une approche très individualiste, voire egocentrée, du métier des armes (et c’est normal, vu qu’ils sont tout seuls dans leurs zincs) ce qui les rend généralement inaptes à évoluer avec aisance au milieu des rampants.
    On ne peut pas tout avoir !

  14. Sacha dit :

    L’équité n’a pas à être un motif de décision et/ou nomination, l’efficacité oui. Hors sièges dont la mission relèverait sans équivoque d’une arme plutôt que d’une autre c’est à l’armée de terre que devraient revenir les fonctions de cette envergure. Dans toutes les opérations d’envergure (la répétition est pas belle mais je m’en fous) c’est elle qui est l’interface majoritaire entre les diverses composantes, pour des raisons évidentes sur le terrain, et ça ne changera pas. Désolé pour ce général mais y a qu’une paire de fesses sur chaque siège, autant que ça soit la plus appropriée.

  15. JG von Rheydt dit :

    les aviateurs victimes de leur mythe: les chevaliers du ciel repugnent à mettre le pied à terre, il n’y a que le combat aérien qui compte, d’où un retard à l’allumage dans les autres dimensions, appui au sol, drone, aérospatial

    • John dit :

      C’est vrai que pour ces dernières décennies, votre commentaire est tout à fait approprié…

  16. Comisère dit :

    Un officier de terrain formulant une opinion professionnelle dans la revue de la défense nationale est puni mais un grand chef critiquant la politique des Armées n’est pas inquiété?
    Bien, les loups ne se mangent toujours pas entre eux.

    • revnonausujai dit :

      Lanata est en retraite; la parly peut pisser de rage si elle veut, elle ne peut rien contre lui.

  17. Fred dit :

    L’armée de l’air est également fortement dépendante de Dassault et SNECMA d’un point de vue technologique et industrielle. Le général est un fan du F-35. La question est: est-ce que Dassault ou la France aurait pu construire une machine de cinquième génération?
    Vu les problèmes rencontrés par la Chine, la Russia et même par les E-U je dirai que la réponse est non.

    • Eric dit :

      On peut construire un appareil de cinquième génération en France : Dassault en a les capacités technologiques, c’est indiscutable.
      Reste que le F-35 ne se réduit pas à ses qualités de vol ou à sa furtivité : ce qui fait sa supériorité aujourd’hui, c’est qu’il est le premier avion de combat capable d’opérer en réseau, ce qui démultiplie (théoriquement et à condition que les autres éléments du réseau soient compatibles avec lui) son efficacité. C’est ce que sont parfaitement incapables de comprendre ses nombreux détracteurs ici même, et c’est ce que ses équivalents russes ou chinois ne peuvent encore probablement pas faire… Et c’est ce qu’un officier comme le général Lanata a bien saisi, lui qui par contre sait de quoi il parle : dans quelques années, il y aura les forces aériennes occidentales capables d’opérer aux côtés du F-35, et les autres… ce qui posera à terme un énorme problème stratégique à l’Armée de l’Air et risque de la confiner pour de bon dans un rôle parfaitement subalterne au sein de l’Otan.

  18. Truellon dit :

    Si les gonfleurs d’hélices étaient militaires pratiquants, certainement qu’on leur confierait des responsabilités…

    • Jm dit :

      Vu la hauteur de ce commentaire, je vous précise que les armées réfléchissent à la vitesse où elles se déplacent.

      • dompal dit :

        @ Jm,
        Hihihihi !!!! Vous m’avez bien fait rire avec votre tacle à @Truellon……même si je suis un ancien de l’AdT à la retraite ! 🙂 🙂 🙂
        .
        @ Tous,
        Et concernant les ‘gonfleurs d’hélices’, vous trouverez sur le lien ci-dessous l’origine de cette expression :
        http://aviatechno.net/passion/gonfleur.php
        Bonne lecture….. 😉

  19. chicogoya dit :

    Bonjour Messieurs,
    Quelle est la différence entre un Chef d’état-major des armées et un Major général des armées ?
    À quand date le dernier Major général des armées aviateur ?
    Comment sont organisées les nominations aux postes de CEMA et de Major général des armées ?
    Merci pour ces informations.

  20. guimelle dit :

    Toutes les compétences et expériences de l’AA sont connues et maitrisés soit par l’AT ou la MN, l’inverse non, seul l’AT et la MN ont des spécificités mis à part les stewards… 😉

    • Jm dit :

      La dernière fois que j’ai amené un copain de l’Armée de Terre faire un vol chasse, il pensait que c’était du tourisme, car il pilote en aéro-club.
      Je lui ai laissé la main, ça n’a pas duré longtemps.
      Au premier départ en tonneau, il a compris où se limitaient ses compétences et où commençaient les nôtres
      A charge de revanche, il m’a amené dans son régiment où j’ai vainement tenté de piloter « droit » un de ses chars tout en alignant une cible; je confirme, c’est également un métier.
      Alors arrêtons ces querelles de clocher, chacun est compétent dans son domaine et compte sur les autres; lui compte sur nous pour le sortir d’une situation « merdique » et éviter des pertes humaines au sol, et nous, nous sommes bien content quand il sécurise nos axes et zones de poser.

    • Jm dit :

      Et pour info, il n’y a pas de stewards dans l’Armée de l’Air. Il y a des militaires .
      Ne vous en déplaise

    • wizard dit :

      « Toutes les compétences et expériences de l’AA sont connues et maitrisés soit par l’AT ou la MN »
      C ‘est d’ailleurs que pour cela que, sur 40 Rafales, la marine en a déjà planté 4, et hors phases d’appontage ou de catapultage, donc 0 excuse. Vous imaginez une Armée de l’Air avec 10% de ses Rafales crashés? Les marins prétendent beaucoup, mais…
      Il suffit d’aller voir les rapports du BEA Défense, l’énorme disproportion d’incidents ayant eu lieu avec des aéronefs de la marine ! « On ne comprend pas, on les formes au USA, plutôt que dans l’Armée de l’Air ! »(est ce que cela couterai moins chère au US?)

      • guimelle dit :

        Au US cela n’est qu’une partie de la formation!!! et elle est faite avec la NAVY americaine, jusqu’ici j’ai du mal a imaginer un pilote armée de l’air apprendre à apponté a un pilote de la marine….
        Vous verrez également partout qu’un pourcentage est de moins en moins parlant si le nombre étudié est faible, vous enlevez deux crashs et ca passe a 5%…
        A ca on peut également rajouter le milieu ou évolue les rafales M ils passent du désert a l’air salin encaissent de gros choc aux appontages catapultages et j’en passe..
        Et je persiste qu’aucune spécificité de l’AA n’est exclusive a elle même. les deux seuls a avoir de nombreux savoir exclusif sont bien la MN et l’AT, je pourrais vous en citer des dizaines.. et je suis loin d’etre le seul a le dire c’est un fait pas une mesquinerie.

        • John dit :

          N’y a-t-il pas les compétences en France pour que les anciens de la MN forment les jeunes à l’appontage?
          Et l’armée de l’air pourrait très bien former les Marins sur Rafale, et tout ce qui se rapporte à la spécialisation pourrait être fait soit aux USA, soit en augmentant le nombre de pilotes de la MN pour avoir des formateurs de qualité !

      • Eric dit :

        Vous allez surement m’expliquer comment l’Armée de l’Air va faire pour former un pilote de Rafale ou de Hawkeye à décoller ou apponter d’un porte-avion ?
        Et puis, les marins prétendent beaucoup, c’est vrai, mais je vous conseille d’essayer d’apponter en Rafale de nuit ou par mer démontée sur une coque de noix perdue au milieu de l’océan. Ensuite revenez me dire que ces gars-là sont des pilotes du dimanche…

  21. vivian dit :

    il va être sanctionné aussi tout comme le colonel négrier ?

  22. Baron dit :

    Peu d’intérêt de revenir sans cesse sur cette question qui laisse les aviateurs assez indifférents car leur profil nominal de carrière les exclus aussi des postes de responsabilité interarmées de moyen niveau en état major ou sur le terrain où pourrait se préparer l’accès aux plus grands postes. Sans oublier que les postes de comfort ou de comelef ne sont quasiment jamais donnés aux avias…on a perdu le Tchad..

  23. Amar Harraz dit :

    Bonjour,
    Tout ce blablabla dit dans ces commentaires n’est que pipi de chat.
    Si l’armée de l’air est dans cette situation, c’est bien de la faute de ses officiers et plus particulièrement de ses officiers généraux.
    Comment à t’on pu laisser le général lecointre et l’amiral Rogel (les pourfendeurs de l’Armee de l’Air) décider de la nomination de l’actuel cemaa. Cette nomination est assortie d’une clebardisation de l’Armee de l’Air et au plus haut niveau d’ailleurs le général Lanata(fils)a participé à cette mascarade.
    Fermez le ban.

  24. Yolo dit :

    Le realite c est que sur les theatres d opérations on travail en interarmées
    On a besoin de tout le monde des terriens,marins et des aviateurs
    Les trois vecteurs Terre Air Mer sont indispensables à une armée moderne qui veut jouer ds la cours des grands.
    Maintenant la question que l on peut se poser, avons nous besoins réellement de 3 armées pour être efficace.
    Je sais cela peut paraître provocateur c est vrai mais au vu des effectifs, des missions, des budgets, etc… à méditer
    En tout cas cela pourrait éviter ces débats stériles (qui est le plus beau etc…) et ces guéguerres de chefs et de clocher.

  25. Jérôme dit :

    En fait , à lire une majorité de commentaires, je comprends mieux c’est p**** de réflexion de m**** que j’ ai l’ honneur d’entendre a longueur de journée. Si déjà tout le monde nettoyait devant sa porte, beaucoup de choses avanceraient bien mieux. Je suis un aviateur dans une unité interarmées, situé dans une emprise très terrienne. Je dois plus souvent faire des efforts vers eux , qu eux ne viennent vers moi. Les petites guéguerre de tenue, de coiffe, de tradition, j’ en passé et des meilleurs…. En fait, une minorité ne s accrochent qu’à un passé, très souvent tronqué, que de faire l effort de voir l évolution, dans les armées et services.

    Allez, je mets aussi les œillères, ca a l’ air d être a la mode. Les avions font de l’opérationnels H24, quand la majorité des unités de l’AT, une fois revenu d opex, ne font rien de plus que de se remettre en forme, et faire de la instruction. Mode œillères off

    Ma journée fut très longue, à devoir gérer des desideratas de chef , AA ou AT. Mais une pour autant je ne baisse pas les bras, qu un jour, on aura marre de regarder dans la gamelle du voisin, et de comprendre que l’ on peut tous s’entraider.

  26. Soldierof dit :

    JM, très belle réponse ! Mais très loin de la réalité … l’armée de l’air est une très belle armée comme toutes nos armées . Aucun doute sur les compétences de chacune . A l’heure actuelle il manque environ 24000 personnes à nos armées , et pour informations il n’y a pas bousculade dans les bureaux de recrutement y compris armée de l’air. Le moral des aviateurs et ainsi que la mentalité de ses officiers est en chute libre . La gestion de carrière est plus importante à présent ou encore plus qu’autrefois . Un capitaine qui commande 200 personnes : je pense que son commandement reposera sur ses sous officier puisque ce n’est pas à salon de Provence qu’il va l’apprendre . Commander nécessite une grande part d’humanité qui s’apprend de part son éducation, son vécu , au milieu de ses hommes dans les difficultés qu’ils rencontrent (être dans la situation et les conditions de l’homme le plus bas de la hiérarchie en exercice ou opex).
    Être au plus haut de la hiérarchie nécessite d’avoir un recul énorme sur nos hommes , le général Lanata a t il ce recul ou même ses prédécesseur ?
    Le recul d’un escadron ou d’une escadrille ? Une base?
    Le personnel aérien travail encore avec passion , et surtout les mécaniciens, sur qui tout repose .
    Sans eux et sans leurs passions plus d’avions qui volent.
    Les heures sup ils connaissent !!!
    Pendant ce temps les navigants sont en rtt…

  27. Robinson dit :

    Il y avait déjà le problème de la parité femmes/hommes, voilà celui de la parité air/mer/terre…