Emprises militaires : Entre rénover et faire du neuf, le Service des infrastructures de la Défense s’interroge

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

19 contributions

  1. Clavier dit :

    « ….., il faut prendre en considération l’application de nouvelles normes, comme celles relatives à l’accessibilité des personnes à mobilité réduite …. »
    Ah bon v’la autre chose ….Ils comptent recruter des cul-de-jattes …?

    • Clément dit :

      Lisez l’article en entier. Ce n’est pas nécessaire si les bâtiments sont uniquement utilisés par des unités opérationnelles.

    • Vroom dit :

      Hé oui ! Sur une base du sud-ouest, un beau bâtiment logement cadres, normes PMR, un ascenseur pour les monter au 2ème, quelques chambres adaptées, avec des salles d’eau plus grandes que la chambre elle-même, sans compter les places de parking réservées handicapés….

    • David dit :

      Lisez même entre les lignes, au cas où cela ne vous est pas venu à l’esprit, nos soldats peuvent très bien être handicapés à l’issue d’une OPEX et c’est pas pour cela que l’on va les mettre dehors!

  2. Polymères dit :

    Personnellement je suis totalement pour faire du neuf, n’ayons pas « peur » de raser l’ancien, par nostalgie ou par tradition, le changement ça a du bon, d’autant qu’on sait parfaitement que nombreux sont les bâtiments qui sont loin d’être optimisés pour l’armée actuelle.
    On peut construire aujourd’hui des bâtiments qui permettent de réduire les dépenses d’entretien (chauffage, électricité etc…), on peut leur coller également des panneaux solaires sur le toit (ce genre d’écologie ça passe mieux pour l’instant que de vouloir imposer des normes aux véhicules). Faisons comme pour la 13e DBLE au Larzac, virons l’ancien, gardons ce qui peut l’être, mais faisons du neuf qui est adapté aux besoins.
    Priorité aux réaménagements de l’infrastructure dans les différents camps d’entrainements, que ce soit Mailly, Suippes, Valdahon, Bitche, la Courtine et j’en passe, pour les unités sur place comme pour les unités de passages.
    Il faut savoir tourner des pages, avoir un « modèle » de caserne, de bâtiments qu’on reproduira partout.
    .
    Quant aux bâtiments modulaires, ils sont bien et il serait même très bien d’envisager ce genre de choses pour certaines zones OM ou là aussi on est souvent dans du vétuste, de l’ancien.
    Il serait idéal d’avoir de tels bâtiments, même simplifiés (pas besoin d’être beau), en réserve, prêts à être montée n’importe ou (et pour diverses besoins) via une unité de l’armée. En disposer de 4-5 conditionnés pour un transport rapide, on pourrait imaginer une installation de 6 mois par bâtiments. Tout cela viendrait en plus des traditionnels bungalows d’habitations qu’on accumule comme des légos (oui je sais les BMD reprennent ce concept, mais ils sont optimisés pour durer), encore que, honnêtement avec les tentes modernes qui sont pas mal et plus facile à installer et transporter en nombres, le bungalows n’est pas l’idéal dans un déploiement.
    C’est bien que l’infrastructure des armées reçoivent et vont recevoir des financements après tant d’années de contraintes. Comme je le dis souvent ici, malgré les hausses de budgets, il est important de rattraper les retards, de se mettre « bien », de moderniser ce qu’on a, avant de réfléchir bêtement à vouloir simplement plus sur le papier. Il faut que vers 2025-2030, on soit dans une bonne dynamique, une dynamique saine pour repartir d’une certaine manière de zéro. Vers cette période, on devrait disposer de moyens qui permettront d’envisager de faire plus (2e PA, plus de navires, de nouvelles unités…) mais va falloir d’abord panser les plaies, reboucher les trous et se mettre du baume au coeur…

    • Anonymous dit :

      Même avec un hypothétique 2% du pib comme dépenses militaires en 2025 ce que vous préconisez ( notamment la partie plus de navires et un deuxième PA ) reste toujours hors de prix, dépenser en milliards pour de nouveaux immeubles et casernes serait rentable sur le long terme mais à court terme priverait des crédits pour d’autres armements, c’est un choix difficile à effectuer, vu les prix de l’immobilier construire de nouveaux et bâtiments parait suicidaire ( ou alors en quantité limitée ), le meilleur compromis restant d’effectuer de gros travaux sur les infrastructures existantes pour mieux les remodeler. Après si on avait des conscrits, on pourrait les utiliser en partie comme main d’œuvre bon marché pour réaliser nos infrastructures à bas coûts, mais ça c’est un autre débat…

      • 96marsouin dit :

        « Après si on avait des conscrits, on pourrait les utiliser en partie comme main d’œuvre bon marché pour réaliser nos infrastructures à bas coûts, mais ça c’est un autre débat… »
        ah oui, c’était le bon temps, lorsque les conscrits étaient là pour récurer les VC et passer le balais dans la popote des cadres, et j’en passe… avec de tel propos, pas étonnant que le service militaire était rejeté par la jeunesse, et que l’image de l’armée dans l’opinion à l’époque, n’était pas la même qu aujourd’hui…

        • Anonymous dit :

          Oui et alors ? Un an dans une vie pour servir les intérêts de la nation c’est quoi ? Les Égyptiens utilisent leurs conscrits pour réaliser toutes sortes d’infrastructures à bas coûts, ce qui contribue egalement à la population, aux entreprises locales et donc à l’économie. On pourrait faire la même chose avec de meilleurs conditions de travails tout de même.

    • Vroom dit :

      Oui, il faut raser, je pense à ces sites datant de la guerre, une chaufferie principale qui alimente par réseaux sous-terrain tous les bâtiments, à la soviétique quoi ! On chauffe le sol ! Je me souviens d’une base où l’hiver, avec la neige, on pouvait voir où passaient les conduites ! La neige était fondue à ces endroits ! Et puis ça fuit, ça lâche, une catastrophe énergétique !
      Parlons-en aussi de ce manque de crédits d’entretien, le seul moment où les bâtiments étaient remis à neuf, c’est quand le site fermait !!! Lamentable.

    • maxime dit :

      Je suis très dubitatif sur la qualité des constructions actuelles.
      Ok pour les normes, mais à part ca… dans 20 ans, ce qu’on construit aujourd’hui partira en lambeaux, tout simplement car on rogne bien plus aujourd’hui qu’au 19ème siècle sur la qualité des matériaux utilisés. Il suffit de regarder n’importe quel bâtiment « contemporain » pour s’en convaincre.
      Pour moi l’idéal c’est de faire du neuf avec du vieux (sauf bien sûr pour les horreurs des années 60-70, qu’on peut raser sans remords.

  3. spa162 dit :

    Il y a les OPEX, c’est une chose.
    Pour le reste, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Les bâtiments, même militaires, participent à l’urbanisme de notre beau pays de France. Et surtout, il ne faut pas oublier de se conformer à la loi sur l’architecture :
    Cette loi affirme que l’architecture est une expression de la culture et qu’en conséquence, la création architecturale, la qualité des constructions, leur insertion dans le milieu environnant, le respect du paysage naturel et urbain ainsi que du patrimoine sont d’intérêt public.
    Il faut des bâtiments durables, sobres et qui s’insèrent harmonieusement.

  4. Sgt moralés dit :

    La « cazerne » Bosquet a ete le casernement du 3 à son retour d’Algérie (Après un bref épisode dans l’est et castelnaudary),nous avons vecu dans un inconfort déplorable ,j’ai encore le souvenir de ma chambre sous les combles avec son poêle â charbons, puis des années plus tard sont sortis de terre un hotel sous off,un bloc cuisine,réfectoire, douches ,l’adaptation de vieux bâtiments à des activités modernes est un exercice périlleux et parfois du foutage de gueule car l’airport de Carcassonne ne pouvait recevoir les nords et pour sauter nous allions à Toulouse en GMC!

  5. L'architecte dit :

    Que certaines forteresses ou fortins soient préservés pour le côté historique et ou architectural de la chose, ça se comprend. Mais pour l’active comme pour la police , la justice, la pénitentiaire et surtout La POLiTiQue, faut du neuf, au normes, gardiennage facile et confort minimum garanti.. ne serait-ce qu’au minimum, par respect pour la mission de ce qui y travaillent.

  6. Jm dit :

    « Ce patrimoine, très dispersé, souffre d’un retard d’entretien considérable, marqué par des décennies de sous-investissements et de défaut d’entretien « !!!!!!!!
    D’abord, allez faire un tour dans les locaux du SID, c’est un peu comme le SCA, ils se sont bien servis en matière de SUR-investissement !!!!
    L’argent existait, et existe, le seul problème, c’est que le SID pense qu’il est banquier, donneur d’ordre, initiateur de projet et sait mieux que les autres ce qu’il faut faire ou non. Il n’y a qu’à voir l’air supérieur et condescendant qu’ils prennent lors de réunion, avec pour premier argument qu’ils mettent en avant ; d’abord, il n’y a pas de sous, et le reste suit. Paradoxalement, ils viennent à 3 ou 4, mais chaque dans sa voiture alors qu’ils arrivent du même endroit.
    Et ça ne les gêne pas de laisser des unités entières dans les CORIMEC miteux durant des années, repoussant années après années des constructions et des réhabilitations pour des raisons qu’ils ont du mal à justifier et motiver ou qui les arrangent bien !!!
    Voir la Base aérienne d’Istres, je vous laisse le choix des unités des des locaux, ce n’est pas ça qui manque !!!
    Et quand ils font des travaux, je vous laisse juge des malfaçons constatées, et que pourtant ils valident et obligent à valider.
    Voir certaines unités à Marseille….
    Les militaires commencent sérieusement à en avoir assez de ces structures qui n’apportent que contraintes, refus et objections, voire donnent des ordres inappropriés et des leçons de morale, alors qu’ils sont sensés les soutenir.
    Il serait tant que le commandement reprenne la main sur tout ça, pour remettre un peu de bon sens et de logique au « détriment » des intérêts de petits barons qui pensent détenir le pouvoir et la science.
    On a coupé des têtes pour moins que ça !!!!

    • David dit :

      Mon cher JM je vais essayer de vous expliquer la tournure des choses puisque moi même étant un produit du SID. Après 20 années au fond du trou de combat (Infanterie) j’ai pu suivre une formation pour servir au sein du Service du Génie puis du SID. C’est vrai que ce dernier n’est pas toujours un bon élève concernant l’emploi des véhicules mais pour contredire vos adjectifs douteux, je peux vous assurer que nous essayons de faire comprendre à la hiérarchie des bases ou régiments que tous projets initiés à cet instant sera construit dans 1, 2 ou 3 ans selon l’ampleur. Mais  »vos » chefs n’en ont que faire car ils veulent des beaux et grands projets durant leur temps de commandement histoire de marquer leur passage. Et quand vous rabâchez la même rengaine et que l’on vous rétorque que c’est plus urgent plus de rénover la chapelle que de réparer la chaufferie alors effectivement, nous devenons donneurs d’ordres. Une rénovation ou une nouvelle constructeur se monte sur plusieurs temps de commandement et ça ! ça ne plait pas. Et pour conclure, sachez que si l’entretien régulier des installations infra n’a pas été réalisé comme il se doit, allez donc balayer devant votre porte car durant des decennies les corps ont pleuré pour obtenir cette délégation (qu’ils ont eu). De grâce ne tirez pas sur le pianiste car vous abîmez un instrument qui fonctionne.

      • Jm dit :

        David
        Mais »vos » chefs n’en ont que faire car ils veulent des beaux et grands projets durant leur temps de commandement histoire de marquer leur passage », je suis entièrement d’accord, tout en relativisant, car cela dépend de l’armée d’appartenance.
        Par contre, là où je vous contredis, c’est sur la délégation d’entretien. Effectivement, le commandement l’a obtenu, mais en parallèle, ses effectifs ont fondu « grâce » à la RGPP, à la création des célèbres GSBdD sensés l’assurer cet entretien en guise de soutien, et ainsi « débarrasser  » le commandement de cette mission, et l’engagement maximal en Opex.
        Le tout cumulé a fait que cette mission n’a pu être assurée qu’a minima

  7. Électeur dit :

    Sans avoir de réponse à la question posée, je me réjouis de savoir que c’est maintenant ce genre de question qui est posé et non plus, comme ce fut le cas pendant des décennies, « comment faire pour que ça coûte moins cher ? »
    .
    Cela dit, je reste prudent à cause de l’incompétence morale des élus : fondamentalement, c’est toujours la même engeance et ils ont encore beaucoup à faire pour regagner la confiance perdue.
    .
    N’oublions pas que l’on n’est jamais à l’abri des coupes budgétaires sauvages imposées par la règle des 3 %.

  8. Wrecker47 dit :

    Loger le soldat chez l’habitant comme autrefois était une mesure économique favorable et logique !
    Dans le contexte actuel « rénover » tous les cantonnements et ouvrages d’art militaires le semble irréaliste financièrement!
    Leur réutilisation pas évidente pour l’armée qui ne cesse d’être transformée …Leur maintenance est à la limite de la reconstruction sauf cas particulier …
    Les OPEX ne les utilisent qu’au tiers de leurs capacités dans le contexte actuel …
    Loger des » recrues « dans des camps militaires semble encore la meilleure logique avec un confort minimum qui les entraine à devenir rustiques mais opérationnels .Organiser ces logements type « Shelter » correspond mieux aux réalités de terrain avec ses supports logistiques et ses capacités type « Chaud-Froid » du Commissariat de l’Armée mais aussi les entrepôts existants , suffisants ,et ses ateliers adaptés à la remise en condition du Matériel!…Il en va de même pour le Service de Santé permettant aux militaires un suivi sanitaire et des soins dans tous les CHU de France ou des DOM/TOM …
    50 ans d’abandon des structures militaires avec une réduction drastique des effectifs nous a entrainé vers un gouffre financier pour toute reprises d’activités militaires sous la forme ancienne du Service national !
    Il y a des choix à faire en fonction des finances accordées à la Défense ;le matériel ou les infrastructures …

  9. Sgt moralés dit :

    Erreur de ma part il s’agit de la caserne laperrine à Carcassonne, Bosquet etait à MontdeMarsan