Le président Trump a signé une directive visant à établir une « force spatiale »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

24 contributions

  1. Fred dit :

    Concernant le chiffre de 13 milliards de dollar:
    « Included in that $13 billion is a billion dollars to build a new headquarters building for Space Command, something that arguably is not needed, and it’s not related to the Space Force at all. The Air Force threw in a lot of extra things that aren’t actually related to the Space Force to get to that $13 billion number, so that’s really the big difference. »
    https://www.marketplace.org/2018/11/27/tech/how-much-would-it-cost-create-military-space-force

  2. dolgan dit :

    Si les US et la Chine avaient l’obligeance de s’engager dans une course à l’espace stérile qui les affaiblirait toutes les deux, nous autres européens serions ravis de compter les points et de collaborer avec les deux pour les retombées scientifiques.

    • Anonymous dit :

      D’un point de vue spatial, les Etats Unis sont loin très loin d’avoir besoin de collaborer avec les européens ni même avec qui que ce soit.

      • dolgan dit :

        Et pourtant, ils le font depuis longtemps. Peut-être parce qu’on a des sous et des cerveaux qui produisent des systèmes qui sont le top mondial? Pourquoi mettent ils des systèmes européens sur leurs rovers martiens par exemple? Un indice: c’est pas parce qu’on fait de la merde.

        • Anonymous dit :

          Il s’agit d’une coopération scientifique civile, ils n’en sont pas la à quémander des cerveaux européens pour leurs programmes d’armement. Ils peuvent se permettre de dépenser des milliards supplémentaires dans la R et D, ce qui n’est pas notre cas qui devint coopérer avec d’autres acteurs pour nos futurs programmes d’armement lourds ( comme le scaf et le futur char d’assaut ).

        • Ping dit :

          Ne pas confondre science et défense..

      • redge dit :

        Sauf que les lanceurs pour les fusées US sont russes…Une honte…

        • Anonymous dit :

          Ils sont russes pour raison économique tout simplement sinon les Etats Unis possèdent les technologies pour en construire mais ils seront bien plus chers à produire

        • Fred dit :

          Je pense que vous parlez des moteurs RD-180 qui sont utilisés par les Atlas V et je dis bien les moteurs et rien d’autres. En fait il s’agit des moteurs du premier étage de l’Atlas V. En plus des Atlas V les E-U ont des Delta IV, Falcon 9, Falcon Heavy, Electron, Antares, Minotaur V, Pegasus avec bientôt encore le SLS, Starship, New Glenn et Vulcan. Je pense que je dois en avoir oublié quelques uns.
          L’Atlas V c’est 5 lancements sur 34 pour 2018 pour les E-U.

          Pour résumer l’implication de la Russie dans les fusées Américaines n’est pas une nécessité ni important.

  3. Stoltenberg dit :

    Tôt ou tard, cela va devenir une nécessité tout comme la création des forces aériennes indépendantes des forces terrestres.

    • Fred dit :

      Je pense que la plupart partagent cet avis. Mais voilà, l’idée est mise en place par Trump et l’USAF ne veut pas perdre de son influence. En d’autres termes, je pense que la plupart des gens qui sont contre le sont pour des mauvaises raisons.

      • Stoltenberg dit :

        Il est possible que cela fasse partie d’une campagne plus large de Trump-bashing menée par ceux qui sont furieux de voir l’Amérique devenir de « nouveau grande ».

      • dolgan dit :

        Non, c’est juste que le sujet ne se posera pas avant plusieurs décennies. Pour avoir besoin d’une force armée spatiale, il faut avoir des intérêts à défendre. Et c’est pas pour demain (même en étant très optimistes sur l’évolution des couts de l’exploitation des matériaux lunaires).
        .
        Tant qu’il s’agit de faire joujou au bord de notre atmosphère, pas besoin de « space corp »

        • Stoltenberg dit :

          « Plusieurs » décennies ? Combien ? Avec la rapidité du développement technologique l’espace va se militariser de plus en plus tout comme les airs en 1914.

        • Stoltenberg dit :

          Le GPS, les communications, la surveillance, la lutte contre les missiles balistiques, ce ne sont pas des intérêts ? Et le futur va offrir d’autres possibilités.

  4. Raymond75 dit :

    Attention : il est impératif de recevoir un entrainement spécial ! Si vous tirez à la mitrailleuse dans l’espace, vous partez en arrière à la même vitesse que la balle (un peu moins en fait à cause de votre inertie) …

  5. Frédéric dit :

    Pourquoi construire une nouvelle base ? On réactive Cheyenne Montain et le programme Stargate 🙂

  6. Frédéric dit :

    Saliout-3 avec un canon de 23 mm aurait eu de bon résultat de 500 a 3000 m :

    https://www.stardustlesite.com/saliout-et-la-mitrailleuse-spatiale/

  7. Galopante dit :

    Abandonnera dans deux ans, j’en suis sûr.

  8. Carin dit :

    Je pense qu’on se dirige plus sûrement vers du laser ou du miroir de concentration solaire que de la 12,7 où quel que soit le calibre d’une mitrailleuse… d’autant que les problèmes que soulève l’utilisation d’une mitrailleuse dans l’espace sont légion… à commencer par la cartouche elle même dont la poudre de propulsion ainsi que l’amorce ont besoin d’oxygène pour fonctionner, et d’une sacrée dose pour la poudre propulsive qui doit « pousser » jusqu’a la bouche du canon. Et comme le souligne @raymond75, attention au recul… si vous tirez dans le sens de la marche du vaisseau, à la 1ere cartouche vous deviez sa trajectoire.. et si vous tirez dans le sens contraire, je vous dis pas la formidable accélération que vous allez enregistrer.

  9. Ping dit :

    Rappel de la doctrine spatiale US : « Space dominance ».
    Au delà du périmètre défense, cette domination passe aussi pas une mainmise sur le « new space »…

  10. Breer dit :

    En gros, pour simplifier, le pognon des citoyens et les égos de tous ces dirigeants, serviront au final à foutre le bordel et la panique à l’extérieur de la planète, après avoir contribué durant des décennies à la saborder… quand on voit que les USA, n’ont même pas les moyens (malgré toutes leurs technologies et les milliards de dollars dépensés en armement) pour endiguer ou limiter les incendies gigantesques sur leur propre sol…. Les scénaristes de SF ne sont pas loin de la vérité finalement, les humains sont sans doute l’espèce connue générant les plus grands fouteurs de merde de l’histoire ….

  11. Anonymous dit :

    16/02/2019 Programmes – Armes à énergie dirigée: Armes à énergie dirigée et armes à haute énergie – Office of Naval Research
    https://www.onr.navy.mil/Science-Technology/Departments/Code-35/All-Programs/aerospace-science-research-351/directed-energy-weapons-cd… 1/2
    ONR Global Laboratoire de combat de la marine Laboratoire de recherche navale
    Comité consultatif de la recherche navale
    Accueil » Organisation » Départements » Code 35 » Tous les programmes » Division 351 » Armes à énergie dirigée: CDEW et lasers à haute énergie
    Code 35
    Tous les programmes
    Division 351
    Armes à énergie dirigée: CDEW
    et lasers à haute énergie
    Division 352
    Division 353
    Contacts
    Armes à énergie dirigée: armes à énergie dirigée et lasers à
    haute énergie
    À propos de l’ONR Organisation Notre recherche Travaille avec nous
    Education et sensibilisation Nouvelles
    Les armes à énergie dirigée (DEW) sont définies comme des systèmes électromagnétiques capables de
    convertir une énergie chimique ou électrique en énergie rayonnée et de la focaliser sur une cible,
    entraînant des dommages physiques qui dégradent, neutralisent, neutralisent ou détruisent une capacité
    adverse. Les Navy DEW incluent des systèmes utilisant des lasers à haute énergie (HEL) émettant des
    photons et des hyperfréquences à haute puissance (HPM) émettant des ondes radiofréquences. La US
    Navy utilise les systèmes DEW pour la projection de puissance et les missions de défense intégrées. La
    capacité à focaliser l’énergie rayonnée de manière fiable et répétée à distance, avec des effets précis et
    contrôlables, tout en produisant des dommages physiques mesurés, est la mesure de l’efficacité du
    système DEW. Inversement,
    L’Office of Naval Research compte trois zones de concentration de la recherche axée sur les armes: les
    micro-ondes à haute puissance (HPM) ; Laser à impulsions ultra-courtes (USPL) et caractérisation
    atmosphérique ; et armes à énergie contre-dirigée et lasers à haute énergie (CDEW & HEL).
    Domaine de concentration de la recherche: CDEW et HEL
    Les lasers à haute énergie (HEL) et les systèmes à micro-ondes à haute puissance (HPM) utilisés comme
    armes sont à l’étude depuis les années 60 et 70. Comme exemple de capacité de survie de la plate-forme
    navale et d’autodéfense face aux menaces des petits bateaux, l’Office of Naval Research a mis au point et
    testé le démonstrateur maritime au laser (MLD), le premier système d’armes laser exploité en mer. L’ONR
    et le NRL ont ensuite collaboré avec le Commandement des systèmes navals de la mer au programme de
    capacité de réaction rapide au laser à semi-conducteurs (SSL-QRC) pour déployer activement le premier
    HEL militaire, le système d’armes au laser (USW) sur l’USS Ponce. Aujourd’hui, la recherche HEL continue
    de proposer des percées dans les performances des armes laser à onde continue.
    Le programme sur les armes à énergie contre-dirigée (CDEW) a été lancé en réponse au développement
    rapide de menaces de lasers à haute énergie (HEL) et de micro-ondes à haute puissance (HPM) /
    radiofréquences à haute puissance (HPRF) développées par des adversaires étrangers potentiels. Le
    programme de recherche ONR contre les armes à énergie dirigée (ONR) étend la compréhension des
    sciences connues à la fois par la recherche et par des tests de composants afin d’accroître les capacités
    de survie et d’autodéfense des plates-formes de la US Navy. Les progrès et la prolifération des
    technologies d’armes à énergie dirigée ont rendu l’urgence de développer des technologies CDEW peu
    coûteuses pour un déploiement rapide dans les unités de la Marine. Le programme ONR CDEW prend en
    compte les menaces émergentes liées à l’énergie dans un concept maritime opérationnel comprenant trois
    niveaux de défense: la détection du DEW, l’atténuation des effets du DEW et la protection des unités.
    Défis et opportunités de la recherche
    Modélisation scientifique et simulation des effets des capacités HPRF et HEL sur les matériaux,
    l’électronique, les capteurs et les plates-formes dans un environnement maritime. Celles-ci incluent la
    modélisation haute fidélité, la simulation et l’expérimentation de réponses de matériaux qui conduisent à
    des évaluations validées des dommages causés à la cible ou à des mécanismes alternatifs offrant des
    effets contrôlés et optimisés lors d’engagements dynamiques.
    La simulation et la validation des performances optiques et des réactions des matériaux des faisceaux
    laser CW (y compris des métamatériaux) dans des conditions aéro-thermiques et aéro-optiques
    complexes, ou offrant une résistance connexe au revêtement optique d’ouverture, présentent un intérêt.
    Une nouvelle instrumentation pour la détection des irradiations HEL et HPRF, y compris le
    développement de composants ou la modélisation et la détection des irradiations laser de faible
    intensité pour la détection, la caractérisation et la géolocalisation hors axe (dirigées hors cible).
    Composants d’atténuation et de protection HEL et HPRF, y compris de nouveaux filtres, l’atténuation du
    bruit du signal et l’utilisation d’obscurcis matériels. Les techniques permettant de dégrader de manière
    synthétique l’atmosphère en vue de la propagation dirigée de l’énergie sont intéressantes ou offrent une
    protection aux capteurs, aux systèmes électroniques, aux plates-formes et au personnel naval. Les
    efforts proposés pour ce défi de recherche devraient avoir des avantages scientifiques, techniques ou
    opérationnels clairs et compréhensibles pour une utilisation dans les environnements maritimes où des
    plates-formes navales (aériennes, de surface, souterraines, marines, etc.) fonctionnent et peuvent
    rencontrer des adversaires utilisant des capacités énergétiques dirigées.
    Les méthodes de protection HEL et HPM, y compris le durcissement des matériaux au laser et
    électronique, telles que le développement de métamatériaux, de matériaux à l’échelle nanométrique et
    de matériaux non linéaires qui améliorent et garantissent la survie, le fonctionnement et l’intégrité de la
    plate-forme. La recherche inclut, sans toutefois s’y limiter, les méthodes de renforcement et de
    protection des sous-systèmes électroniques / optiques ou des fonctions telles que les sous-systèmes de
    communication, de navigation et de capteurs ISR, ainsi que pour la protection des occupants.
    Recherche sur la protection des circuits actifs et passifs qui limitent l’efficacité des attaques HPRF.
    Pour HEL, recherche menant à de nouvelles architectures de sous-systèmes laser navals, de directeurs
    de faisceaux et de commandes d’incendie, y compris des architectures de conception avancées pour
    les applications laser à faible rapport cyclique et à onde entretenue offrant des avantages de taille,
    16/02/2019 Programmes – Armes à énergie dirigée: Armes à énergie dirigée et armes à haute énergie – Office of Naval Research
    https://www.onr.navy.mil/Science-Technology/Departments/Code-35/All-Programs/aerospace-science-research-351/directed-energy-weapons-cd… 2/2
    Nom: Peter Morrison
    Titre: agent de programme
    Département: code 351
    Email pour questions: peter.a.morrison@navy.mil
    Coordonnées du programme
    Financement du programme
    Soumettez les livres blancs, les tableaux QUAD et les propositions complètes de contrats à cette adresse électronique: Code
    ONR 35, Soumissions de recherche
    Suivez les instructions au sein de BAA pour la soumission de propositions de subvention sur le site Web grants.gov.
    Bureau de la recherche navale
    One Liberty Center
    875, rue N. Randolph, bureau 1425
    Arlington, VA 22203-1995
    Ceci est un site Web officiel de la marine
    américaine.
    Département de la marine
    Recrutement Marine
    USA.gov
    Ligne de crise des anciens combattants
    Conseils NCIS
    Accessibilité / Section 508
    Acte de liberté d’information
    Politique de confidentialité
    Loi No Fear
    Ligne d’assistance DoD Safe
    Contactez nous
    Carrières
    Événements
    Visiter ONR
    COOPÉRATIVE
    * Certaines pages de ce site Web contiennent des liens qui nécessitent un plug-in .
    poids et puissance réduits (SWAP-C) afin de réduire impact de l’intégration de la plateforme navale. Les
    composants laser CW, offrant une plus grande luminosité avec des technologies de combinaison de
    faisceaux de forte puissance, ou des méthodes de refroidissement contrôlées des composants optiques
    à micro-canaux permettant de réduire les distorsions thermiques conduisant à une haute qualité de
    faisceau, présentent un intérêt particulier. En outre, des recherches ont permis d’améliorer les capteurs
    de poursuite du système DEW, les illuminateurs de cible et les performances ou la robustesse des
    composants de reconnaissance automatique de cible, offrant une estimation de pose / trajectoire de
    haute précision, y compris ceux qui offrent un suivi dans des conditions d’observation maritime
    intermittentes ou partielles. Les efforts proposés pour relever ce défi de recherche devraient avoir un
    intérêt clair et compréhensible pour une utilisation dans les environnements maritimes où les platesformes
    navales fonctionnent.
    Type de financement disponible
    Recherche basique
    La recherche appliquée