MBDA propose un système de défense aérienne pour les véhicules blindés légers

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

33 contributions

  1. Frédéric dit :

    Intéressant et a priori a prix abordable. Vu l’état de la DCA de l’armée de terre française, cela ne serait pas du luxe pour remplacer les Mistral posé sur un simple plateau de camionnette.

    • Khay dit :

      Ces derniers temps il semblait que le module MPCV tenait la corde pour le renouvellement des capacités. Mais bon c’est des bruits de couloir.

    • dolgan dit :

      A priori, ça arrive sur Serval. Mais avec un système un peu plus gros. Avec je crois me souvenir des canons anti-aérien/drone en plus des missiles.

    • John dit :

      Et pareil que le CAESAR, la mobilité et son intégration sur un véhicule permettent de le mettre en place rapidement.
      Dans un conflit conventionnel, pouvoir protéger les troupes au sol du danger dans les airs demande une défense anti aérienne réactive et concentrée sur cette mission.

  2. Aurel dit :

    Quand on compare ce qu’ont les russes et nous ça fait peur

    • Montaudran dit :

      L’important c’est d’avoir quelque chose qui répond aux besoins.
      Les russes ont toujours pris fortement en compte la missilerie AA car ils n’ont jamais été sûr d’avoir la de bons systèmes t’en mieux pour eux mais rien ne sert à comparer système contre système.

      Et puis si j’ai été impressionné par le Pantsir S1 du fait de cohérence d’armement (canon et missile) et de détection, il n’apparait pas moins que ce système s’est fait mouché par les israeliens. En matière de guerre rien n’est parfait…

    • FredericA dit :

      Remarque sans le moindre argumentaire… donc sans le moindre intérêt.

    • Thaurac dit :

      Chez les russe, c’est soit les armes soit la bouffe, retraite..nous on n’a pas ce problème…

  3. Twisted dit :

    L’idéal serait de pouvoir le placer sur n’importe quel véhicule, non pas comme système d’arme principal, mais comme supplément. Je pense notamment au Leclerc, qui ne dispose pour seule défense antiaérienne que d’une mitrailleuse de 7.62, mais aussi au VBCI, Griffon, Serval, Jaguar…
    Le problème reste bien sûr la difficulté de la mise en œuvre dans des véhicules à équipage réduit.
    Il n’empêche qu’un tel système serait le bienvenu. Tout comme il serait bienvenu la création de régiments d’artillerie antiaérienne au sein de l’Armée de Terre. Je pense notamment à un système SAMP/T basé sur châssis VBCI ou chenillé.
    Parce que si demain on lance une guerre expéditionnaire, les Rafales et Meteor ont intérêt de faire du bon boulot. Au vu de la faiblesse de notre défense antiaérienne à courte, moyenne et longue portée.

  4. MrJeans dit :

    C’est quoi comme pick-up blindé?

  5. Parabellum dit :

    On doit se souvenir de la côte d ivoire ou on s était fait bombarder…on ne sera pas toujours dans de l asymétrique sans rien venant de l air…on a donné tous les canons de 20 la bas…on n a presque rien pour accompagner des troupes…les mamba sont rares et protéger dû stratégiques..ce système paraît abordable et mobile…un ou deux système s à huit lanceurs seraient une bonne mesure …mais qui veut être réactif ?

  6. Pierre dit :

    En quoi notre défense sol-air basée sur le Crotale NG et le SAMP/T B1 (et bientôt le Block 1 NT) est elle faible ? Peu de pays de la taille de la France ont cette complémentarité. Ce n’est pas parce que ces systèmes ne sont pas déployés en OPEX en ce moment qu’ils ne sont pas déployés (DPSA, exercices avec les escadrons de chasse, de protection de la Force Opérationnelle Terrestre, de lutte anti-missile balistique avec le SAMP (seul système européen capable de le faire). Bref, la capacité et le savoir-faire on l’a. Manque plus qu’une mission extérieure à « visibilité ». Mais encore faut-il la justifier ?

    • NRJ dit :

      Si nos groupements tactiques interarmes sont pris à partie par des hélicoptères, qu’est ce qui les protégera nos 15 mpcv avec mistral ? Ils seront même pas capables d’ être là, les 4×4 n’ont pas une grande capacité tout terrain en cas de guerre de haute intensité.

      • Khay dit :

        Mais on les a, ces 15 MPCV avec Mistral ? En regardant hier soir je suis tombé sur un article de FOB de 2009 qui en parle, disant que « ça allait se faire, vous allez voir les mecs c’est imminent » mais j’ai jamais vu rien d’autre que nos bon vieux affuts monotubes sur la plate forme arrière d’un VLRA.

      • dolgan dit :

        Oui oui des groupement tactiques interarmes qui iront là où les 4×4 ne vont pas. oui oui, rien d’étrange dans ce scénario. Vous auriez au moins pu dire VHM ou Leclerc …
        .
        Sinon au 1er juillet 2017, l’armée de terre (donc on parle pas des moyens des autres armes) disposait de 221 systèmes d’armes sol-air.
        .
        Et si on met des armes air air sur nos hélicos et nos avions, c’est pas du tout pour buter les hélicos/avions ennemis.
        .

        • NRJ dit :

          Si on est en guerre de haute intensité, on aura à se déplacer sur des champs de bataille défoncés. L’amélioration constante de l’artillerie en est la principale cause. Le Leclerc sera le moins mal à l’aise sur terrain difficile avec le VHM. Le VBCI aura lui-même du mal (la Lituanie montre d’ailleurs ses faiblesses en tout-terrain), et les véhicules Scorpion en encore plus de souci à se faire.

          Par ailleurs, vous montrez par votre raisonnement qu’il vous semble impossible de s’engager sans le soutien de l’aviation. Mais vous êtes vous déjà posé la question de l’amélioration des systèmes AA récemment ? L’aviation ne sera peut-être pas présente dans le conflit de demain. Toute proportion gardée, l’aviation ukrainienne est restée à terre pendant le Donbass à cause des missiles séparatistes. Le seul problème de systèmes anti-aériens est qu’ils ne peuvent pas voir tout à cause de la géographie et de la courbure de la terre. C’est pour cette raison qu’il y a des missiles comme le Mistral à courte distance. Mais en avoir une dizaine ne suffit peut-être pas.

          • dolgan dit :

            Oui oui, les même systèmes qui empêchent les Israeliens de frapper en Syrie et qui ont démontré leur efficacité contre les avions civils …
            .
            Il est effectivement grotesque de croire que les Russes vont interdire à l’Otan d’agir dans les airs avec leurs systèmes anti aérien magiques. Ils abattront des avions en début de conflit mais seront vite détruits, faut arrêter de rêver.
            .

          • NRJ dit :

            Les russes n’ont laissé aux syriens que des systèmes S-300 que les israéliens connaissent. Les S-400 n’ont pas été utilisé. Je vous trouve par ailleurs particulièrement confiant en nos capacités aériennes. Les sites A2/AD sont cependant appelés à devenir une menace énorme et le S-400 a pour l’instant séduit pas mal de pays qui achètent en parallèle également des rafales. (Est-ce que ça veut dire que le Rafale est mauvais ?) Enfin si tout ne se passe pas comme prévu niveau supériorité aérienne, ça fera assez mal car on est incapable de combattre sans.

          • dolgan dit :

            Et quand les S-400 montreront les mêmes limites , on nous expliquera qu’on verra ce qu’on va voir avec les S-500 …
            .
            Peut-être que c’est des achats diplomatiques plus que militaires? Ils achètent les deux, peut-être parce qu’ils estiment avoir besoin des 2? Peut-être que comme l’URSS, ils estiment qu’ils n’auront pas la supériorité aérienne face à leur adversaire et que donc ils essaient de compenser? Peut-être qu’ils veulent faire de la rétro-ingénierie?
            .
            Les systèmes S-XXX, c’est utile. Mais ils n’interdiront jamais à une bonne aviation en nombre de prendre le contrôle du ciel.

      • John dit :

        Rien n’empêche d’installer un tel système sur un VBCI, sur un VBMR ou EBRC…
        Le Boxer d’Artec et le Piranha III et IV est disponible avec un canon anti-aérien. http://www.military-today.com/artillery/skyranger.htm
        MBDA a développé un Boxer équipé de missiles pour la défense anti-aérienne. https://www.edrmagazine.eu/mbda-future-land-indirect-fires

        Un tel système serait surtout intéressant pour les pays ayant un budget relativement faible. Mais même pour les pays ayant un budget certain, imaginez prendre d’assaut un aéroport de nuit, dans un pays qui a des moyens aériens. Vous posez des A400M des soldats débarquent et prennent d’assaut l’aéroport. 2 véhicules permettent d’assurer une autonomie de la défense aérienne de leur environnement sans être 100% dépendants des avions.
        Et même sans avoir les meilleurs capacités en 4×4, ça permet de protéger l’infanterie dans une majorité de situations.
        Et si vous vous intéressez au budget, parfois avoir les systèmes sur une plateforme moins chère permet d’avoir suffisamment d’armes.

        Comparé au CAESAR, vous préférez bcp de CAESAR ou moins de systèmes d’artillerie, mais fortement blindés et sur chenilles. Le dilemme est un peu le même ici.
        Il y a aussi l’exemple de Humvee Hawkeye qui permet à certains d’avoir de l’artillerie de 105 pour pas très cher.

        L’industrie a bcp d’argent à se faire dans les systèmes moins coûteux qui n’intéressent pas forcément les pays occidentaux.

  7. albatros24 dit :

    A coupler avec un ou deux canons mitrailleurs de 20 mm à re fabriquer et livrer d’urgence pour toutes nos unités.
    Canons de 20 que les turcs connaissent car les kurdes s’en servent contre eux…

    • Vince dit :

      Je savais pas que l’armée française avait ses « technicals » !
      .
      Y avait le 57° RA à l’époque à Bitche : Amx13 bi-tubes (best seller solido 🙂 et Roland.

  8. Ah Ca ! dit :

    Les drones ? En en fait quoi, on leur montre la lune ? Qu’avons nous pour les descendre ? Ce serait bien d’avoir une panoplie, à commencer par le fantassin ….

  9. Yallingup dit :

    Oui, c’est un ASPIC amélioré.
    Rien de novateur là dedans…
    Mais ce système reste tout de même nécessaire.

  10. Tannenberg dit :

    Les capacites de defense anti aerienne des unites de l’armee de terre ont toujours ete minimales, notre doctrine d’engagement des armees n’incluant que deux scenarios principaux: engagement expeditionnaire ou defense du territoire national. Dans le premier cas on s’assure toujours de la suprematie aerienne (en theorie), dans le second l’AdA a ses Mamba pour defendre les sites strategiques.
    Tant que la doctrine d’engagement ne changera pas, je ne vois pas de raison pour le MINDEF d’investir des ronds dans ce genre d’equipement, meme si LIC2ORNE permet une meilleure integration des postes Mistral dans la defense en reseau. Il y a suffisamment d’autres postes a alimenter dans le budget de l’AdT, et pour ce qui est des systemes de defense AA courte portee, on en restera probablement aux equipements et dispositions existants, en renouvelant uniquement les missiles, ce qui represente deja un budget non negligeable. A part ca, remettre de l’artillerie en complement des missiles courte portee pour traiter les drones d’un cote, et ameliorer la flexibilite du systeme pour l’auto-defense de l’autre, je pense que ce serait une bonne option. Je pense en particuliers au Jaguar, dont on pourrait sans doute avoir une version anti-char (40CTA avec dotation en munitions flechesAC/APERS/anti-structure + 2 MMP prets au tir), et une version AA (40CTA avec dotation en munition AA-fusee de proximite/APERS + 4 mistral prets au tir) avec veille aerienne IR 360, conduite de tir adaptee et integration LICORNE. Si on avait les ronds evidemment…

    • dolgan dit :

      Dans Scorpion, c’est le Serval qui semble avoir été retenu comme plateforme antiaérienne.
      .
      A noter que c’est pas documenté, mais il n’y a pas de raison que le MMP ne puisse pas engager les cibles aérienne lentes volant à basse altitude . Il a la portée et les moyens de guidage qui devraient rendre la chose possible. La charge n’est pas faite pour, mais ça devrait faire bobo tout de même.

  11. Tannenberg dit :

    Monte sur Serval (VBMR-L), sans artillerie AA ni capteur 360 EO/IR ou EM, ca veut dire que ces systemes ne pourront pas etre employes pour accompagner et assurer la protection AA tout temps des troupes mecas ou de l’infanterie, en mouvement ou debarques, ils seront juste eventuellement employes en plots statiques pour defendre les campements ou les plages de debarquement (OP amphibie), ou plus vraisemblablement pour servir de sonnette aux endroits ou il pourrait y avoir des trous dans la raquette d’une defense AA plus large… et avec les yeux et les oreilles des operateurs comme seuls capteurs pour acquerir la cible quand l’Atlas-RC n’est pas relie a LICORNE, et sans capacite d’auto-defense (terrestre) ou de dezingage basique de drone a tres courte portee par manque d’artillerie legere, ne serait-ce qu’une paire de MAG montee en tandem, je ne parle meme pas de M134 ou de moyens electroniques anti-drones, ce qui serait sans doute trop demander.
    Je comprends qu’on est pas pret a s’offrir un panzir-like ni de quoi remplacer les Crotale et qu’une commande de ces engins ne concernera qu’un nombre tres restreint de systemes.

    • dolgan dit :

      J’ai retrouvé l’image à laquelle je pensais. En fait, c’est un Crotale monté sur VBMR (mais c’est une version exploratoire). Idem, il semble qu’un VBMR 40CTA anti aérien soit exploré. Mais a priori rien de décidé ou officialisé. En tout cas, ça cogite sur le sujet en ce moment.
      .
      Par contre, des Servals dotés d’une tourelle Gatling pour de l’anti drone sont fortement envisagés. Il devrait y avoir des tests cet été sur un chassis de Sherpa pour valider.

  12. Polymères dit :

    Comparons à bien comprendre les différentes doctrines et positionnements des armées.
    Ce n’est pas par ce qu’on voit en Syrie ou ailleurs un important besoin/utilisation de systèmes sol-air, que cela veut dire que nous devons avoir la même chose pour être « à la hauteur ».
    La réalité c’est que nous, l’Otan, avons la supériorité aérienne, que nous misons sur la supériorité aérienne dans notre doctrine militaire. Même si les USA jouent un jeu important la dedans, la France seule l’est également. Du côté russe (ex URSS) ils se savaient inférieurs pour la supériorité aérienne, ils pouvaient bien entendu abattre des avions, mais globalement ils étaient dépassés et savaient que la force aérienne de l’Otan en cas de conflit, l’emporterait. C’est dans ce contexte là qu’ils ont misés énormément sur des défenses sol-air pour abattre nos avions quand nous, on envisageait d’abattre leurs aéronefs depuis le ciel.
    La défense sol-air est devenu un peu l’arme du pauvre, de celui qui ne peut pas et qui sait qu’il ne peut pas avoir une aviation permettant d’assurer sa protection et de défaire les aviations occidentales. Ceci explique le contexte « général » du pourquoi en occident l’aviation est toujours l’enjeu stratégique et le coeur de nos actions et pourquoi en face, en Russie et ailleurs, on « mise » sur la défense sol-air pour « déjouer » la supériorité aérienne de l’occident.
    .
    Comprenons donc bien que nous avons cette supériorité aérienne et cessons de vouloir se placer dans la position défensive de ceux qui ne l’ont pas et pour qui la défense sol-air est essentielle.
    Pour nous la défense sol-air n’est pas essentielle, elle a son utilité particulière qui est la défense d’installations, essentiellement aériennes, pour préserver l’aviation et pour pouvoir répondre derrière. Elle a son utilité pour ne pas se faire surprendre par un ennemi qu’on n’attendait pas, ou qui viendrait par surprise, comme un hélicoptère qui peut opérer d’un peu partout alors qu’un avion ennemi dépendra toujours d’une piste qu’on essaiera de neutraliser pour garantir la supériorité aérienne. Voilà dans quoi nous étions depuis pas mal de temps.
    .
    Aujourd’hui deux problèmes nouveaux font leurs apparitions, c’est en premier lieu les défenses sol-air qu’on qualifie de « déni d’accès ». Des systèmes complexes, onéreux (pas à la portée de tous!) qui ont vocation à couvrir de larges zones pour repérer et frapper frapper les avions sur de longues distances. Ces systèmes remettent en question notre supériorité aérienne pour agir contre un ennemi, pour soutenir nos troupes au sol, mais ils ne donnent pas pour autant la supériorité aérienne à cet ennemi, ça reste une défense optimisé dans un ciel ou seul l’ennemi évolue, il devient problématique quand il y a des alliés, le brouillard de guerre, les erreurs/problèmes de communications et autres arrivent vite, rien que le cas de l’avion russe abattu par les syriens le montre, je ne parlerai pas du doute en temps de paix ou les avions civils occupent aussi les écrans radars…
    Contre cette menace, on pourrait se dire, soit on renforce notre défense anti-aérienne et notre artillerie par ce qu’on s’imagine que notre impossibilité à faire oeuvrer notre aviation donnera à l’ennemi le loisir d’utiliser la sienne et que notre artillerie devra remplacer le CAS (d’ailleurs là aussi, si les russes misent massivement sur l’artillerie, ce n’est pas sans raisons).
    Soit on décide de se doter des armes pour neutraliser ces systèmes qui ne sont au final, jamais « nombreux », c’est à quoi en occident on s’attache actuellement à faire (saturation, brouillage, frappes à longue distance…). Il est bien de comprendre ce choix par rapport à l’autre ou bien entendu leurs défenseurs verront toujours un besoin urgent d’avoir plus de défense sol-air et d’artillerie (je ne dis pas qu’il n’en faut pas!) pour faire face à une situation ou nous ne serions pas en mesure de maintenir une supériorité aérienne (faut bien le savoir, nous ne débarquerons jamais dans un territoire sans avoir au préalable l’assurance de la supériorité aérienne (ce qui n’exclue pas l’absence de risque plus divers, de systèmes de courte portée et autres).
    -Enfin le deuxième problème qui s’impose de plus en plus, là aussi sous l’impulsion de la Russie qui cherche à exploiter nos failles, ce sont les missiles. C’est également assez « limité » en terme de nations pouvant en acquérir. Il est bon d’avoir une défense anti-missile efficace mais également d’oeuvrer pour avoir également des missiles que ceux qui disposent de systèmes sol-air (type S-400) ne peuvent intercepter. Car d’un côté, les russes se vantent de concevoir des systèmes onéreux comme le S-400 pour abattre tous les aéronefs ennemis, de l’autre ils conçoivent des missiles hypersoniques qui rend d’une certaine manière ces systèmes totalement vulnérables. Ils se vantent aujourd’hui d’avoir cela en disant que l’occident ne peut rien faire, mais ça viendra, rien qu’en France on compte faire voler le premier planeur hypersonique dans 2 ans, donc les russes veulent se placer comme des « précurseurs » alors même que leurs différents programmes sont encore à faire ou au moins à être confirmé (car certains de leurs essais sont des échecs), mais la réponse viendra très vite. Les nations qui comptent sur des S-400 pour contrer la supériorité aérienne de l’occident (ou autres) risquent d’être un peu cocu quand il y aura des missiles tirés à très longue distance qui pourront foutre en l’air ces systèmes. Donc il est important d’avoir un système anti-missile efficace, capable (ça reste à développer) de pouvoir intercepter des missiles hypersoniques, le développement de systèmes anti-aérien de déni d’accès, c’est bien aujourd’hui, mais dans quelques années, ça risque d’être d’une certaine manière « dépassé » et inefficace devant des missiles hypersoniques.
    .
    Pour terminer enfin, je pense qu’il est utile d’acquérir dans notre cas des systèmes anti-aérien de courte portée dans le remplacement du Mistral, comme il est prévu, non pas pour abattre le avions ennemis, car ces systèmes quand ils seront sur le terrain, logiquement les avions ennemis ne seront plus là, mais pour abattre les drones, les hélicoptères qui eux peuvent continuer à surgir et opérer. Avec les dispositifs de brouillages, y compris individuel (dont on s’équipe) pour les petits drones grand public, ce serait pas correct. Pour nous français, on tourne autour d’un tel besoin, pour d’autres nations, qui n’ont pas l’arme nucléaire pour se « sanctuariser » territorialement, qui n’ont pas les moyens d’obtenir une supériorité aérienne, même membre de l’Otan, ben la défense anti-aérienne reste un bon moyen, surtout face à un pays comme la Russie qui a une aviation et une méthode ancienne, qu’elle tente de combler de plus en plus avec des missiles (kalibr et autres) pour pouvoir gérer des frappes de précision à distances (avec les limites que ça implique, tant en coût qu’en capacité, la Russie s’approchant plutôt des moyens de la France avec ses MDCN que des USA et leurs tomahawk)