L’alliance arabo-kurde demande le maintien en Syrie d’au moins 1.000 soldats de la coalition et lance un appel à la France

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

59 contributions

  1. Romulus dit :

    Il faut y aller, de préférence avec les british.
    Une occasion unique pour ces 2 vieux pays de revenir enfin dans l’Histoire… 63 ans après Suez !

    • Czar dit :

      c’est ça, on va encore aller jouer les chevaliers blancs

      que ces pouilleux aillent se faire foutre : ils avaient la possibilité de faire de nous des obligés en gardant au frais et en jugeant – si possible très durement – nos jonti-Frôncis partis pour leur petit trek spirituel levantin.

      Ils en ont décidé autrement, soit. Qu’ils se démerdent.

    • kamisan dit :

      Ouai, armons nous et partez, attaquons, attaquons …comme la lune…..

  2. JG von Rheydt dit :

    c’est au pied du mûr qu’on verra la maçonne. Pas de ligne rouge cette fois mais une ligne bleue floue, très floue? La France n’a plus le choix que d’accélérer le retour de « ses » djihadistes et mettre un mouchoir sur ses principes.

  3. Yannus dit :

    Bonjour,
    il y a donc 1500 djihadistes mâles et femelles et autant de rejetons…

    • JanusB dit :

      Etes-vous conscient qu’en les déshumanisant, c’est vous même qui vous déshumanisez ? Vos propos sont indignes et barbares. Je vous invite à méditer cette maxime de Terence qui affirmait au 2e siècle Av JC que « Homo sum ; humani nihil a me alienum puto : « Je suis un homme ; je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger »

      • Chris dit :

        Les terroristes du Bataclan étaient des êtres humains…. à propos de « comportement injuste et barbare », je n’échangerais pas la vie d’une seule victime innocente de cet attentat contre les 1500 extrémistes en question.
        l’être humain est libre de ses choix..mais est aussi responsable de ses décisions quand il faut les assumer, et ca on l’oublie bien vite. Que ces extrémistes assument jusqu’au bout leurs choix, eux ont pu choisir, pas leurs très nombreuses victimes, qui pour rappel ont été exécutées, violées en masse, crucifiées et laissées vivantes pour agoniser en plein soleil, traînées vivantes par des voitures sur des kms, jetées du haut des immeubles, brûlées vives dans des cages, enterrées vivantes…

      • Yannus dit :

        Bonjour,
        Je ne les déhumanise pas, pas plus que je déshumanise les Nazis qui se croyaient pourtant plus humains que les autres tout comme Daesh (même si c’est exprimé autrement) justifiant ainsi leurs actions humainement indignes et barbares, raisons pour lesquelles ces Daeshiens et Deshiennes.

        La plupart des Nazis ont été pendus non pas par désir de vengeance ( au moins officiellement), mais parce que la justice humaine se devait de sanctionner leurs actes et qu’il fallait les mettre hord d’état de nuire parce que les laisser libre représentait potentiellement un danger.

        C’est le cas des Daeshiennes d’origine française qui veulent rentrer en france pour purger une peine légère et éduquer tranquillement leur enfants ( non pas en s’inspirant des valeurs de la République à mon avis mais plutôt selon les valeurs d’une version trasch de l’Islam et probablement gore).

        Donc les Daeshiens et Daeshiennes ( égalité femme-homme oblige) doivent être traités comme les Nazis au lendemain de la seconde guerre mondiale sauf qu’à défaut de pouvoir les pendre, il faut les enfermer dans les oubliettes ( prison spécialement conçue pour eux) avec en tout et pour tout un tapis de prière et un coran pour toujours.
        Ce n’est pas la peine de s’enquiquiner à les déradicaliser puisqu’ils n’ont volonté de sortir de prison que les pieds orientés vers la Mecque.

        Quand aux enfants dont tous les experts disent qu’il ne vont être qu’hypothétiquement et très difficilement humainement récupérables, il faudrait peut-être s’inspirer de ce qui s’est passé en Allemagne avec les jeunesses hitlériennes.

        Si d’authentiques nazis comme Wemher (bras dans le plâtre ) et Marcus vos Braun ont la banane au moment de leur arrêstation :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Magnus_von_Braun.jpg

        c’est parce qu’ils savaient qu’ils avaient bien des choses à apporter à l’Humanité. Hormis des emmerdes, je ne vois pas ce que les Daeshiens et Daeshiennes auront à apporter à l’Humanité. Pour ce qui me concerne, je ne me fais pas trop d’illusions sur la trace que je laisserais à l’Humanité mais au moins je ne la ferais par chier.

        • Robert dit :

          Yannus,
          La comparaison avec le nazisme m’ennuie car les véritables leçons tirer du national socialisme, sur l’utopie et le racisme « scientifique », ne l’ont jamais été et reviennent en force aujourd’hui à travers le transhumanisme.
          Si des leçons doivent être tirées sur les causes idéologiques qui ont menés certains à suivre cette mauvaise cause, cela permettrait de combattre ces idées fausses et de leur faire perdre du crédit auprès des gens crédules. Mais honnêtement, comme avec le national socialisme, je doute qu’on fasse autre chose que de pendre quelques personnes, culpabiliser un peuple, et laisser prospérer des idées criminelles.
          Ce ne sont pas quelques croix gammées peintes qu’il faut combattre, mais le cheminement dans des esprits de la déshumanisation d’une partie de l’humanité sous prétexte d’intérêt général dans une société idéale. Je vois mal les eugénistes régnants et les mondialistes fanatiques s’y atteler.

          • Yannus dit :

            Bonsoir Robert,
            Je ne sais si vous intégrez dans le transhumanisme juste le fait de pouvoir artificiellement (au sens large ) le fait de pouvoir, voir de devoir, modifier l’intégrité biologique de manière définitive de notre corps, mais nous vivons depuis l’antiquité dans des sociétés transhumanisées puisqu’une voiture nous permet d’avoir des capacité de déplacement que nous n’aurions pas naturellement. Donc un argument transhumaniste serait de dire que la modification de notre corps n’est qu’en définitive l’ultime étape d’un chemin naturellement emprunté par l’Humain dès le départ.
            Je partage aussi vos préoccupations sur la mondialisation et l’ultralibéralisme en particulier puisque les alliés ne se sont pas trompés sur l’émergence du fachisme et du nazisme lorsqu’ils ont établi les accords de Bretton Woods avec une volonté d’établir une économie stable régulée prenant contre-pied d’une économie de marché libérale qui avait engendré les germes du nazisme.
            le reagansime et le tatchérisme on relancé la machine infernale…

  4. Olivier dit :

    Bon à la place des kurdes j appelerais d urgence les forces syriennes car compter sur les Européens ou sur personne c est pareil …….

  5. floco dit :

    Si on accédait à leur demande, dans ce cas pourquoi ne pas envisager de laisser les prisonniers en taule où ils sont actuellement, ce qui éviterait leur rapatriement en France !!!
    Côté budget, ça risque de coûter un peu ( déplacer et maintenir un contingent de 1000 gus), mais si on le compare à notre sécurité, plus les frais de tribunal, de maintiens en détention de tous ces jihadistes en France …. faut voir!!! et en plus ne pas abandonner les Kurdes, ça redorerait peut-être le blason de la France !

    • jyb dit :

      @floco
      c’est une des options. Et elle aurait l’avantage de fédérer brits, allemands et français… Cette option pourrait se faire au niveau européen ( et c’est un argument des anti brexiter brits )

    • Carin dit :

      À@floco
      C’est peut-être justement ce qui se discute…
      car les kurdes ne représentent pas un pays… leurs tribunaux ne peuvent juger les nuisibles étrangers… ce sont les tribunaux syriens que devraient êtres chargés de les juger… mais personne ne veut donner à la Syrie de Bachar un moyen de pression… donc ce qui doit être en discution c’est: d’accord on protège les « frontières » anciennes? Nouvelles? Du rojava, en contre partie vous gardez les nuisibles, et nous pesons (France et Angleterre) de tout notre poids au conseil des 5 pour que votre autonomie vous soit rendue, et de ce fait vos tribunaux pourront juger ces étrangers pour les crimes commis sur votre sol (ancien ou nouveau?), et votre peuple.

      • Anonymous dit :

        Autonomie ( large ) c’est faisable, indépendance impensable, mais il y’a une autre solution bien moins couteuse que celle la. Reconnaitre Bachar El Assad comme dirigeant légitime de la Syrie en échange de garder dans ses prisons les djihadistes européens et voila problème réglé politiquement, sans avoir à montrer les muscles.

        • ji_louis dit :

          Et ça lie les kurdes et nous aux caprices de Bachar, qui pourra amnistier les djihadistes (il l »a fait au dabut de la guerre civile pour que les modérés syriens aient à se battre sur 2 fronts et prétendre que tous les opposants sont des terroristes) et révoquer l’autonomie des régions kurdes (il a déjà proféré la menace) et les faire juger pour sédition (il a annoncé que tous ceux qui ont collaboré avec les américains sont des traîtres).

        • dolgan dit :

          Votre bachar va nous les relooker, leurs fournir des faux passeports et nous les renvoyer inconito tuer des Français. NON MERCI.

        • Carin dit :

          À @Anonymous
          Malheureusement Bachar al assad nous a déjà fait par le passé l’eclatante démo de ce qu’il pouvait faire de ces gars en les relâchant par milliers!!! Et au moindre problème avec le peuple il recommencera.
          Alors que si ça se passe comme je le décrit plus haut.. les tribunaux kurdes pourraient en appliquant leurs lois en condamner certains à mort et d’autres (nettement plus nombreux) à la prison à vie… ce que nos tribunaux n’ont pas dans leur arsenal législatif..( la peine maxi chez nous est 30 ans, (dont un certain nombres incompressibles) si et seulement si preuve est apportée que ces gars ont bien combattus et ont participés à diverses exactions? Ce qui vous me l’accorderez et très difficile à démontrer pour nos procureurs et enquêteurs qui ne pourront se rendre sur place, et n’auront donc que les « aveux consentis » de gars qui mettront toutes leurs forces dans la dénégation.

    • fraisedesbois dit :

      Et lorsqu’ils auront purgé leur peine de prison dans cet hypothétique Rojava, ils deviennent quoi?
      Des revenants?
      Perso je n’ai pas de meilleure proposition qu’on les juge, nous.
      .
      Sinon, à la « pénitentiaire » kurde, ils ont le droit de tirer dans le dos de mecs qui tenteraient de s’évader (supposons qu’un garde aurait maladroitement laissé trainer un trousseau de clés)?

      • Czar dit :

        ben si c’est ta « meilleure solution », je pense qu’on va rester avec les « mauvaises »

        notre système pénal est foncièrement bâti au profit des criminels et de leur « réinsertion »

        on n’est même pas certain d’avoir suffisamment de charges au regard de notre droit pour les traduire tous en justice (et pour quel effet, ils encourent au regard de notre droit encore, au max quelques années de prison donc c’est à dire à peine la moitié de celles qui seront prononcées

        que les kurdes les gardent après tout nous on doit bien se fader chez nous certains de leurs compatriotes crasseux qui ont débarqué ici par bateau et eux non plus n’ont pas voulu les reprendre.

        • fraisedesbois dit :

          « …que les kurdes les gardent… »
          —–
          ok. Vous avez lu l’article?
          Ils craignent de ne pas POUVOIR (désolé) gérer et les détenus, et leurs autres fronts.

          1/ Si on dit qu’on ne peut pas refiler le bébé à Assad, au risque qu’il fasse d’eux un moyen de pression contre nous, en bonne rigueur on devrait envisager que « d’autres » puissent en faire le même mauvais usage. Les turcs. Les kurdes…
          Dites, czar, il ne vous échappe pas que c’est exactement ce que les kurdes font en ce moment, n’est-ce pas? Ils instrumentalisent, ils jouent un atout. Bonne guerre. Pour ne pas prêter le flanc a ce genre de problème chiant, c’est notre intérêt de les récupérer.
          (C’est le même problème que les otages, en fait. Vous avez remarqué les moyens colossaux qu’on engage, à chaque fois, pour récupérer UN otage? C’est parce que c’est… stratégique. (une salutation au colonel legrier))

          2/ Responsabilité: pour ceux qui viennent de chez nous, quelque part ça a merdé, faut le reconnaître, on a été impuissants. C’est un peu « notre merde », et jJe pense qu’il faut nettoyer. C’est à dire assumer, ne pas déléguer ça à d’autres.

          3/ Je préfère un travail d’enquêteurs qui va nous apprendre plein de choses, et je les préfère incarcérés ou bien « logés », et surveillés de près, que dans la nature, « revenant » d’on ne sait où, ni quand, nous péter à la figure.

          4/ Ca coûte du pognon.
          C’est celui qu’on a économisé en n’envoyant pas de gtia mécanisé au Levant.

      • Carin dit :

        À @ fraisedesbois
        J’ai écrit « à vie » la prison… ils deviendront donc effectivement des
        « revenants »… mais pour cela il vous faudra faire tourner les tables.

  6. PK dit :

    En échange de quoi ?

    • Starbuck dit :

      Le choix on l’a toujours. Corvée de bois pour les djihadistes et Milan et mistral pour les kurdes

    • Starbuck dit :

      Et le sang versé à la place du notre ce n’est pas suffisant pour vous?

    • R2D2 dit :

      en echange de ne pas voir des centaines de tarés de nouveau dans la nature.

    • dolgan dit :

      avoir buté daech …

      • Anonymous dit :

        c’est un bien grand mot, ils y sont pour quelque chose c’est clair mais leur attribuer tout le mérite à eux tout seul c’est comme dire que les Etats Unis ont vaincu les nazis tout seul en omettant le rôle de l’URSS.

        • Yannus dit :

          Comme le dit Starbuck, les Kurdes ont versé leur sang à la place du nôtre.
          Il n’est pas question de leur attribuer tout le mérite, seulement celui qui leur revient légitimement.

  7. Polymères dit :

    J’ai de plus en plus l’impression que les FDS utilisent les prisonniers étrangers pour faire du chantage afin de garder du soutien et une assistance.
    Trump souhaite partir, son appel à vouloir que nous européens, ramènent ces djihadistes ainsi que les femmes et les enfants, nourrit justement cette idée de retirer ce problème dans l’équation, pour enlever aux FDS ce « levier » qui fait peser un risque. Trump veut que la France, le RU et autres se désengagent avec lui, sa manière de faire (ne pas les consulter pour ne pas se faire influencer) est douteux, je persiste à croire que Trump a un accord personnel avec Erdogan ou Poutine autour de la Syrie, car honnêtement leur retrait n’a aucun sens, aucun intérêt, bien au contraire, il retire tout bénéfice d’une intervention militaire commencée il y a près de 5 ans, ça salit l’image du soutien américain à leurs alliés (Assad dans sa propagande, reprise par ses alliés russes et iraniens, pointe déjà le manque de fiabilité à ceux qui misent sur les américains…), mais ça affaiblit également la position américaine dans la région au profit de puissances qui sont aujourd’hui clairement dans une stratégie anti-américaine.
    Certains peuvent vanter une promesse de campagne ou se dire que l’armée américaine ne peut pas maintenir 3000 hommes (…), pourtant ces quelques hommes en Syrie ne coûtent pas grand chose, ne subissent pas vraiment de pertes, mais elles permettent d’avoir un réel pouvoir, un réel impact dans la région par rapport aux turcs, aux russes, aux iraniens ou encore à Damas.
    .
    Pour la France il y a une carte à jouer, mais aussi un rôle à assumer, voir une ambition à saisir par opportunisme comme pourrait le faire les russes ou les turcs face à ce retrait américain, cet abandon de leurs positions sans rien derrière.
    Nous somme actuellement bien placé pour agir, déjà sur place, déjà des alliés locaux, une présence américaine qui évite encore de voir les loups se jeter sur le gâteau.
    Laissons de côté la zone frontalière (avec la Jordanie) d’Al Tanf ou les américains sont positionnés et ou ils imposent un blocage et une zone interdite, celle là on peut la laisser passer du côté de Damas. Par contre pour ce qui est de la zone à l’Est de l’Euphrate, il y a de quoi faire un truc pour que nous ayons une place et un poids sur les événements à venir en Syrie. Au pire on pourrait négocier la cession aux turcs de Manbij pour les calmer et leur faire accepter qu’on occupe un rôle à l’Est de l’Euphrate. On peut prendre en main la zone avec peu de moyens, on peut se trouver des soutiens dans d’autres pays, on pourra mener une lutte sur la durée contre Daesh, comme dit 1000 à 15000 hommes pourraient suffire pour encadrer, pour entraîner, pour assister, pour développer la région et merde à ce que souhaite Poutine, Assad ou Erdogan, on ne défend par leurs intérêts et on ne cherche pas à s’impliquer pour que eux en tirent les profits, ils n’ont pas moins de scrupules pour réaliser les leurs, les russes ne vont quand même pas se plaindre devant ce genre de divisions eux qui soutiennent cela (avec leurs troupes) en Géorgie, en Ukraine ou encore en Moldavie.
    La région de l’Est de l’Euphrate dispose des principales réserves pétrolière de Syrie et si elle n’aurait pas cela, elle serait beaucoup moins convoitée. Du pétrole qui pourrait servir de monnaie d’échange à notre implication, du pétrole qui permettrait à cette région de financer une reconstruction.
    .
    Comment y parvenir? Par l’ONU? Pourquoi pas, en particulier pour assurer la défense des frontières face aux turcs et pourquoi pas dans certaine région du Sud, une bande démilitarisée avec des observateurs. Mais je pense qu’une telle résolution obtiendrait un veto russe. Il faudrait donc négocier dans un autre format. La réussite de cette initiative est importante pour réduire notre implication militaire qui serait articulé autour d’une piste d’aviation (pour la log) et d’un GTIA sur le format Barkhane, avec un volet de formation important, car les FDS devront rester la force principale pour toutes les missions. Pour l’aviation (hors détachement de l’ALAT), la Jordanie est l’idéal, offrant une protection et des facilités existantes. La seule grosse contrainte restera le fait qu’il n’y ait pas un accès maritime direct. Ensuite à nous de convaincre d’autres pays de s’impliquer à divers niveaux.
    On a les moyens de faire les choses, la France n’est pas un pays lambda et seul, son drapeau est un symbole et s’y attaquer peut entrainer un front international et de lourdes conséquences. Il ne faut pas tomber dans l’idée qu’il faut les moyens militaires pour pouvoir affronter l’armée russe ou l’armée turque, non, notre présence est dissuasive, non pas le nombre de chars ou de canons, mais notre drapeau et ce qu’il représente, la difficulté ne vient pas du pouvoir militaire à contrer ce qu’on a sur place, mais à assumer les conséquences qui viennent derrière. Donc pour ceux qui vont dire que ce n’est pas 1000 hommes qui vont « résister » face à l’armée turque, changez votre méthode d’analyse, c’est comme placer quelques centaines d’hommes dans les pays Baltes, même si militairement ils ne font pas le poids devant une attaque russe massive, ils sont un symbole qui fera réfléchir et qui au final fera renoncer à la Russie une attaque militaire directe.
    .
    Mais la France voudra t-elle assumer un tel rôle? Acceptera t-elle d’envoyer des troupes (on pourrait optimiser en prenant déjà la TF Wagram, les forces déjà en Syrie, les FFEAU etc., ce ne serait pas un effort humain et même matériel énorme), de dépenser plus d’argent? D’assumer de fait dans sa diplomatie une division de la Syrie et un bras de fer avec Ankara, Damas, Moscou et Téhéran? Personnellement j’en doute…

    • Thinker dit :

      Oui mais le problème c’est que Assad va mal le prendre. Les Russes et les Iraniens aussi. En représailles, après la fin du retrait américain, ils pourraient envoyer des militaires syriens ou des hezbollah défroqués pratiquer des attentats ciblés contre nos troupes en les maquillant en action DAESH.
      Quels sont les gains stratégiques à intervenir ? Repousser pour un temps l’influence turc ou l’influence iranienne ?
      Vaut-il mieux se retirer maintenant dans la roue des Américains sans se soucier du candiraton et en abandonnant les Kurdes, ou se retirer plus tard après avoir subi des pertes et pour le même résultat ?
      Autrement on a le choix entre abandonner les Kurdes au profit d’un renforcement de l’influence turc qui finira par contrarier les autres puissances alliés d’Assad et peut-être réaligner Erdogan donc par contre-coup rétablir l’influence régionale de l’OTAN. C’est le choix Américain. L’abandon des Kurdes sera un dommage collatéral uniquement en terme d’image. Ou on peut soutenir une réconciliation entre les Kurdes et Assad qui surtout profitera aux Iraniens et risque tôt ou tard de provoquer l’implication directe Israélienne et la mort de Assad…
      En fait vu le nombre d’acteurs qui attendent leur part du gâteau, la stabilisation du territoire à moyen terme est excessivement douteuse quelles que soit les routines de sortie de crise ! La grande inconnue est qui prendra la responsabilité de relancer le conflit ?

      • Anonymous dit :

        La mort d’Assad est improbable, Poutine se sert de lui pour maintenir ses installations militaires en Syrie et surtout pour empêcher le passage d’un gazoduc Qatari qui pourrait concurrencer le gaz Russe en Europe, c’est vital pour la Russie. Je pense que les Russes, Turcs et Iraniens vont s’entendre sur le sort de la Russie, Trump pense qu’Erdogan par appétit en demandera trop et va se froisser avec les Russes, mais ce dernier n’est pas bête pour risquer de voir son pays être sanctionner par les Russes, déjà que son pays est en difficulté économique, et surtout entrer en confrontation avec Poutine le rendra très redevable envers l’Otan puisqu’il aura besoin de son poids pour influer, il veut prouver que c’est l’Otan qui a besoin de la Turquie et pas l’inverse, d’ou une probable entente entre ces 3 acteurs pour l’avenir de la Syrie.

    • Rémi dit :

      La Syrie est un échec. Il faut sortir au plus vite pour arréter de gaspiller nos ressources.
      Ces gens sont des traitres à leurs pays qu’ils se débrouille avec leur gouvernement qui risque de ne pas être très tendre vu que depuis des années avec notre soutient ils lui pourrissent la vie.

    • Auguste dit :

      Vous croyez sérieusement que la France a les moyens de négocier le sort de Manbij avec les Turcs, dans le dos des Syriens et Russes?.Vous croyez qu’elle peut empêcher l’unité de la Syrie en « prenant en main l’Est de l’Euphrate » à la place des USA?.Les USA l’ont fait jusqu’à présent,parce que c’est les USA.C’est pas leurs 2000 hommes qui font qu’ils sont craints,c’est la puissance militaire et la puissance de nuisance de leur économie qui fait que Russes,Turcs,Syriens se tiennent cois.Sans être des néants,on n’a pas le même poids.En cas de départ des Américains,faudra déjà commencer par revoir le dispositif de sécurité.

    • Anonymous dit :

      « La région de l’Est de l’Euphrate dispose des principales réserves de pétrole de Syrie », la messe est dite, le pétrole, après ça s’étonne d’être insulté de vilains impérialistes, mais il y’a du vrai dedans, l’Occident ne mène des guerres que par pur intérêt économique sous couvert de combat pour la démocratie, quelle hypocrisie ! L’argent du pétrole doit revenir au peuple syrien pas aux entreprises occidentales. On aura beau dire ce qu’on veut sur les Russes et Chinois, jusqu’à preuve du contraire, ils n’ont envahi aucun pays pour du pétrole contrairement à certaines démocraties. Et penser que les turcs, russes, syriens vont gentiment laisser les Français et autres européens mettre la main sur les ressources pétrolières de la Syrie relève tout simplement d’une naiveté profonde.

      • Thinker dit :

        Le réserves pétrolières de la Syrie ne sont pas très importantes comparé à ses voisins et surtout la production a passé son pic en 2005, réduisant à portion congrue les exportations. Une de clef de compréhension principale du mécontentement populaire à l’égard de Bashar al Assad est que cet événement a provoqué l’apparition d’un phénomène nouveau: l’imposition et les taxes à la consommation pour remplacer la rente pétrolière dans le financement de l’état. Les citoyens des états rentiers du pétrole n’ont pas l’habitude ! L’autre grande source du mécontentement et des mauvaises relations préexistantes entre Damas et Ankara sont les projets de barrages turcs qui ont réduit le débit de l’Euphrate de ruiner partiellement l’agriculture, que le pays ne puisse plus être indépendant sur l’alimentaire, et qu’un nouvel exode rural se mettent en place.

        Ce n’est pas le pétrole le problème de la rive orientale syrienne, dans 10 ou 15 ans il n’y en aura plus du tout et l’exploitation des hydrocarbures se fera sur la rive méditerranéenne du pays (Moscou a déjà signé des contrats pour ça). Le vrai problème c’est de couper l’accès terrestre de l’Iran au Liban et à la Méditerrannée. Trump compte sur Erdo pour ça en lui offrant les Kurdes et le pétrole en paiement. Et il espère que la réaction de l’autre camp le poussera à se réaligner sur l’OTAN.

    • Anonymous dit :

      Quel pouvoir d’intimidation ? Quand les USA ont annoncé leur retrait de Syrie on a bien vu les Turcs pétris de peur à l’idée de froisser les Français ! Dois je vous rappelez les propos du pm turc  » Il serait préférable que la France parte », les Turcs sont indispensable dans l’OTAN de par le Bosphore contrairement à la France, sur le plan conventionnel, ils sont juste à 50km de la zone de guerre pas à des milliers de km, si on devait entrer en guerre sur le théâtre kurde on y perdrait gros, et il est impensable de voir une coalition de pays otanien mener une guerre contre un autre allié otanien, le RU est en pleine crise et est proche de la Turquie, et les Etats Unis (surtout Trump) ne fait pas la guerre pour les autres puissances surtout si le pays attaqué est important à leurs yeux, vous rêvez si vous pensez que des pays iront en guerre pour les intérêts français. Ensuite, il y a un autre pays qui en ferait réfléchir plus d’un si vous voulez l’attaquer, la Russie, une autre puissance nucléaire qui a des intérêts encore plus important en Syrie. Bref, les va t’en guerre comme vous sont très dangereux pour la paix mondiale, le conflit syrien arrive à son terme, repartir sans perdre de plumes de ce merdier me semble être la meilleure chose à faire, cela soulagera nos finances également.

  8. RastaLapin dit :

    Qu’ils commencent par nous débarrasser pour de bon des « français » qui sont allé se battre pour l’EI. Il y a de la place dans le désert.

  9. aleksandar dit :

    Totalement désolé pour les Kurdes mais on ne leur doit rien.
    Effectivement ils nous ont aidé à lutter contre Daesh , mais nous les avons aidé à ne pas être réduit en esclavage ou même exterminés par ce même Daesh.
    La demande d’une force de 1000 ou 1500 hommes pour lutter contre Daesh au moment ou Daesh est réduit a quelques centaines de combattants encerclés dans la poche d’Hajin n’a aucun sens.
    Le but c’est bien d’empêcher une offensive turque.

  10. revnonausujai dit :

    ce serait devenir à la fois l’otage de nos proxieset de leurs objectifs qui ne sont pas forcément les notres et mettre le doigt dans un engrenage militaire que nous serons incapables de contrôler;
    l’objectif initial était de néantiser le califat territorial islamique; objectif atteint, la coalition de circonstance n’a plus lieu d’être;nous ne devons rien aux kurdes qui peuvent parfaitement négocier et s’entendre avec le gouvernement syrien et les russes pour garantir la frontière.
    Gardons nous toutefois de trop d’optimisme, vu le palmarés du lapin de l’Elysée, s’il y a une con**rie à faire, il la fera !

  11. jyb dit :

    Pour etre plus précis, il faut dire que ce sont les kurdes de l’alliance arabo-kurde qui sont demandeurs. Plutôt que la composante arabe dont les intérêts futurs ne convergent pas totalement avec ceux des kurdes.
    Naturellement malgré les refrains de Votel, les kurdes sont ultra majoritaires dans cette coalition mais c’est dans sa composante arabe que se trouvent les germes de la discorde. Certains veulent un retour sous souveraineté syrienne, c’est exclu pour d’autres qui ont combattu l’aas avant de se reconvertir en fds…
    Notons que certains kurdes sont aussi légitimistes.
    On se focalise sur les velléités turques mais la question du retrait des us se pose pour l’ensemble de l’est syrien qui repassera sous souveraineté syrienne. Dans quelles conditions?

    • aleksandar dit :

      Tribu après tribu, village après village.
      Le FDS prend déjà l’eau à Raqquah, avec son lot de révolte , d’attentats et d’exécutions sommaires.
      Les tribus arabes veulent le départ des kurdes.
      Ce n’est qu’une question de temps pour qu’elles reviennent sous l’autorité de Damas, avec un peu d’aide des FS syriennes et des Mukharabats

  12. dolgan dit :

    Je vois bien des casques bleus russes et francaais s’interposant entre kurdes et turks. ça aurait de la gueule. lol
    .
    On peut toujours tenter le coup de présenter le truc au conseil de sécurité, même si les Russes risquent de mettre leur véto à tout déployement de casques bleus en syrie.

  13. Tannenberg dit :

    Je me demande ce qu’ont les US avec leurs prisonniers, parce qu’il doit bien y avoir qq americains qui sont partis combattre chez daesh, non?
    https://abcnews.go.com/Politics/us-citizen-believed-fighting-isis-detained-syria/story?id=56701901

    Les russes, ils ont rapatrie qq gamins mais pour le reste, on peut deja se douter… eux ne s’embarasse guere de principes droits-de-l’hommistes.

    • jyb dit :

      @Tannenberg
      – Les américains récupèrent leurs djihadistes ( mais ils sont peu nombreux)
      – Les russes idem, mais noter qu’ils rapatrient aussi leurs ressortissants capturés en irak (hommes, femmes et enfants)

  14. JG von Rheydt dit :

    Garder les djihadistes au Kurdistan? Encore une Macronnerie improvisée. Cela nécessitera de condamner à la prison à vie sans possibilité de remise de peine des enfants de 2 ans, gérer et financer un système carceral pour 80 ans sans compter le déni absolu des règles de droit international. Possible en érigeant une CPI mais la question du sytème carcéral se posera, sans parler de la difficulté de trouver des juristes pour accepter de tremper là-dedans. Je propose une petite taxe sur l’essence pour financer ce merdier, vous en pensez quoi?

    • Carin dit :

      À @jg von reight
      Que vous écrivez un peu n’importe quoi…
      1) vous laissez entendre que des enfants de 2 ans seront jugés en tant que djihadiste???
      2) Pourquoi voulez-vous que l’on entretienne un système carcéral qui existe déjà?
      En effet les kurdes avaient un système d’autonomie déjà en place avant la guerre.. de ce fait ils avaient des tribunaux et des prisons…
      3) Pourquoi voulez-vous monter une sorte de CPI alors qu’ils ont un code pénal?? Est-ce qu’on monte une CPI en Irak? Pourtant ils condamnent à mort des djihadistes Irakiens, et à la prison à vie des djihadistes étrangers! Et ne venez pas me dire que le Kurdistan syrien n’est pas un pays… parce que leur code pénal est syrien (avec quelques aménagement pour les kurdes), mais syriens.

      • JG von Rheydt dit :

        Lorsqu’une une entité n’a aucune existence et reconnaissance légale tout ce qui en découle n’a aucune validité.

      • JG von Rheydt dit :

        Juger les enfants comme terroriste c’est ce que vous suggerez puisque vous vous opposez à leur retour. Même en Irak les enfants de condamnées ne sont pas gardés en pison au delà de 5 ans, si la France ne veut pas les récupérer il ne vous restera qu’à les faire passer pour des terroristes. Je vous mets face à vos contradictions.

        • Carin dit :

          Qui vous dit que je ne veux pas rapatrier les enfants??? Ou l’ai-je écrit??
          Je suis partisant de faire comme les russes… on rapatrie les enfants qui seront remis aux membres des familles des nuisibles, mais on laisse sur place ces enflures dans les prisons kurdes et à vie, sans aucun droit de visite en dehors de leurs avocats qui vont très vite se lasser. Quand aux familles de ces nuisibles, il faut bien leurs expliquer qu’ils ne les reverrons jamais, mais que s’ils payent un avocat, ce dernier pourra rencontrer le nuisible tant aimé et leurs ramener de ses nouvelles.
          Le coût financier pour l’entretient des prisons, le salaire des gardiens, et la nourriture des nuisibles… (puisque nous allons refuser les condamnations à mort), nous revient à juste titre, mais d’une part tout ces coûts reviennent beaucoup moins cher chez les kurdes, d’autre part,nous seront sûr de leurs condamnation à vie.

  15. EricRome dit :

    Tout celà ressemble à un gros bourbier, maintenir des forces en Syrie ? quand il s’agit de combattre DAESH ok mais maintenant ce sera quoi le fondement de l’opération ? comment le gouvernement expliquera aux Français si éventuellement des soldats Français meurent ? et si la Turquie attaque ? je le vois difficile le maintien sans résolution de l’ONU et très compliqué à faire voter, la Syrie est souveraine meme avec Assad. si Assad tombe c’est différent mais encore plus compliqué !!! en fait je parle pour rien dire…je ne vois aucune solution !! j’espère qu’ils auront du génie à l’Etat major des armées quand ils vont présenter les options !!

    • nimrodwing dit :

      vos questions sont bonnes, même a haut niveau elles se poses aussi, la Turquie si elle attaque on va passer pour non pas pour des lâches mais des roi de l’esbrouffe, de ceux qui ne tiennent pas parole. On a pas le droit d’abandonner a mon sens les kurdes et fds avec ce qu’ils ont tant donné et perdu.
      Cependant c’est vrai que c’est un bourbier a la fois politique mais militaire, je crains qu’a l’Onu ça ne traine en longueur et qu’au final finale la Turquie en profite, malgré cela l’intervention onusienne deviendra surement nécessaire. Nous aurions surement encore droit a un véto russe pour protéger les fesses d’al Assad. Si nous envoyons des hommes au sol plus couverture aérienne (Français et britanniques et plus peut être) est ce que la Turquie prendra le risque d’attaquer au vues de possibles répercutions néfaste pour son pays ?
      Pour la partie de Daesh tout le monde s’en doute on en pas fini, malheureusement tuer une doctrine ce n’est pas la même chose… un umbroglio d’une complexité inégalé.

      • EricRome dit :

        En plus si on se met à la place de Erdogan, vu le personnage et sa politique il ne peut pas se permettre de laisser se créer une province Kurde de l’autre coté de la frontière, ce ne serait probablement pas tenable au niveau interieur. Ou alors un mega accord avec l’UE (une entrée dans l’UE !) pour le calmer ? non, je déconne…

  16. vrai_chasseur dit :

    A-t-on pleinement choisi de soutenir les FDS contre Daech ou l’avons nous fait parce que c’était le choix des USA ?
    Si c’est plutôt la deuxième hypothèse, et puisque les USA s’en vont, nous serions sans doute bien avisés de ne pas faire de sentimentalisme kurdophile exagéré alors même que la genèse de ce choix de guerre par proxy n’est pas de notre fait, mais plutôt de nous concentrer en priorité sur les djihadistes européens.
    Quitte s’il le faut à les judiciariser sur place en extra-territorialité, dans une démarche ‘à la Nuremberg’ commune à tous les pays européens concernés. Cela aidera les FDS de toute façon, mais d’une autre manière. Surtout, cela nous aidera en priorité. Charité bien ordonnée commence au bataclan et pas au kurdistan.
    L’extinction territoriale de Daech va de toute façon avoir lieu, village par village, tribu par tribu. Il y a sur place une masse critique suffisante de forces convergeant vers ce but. Ces forces en présence ont cependant des agendas futurs trop divergents, pour que cela présente un quelconque intérêt pour nous d’y mettre le pied au milieu.
    En résumé, nous ne sommes pas les cocufieurs des FDS. Alors occupons nous sur place de nos djihadistes, et pour le reste, inch’allah,

    • Carin dit :

      À @vrai-chasseur
      Pour ce qui est de daesh, il me semble que nous y sommes allés de notre plein gré suite aux attentats du bataclan et des diverses terrasses de cafés parisien.

  17. petitjean dit :

    Les Kurdes n’ont d’autre choix que de négocier avec le gouvernement légal
    « Syrie Sitrep – Un officier français critique la façon dont les États-Unis font la guerre.
    Assad offre une certaine autonomie aux Kurdes »
    http://lesakerfrancophone.fr/syrie-sitrep-un-officier-francais-critique-la-facon-dont-les-etats-unis-font-la-guerre
    http://lesakerfrancophone.fr/wp-content/uploads/2019/02/Legrier-Bataille-Hajin.pdf
    à savoir que cet officier français va être sanctionné !
    Cet article de qualité, mêlant réflexion théorique et pratique, qui ne dévoile aucun secret militaire, irrite à telle point la hiérarchie militaire et Florence Parly, que l’Etat-major a confirmé au Monde que l’officier serait sanctionné
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/15/un-colonel-francais-risque-des-sanctions-pour-avoir-critique-la-strategie-de-la-coalition-en-syrie_5424183_3210.html

  18. JG von Rheydt dit :

    Joli coup de Mme Parly, en sanctionnant pour la forme (non respect de la voie hièrarchique), elle s’interdit à l’avance toute évaluation du dispositif tactique américain. Ce que veut Trump, la France éxécutera. Victoire tactique pour l’Etat-Major, défaite stratégique pour le Ministère de la Défense.