La livraison à la Chine de missiles intercepteurs pour le système de défense aérienne russe S-400 contrariée

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

29 contributions

  1. Frédéric dit :

    Précisions. Tempête dans la Manche 🙂

    C’est un coup des services de guerre météorologiques des vils impérialistes franco-anglais !

    Plus sérieusement, sur air-défense, on se demande pourquoi la livraison n’a pas été effectué par rail ? Le Transibérien n’était pas jugé assez sur ?

    • dolgan dit :

      ou pourquoi une telle livraison a été menée dans la tempête.
      .
      Ils n’avaient pas le choix de la date?

    • Yannus dit :

      Je pense comme vous, c’est étrange de faire livrer 40 missiles par un vulgaire cargo surtout que la traversée de la Manche n’est pas sans risques et que la tempête était prévue???
      On aurait pu donc retrouver des S400 échoués sur nos plages.
      Si cet article est vrai, cela a du coûter bonbon au capitaine du cargo.

  2. Fred dit :

    Ca devait être une sacrée tempête … .
    Un missile comme le 40N6 doit faire face a des situations extrêmes tel que des forces G, de vent, de plui, de froid, de chaleur etc. Je vois mal un missile bien stocké, être affecté par une tempête.
    .
    Peut-être qu’un marin pourra en dire plus?

    • jyb dit :

      @fred
      Je pense qu’on parle de la tempête éléanor de janvier 2018…donc oui gros baston. rafale à 140km/h, creux de 10 mètres au large de jobourg/les casquets. En fonction de la taille du bateau çà peut taper très fort au point de « ratatiner » un container.
      Toutefois cette tempête était prévue, donc en Manche il y a toujours moyen de trouver un abri (cote, port, rade, baie…)
      Est ce que la nature sensible du transport a obligé le capitaine a rester dans les eaux internationales ? étonnant.

      • ji_louis dit :

        Si la cargaison avait été ratatinée, il y aurait eu ripage, effet de carène liquide et perte de stabilité du navire. Or, je ne me souviens pas avoir entendu un MAYDAY d’un navire russe à cette époque là. Il est plus probable que le navire lui-même ait subi (ou pas) des avaries mineures (il a pu rentrer au port par ses propres moyens), et que cela sert à la Russie de prétexte pour faire marner les chinois (comme la France avec la livraison d’Exocet payés par l’Argentine en 1982).

        • jyb dit :

          @ji_louis
          A la lecture du lien donné par @Frédéric infra, je ne comprends pas bien si la cargaison était en cale ou non. idem pour « drifting » dans un tel cas le navire aurait au moins demander une assistance ou se serait signalé en difficulté…

      • Motox1 dit :

        Un an et toujours pas de remplacement fourni à un client si exigeant ?! il ne faut pas compter sur les russes en cas de guerre, vaut mieux avoir un bon stock de missiles

      • aleksandar dit :

        Je suppose qu’en effet le capitaine a préféré rester dans les eaux internationales.
        Ce qui m’étonne c’est que ce genre de marchandise est transporté en cale et pas en pontée habituellement.
        Vu le navire en question le chargement pouvait être stocké sur 2 hauteurs de conteneurs ce qui normalement lui donne une bonne assise et limite les risques de rupture de twistlock.
        Il y a eu probablement un problème de saisissage a l’intérieur des conteneurs, problème global puisque tous les S400 semblent avoir été détruits.
        Il a du y avoir quelques  » remontées de bretelles  » au département logistique-expédition de Rostec

    • Jean-Marie H. dit :

      La cargaison a pu se désarimer.
      Dans ce cas c’est une négligence du responsable de chargement (on l’appelle « l’aconier » si ma mémoire est bonne). Ça ne devrait pas arriver mais ça arrive.

  3. eric dit :

    fake news les missile sont biens arriver en chine mais endommager, les chinois on refuser la cargaison et cette semaine la Russie a annoncer quelle remplaceras les missile endommager.

  4. Pol dit :

    C’est du « flan ».

  5. werf dit :

    Les missiles sont bien arrivés et sont en état de fonctionner. La « tempête » n’a été qu’un coup de vent médiatique pour satisfaire les japonais et américains très respectueux de la réglementation CAATSA, dont tous les autres pays se « foutent » éperdument.

    • Frédéric dit :

      werf, qui propage la désinformation ? Et encore, vous n’avez pas la mème version qu’eric 🙂 Voir le message avec l’article du Bulletin Maritime mit en ligne hier a 19h36.

      • Jean (le 1er) dit :

        Ouais, tout fout le camp. Si même les trolls « russes/chinois/USA/martiens » (barrez ce qui ne convient pas) n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la même version 😉

  6. Auguste dit :

    A noter que les Chinois,comme les Indiens ont acheté les S400 russes,malgré les menaces de sanctions des USA.Quand ils jouent à 3,les USA comptent pour des prunes.

  7. Frédéric dit :

    Ben non, d’après Maritime Trafic, le cargo a du faire demi-tour a hauteur des îles anglo-normandes :

    http://maritimebulletin.net/2018/01/19/russian-freighter-nikifor-begichev-with-s-400-missiles-troubled-in-english-canal/

    • werf dit :

      Les russes n’ont pas besoin d’expédier ces missiles « si sensibles » par des navires partant de la Baltique alors que le trajet par le transsibérien, puis par navire à partir de Vladivostok est plus court. Le navire russe en cause ne transportait pas de systèmes S400. La Loyds l’aurait su car elle réassure tous les contrats de livraison y compris de matériels russes sur des navires russes…

  8. Lechavenois dit :

    Lorsqu’on transporte pour 3 milliards de matériels militaires  » sensibles « , la moindre des choses est de s’enquérir des conditions metéo…

  9. Thaurac dit :

    « .. Serguei Chemezov, a expliqué que les 40N6 avaient tous été détruits lors de la tempête dans laquelle fut pris le navire qui les transportait. »
    Cela sent le coup de services spéciaux et bien sûr, l’excuse pour expliquer parait légère, comme si les missiles n’étaient pas arrimés.
    Qu’est ce qu’ils doivent donner installés sur un navire?

  10. Carin dit :

    Les russes jouent avec le feu…
    Les chinois ne vont pas tarder à faire les mêmes, et comme pour les chars, ils vont déclarer que leurs produits sont plus extra bon et meilleurs marché!

  11. Jean (le 1er) dit :

    « risque de rétro-ingénierie » tu parles, il est certain que d’ici quelques années les chinois vont produire leur propre système ainti-aérien fortement inspiré par le S400.
    Quand même été étonnant, les S400 auraient été abimés en début 2018 et 1 an après ils n’ont toujours pas été remplacés. Soit la vérité est ailleurs, comme dirait Mulder, soit les russes sont sacréments à la ramasse dans la production du S400.0

    • NRJ dit :

      Je pense que les russes ne sont pas naïfs, surtout qu’ils se sont déjà faits avoir avec des avions. Ils conservent probablement des secrets du S-400 en Russie.

  12. Frédéric dit :

    La construction d’un missile haute technologie est plus délicate que celle d’un char. Même le CMI américain a un rythme assez lent, voici des chiffres datant de 2008 :
    Terminal High Altitude Area Defense : 9 millions de dollars pièce, 3 exemplaires par mois,
    Standard SM-3 : 10 millions de dollars, 2 exemplaires par mois,

  13. Ledemocrate dit :

    Les russes ne veulent pas livrer ces missiles de hautes technologique. Peut être ils préfèrent attendre la sortie officielle de S 500 ou S600 pour vendre les S400 qui seraient devenus démodés !!!