Mme Parly explique ce qu’il faut entendre par « armée européenne »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. Twisted dit :

    Vous voulez une « armée européenne »?
    Inventez un nouveau corps. Du même style que la Légion. Un corps sous commandement européen, doté de sa propre force navale et aérienne, qui interviendrait sous bannière de L’UE ou autre.
    Comme ça on dispose d’un corps indépendant, sans risque pour la souveraineté des pays, et deployable rapidement, le temps que les États européens qui le veulent se mettent d’accord pour envoyer « du lourd ». Pas besoin de grand chose. Si déjà les pays démographiquement importants type Allemagne, UK, France, Pologne, Italy fournissent ne serait-ce que 10 000 hommes, des chasseurs/ravitailleurs/transporteurs et quelques frégates et on aurait déjà quelque chose de pas trop mal.
    Le problème d’une armée fédérale européenne c’est que ça fait peur et c’est incertain. Alors qu’une structure indépendante, ça « passe » plus facilement aux yeux des populations, cf Frontex.

  2. ScopeWizard dit :

    C’ est pourtant simple : ou nous continuons avec cet OTAN qui stérilise toute initiative tant qu’ Uncle Sam n’ est pas à la manœuvre ET IL N’ Y AURA JAMAIS D’ ARMÉE EUROPÉENNE opérant dans un cadre de Défense à la fois commun et politiquement indépendant des USA , ou alors nous nous débarrassons de l’ OTAN et une Défense européenne devient envisageable ……………

    Le problème est qu’ il paraît pour le moins risqué et compliqué de flanquer l’ OTAN à la porte sans avoir au préalable mis en place une alternative qui tienne la route ; donc , le plan est d’ effectivement mettre sur pied un parallèle , une force supplétive autant que complémentaire à l’ OTAN , force de défense qui servira d’ alternative le moment venu en prenant sa place ……………..
    Maintenant , je doute que les américains soient assez cons pour nous laisser faire et ne pas avoir déjà pigé le subterfuge donc éventer le piège que nous leur tendrons ……………

    Leur parade consistera donc à nous mettre autant de bâtons dans les roues que possible ; aussi posons-nous froidement la question : comment a t-on pu laisser les USA mettre en place autant de lois on ne peut plus contraignantes et pénalisantes pour nous autres européens , lois applicables en dehors de leur territoire ( lois d’ extraterritorialité ) , comment peut-on supporter des trucs infâmes comme ITAR ?

    Et c’ est ça des alliés ?
    Hé ben , heureusement qu’ ils se revendiquent comme tels , qu’ est ce que ce serait autrement ?

    Ce sont tout de même des cadres juridiques qui nous privent de liberté d’ action …………….

    • Polymères dit :

      C’est aussi ma position, on peut être « contre » l’Otan, mais il faut rester lucide de la situation actuelle.
      Il ne suffit pas de dire l’Otan c’est de la merde, on est soumis aux ordres des américains, il faut la quitter et tout ira follement mieux.
      Non, on ne va pas être « plus forts » si on sort de l’Otan demain, on perdra des alliés importants et une alliance qui a son effet défensif quoi qu’on en dise.
      Pour sortir de l’Otan, il faut sortir par le haut en ayant le jour ou ça se fera, une « alternative » crédible et en place, une autonomie et des capacités européennes pouvant se passer des américains.
      Ne sortons pas de l’Otan en position de faiblesse face aux américains, si nous n’avons pas la force nécessaire, les russes en profiteront (pas pour envahir la France ou l’Allemagne) pour nous prendre un peu plus au cou et au final, en Europe de l’Est on restera plus enclins à rester dans l’Otan avec les américains, qu’avec la France qui dicterait l’idéal d’une autonomie stratégique, d’une indépendance militaire vis à vis des américains.
      En Europe de l’Est, ce sont les russes qui inquiètent et non les américains. En Europe de l’Est quand les russes bougent, ce sont les américains qui bougent et qui tiennent une fermeté face à Moscou quand nous on joue les timides de peur de perdre quelques contrats économiques.
      L’Europe de l’Est et notre capacité à nous opposer aux russes, à être actif dans cette lutte est une nécessité impérative sans quoi tout idéal d’une armée européenne autonome (peu importe sa forme) ne vaudra rien face à l’OTAN. C’était contre l’URSS que l’Otan a été montée, c’est contre la Russie aujourd’hui qu’elle reprend ou prend de l’intérêt à l’Est et peu importe ce que certains derrière leurs écrans pensent des russes, qu’ils pensent que ce sont nos amis et que le problème viendrait de Washington et que sans eux il n’y aurait aucune pression et tensions en Europe en raison de la Russie, la realpolitik fait qu’on doit s’y opposer.
      Si on ne joue pas un rôle sécurisant, si on ne montre pas une fermeté, si on ne pose pas de limites et qu’on ne défende pas ces pays face à la Russie, nous n’aurons jamais aucune crédibilité pour « remplacer » l’Otan au niveau européen.
      Vouloir se soustraire aux américains et à l’Otan, oui, mais attention à ne pas faire n’importe quoi, attention à ne pas penser que la Russie attends cela pour être notre copine (les tensions entre Washington et Moscou, reposent sur des « prétentions européennes » de part et d’autres). On va devoir s’opposer à la Russie si on souhaite réellement voir les américains s’effacer du continent, il va falloir se renforcer et créer un dispositif cohérent et actif, il ne faut pas juste « ne plus vouloir des américains » en restant aveugles sur le reste.
      C’est une double stratégie qu’il faut mettre en place, en premier c’est de se renforcer et de se donner les outils pour agir sans les américains et avec un minimum d’efficacité, en deuxième c’est d’avoir une stratégie ouvertement ferme et assumé face à la Russie.
      Quand un pays de l’Est veut être soutenu face à la Russie, quand à Paris ou Berlin on ne bouge pas et que Washington bouge, il ne faut pas s’étonner que le discours pro-européen, y compris pour les ventes d’armes, ne passe pas.
      Sortir de l’Otan, cela ne se fera pas dans une idée de devoir faire moins de missions ne répondant pas à nos intérêts, au contraire, il faudra faire beaucoup plus et accepter une présence bien plus massive à l’Est contre la Russie, sinon Washington restera « préféré », du moins tant que Moscou aura la politique actuelle.
      Les américains profitent de leur puissance comme tout état puissant le ferait, hier d’autres pays se plaignaient des règles et contraintes des empires britanniques ou français, demain ce sera peut être la Chine, ne soyons pas « surpris » en le considérant comme exceptionnel, les outils et les leviers que Washington s’est doté.

    • Stoltenberg dit :

      Ok, cool, vous ne manquez mas de l’imagination ! Maintenant allez expliquer aux Allemands, Belges, Néerlandais, Suédois, Polonais, Roumains, Lituaniens et autres que la France avec ses 200 Leclerc va se charger de leur défense contre la Russie. C’est impossible que la France, avec son budget militaire limité, puisse se substituer au rôle des États-Unis sur le continent européen. La première chose à faire, ce serait d’augmenter le budget de la défense à 4 % du PIB comme je le disais dans d’autres commentaires. Les USA sont aujourd’hui le seul garant crédible de l’indépendance en Europe vis à vis de la Russie et dans le monde vis à vis de la Chine.
      .
      Ensuite, il ne vous a pas échappé qu’il y a une différence entre l’UE et les états fédéraux traditionnels. Il y a beaucoup plus de différence entre un Espagnol et un Tchèque qu’entre un habitant de l’Arizona et un habitant d’Ohio. Les intérêts des états même au sein de l’UE sont très divergents. On le voit par exemple avec le Nord Stream 2 ou avec le Brexit.

    • NRJ dit :

      Pour une raison simple. L’UE n’a aucune influence sur la politique américaine. Et les USA sont un tel poids économique qu’aucune entreprise ne se permettra de se les mettre à dos. A partir de là, les entreprises n’ont pas d’autre choix que de se plier à la politique américaine (sans ce marché elle ferait faillite ou serait grandement affaiblie). Au contraire si par exemple la France faisait une politique extraterritoriale les entreprises pourraient quitter la France sans trop de dommage. La capacité de nuisance des petits pays européens est donc sans commune mesure avec les USA.

      La seule solution : s’allier. Si déjà la France et l’Allemagne pouvait se mettre d’accord on ferait déjà un grand pas pour s’opposer aux USA. Mais on a élu des guignols et une telle chose ne peut pas se faire pour l’instant.

      Pour Itar le problème est le même. Les USA rassemblent plein d’entreprises et ont donc un grand pouvoir de contrainte. Là où les petits états Européens sont plus faibles et donc moins Après à exercer des embargos sur du materiel de guerre.

      Pour ces raisons il faut arrêter de penser autonomie et souveraineté de la France. De tels états sont relatifs à la situation extérieure (à moins de refaire la Corée du Nord). Et l’Europe (donc l’Allemagne en premier lieu) reste notre seul moyen de peser et paradoxalement de conserver une part de souveraineté.

    • ScopeWizard dit :

      @Polymères @Stoltenberg @NRJ
      .

      En réalité la question est à la fois beaucoup plus complexe et basique que l’ on s’ imagine de prime abord
      .
      D’ une part elle est beaucoup plus complexe parce qu’ elle demande voire exige de prendre en compte tellement de facteurs que ce n’ est pas du jour au lendemain ou d’ un coup de baguette magique que quiconque la résoudra le temps d’ un claquement de doigts ou sur du temps court , d’ autre part elle est beaucoup plus basique parce qu’ elle fait appel à la nature même de l’ Être Humain , de ce qu’ il est , de la façon dont il fonctionne et interagit dans son environnement et vis à vis de ses semblables ………………..
      .
      Nous sommes là dans une approche beaucoup plus philosophique et sociologique que politique ou géostratégique …..
      .
      Par conséquent , j’ aurais une nette tendance à rejoindre ce que disait le Président Mitterrand lorsqu’ il faisait allusion aux « puissances de l’ argent » ……………..
      .
      Certes oui , ces puissances existent et ont désormais pris l’ ascendant pour ne pas dire le pouvoir …………….
      .
      Donc , si l’ on va au bout du raisonnement , l’ ennemi n’ est ni la Russie , ni la Chine , ni les USA , ni l’ Allemagne , non l’ ennemi , c’ est à dire ce qui représente un danger c’ est la puissance ……………….
      Cette puissance qui donne le pouvoir et permet via la nécessité de force qu’ il génère de l’ exercer parfois, et même le plus souvent , au détriment de ceux qui en subissent les dérives ou excès .
      .
      Alors , bien évidemment , dans le Monde actuel , hormis toute hiérarchie ou autorité individuelle ou collective qui s’ applique entre individus à commencer par la famille , cette puissance va se manifester de diverses façons , revêtir plusieurs aspects et il est logique qu’ elle soit plus perceptible encore à partir du moment où elle se matérialise dans la possession matérielle , le bien , l’ argent , la richesse que nous avons érigés en dieux et maîtres absolus à la place de la notion de spiritualité qui a perdu du terrain même si les aspects religieux résistent encore voire cherchent à s’ imposer provoquant une sorte de lutte dont la finalité sera quand même le pouvoir ……..
      .
      Compte tenu de tout cela , il paraît évident qu’ un pays comptant beaucoup d’ individus unis autour d’ un « chef » , un pays s’ étant matériellement développé , structuré , organisé , disposant de ressources lui permettant de survivre et même d’ accroître sa richesse par l’ échange ce qui lui confère un poids économique , puisse se positionner sur l’ échiquier des populations humaines diversement loties et exercer une force susceptible d’ imposer ses intérêts .
      .
      C’ est clairement le cas des USA , d’ une bonne partie de l’ Europe , de la Chine mais moins celui d’ une Russie trop grande et insuffisamment peuplée , une Russie en difficulté qui peine à se relever , à développer une économie rentable autre que celle de la rente , à suffisamment se dynamiser sur le plan démographique tandis qu’ elle regorge de ressources et de richesses naturelles exploitables qui lui permettent de vivre et d’ échanger , une Russie en partie pillée par une oligarchie toute puissante , une Russie aux mains d’ un dirigeant volontariste mais autoritaire qui ne suscite guère l’ adhésion que chez lui , c’ est également moins le cas d’ une Inde qui réunit pratiquement tous les excès contraires de la Russie ; trop peuplée , insuffisamment unie ( problèmes de castes ) , insuffisamment étendue , démographiquement beaucoup trop vive , politiquement faible , qui ne manque pas de ressources ou de richesse mais qui ne parvient pas à en tirer le meilleur partie , une Inde qui à l’ inverse de la Russie peine à exister sur le plan technologique en dépit d’ un réel potentiel ( là aussi les divisions par castes posent des problèmes ) .
      .
      Il y a donc dans le Monde des puissances dominatrices qui s’ affrontent dès lors qu’ il y a divergences d’ idées surtout si les intérêts des uns ou des autres sont en jeu ……………………
      .
      Nonobstant , ne jamais perdre de vue que rien n’ est jamais figé ou acquis et surtout à cette échelle ; toutefois ces puissances de l’ argent si elles peuvent enrichir un pays , peuvent aussi l’ appauvrir ou du moins paupériser une partie de sa population ………….. Sans compter les mafias et autres qui pèsent également et ne sont pas négligeables …………….
      .
      M’ enfin tout ça c’ est bien joli mais c’ est un peu du baratin aussi dans le sens où ça reste superficiel , le sujet est survolé je m’ en rends bien compte , pour bien faire il faudrait approfondir et entrer dans nombre de détails , ce qui serait beaucoup trop long ………….
      D’ où l’ importance des livres ……………… 🙂

  3. Clavier dit :

    L’armée européenne est juste totalement virtuelle….c’est comme cela qu’il faut comprendre la sémantique de nos élus .
    Maintenan,t avec la création voire le retour du service national cher au Président, on peut se mettre à espérer qu’elle prendra une consistance… pour peu que nos voisins se joignent à nous dans un grand mouvement rassembleur de la belle jeunesse continentale

    • Alain d dit :

      @clavier
      « retour du service national »
      Hein quoi ?
      C’est juste des colonies de vacances, non, disons des centres aérés pour la cohésion sociale, la sensibilisation et la responsabilisation, il me semble, un peu à l’opposé des réseaux, peu sociaux, plutôt communautaires et anti-sociaux.
      Affaire à suivre, ces auberges espagnoles sous contrôle militaire. :>))

  4. Bololo dit :

    @ twisted
    Dans votre projet, comment faites-vous pour exterminer les sangliers atteints de la peste porcine africaine ?
    Parce qu’il paraît que de nos jours (du moins dans la conception du Gouvernement français) une armée ça doit servir à tout et n’importe quoi.
    Par conséquent votre projet d’armée « européenne » parce que c’est n’importe quoi, doit inclure les « missions n’importe-quoi ».

  5. werf dit :

    « l’autonomie stratégique européenne avance » c’est faux, il y a des projets communs non obligatoires car « à la carte ». Le Royaume-Uni va retrouver son autonomie totale de décision avec le Brexit, cela ne l’empêchera pas de coopérer sur certains projets ou actions militaires. On ne peut donc pas parler de stratégie.

    • Polymères dit :

      L’armée britannique est-elle contrainte militairement par l’UE?
      Est-ce qu’ils auront quittés l’Otan par ce qu’il y a le Brexit?
      Ils ne vont aucunement retrouver une « autonomie totale », ils restent lié au lien Otan et transatlantique, ils restent liés à l’UE, eux qui n’ont même pas l’autosuffisance alimentaire, il serait présomptueux de parler d’autonomie, même si je m’en doute, voir la France sortir de l’UE est une de vos volontés, peut-être que le Brexit poussera certains à revoir leurs espoirs à la baisse, même Le Pen ne veut plus en sortir, idem pour l’€…

      • dolgan dit :

        La sortie de l’EU est de retour sur les affiches de la france insoumise au bout de ma rue. Sans doute en réponse à la présence des UPR dans le mouvement des GJ.

      • werf dit :

        Je ne parlais pas d’autonomie vis à vis de l’OTAN je voulais dire autonomie totale de décision vis à vis de l’UE dont les décisions et les règles ne leur seront plus applicables. Je suis pas d’accord pour sortir la France de l’UE mais j’investis au Royaume-Uni plutôt qu’en France car l’avenir y sera meilleur et plus libre. L’Union européenne décide pour les citoyens avec la soumission des gouvernements et de parlementaires « recyclés » sur une liste, irresponsables car ils n’ont pas de circonscription. Une autre Union européenne est possible, plus démocratique. Si elle ne se réforme pas, elle mourra.

  6. Alain d dit :

    Chutttt !
    L’objectif n’est pas de faire une armée européenne.
    On commence par ressouder l’équipe.
    Bilatéralement, trilatéralement, ……
    De toute façon, on ne peut que progresser, on n’a pas pire au magasin !
    C’est déjà positif.
    Dans un premier temps, pas de devoirs à rendre.
    On tâtonne, on expérimente, mais l’intérêt est que les nations échangent plus, coopèrent plus, se parlent, se comprennent,……..
    On partage un peu plus les OPEX.
    On crée un budget de défense UE.
    On impose une priorité UE dans les achats.
    Ceci, de toute façon, indirectement par la R&D financée ensemble et réinjectée dans des projets communs.
    C’est le meilleur volet, il faudra donc ne pas oublier d’augmenter chaque année le budget EU et de lancer de nouveaux programmes UE.
    Là, on comprend que les américains, leur complexe militaro-industriel, et leurs caniches européens coincent !
    Au début, personne n’y croit.
    Mais quelques années plus tard, quand les projets éclosent, ça fait très mal, comme toute premières fois :>))
    Même les caniches US vont finir par apprécier le budget de l’UE !
    Nos amis US ne sont pas habitués à ce qu’on leurs résiste.
    Mais l’EU n’a vraiment plus le choix, si elle veut sauver ses industries défense, et peser plus à l’international.
    Et le monde entier sait bien que les américains, autant que les russes, sont experts pour foutre le bordel ou maintenir des tensions à seules finalités de vendre des armes.
    La France n’est plus aussi bonne dans ce domaine, IrakIran, c’était la bonne époque.
    Donc, la Russie, la Chine et les Etats-Unis ne peuvent pas apprécier que l’UE se dote d’un outil militaire plus efficace.
    Mais c’est la vie, c’est inéluctable !
    Alors, évidement les lobbys US et pro US vont mettre le paquet !
    On va vers plus de ….
    On tend vers plus de…..
    Et quelques décennies après……..?
    Nous aurons une armée européenne multi-rôles qui aura de la gueule.
    Il me semble qu’il est inutile de faire des plans sur les formats et les engagements avant d’être monté un minimum en puissance.

    Et puis tout le monde c’est qu’il faut économiser l’énergie.
    Alors arrêtons de stocker des soldats US sur le sol européen, ca fout en l’air notre bilan carbone. :>))
    Sans oublier qu’on importe des tonnes de machins US qui pourraient être importés de l’Espagne, du Portugal ou du Moyen-Orient.
    Comme les pamplemousses ou les amandes.
    Pas l’Italie, elle nous chie trop dans les bottes. Et puis qui sait ce qu’elle bricole dans son agriculture mafieuse et esclavagiste. Oups.
    Putain, mais c’est bien Trump qui a déclenché la guerre totale : finance, COP21 et échanges commerciaux ?

    https://www.cbsnews.com/news/donald-trump-interview-cbs-news-european-union-is-a-foe-ahead-of-putin-meeting-in-helsinki-jeff-glor/
    Trump :
    « Je pense que l’Union européenne est un ennemi, ce qu’ils nous font dans le commerce … Maintenant, vous ne penseriez pas à l’Union européenne, mais ils sont un ennemi. »
    Dit-il, tout en roulant un pelle a Poutine

    • Alain d dit :

      La guerre est avant tout économique, et la France et l’Allemagne ont les moyens, si la volonté politique s’y met, de réunir sur des projets. Il faut calmer un temps les grands groupes et multinationales qui multiplient les projets. Trop d’énergies et d’€ sont gâchés dans des concurrences intra-UE. Et trop souvent avec des entreprises US qui créent des trous dans la raquette de l’UE.
      Evidement, chacune de ces entreprises défend son panier, mais c’est au final contreproductif pour l’UE, vis à vis de ses concurrents extra UE.
      C’est avec une R&D commune que l’EU va monter en gamme et va pouvoir récoler les morceaux face au Etats-Unis et à la Chine.
      A court terme, ce n’est pas évident, ça grogne et ça va grogner, mais sur le long terme, le gain qualitatif sera important, et les appels d’offres hors UE seront plus accessibles. Les prix de ventes seront plus concurrentiels, et les maintenances et les circuits des pièces de rechanges plus denses, gagneront en régularité et fiabilité.
      Il faudra, au fur et à mesure, laisser de moins en moins de nations UE sur la touche, d’une manière ou d’une autre.
      On constate qu’il y a actuellement beaucoup d’embrouilles, mais la France et l’Allemagne, peuvent, avec des €€€, récoler les morceaux de l’UE.
      L’Allemagne doit accepter de jouer 50/50 avec la France. Parce ce que si elle a plus d’€€€, elle a bien moins d’expertise air-terre-mer-exo-cyber-systèmes.
      Ensuite, les nations qui vont venir se greffer sur le SCAF, MALE, ou sur le futur char, doivent être correctement traitées, à hauteur de leurs participations, de leurs apports et de leurs besoins. Tout est affaire de compromis, donnant-donnant, gagnant-gagnant, chaque nation doit faire des efforts, et c’est et sera évidement difficile !
      Ca vaut aussi pour les industries à objectifs civils, l’EU est en train de lancer des grands programmes, IA, électronique, nano, hydrogène, batteries, etc. La concurrence est utile, mais attention de ne pas multiplier les programmes. Par exemple, dans les batteries, je ne le sens pas trop.
      Pour l’aéronautique, chez Airbus, les nombreux programmes lancés par l’Allemagne sans entreprises françaises dans la boucle me posent problème. L’Allemagne semble jouer des €€€ pour toujours peser plus sur Airbus. Mais peut-être que c’est la France qui n’est pas assez dynamique, ayant mois d’€€€.

      Depuis des dizaines d’années d’engagements pour monter à 3% du PIB en R&D, nous ne sommes même pas à 2,5%. L’Allemagne est à plus de 3%.
      Allemagne : ~ 100 Md/an
      France: ~ 50 Md/an
      Heureusement, nous avons une R&D (notamment publique) excellente et assez bien ciblée, ce qui sauve notre misère.

      Le secteur industriel a stoppé sa longue hémorragie et repart, des usines ou extensions d’usines sortent de terre. On perd moins d’usines qu’on en crée, ça modernise, le suramortissement est enfin relancé pour les PME, c’est très bien.
      Mais nous avons bien du retard à récupérer, il faut donc continuer à pousser tous les curseurs au maximum possible : R&D, universités, apprentissage, formations, incubateurs, hubs, plateformes collaboratives, fabrications additives, etc.

    • Alain d dit :

      « Bilatéralement, trilatéralement » ça vaut aussi pour la diplomatie internationale,
      Inutile de rechercher l’unanimité, voir même la majorité des membres de l’UE quand il y a urgence. Comme pour le Venezuela
      https://www.bruxelles2.eu/2019/02/03/une-diplomatie-europeenne-de-gestion-de-crises-appelee-a-se-renouveler/

      Pour l’Iran, il semble que, sous les pressions et les menaces des Etats-Unis, l’UE s’est encore couchée.
      Après des décennies de masochisme, l’UE n’est pas encore prête à briser ses chaines !
      Qui qu’a fait meilleure turlute?

  7. Auguste dit :

    Les Anglais ont été les premiers à y adhérer,pourquoi Trump s’inquiéterait-il?.C’est plutôt les Européens qui devraient s’inquiéter de l’empressement des Anglais à s’y associer.

  8. Alain d dit :

    R&D Défense européenne, nouveau projet franco-polonais
    Le lance steaks hachés avariés multiple :
    80 steaks de 500 gr nano-agglomérés par tir, portée 1,5 km, temps de rechargement auto 1 min, cabine pressurisée évidement.
    https://www.usinenouvelle.com/article/800-kilos-de-viande-avariee-polonaise-retrouves-en-france.N801110

  9. Wagdoox dit :

    Enfin ça a le mérite d’ère plus clair plus raisonnable mais que de temps perdu.
    Elle relève le niveau du « chef, je suis votre chef parce que c’est notre projet ».

  10. Bereau Tom dit :

    Bonjour, quelqu’un peut il expliquer ce qu’est L’EUROGENFOR??

  11. Chanone dit :

    Il y a une frontière solide entre armées Européennes et UNE armée Européenne.
    On peut aussi parler de futurs moyens Européens.
    De la sémantique?… oh que non.
    .
    Quand on regarde la puissance militaire Européenne, on ne peut pas esquiver la redondance des différentes entreprises Européennes. A part Sarkozy qui a vendu nos moyens industriels à tout va, il n’y a que le calamiteux premier ministre Lionel Jospin qui a vendu des parts de Dassault au consortium Eurofighter (Donc Airbus).
    .
    C’est vous dire si chez Dassault, on goûte à l’ironie de l’histoire avec le SCAF.
    .
    A cause de la concurrence sauvage, beaucoup d’entreprises ont disparu ou se sont reconverties dans la sous-traitance, disparaissant du cercle des acteurs majeurs dans le secteur.
    Il n’y a que Airbus qui a amené une fusion/intégration des différents sous-traitants, permettant d’avoir les reins assez solides pour ambitionner de gros avions.
    Si l’Europe avait été autre chose qu’un marché captif des américain, qui ont tout de même le gros avantage de proposer du matériel éprouvé et… ambitieux, il y a longtemps que l’Europe aurait demandé à Airbus:
    -des aviosn de transport lourd
    -des hélicoptères lourds
    -des ravitailleurs
    -des piquets radars
    -un bouclier antimissile
    .
    Il faudrait pour cela que les mentalités évoluent, comme le prouve le chaos du programme A400.
    Sur ce point précis, j’affirme croire en cet avion: il fera le boulot, il gagne en employabilité à mesure que le temps passe… Et il prouve utilement qu’un programme militaire bien mené n’est pas un forum où tout le monde peut faire n’importe quoi… Et une direction industrielle est essentielle à un programme bien mené, surtout si il est ambitieux.
    .
    Une armée Européenne, n’est pas crédible en l’état, à moins de composer un corps exclusivement de volontaires et assignée à une tâche précise avec un cadre légal dérogeant aux limitations nationales.
    Et là, des escadron de transport, de combat, de soutien gérés par une institution Européenne adaptès pourron être dployé à la demande des pays demandeurs.
    L’intérêt serait d’employer le matériel selon les besoin mutualisés dans le transport lourd, le ravitaillement et l’entretien du gros matériel transnational (char Leopard, Eurofighter, A400M)…
    .
    On en est encore loin, et cela ne semble être encore une évidence pour personne mais aux nations: les armes et à l’Europe, la mautualité.

  12. krapulax dit :

    Pour reprendre le post de Twisted, la création d’une armée européenne pourrait s’appuyer sur le modèle de la Légion étrangère. Bien entendu, on ne parle ici que d’un noyau d’armée d’infanterie.
    Une petite publication de 2017 évoque cette possibilité dans le cadre d’une éventuelle évolution de la Légion étrangère. Par contre, le bouquin est corrosif et risque de ne pas plaire à tout le monde…
    Il est sur Amazon en téléchargement ou imprimé.
    titre :  » Souvenir qui passe : quel avenir pour la Légion étrangère ? « 

  13. HAMELIN dit :

    « au regard des règles d’engagements propres à chaque État membre de l’Union européenne ainsi que des différences culturelles, capacitaires, historiques et doctrinales »une armée européenne serait impossible. Cela veut dire que l’on ment aux européens depuis plus de 70 ans avec l’Otan qui « au regard des règles d’engagements propres à chaque État membre de l’Union européenne ainsi que des différences culturelles, capacitaires, historiques et doctrinales » rendrait cette structure totalement incapable de protéger l’Europe. Et bien je dis que tout ça n’est que foutaise, et ceux qui osent dire qu’une armée européenne n’est pas possible sont des menteurs. Il est temps de mettre fin à cette hypocrisie pro nationaliste, faite dans le seul but de diviser les européens.

  14. Pluton dit :

    c’est simple pas d’unite politique rend impossible ce que l’on pourrait qualifier d’armee europeeennne.
    Inutile d’utiliser cette expression, quand on sait quon a meme pas mis en place les pre-requis necessaires.
    En attendant les termes cooperations alliances and co, beaucoup moins « ronflant », suffisent largement pour ce que l’on est capable de faire.