Le contrat relatif aux futurs pétroliers-ravitailleurs de la Marine nationale a été signé pour 1,7 milliard d’euros

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

30 contributions

  1. Hermes dit :

    J’adore ce genre de coopération.
    Simple, efficace, pragmatique.
    .
    C’est par ces petits pas que l’on construira des géants Européens !

  2. Clavier dit :

    Cela apaisera les tensions franco-italiennes…….

    • Bob62 dit :

      Bonjour Clavier,
      Restons tout de même vigilant car selon Michel Cabirol au travers de plusieurs articles dans La Tribune, nos amis transalpins n’hésitent pas à chasser de manière agressive a l’encontre des intérêts français sur bon nombres de prospects.
      Alors ce peut être une bonne chose de coopérer, mais attention de bien clarifier les règles car j’ai l’impression que nous sommes souvent bien naïfs.

  3. Frédéric dit :

    Je signale deux chiffres en contradictions :
    * 11.200 m3 de liquides (carburant, eau douce),
    * 13.000 m3 de carburants

  4. sonata dit :

    Excellente nouvelle. Cependant, le prix laisse songeur : pour 4 navires totalisant 120 000 tonnes, on est à 1,7 milliards, quand les Britanniques ont payé leur 4 Tide (40 000 tonnes pièce !) seulement 600 millions. Et à terme la flotte de soutien britannique, reprise dans la Royal Fleet Auxilliary comprendra 250 000 tonnes (sans compter les 4 Point de 23 000 tonnes en contrat avec le MoD). Contre 120 000 donc pour la France.

    • Fred dit :

      @ sonata
      Si je ne me trompe pas, la France pourrait disposer de deux ravitailleurs supplémentaire en cas de besoin (deux navires civils réquisitionnables, pré-équipés pour le ravitaillement).
      .
      Qui pourrait infirmer ou confirmer cette info ?

      • dolgan dit :

        Il y a 2 navires civils affretés à temps plein par la marine . Le MN Calao et le MN Tangara. 12000T chacun.
        .
        Les British mettent leurs Landing ship dock (LSD) dans la Royal Fleet Auxilliary, donc nous on doit compter nos 3 PHA pour comparer .
        .
        ça nous amène autour des 208000 T côté FR. Mais je pense pas avoir tout compté.

        • Sonata dit :

          Je n’avais compté dans la RFA britannique que les ravitailleurs et autres navires de soutien, en excluant volontairement les LSD/LPD. donc en terme de soutien, la différence est bel et bien énorme. Les leçons de la guerre des Falkland pour nos amis british ?

        • Fred dit :

          @ dolgan
          Je pensais à des navires pétroliers, qui effectuent ordinairement un service commercial privé, spécialement réquisitionnables et pourvu de portiques de ravitaillement en mer qui ne serviraient que dans ce cas de figure (la réquisition).

    • Alpha dit :

      @Sonata
      Le tarif pour la classe Tide, vient du fait que les coques de ces navires sont construites en Corée du Sud, par Daewoo…
      Et le salaire horaire d’un ouvrier, là bas, est moitié moindre que celui d’un français, et un tiers plus bas que celui d’un britannique…
      Et nous, nous avons décidé de faire tourner nos chantiers navals…

      • sonata dit :

        Cela n’explique pas tout. Le salaire brut moyen français est de 3200$, contre 2800$ en Corée du Sud. En incluant les charges patronales, on monte à respectivement 4300 et 3000, ce qui n’est finalement pas une si grosse différence que ça… pour une différence de prix final de 1 à 3 quand même !
        Rapporté à la tonne, le coût est de 3 750€/tonne pour les Tide contre 14 000€/tonne pour les Flotlog !

        • dolgan dit :

          Faudrait déjà comme toujours s’assurer que les deux contrats couvrent la même chose. Il y a pas forcément que les navires, il peut y avoir de la maintenance sur X années.
          .
          Faudrait aussi comparer les équipements. Tout ce qui est radar et systèmes de communication, ça peut vite chiffrer selon ce qu’on décide de mettre.

        • Alpha dit :

          @sonata
          Bon, cela n’explique pas tout, mais pour couper court, les Brits ont fait construire leurs coques en Corée du Sud pour des raisons de coûts… Ce n’est pas moi qui le dit !… Je ne fait que rapporter… Alors que ce soit en raison du salaire horaire des ouvriers, des charges patronales ou du prix de la tonne d’acier, les faits sont là…

        • TINA2009 dit :

          Bsr SONATA !

          Pertinentes réflexions … Aisées , qui plus est !
          Ces programmes  » financent » les Besoins de nombreuses personnes physique et morales …..

      • Fred dit :

        Ce qui m’étonne, c’est plus le prix de ces navires comparé au prix des frégates, bien plus petites, certes, mais aussi plus complexes et suréquipées en divers matériels de haute technologie.

    • B.M. dit :

      Il ne les ont pas payés 600 millions d’euros, ce montant était celui du devis initial de Daewoo. Au final le montant payé à Daewoo, compte tenu de suppléments et ajustements de change, a avoisiné le milliard. Ceci sans compter le coût de l’armement et du système de combat ajouté en Grande Bretagne qui n’a pas été divulgué. Le reste de l’écart s’explique aussi par le fait que les 1,7 milliards d’euros comprennent 6 ans de MCO.
      Il faut noter aussi que les pétroliers british sont beaucoup plus lents que ce qui est prévu pour les BRF, ce qui n’est pas sans effet sur le prix.

  5. La grenouille dit :

    Comme quoi tout arrive… parfois j’admire le personnel qui bouche les trous avec du chewing-gum et beaucoup, beaucoup d’huile de coude.. dans la marine ou dans l’aviation ( les terreux je connais pas trop) mais quand même les catastrophes ne doivent pas toujours passées loin.. au dernier salon marine indien la marine faisait pâle figure avec un navire bien rouillé et une alouette bien déplumée par son grand âge..

  6. bat dit :

    20 noeuds c’est complètement idiot ,ce n’est pas suffisant ,il sera une cible lente parfaite ,

    • Fred dit :

      @ bat
      Ah ben justement, je trouve que c’est plutôt rapide pour un pétrolier, dont les formes ne sont forcément pas trop taillées pour la course. Iraient-ils à 30 noeuds qu’ils seraient tout de même des cibles faciles ; tout au plus, pourraient-ils espérer un peu plus échapper aux sous-marins à l’affut qui chercheraient à les courser au large ; mais leur consommation serait énorme.
      .
      Ce qui m’étonne par contre – comme sonata – c’est leur prix élevé.

    • ricojaneiro dit :

      Mince, on a oublié de vous consulter lors de la conception ! on est mal, patron.

    • Terrien, cependant dit :

      N’importe quel bateau, même s’il est dit « ultrarapide », est une cible lente : 20 nœuds ou 30 nœuds, ça ne fait guère de différence pour un missile.

  7. Aurel dit :

    C’est un pétrolier . La vitesse est dans la moyenne.

  8. Frédéric dit :

    Les navires de la Royal Navy sont fabriqués en Corée du Sud il me semble. Sinon ne pas oublié de retrancher la TVA, car ici, ils seront construit en France:)

  9. Frédéric dit :

    Doit on rappeler que pour certains ravitailleurs britanniques et les australiens, la vitesse est de 16 a 17 noeuds ? Les navires auxiliaires allant a plus de 25 noeuds sont très rares.

  10. Khay dit :

    Sans confirmation mais vu sur un blog anglophone, ils seraient apparemment armés avec deux Bofor 40Mk4.

    • dolgan dit :

      C’est ce qui est sur les images présentées. Mais le choix de l’armement n’est pas encore arrêté.
      .

  11. Breer dit :

    C’est sûr…. plus rien à voir avec les PRE des années 60 à 80, tels que  » La Charente et l’Isère » ancien pétroliers civils transformés de la Marine sur lesquels j’ai servi en 1975, 1976 et 1977…

  12. mich dit :

    Très bien , à l’image de l ‘entré en service des « phénix » ,on réinvesti enfin de façon significative dans ce qui permet de déployer et faire durer nos forces , car cela ne sert vraiment à rien d ‘aligner des systèmes de combat si on ne peut pas les supporter ou les entrainer correctement , c’est ça qui fait la force d ‘une arme et sa valeur de dissuasion .