La ministre des Armées annonce le premier vol d’un démonstrateur de planeur hypersonique français en 2021

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

109 contributions

  1. Fred dit :

    « Théoriquement, il peut atteindre une vitesse supérieure à Mach 10 tout en étant manoeuvrable. » N’est-ce pas en contradiction avec ce que l’amiral Prazuck disait quant aux issiles ballistiques tueur de porte-avions (en l’occurence le DF-21D chinois)?

    • Hermes dit :

      En fait, tout dépend ce qu’ils entendent par manœuvrable..
      .
      Il y a bien possibilité d’obtenir une certaine liberté pourtant que je sache, mais ça reste extrêmement limité a cause des contraintes… On est loin de l’agilité d’un missile plus lent.

    • moripo dit :

      Non, car ce planeur hyper sonique n’aura pas de phase de vol balistique pendant lequel tout pilotage est impossible

    • Estelassar dit :

      Non puisque la définition de ballistique signifie bien l’absence de manœuvre ?

    • dolgan dit :

      Pas du tout. Le DF-21D est balistique, donc très différent comme système.
      .
      L’amiral dit surtout que le DF-21D n’est pas capable à cette vitesse de détecter un PA mobile , ni d’atteindre le PA à une telle vitesse après les manœuvres de correction de trajectoire.

      • 341CGH dit :

        Il n’est pas question de détecter le PA : on tire sur un objectif dont on connaît d’avance l’endroit où il sera six minutes plus tard (six minutes = le temps de trajet du missile).

    • B21 raider dit :

      Ce n’est pas en contradiction, c’est juste que guider un missile aussi rapide que le df-21 sur une cible mouvante est un véritable challenge, car les ondes radar sont perturbées par le plasma produit par la friction a haute vitesse, et je ne parle même pas des gammes IR, c’est à dire qu’il va être guidé a distance par un satellite ou un drone ou autre…… ça reste toujours plus facile à brouiller qu’un guidage interne.

      • TOM1TOM dit :

        1. le Pershing 2 a un système de reconnaissance de cible par son radar, il peut ainsi se corriger son trajectoire.
        2. la Chine a placé un satellite de surveillance sur orbite géo, la résolution est de 50 mètres, il peut observe plus de 8000 kms de la côte chinoise à 24/24 en temps réel.

        • dolgan dit :

          1)Le Pershing détecte une GROSSE masse terrestre FIXE dont il connait déjà l’emplacement. Rien à voir avec la détection d’un PETIT porteavion MOBILE.
          .
          2) oui et ? une fois en haut le missile peut détecter le PA. Le problème c’est de le faire pendant la descente aux vitesses en question.

          • TOM1TOM dit :

            la technologie d’ajourd’hui est beaucoup plus avancée à l’époque de Pershing2, on peut détecte un « petit » pa, pour 12 mach, une seconde est de 4080 mètres, un pa se déplace à 13.8 mètres par seconde, donc, si l’ogive a modifié son trajectoire à 50 kms de pa, il pourra bien le frapper.

          • dolgan dit :

            @Tom1tom.
            D’après vos chiffres, le missile tapera a 170m de sa cible …
            .
            Le missile n’arrivera pas à mach 12 , pas en balistique avec correction de trajectoire. Il sera ralenti fortement par les frottement de l’air.
            .
            Dire « c’est magique, c’est la technologie d’aujourd’hui », ça marche avec les Fanboys, mais les experts de la question ne sont pas convaincus.

          • ScopeWizard dit :

            @TOM1TOM @dolgan
            .
            Pourriez-vous m’ expliquer comment vous faites pour chacun obtenir de tels résultats ?
            J’ avoue que votre raisonnement même mathématique m’ échappe ……………
            .
            Vos 13.8 m correspondent à 50 km/h
            Mach 12 sont égal à 12 fois la vitesse du son soit 330m/s donc 3960 m/s , vitesse du son qui dépend essentiellement de la température , aussi comment obtenez-vous des résultats aussi précis ?
            À Mach 12 , 50 km seront parcourus entre 12 et 13 secondes
            .
            À mon humble avis , et je rejoins @dolgan sur ce point , le missile ne sera pas à Mach 12 avant impact et encore faudrait-il savoir quelle sera sa trajectoire , tendue , ou en cloche ?
            Normalement , il devrait atteindre sa cible depuis la haute altitude , ce serait logique , mais alors quid de sa vitesse à cause de la résistance croissante de l’ air et de l’ augmentation de la température ?
            Des corrections très fines et très précises seront forcément nécessaire en fin de parcours ……………………
            .
            Pas du tout évident …………….

    • Fred dit :

      Fred
      Non, il disait (en gros) : « je ne vois pas comment un quelconque capteur d’engin hypersonique [servant à le guider vers une cible mobile] pourrait résister à la chaleur produite par une telle vitesse dans l’atmosphère.
      .
      Idem (c’est moi qui le rajoute), à ces vitesses, les matières arrachées à un engin hypersonique créent un plasma absorbant toutes les ondes entrantes ou sortantes (CF les retours lunaires et la phase ou toute communication est impossible, lors de la ré-entrée atmosphérique).
      .
      Par contre, pour cibler une ville avec une arme atomique, peu de précision est requise ; on peut même se passer d’un guidage GPS, et – en général – les villes ne sont pas des cibles mouvantes :o)

    • wagdoox dit :

      non il y a une différence entre manoeuvrant pour être imprévisible, la manœuvre nécessitera de prendre peu de G alors que ce diriger vers un PA demande une précision monstre et des manœuvres à fort G et nécessitant donc une autopropulsion qui permet de reprendre de l’énergie avec les manœuvres.
      D’ou la différence entre planteurs et missiles de croisières hyper.
      L’autre difficulté c’est le mur de la chaleur qui posera pas de problème au planeur tant qu’il sera en haute altitude. (les 20 derniers KM en verticale où l’air est le plus dense ne sont pas un problème car le materiel peut le supporter durant très peu de temps mais si on fait du mach 5 ou 20 en basse altitude pour 500 km là c’est trop long, trop chaud, d’ou les deux étapes sur le missile russe, l’un sub l’autre hyper).

    • Gégétto dit :

      Fred ,
      Il existe des recherches pour rendre manœuvrable un engin hypersonique démuni de dérives à l aide d électrodes.
      Ces électrodes produisent un courant ionisant l air, ce qui se traduit par une traînée et permettrait de diriger l engin ( actionneurs plasmas)
      L ONERA avait fait également des recherches dans ces domaines il y a fort longtemps.
      http://www.aerospacelab-journal.org/fr/al10/plasmas-pour-le-controle-ecoulements-a-haute-vitesse

      • Romain dit :

        Petite précision, ce lien renvoie vers des travaux issus d’un laboratoire CNRS à Orléans. Ils sont effectivement publiés dans le journal AerospaceLab de l’ONERA, mais sont différents des études menées par l’ONERA (plasma spike, contrôle de couche limite, etc.).

  2. Polymères dit :

    C’est une bonne chose. Il faudrait également songer à avoir un système anti-missile, premièrement contre les engins non hyper-sonique pour être en cohérence avec l’équilibre stratégique et surtout la supériorité des nations disposant de l’hyper vélocité et de celles qui n’en ont pas.
    On ne sera pas supérieur à elles si on reste vulnérable aux armes plus « classiques ». Mais bon faut dire que là dessus, ni les russes, ni les américains, ni d’autres n’ont réellement un système anti-missile qui leur donne une telle assurance pour intercepter les menaces ennemis. Par contre ils ont un minimum permettant de traiter une menace, ils ont un socle à améliorer.
    Faudrait penser là aussi, soit à acquérir cette base, soit directement passé à un système plus complexe ayant la capacité d’intercepter et de suivre des missiles volant à mach-10, là on pourrait réellement rattraper notre retard (car d’ici 15 ans les autres auront aussi avancé dans le domaine) voir être en avance, car ne sous-estimons pas nos capacités, nous sommes très bons, c’est juste qu’on fait ou plutôt qu’on ne fait pas les investissements nécessaires et dans des domaines ou d’autres investissent pour justement prendre une supériorité dans un secteur que nous négligeons.
    .
    Des armes hyper-sonique pour remplacer notre missile nucléaire air-sol, c’est parfait et un excellent choix stratégique, qu’il convient de compléter avec un excellent bouclier anti-missile et pas la peine d’essayer de faire un système traitant aussi les aéronefs, non, spécialisons le contre les missiles et continuons d’utiliser et d’améliorer le Mamba pour tout le reste. La France est un petit territoire et il n’y a pas besoin d’avoir autant de systèmes (très coûteux) que les USA ou la Russie.
    .
    Stratégiquement, on doit aussi prendre un leadership européen et le développement d’un bouclier anti-missile devrait servir toute l’Europe et on pourrait aisément imaginer un financement européen via l’actuel processus qui financera déjà en partie le nouveau char, le nouvel avion, ou encore le drone. Il serait peut-être même envisageable d’imaginer que pour un tel système de défense continentale on puisse avoir une parfaite coopération entre les états qui laisseraient de côté la propriété étatique de tels systèmes. Chacun est libre d’en acquérir pour ses propres besoins de défense, mais à côté l’UE achèterait plusieurs systèmes pour protéger l’ensemble et ils seraient mis en oeuvre par une unité spéciale, européenne. Pour faire perdre le rôle des américains en Europe de l’Est il faut ce genre d’assurances et on verra bien si la Russie n’est en réalité emmerder uniquement par les américains ou si en fait elle défend comme je le pense, la volonté d’une Europe faible et isolé des USA pour que la Russie puisse avancer ses pions.

    • Fralipolipi dit :

      OK.
      Cela dit entre le Mamba Block 1 NT à venir (pour interception de missiles d’un peu plus de 1000 kms de portée),
      et l’équivalent du projet Exoguard d’Astrium (pour interception au dessus de l’atmosphère de missiles balistiques à longue portée) que vous décrivez, il nous faudra aussi un missile intermédiaire.
      .
      Le projet Aster 30 Block 2 (supposé pouvoir intercepter des missiles de 3000kms de portée) serait-il alors suffisant pour jour ce rôle de missile intermédiaire et couvrir tout le spectre intermédiaire ?
      .
      En tous les cas, il y aurait un « immense » boulot amont … rien que pour faire tomber d’accord suffisamment de pays européens sur un tel projet de DAMD européenne … en parallèle de la DAMB que les US ce sont empressés de présenter comme un cadeau à tant de pays de l’OTAN (notamment en Europe de l’Est) …

      • Alain d dit :

        @Fralipolipi
        Entre l’évolution Aster-30-évolution (SRBM, short, 1000 km) et l’Exoguard (exo-atmosphérique), un Aster à 3 étages me semble jouable (booster, propulsion, puis tête sans propulsion ni charge explosive, mais avec des poussées latérales correctives au propergol pour aller intercepter physiquement la cible)
        Ceci devrait couvrir la plage des MRBM (médium, 1000-3000 km). Ces missiles peuvent sortir, ou pas, de l’atmosphère.
        L’Exoguard, avec une vitesse supérieure à Mach 25, 27 de mémoire en test, était il me semble, étudié pour l‘interception de missiles intercontinentaux, les ICBM.
        Donc votre question, je suppose, porte sur les IRBM (intermediate, 3000-xxxx km) qui peuvent être intercontinentaux et passent dans l’exo. Est-ce « qui peut le plus peut le moins » est valable pour un système type Exoguard, ou aurait-on besoin d’un autre intercepteur ?
        Sachant que tous les missiles peuvent être utilisés sur une distance bien plus courte que leur portée maximum.
        Je n’ai pas trouvé de tableau avec les trajectoires et les flèches théoriques des différents nombreux missiles, selon les tirs. Là, rien ne va plus.
        De mémoire GRAVE détecte les objets entre 400 et 1000 km, on est dans l’exo.
        Ce devrait être aussi le job des radars TLP (Thales).

        Autre question, quand est-ce que le MEADS, (Merde Extended Allemand Defense System) est abandonné pour la cohérence anti-aérienne de l’UE.
        Italie-Allemagne-France+Royaume-Uni, sachant que les américains n’achèteront jamais cette merde, et que RU, ITA et FRA carburent déjà à l’Aster-30.
        Nos grands industriels adorent multiplier les programmes qui au final coutent cher à l’UE et y foutent la zizanie. A qui les fautes?
        2 développements parallèles pour des systèmes ciblant les mêmes objectifs, dont un allie allemands et américains, alors même que ces derniers ne sont pas clients.
        Je crois que j’ai trouvé :>))

        • Fralipolipi dit :

          Bah … en fait, on ne fera sans doute jamais l’Exoguard … trop cher pour l’Europe,
          et sans garantie aucune de bouclier sûr à 100% (… et même à beaucoup moins).

    • Fred dit :

      Lors d’une question de la la commission de défense de l’assemblée nationale, un responsable militaire [me rappelle plus qui] à propos de l’utilité d’une défense anti-missiles balistique, répondait (à peu près) : ce serait hors de prix, et de toute façons il est actuellement technologiquement in-envisageable de contrer des têtes de rentrée manœuvrantes qui seront bientôt la norme.

    • NRJ dit :

      Vouloir neutraliser des missiles supersoniques en plein vol est impossible à faire en pratique. Il faudrait automotiser les moyens anti aérien et avoir des missiles anti-missiles encore plus rapides et maniables. Physiquement ce serait trop complexe (déjà que faire un missile simple n’est pas facile). Si on doit investir ce serait sur les moyens de détection de l’ennemi par brouillage, pénétration des réseaux ou neutralisation des moyens de reconnaissance (satellites, drones).

      • Hermes dit :

        un missile supersonique est parfaitement interceptable…
        .
        Vous confondez avec hypersonique…

      • Jupiter dit :

        Bonjour,
        L’interception de missiles de croisière supersonique est parfaitement possible avec des moyens actuels (Aster 15 et 30).
        Je prends par exemple l’interception réalisé dans le cadre d’exercices de GQM-163 Coyote par la Marine pour tester justement les capacités d’engagement des missiles Aster.
        Attention cependant, cela ne veut pas dire que tous les missiles supersoniques peuvent être intercepter. Cela dépend fortement de leur trajectoires, de leur altitude de croisière, de la force déployée pour faire des manœuvres d’évitement du missile et des performances des systèmes de détection et de conduite de tir

      • Alain d dit :

        @NRJ
        Encore tout faux :>))
        De mémoire, l’ASter-30 a intercepté, en plein centre, par deux fois un missile évoluant à Mach-5, et est passé suffisamment près lors d’un autre test. Avec la projection de particules, le missile aurait aussi été HS, dans une confrontation réelle.
        Premier tir-essai vers 2012 avec l’aide des israéliens.

      • Fred dit :

        @ NRJ
        Un ICBM n’a besoin d’aucune reconnaissance : il cible des villes dont les coordonnées sont évidemment connues et évidemment immuables.
        .
        Un ICBM ne peut être brouillé : une fois lancé, il se dirige de lui-même vers les cibles qui lui ont été désignées.

    • wagdoox dit :

      Alors, il y a deja des projet de défense contre les missiles supersonique et balistique jusqu’à 1500 km.
      On progresse lentement mais on progresse. le probleme c’est d’avoir des yeux et des missiles intercepteurs partout, on est pas les US donc c’est pas possible. Résultat il nous faut un concept different. Et ca avance mais très lentement, on a déjà des concept de radar et satellite qui pourraient etre efficace sans avoir à ouvrir des bases partout.
      Mais contre les missiles de plus 4000km, il faudra revoir l’intercepteur, probablement remplacer les missiles par une arme à énergie dans l’espace (qui serait également efficace sur les missiles balistique manoeuvrant (comme le planeur hyper justement), c’est déjà évoqué par les US pour frapper les missiles balistique à leur apogée. Pour les missiles de croisière hypersonique là, c’est desert absolue, sachant qu’ils voleront de plus en vite et surtout de plus en plus bas. Seul un réseau intégré de radar à onde de surface fonctionnerait sur les eaux et les reliefs très plats.

  3. B21raider dit :

    Bonne initiative, reste a voir si le financement suivra ……………

  4. B21raider dit :

    Je ne vois pas comment, un booster pour un planeur hypersonique pourrait être intégré aux rafale, en général le missile + planeur = 6 a 7m de longueur donc en terme d’encombrement c’est pas Top-top, c’est pour cela que s’il doit équiper les FAS, ce sera certainement sous l’aile du SCAF.
    La plupart des vecteurs aériens hypersoniques sont lancés depuis des bombardiers stratégiques.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      La taille max d’emport du Rafale en point centrale n’est pas atteinte avec un ASMP-A, notamment en termes de largeur.
      Il est donc possible d’imaginer un booster un peu moins long et un peu plus trapu

    • Hermes dit :

      Quelque chose me dit qu’ils se basent sur le système de lanceur de microsatellite prévu sur le Rafale…
      http://www.europesolidaire.eu/repimg/20081110112845_mlatrimaran.jpg
      http://www.planete-sciences.org/blogs/pla-sci/files/2013/07/PUG-004B.jpg
      .
      Que ce soit masse volume ou même objectif, ces systèmes sont relativement proche des requis au lancement d’un planeur hypersonique… il manque juste… le planeur…

      • wagdoox dit :

        non pas du tout, le MLA trimaran sont capable de lancer 75 à 180kg.
        Si on met un planeur et une charge militaire ca sera bien trop lourd. Donc peut etre viable pour le démonstrateur mais le MLA n’ayant lui meme jamais été testé…

        • Hermes dit :

          Ils sont capable de placer 75 à 180kg en orbite, ce n’est pas pareil que de propulser pour frapper une cible… Cette CU est une question de dV.
          .
          Si les missiles avaient besoin de la même quantité d’énergie pour frapper à 1000 / 10 000km que pour orbiter leurs charge militaire, la construction de SNLE serait beaucoup plus problématique…

          • wagdoox dit :

            La charge reste largement plus importante, on parle d’une chasseur de 200kg minimum + le planeur lui meme.
            C’est impossible tant en masse qu’en volume et encore une fois le MLA n’a jamais été produit encore moins testé.
            Maintenant si c’est pour faire un teste avec un planeur à l’échelle pourquoi pas. je rappels que pour les sate. d’unseenlab, le MLA n’est pas programmé, ca devrait partir sur un lanceur indien pour l’instant … c’est dire.

    • Chanone dit :

      @ B21 raider.
      Les missiles déjà qualifiés pour le point central et numéro 2 de l’aile du Rafale ont une longueur qui dépasse les 5 mètres (SCALP 5m10/ ASMPA 5m40)
      Il est aussi possible de créer un vecteur emportant le planeur en semi encastré plutôt qu’à la pointe.
      Pour exemple concert, prenez le gros missile Hugues Phoenix, gros et trapu (4m de long), mais dont les performances dynamiques (4800 km/h à 30.000 m) étaient exceptionnelles.
      Si, et c’est important, il ne s’agit que d’un planeur, la partie propulsion peut être abandonné au profit d’un petit projectile: la TNA n’est vraiment pas une charge volumineuse.
      Par sa taille restreinte, ce projectile serait dur à cibler.

    • Fred dit :

      @ B21raider
      Les militaires souhaitaient un choix technique assez rapide pour le successeur de l’ASM-P : soit très furtif, soit hyper-véloce, parce-que le second choix risque de nécessiter un Rafale rallongé d’un mètre (ce que Dassault considère comme « assez simple » à réaliser).
      .
      Je crois que le sujet avait été abordé sur Opex …

      • wagdoox dit :

        pas exactement, le choix est etre un missile plus rapide et plus furtif que l’asmpa ou alors un missile mach 8 ou 9 plus rapide que la première version mais forcement moins furtif (sachant qu’il pourra toujours utilisé le suivi de terrain).
        Le rafale XL est un nouveau rafale à l’image de ce que le Saab a fait avec le nouveau gripen, de fait l’ACF a enterré le projet de rafale XL.
        Le sujet de furtif contre hyper est par contre très vif entre anglais et français que le successeur du SCALP, les anglais préférant la furitivité mais ils reconnaissent que le missile anti navire devra etre au moins supersonique.

    • wagdoox dit :

      Ca n’a jamais eu vocation à etre intégrer sur rafale ou ACF mais sur un M51 encore une fois vous faites la preuve de votre ignorance… Aucun planeur n’est fait pour aller sur un chasseur ou bombardier dans aucun pays au monde.
      Ca c’est les missiles de croisière hypersonique type ANS4G et là on sait pas encore si le missile sera trop long pour aller sur l’ACF (le SCAF c’est le système de systeme, l’avion de combat futur c’est une partie du SCAF). Il est aussi possible qu’il y ait deux version de l’ANS4G (comme ca devait etre le cas avec le AMPA qui si les anglais avaient rejoint on aurait eu un ALPA (pour arme longue portée). L’idée serait d’avoir une version courte portée sur ACF et longue portée sur un A350 (selon la proposition d’airbus d’un faire une version bombardier lanceur de MdC).
      La longue de 6 à 7 m d’un missile c’est des missiles de croisières pas balistiques et sachant que l’ASMPA fait 5,4 m, la problématique serait minime. Mais là encore un missile mach 10 prendrait beaucoup plus de place qu’un mach 4 au vu de la consommation en carbu et serait trop gros pour le rafale ET l’ACF. Bref vous confondez vraiment tout !

      • Sniper dit :

        Jamais un planeur sous un avion ? MdR ! Rzgarder aux Us les programmes TBG, HCSW ou ARRW pour l’Air Force.
        C’est beau les certitudes franchouillardes !

        • wagdoox dit :

          ahahahah !
          non non jamais vous confondez avec des missiles de croisières hypersonique, c’est pas du tout la meme chose qu’un planeur.
          C’est beau la connerie d’un non franchouillardes….

      • B21raider dit :

        Jetez un coup d’œil au programme ARRW américain.
        dans tout les autres commentaires, les gens ont essayé de répondre selon leurs acquis et connaissances avec des preuves a l’appui, vous vous êtes toujours la pour faire chier tout le monde, et je le vois bien, vous ne commentez jamais en premier vous attendez les commentaires des autres pour leur répondre, et quelles réponses (elles témoignent toujours de votre parti-pris)….
        Bref … a l’avenir si c’est pour me répondre de pareille manière, passez votre chemin, ne regardez surtout pas mes commentaires.

        • wagdoox dit :

          Alors on va reprendre l’ignorant, il s’agit de missile de croisière pas de planeur ! C’est juste pas du tout la meme chose.
          pardon ! vous vous prenez des scud dans le cul assez souvent donc je fais chier le monde mais vous faites chiez les cieux !ç
          Si je commente en premier ca m’arrive mais je ne vis pas constamment devant mon écran et surtout je réagis quand je vois une connerie.
          Je suis pas là pour démolir du monde mais juste vous, avec votre arrogance completement injustifié. Vous parlez comme si vous saviez mais c’est toujours à coté de la plaque.
          je vais faire exactement ça, à la condition que vous arrêtez de raconter de conneries, de choses factuellement fausses !
          Un parti prit le mec il s’appelle B21 et suce les US à tout bout de champs et me parle de parti pris… wow.

  5. Yannus dit :

    Bonjour,
    C’est rapide en effet!
    Cela veut dire qu’on sait en France encore créer la surprise sans en faire des tonnes.
    Le VMAX sera piloté?

    • Ping dit :

      La version pilotée s’appelle Ohka, mais elle a été abandonnée il y a environ 40 ans.

      • wagdoox dit :

        ahahaha merci, elle était bien bonne !

      • Yannus dit :

        Même 70 je dirai.
        Pour moi le VMAX servira de banc d’essai. D’où ma question.
        Je ne pense pas que l’on puisse parler vraiment de planeur hypersonique pour une maquette au 1/10

  6. Fralipolipi dit :

    Encore une belle annonce en ce début 2019.
    La France reste dans la course et c’est tant mieux.
    .
    Si le 1er vol est prévu si tôt (fin 2021), c’est qu’effectivement les recherches avaient déjà bien avancé.
    Bon courage aux développeurs pour cette dernière (longue) ligne droite.
    .
    A part cela, je trouve toujours aussi curieux d’associer le mot « planeur » à celui de « hypersonique » … les 2 effets paraissant être tellement aux antipodes …

    • wagdoox dit :

      non c’est simplement que le planeur n’a pas d’autopropulsion, comme une balle, un obus, ou une tete nucléaire. Le missile balistique mettant le planeur en hauteur, il prend ensuite de la vitesse en retombant, la vitesse crée une portée et vu la hauteur la vitesse devient énorme. Mach 25 pour une tete nucléaire non manœuvrante, c’est dire la perte de vitesse que le planeur devra aux manoeuvres.

      • Fralipolipi dit :

        @wagdoox
        Vous n’avez peut être pas bien lu l’article : « …N’ayant pas de trajectoire balistique … »
        Or, votre Mach 25 n’est atteignable qu’à l’issue d’une trajectoire balistique exo-atmosphérique …
        Si notre ASN4G ne fait pas dans le balistique (ce qui explique sa potentielle manoeuvrabilité), alors il sera tiré entre 10.000 à 15.000m d’altitude et, après l’accélération booster, il filera vers sa cible en hypervéloce (avec propulsion superstatoréacteur) entre Mach 6 et Mach 10.
        … et là, je ne vois pas du tout où vous pouvez placer une phase de vol en « plané » (sans propulsion).
        .
        Ca ne colle pas du tout.
        Soit il y a du balistique et on fait planer.
        Soit il n’y a pas de balistique, et il n’y a pas de place pour la sieste … le moteur doit pousser tout du long.
        … sauf erreur de ma part 😉

        • wagdoox dit :

          Vous confondez l’ASN4G qui remplacera l’ASMPA avec le planeur qui servira à remplacer les TNO.

          • Fralipolipi dit :

            Je ne confonds rien du tout (et je ne comprends pas votre remarque).
            Relisez l’article. On parle bien du remplacement de l’ASMP-A (qui embarque un tête TNA), par un missile Hypervéloce ASN4G !.. dont l’article dit aussi qu’il ne fera pas dans le balistique !
            .
            …. et il n’a jamais été question ici du remplacement des M51 et de ses TNO.
            .
            J’ai l’impression que, malgré nous, on dérive un peu vers des dialogues de sourds sur ce sujet.
            Mais bon, c’est rien de grave 😉

        • Chanone dit :

          @ Fralipolipi
          Heu… Une plongée depuis la haute altitude, voire l’éxosphère, n’est pas une sinécure. Aussi la partie où le missile profite de sa poussée initiale pour fondre sur sa cible en louvoyant pour se faufiler entre les tirs d’interception PEUT requérir un planeur hypersonique.

    • Pierre yves leon Niasse dit :

      La vrai course utile serait plutot la course au désarmement non lorsque les armes sont fabriquees la yentation est grande de s en servir
      pp
      p

      • Fralipolipi dit :

        « La vrai course utile serait plutot la course au désarmement  »
        … alors sur cet aspect là, la France a déjà pris de l’avance, avec le concept de « stricte suffisance » et la réduction, puis la limitation, de notre arsenal nucléaire à environ 300 têtes nucléaires + le démantèlement (déjà ancien) de toute notre filière de production de composants nucléaires militaires.
        Il en va tout autrement aux US et en Russie, et même en Chine …
        C’est à eux de suivre notre chemin, … et surtout pas à nous de nous de nous effacer comme des ultra-masochistes ultra-timides … ultra couillons.

  7. Fred dit :

    Je pensais que les « planeurs hypersoniques » concernaient plutôt les ICBM en remplacement des têtes classiques, et que l’ASN4G devait être un Superstatoréacteur (scramjet) aérobalistique simple (et non planeur en phase terminale). (?)

    • Fralipolipi dit :

      @Fred
      Exactement, ce genre de planeur hypersonique (Cf photo article) est supposé être propulsé par un missile balistique (à l’instar de l’Avanguard russe) … d’où sa très grande vitesse (pas loin de Mach 20) au moment de la rentrée dans l’atmosphère … vitesse qu’il dégradera le moins possible jusqu’au sol en s’évertuant à bien … « planer ».
      .
      Par contre, il me semble bien que pour l’ASN4G, le projet n’est pas du tout basé sur ce type de procédure de tir, ni de propulseur. On parle bien là d’équiper les Rafale (ou futur SCAF) des FAS.
      On parle d’un missile aéroporté et tiré depuis un avion de combat ! (à la façon de l’ASMP-A … ou du Kinjal russe depuis Mig-31).
      Or là, nous ne sommes plus dans le tir balistique (tirant parti du vide de l’espace), et je ne vois pas où on pourrait se payer le luxe de réaliser des phase de vol « plané », tout en restant hypervéloce …
      J’imagine plutôt un profil de missile le plus fin possible, avec des propulsions booster en accélérateur, puis scramjet (superstatoréacteur) prenant le relais.
      Aussi, le terme « planeur » me parait vraiment bizarre … sauf à vouloir faire des annonces restant volontairement les plus floues possibles, voire trompeuses (?)

    • Patatra dit :

      On peut imaginer ce planeur comme le Neuron pour le SCAF.
      Il servira, comme démonstrateur, à valider les connaissances en propulsion, matériaux, etc qui serviront pour le ASN4G ^^

      • wagdoox dit :

        aucun rapport.
        Le PLANEUR… n’aura pas de propulsion. (c’est dans le nom quand meme là).
        Un M51 le mettra en orbite, la gravité lui donnera la vitesse.
        Sur les matériaux, les trois projets planeur, ASN4G et futur missile de croisière/ anti navire sont concerner par les matériaux qui devront tenir une forte chaleur pendant un certain temps et pour pas cher.

    • Chanone dit :

      @ Fred
      Les standards du Rafale se succédant, le lancement des études impactera naturellement la conception du SCAF et si les Allemands font barrage, du Rafale M.L.U.
      .
      Quand on voit une ministre des armées qui évoque pour la première fois des « tarifs dégressifs en cas de ventre export » du MMP, je ne serai pas autrement surpris que cette décision venue de nulle part soit un plan B, pour pérenniser la composante FAS.

    • wagdoox dit :

      C’est exactement ça, l’un et l’autre n’ont rien à voir, c’est juste que l’auteur de l’article rappel les projets d’arme hyper en cours, on pourrait aussi parler du canon magnétique puisque les obus doivent partir à mach 7.

  8. werf dit :

    La ministre est prête à annoncer tout et n’importe quoi. Avoir la capacité ne veut pas dire que ce planeur hypersonique pourra être testé dès 2021. Pour une raison simple, nous n’avons plus d’avion capable de « porter » le « bébé », qui fait au moins 5 à 6 mètres, si l’on veut une vitesse supérieure à Mach 10, qui est le minimum en termes d’efficacité, compte tenu aussi des engins similaires déjà en production de série en Chine et en Russie notamment. Aux Etats-Unis, il y a une lutte féroce entre les constructeurs qui devrait aboutir à une mise en production en 2025 au plus tôt.

    • Hermes dit :

      Un ASMPA c’est plus de 5m déjà, et on est loin des limites en volume du Rafale…
      .
      C’est pas pour rien que le MLA a été particulièrement envisagé sur Rafale.
      .
      Votre commentaire est à la ramasse totale.

      • werf dit :

        Le ASMPA c’est 5.40 et 840 kg pour une portée de 500 kms. Un planeur hypersonique c’est plus de 6 ms si l’on veut atteindre 5000 kms de portée et mach 10 avec une masse de plus de 2 tonnes car il a plusieurs ogives indépendantes et auto-dirigées. Donc rien à voir avec le ASMPA qui est un missile de moyenne portée. Le Rafale n’est pas conçu pour une telle charge.

        • UnKnown dit :

          Le Rafale peut embarquer jusqu’à 9 tonnes d’équipement sous ses ailes, et l’ASMPA actuel fait 5.40m. Je glose que passer à un missile de 2 tonnes faisant 40 cm de plus ne pose aucun problème au niveau de l’emport… (éventuellement un renfort des pilonnes d’armement centraux)

        • Fralipolipi dit :

          @Werf
          D’où sortez vous que l’ASN4G devra atteindre 5000kms de portée ? et avec plusieurs têtes de surcroit ? …
          Là, vous décrivez plutôt le missile M4 ou M45 ! Et du coup, vous êtes hors-sujet.
          .
          Tout au contraire, il est simplement question ici de reprendre les propriétés de l’ASMP-A (allonge d’approx. 500kms, et plus si possible, et une tête nucléaire unique = la TNA), … et de doubler sa vitesse (ou plus si possible).
          L’équation, bien que restant complexe, est loin d’être aussi « infaisable » que celle que vous semblez considérer.

        • Hermes dit :

          Parce que vous pensez qu’ils vont remplacer l’ASMPA (Charge unique) par un missile à plusieurs têtes ?
          .
          Vous confondez les configurations des ICBM’s et des missiles aéroporté…

      • wagdoox dit :

        Encore une fois non le MLA ne correspond pas
        et la limite volume est atteinte meme si le rafale est plus long, il faut se rappeler qu’il y a la crosse et surtout le terrain d’atterrissage donc non le rafale ne peut pas prendre un missile plus long. D’ou la proposition de rafale XL de Dassault en 2014, maintenant morte avec le ACF.

        • Hermes dit :

          Volume != longueur.
          Ce n’est pas pour rien si j’ai link le concept « trimaran »
          .
          Le MLA a lui été link pour ramener potentiellement vers un système plus proche du Kinjal.
          .
          Alors encore une fois, s’en inspirer est parfaitement possible, si vous preniez le temps de lire au lieu d’interprêter par votre vision étriqué, je n’ai jamais dis que le MLA était la solution ou quoi que ce soit, mais bien uniquement une base de réflexion. (un peu de mécanique spatial et on comprend vite l’intérêt pour un proto de planeur hypersonique…)
          .
          Donc avant de prendre un air hautin et juger, il serait de bon ton de savoir analyser correctement un commentaire dans un premier temps.

          • wagdoox dit :

            non pas forcement, il pourrait etre plus gros aussi (mais ca poserait problème pour l’aérodynamique).
            Juste le kinjal est le contre exemple de ce qu’il faudrait faire, avec un missile deux étages, premier missile de croisière sub puis le deuxième hyper sur quelques dizaines de KM.
            En plus vous prenez un contre exemple on a rien qui aille jusqu’à 23 metres de long comme le MIG31 (qui a dû voir sa structure renforcée).
            Vous me dites ou il y a un demi air hautin et Hystérique et on en reparle. tout au contraire je vous parle avec des faits des chiffres pensant avoir une conversation normale avec quelqu’un de cohérent et réfléchi !
            Et encore une fois vous voulez mettre ce planeur sur rafale ou un avion alors qu’il doit aller sur un M51.
            Et je trouve ca ironique car justement d’assaut à déjà travailler sur le sujet avec la navette hermès (votre pseudo).

    • Paxwax dit :

      Primo, le Rafale peut tout à fait porter un missile de « 5 à 6 mètres ». Le SCALP fait 5,10m. L’ASMPA fait 5,40m.

      Deuxio, simple supposition je le précise, mais vu qu’il sera visiblement équipé de boosters, ce « planeur hypersonique » est peut-être plutôt destiné à être lancé depuis un SNLE plutôt qu’un Rafale? Ce qui serait compatible avec des missiles beaucoup plus gros (M-51: 12m).

    • wagdoox dit :

      rien à voir !
      aucun planeur n’est fait pour aller sur un avion mais sur un missile balistique type M51 !
      Qui vont à mach 15 en monté et les TNO à mach 25 sur le chemin retour !
      Déjà en production depuis des décennies en France !
      Vous confondez missile de croisière hypersonique et planeur hypersonique.
      Les missiles de croisière hyper russe, ne le sont que durant quelque dizaines de KM, ils comptent deux étapes le premiers un missile subsonique leur permettant de faire des centaines de KM puis le deuxième hyper qui forcera les défenses anti aérienne sur quelques dizaines de KM.
      Nous ce qu’on cherche à faire c’est un missile hypersonique avec mach 8 sur 500km au moins.
      Donc oui à la ramasse totale.

    • UnKnown dit :

      Sans parler des actuels pods externes de carburants, qui font chacun dans les 2000 (donc 2 tonnes).
      Le Rafale est largement capable d’emporter le « bébé ».

  9. Sloth dit :

    Ca va, il n’y aura pas trop de retard par rapport aux russes.

  10. SVaiL dit :

    Je me demande quel est l’intérêt de tels planeurs quand on a déjà des missiles balistiques MIRVés allant à Mach 20?

    • Fred dit :

      @ SVaiL
      Parce que la trajectoire d’un ICBM en phase balistique est prévisible et qu’il est donc difficile mais possible de concevoir un anti-missile efficace. Par contre, un planeur hypervéloce est manœuvrant, et il semble qu’actuellement il soit impossible à contrer.

    • Paxwax dit :

      C’est qu’un missile comme le M-51, même s’il vole à Mach 15 dans l’espace, suit une trajectoire balistique. Tout MIRVé qu’il soit, il ne redevient manœuvrant qu’une fois proche de la cible, après sa rentrée dans l’atmosphère, quand sa vitesse est redevenue plus basse. Mais pour la plus grande partie de son vol, il est balistique.
      Une fois son départ et sa trajectoire initiale détectés (facile de nos jours, les USA viennent même d’installer un radar ABM anti-missiles balistiques en Rép. Tchèque juste pour cela), il suffit donc d’interposer quelque chose sur la trajectoire prévue du missile pour être sûr qu’il rentrera dedans et sera détruit. Or, les américains notamment avec leurs recherches sur les lasers de forte puissance sont sur le point de trouver quelque chose qu’ils peuvent interposer suffisamment vite dans l’espace.

      La parade: des missiles non balistiques, donc non prévisibles. C’est l’intérêt des missiles hypersoniques.

    • wagdoox dit :

      le MIRV permet une manœuvre dans l’espace a fin de ciblé la tete de façon indépendante des autres.
      le Marv permet des corrections en phase finale d’approche mais ca permet seulement de légère correction.
      Là il s’agit de faire des manoeuvres plus importante dès qu’il y a suffisement d’air pour que les surfaces de contrôles fonctionnes. Ca rappel un peu hermès et le drôle avait eu dassautl de dessus.
      D’ailleurs la vitesse de la tete va passé de mach 25 à mach 10 justement parce que les manœuvres diminueront la vitesse par frottement des zones de contrôle.
      Donc pour répondre, on gagne en manœuvrabilité mais on perd en vitesse finale, les chinois, je crois voudraient intégré un superstato à leur « planeur » justement pour contre carrer cette perte de vitesse.

      • Fralipolipi dit :

        @Wagdoox
        … »les chinois, je crois voudraient intégré un superstato à leur « planeur » justement pour contre carrer cette perte de vitesse. »…
        Vous faites allusion sans doute au DF-21 D … le missile présenté par la Chine comme tueur de porte avion (?)
        Lui ajouter un scramjet pour lui permettre de ne pas « ralentir » jusqu’à Mach 10 … pourquoi pas …. C’est ambitieux, en tous les cas.
        Mai j’y vois une autre raison que la simple conservation des très hautes vitesses : celle de gagner en manoeuvrabilité en fin de vol avant impact, dans le but d’avoir plus de chance d’atteindre une cible mobile … comme un PA US, justement !!!
        .
        Ici, le problème du DF21 – à trajectoire BALISTIQUE – est alors celui du ciblage et de la communication des coordonnées rafraichies au missile.
        Si la Chine vise une cible mobile (et non pas une ville, ou une base), comme un PA US évoluant proche de Taiwan, ce dernier va se déplacer (et même relativement vite). Entre sa détection, et l’entrée du DF21 dans l’atmosphère … le PA se sera déplacé de plusieurs bons gros kms, et pas nécessairement en ligne droite.
        Il y a donc nécessité pour la Chine de rafraichir les données de ciblage de son DF21D.
        le problème est qu’il y a alors une longue phase de vol (planée ou pas) durant laquelle toute communication est impossible avec le missile … celle (assez longue finalement) de la rentrée dans l’atmosphère, durant laquelle toute radiotransmission est impossible à cause de l’échauffement extrême autour du mobile en rentrée (générant une sorte de plasma faisant barrière : Cf toutes les rentrées sur Terre de nos chers astronautes, via Gemini, Appolo, Soyouz ou les navettes spatiales … à chaque fois le même problème de black-out radio).
        Or ce black-out se produit au moment où justement il faudrait pouvoir ré-orienter la tête (MIRvée ou pas) du DF21 … car après cela, un planeur reste un planeur, et ne pourra plus corriger bien significativement les choses … d’où l’intérêt d’un moteur type Scramjet pour prendre le relais et « re-donner de la barre » à la tête du DF-21, ou plutôt à ce planeur (qui n’en serait plus un du coup).
        .
        Mais comme évoqué, cela reste aussi ambitieux qu’onéreux.
        C’est vraiment un luxe que la Chine se paye pour tenter de garder à distance les vilains PAN US.
        Pour une ou plusieurs frégates, pas sûr que ça vaille le coup.
        .
        Quoiqu’il en soit, rien de tout ceci n’est censé concerner notre ASN4G, qui est censé rester en vol NON-balistique, et dont personne n’a dit qu’il devait pouvoir frapper une cible mobile.
        .
        Nous y verrons peut-être plus clair en 2021 😉

        • wagdoox dit :

          non dsl, le post a été long mais non c’est pas du tout le DF21.
          En fait le but serait de mettre le planeur à plat sans perdre de vitesse, ce qui aura pour effet de fausser les calcules et donc passer à travers une salve de missile anti balistique, puis on reprend la descente. voilà pour le concept qui pour moi me parait douteux, trop de volume occupé par le moteur et le carburant pour avoir une charge explosive digne d’intérêt.
          Pour un DF21, on parle de taper un PA donc les manoeuvres seront encore plus lourdes et à l’approche le planeur non propulsé n’aura qu’une vitesse de mach 1, l’ajout d’un stato est alors redondant avec le missile de croisière hypersonique (sauf a mettre un missile de croisière hypersonique dans un missile balistique mais une rallonge de sa propre autonomie reviendrait moins cher).
          Ensuite non l’ASN4G, n’a pas frappé des cibles mobiles, pas plus que le planeur.
          Les PA ca serait pour le futur missile anti navire, qui sera super ou hypersonique en fonction des accords avec les anglais qui plaident pour plus de furtivité.

  11. Olivier dit :

    Il faut vite partager cette avancée avec l Allemagne pour un développement mutuel………

  12. MD dit :

     »Notifier un contrat pour un démonstrateur… ». Oui, mais à qui donc ce contrat sera-t-il notifié ?

    • wagdoox dit :

      l’onera et Dassault

      • Fralipolipi dit :

        Selon Le Mamouth, c’est à Ariane Group que ce contrat aurait été notifié.
        http://lemamouth.blogspot.com/2019/01/un-planeur-des-fennec-verticalises-une.html

        • wagdoox dit :

          interessant merci !
          Les deux autres seront sous traitant logiquement et en y réfléchissant c’est logique c’est le constructeur du M51. Ce qui réaffirme que l’engin doit aller sur M51 et non rafale ou successeur…

      • Sniper dit :

        Ariane Group, c’est dans la presse. Et pour vous cultiver un peu plus aller regarder les programmes Us Air Force TBG, HCSw et ARRW avant d’affirmer dans tous vos postes qu’un planeur hypersonique n’est jamais sous un avion….

        • Fralipolipi dit :

          @Sniper
          Certes, les US ont fait des essais de « Gliders hypersoniques », et projettent de les envoyer depuis des B52 … mais il s’agit là de bien gros bébés, qui vont aller voler dans la Mésosphère, au delà de 50kms d’altitude (avec vol balistique … pas dans l’espace, mais presque, et balistique quand même) …
          https://www.nextbigfuture.com/2016/09/darpa-gives-lockheed-1473-million-to.html
          Oublions cela pour le Rafale ou SCAF (ACF) (trop gros, trop cher) … sauf peut-être avec le concept MLA de Dassault, cité par Hermès ?..
          …mais est-ce adapté à la charge utile nécessaire ? Difficile à dire.
          Et puis bonjour le peu de discrétion que requiert le plan de vol du Rafale pour lancer ce MLA (montée, forte descente, puis forte remontée) !
          .
          Je pense plutôt que notre ASN4G se rapprochera du Boeing X51, qui est un authentique missile, et plus du tout un planeur.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Boeing_X-51
          .
          A moins qu’Ariane Group (et l’Onera) nous trouve une espèce d’hybride ?
          .
          Mais bon, n’oublions pas que sur le principe, un planeur vole sans propulsion … et pour se permettre cela en restant à vitesse proche Mach 6 ou 10, il faut tomber de très haut (= vol balistique).
          Planer en hypervéloce parait plutôt exclu pour un missile qui est censé ne pas dépasser la Troposphère (pas au delà de 20.000m).

        • wagdoox dit :

          pas besoin de vous répondre…
          Je l’ai et c’est déjà fait !

    • Dans le Bayou dit :

      On peut piocher dans les différentes sociétés citées dans les programmes ci-dessous:

      -Hermès, Dassault, années 1980.
      -Corps portant X-38 de la Nasa (étude aérodynamique Dassault)
      -Atmospheric Reentry Demonstrator, 1998, (Aérospatiale=>EADS=>Airbus)
      -Projet de micro-lanceur Alderaban (Dassault en autres)  
      -Intermediate eXperimental Vehicle, 2015, développement du CNES (Pre-X, Dassault/ Arianespace ) puis de l’ESA (Alenia en chef de file, italien certes, mais Dassault est responsable des bases de données aérodynamiques, aérothermodynamiques et de l’expérimentation en vol, parmi divers autres français). 
      -Projets Dassault :
      https://www.dassault-aviation.com/fr/espace/nos-activites-espace/vehicules-aerospatiaux/ixv-intermediate-experimental-vehicle/

      Il reste après à définir le lanceur:
      – Vega, fiable et en service, peu de développements mais inutilisable en usage militaire
      -Missile M-5, des développements à réaliser mais un élargissement de la panoplie militaire française
      – Lanceur aéroporté type Dassault, tout à développer mais un nouveau créneau de lanceur commercial et une bonne souplesse d’utilisation à partir de bases aériennes.

  13. Jean-Pierre Petit dit :

    Tous les forums ont une modération, qui filtre les messages. Le planeur hypersonique russe Avanguard est donné pour Mach 20 et les Russes prétendent l’avoir testé avec succès. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer quels matériaux seraient susceptibles de résister à la température atteinte avec un tel nombre de Mach? Car Avanguard est décrit comme ayant une trajectoire intra-atmosphérique et non-balistique, en étant de plus doté d’une grande agilité. Il me semble impossible que la tenue thermique, et le pilotage, puissent s’affranchir d’une technologie MHD pour le contrôle des effets thermiques liés aux ondes de choc.

    • UnKnown dit :

      Il faut pas une puissance électrique énorme pour faire fonctionner un machin au MHD?
      Les Russes ont l’habitude de bomber le torse avec leur matériel, en mettant l’accent sur les performances théoriques extrêmes, mais pas sur les performances accomplies. En l’absence de plus d’éléments, on peut juste dire qu’ils ont testé leur bête, mais de la à les croire sur paroles concernant le mach 20…

      • Rothman dit :

        Le seul test transparent pour ainsi dire est d’origine américaine et ils ont indiqué que l’engin a explosé après avoir perdu son matériau de protection Au dessus de 17000 m/h il date de 2011. Il y a gros à,parier que tout le monde est sur de solutions MHD , mais dans quelle direction ? J’ ai observé un test de maquette au dessus de Villa un matin d’été sous forme d’une boule de feu à basse altitude.sûrement un drone MHD. Meudon et sa région ont toujours été des zones de test secrets en général de nuit ..dans les années 70 un voisin qui rentrait de son service de bus et traversait le bois de Meudon a observé un engin .Tout le quartier à cru qu il avait vu un ovni……

    • Ah Ca ! dit :

      Le Jean-Pierre Petit ? L’expert français en propulsion, ravi de vous lire en ce lieu. Oui je sais nos élites sont des ploucs…
      Désolé je ne peux répondre à votre question mais sachez que personnellement je suis témoin « oculaire » que les américains ont continués sur les recherches du moteur à particule au moins jusque dans les années 2000. La société MSE à Butte dans le Montana dont la couverture était de faire de la recherche sur la consumation du charbon propre…. Avec des crédits défense… Faut dire que Butte MT c’est un trou de chez trou dans tous les sens du terme.
      Je n’avais pas eu l’occasion de pénétrer dans le bâtiment mais j’ai bien fraternisé avec les ingénieurs du projet.
      J’espère que vous pourrez aussi nous éclairer sur ce qui est réalisable.
      Merci pour vos travaux Monsieur Petit.

    • Chanone dit :

      @ Jean-Pierre Petit
      Vous pouvez regarder les vidéos du lancement d’un missile Kinzal: ce n’est qu’un avis personnel mais la séparation entre le MiG et le missile ne me semble pas être d’une grande vélocité.
      Ce qui est assez intéressant parce que soit le missile ne rempli pas les spécifications annoncées, soit il ne les remplies pas à l’altitude de l’avion…
      Prenons le cas documenté du tir d’un missile U.S. Phoenix: le missile part et grimpe en altitude où la faible densité de l’air est favorable aux hautes vitesses, et il retombe comme une pierre sur sa proie. C’est un plan de vol complexe qui met à mal la fiabilité du tir mais… il marche!
      Pour aller 2 fois plus vite que Mach 4, il faut monter encore plus haut, et dans le cas du missile américain, déclassé depuis 2007, ou des avions lanceurs Russes, il s’agit d’engins volant haut (au moins 20.000 mètres), et vite (mach 2.5) ce qui allège considérablement le travail du propulseur du missile.
      Quand ce dernier retombe, il acquis une grande vitesse et beaucoup d’élan. C’est ce qui caractérise les ogives des missiles intercontinentaux. Ces véhicules de rentrée sont en acier spéciaux, certes. Mais comme ils sont censés être « jetables », ils n’ont pas besoin d’encaisser la température plus que de raison: il fondent autour du caisson de protection thermique de la charge pour la préserver jusqu’à l’objectif: nous sommes donc loin du bouclier en céramique de la navette spatiale Challenger ou Bourrane.
      .
      Cependant, veuillez noter les progrès considérables en métallurgie réalisés actuellement par des PME françaises, que ce soit au niveau des aciers à blindage, soudures, et céramiques.
      Opex 360 a relayé tout au long de 2017 et 2018 des présentation de matériaux novateurs, ou des rachats de PME spécialisées par les services du ministères des armées.
      .
      Dans un domaine parallèle, l’ONERA avouait dans un entrefilet de presse qu’elle conservait une veille technologique sur les statoréacteurs et qu’elle parvenait à simuler le fonctionnement de super stato de taille réduite (boite à chaussure).
      .
      Nul doute que pour préserver l’intégrité de la chambre de combustion, des alliages de types « inconel » sont indispensables. Mais même à hautes vitesses, le prélèvement d’air ambiant doit pouvoir être possible pour refroidir les parties critiques. Et dans le cas où un tel procédé serait impossible (je doute que ce soit une affaire de prix, au vu des sommes déjà en jeu rien que pour la matière fissible), il est possible de sortir des alliages à l’aide d’uranium appauvri ou tungstène.
      Ces deux derniers métaux sont depuis vingt ans les matières premières de choix pour les obus flèches anti char: 1800 M/s au ras du sol…

    • wagdoox dit :

      Les russes parle d’une chaleur de 2000°, il doit passer une bonne partie de la course très haut à la limite de l’atmosphère.

    • Yannus dit :

      Bonjour et mes respects Monsieur Petit.
      J’ai vu lors d’une de vos conférences, comment l’air était décéléré pour être transformé en électricité à l’avant de l’appareil pour être accéléré à l’arrière permettant ainsi à un appareil d’atteindre mach20.
      Mais, il ne me semble pas qu’il y ait un échauffement thermique conséquent au niveau des bord d’atttaque avec le MHD. Confirmez-vous?
      Poutine parlait à propos du missile : d’une boule de feu hypersonique.
      A vous de nous dire si cette description est compatible avec le MHD (effet Hall?)
      Cordialement,

  14. Hannibal42 dit :

    Entre le Polyus russe et le système guerre des étoiles américain qui auront probablement eu des descendants fonctionnels depuis le temps , dire qu’il n’y a rien pour arrêter les armes hypersoniques me paraît un peu fallacieux.

  15. Iceberg dit :

    Vous semblez tous fascinés, endormi dans cette réalité qu’on vous impose, celle dont on hérite, monstrueusement génocidaire, fratricide, vos égos devenus totalement endoctrinés, esclaves des manipulations mentales de masse ! Pendant ce temps ces budgets qui devraient être alloués aux sciences non létales dont la recherche médicale ne le sont pas , à la protection de l’environnement face à la prédation du capitalisme, à d’éducation, à l’entre-aide sociale, au soins de tous et toutes qui devraient être au cœur nos occupations, pendant ce temps là on nous prive du droit à une humité ayant un avenir sans violence ! Faites taire vos égos et réveillez ce qu’il y a en vous de supérieur !

    • Fralipolipi dit :

      Je note seulement que malgré des velléités toujours aussi grandes de chercher querelle à son voisin, et malgré des capacités de destruction toujours plus grandes,
      il n’y a toujours pas eu de 3ème guerre mondiale depuis 74 ans.
      .
      Pas sûr que nous serions arrivés au même constat sans la frayeur générale de l’arme atomique … pas sûr du tout.

    • Frédéric dit :

      Commentaire stupide : Part moyenne du PNB consacré à la santé dans l’OCDE : 9 %, 17,2 % au États-Unis. Faut il rappeler les chiffres consacré à la défense ?

    • Chanone dit :

      @ Iceberg
      En ce qui me concerne, OUI, je suis fasciné par toute cette technique.
      Il faut dire que l’on à mangé du « dividende de la paix » depuis 91.
      Et j’y ai cru comme comme un naïf lors de la chute du mur en 89.
      .
      Et là, c’est un peu comme un dimanche matin pourri: il est 6h30 et le réveil sonne parce qu’on s’est couché bourré au petit matin et là, la sonnerie stridente et la gueule de bois te tirent d’une nuit sans repos.
      .
      Sauf si tu vis sur une page de Facebook idéalisant une humanité unie et pacifiste, nous depuis ce site (et d’autres), nous vivons dans le monde réel où les gens sont humains, c’est à dire opportunistes.
      Une maquette hypersonique, c’est un moyen peu coûteux de montrer que la France peut se défendre, possède un niveau technologique enviable, et des ingénieurs de talents.
      Et qu’accessoirement, on peut ventiler du pétard nucléaire à tout va, parce qu’un siège au conseil de sécurité de l’ONU, c’est une chasse gardée qui ne s’acquiert pas par des avancées médicales.
      Et je ne vois personne içi ou ailleurs à blâmer: le progrès ou la technologie ne sont pas porteurs d’intentions, et ils ne sont pas intrinsèquement bon mauvais.
      L’exemple le plus frappant est un chimiste prix Nobel de 1919 dont l’invention lui a permis de fabriquer de la poudre à fusil en quantité illimité. Ce faisant, le brevet continue de fournir toutes sortes d’engrais et de nourrir des milliards d’humains encore actuellement. Et cela à l’insu de son créateur.
      Dans la foulée, il travailla sur un excellent insecticide. Les industriels en tireront un gaz asphyxiant massivement employé dans les chambres à gaz nazies.
      .
      Passé cette parenthèse, un planeur hypersonique n’est qu’un projet technologique de plus pour repousser les barrières de la physique: il est fort probable que cela améliorera nos connaissances des métaux, des la dynamiques des fluides, et que le calculateur qui moulinera le tout travaillera ensuite sur un algorithme de détection du cancer.
      La vrai vie, quoi.

    • wagdoox dit :

      en meme temps, tu es sur un blog qui parle défense, tu pensais trouver des hippies ?

    • Yannus dit :

      Bonjour,
      Comme je dis souvent : Si les Japonais sont morts à Iroshima et Nagasaki en 1945 c’est à cause de l’invariance de la vitesse de la lumière dans les référentiels inertiels ( 2nd postulat de la relativité) parce que de là , cela implique E=mc² et donc rendu possible la bombe atomique.
      Aussi étrange que cela puisse paraître, les accord SALT imposent à chaque pays de donner la possibilité aux autres de pouvoir leur exploser nucléairement la tronche sans pouvoir contrer l’attaque… ce qui a été remis en cause par les USA avec les ABM.
      Maintenant voyez en la possibilité de pouvoir disposer d’un planeur hypersonique éventuellement capable de procéder à des bonds suborbitaux de contrer des missiles balistiques.

  16. paxwax dit :

    On lit dans la presse spécialisée anglo-saxonne que 2 officiers français travaillant à l’École de Guerre ont fait une présentation devant les services britanniques avertissant sur les risques de multiplication de débris spatiaux pour les forces française et britannique.
    L’un des risques identifiés: si une guerre advient et que des satellites sont détruits en grand nombre, la plus grande concentration de débris se trouvera justement à l’altitude de croisière des missiles de la dissuasion nucléaire française et de sa consoeur britannique (M-51 et Trident II). Dans ces conditions, la probabilité qu’un missile heurte un débris devient très grande. Et seuls la Chine, les USA et la Russie (en tout cas pas la France, ni l’Angleterre) disposent d’assez de missiles nucléaires pour garantir qu’un au moins arrivera sur sa destination et garder une crédibilité à sa dissuasion.
    Ce qui donne toute son importance à une solution qui éviterait le passage par l’Espace.

    L’article, en anglais, est en ligne aujourd’hui sur le site Flightglobal: https://www.flightglobal.com/news/articles/space-debris-poses-threat-to-uk-and-french-air-force-455219/

    • Fralipolipi dit :

      @paxwax
      Donc le UK va revenir à une composante nucléaire aéroportée,
      donc elle va avoir besoin d’un bon gros chasseur porteur ad-hoc,
      donc elle va finir par nous acheter les ACF (FCAS) … ou bien des Rafale s’ils n’ont plus assez d’argent 🙂
      … poussez pas, je suis déjà loooiiin !

    • Chanone dit :

      @ paxwax
      J’aime pas Flightglobal: ils sont partiaux au possible et racontent beaucoup d’âneries.
      Si je m’en tiens à ton exemple, la Chine aurait plus de missiles nucléaires que la France.
      Et c’est faux, ce qui est facile à confirmer via les organismes de recensement.
      Toujours selon ce torchon autoproclamé journal, les missiles européens seraient détournés par les débris… on parle de débris en aluminium et titane contre des ogives blindées pour un retour en atmosphère? on compare une berline contre un transport blindé.
      Enfin la distance n’est aucunement comparable, vu que les Euro-ogives sont tirées à faible distance alors que les US tirent aussi depuis leur bases outre-atlantique.
      Flightglobal, c’est aussi pertinent qu’un tweet de D. Trump!

    • Roger Dubreuil dit :

      @paxwax
      Ce genre de raisonnement ne m’étonne pas de l’École de Guerre : on y a toujours fait des raisonnements formatés, sans originalité ni même le moindre début de vraie réflexion.
      Je ne suis malheureusement pas étonné d’apprendre que, plus de cinquante ans après la mise en service de notre arme nucléaire (qui n’avait que 60% de chances d’atteindre sa cible) on en soit encore à des raisonnement qui datent de l’ère prénucléaire. J’explique : pour dissuader il importe peu que la bombe fonctionne correctement. Il faut et il suffit que l’agresseur ne puisse pas avoir la certitude (je dis bien : la certitude) que la bombe ne fonctionnera pas.
      .