Berlin appelle la Russie à retirer ses missiles supposés violer le traité sur Forces nucléaires intermédiaires

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

59 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Lorsque le gouvernement français en aura fini avec les OPEX africaines, indispensables à l’équilibre du monde, il pourrait proposer à ses alliés européens une véritable démarche pour la paix : la reconquête de l’enclave de Kaliningrad, qui menace l’Europe en son cœur : a 500 km environ vous avez Varsovie, Helsinki, Oslo, Stockholm, Berlin et les capitales des pays baltes. Voilà une proposition qui devrait soulever l’enthousiasme de la jeunesse européenne ; malheureusement pour moi il sera trop tard …

    • Alain d dit :

      « la reconquête de l’enclave de Kaliningrad »
      L’abus de tisanes est dangereux pour la santé mentale

    • redge dit :

      oui il sera trop tard on sera tous vitrifié nous qui demandons du travail un toit et un avenir pour nos enfants RAF du mali, Afghanistan de la pacification de la lybie de la syrie…

    • cyd dit :

      Ou bien il y a l’autre alternative, les 2 se complétant: la mise à la porte « manu militari » de tous les soldats et systèmes d’arme américains présents sur le continent européen (Allemagne, Pologne, Roumanie, et surtout Kosovo) qui sont eux aussi une menace mortelle au cœur de l’Europe

    • Naoned 46 dit :

      Impossible à réaliser
      Si les occidentaux n’avait pas cede en 1945 au dictateur de l’est cette situation n’existerait pas
      Les anglais et les américains sont responsables de cette situation qui a été suivie d’une épuration ethnique dont on attend toujours le procès
      Lutter contre la barbarie hitlerienne ne justifie pas d’employer des méthodes proches,épuration et viols innombrables

    • Anonymous dit :

      Encore un qui abuse de la weed. La reconquête de Kaliningrad et pendant ce temps Poutine n’agit pas car vitrifié par la terrible armée européenne lol

  2. Eric dit :

    On connait déjà les réactions à venir des groupies de poutine et des anti-occidentaux qui infestent ce forum : la Russie a le droit souverain de se défendre contre les menées aggressives de l’Otan, etc, etc… en « oubliant » naturellement que l’Otan ne déploie aucune arme comparable en Europe.
    Rien de nouveau sous le soleil donc, sauf la poursuite, encore et toujours de la même stratégie soviéto-russe depuis les débuts de la guerre froide : découpler par tous les moyens l’Europe occidentale de son allié américain, la priver de sa protection pour établir son hégémonie de l’Oural à l’Atlantique.
    De Gaulle en 1962 lors de la crise de Cuba, puis Mitterrand avec l’affaire des SS-20 en 1983 avaient bien vu le danger : à chaque fois, ce sont des missiles à courte portée qui sont en cause, visant un des alliés mais pas l’autre, l’objectif étant d’affaiblir la solidarité transatlantique. Le commentaire menaçant du général Gerasimov ne laisse évidemment aucun doute à ce sujet.
    Il n’est d’ailleurs pas étonnant que Poutine tente à nouveau le même pari : ses supporters omettent toujours de rappeler qu’il est un ancien officier supérieur du KGB, « élevé » dans le culte de la Russie toute-puissante et la haine de l’Occident. A ce titre, croire qu’il est notre ami et qu’il ne nous veut du bien, c’est se mettre le doigt dans l’oeil jusqu’au coude !

    • Frank dit :

      @ Eric Pour ne pas vous décevoir, quand vous dites que « naturellement, l’OTAN ne déploie aucune autre arme comparable en Europe », c’est faux , parce que vous n’en savez rien.
      Hormis les Arleigh Burke de Rota, ou ceux qui circulent en Méditerranée et parfois en Mer Noire, vous oubliez volontairement les Aegis Ashore de Deveselu en Roumanie, et Redzikowo en Pologne.
      Et dans ces deux dispositifs, on trouve le système de lancement Mk-41 VLS, avec 24 cellules, dont 8 destinées ouvertement à des Tomahawk. Cellules interchangeables.
      Et ces deux systèmes sont des entités strictement américaines, et personne d’autre n’y a accès. Pas même les personnels indigènes des deux bases en question.
      Un Tomahawk BGM-109, c’est 2500 kms de portée, armés éventuellement de l’ogive W80 (200 Kt, quand même). Little Boy, c’était +/- 18 Kt, par comparaison.
      Le Mk-41, c’est polyvalent. On peu y mettre des SM3 de défense, comme affirmé par nos amis américains, ou bien 24 missiles de croisière, nucléaires ou non.
      A l’appréciation seule des US.
      Le Traité FNI, c’était 1987. La construction de ces deux bases, ainsi que le radar AN/SPY a été décidée au début des années 2010.
      Il y a des ogives W80 stockées en Europe, au RU et en Italie, notamment.
      Il faudrait combien de temps pour acheminer et installer les containers de missiles d’attaque nucléaire dans ces deux lanceurs, selon vous? 3 jours? 5 jours? Et ce sans demander à personne en Europe la permission, les américains n’en ont pas besoin.
      Il faudrait combien de temps à ces missiles pour atteindre Moscou ou St Petersbourg? moins de 10 mn.
      En supposant que la défense Russe soit hyper efficace, et en neutralise 80%, le résultat serait catastrophique. On peut comprendre que les Russes soient inquiets.
      Vous citez la crise de Cuba de 1962. On est exactement dans le même cas de figure, mais inversé.
      Les Américains théorisent la doctrine de première frappe depuis quelques années. Ils s’en sont donné les moyens, à nos dépend. Et ce pays qui a passé les 9/10ème de son existence en guerre, qui n’a jamais connu les ravages d’un bombardement, est dirigé par un président pour le moins imprévisible, et un état profond très belliqueux. Si vous vivez en Europe, cela devrait vous faire réfléchir.
      Combien de millions de tonnes de bombes ont été larguées depuis 1942 à aujourd’hui par les américains, y compris sur des pays « alliés », par rapport aux russes?
      Les américains se sont retirés du traité ABM en 2001, de façon unilatérale. Maintenant, ils veulent en faire de même avec le FNI, sans apporter la moindre preuve que la partie adverse ne le respecte pas, et après avoir installé deux systèmes de lancement de missiles nucléaires près des frontières de la Russie. Ils détruisent le fragile équilibre de la dissuasion, et vous applaudissez.
      Pourquoi pas. Vous devez être très intelligent, et moi borné, parano, et amnésique probablement.
      D’ailleurs, j’en oublie que Deveselu et Redzikowo nous ont été « vendus » pour nous protéger des missiles Iraniens et Nord-Coréens, c’est dire…

      • Panther dit :

        En fait rien n’est blanc ou noir tout est gris, une chose est sure la France a bien fait de développer sa dissuasion nucléaire. En Europe occidentale, on est les seuls à avoir une autonomie totale sur ce point.

        • Eric dit :

          C’est bien ce que je disais : la propagande russe bat son plein, relayée par les idiots utiles. Ça rappelle tellement l’affaire des SS 20 !
          Au fait, l’aegis est un système antimissile embarqué. Rien à voir avec un MRBM, lequel est une armée de première frappe.

          • Royal Marine dit :

            Vous ne savez pas lire? Ou c’est un problème de comprenette?
            Relisez en prenant le temps, ce que vous explique Franck. Peut-être que la lumière viendra?
            Un croiseur ou destroyer Aegis, est également équipé de Tomahawk, etc., etc?; …

          • Pierre dit :

            Je crois qu’Eric ne pipe rien à ces affaires. il est juste là pour crier ‘les russes! les russes!’.
            Pas besoin de s’y connaitre pour çà, il suffit de 2 doigts, d’un clavier et d’une intelligence de base pour coordonner le mouvement

      • petitjean dit :

        bravo pour cette mise au point !

        • datamo dit :

          Pareil.
          Frank , merci de votre contribution.

          • Pierre dit :

            @Royal, datamo, petitjean, Frank et autres nostalgiques de Staline. Combien de Kalibr sur les frégates, croiseurs et Kilos russes qui croisent quotidiennement près de nos côtes ? Combien de missiles à capacité nucléaire sont embarqués dans les bombardiers stratégiques de l’ALRA qui naviguent régulièrement au large de nos côtes bretonnes. Ah oui c’est vrai la France est réputée déployer des missiles partout en Europe et abrite ce que l’Amerique fait de pire. La Russie moderne c’est l’annexion de la Géorgie du nord et de l’Ukraine. Vous croyez que les pays de l’est Et Baltes ont envie de vivre ça ?Vous n’avez visiblement pas choisi le bon pays ni le bon continent. Depardieu a tenté sa chance, pourquoi pas vous ?

      • Frédéric dit :

        Vous croyez réellement ce que vous écrivez ? Vous oublié que l’US Navy n’a plus d’armes nucléaires tactiques embarqués depuis 91/93, que les TLAM-N ont étaient retirés du service au début de la décennie et leurs ogives démantelés ? Résumé ici :
        https://fas.org/blogs/security/2013/03/tomahawk/
        Vous pensez RÉELLEMENT que si les États-Unis avez de leur côté implantés de nouveaux missiles nucléaires en violation du traité, il n’y aurait pas eu une protestation OFFICIELLE en bonne et du forme et pas de l’agit prop comme celle que vous avez écrite ? On a l’air des wikileaks et panama papers ! On ne peut gardé des mouvements de tels importances secrets de nos jours. Et déjà il y a soixante ans, les Jupiter en Turquie étaient connus de Moscou des leurs installations.

        • Frank dit :

          @ Frédéric Protestation officielle de qui, et auprès de qui?
          Il y a une dizaine d’années, Wikileaks avait révélé des échanges entre l’ambassade américaine de Bruxelles et Washington, sur la présence d’armes nucléaires US en Belgique (Kleine-Brogel), en totale opacité, et à l’insu des citoyens. Les Ecolos belges avaient protesté, demandé à plusieurs reprises des confirmations, et un débat public au parlement. Jusqu’à aujourd’hui, les (multiples) gouvernements Belges ont toujours refusé de répondre.
          Vous croyez réellement que, aujourd’hui, une Roumanie fauchée et une Pologne ouvertement pro-US et anti-Russe vont s’expliquer publiquement sur ce sujet?
          Idem en Italie, avec des armes nucléaires, sous contrôle exclusivement américain, à Aviano et Brescia.
          Dans l’Europe Otanienne, les US stockent, déplacent, et installent presque ce qu’ils veulent dans les bases de l’OTAN. Avec l’accord de certains gouvernements aux ordres.
          Au fait, aujourd’hui, on ne dit plus « agit-prop ». On dit « matraquage médiatique permanent » pour définir l’ennemi qui convient.

          • Frédéric dit :

            ?!? Veillez arrêter de vos moquer du monde je vous prie. Vous avez quel âge? Vous étiez trop jeune pour les manifs contre les Euromissiles ?
            Il y avait dans les 7000 armes nucléaires en Europe de l’Ouest dans les années 60 a 80, et les missions nucléaires des escadrons belges, néerlandais, canadiens et autres étaient officiellement annoncés, de même que la présence des bombes idoines dans les bases des pays concernés, même les éditions Atlas avec leurs collections Mach 2 décrivez les méthodes de bombardements en lobe des F-104 puis des F-16, les touts premiers Raids imaginé les scénarios d’utilisation des mines nucléaires et les revues navales celles des charges ASM atomique par les aéronavales européennes 🙂 Aujourd’hui, il ne reste que les B-63 a gravité que tout le monde trouve  »short » et chère a l’ère des missiles hypersoniques.
            Franchement, si l’OTAN veut un armement nucléaire tactique crédible, il faudrait que la France vende la licence des ASMP ou que l’USAF ressorte les SRAM.

      • Chanone dit :

        Vitesse du Tomahawk : 880 km/h toutes version confondue.
        Si la distance est supérieure à 1200 km au delà du pas de tir, c’est une ogive nucléaire…. Qui laisse encore plusieurs dizaines de minutes de délai pour intercepter le missile avec des moyens adaptés.
        .
        Ces moyens existent chez les Russes.
        .
        Créer une capacité offensive par missile. Plus une capacité cyber manifeste, et des moyens de défense exemplaires via des radars métriques et autre…
        .
        Ça fait beaucoup, même pour le militariste (pas militaire, militariste), que je suis.

      • Iceman dit :

        Si on en vient à bombarder Moscou ou St-Petersbourg, c’est qu’on est en guerre totale et du coup ça se fera à l’ICBM, pas au Tomahawk. La Russie a déjà des équivalents à lancer sur les US. Votre argument ne tient pas

        • Frank dit :

          @ Iceman Mon argument tient parfaitement, et rejoint la NRP ( Nuclear Posture Review), énoncée début 2018 par les US, sur le développement d’un nouveau type d’armes  » à puissance limitée ». Càd plus facilement utilisables.
          Cette révision de l’ancienne doctrine de 2010 ouvre la possibilité, selon les US, d’utiliser des armes nucléaires de faible puissance, en réponse à des attaques conventionnelles.
          Avec, comme vecteur principal, le missile de croisière Tomahawk.
          Donc, les US se réservent désormais le droit d’employer des armes nucléaires dans des conflits asymétriques ou de faible/moyenne intensité.
          Vu leur implication dans les conflits depuis plus de 15 ans, imaginez si cette doctrine avait été appliquée en Irak ou en Syrie.
          C’est une évolution inquiétante, surtout si on la relie à leur volonté de ceinturer la Russie, depuis l’Arctique à l’Asie centrale.
          La dissuasion fonctionne depuis 70 ans sur un équilibre statique de puissances (presque) comparables. En modifier les règles n’est pas anodin, et lourd de conséquences.
          Parce que l’on passe d’une situation figée par les ICBM de quelques grandes puissances à la volonté de nombreux pays, désormais, de se doter d’armes similaires.
          Un engrenage dangereux initié par nos amis américains. Dans quel but?

      • Frédéric dit :

        Doit on rappeler également qu’a l’ère des SMS, tout tir venant de ces UNIQUES et IMMOBILES batteries seraient immédiatement rapporté par les spotteurs et les habitants des environs, comme l’ont été les décollages des bombardiers américains depuis l’Angleterre lors de la guerre du Kosovo et celles du Golfe. Il y a 600 km entre la Roumanie et la Crimée, 1500 km jusqu’à Moscou, avec des Tomahawk subsonique, je vous laisse calculer le temps de parcours.

      • Goulag dit :

        Le site Aegis en Pologne n’existe pas encore.
        Celui de Deveselu est armé uniquement avec des SM-3 et remonte leur état en permanence aux centres d’operations de l’OTAN, comme les Patriotes et SAMP/T déployés en Turquie. De plus l’architecture C2/radar BMD est dédié à la mission de défense arienne (défensive). Pour une mission offensive c’est pas la même architecture ni la même chaîne de commandement (c’est un moyen financé et contrôlé par l’OTAN et mis en œuvre par l’US Navy).
        Avant de répéter bêtement les arguments des officiels russes renseignez-vous un peu ailleurs que sur Sputnik et RT News.
        Il n’y a pas d’equivalent de systèmes SOL-SOL MOBILES OFFENSIFS de la catégorie du SS-26, SSC-7 et SSC-8 en Europe. Leur portée est très probablement supérieure à 500km. Après vous pouvez continuer à boire les paroles innocentes qui viennent de l’est mais faudra pas venir pleurer si un jour on retrouve le niveau de vie de l’Allemagne de l’Est avec la soumission éthnique qui va bien.

      • Paul dit :

        Frank c’est le genre de type qui pense que les russes sont nos amis et veulent juste nous vendre du gaz à prix d’ami entre 2 shots de vodka en se tapant de le dos comme des « camarades » comme à la bonne époque, qui n’a jamais existé en fait à part dans son imaginaire. C’est bien, bon petit.

    • petitjean dit :

      Bornez vous aux faits. Ignorez les gesticulations des uns et des autres, ça frise le grotesque !
      Sur une carte de l’Europe, localisez les bases américaines, cad de l’Otan, qui sont nombreuses. Comptabilisez, essayez de comptabiliser, aussi le nombre d’armes nucléaires qui y sont entreposées.
      Et vous vous demanderez, avec objectivité, qui menace qui et pourquoi ??……

    • Robert dit :

      Eric,
      Vous dites
      « Il n’est d’ailleurs pas étonnant que Poutine tente à nouveau le même pari : ses supporters omettent toujours de rappeler qu’il est un ancien officier supérieur du KGB, « élevé » dans le culte de la Russie toute-puissante et la haine de l’Occident »
      Vous devriez ajouter à omettent VOLONTAIREMENT sinon certains pourraient penser qu’il n’est pas forcément nécessaire de rappeler sans cesse ce que tout le monde sait.
      Quand à la « haine de l’Occident » ce serait donc les russes qui auraient invité chez nous tous les immigrés qui professent cette haine ?
      Et vous trouvez que l’UE professe un « amour de l’Occident » avec ses contre valeurs, sa soumission au mondialisme et à l’immigration de masse, et ses commissions non élues qui font la loi ?
      Je ne sais pas qui est notre ami, mais j’ai un léger doute à vous lire sur ceux qui prétendent l’être. J’espère que ce léger doute ne fera pas de moi un hérétique, je tiens à ma place au paradis qu’on nous promet.

  3. Thaurac dit :

    La solution parait simple, les russes le savent aussi, mais ça va encore traîner des lustres!

  4. Passager dit :

    De ce que j’ai appris il y a un moment, une partie du problème vient que Moscou considère aussi les missiles SM3 (du système de défense anti-missile) comme de possibles vecteurs nucléaires et demande donc le démantèlement de ce matériel (en tout cas ceux des forces armées américaines stationnées en Europe).
    Or avec ce point de vue Moscou bloque ainsi toute négociation; le déploiement de missile russe n’étant qu’une réponse à une provocation américaine.
    http://forcesoperations.com/renuclearisation-en-europe-lotan-resserre-les-rangs/

  5. werf dit :

    On est plus en 1991, 28 ans sont passés. L’OTAN, et encore plus l’Allemagne, ne peuvent plus lancer des ultimatums et des dictats. La Russie a son arsenal défensif en cas d’attaque et ils en ont le droit. Cette question des missiles de moyenne portée est complétement abscons alors même que les missiles hypersoniques peuvent être utilisés pour une frappe en retour sur n’importe quelle capitale des pays de l’OTAN qui se lancerait témérairement dans une agression. Quant aux traités, je l’ai déjà dit dans ce blog, ce n’est pas la pierre philosophale. On l’a bien vu depuis 100 ans. Ils peuvent être dénoncés à tout moment en fonction des intérêts politiques et stratégiques. Ils peuvent même être acceptés alors que le peuple a voté majoritairement contre par referendum (France 2005) !

  6. Gremlins dit :

    Si Berlin appelle alors …

  7. Thinker dit :

    Héhé. Les Allemands viennent de comprendre que les Américains n’en avait absolument RAB de leur opinion et de leur autorisation de déploiement parce qu’il existait encore plus vassal qu’eux sur le continent militairement parlant. Du coup les voila réduit à aller demander aux Russes de faire un effort. On verra bien si ça marche…

  8. Daniel Chollet dit :

    Durant la guerre froide, que pensaient les Allemands de notre système Pluton qui envoyait une charge nucléaire tactique à 120 km ?

    • Thinker dit :

      Ils faisaient grave la tronche parce qu’ils avaient bien compris que c’était fait pour stopper la cavalerie de l’armée Rouge en Allemagne de l’Est voir de l’Ouest au cas où le matériel Américain échoue à contenir la charge en Pologne.
      C’est bien pour cela qu’ils ont été très content que ce traité de Paris mettent fin à la crise des Euromissiles et que ce sont déjà eux qui ont fait le plus d’histoire pendant la crise.
      En même temps ce que tout ces braves militaires ne disent pas trop fort, c’est que l’idée de stopper une charge de cavalerie importante à l’arme nucléaire est un peu passé de mode quand on a été sur de l’efficacité anti-tank des nouveaux missiles et obus à tête de flèche uranium qui sont seulement radiotoxiques et se contentent de polluer en silence sans le son et lumière. Le nouveau matos est entré en dotation au fil des années 80 pour l’OTAN.
      Voila les deux grandes raisons du traité sur les armes nucléaires tactiques à porté intermédiaire en fait: calmer les Allemands de l’Ouest comme de l’Est et utiliser plutôt un matériel plus acceptable pour les populations civiles.

      • Patatra dit :

        Tout à fait exact, l’Allemagne ramassait quoiqu’il arrive… Sombres perspectives. Les Allemands avaient quelques raisons de faire la moue. ^^
        Une frappe d’ultime avertissement était prévue dans le cadre de la dissuasion française si le choc n’était pas absorbé… et c’est clair que ça se passait en Allemagne.
        Je me souviens d’un article sur le taux de survivabilité des pilotes de A10 dans le cadre de ce conflit… environs 10 jours pour toutes les escadrilles engagées… moche… la frappe aurait été presque inévitable… Heureusement que la 3ème guerre mondiale n’a pas eu lieu.
        Sinon pour un peu de fiction voir la série Deucthland 83 ^^

  9. Lagaffe dit :

    « Moscou considère aussi les missiles SM3 (du système de défense anti-missile) comme de POSSIBLES vecteurs nucléaires ».
    Sauf qu’il n’existe aucune tête nucléaire développée et encore moins testée pour les RIM-161 Standard Missile 3, un missile anti-balistique, anti-satellite et rien d’autre.
    L’argument est ridicule et ne tient pas une seconde. On ne peut pas comparer la violation actuelle du traité par la Russie avec une « menace » inexistante !
    Pourquoi ne pas demander à la Russie de retirer ses missiles S-300 et S-400 sous prétexte qu’ils sont « de POSSIBLES vecteurs nucléaires » ?

    • Polymères dit :

      Quand on regarde le contexte européen après l’an 2000, il faut être de mauvaise fois pour soutenir les positions russes.
      En effet, en dehors de l’intégration de nouveaux pays dans l’Otan, Moscou ne peut pas dire qu’il y a une pression/menace/militarisation grandissante contre elle.
      Pendant des années, ce qu’on voyait dans tous les pays occidentaux, c’était quoi? Réductions sur réductions à tous les niveaux. Les américains retiraient 50 000 hommes du continent, français comme anglais on pliait bagage de l’Allemagne. L’Otan on pouvait se demander à quoi elle pouvait bien servir dans le contexte du moment. Le repli américain du continent (avec un recentrage vers l’Asie sur la période Obama et la zone Moyen Orientale sous Bush) s’est fait derrière un bouclier anti-missile et chaque année qui passait, voyait son lot de fermetures, on annonçait le départ du dernier char, du dernier A10 et autres, on ne pensait qu’à laisser de la logistique. C’est la seule et unique chose que les américains, pour ne pas dire l’Otan, installaient en Europe, mais au regard des désengagements, des réductions de budgets etc, ce bouclier semblait presque anecdotique.
      Les américains semblant par cette stratégie, non pas vouloir agresser la Russie, mais bien tourner la page de cette menace qu’ils considéraient derrière eux.
      .
      Mais visiblement avec Poutine, ils ont transformés ce bouclier anti-missile comme une grave menace devant justifier un réarmement massif de la Russie. En réalité, les russes ne répondent pas à une menace, ils cherchent à redevenir une puissance comme ils l’étaient hier car ils ne supportent pas être mis dans une arrière cours. La politique de Poutine n’est pas de l’auto-défense face à un danger d’invasion ou de bombardements nucléaire de la part de l’Otan, c’est une politique qu’on pourrait qualifier de « renaissance », de redonner une image de puissance à la Russie et pour se faire, quoi de mieux que de se confronter et de s’opposer aux occidentaux? C’est un vent de nostalgie qui guide la politique de Poutine, n’en doutons pas et cette politique fonctionne uniquement grâce à cette opposition à l’occident (surtout aux américains), il en a besoin et il est complètement illusoire d’imaginer devenir copain avec lui et de désamorcer les crises, car cela ferait revenir la Russie dans une place de pays refermé sur lui, qui ne fait plus parler de lui. Les russes ont besoin d’entretenir cette tension, ces crises avec l’occident, le Kremlin s’en nourrit c’est presque sa raison d’être, c’est uniquement cela qui donne une image de puissance et d’influence à la Russie.
      Ils donneront la main uniquement pour gagner des duels, jamais pour aboutir à un règlement gagnant-gagnant ou perdant-perdant.
      Les russes s’activent, s’excitent et veulent se montrer présent en faisant parler d’eux, veulent se montrer menaçants car c’est par cette voie que Poutine, ex membre du KGB, voit le retour de la Russie comme grande puissance et soit on s’y confronte soit on laisse faire et n’en doutons pas, ses pions, il va les avancer dès qu’il le pourra, à la moindre brèche, comme en Syrie, en RCA, en Ukraine.
      On ne peut pas raisonner cette stratégie, les chinois font de l’économie leur force, en gros ils font de la compétition, les russes c’est le militaire et surtout la rivalité avec leur ennemi idéologique qu’est l’occident.
      Ils développent des armes pour contester les domaines ou nous avons la supériorité, ils cherchent à nous atteindre, à nous diviser pour nous affaiblir à défaut de faire une guerre impensable et inimaginable.
      Tout cela ne pourras réellement s’arrêter qu’avec un choc économique qui casserait les rêves du Kremlin ainsi que sa remilitarisation (honnêtement ils ont subis une crise qui fait que pas mal de choses ne vont pas bien et que les dépenses militaire doivent se réduire). Il faut attendre que l’esprit soviétique s’enterre avec les anciens, que le système Poutine (donc lui) cède sa place, car quoi qu’on en pense, Poutine est un pilier de cette stratégie et de sa cohérence, sans lui, rien ne sera pareil.
      Les russes continueront à avancer leurs pions et que ce soit le traite FNI ou autres, même s’ils s’en plaignent, ils sont prêts à jouer à un tel jeu de missiles avec l’Otan, s’ils ne l’ont pas directement provoqué en jouant dans l’ombre et avec les limites du traité.
      Bon après sur la durée, je pense qu’ils sous-estiment les conséquences de leur confrontation, tout le monde n’était pas Obama ou Trump et au vu de l’ingérence russe qui secoue la classe politique américaine, l’an prochain on risque d’être en sueur au Kremlin face au risque de voir des démocrates au pouvoir qui iront se venger de diverses manières contre Moscou. Il y a une bulle qui attends d’exploser contre les russes aux USA, le verrou Trump qui l’empêche d’exploser au grand plaisir de Poutine sautera l’an prochain ou dans 5 ans et plus ça dure, plus ça risque d’être beaucoup plus brutal.
      Clairement, la Russie pourrait connaitre une mauvaise décennie 2020-2030, sur le plan économique/démographique/social, sur la plan politique (Poutine normalement doit dégager en 2024, mais bon connaissant le type, on sent la petite manip venir), sur le plan diplomatique et militaire via un renforcement actuel dans les pays occidentaux (membres ou non de l’Otan) de leurs forces armées et par l’arrivée possible d’un pouvoir américain revanchard.
      La politique de Poutine, c’est du court terme, du gain immédiat, mais sur le long terme les conséquences de cette politique rend la Russie perdante sur beaucoup de points.

      • werf dit :

        Bien trop long ce commentaire, Poutine peut disparaître, comme Macron d’ailleurs, et d’autres sur la planète. Cela ne veut pas dire que tout s’écroulera. En Russie, l’important c’est de comprendre, comme moi, en historien et connaisseur du peuple russe et de la langue russe, que ce peuple a été humilié en 1991 par les occidentaux qui voulaient en plus le dépecer. Vous pourrez faire et dire tout ce que vous voulez et prédire des catastrophes économiques cela ne sera jamais oublié. Quant aux américains, ne comptaient pas sur eux pour aller provoquer les russes. Ils savent que ce serait la destruction concomitante de leur pays. Trump et d’autres ne sont pas assez fous. En outre, ils savent que c’est trop tard car la Chine, d’ici 10 ans, sera la super puissance militaire et elle n’hésitera pas une seconde à réagir si les américains se lancent dans cette aventure suicidaire..

        • nexterience dit :

          Les russes se sont humiliés tout seul en liberalisant le sovietisme à tout va et en choisissant Gorbatchev et Elsine.

      • Anonymous dit :

        Ça me fait doucement rire ce genre de commentaires ultra impartials qui predisent le pire en Russie alors que leur balance est excédentaire à hauteur de 211 milliards de dollars alors que certains se permettent de donner des leçons alors que la leur est déficitaire a hauteur de 70 milliards de dollars et sont endettés à hauteur de 100% de leur PIB mais se permettent toujours de donner des leçons aux autres c plus fort qu’eux on dirait.

        • Polymères dit :

          POur quelqu’un de partisan envers la Russie comme vous, il est évident que la moindre critique soit à vos yeux une insulte.
          Comme toujours, quand on ose critiquer la Russie, quand on ose dévoiler des problèmes qui peuvent venir, la réponse qui suit est toujours la même, celle visant à trouver une chose qui va bien chez elle et que c’est en France qu’il va y avoir les problèmes. Inutile de faire semblant d’être français, vous savez bien pourquoi vous êtes ici, vous savez bien pourquoi vous aimez la Russie, pourquoi vous la défendez et pourquoi vous vous faîtes une joie à imaginer et voir les problèmes uniquement chez nous.
          .
          Pour en revenir à votre argument, sachez qu’un excédent commercial ne veut pas dire que l’économie pète la forme et que tout va bien, le Venezuela peut témoigner. L’excédent commercial peut au contraire indiquer un problème économique, c’est celle d’une baisse des importations et non pas réellement une hausse des exportations. Pour un déficit commercial, c’est exactement la même chose dans le sens inverse.
          La Russie est un pays pétrolier, comme tous les pays pétroliers, l’exportation, c’est ce qui les fait vivre et pour la Russie ça représente les 2/3 de ses revenus. Le pétrole est-il éternel et peut-on compter sur lui pour l’avenir économique de la Russie? Ou alors comme pour d’autres pays exportateurs, ce ne sont que quelques belles années avant la désillusion?
          Quand on regarde le PIB russe sur 10 ans, on voit qu’il y a 10 ans il était plus important qu’aujourd’hui, vous avez beau sortir votre excédent commercial, il n’enlève pas cette réalité.
          Quand on regarde ailleurs en Russie, on voit que les taxes augmentent, que l’âge de départ à la retraite augmente, que la démographie est mauvaise et qu’on va entrer dans le trou démographique de l’après URSS et ils vont vite le sentir. L’accès au crédit est archi coûteux, pour les particuliers comme le privé.Les investisseurs ont retirés des dizaines de milliards, les budgets de l’état ne cessent de se serrer la ceinture et le Kremlin ne fait que d’accumuler des réserves en prévision de problèmes (baisse du prix du baril, crise économique sanctions). Mais vous, vous analysez cela comme un adepte de la propagande russe qui dira que la Russie s’enrichit et déborde d’argent qu’elle ne sait plus quoi faire d’autres que l’emmagasiner. On se rassure souvent aussi dans votre petit milieu avec la dette sans comprendre que l’accès à la dette n’est pas égal dans le monde, qui va investir dans un pays sous sanctions? Faut pas croire que la Russie en cas de problèmes s’endettera, faut pas croire que la dette est en réalité le signe d’un problème budgétaire, non non non, ceux qui ont des problèmes, qui n’ont pas d’argent n’ont pas de dettes, trouvez moi un seul pays du tiers monde avec de la dette! Trouvez moi un seul pays qui dans une crise économique s’est endetté. En dehors de trouver des états ou encore le FMI (comme la Russie fin des années 90) pour amener de l’argent en imposant des conditions, la dette des marchés, celle que nous avons, c’est de l’investissement et non de la dette de « survie ». La Russie, comme d’autres (surtout ceux qui dépendent à ce point du pétrole) doivent avoir de l’argent de côté, c’est cela qui amortit et évite les problèmes. Chez nous, dans les pays riches avec des économies diversifier, les économies ne peuvent pas être perturbées par ce genre de choses, les incidences sont faibles, le plus grand risque c’est le système financier et la bourse, pas la dépendance à un produit d’exportation qui permet à tout le pays et surtout à l’état de vivre.
          .
          Je ne sais pourquoi vous ne voulez pas voir les problèmes en Russie, pourquoi vous préférez imaginer des problèmes pour la France pour changer de sujet, mais je ne raconte pas n’importe quoi.
          La Russie a une mauvaise économie et elle est à risque, son pétrole qui lui donne son argent et qui vous donne à vous un sentiment de « tout va bien » en voyant les exportations ou les réserves de changes, c’est son problème. Dans les années à venir, qui plus est, le pétrole facile d’accès va s’épuiser en Russie, il faudra aller dans l’Arctique pour chercher d’autres gisements beaucoup moins rentables pour les finances.
          La démographie russe est très problématique, mais là encore, des gens comme vous ne veulent pas le voir, prétextant même que « tout va bien » en regardant le chômage en Russie en le comparant au nôtre sans comprendre que chez eux chaque année la population active baisse alors que chez nous elle augmente. Qu’en Russie le nombre d’emplois peut baisser en parallèle du chômage alors que chez nous on continue de créer des emplois mais pas assez pour faire reculer le chômage, car oui, la démographie a aussi cet effet qui peut donner une fausse perception du chômages.
          Quand je dis que politiquement il y a danger, je n’invente rien, depuis quelques mois la côte de popularité baisse et la vie de plus en plus cher, les salaires de moins en moins grand (instabilité du rouble qui ajoute de l’inflation, qui pousse à la baisse des importations et qui fait la joie de votre « excédent commercial). En 2024, Poutine ne peut normalement plus se représenter et le bougre il vieillit. Aujourd’hui le système Poutine rassure, mais il ne rassure pas pour rien, car tous savent ce qui peut arriver avec sa fin, le chaos politique qui peut en naitre.
          Quand je dis qu’aux USA il y a une bulle anti-russe prête à exploser dans le camp démocrate, ce n’est pas une invention. Quand ils reviendront au pouvoir, peut-être dans 2 ans, ils se vengeront de diverses façons, d’autant plus que cette affaire d’ingérence russe persiste. Je vous le dis, c’est en train de bouillir la bas et Poutine le sait bien qu’il va se prendre un retour de flammes.
          Quand je dis que partout en Europe la défiance envers la Russie gagne du terrain, que les armées se renforcent pendant qu’en Russie on est obligé de réduire les dépenses des armées pour des raisons d’économies budgétaire (ah oui là aussi, il est facile ensuite de parler d’un excédent budgétaire), c’est une réalité. Sur internet et dans tous les pays, il y a une levée de bouclier contre l’ingérence russe, contre sa propagande et ses méthodes d’influences. Les réseaux sociaux facebook et twitter ont récemment fermés près de 500 pages de comptes russes liés à Sputnik et qui étaient très actifs en Europe de l’Est, aujourd’hui même on apprend que la Russie lance des « procédures administratives » contre eux. Pourtant les trolls et autres qu’utilisent massivement les russes chez nous en occident via les réseaux sociaux, ce n’est pas des délires, ils ont exploités une faille et de plus en plus ça se retourne contre eux et ensuite ils jouent comme souvent les victimes innocentes.
          En france comme dans d’autres pays en Europe, on renforce la lutte informatique, on passe même d’une posture de défense (on se protège des attaques des autres) à une posture offensive ou on va faire la même chose chez eux.
          On verra comment va se dérouler le conflit syrien, loin d’être terminé et bénéfique pour la Russie.
          L’Ukraine de plus en plus anti-russe alors que c’était un pays allié va devenir un élément bloquant de son influence sur l’Europe avant d’entrer pleinement dans un jeu plus occidental que les occidentaux eux-même. Entre le détachement de l’église orthodoxe, la lutte contre son influence dépasse le bras de fer militaire. Je vous le dis, dans les années qui viennent, ce ne sera pas rose pour les russes, ils vont même sérieusement s’énerver de cela, pensant se défendre mais ne faisant qu’aggraver leur situation car c’est justement cette hostilité stratégique contre l’occident qui si elle peut être bénéfique au départ et pour le maintien au pouvoir, devient vite un problème quand la réponse arrive. La sous-estimation de l’occident et de son pouvoir couplé à la surestimation de la Russie pousse le Kremlin à faire des choix idiots, qui donnent une victoire de l’instant car il surprendra celui qui n’est pas préparé mais qui est néfaste sur le long terme.

          • Anonymous dit :

            Premièrement, vous me reprochez de critiquer la France lorsque vous, vous critiquez la Russie. C’est pas du tout mon intention loin de la. Je disais simplement qu’on devrait regarder notre situation de plus près avant de descendre les Russes. Je n’imagine pas de problèmes chez nous plus que chez les autres, je suis simplement réaliste, bien que nous n’avons pas une économie tiers-mondiste, nous n’avons pas non plus une économie allemande, nous ne sommes pas les mieux placés pour donner des leçons, loin de la. Deuxièmement pour revenir sur le sujet, êtes vous sérieux quand vous comparez l’excédent minuscule vénézuélien a celui de la Russie qui est pratiquement à la hauteur de l’Allemagne ? Quant à la dépendance de la Russie aux hydrocarbures c’est un fait avéré mais comparez sa situation à celui d’autres pays pétroliers. Pourquoi les pays du Golf ne font pas 210 milliards de dollars d’excendent commercial ? Vous pensez sérieusement qu’avec 210 milliards de dollars d’excédents, la Russie ne peut couvrir ses importations ? Soyez honnêtes 2 secondes. L’Arabie Saoudite vient d’émettre des titres de dettes, les investisseurs se sont rués dessus, imaginez alors pour la Russie qui a une économie bien plus diversifiée que la saoudienne. Ils sont endettés à hauteur de 15 pourcents du pib, croyez vous qu’ils ne peuvent pas monter à 30% pourcents facilement sans risquer de mettre en périr la nation ? Pour un pays qui fait partie depuis seulement 27 ans du monde capitaliste c’est pas si mal. Ensuite quand on regarde le pib Russe d’il y a 10 ans c’est le même oui et ? celui de la France est moins élevé même et plein d’autres grande puissance comme le RU et le Brésil sont encore loin de l’atteindre, pourtant leur situation est loin d’être dramatique. Oui les taxes augmentent en Russie ( principalement la TVA qui va passer à 20 pourcents comme en France ironiquement) le taux d’imposition reste à 13 pourcents tout de même. Quand on parle économie, on analyse TOUTE la situation dans son ensemble et pas seulement les critères qui nous arrangent, mais avec vous le chômage ne compte pas, la dette non plus ( il parait qu’on peut s’endetter comme on. veut avec vous, demandez aux Grecs et aux Italiens qui ont du ralentir la cadence ce qu’ils en pensent ) ce n’est pas un problème budgétaire selon vous carrément ( elle est mortelle celle la ). Quand on verse plus de 2 pourcents du pib aux banquiers pour le  » service  » de la dette c’est tout à fait normal selon vous, 2350 milliards d’euros de dettes c’est peanuts, on s’en fout. Ensuite je vous rappelle que la Russie n’est pas un pays du tiers monde, elle n’est pas le Mali ou le Niger. On pourra se passer de cette condescendance crasse dans la suite de nos débats. Payer ses fonctionnaires est un investissement c’est ça ? A quel taux de rendement ? C’est plutôt ce que vous appeler investissement que moi j’appelle dette de survie. En ce qui concerne la démographie russe elle est déclinante c’est vrai mais on parle de 120 millions d’habitants en 2100 contre 47 pour le Japon et 20 pour la Pologne par exemple à cette même période, c’est pas non plus un cataclysme. Ensuite en ce qui concerne la menace des démocrates elle est réelle mais que vont ils faire de plus par rapport a aujourd’hui ? Des sanctions les russes s’en mangent des tonnes en ce moment et résistent tant bien que mal. Je suis parfaitement conscient que la Russie n’est pas un pays tout rose, je suis conscient des faibles retraites, du smic bas, des problèmes d’alcoolisme, etc. mais je pense que les Russes méritent d’être traité par respect, je milite même pour son intégration dans l’ UE, c’est le seul pays de l’Est qui est réellement intéressant. En attendant on verse 90 milliards d’euros sur 7 ans juste à la Pologne qui pratique du dumping sur le marché du travail à notre encontre et qui achète du matériel ricain. Pareil pour les autres pays de l’Est. Intégrer la Russie est une bonne chance, on aurait accès à leur gigantesque matières premières et surtout on aurait une frontière avec la Chine cela nous permettrait de développer notre commerce de façon intensive. Cela doperait la croissance du continent car il y a tant à faire la bas. On pourrait même faire baisser le chômage sur le continent car avec 4% de chômages et une population qui décroît la Russie risque de manquer de forces vives.

      • Comte Serge dit :

        Bonjour. Je commence par une préambule: LCP avait diffusé un documentaire (au moins à deux reprise) sur le déclin de l’influence française sur la scène internationale. Plusieurs diplomates et anciens ministres se sont livré dans les explications des « comment » et des « pourquoi » la France a perdu sa voix dans le monde. Ils évoquent dans ce film le rôle important qu’avait la Français dans la régularisation des conflits en Afrique, au Moyen Orient et ailleurs. Mais aujourd’hui, les diplomates regrettent que, muselé par des alliances telles que l’OTAN et l’UE, notre pays n’a plus ce pouvoir: d’influencer les événements que la France avait connu jusqu’aux les années 90 (fin de la préambule). Et bien il vous faut comprendre que la Russie est présente dans l’histoire européenne depuis presque mille ans en tant que puissance militaire, économique et commerciale. Toutefois, elle avait traversé une période néfaste après la chute du mur de Berlin et, tout comme la France aujourd’hui, elle avait perdu sa crédibilité diplomatique qu’elle veut regagner aujourd’hui. Cependant, vouloir, comme vous, la réduire à un simple pays insignifiant est non seulement dangereux (étudiez l’histoire), mais surtout contre-productif. Car nous avions et nous avons encore des liens très forts entre nos deux pays et contrairement aux autres puissances, la Russie n’a jamais failli à ses engagements.

    • Royal Marine dit :

      @ Lagaffe (le bien nommé…)
      Il ne s’agit pas du vecteur SM3, effectivement missile anti-aérien, anti-missile, etc., … Mais du lanceur, compatible lui avec le fameux Tomahawk, à tête pouvant être nucléaires… Ce lanceur ne respecte certainement pas les règles du traités, bien qu’installé en Pologne et en Roumanie, avec l’aval de l’OTAN. En face, et après coup, les Russes déploient un nouveau missile, dont les Américains considèrent, sans preuves, qu’il ne respecte pas le fameux traité… Qui a tord? Qui a raison? D’après vous les USA? C’est là que votre pseudo colle à la réalité… 🙂

      • Lagaffe dit :

        Ridicule. Il n’y a aucun tomahawk nucléaire américain déployés en Roumanie ou en Pologne et les américains peuvent les lancer de leurs navires donc sans violer inutilement le traité et sans avoir à utiliser les sites roumains et polonais (comme les russes peuvent lancer leurs missiles de leurs navires). Arrêter d’avaler la propagande russe, le traité concerne le déploiement des missiles lancés depuis le sol, pas les lanceurs !
        Le S-400 et le S-500 peuvent servir de lanceurs à des armes nucléaires.

        • Frank dit :

          @ Lagaffe Ridicule? Prenez une carte, un compas, tracez un cercle de 2500 kms autour de Moscou, et dites moi de quelles positions un Ticonderoga, un destroyer ou un SM US se risquerait à tirer sans révéler immédiatement sa position.
          A part des nasses comme la Baltique ou la Mer Noire, je vois pas.
          D’ou l’utilité de sortir du FNI, après avoir la disposition de bases terrestres, sur un sol étranger, au plus près possible des frontières russes.
          Les mots importants, c’est »sol étranger »…

          • Lagaffe dit :

            Poutine lui-même reconnait que les USA ne viole pas le traité et appelle Trump à ne pas le rompre ! arrêtez votre propagande, les USA (et encore moins les autres membres de l’OTAN) n’ont jamais lancé de menace nucléaire sur la Russie alors que Poutine ne passe pas une semaine sans vanter ses nouvelles armes « invincibles », « indestructibles » quand elles ne sont pas « ‘invisibles » et capables de réduire en cendres l’Europe. Sputnik relaie ses multiples menaces d’atomiser les ennemis de la Russie et d’envahir les pays de l’Est. Poutine viole tous les traités signés depuis 30 ans et à relancé la course aux armements alors même que l’OTAN avait désarmé à tout va croyant naïvement que la Russie respecterait les traités signés.
            Poutine se vante même de finir au paradis en cas de guerre nucléaire.

          • Françoise dit :

            @Frank : Pour votre information, on doit dire un contre-torpilleur (et non un destroyer).

  10. Parabellum dit :

    La question est au contraire de nous armer aussi de missiles tactiques sol sol et d en avoir une panoplie comme les russes ou les chinois…mais on a rien …on a niaisement jeté le système hades à peine opérationnel…les allemands ont la trouille des russes mais n ont pas d armee en forme …qu ils se débrouillent avec les américains ..la france doit repenser sa defense en développant vite ses drones et des missiles de frappe et une ceinture anti missile. Reprendre l’idée d’indépendance vitale et vite.

  11. mich dit :

    Bonjour , vous parles de missile Hadès ,arme de la guerre froide ,pourriez vous au moins expliquez quel serait son rôle actuellement dans le cas de la France ? car il ne vous a pas échappé que les armées des années 80 ont disparu .Si notre pays veut être plus ou moins résilient dans le monde actuel ,ce n’est surement pas avec une « deuxième artillerie » ou un bien hypothétique bouclier anti missile.

    • Parabellum dit :

      J ai bien connu la période du hades qui participait à une panoplie mobile nucléaire indépendante.. on l a arrête bêtement à mon sens alors que maintenant on gesticule dans le Nord avec quelques chars et quelques avions…ca fait peur à qui ? Quel corps de bataille terrestre faut IL donc avoir ? on craint l Arsenal terrestre et missile russe mais on lui oppose quoi ? Directement une frappe nucléaire ?

      • mich dit :

        Bonsoir , je ne crois pas que l’ on ai forcement tout arrêter comme vous dites , et le budget que nous allons continuer de mettre dans notre dissuasion (le seul régulier depuis longtemps) ,la famille scalp et asmp ,devrait nous permettre de faire plus au cas ou.Car notre problème est plus de savoir qui nous voulons affronter sur un théâtre extérieur que national ou européens (quand aux forces déployés dans les pays baltes ,elles servent juste à faire comprendre qu’une attaque hypothétique de la Russie aura de vrai conséquence ,mais bon quel serait vraiment leur intérêt ?)A la limite ,pourquoi pas un équivalent du missile tactique atacms ,mais cela veut dire que l’on envisage la possibilité de déployer des forces terrestres lourdes en dehors du continent ,je n ‘y croit pas trop avec nos moyens actuel.Encore une fois ,je pense que en tant de  » paix » il faut surtout développer notre défense  » passive » pour éviter de se faire décapiter d’un seul coup ,bien sur si la menace militaire revient au niveau des années 80 ,ce ne sera plus pareil,mais les budgets ne seront plus les même .

  12. Julien dit :

    @M. Lagneau, modifions quelque peu votre dernier paragraphe, et essayons-nous à un nouvel exercice partisan diamétralement opposé au vôtre :
    « Pour résumer, les Etats-Unis auraient donc mis au point une stratégie machiavélique consistant à accuser – sans pour autant y apporter de preuves – la Russie de développer un missile non autorisé par un traité fondamental pour la sécurité européenne, s’estimant en droit de le « dénoncer » et ce pour mieux justifier aux yeux de l’opinion mondiale le développement de leurs propres capacités de frappes intermédiaires, dans le but de contrecarrer la Chine que les Etats-Unis ont en réalité en ligne de mire. Et au milieu, les Européens comptent les points tout en craignant de faire les frais de cette situation. »
    Je rajouterais : et au milieu M. Lagneau fait de la prose.

  13. Royal Marine dit :

    Pas mieux! Merci, Robert!

  14. Lagaffe dit :

    Les Etats-Unis ont demandé lundi à la Russie de détruire ses missiles de croisière SSC-8 (Novator 9M729 pour les Russes) dont la possession viole selon Washington le traité de 1987 sur le contrôle des forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).
    « Malheureusement, les Etats-Unis constatent de plus en plus qu’on ne peut pas faire confiance à la Russie pour qu’elle respecte ses engagements en matière de contrôle des armements », a déclaré Robert Wood, ambassadeur américain à la Conférence sur le désarmement organisée à Genève sous les auspices de l’Onu.
    Aux termes de ce traité signé par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, les deux pays se sont engagés à éliminer leurs missiles nucléaires et conventionnels dont la portée se situe entre 500 et 5.500 km. Mais pour l’Otan, comme pour Washington, le Novator 9M729 est justement capable de frapper une cible distante de 500 à 1.500 km.

  15. Davy Cosvie dit :

    Du fait que les Allemands ne sont pas des imbéciles (s’ils le sont, ça m’a échappé) leur mauvaise foi dans cette affaire est évidente. Mais c’est toujours la règle lorsque le but d’une démarche est seulement de prendre à témoin l’opinion publique : déjà à l’époque des SS-20, l’on assistait à un concours de mauvaise foi. Si l’on en juge par tous les commentaires qui précèdent, ça marche aussi bien aujourd’hui que dans les années 80. Aujourd’hui, il faudrait évoluer parce que @internet le permet.
    .
    Pour ça, il faut prendre conscience d’une vérité de base tellement évidente que personne n’y pense plus : « un missile à capacité nucléaire », ça ne veut rien dire.
    N’importe quel engin capable de transporter 300 kg (le poids d’une bombinette) est « à capacité nucléaire ».
    .
    On en a déjà parlé sur ce blog il y a seulement quatre mois. Mais visiblement il y en a qui ne suivent pas ou qui ont la mémoire courte : pourtant « la brouette à capacité nucléaire » de 341CGH, c’était un bon stimulant mnémonique. http://www.opex360.com/2018/10/03/en-parlant-de-detruire-un-nouveau-missile-russe-lemissaire-americaine-aupres-de-lotan-provoque-un-incident-diplomatique/