Le BEA-É recommande à l’armée de Terre de doter les hélicoptères Gazelle de dispositifs « anti-abordage »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

20 contributions

  1. petitjean dit :

    n’accablons pas les victimes
    mais ça a merdé grave de grave dans la préparation et le pilotage
    raison de plus pour trouver des parades anti collisions : il y a la technique mais aussi la formation des équipages…

  2. FM junior dit :

    Si L’ALAT avait quelque chose à foutre des rapport du bea-e feu bea-d ça se saurait et ça fait longtemps que gazelle et autres auraient des cvr et fdr. Quant aux cpo, on va pas les modifier, ON A TOUJOURS FAIT COMME CA!

    • Clavier dit :

      Ben au prix où sont maintenant les derniers hélico…. vous allez devoir changer de mentalité !
      Le côté cow-boy avec des burnes grosses comme des pastèques, on a connu cela aussi mais il a fallu changer vite-fait suite à des accidents en série qui ont forcé le commandement à serrer la vis…

    • BELL dit :

      Bonjour
      Il faut juste lire le rapport… et reconnaître malheureusement la pertinence de celui-ci… et comprendre que les vols sont (étaient, je l’espère) organisés de manière étanches les uns des autres, ce qui n’est pas le cas en opérations, et qu’ici on a bien une multitude de facteurs menant à l’accident:
      -problème radio au départ
      – espacement faible au décollage,
      – indépendance des vols alors qu’ils sont à proximité, breffing, règles de vols…
      – géographie complexe
      – soleil rasant
      – lenteur dans la mise en place des systèmes anti-abordage en phase de mise en place,
      – vols sans signaux lumineux…
      ce qui est même « incroyable » c’est de pousser à transformer au final des vols de formations, où stagiaires et moniteurs font forcément des échanges et ne sont pas totalement concentrés sur l’environnement, notamment d’autres hélicoptères qui sont « gommés » par l’organisation des vols de formations, on ne retrouvera pas cette « incohérence » en vols d’opérations où chacun est partie intégrante de la préparation de mission, durant laquelle tous chercherons à se localiser…
      Au final, on peu surtout regretter d’avoir des procédures aussi poussiéreuses que cette honorable gazelle dont nous faisons encore usage au combat alors que son remplacement « normal », il y a environ 20 ans éviterai tous ces pertes connues, à comparer le Tigre et ses 13 premières années d’exploitation, 4 morts, quand sur la même période la gazelle a tué 10 fois plus de personnes (170 environ depuis sa mise en service) mais il est vrai que cela ne choque pas nos décideurs d’envoyer avec une 2CV des airs, servir de pigeon d’argile, nos soldats (une pensée pour le Lieutenant Damien Boiteux mort pour la France il y a déjà 6 ans)
      « On a toujours fait comme ça »… c’est peut être bien cela le problème.

    • ScopeWizard dit :

      @FM junoir
      .
      Pourriez-vous préciser ?

    • FredericA dit :

      « Quant aux cpo, on va pas les modifier, ON A TOUJOURS FAIT COMME CA! »
      .
      Bonne idée ! Ne rien faire permet toujours d’avancer et de s’améliorer… C’est bien connu 😉

  3. Nicou dit :

    Bonsoir à tous,
    Pratiquant le vol en planeur, et son instruction, depuis un bon nombre d’années, je tenais à partage mon vécu. La fédération française de vol en planeur a recommandé (suite à de nombreux abordages…) l’installation d’un boitier appelé flarm.
    https://flarm.com
    Bien que imparfait, ce boitier a permis (suite à de nombreux retours lors des réunions d’information) de fortement diminuer les accidents et par plusieurs fois, pour moi aussi, prévenus de conflit de trajectoire que je n’avais point vus…
    Je ne fais pas la promotion de ce boitier en particulier. (C’était juste le premier…)
    Surtout pour faire part, qu’il existe des systèmes peut volumineux, simple et bon marche (par rapport à un tcas ), qui remplit déjà cette fonction…Et de mémoire, je crois que les planeurs militaire en sont aussi équipé.

    Bonne lecture et bon vols.

    La sécurité des vols progresse avec la prise en comptes des expériences de nos prédécesseurs, qui en ont parfois, payé le prix…Rappelons nous d’eux…

    • ScopeWizard dit :

      @Nicou
      .
      Bonjour
      .
      Très juste et merci !

      • charly10 dit :

        salut scope
        juste pour te dire d’aller voir dans ta boite mail
        a+

        • ScopeWizard dit :

          @charly
          .
          Salut charly10
          .
          Mon ami , c’ est le bordel complet dans ma boîte mail mais vraiment le bordel complet de chez complet …………….
          Néanmoins , je vais faire le nécessaire afin que nous soyons sur des bases plus solides , ce sera beaucoup , beaucoup , beaucoup mieux , et surtout nettement plus « évident » pour chacun de nous……………………. 🙂
          .
          A+

    • Le sicaire dit :

      Je rajoute que ce système coûte entre 1605 € TTC et 2369 € TTC en fonction du produit…

      Lire le rapport du BEA-É est fort intéressant et fort instructif.

  4. Gaspard dit :

    « les montants du cockpit des Gazelle masquaient l’autre appareil »
    Je suis surpris ; regardez une cellule de gazelle. Calculez le ratio montants/plexi et vous constaterez que l’on ne fait pas plus favorable.
    De même, un système anti-abordage revient cher et pèse.
    Alors que les consignes de pilotage en Voltac sont efficaces, tant qu’elles sont respectées.
    Une simple étude du ratio accident heures de voltac permet de sortir une valeur vraie. Un accident aérien est souvent la mise bout à bout de manquements, d’approximations ou de trop grande confiance.
    Les zones de vol sont bien déterminées et l’EA-ALAT respecte leur emploi afin d’éviter les interférences : il reste qu’un équipage sortant de sa zone entre de facto dans celle d’un autre et…

    • Ping dit :

      Effectivement, j’ajouerai que bien en amont des consignes Voltac, d’après le très élémentaire et ancestral principe « voir et éviter », cet accident n’a pas eu lieu.

  5. Le rapport du BEA é est particulièrement accablant sur la démarche organisatinnelle des vols, et sur les procédure radio, et absence de points de référence en début et fin de mission.
    Il attire aussi la trop grande confiance des équipages.

  6. werf dit :

    C’est un terrible aveu qui montre la faiblesse française de la DGA de ne pas prévoir des dispositifs de ce genre qui existent sur tous les avions et même les bateaux. Pour le reste, un hélicoptère n’est pas fait pour « jouer » lors des stages. Un petit rappel aux instructeurs s’imposent.

    • spad dit :

      @werf
      Je n’ai vu nul part dans le rapport que les instructeurs jouaient , de plus ce commentaire sur DGA me semble disproportionner en effet je ne vois pas ce qu’on peut lui reprocher lors de l’acquisition de ces hélicoptères il y a plus de trente ans. Le souci est plutôt pourquoi l’armée de terre n’a pas amélioré les gazelles avec un enregistreur de vol comme cela a été souligné dans tous les rapports ni doté des équipements permettant d’eviter le plus ce genre de scénario si peu qu’ils existent et soient efficaces dans les conditions d’emploi de l’ALAT.

  7. spad dit :

    intéressant ce dispositif flarm, mais pas certains que cela soit très efficace au fond d’un talweg à 15m/sol voir plus bas comme cela est pratiqué fréquemment dans les phases voltac mais vu le prix et le faible encombrement une expé serait souhaitable

    • Nicou dit :

      Bonsoir spad
      Le dispositif fonctionne en réception position gps et émissions et réception radio…(je ne me rappelle plus quel gamme de fréquences…)
      Entre deux appareils en ligne de vue directe (dans tout les cas d abordage donc…)
      La portée varie de 2 à 15 km (ou plus )en fonction de la qualité d installation des antennes (beaucoup de solutions chez les fournisseurs. )
      Installation basique : 12 v continu (batterie de planeur…), environ 300gr-500gr, prix version base environ 500 euros…
      Possibilité de version flarm prenant en compte les signaux des transpondeur…
      Vol de pente en montagne en proximité des reliefs limite la portée (effets de masques…), mais des que la ligne de vue directe(bien souvent avant ),récupération du signal.
      Pour info (non exhaustif…):
      https://gliding.lxnav.com/products/powermouse

  8. Thierry HENRY dit :

    Anti-abordage… N’est-ce pas le souci de tout automobiliste, sur un rond-point ?

  9. charly10 dit :

    En ce qui concerne ce crash des 2 gazelles, il est bien évident qu’il y a eu une grosse connerie initiale
    au niveau des ordres et de la préparation des vols. Tout cela procède de la routine qui s’instaure dans le rythme de travail y compris en formation école. L’humain est toujours responsable de ce type d’accident dans plus de 70 % des cas.
    D’après les premières conclusions du BEAè, La collision a pour cause initiale un manque de précisions sur les ordres de vols.
    Les deux Moniteurs, se sont t’ils concertés, d’abord au départ, ensuite dès l’arrivée sur zone, sur la fréquence d’auto information HF, qui est définie pour tous les appareils en trafic dans Les différentes zones voltac ? J’attends la parution du rapport BEA-é définitif qui sera effective dans quelques mois.
    En ce qui concerne le dispositif flarm proposé par @nicou, je rejoins l’interrogation de @ spad sur l’efficacité de ce dispositif en VoltAC, mais à voir quand même.