Un Mirage 2000D porté disparu alors qu’il survolait le Jura [MàJ]

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

56 contributions

  1. Yannus dit :

    Mes pensées vont à la familles de l’équipage de ce mirage.

    • Le Breton dit :

      J’espère ne pas avoir à dire la même chose que vous quand on en saura plus, rien ne dit que l’équipage n’a pas survécu.

  2. cases olivier dit :

    une pensée pour les deux pilotes…

  3. Jean la Gaillarde dit :

    Je crains le pire. Cela me rappelle l’accident du rafale alors que je me trouvais instructeur au sein de l’école de gendarmerie de TULLE. Nous avions aussi entendu une explosion type passage du mur du son. Puis nous avons été mis en alerte avec ma compagnie de semaine et nous avons ensuite été projeté sur l’accident. Il faut espérer.

  4. Volier dit :

    J’espère que l’on va retrouver ces deux militaires indemnes, mes pensées aux familles

  5. heaume44 dit :

    Si nous savions dans quel état étaient le parachute et la carte, nous pourrions espérer qu’au moins un des 2 aviateurs a pu s’éjecter et toucher le sol en bon état.

    • Yannus dit :

      Bonjour,
      Il faudrait asservir les balises pour qu’elles se déclanchent automatiquement lorsqu’une défaillance majeure de l’appareil est détectée.

  6. Vroom dit :

    Ça sent mauvais, vivants on le saurait déjà … Ça fait presque 7h déjà .
    Pensées pour les familles .

  7. bat dit :

    je m’en doutais que c’était un D ,cela ne pouvait être que ce type d’avion qui fait du radada au radar ….cette technologie n’est pas sans faille ….paix à ce pilote et son navigateur s’ils y sont rester

    • Pierro dit :

      Le Rafale le fait aussi.

    • Yallingup dit :

      Ça fait juste 30 ans que ça vole comme ça, y compris en mission de guerre.
      Si ce n’était pas fiable, ça se saurait.
      L’Antilope 5 (radar de suivi de terrain des 2000 D et N), couplé au calculateur de navigation est plus fiable qu’un être humain, même s’il s’agit d’un pilote de chasse expérimenté.
      A l’époque où le même boulot était assuré par des Mirages III, les crash étaient, malheureusement, plus fréquents.
      En témoigne le film de Pierre Shoendoerffer, « Les sentinelles du matin ».

      • Pascal (l'autre) dit :

        Ayant été au 02/004 La Fayette* dans les années 80 je me souviens que parfois certains pilotes qui revenaient d’entrainement à la mission d’assaut nucléaire (surtout de nuit )descendaient de leurs avions le teint livide. Pas de paroles mais des regards qui en disaient long! Un commandant d’escadron de l’époque le Cdt Jean Pierre Gillet déclarait: » il y avait des missions qui se déroulaient parfaitement source de joie, de la satisfaction du travail bien fait mais aussi …………………………..de sacrés frayeurs!!
        Rien d’automatique en nav sur le III E ! **entre l’interprétation des échos radar du sol et la comparaison sur les cartes « déplinav » Il fallait également maitriser la fonction air sol du radar avec les modes « découpe » selon un plan horizontal, et aussi en fonction du paramètre « vitesse ». et aussi les fameuses plaquettes (perforées) de navigation. La « nav » sur le III E ce n’était pas une sinécure!
        Oups!! J’aurai du écrire le GRAND Escadron de chasse 02/004 La Fayette

        ** pas d’effacement automatique de l’obstacle comme sur les 2000 N et D le Tornado IDS, et même chez les précurseurs comme le A6 Intruder et le General Dynamics F-111 Aardvark de plus tous les avions cités ci dessus sont des biplaces!

  8. Vroom dit :

    « La dernière fois qu’un Mirage 2000D….. »
    Plus récemment, mai 2018, un 2000D déployé à N’Djaména tape le seuil de piste de l’aéroport lors d’un posé de nuit, train principal très endommagé, la jambe gauche a même traversé la voilure. Saumon droit tordu. L’été dernier, il n’était pas prévu qu’il soit réparé. Où en est l’épave ? je ne sais pas.
    .
    21h25, toujours rien sur l’équipage…..

  9. ScopeWizard dit :

    Il n’ y a pas grand-chose d’ autre à faire que d’ espérer ……………
    .
    Le Mirage 2000 est un bon avion , son siège éjectable a largement fait ses preuves , alors personnellement j’ ai toute confiance …………. 🙂

    • Clavier dit :

      Le siège fonctionne à condition que l’équipage ait eu le temps de le déclencher….ce qui n’est pas le cas
      si l’avion touche le relief !

    • Pierro dit :

      Malheureusement, encore faut-il que l’équipage tire la poignée pour que ça fonctionne 🙁

    • v_atekor dit :

      Les arguments que tu avances à propos du M2K sont ceux qui me font redouter qu’il n’y ait pas eu d’éjection du tout.

    • Romanio11 dit :

      la France a fabriqué 601 exemplaires de Mirage 2000, les USA ont fabriqué 4600 exemplaires de F16,
      il y a 4 crashs de Mirage 2000 en 2018, contre 2 crashs de F16, normalement il doit avoir 32 crashs de F16 en 2018, mais c’était pas le cas, ça prouve que la qualité des chasseurs français sont des Made in China.

      • Honneur dit :

        Nul de vouloir polémiquer sur un tel sujet… C’est du hight level comme réflexion… ;-( Réflexion « Made in China » comme vous dites. Et encore par respect pour les chinois…
        Franchement, pensez-vous que cela soit le moment de lancer un tel commentaire ? Je laisse les experts en avionique présent sur ce site démonter votre participation… Même si j’ai quelques exemples en tête concernant la qualité des chasseurs français. Mais j’ai déjà gaspillé bien trop d’énergie pour vous répondre…

      • Aviateur dit :

        Monsieur, ça prouve surtout que vous ne connaissez strictement rien à l’aéronautique.

      • Clavier dit :

        Seul un militant politique peut sortir ce genre d’ânerie…..

      • Pascal (l'autre) dit :

        Et votre commentaire c’est du made in connerie!

      • COTAM dit :

        Commentaire de gilet jaune ça ….

      • ScopeWizard dit :

        @Romanio11
        .
        Oui , ou que les F-16 volent très peu ……………………..
        .
        Et mis à part ce décompte plutôt macabre , un truc plus positif ?

      • bruno dit :

        je pense que vous n y connaissez pas grand chose vor rien du tout. La fiabilité du Mirage 20000 tout type n’est plus à prouver. Etant mécanicien qui a eu le privilège de travailler sur tous ces MIRAGES(N.C.B.-5F et D) et qui compte 28 ans sur MIRAGE, je sais de quoi je parles.

      • Affreux Jojo dit :

        T’es un connard.

        Si si, laissez passer, M’sieur Lagneau. Y’a un moment où il faut parler cash aux guignols.

    • Yannus dit :

      Bonjour, Scope,
      J’espère seulement qu’ils ont eu le temps de le faire.

    • charly10 dit :

      Salut scope
      La zone d’impact se situe entre Pontarlier et Champagnole, en pleine zone R45 Arbois du réseau RTBA NORD EST.
      Les R45 sont des couloirs aériens de 13 km de largeur dont certaines portions sont utilisables depuis le sol jusqu’ à 3000.pieds.Réservées à l’entrainement très grande vitesse, très basse altitude en toutes conditions. Le pilote n’assurant pas la sécurité extérieure. La tenue de hauteur sol réalisée par le radar suivi terrain.
      Cet appareil était-il en condition de travail spécifique TBA dans cette zone ?
      Ou était-il à une altitude plus élevée en transit sur le secteur ?
      Hier les conditions météo n’étaient pas brillantes, sur le JURA. Les reliefs accrochés, averses de neiges.
      ATTENDONS LA SUITE.

    • charly10 dit :

      Une première réponse apportée par le colonel Yann Bourion :
      L’appareil était bien en entrainement basse altitude. Sachant que ces entrainements peuvent s’effectuer jusqu’à 600 knts a moins de 500 pieds !!!!!! s’il y a percussion a cette vitesse…Mauvaise affaire.

  10. GBU12 dit :

    il va falloir scruter les arbres, si ils ont réussi à s’éjecter, par ce froid, ils sont peut être inconscient et accrochés à leurs parachutes.

  11. VonBulot dit :

    Aux dernières nouvelles, je suis très très inquiet. Des débris retrouvés, de grosses traces d’hydrocarbure…

  12. Xaintrailles dit :

    Zone très froide, où la neige reste présente très tard en fin de saison, et adaptée à la pratique du ski nordique… Pas facile pour la survie et la recherche d’un blessé en cette saison, malheureusement.

  13. Hercule dit :

    Désolé d’avoir à le dire mais quand les balises de détresse ne se déclenchent pas (une balise se déclenche à l’éjection de chaque siège éjectable), il n’y a qu’une seule explication: L’avion a explosé sans que l’équipage ne puisse réagir en détruisant les balises.

    Raison de l’explosion de l’avion? A la vue du type d’avion, du genre de mission qui lui est dévolu et aux conditions climatiques, Il s’agit à 99,9% d’une impact avec le sol: Sans visibilité et vol aux instruments, une erreur d’appréciation et c’est le crash!

    RIP pour les 2 aviateurs

  14. Raoul888 dit :

    Pas de traces d’impact au sol pour l’instant. Explosion en vol ?
    Condoléances aux familles.

  15. Schwarzwald dit :

    Je croise les doigts pour les retrouver en vie mais si ils s’y sont pris trop tard …. :/

    D’un sens comme disait ScopeWizard, le 2000 est un très bon avion mais le sol est plus fort 🙂

  16. Thaurac dit :

    Cela me rappelle le crash d’un avion de transport civil sur le mon St odile, les télévisions étaient sur place avant les secours.
    Le france n’a quand même pas une si grande surface que ça, je ne comprend pas que l’on puisse « perdre » un avion qui est au max à 1/2 heures de vol ,même pas, d’une base militaire ou civile française, avec les transpondeurs, radars, satellites..etc..
    est ce que les pilotes ont une balise individuelle,

    • themistocles dit :

      Zone montagneuse et boisée, visibilité médiocre, plafond bas, neige… Les paramètres, ne serait-ce qu`environnementaux influant sur les probabilités de succès d`une recherche SAR sont très nombreux. Si vous désirez creuser la question, je vous suggère la lecture du IAMSAR (vol I a vol III) que l`on peut trouver en pdf sur le net . C`est un des manuels les mieux conçus sur le sujet, compilant le retour d`experience de plus de 60 ans d`opérations de recherche en mer ou a terre. Il a été écrit par les canadiens.

    • Vroom dit :

      En zone boisée et vallonnée , la nature à vite fait de se refermer sur les débris . Si en plus il neige par-dessus ….
      Un avion de tourisme perdu dans les Vosges a été retrouvé bien des jours plus tard !
      Là , en très basse altitude , le chasseur n’est pas toujours détecté . Alors même une position estimée , dans la foret , c’est bien hard de le trouver . C’est le.principe des différents phases SATER , le but est de resserrer la zone de recherche pour ensuite y mettre le maximum de moyens terrestres. Il n’y a donc rien d’anormal dans la situation .

    • delta dit :

      L’avion a été retrouvé rapidement , mais le mauvais temps complique le travail des gendarmes sur place . Il y a une bonne couche de neige qui a tout recouvert .

  17. nimrodwng dit :

    J’espère qu’ils nous reviendront sains et sauf même si j’ai des doutes…
    Courage a leurs proches et leurs familles.

  18. heaume44 dit :

    Comme dit précédemment, il fait froid.
    Ayant un peu pratiqué Métabief (Doubs) j’ai connu Mouthe comme étant (vrai ou faux ?) l’endroit le plus froid de France, avec des descentes à -30° par moments.
    Si les deux membres de l’équipage ont pu s’éjecter et sont en tenue de vol, y compris la nuit…
    Pas facile, surtout s’il y a un blessé… ou deux.

  19. BERTHIER dit :

    C’est bien le problème, les balises des sièges se déclenchent à l’éjection et les balises individuelles … si on est encore vivant pour les enclencher… Et c’est très délicat de chercher une zone de crash quand il fait mauvais temps… Pour la catastrophe du Mont St Odile le temps ce soir là était exécrable et les secours ont mis environ 4 heures à retrouver l’endroit …

  20. D’après les informations données, l’avion était en vol basse altitude dans la R45 (espace réglementé).
    La pénétration basse altitude est particulièrement complexe à réaliser: il faut être au plus près du sol, se repérer pour valider sa position et ne pas avoir constamment le radar allumé au risque de se faire repérer.
    Le principe est une sucession de palliers afin d’avoir une hauteur de sécurité par rapport aux obstacles
    Donc, la réussite de la mission est le résultat de plusieurs éléments: préparation de l’itinéraire et en vol, le contrôle de l’extérieur par le pilote, le recalage et le contrôle des altutudes par le navigateur aidé par les moyens techniques (radar, radio sonde , etc)

  21. werf dit :

    RIP pour le pilote et le navigateur et condoléances aux familles (source l’Est républicain).
    Sans préjuger des résultats des deux enquêtes, on ne peut que s’étonner de la décision de celui ou celle qui a prévue cette mission. Un vol à TBA dans une zone montagneuse, sans visibilité et avec de fortes rafales de vent de travers est un non sens en temps de paix. J’ai connu cela, en plein hiver, pour une approche aux instruments sur l’aérodrome militaire de Strasbourg. On était content de voir, au dernier moment, les lumières bleues de la piste dans l’alignement…

  22. ScopeWizard dit :

    Bon , ben c’ est triste ……………… 🙁
    .
    Respect à leur mémoire , honneur à eux .
    .
    Sincères sympathies aux familles et proches , courage à tous les camarades et frères d’ armes ………………….

    • Vroom dit :

      Je ne voulais pas vous répondre sur l’autre post qui annonce le décès de l’équipage.
      A propos d’une possible désorientation spatiale, sachez que ce vol en réseau très basse altitude se fait en suivi de terrain automatique. L’avion dispose de la cartographie, de son positionnement (GPS+ centrales inertielles), de son radar, radiosonde ( si je me souviens bien). Il vole presque tout seul, le navigateur est là pour s’assurer que le passage de points caractéristiques se fait au bon timing ( à une époque sur d’autres chasseurs, cela permettait de recaler la centrale inertielle) , le suivi de terrain peut-être réglé sur plusieurs modes qui permettent de coller plus ou moins au terrain. En gros en hard, il parait que ça secoue sévère mais le chasseur colle au terrain. Tout ça pour dire qu’une désorientation spatiale rentre difficilement en compte car le pilote a peu la main, ce n’est pas lui qui « pilote » totalement le chasseur, d’autant que cet exercice peut se faire de nuit sans aucune visibilité.
      L’enquête le montrera, mais en très basse altitude, le plus souvent, un écart de route, une perte de puissance au mauvais moment et les 150 pieds ( voir moins) qui vous séparent du sol , le tout à près de 540 noeuds sur certains tronçons, s’évanouissent et c’est la mort.
      Je me souviens d’un accident similaire, c’était une patrouille, suivi de terrain dans la Creuse, de nuit. Les chasseurs sont rentrés dans le réseau à deux , un seul est ressorti sans savoir que le deuxième s’était crashé, aucun message ….
      Je leur souhaite de n’avoir rien vu venir, à cette vitesse, c’est instantanée.
      J’ai relevé la position du village sur une carte aéro, c’est une portion où le réseau fait un virage à 90°.
      Encore une fois, Nancy est durement touchée, pensées pour ceux qui restent.

      • ScopeWizard dit :

        @Vroom
        .
        Merci de cette attention et de toutes ces précisions ………..
        .
        Oui , concernant une désorientation spatiale , moi aussi cela me semblait peu probable mais sait-on jamais ?
        Une défaillance du suivi de terrain , le pilote obligé de reprendre à fond les commandes , une simple et banale petite erreur d’ appréciation et comme vous le soulignez très bien , à cette vitesse et à cette hauteur-sol , c’ est fatal …………
        .
        Perso , je pencherais plus pour une défaillance ou un dysfonctionnement au niveau du réacteur …………………
        .
        Nous verrons bien assez tôt ce que donneront les résultats de l’ enquête en cours ………….