Les conditions pour bénéficier de tarifs SNCF réduits ont été assouplies pour les familles des militaires

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

15 contributions

  1. Curiosité dit :

    « Émise par la SNCF » n’est pas une expression exacte : elle fait l’objet d’une convention entre le ministère des armées et la SNCF, et c’est au service interarmées d la logistique et du transport de la délivrer au militaire selon les procédures en vigueur après qu’il en aie fait la demande…

  2. Noe dit :

    Dommage que cela ne concerne que les enfants à charge fiscale car dans le cas d’un divorce et d’un éloignement des conjoints cela serait utile pour faire voyager l’enfant !

  3. Pierre dit :

    Excellente nouvelle. Merci patrone.

  4. vincut evocati dit :

    Cela ne se justifie plus, les autres serviteurs de l’Etat (policiers, douaniers…) ne disposent pas de ces avantages qui sont à la charge du contribuable. Un militaire comme tout fonctionnaire a ses déplacements professionnels pris en charge dans les frais de mission, la réduction ne vaut que pour les trajets effectués à titre privé. La conscription n’existe plus, que les frais SNCF bénéficient de réductions pour les militaires du rang, engagés courts, cela peut à la limite se comprendre, mais la première classe pour les officiers qui rentre à la maison… Ils n’ont qu’à faire comme tout le monde se mettre aux frais réels en cas d’affectation de un ou deux ans… Les déplacements à titre privé surtout pour les membres de la famille relèvent d’un clientélisme à la charge du contribuable. C’est comme les officiers généraux, et leur « quart de place » cela relève d’un autre temps. Il y a des économies à faire. Le minarm ferait mieux de mettre des crédits là où il y en a réellement besoin

    • Marinette dit :

      Je conçois que cet avantage vous semble inapproprié mais il reste un levier pour la mobilité des militaires quelque soit leur grade … dans la conjoncture actuelle beaucoup de militaires font le choix de ne pas faire bouger leur famille à chaque mutation (tous les 3 ,4,7,10 ans selon les armées ..) afin de permettre aux conjoints de garder une vie professionnelle et de maintenir un certain niveau de vie à la famille . Enlever cet « avantage » et vous verrez que les militaires seront moins enclins à bouger …sachant que le salaire après plus de 10 ans est au alentour de 1400 € si vous prenez 4 aller retour Agen Paris pour un mois cela monte à 960 € impossible à avancer pour une personne qui a une famille à charge même avec l’espoir de la déduction des frais réels

    • ji_louis dit :

      Et mec, quand tu déménages tous les 2 ans (en moyenne), que ta femme ou ta copine ne veut plus suivre parce qu’elle en a marre de perdre son boulot à chaque fois, que tes enfants râlent parce qu’ils ne peuvent pas garder leurs amis et qu’ils sont « les petits nouveaux » partout où ils passent, alors tu accepte de bouger seul à l’autre bout de la France. Et là, pour ne pas divorcer immédiatement, tu te tapes des aller/retour en train à tire-larigot parce que c’est le seul moyen de garder une vie de famille. Et vu la solde, tu es non imposable sans artifice, magouille ou niche fiscale.

      • FNC dit :

        @ ji_louis
        C’est donc surtout cette aberration de « mutationnite aigu » qu’il faudrait corriger, parce que de toute façon être célibataire géographique avec trajets à tarifs réduits, c’est quand même pas le pied pour la vie de famille….
        « T’en fais pas chérie, je suis pas là de la semaine, mais je peux revenir le week-end pour pas cher ! Cool ! »

    • Ping dit :

      @vincut evocati
      « la réduction ne vaut que pour les trajets effectués à titre privé.  » : Faux ! Les missions sont effectuées à ce tarif également.
      Quand on veut abattre son chien…

    • Curiosité dit :

      Reprenez les données sur le célibat géographique, et vous y verrez peut-être là non le maintien d’un dispositif obsolète, mais au contraire un outil de fidélisation relative.
      Les autres que vous évoquez de manière non-exhaustive ne sont pas nécessairement soumis à la même mobilité géographique d’une part, et pour une part significative d’entre eux par ailleurs, sont peut-être logés, avec famille, ce qui n’est pas le cas des militaires autres que les gendarmes…

      • vincut evocati dit :

        Les militaires bénéficient également d’un parc de logements, notamment en région parisienne avec la SNI entre autres à des tarifs très préférentiels par rapport aux loyers du marché, les seuls les fonctionnaires logés par leur administration le sont au au titre de la « nécessité absolue de service », soit très peu de monde et souvent des directeurs hors échelle. Pour ce qui est de la mobilité, je renvoie au post que je viens d’écrire. Comparez également les frais de déménagement du Minarm par rapport à ceux des fonctionnaires, ils ont même eu droit à un rapport de la cour des comptes (primes de rideaux …). En outre-mer, les militaires sont logés, ce n’est pas le cas pour les civils.

        • Curiosité dit :

          Ok, on est d’accord sur nos désaccords…
          L’argumentaire s’entend sur le plan strictement comptable, mais se fonde sur des raccourcis assez grossiers.
          Le militaire en situation de célibat géographique n’est pas en mission toutes les fois qu’il retourne dans son foyer fiscal.
          Le BUT est à envisager lorsqu’il est adossé à une mission…
          Quant à l’ergottage autour de la fin de la conscription : les appelés bénéficiaient d’un nombre limité d’allers-retours, quand la carte de circulation existait déjà pour le personnel d’active afin d’accompagner… la mobilité géographique contrainte et liée à l’état de militaire…

  5. vincut evocati dit :

    Il existe des ordres de mission au Minarm comme dans tous les ministères. Le militaire peut même se dispenser de faire l’avance du prix du billet en faisant ce qu’on appelle un BUT. Si le prix « apparent » pour un trajet professionnel est celui de la carte, le coût réel pour le Minarm est celui d’un billet « public », d’où ma phrase pour les trajets à titre privé puisque c’est totalement neutre pour le militaire en mission. Je connais l’institution militaire et les autres administrations pour lesquelles la mobilité est sinon imposée du moins indispensable en cas de volonté de progression du fonctionnaire (passage de concours internes de C en B, de B en A et en A+ la mobilité est de mise tous les 2 ou 3 ans). Pour autant, le fonctionnaire et encore moins sa famille ne bénéficie de carte SNCF et les A voyagent en seconde comme tout le monde !
    Je vois que tout le monde est d’accord pour réformer le statut des officiers généraux qui viennent de se voir également attribuer il y très peu de temps des primes très conséquentes, la fidélité s’achèterait-elle ?

    • Emma dit :

      Oulala ! Les « but ». C’est vrai. Je ne suis pas sûr que cela existe encore… encore faut-il avoir connaissance de la mission suffisamment en amont. Monsieur vos propos reflètent l’ambiance actuelle : une connaissance théorique. Sur le papier c’est toujours parfait. Les avances de frais pour les missions je supposent que vous trouvez ça normal ? Et les remboursements plus qu’en retard, j’imagine que vous allez dire que ce n’est pas grave. Ne confondez pas compensations avec avantages. On pourrait alors faire une longue liste. Et je pense que la réduction sncf des militaires est plus qu’une goutte d’eau et pas la plus avantageuses des réductions sncf parmi toutes celles qui existent…
      Quant aux logements, il y a des critères de plafond, vous faites des raccourcis…

    • Sempre en Davant dit :

      Un toubib pourrait ‘il expliquer le lien entre « pied plats » et « atrabilaire »?