Une version chinoise de la « mère de toutes les bombes » a été testée

Le 13 avril 2017, un avion MC-130H de l’Air Force Special Operations Command larguait une GBU-43/B sur un réseau de grottes et de tunnels utilisés par la branche afghano-pakistanaise de l’État islamique [EI-K] dans la province afghane de Nangarhar. Et il s’agissait alors du premier raid aérien mené avec cette munition, appelée MOAB [Massive Ordnance Air Blast Bomb ou « Mother of all Bombs].

Cette GBU-43/B, avec ses 10,3 tonnes, est en effet surnommée la « mère de toutes les bombes » car elle la munition conventionelle la plus puissante de l’arsenal américain. Développée par l’Air Force Research Laboratory, elle combine de effets thermiques, d’onde de choc et de dépression.

Le chef des forces américaines en Afghanistan et de la mission Resolute Support [de l’Otan], avait expliqué que la GBU-43/B était la « bonne munition » pour venir à bout des jihadistes retranchés dans les grottes de la province de Nangarhar. Seulement, les effets de cette MOAB, tant opérationnels que psychologiques, furent discutables… En tout cas, l’EI-K ne fut pas éradiqué pour autant et l’organisation a, depuis, revendiqué plusieurs attentats meurtriers et subi des revers contre le mouvement taleb…

Cela étant, la Chine n’a pas souhaité être en reste. Ainsi, une vidéo, diffusée par le groupe public d’armement chinois Norinco, montre l’explosion d’une bombe aux effets similaires à ceux produits par la MOAB américaine.

Selon les médias d’État chinois, cette bombe serait donc la version chinoise de la GBU-43/B. D’une longueur de 5 à 6 mètres et d’une masse a priori inférieure à la MOAB américaine, cette munition, dont « la puissance n’est inférieure qu’à celle des armes nucléaires », aurait été larguée par un bombardier stratégique Xi’an H-6K [la version chinoise des Tu-16 soviétiques, ndlr]. Cependant, on ignore quand et où son essai a eu lieu.

Toutefois, on notera que les médias chinois ont évoqué l’existence de cette nouvelle bombe quasiment au même moment où le président Xi Jinping adressait un nouvel avertissement à Taïwan, en formulant des menaces de recours à la force à peine voilées.

Cette version chinoise de la « mère de toutes les bombes peut détruire facilement et complètement des cibles au sol fortifiées telles que des bâtiments renforcés, des bastions et des abris de défense », a commenté Wei Dongxu, un analyste militaire, dans les colonnes du quotidien Global Times. Elle « peut également être utilisée pour dégager une zone de débarquement […] qui « serait recouverte d’obstacles », a-t-il ajouté.

Par le passé, les forces américaines eurent recours à la BLU-82, qui fut la bombe non nucléaire la plus puissante de leur arsenal avant l’entrée en service de la GBU-43/B. Ce fut le cas au Vietnam [22 furent larguées lors de l’opération Lam Son 719, qui se solda par une victoire nord-vietnamienne, ndlr], durant la guerre du Golfe [à des fins psychologiques] et lors de la bataille de Tora Bora, en Afghanistan.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Clavier

    • de Royal Marine

    • de Fabien

    • de Royal Marine

  2. de dolgan

  3. de Lirelou

    • de ISKDR

      • de Françoise

        • de Pascal (l'autre)

  4. de Frédéric

  5. de Yannus

  6. de Ltikf

  7. de Raymond75

  8. de Alouettesi

  9. de Robertino39

  10. de snoc

  11. de lxm

  12. de L enduriste du dimamanche

    • de Galopante

  13. de Lagaffe

  14. de Lechavenois

    • de Lechavenois

  15. de Pascal (l'autre)

  16. de ji_louis

    • de girardin

  17. de ji_louis

  18. de pepel_WASSKA