Syrie : Washington ne veut pas préciser le calendrier du retrait de ses troupes

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

12 contributions

  1. dolgan dit :

    Et je retourne ma veste …
    .
    Tout ça juste pour que Mattis démissionne car il n’a pas le courage de le virer?

    • Auguste dit :

      S’il avait pu,il l’aurait viré avant.Mattis c’est tout le contraire de Trump.Il pense rôle des USA dans le monde,Trump ne pense qu’à sa réélection et à sa clientèle intérieure.

      • bat dit :

        et qui s’en plaindrait …vous en avez pas marre que les amerloques nous dictent notre façon de penser …..
        Plusieurs faits intéressants marquent l’évolution de la situation au Moyen-Orient, “autour de la Syrie”. Le texte repris ci-dessous en privilégie un aspect, que nous développons plus loin, qui illustre, au-delà de la tactique du combat aérien, l’évolution de l’état des esprits vis-à-vis des diverses forces en présence, et essentiellement vis-à-vis des capacités russes, perçues directement ou indirectement, au-delà de toutes les “révélations”, les “sources”, les querelles d’experts et le marais général du FakeNewsisme.

        D’abord, les faits nouveaux indiquant l’évolution de la situation générale sur le terrain et dans les relations entre les uns et les autres autour du désordre syrien.

        • Il y a eu accord entre les Kurdes et le gouvernement syrien, avec entrée de l’armée syrienne dans la ville de Manbij pour renforcer décisivement le dispositif des milices kurdes contre une éventuelle offensive turques, ou des groupes soutenus par les Turcs. Ce déploiement syrien à Manbij est effectif, et pour la première fois depuis le début de la guerre le drapeau syrien flotte à Manbij. Ce développement (accord Kurdes-Assad) était prévisible dès lors que les USA se retiraient et laissaient les mains libres aux Turcs, – dont nul ne sait encore s’ils vont partir à l’offensive ou plutôt suivre le conseil des Russes et tenter de régler cette situation du Nord de la Syrie autour d’une table de négociation.

        … En attendant, il reste au parti des salonards, des divers progressistes-sociétaux et interventionnistes-humanitaristes (type-Kouchner, par exemple) qui encensent les USA et veulent la tête d’Assad au bout d’une pique, à tourner leur pompe à encens de 180° pour applaudir le dit-Assad, et derrière lui les Russes, de venir au secours des Kurdes. Ils n’en feront rien, bien entendu, préférant le silence distrait et un peu méprisant pour ces vérités-de-situation qui se permettent d’introduire un peu de désordre dans leur simulacre si bien rangé en deux colonnes, entre “gentils” et “méchants”, avec la vertu de simplifier radicalement “la complication de l’Orient compliqué”.

        OUi impressionnant ,tient on n’ entend plus le Fabius et le Hollande à ce sujet …..ils l’a ramènent moins !
        mais qu’est ce qu’on est aller élire ce types là ! avec une vraies clique de charlots comme nos chers françaises et Français savent nous mètrent souvent au pouvoir (Giscard …Sarko c’est pareil )…tient macron si c’est pas les femmes qui ont voter pour le bellâtre présenter comme un soleil du changement c’est qui d’autres???

  2. nofake dit :

    les américains n’ont pas d’amis dans la régions, d’une façon où d’une autre ils ne peuvent pas rester

    • bat dit :

      ont ils encore des amis depuis le temps (1945) qu’ils font chier le monde et se mêlent de toutes les affaires des autres ,c’est dommage car dans ce pays y’a vraiment la meilleure musique ,mais une poignée de va t’en guerre utilise ce peuple qui il faut le dire ,se soucie lui, très peu de l’histoire du monde ..

    • Albatros24 dit :

      Pas d ami mais des alliés si.
      Liban Chypre Jordanie Tous les pays pétroliers sauf l Iran et la Turquie …mais oui, sont des alliés des Etats Unis.
      Seuls la Syrie et l Iran sont des adversaires.
      Aucun Etat n a d amis mais seulement des intérêts.

  3. Yannus dit :

    Trump ne veut plus que les Turcs massacrent les Kurdes.
    Les Kurdes obtiennent le soutien de l’armée syrienne avec l’approbation de Poutine (amha).

    La stratégie d’Erdogan visant à s’emparer de Manbig puis Raqqa avec ses proxis et laisser l’armée syrienne et les Russes se dépatouiller avec HTS ( les proxis dont Erdogan ne veut plus) est en train de virer en eau de boudin puisqu’il a rameuté une grande partie de ses proxis pour Manbij et que ceux qui restent à Ibled sont en train de se faire bouffer par les HTS ( dont la pluspart ont reçu un sauf-conduit des Russes pour évacuer Alep).
    La situation est un peu confuse, mais cela tombe bien qu’Erdogan aie amassé 20% de son armée pas très loin d’Ibled parce qu’il en aura besoin pour combattre les 60 000 HTS à Ibled

  4. Auguste dit :

    Trump veut se faire réélire.Et toute sa politique étrangère et interne va dans ce seul but.Il a un électorat qui lui reste fidèle.Et le retrait,le mur…etc c’est pour tenir les promesses qu’il avait faites pendant la campagne et fidéliser cet électorat.On dit,qu’aujourd’hui,il y a 35% des Américains voteront pour lui.Et sur l’immigration 75% sont d’accord avec lui.

  5. didixtrax dit :

    Quelle surprise ! il manque au billet les tweet de Trump concernant la vente de pétrole par les Kurdes à l’Iran (que les US ont mis sous embargo) pour que la pantalonnade soit complète. Mais je ne lui en veux pas, je pense qu’il fait du mieux ou du moins mal possible en fonction des psychopathes de Washington-la-Folle

  6. Arnaud dit :

    Et ? C’est bien normal !!! Aucune force n’annonce à l’avance le calendrier de son retrait !!! C’était d’ailleurs le gros reproche fait à Obama : non pas se retirer d’Afghanistan, mais annoncer la date ! Ce qui a facilité les opérations des talibans qui ont su quand mettre la pression.
    Quant à Trump, ce n’est pas une surprise : il est isalotionniste, comme 99% des républicains. Il est loin d’être un NeoCon qui veut une instabilité permanente (pour ceux qui l’oublient, les US ont mis 3 ans pour intervenir en 1914-18, et 2 ans avant d’intervenir en 1939-45 : et à chaque fois, il a fallu attendre une aggression caractérisée).
    Enfin, Trump pense à sa réélection ?? Mais oui !! chaque président US lors de son premier mandat en avoir un deuxième ! C’est même dans les romans de Tom Clancy (cf. « Immediate Danger » : « le veut veut ce que veut tout président : faire un deuxième mandat »). Et o peut s’en étonner… C’est vrai qu’en France, les présidents ne pensent jamais à leur réélection : ni en se rasant, ni à 4% dans les sondages, ni en faisant des baisses d’impots l’année juste avant l’élection…

  7. aleksandar dit :

    C’est agréable de commencer l’année en souriant.
    Parce que  » l’enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de 2016 qui continue d’avancer…. », c’est assez drole.
    Entre le patron de Google qui explique que les comptes russes suspects ont dépensé 4700 $ d’annonces ( quatre mille sept cent ) , les 100 000 $ d’annonce de Facebook dont certaines anti-Trump et d’autres pour moité dépensés APRES l’élection de 2016, le reste c’est juste – Manafort, Cohen, Flynn – des infractions fiscales.
    Bref au bout de 20 mois d’enquête et des dizaines de millions de $ depensés, le bilan est plutôt maigre et sans relation avec Trump.
    Lequel Trump a décidé de quitter la Syrie et l’Afghanistan depuis 2015.
    Et il va le faire parce que c’est la condition de sa réélection.