M. Trump reproche à son ex-secrétaire à la Défense le manque de résultats en Afghanistan

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

59 contributions

  1. Bangkapi dit :

    Il est incroyable ce type , Trump bien sur. Quand cela marche c’est lui et quand cela merde c’est les autres.

    • Tintouin dit :

      Savez-vous que ce type de comportement est courant dans nos entreprises – françaises ?

    • datamo dit :

      Pourquoi ?
      Vous connaissez un homme politique qui fait l’inverse ?

      • Bangkapi dit :

        Je suis bien d’accord avec vous.
        Sauf que quand il a pris les commandes, il a assuré mettre les meilleurs « guy » aux bons postes et que maintenant il les vire les uns après les autres.
        Et en plus en les mettant plus bas que terre.

  2. petitjean dit :

    Tout doucement, et conformément à ses engagements de campagne, Donald Trump prépare le retrait de l’Afghanistan
    L’échec est en effet total :
    « Après dix-sept ans d’occupation militaire étasunienne qui ont coûté des milliers de milliards de dollars aux contribuables étasuniens, les insurgés talibans semblent être toujours en mesure de lancer des attaques spectaculaires contre le gouvernement soutenu par Washington à Kaboul. Cela laisse présager une défaite historique pour les ambitions impériales de Washington. Et pas seulement en Afghanistan. » (…)
    http://lesakerfrancophone.fr/afghanistan-le-cimetiere-des-empires

    « Washington a dépensé 8,8 milliards de dollars depuis 2002 contre le trafic de drogue, selon un organisme public américain. Résultat ? La production d’opium a connu un essor rapide, permettant aux talibans de tenir tête à Kaboul.
    Dans son rapport trimestriel au Congrès américain publié le 31 octobre, le SIGAR (Special Inspector General for Afghanistan Reconstruction), un organisme public américain chargé de contrôler l’action des Etats-Unis en Afghanistan, dresse un constat d’échec sans concession dans la lutte menée par Washington contre la production et le trafic de drogue. » (….)
    https://www.sigar.mil/pdf/quarterlyreports/2018-10-30qr.pdf

    • jyb dit :

      @petitjean
      conformément à rien du tout. Trump est un charlatan irresponsable. Il dit tout et son contraire, c’est la meilleur façon d’avoir eu au moins une fois raison. Il se défausse lachement sur ses subalternes.
      Trump est l’antithèse de ce que doit etre un chef.

  3. Reality Checks dit :

    La décision de virer Mattis et Kelly remonte a la publication du livre de Bob Woodward…
    Tout le reste est un maladroit vernis politico-médiatique, qui ne résiste pas à l’analyse.

  4. NRJ dit :

    Intéressant. Comme quoi ça n’arrive pas qu’en France, le déni de démocratie. Comme les nouvelles sont mauvaises on les cache au peuple. Trump ne se montre pas sous son meilleur jour.

    La question qu’on pourrait se poser est comment faire face à une population hostile comme en Afghanistan ? On a donné de la nourriture aux afghans, on a respecté le mieux possible leur culture et on a organisé pleins de réunion à avec leurs chefs pour avoir leur soutien. Et derrière, les Talibans (qui ont forcément le soutien des afghans sans quoi ils ne seraient pas aussi puissants) sortent renforcés.

    Quand je vois les exemples allemands de 1945 et tchétchènes de 1993, je dirais qu’une solution (assez extrême certes mais peut-être efficace) serait de tout raser. Ainsi, avant de penser à la guerre les populations locales penseraient à leurs champs et à se nourrir. Et lorsqu’ils auront reconstruit, ils ne feront pas la guerre au souvenir de l’effort qu’ils ont eu à mener pour réparer les dégâts. Et ils sauront que s’ils tentent des actions hostiles, ils auront la même réponse (on pourra également jouer sur le soutien à la reconstruction).

    Une solution proche aurait été de procéder par expéditions punitives en se basant sur la carotte et le bâton (c’est la base de l’éducation chez les enfants). Typiquement, pendant les opérations en Afghanistan, s’il y avait des embuscades, on détruirait par une réaction normée et officielle les villes et champs. Ainsi les Talibans seraient vus comme ennemis par les populations sachant que derrière leurs actions, c’est elles qui trinqueront. Et elles seront tentés de dénoncer voire d’attaquer elles-mêmes les Talibans et leurs soutiens pour éviter la réaction des troupes occidentales.

    Une autre solution basée sur la guerre civile espagnole aurait été d’envoyer au début de la guerre un faible contingent pour fixer les Talibans et leur faire croire à un succès possible. On avancerait lentement mais surement en éradiquant sur chaque zone l’influence des Talibans. Cela imposerait cependant un régime totalitaire pour éradiquer toute opinion divergente. Vous en pensez quoi ? Quelles seraient vos solutions (il faut que ce soit simple, concret, et réalisable)

    • Nicolas dit :

      On se souviendra des commissaires aux armées qui apportaient en hélico des liasses d’argent dans les villages, des militaires féminins qui devaient se voiler pour ne pas vexer les autochtones, des tirs de kalash sur les VAB qui se terminaient par une gentille discussion avec les anciens du village … bref, toutes les fois où on a dû baisser nos tutus pour faire plaisir à la doctrine pseudo-Lyautey, c’est-à-dire tenter de faire ami-ami et en réalité ne s’attirer que le mépris.
      J’opterais pour la solution « Oderint dum metuant ».

    • Motox1 dit :

      C’est quand même incroyable votre façon de voir une guerre et des milliers de civils morts sans résultats!! Est-ce que vous aviez la même réaction quand les allemands venaient en France en « distribuant nourriture » et en « respectant la culture locale »?

      • NRJ dit :

        @Motox1
        Il est surtout incroyable dépenser des vies et des milliards d’euros dont les français auraient bien besoin (le chomage tue 20.000 personnes par an et 2 agriculteurs se suicident en moyenne tous les jours). Par ailleurs les allemands ont su avoir une situation stable en France pendant la seconde guerre mondiale. Les résistants n’ont jamais été une grande menace (leur principale mission était d’ailleurs le renseignement). C’est ce qui comptait pour eux à l’époque et c’est ce qui compte pour nous en Afghanistan et en Irak. Après la question que vous vous poserez est celle de la légimité de la guerre. Mais après 11/09, tout le monde considérait la guerre contre les Talibans (qui entrainaient et soutenaient les terroristes) comme légitime.

    • dolgan dit :

      Je dirais butter les pakistanais ou trouver un accord avec eux.
      .
      Il est impossible de vaincre un adversaire qui est notre allié contre lui même. Les Pakistanais dans l’histoire c’est les pompiers pyromanes.
      .
      PS: sinon, je doute que les afghans aient perçue l’occupation (surtout des barbouzes US) comme aussi idyllique que vous le présentez. Conquérir les populations locales avec des soldats US dans la boucle, c’est mission impossible je pense (et c’est déjà pas facile à la base. Mais les allemands par exemple y sont parvenus en France via la discipline de leur armée.).

      • NRJ dit :

        Les américains ont également eu des règles pour « gagner les coeurs et les esprits » (de Basil Lidell Hart je crois) des afghans. Après, on fait une guerre avec ce qu’on a. Et on a respecté sans aucun doute le mieux possible les habitants avec ce qu’on avait.

    • Polymères dit :

      On ne peut pas comparer l’Afghanistan à l’Allemagne ou la Tchétchénie, chaque conflit est unique et il convient toujours de s’y adapter en conséquence.
      .
      Tout raser? Vous l’imaginez sérieusement? Vous vivez dans un autre monde, vous savez le nombre d’habitants en Afghanistan? Votre comparaison avec la Tchétchénie montre bien votre décalage, les russes ont rasés Grozny c’est vrai, mais il n’y a presque que cette ville en Tchétchénie avec un peu plus d’un million d’habitants.
      Les soviétiques pratiquaient déjà en Afghanistan une telle politique de destruction des petits villages, tuant près d’un million d’afghans et forçant à l’exil des millions d’autres, pour quel résultat?
      L’Afghanistan c’est vaste, c’est 35 millions d’habitants, un terrain pas facile, une société tribale qui n’a pas le même regard nationaliste et d’appartenance qu’on a chez nous.
      Le problème afghan doit se régler avec les afghans et non contre eux. On sera toujours plus étrangers et donc moins légitime que les talibans pour ceux qui vivent au milieu de nulle part, pour ceux qui vivent dans leur bulle locale. On doit être les soutiens de l’armée Afghane et non être soutenu par l’armée Afghane, là doit être la première règle dans ce genre de conflit, idem au Mali, il faut que rapidement les locaux soient en première ligne des actions, que ce sont elles qui soient au contact des populations, nous on peut être derrière au cas où, ça dérape. En soit j’estime que la situation actuelle en Afghanistan est meilleure à gérer sur le long terme qu’auparavant ou c’est nous qui faisions l’essentiel et l’armée afghane faisait de l’accompagnement. Cela ne veut pas dire que la situation sécuritaire est meilleure pour autant, mais que l’initiative et la lutte soit aux yeux des afghans, faîte par des afghans et non des étrangers, c’est déjà le premier pas pour casser un argument important des talibans, qui est la « lutte contre l’envahisseur ». Plus difficile de convaincre et de recruter quand on tue des afghans, quand les attentats ne ciblent plus que des afghans.
      .
      Nous, notre rôle de soutien, c’est:
      1-Maintenir un gouvernement pouvant légitimer sa place (par le vote généralement).
      2-Formation, financement, équipements pour l’armée Afghane.
      3-Encadrement de l’armée Afghane dans sa lutte quotidienne, pour préparer et appuyer les opérations.
      4-Aider le pays à se développer économiquement en ciblant des secteurs dans lequel l’environnement le permet et dont on sait les compétences pour y arriver. Créer localement des coopératives servant à centraliser les achats et les ventes de produits dans chaque villages. Développer l’infrastructure routière (c’est aussi cela que je préconise pour le Mali) afin de désenclaver la campagne et les régions isolées propices aux talibans.Les routes favorisent l’économie, les migrations (nouvelles opportunités à ceux qui n’ont rien dans leur coin) mais aussi l’action militaire. On doit détruire la culture de l’opium, l’interdire, et les autorités afghanes doivent être fermes là dessus. Proposer des alternatives économiques.
      .
      Tout ne se fera pas en 2-3 ans, arrêtons de croire que tous les conflits ne sont qu’un coup de balai de forces ennemies et qu’après c’est finit, ce genre de conflit ont des causes et des solutions profondes qui sont bien souvent pour la plupart, non militaire.
      Je l’ai déjà dit ici, dans ce type de conflit intérieur, notre contribution doit être aux 2/3 non militaire et le tiers restant pour le domaine militaire, au maximum utilisés pour les armées locales. Malheureusement notre regard occidental c’est qu’on voit ce genre de dépenses comme des pertes, de l’argent qui profitent aux autres plutôt que profiter à nous, qu’on préfère faire reposer l’essentiel sur notre force armée, investir pour elle, pour nos hommes que vouloir favoriser le local. Avec 500 millions, si on compte juste sur nous, on ne fait pas grand chose, on est vite limité, tout coûte cher, du militaire à la logistique et à la maintenance des moyens engagés.
      Moi je préférerai qu’on monte une armée locale, nombreuse, ou nos forces la formera, l’encadrera l’appuiera, quitte à ce qu’elle se balade sur pick-up et subissent 5 fois plus de pertes que nous dans les mêmes situations d’affrontements, que de compter sur nous seul en gérant une armée locale peu fiable et qui est mal géré par leurs chefs. Nous n’intervenons pas pour avoir de belles images de nos troupes en action, ou pour s’attribuer un mérite, on aide un allié à se pacifier, à nous de l’aider comme on peut, à lui ensuite de se rappeler de notre aide pour rendre la pareille, que ce soit en aide militaire, soutien diplomatique, contrats économiques etc.
      Il faut miser sur le local, miser intelligemment tout en construisant l’économie permettant à ces pays de réduire et supprimer notre contribution et ensuite d’apporter de la richesse ou on serait totalement légitime d’en bénéficier de diverses façons. Préférons gérer 40 000 locaux payés 500€ par mois circulant en pick-up que gérer 3000 hommes de chez nous pour le même prix mais avec de lourds moyens qui alourdissent la facture. Ce n’est pas comme si par le passé, on contrôlait notre empire uniquement par des forces venues de métropole.
      En Afgha c’est aussi cela, même si nous français on ne fait plus rien, les américains doivent miser un maximum sur les locaux et quand on voit qu’ils veulent envoyer des SMP ou chaque mercenaire est payé 10-15k le mois, honnêtement c’est n’importe quoi. Je ne dis pas que les américains ne font rien pour l’ANA, ils ont beaucoup donnés, mais il ne faut pas l’abandonner au profit de SMP par exemple, c’est de l’argent qui servirait mieux des afghans de 20 ans quittant la campagne pour l’armée et qui fera vivre ainsi sa famille, financer une armée c’est aussi subvenir à des besoins financiers de populations pauvres, ça contribue à l’amélioration générale.
      Donc pour moi j’estime que la position actuelle des américains vis à vis de l’Afghanistan est le bon, celui d’un soutien à un pays et une armée qui sont à l’initiative. Mais ce n’est pas suffisant comme on le constate, l’effort économique n’est pas là, pas à la hauteur.L’argent de l’opium coule toujours à flot pour les talibans.
      J’oubliais aussi de préciser une chose, il est nécessaire de maitriser et contrôler parfaitement les frontières et d’organiser un quadrillage militaire du pays sur lesquels, petit à petit les efforts militaires et économiques doivent être fait, quitte à laisser temporairement certaines régions sous le contrôle des talibans (ils peuvent être bombardés et contenus dans la zone en attendant une capture). Un quadrillage permet de gérer les ressources militaires pour les offensives et d’établir ensuite une force de présence défensive qui fera de la proximité, du renseignement et de la patrouille. Après il est difficile d’éviter un kamikaze ou une attaque terroriste, tout comme en France d’ailleurs, mais en dehors de cela, on peut faire beaucoup pour maitriser la solution face aux talibans.
      Mais je pense que plus personnes ne cherchent vraiment une nouvelle stratégie pour l’Afghanistan, le ras le bol pousse à s’y désengager et à laisser pourrir la situation dans une certaine indifférence.

      • NRJ dit :

        @Polymeres
        D’abord merci d’apporter une proposition concrète au problème. J’apportais certes des propositions, mais j’en attendais surtout, les miennes n’étant pas idéales. (J’en suis conscient, et je ne suis pas un apôtre de la destruction à outrance).

        Quand je disais raser, je voulais dire détruire les habitations (en évtant peut-êtr eles habitants eux-mêmes) et cultures. Si cela renforcerait à court terme les Talibans, la population les soutenant serait beaucoup moins prêtes à soutenir leurs attentats. (quand on a tous faim ou qu’on a tous passé des annéees à reconstruire, on est pas prêt à tout reperdre, c’est du ressort humain, et non simplement d’un conflit en particuliers).

        Par ailleurs, vous oubliez quelque chose. Si L’OTAN était première ligne au début de la guerre, c’est pour la simple raison qu’il n’y avait pas d’armée afghane. Et on les a envoyé en première ligne dès qu’on a pu (à partir de 2010 je crois, on ne faisait que du soutien ou des opérations ponctuelles). Quand on voit l’état actuel de l’ANA, on voit que votre solution ne marche pas -ou pas comme on voudrait qu’elle marche-. Sans compter que malgré la sortie du contingent américain, c’est avec eux que veulent négocier les Talibans et non le gouvernement central (donc cela reste une lutte contre l’envahisseur même si on est seulement en soutien).

        Par ailleurs on a tenté de développer économiquement l’Afghanistan. On y a construit des routes et des ponts. Peut-être pas assez à votre gout, mais cela a été fait avec comme échec majeur: les Talibans. Comment des entreprises peuvent elles investir durablement dans un pays où même l’armée ne tient rien, ? Comment avoir des salariés quand même des milliers de soldats et de policiers meurent tous les ans ? C’est comme le quadrillage : comment quadriller un pays quand on est même pas à l’abri dans le camp et qu’on est incapable de tenir le terrain conquis ?

        Enfin quelle est la légitimité d’un gouvernement soutenu par les puissances étrangères ? Il y a des régions entières qui n’ont pas voté (J’ai lu l’opinion d’un soldat français disant à juste titre « Peu de personnes sont prêtes à mourir pour un bulletin de vote »). Et il n’y a de toute façon aucune légitimité pour un gouvernement du fait du jeu des ethnies (comme en Irak ce qui a mené sur l’Etat Islamique), et du fait de la présence étrangères : nous n’accepterions j’amais un Taliban comme chef de l’Afghanistan. Par ailleurs vous dites « On doit détruire la culture de l’opium, l’interdire, et les autorités afghanes doivent être fermes là dessus » Mais si on n’a pas détruit nous-mêmes cette culture, c’est pour justement ne pas se mettre les populations à dos (même si ça aide les Talibans). A partir de là, je doute qu’un gouvernement élu fasse cela.

        Par ailleurs, vous oubliez que l’ANA est plus nombreuse (ou l’était du moins) que les forces de l’OTAN. Mais là encore, l’attrition est telle que la solution n’est pas forcément de former plus d’hommes (surtout quand une proportion non négligeable rejointles Talibans, selon l’opinion des instructeurs français).

        En fait j’ai l’impression que tout ce que vous dites a été tenté sur place pendant les 15 ans d’intervention de l’OTAN. Et à moins de régler le problème « à long terme » (donc rester sur place pour toujours pour faire du damage control sachant que si on part la situation sera la même qu’à notre arrivée), il n’y a pas de solution.

        Après je suis d’accord avec vous sur les SMP qu’envoie Trump. Ca n’apportera rien. Il ferait mieux d’envoyer des hélicoptères Apache pour permettre à l’ANA d’avoir une puissance de feu digne de ce nom capable de lui apporter la supériorité sur le terrain.

      • NRJ dit :

        Par ailleurs la guerre d’Afghanistan de 1979 était assez différente de la notre, tant dans ses objectifs que dans ses méthodes. Je vous conseille de lire https://www.areion24.news/2017/01/20/analyse-militaire-de-guerre-sovietique-afghanistan/
        Cela vous fera relativiser « l’échec » soviétique en Afghanistan

    • jyb dit :

      Le meilleur exemple à chercher pour l’Afghanistan est l’Afghanistan. Parce que les solutions que vous évoquez ont été mise en œuvre dans la première phase de l’invasion soviétique (en gros jusqu‘en 83)
      Et elles ont échoué.
      Vous faites encore l’erreur initiale et définitive de différencier les talibans et les afghans. Une guerre d’attrition ne monte pas la population contre les talibans parce que la population est les talibans. De même que les moudjahidines étaient la population du temps des soviétiques.
      La mythologie hollywoodienne a fait de l’Afghanistan, le Vietnam soviétique. C’est assez inexact, parce que dans les faits cet échec est à relativiser et à étudier. L’invasion de l’Afghanistan a été désastreuse militairement et politiquement jusqu’en 1984. A cette date les russes ont totalement modifié leur stratégie et leurs tactiques avec des résultats positifs, qu’on a appelé les victoires soviétiques en Afghanistan. Ce sont ces réussites qui ont déclenché l’implication plus directe de la CIA.
      La différence entre la défaite us au Vietnam et la défaite soviétique en afgha ? Le retrait russe (de 87 à 89) a été négocié avec les afghans et que suite à ce retrait le pouvoir afghan mis en place par les russes a perduré 3 ans après leur départ.
      Cette guerre a fait l’objet d’un formidable retex de la part de l’armée russe. Les historiens s’y sont plongés mais étonnamment il n’a pas franchi la porte des états-majors à la hauteur de son intérêt (une infime partie est traduite, dont le nécessaire the russian general staff)
      Solution pour l’afgha ? s’inspirer des français en surobi et kapisa (et des canadiens qui ont bredouillé ces méthodes au début de leur engagement à Kandahar) Décortiquer la guerre soviétique.
      Ne pas chercher le but à atteindre mais jalonner la route qui pourrait y mener.
      1 – cesser toute action offensive mais conduire des actions violentes défensives.
      2 – court circuiter le pouvoir de Kaboul
      3 – organiser des shoura avec les maleks qui sont les autorités traditionnelles, locales, représentatives et reconnues, efficientes, et civiles. Mais inclure dans ces shoura les autorités religieuses locales (ce qui a ma connaissance n’a pas été fait ou du moins pas systématiquement) Le but : ne pas laisser aux talibans le moindre espace « idéologique «
      De là cartographier précisément les réseaux et leur(s) degrés d’influence. Ce travail permet de discriminer en fonction de : acquis, neutre, retournable, irrécupérable.
      C’est seulement à partir de ces éléments qu’on peut déterminer si la route mène bien à l’objectif. Est-il atteignable, est-il réaliste et à quel prix ; est-il fantaisiste. Si le but est inatteignable, envisager un retrait à la soviétique.
      Sinon privilégier les lignes de frottements internes à la société afghane : pachtoun contre tadjik, haqqani contre omar, afghan contre paki, pachtoun wali contre islam, hazara contre deobandi…
      C’est la même idée que dans la bss, le djihadisme s’est imposé comme un ciment supra national et supra ethnique. Faites tomber le ciment est l’édifice s’effrite pour revenir à des entités autonomes dont il faut « flatter » le caractère particulier.
      Les russes ont obtenu des résultats avec cette tactique (il faisait alliance avec des forces rebelles au cas par cas pour dans le meilleur des cas s’allier avec, mais le plus fréquemment pour sceller des accords de non agressions comme ce fut le cas avec l’alliance du nord de Massoud) Il semble que la démarche actuelle des iraniens soit dans le même esprit mais au niveau taliban.
      Il ne faut donc pas chercher une victoire globale et définitive mais des victoires régionales, ethniques, claniques qui feront pencher le plateau de la balance du coté des buts à atteindre.
      Rappel des victoires françaises (trop discrètes en afgha) Je cite le général us petraeus, commandant la fias en 2011 : Je suis très impressionné par la prise de contrôle historique de la région de tagab. Région que ni les anglais, ni les soviétiques, ni l’alliance du nord n’avait réussi à contrôler auparavant.

      • NRJ dit :

        @jyb
        Je salue déjà votre proposition concrète. Après, je pense qu’une intervention dans ces modalités serait difficile pour nos concitoyens : On ne ferait pas la paix, mais on diviserait le pays pour nos intérêts. C’est en tout cas meilleur que mes solutions. Pourquoi pas ? C’est la moins mauvaise solution, même s’il y a un risque de ne pas pouvoir les diviser.

    • petitjean dit :

      « Trump ne se montre pas sous son meilleur jour »
      ??????
      qui commande aux USA ? Le Pentagone, gavé des centaines de milliards du contribuable américain ou le Président élu ?
      Bush et Obama sont responsables du désastre en Afganistan
      Trump tire les conséquences de cet échec. Et c’était une promesse de campagne.

      • Géo dit :

        Petitjean, vous posez la bonne question : qui commande aux USA ?
        .
        Sur l’Afghanistan comme sur le reste, on assiste à une lutte entre le Président et les lobbies dominants (au nombre de trois pour ce qui concerne le POMO).
        Ce qui différencie Trump de ses prédécesseurs, c’est qu’il refuse de se soumettre à ces lobbies.

      • NRJ dit :

        Je suis d’accord. Mais c’est sur l’aspect non démocratique de la proposition de Trump de ne pas dévoiler les chiffres des pertes que je critique Trump.

    • petitjean dit :

      « comment faire face à une population hostile comme en Afghanistan »
      avez vous tout compris ??!!
      ces populations sont maitres chez elles !
      les occidentaux n’ont rien apporté aux afghans : réseau d’eau potable, électrification, écoles, scolarisation des filles,hopitaux, etc
      les morts se comptent par dizaines de milliers !
      et les femmes sont toujours des esclaves, des sous êtres !

      • NRJ dit :

        « Les populations sont maîtres chez elles ! « . Certes mais à partir du moment ou leur politique a des conséquences mortelles à l’étranger (les milliers de morts du World Trade Center et les autres victimes des attentats en Espagne et en Angleterre), on a le droit moral d’intervenir pour stopper cette politique. Par ailleurs, on a apporté aux afghans des oyens de se développer (routes, ponts …). Après, quand on a des personnes hostiles qui n’hésitent pas à tuer des soldats occidentaux à chaque coin de route, c’est pour le moins difficile pour une entreprise d’investir sur le long terme.

        Par ailleurs, on a tenté d’éduquer les afghanes. Mais quand les militaires se font caillasser et tirer dessus, là encore c’est difficile. Quand la population est contre, c’est difficile.

        Enfin, j’attends vos propositions. Critiquer c’est facile, mais proposer c’est autre chose.

        • petitjean dit :

          « les milliers de morts du World Trade Center »
          manque d’infos ?
          les auteurs de cet attentat était pour la plupart des Saoudiens !
          Quand au peuple afghan il est maitre chez lui. Et si il y a guerre civile chez eux, ça les regarde, pas nous !!
          Quant aux « terroristes », ils sont déja chez nous, en France, parce que….c’est le résultat de décisions politiques……….
          ps: En Afghanistan les femmes vivent sous la burka !

          • NRJ dit :

            Je suis d’accord avec vous : la guerre civile ne les concerne qu’eux. Mais à partir du moment où ce qu’ils font nous porte préjudice (les milliers de morts du World Trade Center), on a le droit d’intervenir. L’Afghanistan soutenait Al-Qaïda et lui fournissait des camps d’entraînement. A partir de là on a le droit d’utiliser les moyens que l’on veut pour cesser ce préjudice.

    • Barrois dit :

      Vous êtes hallucinant vous !
      Vous délirez, rassurez-moi ?
      Et les laisser décider chez eux de ce qu’ils ont à y faire, vous y avez pensé ?
      Non. Allons raser leur pays, puisqu’ils ne nous ont rien demandé, comme ça ils se tiendront tranquilles…
      J’espère au moins que vous êtes marchand d’armes, que je puisse essayer de comprendre votre bêtise.

      • NRJ dit :

        @Barrois
        Ces populations en soutenant les talibans soutenaient et entrainaient les terroristes du 11 septembre. Et vous penser qu’il est normal qu’on les laisse faire ? Ces attentats ont fait des milliers de morts (plus les victimes des attentats en Espagne et ne Angleterre).

        A partir du moment ou leur politique nous cause des morts, je pense qu’on a le droit moral d’intervenir pour faire cesser cette politique, de la manière forte si nécessaire. On n’est pas là pour se prendre des bombes.

    • Venator dit :

      Ne pas intervenir et laisser les Afghans dans leur trou pourri. Et interdire l’entrée du territoire européen à toutes personnes d’origine Afghane. Simple, efficace.

      Partisan de la terreur ? Jamais une seule action de destruction ne permettra d’isoler les Talibans… pire, elle renforcera le mouvement.

      Quel est le but, la stratégie derrière votre logorrhée ? Vous me faites penser à Ludendorff, tellement obnubilé par la percée qu’il en a oublié les objectifs stratégiques.

      • NRJ dit :

        Vous proposez au moins une solution c’est déjà ça. Même si on n’arrivera jamais à contenir les islamistes en Afghanistan. Ils peuvent déjà passer par le Pakistan ou par d’autres pays. On risquera alors de les avoir comme migrants dans nos pays (à moins que vous ne vouliez pas de migrants), ou pourraient passer clandestinement.

        Par ailleurs, je ne suis pas pour une seule action. Il faudrait recommencer autant de fois que nécessaire jusqu’à leur épuisement la destruction ordonnée de leurs champs et habitations. Si les allemands ont soutenu dans un premier temps Hitler après les premiers bombardements en 1942, ils ont déchanté complètement après 3 ans de guerre. Et personne ne voulait reprendre le combat en 1945 après la chute du Reich.

      • Géo dit :

        Pas seulement Ludendorff : Clemenceau aussi, tellement obnubilé par l’idée de « faire la guerre », de devenir « le père La Victoire » et « Le Tigre » qu’il en oubliait pourquoi on faisait la guerre.

    • Dommage dit :

      Une solution simple? Vous mettre en cabane 🙂
      Ce que vous prônez c’est l’extermination, car quand on rasé les villes et les champs, hein… C’est compliqué de vivre. Vous voudriez qu’on fasse à l’Afghanistan ce qui se passe au Yemen, mais en plus grand.

      • NRJ dit :

        @Dommage
        Je cherche simplement l’efficacité. On est intervenu pendant 13 ans en Afghanistan et les américains encore plus. Le résultat est un échec, et les Talibans reprendront le pouvoir si les occidentaux ne reviennent pas. Maintenant si vous avez des solutions plus acceptables que les miennes, écrivez les. Ce n’est pas pour rien que je prends la peine de répondre à chaque commentaire.

    • Iceman dit :

      Outre le fait que ce que vous proposez s’appelle un crime de guerre, c’est exactement ce que l’URSS avait essayé en Afghanistan lors de son invasion. Et ça a foiré, avec pour seul effet d’unifier les divers groupes qui leur résistaient sous le seul dénominateur commun : la religion, et de provoquer un courant de sympathie en leur faveur, que ce soit dans le pays comme à l’extérieur, leur permettant de recruter et de recevoir des armes.
      De façon générale, massacrer des civils dans le but de terroriser les autres et de les convaincre de lâcher ceux qu’ils soutiennent, ou sont supposés soutenir (du terrorisme d’Etat en somme), n’a jamais fonctionné. Ni pendant la Seconde Guerre Mondiale (raids allemand sur le Royaume Uni, raid alliés sur les villes allemandes et japonaises, représailles contre les actes de résistance,…..) , ni depuis (Vietnam, guerres coloniales, Afghanistan soviétique, Syrie, guerres civiles en général, et j’en oublie pleins…). Au contraire, ça a tendance renforcer la détermination de la population à résister par tous les moyens et à se ranger derrière ceux qu’elle voit comme les seuls capable de les protéger, même si c’est derniers ont des idées extrémistes auxquelles la majorité n’adhère pas forcément.
      Les conflits depuis 1945, Afghanistan US et Irak en tête montrent justement que même en obtenant la victoire sur le plan purement militaire (càd occuper le terrain) on peut pas gagner la paix sur le long terme si l’on a contre soi une part significative de la population. Même la Tchétchénie, malgré l’ampleur du massacre, est encore fréquemment le théâtre d’attaques armées et il en sera de même, en bien pire, si le régime Assad parvient à reprendre le contrôle total du pays.

      • jyb dit :

        @iceman
        – Ce que vous dites est interessant. Après la première guerre mondiale, les stratèges militaires étaient convaincus que le bombardement stratégique serait l’arme absolue
        (je crois que c’est l’italien douet qui a théorisé le truc mais c’est à verifier) Au contraire tous les exemples ont montré que c’est l’inverse qui se produit avec un renforcement des autorités en place.
        – en revanche je ne vous suis pas sur la violence récurrente en tchétchénie, ni sur l’évolution présumée de la situation syrienne.

      • NRJ dit :

        @Iceman
        Dans ce que je propose je ne cherche pas à terroriser les populations. Il s’agit simplement de faire une règle simple : vous nous attaquez, nous réagissons en détruisant les cultures et les habitations. Si la première fois, la déterminations des Talibans sera renforcée, la 3ème fois, elle risque de baisser sévèrement.

        Par ailleurs, vous ne vous êtes jamais posé la question du pacifisme allemand après la seconde guerre mondiale ? C’est rare les guerres absolues qui se finissent par une victoire totale (les américains l’ont remis en Irak et au Vietnam et ce fut un échec) où l’adversaire n’utilise même plus les moyens de guérilla (qu’Hitler voulait d’ailleurs développer). Et ce n’est pas la mort d’Hitler qui en est la cause, car les SS ont continué de se battre après sa mort officielle.

        Pour @jyb c’et bien Douet qui a théorisé le bombardement stratégique.

    • Françoise dit :

      M. Macron n’est que le visage opposé de M. Trump :
      Le premier était très soutenu par les médias avant son élection, contrairement au second ; mais les deux prétendent lutter contre la désinformation.
      Le premier a été principalement élu par les citadins contrairement au second qui a plus plû aux campagnards. Et donc le premier mène une politique pour la ville et contre la campagne (Il est quand même intelligent, tant qu’à taxer, autant taxer ceux qui ne votent pas pour lui) tandis que le second tente de favoriser l’industrie (hors de ville donc).
      Les deux se sont éloignés de leur parti d’origine pour devenir un néo-social-démocrate et un néo-conservateur.
      Les deux ont pris des mesures fiscales favorables au riches.
      Les deux ont été désavoué par leur CEMA, sans doute parce que les deux n’ont pas d’expérience politique.
      Enfin M. Macron est un jeune marié à une vieille tandis que M. Trump est un vieux marié à une jeune.
      .
      PS : Les gilets jaunes auraient-ils voté pour M. Trump ?

    • Yannus dit :

      Bonjour NRJ,
      Un coup d’oeil historique de l’histoire de ce pays est intéressante.
      L’Afghanistan étant à la croisée des chemins, tout le monde y passe dessus mais personne ne peut y rester.
      _ Avant l’arrivée des Talibans , l’Afghansistan était en pleine guerre cicvile. Pour la population, les Talibans étaient un moindre mal d’où leur soutien puisque les USA ont remis l’Afghanistan aux mains de ceux que la popultation déteste.
      _ Tout raser serait un remède pire que le mal parce que cela nous mettrait au même rang que Daesh.
      _ La carotte et le baton ne marche pas non plus parce que c’est la stratégie employée jusqu’ici ( et par le passé) et cela ne fonctionne pas, pas plus que cela a fonctionné au Vietnâm ou en Algérie.
      _Quant à la dernière solution, il faut que le Tyran ( dans le cas de l’Afghanistan il faut avoir une vision très resttreinte sur ce qu’un Tyran peut-être https://fr.wikipedia.org/wiki/Abdul_Rashid_Dostum ) soit soutenu (au départ) par une grande partie de la population ( en l’occurence les Pachtounes pour l’Afghanistan).

      Solution simple :Bruler les champs de pavot et laisser venir les Chinois qui veulent faire jonction avec l’Iran. Tout le monde s’est crâmé les pieds dans ce pays et je doute que les Talibans , les Chiites iraniens et les communistes chinois se fassent des mamours à moyen terme.

      les USA peuvent garantir une zone de sécurité à Mazâr-e-Chârif et renforcer les liens avec l’Ouzbékistan pour éviter que le bordel afghan ne se propage au reste de l’asie centrale et au Kazakhstan.

      • NRJ dit :

        @Yannus
        « Les USA ont remis l’Afghanistan aux mains de ceux que la popultation déteste » Je crois que les américains ont surtout mis l’Afghanistan à la main de politiciens qui n’iraient pas chercher à commettre des attentats dans d’autres pays.

        « Tout raser serait un remède pire que le mal parce que cela nous mettrait au même rang que Daesh. » Excusez moi mais on est dans la réalité. Empêcher la réciprocité au nom des valeurs, c’est très bien pour les populations à l’arrière qui se disent dans leur fauteuil qu’on fait le bien. Mais pour les soldats sur le terrain, c’est passer pour un pigeon que de ne pas faire de réciprocité. Je me demande d’ailleurs si votre position n’est pas pire que la mienne. La mienne est en effet d’assumer de renier des valeurs. Mais la votre est d’empêcher ce reniement des valeurs, sachant que derrière ce n’est pas vous qui en paierez les conséquences mais les soldats occidentaux qui vont mourir ainsi que leurs soutiens dans la population.

        Bruler les champs de pavot serait la meilleure option pour se faire détester. C’est d’ailleurs pour cela que l’OTAN ne l’a pas fait, alors même que c’est la ressource première des Talibans.

        Comparer ma solution à l’Algérie et au Vietnam est inadapté. L’objectif est différent. Je ne cherche pas à faire adhérer les afghans aux valeurs occidentales, mais plutôt à les empêcher de comettre des attentats chez nous. En Algérie, il fallait empêcher l’indépendance, et donc le bombardement n’avait aucune légitimité et forcément aucune efficacité.

        Enfin, si les pachtounes peuvent tenir le pays, pourquoi pas. Ca peut être une bonne solution.

  5. jyb dit :

    2 projets d’attentat contre les italiens. L’infiltration dont parle le poste et une embuscade contre un convoi italien à 2o kilo d’herat. Un peu de chance ne fait pas de mal, la roquette qui a tapé le véhicule était défectueuse.
    Les italiens sont encore 900 pax, 150 vehicules et 8 aéronefs. Basés à Herat.

    • Auguste dit :

      C’est l’ouverture de la chasse aux représentants de l’ONU.Si Salvini et l’autre guignol viennent à le savoir,ils vont rapatrier les troupes dare dare.

    • Auguste dit :

      La dernière:la Turquie est en négociations pour vendre son T-129 aux Italiens.Pour rappel le T-129 c’est le A-129 italien construit sous licence,mais amélioré par les Turcs.Pauvre Italie.Ils cherchent un char pour remplacer leurs vieux tas de ferraille.Y a pas des vieux trucs à leur refiler?.

  6. personne dit :

    Bah tiens…
    J’avais écrit ceci le 23 décembre 2018 : « Le nom de Mattis entrera dans les livres comme celui qui a perdu la guerre en Afghanistan au point que le Président a dû ordonner le retrait des troupes US du pays pour sauver des vies américains inutilement exposées. A l’inverse Trump entrera dans les livres d’histoire comme celui qui a gagné la guerre contre Daesh en Irak et en Syrie. »

    • Militaire dit :

      Personne vous sied à merveille et est réellement à la hauteur de votre commentaire.

  7. jyb dit :

    attaque de sar é-pol : bilan de plus de 27 dcd dont les 2 commandants locaux de police et armée.
    Attaque complexe qui rappelle la récente attaque de bh sur braga. vers 1900 deux groupes de talibans attaquent les postes militaires ( à l’entrée et à l’interieur du disrtict) Les réguliers sont débordés et se replient. Les renforts militaires arrivés sur place tombe dans une embuscade. A 0200,
    les talibans décrochent sans etre poursuivis.

  8. jyb dit :

    Il faut prendre la mesure de la perte d’influence des saoudiens avec mbs. Les talibans ont refusé des discussions avec les saoudiens ( à riyad ) mais ont accepté des discussions avec les iraniens ( à teheran) suivi de pourparlers de paix en afghanistan (le 26 decembre)
    De leur coté les us discutent avec les talibans ( et pakistanais, qataris et émiratis ) mais les pourparlers buttent sur le refus catégorique des talibans d’inclure Kaboul dans ces discussions)
    La position de principe des us et alliés est stérile, de même que la méthode. Il faut discuter avec les différentes factions talibanes ( ce que font russes, iraniens, et naturellement les fidèles pakistanais)
    avant d’aller chercher les émirs du golfe et les pakistanais (qui sont là aussi)

    • Auguste dit :

      Les Talibans demandent,depuis longtemps, le départ des troupes étrangères,avant tout.Après ils négocieront tout ce qu’on veut,..sans Kaboul.Faut pas oublier la Chine.

  9. jyb dit :

    Il n’y a aucun autre effet à esperer du plan Prince qu’une dilution dans le temps de la défaite.
    Des mercenaires qui mettent fin à un contrat, c’est moins douloureux qu’une troupe qui abandonne le champ de bataille sans victoire.
    Une idée de ce que peut etre l’avenir des combats avec des mercenaires ? Quelque chose dans ce genre, mais en pire :
    https://www.nytimes.com/2018/12/31/world/asia/cia-afghanistan-strike-force.html

  10. Polymères dit :

    Avec Trump, le responsable c’est toujours un autre qui finit par « sauter » d’une manière ou d’une autre. C’est sans fin, un jeu de chaises musicales ou à chaque décisions, chaque tweet pris par Trump le soir, seul dans son fauteuil derrière son écran créer un problème nouveau à désamorcer, ou divers responsables doivent retourner leur veste du jour au lendemain pour ne pas devoir « s’opposer » au président sous peine de devenir un paria.
    Mattis était un bon type qui avait sa place, ce n’est pas lui qui porte la responsabilité de 17 ans d’engagement en Afghanistan et cette façon que Trump a à toujours vouloir en découdre et à salir à postériori ceux qui le contestent ou l’on contestés (alors qu’hier ils étaient « super génial ») est indigne d’un chef d’état et fait perdre toute cohérence politique à l’amérique.
    Trump restera pour moi un « vide » américain durant son mandat, une déconnexion américaine qui n’est partagé par personne dans la classe politique américaine, démocrate comme républicain. On voit mal une personne continuer la politique que mène Trump, car c’est une politique qui suit une logique personnelle et il n’aura pas le temps de modifier le paysage politique à se manière des choses, certains s’adaptent le temps qu’il est là, mais voilà déjà Trump dans sa dernière vraie année de son mandat, l’an prochain ce sera une année électorale et on peut honnêtement se demander si le parti républicain ne lui fera pas barrage dans des primaires en sortant une alternative.
    .
    Cependant dans cet article, je suis d’accord avec Trump, il y a des informations (sans spécialement visées celui qui est évoqué) qui sont communiqués au nom de la transparence publique qui devraient rester secrètes. Tous les rapports sur les conflits dans lesquels nous sommes engagés ne doivent pas être accessibles publiquement. Il doit y avoir un secret, n’en déplaise à ceux qui veulent connaitre chaque détails et qui se plaignent sans arrêt qu’on « cache les choses » quand ils n’ont pas accès à certaines choses. Le domaine militaire doit avoir ses secrets, il faut passer sous silence certaines choses car au fond, elles finissent par glorifier des actes pour l’ennemi et à nuire à notre opinion publique qui finit par vouloir la fin d’un conflit alors même qu’il se gagne.
    La communication militaire doit rester très sélectives et valorisantes, elle doit être la seule qui s’apparente à de la propagande. Elle doit être démoralisatrice et non informative pour l’ennemi, elle doit communiquer les victoires et ne pas évoquer nos problèmes (l’ennemi les exploiteront).
    D’ailleurs si ça n’en tenait qu’à moi, jamais je n’autoriserai la communication de la disponibilité de nos matériels, jamais je ne divulguerai nos manques, même si il y a des problèmes, il faut les résoudre en privé et non pas informé l’ennemi en lui montrant nos faiblesses ou que nous ne sommes pas capables de faire plus.
    En occident, cette transparence dans le domaine militaire a fait plus de mal que de bien. Dans d’autres pays, comme la Russie ou encore la Chine, ils ont maintenus une certaine opacité, ils maintiennent un brouillard, un doute. Il y a peut-être que 10% des avions russes qui volent, mais on ne le sait pas. Vous avez vu les russes communiquer sur leurs problèmes en Syrie? Sur des difficultés ou des manques? Sur le coût des opérations? Non il n’y a rien, on ne fait que donner des informations valorisantes, de maintenir un doute, tout fonctionne bien, on ne braque pas les projecteurs sur les vieilleries, mais sur les meilleures choses et les politiciens russes viendront vanter les derniers missiles, les S-400 et autres quand chez nous les débats sont ceux qui viennent critiquer les vieux VAB, qui viennent parler de l’argent qu’on dépense, des manques et j’en passe et même si on évoque et qu’on met en avant les matos modernes, on a très vite tout un mouvement qui parlera de poudre aux yeux, que ce n’est pas ça la réalité et on retombera à parler de ce qu’on trouve mauvais en mettant de côté, comme si ça ne comptait plus, le reste.
    Au final on finit par avoir le sentiment d’une armée français, si ce n’est d’armées occidentales, qui ont pleins de problèmes, pleins de défauts et d’armées étrangères pleines de qualités et sans défauts (car nous ne les connaissons pas).
    Si en Russie un Ill-76 a un problème pour faire une mission, on en parlera pas, ils vont régler le problème en interne, soit en attendant de réparer l’avion, soit en faisant venir un autre avion. En France, si un A400M ou un Transall a un problème de ce genre, on le retrouve tout de suite dans le domaine publique et on a le droit a ce traditionnel « bashing » de nos armées, que nos matériels n’ont que des problèmes, qu’on est au bout du bout, que si on avait des Ill-76 ou autres tout irait bien, ben oui forcément, le matériel russe semble toujours plus fiable aux yeux de ceux qui ne connaissent pas ses problèmes, car on se garde bien d’en parler que le matériel occidentale ou on a finit par arrêter de parler des qualités pour ne les évoquer que leurs problèmes, leurs défauts et on ne fait des articles que sur les problèmes, c’est bien plus vendeurs. D’ailleurs si demain on fait un article sur le NH90 ou on lui vante ses qualités, il sera peu commenté (même ici certains rappelleront de mauvaises choses), si on en fait un qui révèle un problème, alors là ça va se déchainer. C’est parfaitement représentatif de notre société en général, qui se nourrit de ce qui va mal, qui s’intéresse à ce qui va mal.
    En Chine ou en Russie, les internautes parleront de leurs qualités, vanteront leurs qualités et gagneront une confiance qui bien souvent est à relativiser par rapport aux armées occidentales ou ils auront un large choix de problèmes pour tout.
    La réalité c’est qu’aujourd’hui et de plus en plus, on peut gagner une guerre avec le sentiment de la perdre en raison d’une communication et de cet intérêt qu’on porte à ce qui ne va pas. On s’engage dans un conflit, que le premier réflexe de certains c’est de sortir la calculatrice pour compter le prix des bombes qu’on largue, au bout de 3 semaines on parle d’enlisement, au bout d’un an, la preuve qu’on a échoué et qu’il faut rentrer. Mais honnêtement, comment voulez vous gagner une guerre quand il y a une société qui ne supporte aucun mort, aucune dépense d’argent et qui veut que tout se règle en quelques mois?
    Les russes en Syrie, ils signent une présence militaire pour 40 ans minimum (je crois), nous au Mali, la seule chose qu’on semble chercher, c’est à fuir au plus vite!
    Même si je dérive fortement de Trump et du rapport sur l’Afghanistan, j’appelle vraiment à ce que notre regard et notre comportement vis à vis de notre armée, nos engagements et notre communications sur eux changent. L’opinion publique et son soutien ainsi que l’information, ce sont des armes pour nos interventions et nos armées, si nous ne les avons pas avec nous, elles serviront l’ennemi. La dissuasion, le doute, le supercherie font partie de l’art de la guerre.
    Arrêtons de montrer et de parler de nos faiblesses, ça ne nous grandis pas, même la plus puissante des armées du monde devient presque faible aux yeux de nombreuses personnes, si ce n’est pays.

  11. Motox1 dit :

    Su seulement ils auraient investît ces centaines de milliards en autre chose que des bombes larguées…ils vont sortir avec plus d’ennemis qu’ils sont venus éliminer

  12. didixtrax dit :

    toutes ces foutaises sont narrées sur le mode ironique dans le film « War Machine » (2017), avec Brad Pitt dans le rôle du Gal Mc Mahon (caricature de Mattis) … sous Obama. A la fin on voit le nouveau Boss qui arrive … la réalité sous Trump constitue donc la suite de ce film … « La folie c’est de faire la même chose, encore et encore, mais en s’attendant à des résultats différents » — Einstein.

    https://www.youtube.com/watch?v=cLedFrXHe_8

  13. Tintouin dit :

    Tiens, le nom de Blackwater revient sur le devant de la scène (de massacre…).
    La société avait changé de nom – opération marketing pour se refaire une virginité -après les scandales irakiens dans lesquels elle était impliquée jusqu’au cou il y a 10 ans.
    Mais il est vrai que les médias et les citoyens consommateurs ont aujourd’hui une mémoire de poisson rouge. Et Blackwater, vraiment « it sounds good for business » .
    Erik Prince a une fortune estimée au bas mot au milliard de dollars (merci à G.Bush Jr et à Dick Cheney).
    Erik Prince, ou le business de la guerre =>>> $$$$$$$$$$$

  14. Carin dit :

    Lorsque les troupes US et alliés ont débarqués en afgha, ils ont déployés un « petit » rouleau compresseur et ont écrasé Al kaeda en quelques semaines… la vraie question est qui a stoppé les troupes? Quelle en était la raison? Et pourquoi les troupes OTAN n’ont plus jamais repris le combat comme elles l’aurait voulues? Ça fait 17 ans que policiers et militaires afghans sont formés et équipés par les américains, et à chaque attaque des talibans, ils se font surprendre et semblent paralysés comme des lapins pris dans les phares d’une bagnole! Ou les américains dispensent des formations de merde? Ou il y a 2 catégories d’afghans… les bons qui font talibans, et les mauvais qui font milis ou condés? De toute façon, il y a longtemps que nous n’avons plus rien à faire en Afghanistan.. nous y sommes allés pour combattre et éradiquer Al kaeda, et c’est fait… le reste ne regarde que les américains, et si on attends qu’ils nous libèrent de notre serment d’assistance, on va attendre longtemps et nous retrouver comme des cons lorsque leur Orange président va décider sur un coup de tête, comme en Syrie de quitter les lieux.

  15. vrai_chasseur dit :

    Petits clichés instantanés de la vallée de Tagab en 2018, où étaient les français jusqu’en 2012 :
    – Un combattant local taleb gagne en moyenne 30000 afganis par mois (~ 350 €), soit 1,8 fois plus qu’un soldat de l’ANA
    – les interventions du NDS (services de renseignements afghans) appuyées par les FS US, occasionnent la plupart du temps des destructions de maisons civiles dans les villages et des exécutions sommaires – chose que les forces françaises réussissaient à éviter de faire dans la grande majorité de leurs opérations-.
    – les conflits juridiques entre villageois (fréquents et souvent liés aux terres et droits de pâturages) ne se règlent pas avant 6 mois par le gouvernorat de province, et souvent après corruption des fonctionnaires. Les ‘shadow cabinets locaux’, structures administratives parallèles taleb qui opèrent dans les mêmes villages, règlent les problèmes en moins de 15 jours et il faut avoir des dossiers solides.
    La milice locale ALP (Afghan Local Police) imaginée et financée par les US pour devenir une sorte de force supplétive de l’ANA, s’est transformée en milice coupable de nombreux rackets et d’exactions. A Tagab, l’ALP ce sont quasiment tous d’anciens du Hezb-i Islami du chef Gulbuddin Hekmatyar, chassés par les talebs depuis longtemps et revenus par ce biais chercher leur revanche sur les ‘traitres’ de la population locale qui ne les avaient pas soutenus à l’époque. L’armée française n’a jamais fait appel à eux et les a toujours tenus à l’écart.
    – Les profs d’écoles locales bien que payés par l’administration, ont leur emploi du temps géré par les talebs qui leur font simplement rajouter des cours religieux aux programmes officiels et interdisent, surveillent et punissent l’absentéisme des profs.
    En Bref, les villageois locaux de Tagab en ont ras la casquette de l’inefficience de l’administration afghane, de la police locale ALP, des opérations nocturnes du NDS, des talebs qui règlent certains problèmes mais en créent d’autres, et dont ls commandants vont passer l’hiver au chaud au Pakistan en famille voire à Dubaï.
    Ils se prennent à regretter les français qui savaient parler avec les maleks dans les chouras et qui apprenaient d’eux et comprenaient, bien plus que les autres étrangers, ce qu’il fallait vraiment faire …
    Les généraux US avaient vu juste, il aurait fallu creuser et améliorer ce que les français avaient commencé à faire à Tagab. Mais le simple fait d’être un général US, qui plus est avec des idées, n’est pas bien vu à la Maison Blanche.

  16. Électeur dit :

    La plupart des commentaires qui précèdent présentent une particularité qui est désagréable (selon moi, mais chacun en pense ce qu’il veut) : les commentateurs écrivent « nous » comme si nous étions états-uniens, comme si nous étions concernés par l’Afghanistan.
    .
    Il est vrai qu’en notre qualité de contribuables français (et pour quelques-uns en qualité de militaires français) nous avons payé quand nos Gouvernants, soumis par l’effet d’un stage Young Leaders, ont décidé de donner la caution de la France aux Américains.
    Mais la réalité des choses, c’est que nous devons absolument garder nos distances avec les guerres qui ne sont pas les nôtres.

  17. nimrodwing dit :

    Il est sacrément gonflé Trump ! il se plaint des résultats en Afghanistan qu’on appel aussi le dévoreur d’empire, beaucoup de pays s’y sont cassé les dents, même les russes s’en souviennent encore.
    Entre la complexité du terrain/climat, les différences ethnique donc moulte cultures et langues différentes font de ce pays un vrai piège en soit. Trump n’a décidément rien appris ni même compris.