La DGA a sélectionné un premier lot de projets d’intelligence artificielle pour l’aviation de combat

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

38 contributions

  1. Fabien dit :

    Bonjour à tous, en vous souhaitant de bonnes fêtes.
    Il apparaît donc que la France entretient ses capacités de recherches et industrielles en sélectionnant des projets hors de toute contrainte Européenne.
    .
    Comme on peut voir qu’il existe deux projets de chasseurs futur, et que ces derniers ont une -petite chance de fusionner à terme-, il vaut peut être mieux demander aux talents de travailler, quitte à avoir des doublons, plutôt que de voir des grosses boites pêcher par orgueil.
    Mais c’est prometteur.

  2. Guerrier des boutons dit :

    Dès le titre de l’article, on devine qu’il va y avoir des commentaires moqueurs sur l’intelligence naturelle des aviateurs.

    • Terrien littéraire dit :

      Ce serait normal : les aviateurs sont des matheux, ils croient que la ligne droite est le chemin le plus court pour aller d’un point à un autre.
      Alors on peut s’interroger.

      • James dit :

        Bah, justement, le chemin le plus court en distance est toujours la ligne droite, appelée géodésique, qui, dans un espace sphérique (un peu comme notre Terre par ex.) est une courbe vue de l’espace. Tout ceci, un aviateur matheux comme vous dites, le savait déjà avant d’obtenir son brevet de pilote.
        Attention à ne pas confondre avec le chemin le plus rapide, en référence à Stargate, 🙂

  3. Lame dit :

    Accéder aux thématiques Man Machine Teaming
    *
    L01 – Assistant virtuel et smart cockpit (https://man-machine-teaming.com/axes-et-thematiques-l01-assistant-virtuel-et-smart-cockpit/)
    *
    L02 – Interactions (https://man-machine-teaming.com/axes-et-thematiques-l02-assistant-virtuel-et-smart-cockpit/)
    *
    L03 – Gestion de la mission (https://man-machine-teaming.com/axes-et-thematiques-l03-gestion-de-la-mission/)
    *
    L04 – Capteurs intelligents (https://man-machine-teaming.com/axes-et-thematiques-l04-capteurs-intelligents/)
    *
    L05 – Services aux capteurs (https://man-machine-teaming.com/axes-et-thematiques-l06-soutien/)
    *
    Apparemment, le projet MMT (https://www.defense.gouv.fr/dga/actualite/florence-parly-presente-son-plan-en-faveur-de-l-intelligence-artificielle-axe-d-innovation-majeur-du-ministere-des-armees) est un sous-programme du programme Artémis (https://www.defense.gouv.fr/actualites/la-vie-du-ministere/big-data-et-ia-la-dga-presente-le-projet-artemis).
    *
    Je suis un peu près certain que les acteurs de MMT tenteront d’élaborer un copilote « automatique » pour remplacer les opérateurs de système humains. Par contre, je souhaiterais savoir si la DGA a l’intention d’intégrer des IA « secouriste » dans les chasseurs càd un système expert qui, sur base des données biométriques du pilote, détermine s’il est hors combat et ramène automatiquement l’appareil vers une base amie. Merci a qui pourra me renseigner.

  4. ScopeWizard dit :

    Avant de parler à tort et à travers d’ INTELLIGENCE ARTIFICIELLE , où en sommes-nous de ses progrès ?
    .
    Voilà qui me fait furieusement et instantanément penser dans le domaine de l’ aviation de combat à toutes ces histoires de « générations » , 4 ème , 4ème ++ , 5ème , etc ………… qui sont bien davantage des appellations ronflantes en guise d’ argumentation marketing qu’ une réalité tangible…………….
    .
    Il paraît toujours utile et pertinent de rappeller que ce que l’ on appelle IA n’ est rien d’ autre qu’ une pâle imitation totalement artificielle de l’ intelligence humaine ( ou animale ) via théories et techniques mises bout à bout permettant de concevoir des machines qui sont vendues comme étant en théorie capables de simuler l’ intelligence ……..
    Cette « intelligence » s’ appuie notamment sur un empilement d’ algorithmes qui sont programmés à l’ avance par l’ Homme et non par une machine qui serait son égal et en mesure de faire d’ aussi bons choix de façon totalement autonome ………..
    Mais , quoi qu’ il en soit , comme la machine est normalement beaucoup plus puissante et rapide qu’ un être humain , le fait d’ y ajouter une composante IA la rend presque instantanément capable de s’ affranchir de toutes limites aux yeux du plus grand nombre qui tombe à pieds joints dans le panneau de ce qui n’ est tout compte fait qu’ un argument marketing ( le marketing étant l’ art et la manière de vendre et surtout de savoir le faire ) , or rien n’ est plus faux , cette IA est encore actuellement entièrement dépendante de la main de l’ Homme , ce qui ne veut pas dire que cette dépendance va durer encore très longtemps et lorsque cela se produira , alors clairement oui , là il sera possible de parler d’ Intelligence Artificielle …………..
    .
    Bref , aux dernières nouvelles , l’ IA n’ existe toujours pas et pour tout dire ça devient un peu chiant et même franchement malhonnête de vouloir à tout prix imposer ce concept comme s’ il avait abouti alors que dans le monde réel , il n’ en est qu’ au stade des premiers balbutiements d’ autant qu’ il obéit toujours aux lois du numérique qui le limitent à une succession de 0 et de 1 ; le « quantique » changera la donne , c’ est un fait certain , en revanche malgré ses avancées parfois surprenantes tant il semble que l’ IA actuelle soit capable de prendre des décisions « intelligentes » , nous sommes encore loin du compte , loin du potentiel humain ……………
    Donc pour l’ instant , cet aspect de la haute technologie est largement surfait , survendu par tous ceux qui ont intérêt à en faire un truc « révolutionnaire » , un peu comme le 4K , la 5G , ou le véhicule autonome , le truc qui promet énormément et dont le droit à l’ accès ne peut que coûter très cher , ceci justifiant cela ……….. c’ est un attrape-nigauds , quoi !
    .
    Pour ce qui me concerne , comme évoqué précédemment , je reste persuadé que l’ une des réelles « révolutions » à venir potentiellement capable de tout bouleverser passera par la conception d’ informatique quantique qui une fois associée à de la réelle IA deviendra une sorte de Dieu Machine aux capacités phénoménales qui pourraient très vite échapper à tout contrôle humain et faire entrer l’ Humanité dans une zone de danger extrêmement élevé ……………
    .
    Nonobstant , pour l’ instant ce sont toujours des êtres humains qui décident et choisissent selon une kyrielle d’ algorithmes et programment ainsi ce que la machine devra savoir faire , ce que seront ses automatismes de décision ; tant que nous en resterons à du binaire entre 0 et 1 , ce sera toujours comme ça , la donne changera vraiment avec l’ apparition d’ une informatique quantique qui proposera d’ avoir à disposition davantage de possibilités que 0 et 1 ………………….
    Et là , entre l’ avènement de la cybernétique et de l’ IA stricto sensu , il y aura vraiment beaucoup de mouron à se faire et il deviendra alors impératif d’ « augmenter » artificiellement l’ être humain afin que ce dernier soit toujours , ou à égalité ou au moins un cran au-dessus de la machine ; enfin , dans une certaine mesure , parce que si tu veux aller plus vite qu’ un guépard lancé à fond de train capable de dépasser les 110 km/h en pointe , mettre l’ auguste fessier du commun des mortels dans une voiture moyennement puissante suffit amplement ……………. par contre , ce n’ est pas tout à fait le même effort …………… 😉
    .
    Bref , personnellement , je considère que de nos jours ( j’ insiste et je précise bien : « de nos jours » ….. ) , cette IA tant claironnée et érigée en marqueur de progrès absolu n’ en est toujours qu’ au stade de mythe et rien d’ autre ………………..
    .
    Mais qui vivra , verra …………. 🙂

    • Alain dit :

      L’usage d’IA dans l’imagerie medicale est bien une realite qui est beaucoup plus performante que le diag humain de specialistes. De nombreuses demos l’ont confirme!
      L’imagerie militaire est capitale et au moins dans ce domaine l’IA peut apporter des reponses solides de rapidite et de fiabilite…

      • ScopeWizard dit :

        @Alain@J.Charles@guillaume@Wagdoox
        .
        Perso , j’ ai expliqué et défini en long en large et en travers ( qui a dit « de travers » ? ) ce qu’ est l’ IA en cette bientôt année 2019 , c’ est à dire une appellation à la con qui fait rêver mais ne correspond pas à la réalité de ce que nombre d’ entre-nous est censé s’ imaginer ………………….
        Donc , parler d’ IA sans préciser avec exactitude ce que c’ est , c’ est déjà tromper son monde en pratiquant la rétention d’ information , en particulier le péquenot du coin qu’ il sera facile de gruger ………………
        .
        Eh oui les gars , c’ est toujours la même chose qui revient à chaque fois : de quoi parle t-on ?
        .
        Le seul qui a fait preuve de nuance et d’ intelligence ( mais non ; pas artificielle ! ) dans son intervention parce qu’ il a parfaitement saisi où je voulais en venir et ce que je cherchais à mettre en évidence , c’ est l’ ami @J.Charles ; de plus , c’ est le seul qui a donné deux définitions distinctes de l’ IA : primo , celle destinée au grand-public , le con de base si vous préférez que l’ on peut aussi qualifier de dindon ou de pigeon , les deux vont bien ; secundo , celle sur laquelle fonctionne et s’ entend le monde scientifique …………….
        Ce qui signifie que comme il en va de même pour nombre de termes , IA est un concept flou ou non précisément suffisamment défini ; et de là à supposer qu’ il en soit ainsi volontairement afin d’ embrouiller les esprits pour mieux pouvoir leur vendre de la salade de synthèse chère et indigeste , il n’ y a effectivement guère plus qu’ un pas …………………
        .
        D’ ailleurs , il n’ y a pas si longtemps , j’ avais rédigé un commentaire analogue en prenant pour exemple les Commandes De Vol Électriques ( CDVE ou « fly by wire » ) sur avion de combat moderne , enfin par « moderne » j’ entends depuis celles mises au point ( puis grandement perfectionnées au fil du temps et des progrès de l’ informatique tant en puissance de calcul qu’ en miniaturisation : F-16 , Mirage 2000 , Rafale , F-22 , etc ….) pour le chasseur à hautes performances canadien de chez Avro Canada , le CF-105 Arrow , nous étions alors en 1958 , il y a bientôt plus de 60 ans ; c’ est dire si c’ est nouveau !
        Dès lors , lorsque vous savez comment fonctionne les CDVE et ce qu’ elles permettent de réaliser comme prouesses sur avion de combat « instable » ( foyer de portance placé en avant du centre de gravité = tendance naturelle à cabrer plutôt qu’ à piquer mais pilotage entièrement manuel très difficile ( voire impossible : trop de paramètres à gérer en un temps trop bref + manque de sensibilité pour comprendre quoi faire , quand le faire , comment le faire en un laps de temps si court ) sans assistance électronique et informatique qui une fois en action décuple les possibilités de l’ avion en soulageant son pilote ) , il y a déjà possibilité d’ évoquer de l’ intelligence artificielle …………
        .
        Parler d’ IA comme on le fait de nos jours est prématuré même si avec le numérique , soit le 0 et le 1 , on peut être plus que surpris par les capacités « intuitives » que les innombrables algorithmes permettent de générer dans la prise de décision .
        Toutefois , ne jamais perdre de vue que rien n’ est possible sans intervention de l’ HOMME , aucune machine n’ agit seule par sa seule volonté en choisissant de son plein gré de se séparer de l’ HOMME , ce dernier est toujours à la base du commandement et de la décision ; soit en aval par un « pilotage , soit en amont par une programmation qui certes peut être extrêmement complexe et relever de l’ exploit scientifique , mais qui reste l’ apanage du cerveau humain .
        .
        Dans la prise de décision « réflexe » , celle qui régit la majeure partie de ce que l’ on appelle IA , il s’ agit en réalité d’ une programmation pouvant faire appel à des milliers d’ algorithmes , des millions de lignes de programmation , permettant d’ envisager des milliers de possibilités : tel algorithme = possibilité 1 , tel autre = possibilité 2 ou 1.5 , etc …………
        .
        Bref , parler d’ IA en 2018 , c’ est commettre un gros abus de langage afin de servir le demi-Dieu Marketing qui lui-même est à la solde du Dieu Fric ou Pognon .
        .
        Alors , je sais bien que certains sont fans de la série « Westworld » inspirée du film d’ anticipation de Michael Crichton de 1973 appelé chez-nous « Mondwest » ( ou « Monde de l’ Ouest » ) , mais je vous rassure , nous n’ en sommes pas encore là ………………
        .
        De toute façon , je vois difficilement comment produire de l’ IA tant que en resterons à du numérique , le quantique me paraissant beaucoup plus performant et prometteur à ce sujet ……………..
        .
        L’ IA stricto sensu se passera de la main de l’ Homme , à ce jour elle en dépend toujours et tant qu’ il en sera ainsi parler d’ IA sera abusif ………………
        .
        Maintenant , libre à chacun d’ aller se faire b****r par du baratin sans queue ni tête si ça lui chante et de constituer ainsi l’ une des cibles favorites du marketing qui ne manquera jamais d’ arguments ultra-convaincants ; perso , ce ne sera pas le cas et souffrez qu’ il en soit ainsi .
        .
        Et puis pour terminer je vous la fais très courte : le jour où l’ IA existera réellement , ne vous en faites pas , vous serez au courant ; la Terre entière le sera …………………..
        .
        Pour l’ instant , ce n’ est pas le cas ; mais alors vraiment pas .

        • Clément dit :

          En fait ils oublient toujours de préciser « IA faible » (ce que vous décrivez) en opposition aux « IA fortes » (celle de la SF).

          • ScopeWizard dit :

            @Clément
            .
            Sans doute !
            .
            Le problème est qu’ en matière scientifique , en règle générale , les mots ou les termes ont un sens précis qui se rapporte à quelque chose de bien particulier ; or , plus vous élargissez le sens possible , moins votre terme reste précis , alors si en plus non seulement d’ élargir le sens vous lui rajoutez de la géométrie variable , bientôt votre terme qui à l’ origine était précis ( et même fait pour ça ) perd toute cette précision et parfois même son sens et finit par devenir autre chose , genre concept flou ( médias et vendeurs en sont friands ) ………..
            .
            Actuellement , vous pouvez constater cela en TV où le marketing agressif des enseignes et grandes marques préfère largement employer l’ acronyme 4K plutôt que UHD sauf que , et ça peu de gens le savent , en réalité ce n’ est ni 4K ni UHD , c’ est 4K UHD ( pour Ultra Haute Définition ) ………..
            Sauf que ( bis ) l’ histoire ne s’ arrête pas là , en fait c’ est encore plus pointu que ça ; en réalité ( re-bis ) , vous avez deux 4K : le 4K Cinéma et le 4K UHD ……….
            .
            La différence ?
            .
            Eh bien , la norme 4K Cinéma est faite de 4096 x 2160 points horizontaux et verticaux tandis que la 4K UHD est faite de 3840 x 2160 ( — 256 points en horizontal ) soit le double exact du Full HD le standard de haute-définition précédent à 1920 x 1080 points ……….
            Vous aurez donc nécessairement sur de la 4K UHD un recadrage de l’ image qui s’ il reste léger n’ en sera pas moins réel voire perceptible ou sensible ……………….
            Pour certains , cela n’ a l’ air de rien , pour d’ autres c’ est un détail qui a son importance …………..
            Détail sur lequel la grande majorité des enseignes ou marques se garde bien de communiquer …………….
            .
            Voyez et constatez par vous-même à quel point , les choses peuvent s’ avérer précises au contraire de ce qui se pratique dans nombre de médias à grande diffusion …………..
            .
            Et des « concepts flous » dans tel ou tel domaine , il y en a en pagaille …………………..
            .
            Alors , comme les « gens » ne réfléchissent plus ou plus beaucoup ( les raisons sont multiples : temps , intérêt , éducation/formation , etc …. ) , certains vont le faire à leur place ; et c’ est alors la porte grande ouverte à tout et n’ importe quoi à partir du moment où ceux qui le font à leur place en profitent et en tirent parti en racontant tout et n’ importe quoi ( bis-ter ) , l’ ignorant étant réduit au rang de gogo voire de gogol ………………..
            .
            Et perso , c’ est le genre de truc qui ne me plaît guère ……….. et c’ est peu dire ………………
            .
            Donc pour en revenir à l’ IA , à quoi on joue ?
            .
            Lorsque @Wagdoox affirme que :
            « non l’ia n’est pas que de la programmation puisque la machine pourra apprendre et donc se coder elle même. »
            Eh bien , Wagdoox a raison ……….. mis à part que si l’ IA sera vraisemblablement telle quelle dans le futur , pour l’ instant ce n’ est pas le cas ; CQFD l’ IA n’ existe toujours pas ………..
            .
            Vous savez , et je termine avec ça , depuis 60 ans environ que le trafic aérien international de transport de passagers s’ est développé et plus encore depuis la fin des années 1970 où il a été dérégulé , les avions traversent toujours continents et océans entre 850 et 1000 km/h pas davantage propulsés par des réacteurs fonctionnant au kérosène ; certes , il y a eu entre 1976 et 2003 la longue parenthèse supersonique Concorde qui volait à plus de Mach 2 ( sans oublier le TU-144 entre-autres moins chanceux ) mais c’ est tout ………….
            Maintenant très clairement , il y a fort à parier que dans X années , ce transport s’ effectuera à vitesse hyper-sonique ( au delà de Mach 5 me semble t-il ) , à l’ aide de systèmes de propulsion différents , MHD plasma ou autre , le tout grâce à de l’ électricité à la place du pétrole …………
            Oui , mais ça c’ est demain , pas aujourd’hui ………… et d’ ici là …………….
            .
            Ah , c’ est pas simple tout ça 🙂 ……………………..enfin , pas autant que certains aimeraient bien vous faire croire …………. 😉
            .
            Souvenir …………
            https://www.youtube.com/watch?v=1PWouS7O5yI

        • J.Charles dit :

          Je vous aime aussi.
          De ce que je peux voir en industrie et meme au MinArm, même ceux qui comprennent parfaitement ce qu’est l’IA adorent son côté facile a vendre. Ca leur permet de faire passer des frais de développement sans que les supérieurs ou le public (dans le cas de projets publics) ne bronchent..
          « – Dites moi, mais il coute une fortune votre nouveau traitement de texte?!
          – Haa oui, mais il y a de l’IA! On a trouvé un moyen d’inclure un peu de machine learning dans une fonctionnalité pas innovante, qu’on savait faire sans machine learning d’ailleurs.
          – C’est génial, c’est vraiment le futur!
          – Voilà, vous avez compris. »
          Cependant, comme je l’ai écrit, ca n’est pas du tout le cas de tous les projets, et je soutiens fermement l’accélération du développement de nos capacités dans ce domaine.

    • J.Charles dit :

      Le côté marketing de l’IA dans votre commentaire n’est pas du tout exagéré, malheureusement.
      Ce qui est entendu par le grand public dans « Intelligence Artificielle » -en exagérant un peu-, c’est le mythe du robot humanoide qui peut communiquer avec des humains, comme un humain, tout en ayant des super-capacités cérébrales.
      Ce qui est entendu par les scientifiques dans « Intelligence Artificielle », ce n’est pas une intelligence universelle, mais spécialisée dans une prise de décision pour une application très clairement délimitée.
      Cependant avec ces automatismes de décision bien circonscrits, qu’on peut qualifier d’intelligence, puisqu’ils obéissent à des logiques complexes, on peut déjà faire des miracles de productivité pour les humains.

      • Lame dit :

        @J.Charles: Oui, il y a dix ans les gens voyaient cela comme cela. Après des années de critiques, seuls les béotiens croient que les systèmes experts développés par les programmes de recherche en IA sont intelligents. Tout le monde a compris que Sofia ou Siri n’atteignaient même pas le niveau d’un droïde-protocole.
        *
        Dans le même ordre d’idée, il ne doit plus y avoir grand monde pour croire que toute recherche dans le domaine de l’IA vise à créer une IAG. Il y a bien quelques projets d’IA germe càd des IA faibles capables de collecter et analyser des données avec pour objectif d’évoluer en IAG. Mais ceux-ci manquent de financement parce que les retours financiers et géopolitiques ne sont pas convaincants. Ce n’est pas parce que le système expert séduit que c’est forcément le cas de l’IAG. Cela revient à confondre la vulgarisation des smartphones avec un plébiscite du développement de la smartwatch holographique. Et ce ne sont pas les ratés médiatiques ou le développement d’une IA psychopathe expérimentale qui va changer la donne.
        *
        Même les partisans des IAG et leurs sympathisants insistent les distinctions entre système expert et IAG ou entre amélioration d’un système expert et développement d’une IAG. De telles confusions se trouvent surtout dans les livres des opposants aux IAG par souci de sensationnalisme. Relevons que les partisans des IA eux-même ne nient pas forcément les problèmes sociaux causés par l’emploi de l’IA faible ou les dangers des hypothétiques IAG. Lire à ce sujet « Super-Intelligence » de Nick Bostrom ou « La Vie 3.0. » de Max Tegmark.

    • guillaume dit :

      Toujours aussi positif 🙂

      Cet empilement d’algorithmes demande du travail et surtout des donees, et ce travail est en cours depuis des années. Sauf que nous on a raté le train. On a les algorithmes mais pas de base de données.
      Dire que c’est un mythe c’est ne pas comprendre pourquoi on utilise presque tous google pour nos recherches….

      • Lame dit :

        @ScoopWizard et Guillaume: Disons que les IA ne sont pas encore des IAG et ne sont pas près de le devenir (https://iatranshumanisme.com/2018/09/30/intelligence-artificielle-generale-les-gouvernements-doivent-investir/). Car tout le monde a besoin de « droïdes » performants, dans le style des droïdes-sondes, mais pas d’un individu numérique qui poserait de nouveaux problèmes au lieu d’être un atout.
        *
        Il est évident que si la France ne veut pas finir commes les nations pré-européennes du Continent américain, elle doit se doter d’équipement moderne, donc d’une informatique moderne. Il est donc utile de disposer d’algorithmes performants et de systèmes experts avancés. Par contre si l’on veut être en mesure de pratiquer ou contrer la tactique de « vaisseau-mère » ou de « l’Essaim » (Lire « Robots tueurs » d’Eric Martel), il faut une informatique adaptée. Une informatique adaptée, pas plus d’infodépendance… D’autres sont déjà bien avancés (https://iatranshumanisme.com/2018/01/06/robots-remplace-humains-usines-de-munitions-chine/).
        *
        Néanmoins, la France a peut-être un léger avantage doctrinal en matière de coopération humains/drones. Lisez les annexes de « Les robots au coeur du champ de bataille » de Ronan Doaré et Henri Hude. Ensuite faite correspondre les fonctions attribuées aux différents types de drones et robots avec les actions tactiques décrites dans « La Guerre en montagne : Renouveau tactique » de Hervé de Courrèges, Pierre-Joseph Givre et Nicolas Le Nen.
        *
        Au passage, merci de ne pas comprendre systématiquement « IAG » quand on parle d’IA; ce n’est pas parce que les journalistes aiment faire du sensationnalisme qu’il faut faire des almagames. Il n’y a pas de souci à se faire avec la prétendue volonté du Gouvernement français de créer un TITAN (Total Information Tactical Awareness Network).
        *
        Sachant que les IA sont des super systèmes de copiage, sachant que ce bricolage appelé « deep learning » implique la reproduction des comportements des concepteurs, c’est plutôt des programmes américains qu’il faut se méfier (https://iatranshumanisme.com/2018/05/13/la-maison-blanche-lance-un-groupe-de-travail-sur-intelligence-artificielle/).

    • Wagdoox dit :

      Je me suis arrêter rapidement car non l’ia n’est pas que de la programmation puisque la machine pourra apprendre et donc se coder elle même. Par contre il y a différent niveau d’ia. Sur des tâches particulières, en faisant fonctionner du type précédant puis une intègre.
      Là on sera dans une Ia fonctionnant comme l’intelligence humaine qui en fonction de la puissance des ordi utilisé sera supérieur ou non à l’ih. Mais des ce moment là, l’ia apprendra seule et de façon exponentielle. Des lors elle dépassera l’hi ce sera qu’une question de temps. Deux points importants sont à prévoir. Le moment ou un Ia égalera l’intelligence humaine puis le moment ou un ia égalera l’intelligence de humanité toute entière. Bienvenu dans le futur ou tu auras l’intelligence de ton chat en comparaison de ton ordi ( tu pourras aussi te demander si tu es chez toi ou chez l’ordi ou si tu as un ordi ou si c’est l’ordi qui te possède.)

      • ScopeWizard dit :

        @Wagdoox
        .
        Eh bien , permettez-moi de vous dire que vous racontez n’ importe quoi !
        .
        Je vous rassure , vous êtes loin d’ être le seul ; en effet , une sorte de fièvre vendeuse s’ étant emparée d’ une pseudo communauté scientifique qui s’ apparente bien davantage à des VRP médiatiques qu’ autre chose , tout ou presque contient ou fonctionne grâce à l’ IA !
        Ça va du système de reconnaissance faciale le plus récent en passant par les lunettes correctrices intuitives , le vélo elliptique de la salle de sport , et jusqu’ à la cafetière ou le fer à repasser qui tout juste ne le font pas à votre place ………………
        .
        C’ est du très grand n’ importe quoi qui s’ apparente beaucoup plus à de l’ escroquerie intellectuelle à but purement mercantile qu’ à de la diffusion d’ infos sur les dernières découvertes ou progrès en la matière …………………
        .
        Bref , ce dont vous me parlez appartient au futur , pas au présent , votre truc c’ est de la SF ni plus ni moins ; l’ IA telle que vous la décrivez c’ est du pur fantasme , ça n’ existe pas .
        https://www.youtube.com/watch?v=J0jhCZ_lo3Y
        .
        Évidemment que l’ IA du futur devrait plus ou moins correspondre à ce que vous évoquez , mais il est bien précisé « du futur » …………… et le futur c’ est demain , tandis qu’ aujourd’hui c’ est maintenant , donc le futur on n’ y est pas ………………
        On y sera , sauf que pour l’ instant ce n’ est pas le cas …………. donc il s’ agit de tenir compte du présent , de ce qui existe là , à l’ instant T , pas de se projeter dans 10 ou 15 ans comme si ce futur faisait partie intégrante du présent et pouvait allègrement s’ y mélanger .
        .
        Par conséquent , vous pouvez vous persuader du contraire si ça vous chante , mais pour le moment l’ IA n’ est qu’ une suite de programmations , de mémoires de plus en plus puissantes et performantes , qui sont capables de prendre en compte dix , cent , mille fois plus de paramètres que le cerveau humain n’ en serait capable disons en une seconde ……………..
        Dans cet ordre d’ idées , si l’ on suit votre raisonnement , étant donné que le but de la machine est d’ être très rapide et très précise , alors l’ IA existe depuis l’ invention de la machine de Turing ou du moins de la machine à calculer qui est capable d’ aller beaucoup plus vite et de traiter des opérations extrêmement complexes en un laps de temps inaccessible aux performances cognitives du cerveau humain de base ; bref , depuis la calculatrice , ça y est , l’ IA a débarqué , pour l’ Homme la cause est entendue , la question est donc déjà pliée depuis 50 ou 60 ans …………………
        .
        Eh non , ce n’ est pas comme ça que ça marche ………..
        .
        Donc vous vous êtes arrêté rapidement , c’ est votre droit , mais ne me soutenez pas que l’ IA n’ est pas que de la programmation , parce que pour l’ instant ce n’ est que ça donc pourquoi parler d’ IA tant que précisément l’ IA n’ existe pas ?
        Systèmes expert me paraît cent fois plus pertinent et juste……………
        .
        À moins de faire bouger le curseur de sa définition ? ce que beaucoup s’ efforcent d’ ores et déjà de faire , ce qui implique donc de dénaturer ce qu’ est l’ IA stricto sensu ……………..
        .
        C’ est possible remarquez , sauf que perso je vois ça d’ un très mauvais œil ……….
        http://image-photos.linternaute.com/image_photo/750/percant-1354793438-1147900.jpg
        .
        C’ est un choix ………….. mais ce ne sera certainement pas le mien ……………..
        .
        Et donc , tout le monde n’ aura bientôt plus que ce truc à la bouche sauf que lorsque la vraie IA fera son apparition , j’ en vois déjà plus d’ un qui va faire une drôle de tête en apprenant la nouvelle ………………
        Ce qui donnera des phrases du style :
        « Ah bon ? Ils viennent d’ inventer l’ IA ? Mais alors , c’ était quoi avant qu’ on appelait IA ? C’ était bien de l’ IA , non ? »
        Ou encore :
        « PFFFFF ! Savent pas ce qu’ ils disent ; l’ IA ça fait longtemps que ça existe , c’ est pas d’ aujourd’hui ; savent vraiment plus quoi inventer pour se faire mousser ces pauvres journaleux …….et nous , pauvres couillons , on gobe tout et n’ importe quoi ; sauf qu’ on me la fait pas à môa………. »
        .
        Oui enfin , sauf qu’ on la lui a déjà faite depuis si longtemps …………………
        Il me semble y être et l’ entendre …………… 😉
        .
        Après , à chacun sa religion , à chacun sa conception ou vision de la chose ; si vous préférez vous persuader que ça y est l’ IA existe , libre à vous ………………. vous verrez bien …………………
        https://www.youtube.com/watch?v=vTlwCZZJT-g

    • geek dit :

      Il s’agit plutôt du ‘machin learning’ qui se rapproche pas mal du mode de réflexion humain, mais il nécessite un gros volume de données. Je ne retrouve plus le lien, mais il a été fait des tests de diagnostiques de cancer par une ML (machin learning) et par un expert, la machine avait un meilleurs taux de réussite sur l’identification.

    • Fabien dit :

      @ ScopeWizard
      Salutations mon cher,
      .
      Il y a du vrai et du plus flou dans vos affirmations, car elles négligent le « deep learning »: si le programmeur humain donne à la machine la faculté d’apprendre, elle pourra apprendre dans une certaine mesure.
      .
      Bien évidemment, je vous rejoins sur les limitations de l’exercice: il y a 15 ans, une chenille à 8 pattes mettait plusieurs dizaines d’heure pour passer d’un pédalage désorganisé à un rythme de marche efficace. Il y a encore deux ans, demander à un robot anthropoïde d’ouvrir une simple porte demandait un temps colossal, et les proptotypes présentés étaient loin d’être aussi rapide qu’une enfant de trois ans.
      c’est exact…
      Mais vous devez aussi analyser la situation en fonction des moyens alloués: aussi quand le Pentagone de mande à la DARPA de créer un mulet mécanique, le prototype retenu est alors une véritable bête de course, capable de pointes à 60 km/h et de tourner dans une épingle à cheveux.
      C’est aussi exact…
      Et une petite pique pour la route: le prototype fut refusé car trop bruyant du fait de son moteur essence: de l’argent investit en pure perte quand le résultat dépassait largement les spécifications… Encore un projet mal défini qui aurait dû intégrer de base le facteur de discrétion, tant à la mode actuellement…
      .
      Intelligence ou plus largement « faculté automatisée », cet ensemble de 0 et de 1 continue d’être le lot des êtres vivants: qui réagissent à la menace immédiate, dosent leur effort face à l’obstacle et peuvent traiter des milliards d’image sans pause café. Cela concerne t-il nos syndicats?
      .
      En tout cas, la machine ministérielle se met en marche pour trouver des solutions à des problèmes qui deviennent courants pour un opérateur humain dépassé.
      L’exemple le plus pertinent dans ce cas, c’est le pilote qui doit mener une interception: avant même que son regard ne perçoive la cible, il aura reçu un guidage via un radar ami. Pour cet « oeil » radio, les capacité de discernement ont amenés plusieurs progrès qui, si il n’ont pas reçu de « génération » aussi arbitraires que les chasseurs, n’en forment pas moins une pièce essentielle: radar à onde métrique Lichenstein nazi, H2S allié à onde centimètrique, traitement d’information par filtre doppler pour deceler une cible volant plus bas, antenne PESA, puis ASEA, et bientôt mis au rebut pour au profit d’émetteurs photoniques utilisant des filtres quantiques! ou pas…
      Mais dans le même temps, le radar s’est vu adjoindre des ordinateurs intégrés pour restituer les échos non plus sous forme de sinusoïde mais de « spot », d’un calculateur pour anticiper les trajectoires, pour calculer les distance via les temps de réponse, pour filtrer les parasites, puis pour analyser les echos et faire de l’identification de cibles non coopératives… C’est le fameux protocole, NCTR (non coopérative target recognition), sachant que les filtres IFF (identify friend or foe) existe depuis la seconde guerre mondiale.
      .
      Et cela ne concerne que ce que le pilote doit voir à l’extérieur.
      …Parce que dans le cockpit, il y a une sacrée sauce et passer de l’un à l’autre fatigue les yeux. Du coup, les casques agrémentés d’interfaces deviennent des accessoires pertinents… tant qu’ils ne pèsent pas trop lourd.
      .
      Avec des budgets même restreints, l’armée pourra concevoir des programmes d’assistance adaptés qui révolutionneront l’ergonomie des cockpits, dont le FW 190 fut un précurseur en termes de progrès ergonomiques.
      Mais dans le cas qui nous occupe, et malgré l’excellente ergonomie du Rafale, la petite taille des multiples écrans dédiés à leur seul rôle (carte tactiques, emports, état de l’appareil) basculera à terme sur un seul écran large, voir sur des projections directement sur les verrière comme un HUD géant, tandis que le pilote pourra dialoguer avec ses instruments comme avec son smartphone.
      C’est certes flippant, surtout si l’ordinateur de bord acquiert un programme humoristique et se pique des vieux films de Marcel Pagnol , et donc l’accent et de la mollesse des acteurs .
      Mais c’est un risque que j’estime assez faible.
      En attendant, le temps des avions biplaces sera révolu sous peu: le stagiaire se fera directement entraîner par l’ordinateur de bord.

      • ScopeWizard dit :

        @Fabien
        .
        Salutations également mon cher Fabien !
        .
        « Il y a du vrai et du plus flou dans vos affirmations, car elles négligent le « deep learning »: si le programmeur humain donne à la machine la faculté d’apprendre, elle pourra apprendre dans une certaine mesure. »
        .
        STOOÔOOP !!!!!!!!!!
        Halte là casse cou …………….
        .
        Qu’ est-ce que je lis ?
        .
        Début de la deuxième ligne …………… »si le programmeur humain » ……………..
        .
        Voilà , vous avez tout dit , inutile d’ aller plus loin ! 🙂
        Sans l’ intervention de l’ Homme , makache woalou , que dalle , nada , zéro ! CQFD !
        .
        L’ exemple à essence que vous donnez n’ est tout compte fait qu’ une illustration de ce qu’ est le progrès scientifique dans certains domaines , notamment de pointe ……………
        .
        « Intelligence ou plus largement « faculté automatisée », cet ensemble de 0 et de 1 continue d’être le lot des êtres vivants: qui réagissent à la menace immédiate, dosent leur effort face à l’obstacle et peuvent traiter des milliards d’image sans pause café. Cela concerne t-il nos syndicats? »
        .
        Là il faudrait que vous précisiez , parce que je vous saisis difficilement …………..
        .
        De même sur ce qui suit concernant la mission d’ interception par détection et identification ………
        IFF , c’ est bon je maîtrise ; par contre des trucs comme NCTR ………..
        Quant à la sinusoïde , à partir du moment ou le signal retour d’ énergie renvoyé après impulsion puis rebond est faible , forcément vous êtes obligé de l’ amplifier , ce qui peut très aisément se faire , et ce qui se traduit par le spot sur écran ……………………..
        .
        « la petite taille des multiples écrans dédiés à leur seul rôle (carte tactiques, emports, état de l’appareil) basculera à terme sur un seul écran large, »
        .
        Euh ……. ça c’ est pas le genre de chose que j’ encouragerais , s’ il tombe en rade en pleine mission au moment où il ne faut surtout pas que ça arrive , t’ as pas l’ air con aux commandes de ton avion hyper-méga-sophistiqué …………
        .
        « voir sur des projections directement sur les verrière comme un HUD géant, tandis que le pilote pourra dialoguer avec ses instruments comme avec son smartphone. »
        .
        Formidable ! Et alors , dans ce cas , à quoi va servir la verrière ?
        Plus la peine qu’ elle soit transparente , donc plus besoin de verrière ……………
        Et d’ un pilote dedans ? Non plus !
        .
        « C’est certes flippant, surtout si l’ordinateur de bord acquiert un programme humoristique et se pique des vieux films de Marcel Pagnol , et donc l’accent et de la mollesse des acteurs .
        Mais c’est un risque que j’estime assez faible. »
        .
        Assez faible , assez faible …….. ça c’ est vous qui le dites ! Et si ça se produit ?
        https://www.youtube.com/watch?v=7SSXDYLn9ek
        .
        « En attendant, le temps des avions biplaces sera révolu sous peu: le stagiaire se fera directement entraîner par l’ordinateur de bord. »
        .
        Eh bien , j’ en connais qui vont se faire chier …………. avouez qu’ à deux c’ est plus rigolo ! 🙂
        https://www.youtube.com/watch?v=CHag9XA_3RY

        • Fabien dit :

          Il semble que nous soyons raccord sur les grandes lignes, notamment sur Pagnol…
          Quand à ce que vous n’avez pas saisi, c’est plutôt moi qui passe du coq à l »âne en comparant les humains qui, comme les machines, réagissent souvent en binaire et les machines qui, à force d’évoluer, pourront un jour jouir de droits comme les êtres vivants dans les pays les plus « droits de l’hommiste »…
          Parce que cela nous pends au nez, et il n’est pas certain que nous y échappions de notre vivant: O_o
          Pour finir sur les visions des potentiels progrès sur les équipements embarqués, les U.S.A. ont lancé la mode du tout-écran-fusionné-géant.
          Pour séduire le gugusse politocard, c’est des plus efficace. Leur niveau en avionnique étant des plus réduits, ca doit sûrement les rassurer que mener une mission, c’est comme balader sa souris sur un écran d’ordinateur et naviguer entre divers programmes et fichiers… et s’imaginer que si il peuvent endosser le rôle d’un chef de patrouille, alors n’importe quelle andouille fera des miracles.
          Et si l’écran tombe en panne? Une simple prise U.S.B. et un smartphone feront office d’écran de secours… ou pas.

    • Lame dit :

      @ScoopWizard: Je pense que tout le monde avait compris que par IA, il faut comprendre ici « système expert » (IA faible) et pas IAG (Intelligence artificielle générale). Pas la peine d’ergoter sans fin sur l’argot journalistique. Donc, non, l’idée n’est pas de créer l’équivalent de CORA, l’IAG mis en scène dans l’épisode culte « La Patrouille lointaine » de la série Galactica (épisode 7, saison 1). Les mauvaises diraient qu’avec un copilote comme cela, on n’a pas besoin de cylons…

      • ScopeWizard dit :

        @Lame
        .
        Certes !
        .
        Sauf que des « systèmes experts » , il en existe depuis très longtemps ; regardez déjà en photographie , tout ce qui relève des automatismes de mise au point ou de calcul de l’ exposition ? Nous étions fin des années 1970 début des années 1980 que déjà certains Reflex en étaient bardés……….
        Et vous pouvez m’ en croire , ça fonctionnait ; donnant souvent des résultats étonnants de précision et de constance ……………
        .
        Donc , pourquoi s’ acharner à parler d’ IA ? Parce que celle-ci a évolué ? NON ! Par contre , les « systèmes experts » , eux oui !
        Ce n’ était pas de l’ IA hier , ça ne le sera pas davantage aujourd’hui ……..
        .
        Seulement , vous oubliez trop vite que certains en font un argument marketing parce qu’ il s’ agit avant tout de toujours donner l’ impression que la technologie avance , que jamais elle ne marque le pas , donc qu’ elle est toujours en mouvement , voire même qu’ elle l’ est selon la fameuse loi de Moore qui est encore un truc plus proche de la pure fumisterie que de la rigueur scientifique ………………….
        .
        IA « faible » ou IA « forte » n’ ont aucun sens puisque stricto sensu l’ Intelligence Artificielle n’ existe toujours pas .
        .
        Est-ce que vous réalisez qu’ avec cette histoire d’ IA on vous prend pour un gogo et que vous marchez à fond , vous courrez même ! Ben , c’ est le moment de vous en apercevoir , ça vous fera gagner du temps ………….
        .
        FAIRE PASSER DES SYSTÈMES EXPERTS MÊME TRÈS ÉVOLUÉS POUR DE L’IA PERMET DE GONFLER LA FACTURE ET DE VOUS VENDRE LE DERNIER GADGET BIDON À LA MODE AU PRIX LE PLUS FORT ; CECI JUSTIFIANT CELA !!!!!
        VOUS PIGEZ ÇA ???
        .
        MAIS NON JE GUEULE PAS , J’ EXPLIQUE …………..
        .
        Je reprends la fin de ma réponse adressée au quatuor de compétition un poil plus haut sur ce fil et je sens de ce pas que je vais m’ en faire un leitmotiv , un mantra même :
        le jour où l’ IA existera réellement , ne vous en faites pas , vous serez au courant ; la Terre entière le sera …………………..
        .
        Pour l’ instant , ce n’ est pas le cas ; mais alors vraiment pas .
        .
        Maintenant attention : entre un système expert et l’ IA qui est son possible aboutissement , il y a un curseur ; il est donc possible de le placer plus haut mais aussi plus bas ……………..
        Tout dépend de ce que l’ on recherche …………….. et à ce moment là , alors oui , un système expert d’ un tout récent Nikon D-850 numérique ou même d’ un F-100 des années 1999/2000 argentique peut être assimilé à de l’ IA ……………..
        Autrement-dit , IA voit la rigueur de sa définition scientifique s’ affaiblir au point que si l’ on pousse trop bas le curseur le terme IA n’ aura plus de sens , ce dernier se perdant dans les limbes d’ un fatras de mots plus ou moins interchangeables ……………
        Or , les mots ont un sens précis , surtout en technologie ou en sciences ……………
        .
        Perso , je me refuse à parler d’ IA pour le moment considérant qu’ elle n’ existe toujours pas .
        .
        Dans le même ordre d’ idées , j’ attends de pied ferme le pauvre naïf de vendeur ( avec Scope , pas de chance , les rôles s’ inversent très souvent ….. 😉 ) qui tôt ou tard va commencer à me bassiner avec cet argument ………………. je peux même vous dire que je me marre déjà rien qu’ en y pensant …………………
        .
        Non mais quel sadique ce Scope !!!
        Sadique ? Non , taquin et réaliste , pas plus ………. 🙂

        • claude dit :

          non mais Scope, c’est pas fini ce cirque! Quand on y connait rien on se tait et on ecoute ceux qui savent!

        • Lame dit :

          @ScopeWizard: Oui, les systèmes experts, c’est comme les ordinateurs, il en existe depuis longtemps. Seulement tous les ordinateurs ne se valent pas: les derniers modèles de calculateurs de la NASA par exemple n’ont rien avoir avec l’informatique dépassée depuis dix ans qu’on trouve dans certains pays. Et les calculateurs quantiques en cours de développement n’auront rien à voir avec les calculateurs d’aujourd’hui.
          *
          Dans le même ordre d’idée, les systèmes experts actuels de l’Armée doivent être améliorés et c’est le but du programme MMT. Pourquoi nous faire une montagne sur les IAG quand la France essaye de se doter de meilleures IA faibles? Cela me fait penser que les personnes hostiles à la France ont tout intérêt à accroître ses retards technologiques.

          • ScopeWizard dit :

            @Lame
            .
            C’ est à dire que comme l’ IA relève toujours de la SF , maintenant vous commencez ( enfin pas vous spécialement , vous m’ avez compris ; https://www.youtube.com/watch?v=6m36ds6rXSg )
            à inventer des déclinaisons ronflantes et trébuchantes comme IA faible ou IAG ……
            Le problème étant que l’ IA n’ existe toujours pas , pas au sens strict du terme , et qu’ en agissant ainsi nous galvaudons la définition de ce qu’ est l’ IA ; en gros , par extension nous la faisons coller avec une réalité , la nôtre …………….
            Dans quel but précis ?………………alors là ……………. c’ est précisément toute la question ………………….
            .
            Définition « intelligence » selon le dictionnaire Larousse :
            .
            _Ensemble des fonctions mentales ayant pour objet la connaissance conceptuelle et rationnelle : Les mathématiques sont-elles le domaine privilégié de l’intelligence ? Test d’intelligence.
            _ Aptitude d’un être humain à s’adapter à une situation, à choisir des moyens d’action en fonction des circonstances : Ce travail réclame un minimum d’intelligence.
            _Personne considérée dans ses aptitudes intellectuelles, en tant qu’être pensant : C’est une intelligence supérieure.
            _Qualité de quelqu’un qui manifeste dans un domaine donné un souci de comprendre, de réfléchir, de connaître et qui adapte facilement son comportement à ces finalités : Avoir l’intelligence des affaires.
            _Capacité de saisir une chose par la pensée : Pour l’intelligence de ce qui va suivre, rappelons la démonstration antérieure.
            .
            Définition « artificiel » ; même source :
            .
            _Produit par le travail de l’homme et non par la nature : Lac artificiel. Fleurs artificielles.
            _Qui résulte de la vie en société et n’est pas essentiel : Besoins artificiels.
            _Qui n’est pas conforme à la réalité : La psychologie artificielle d’un roman.
            _Qui est affecté, manque de naturel : Sentiments artificiels.
            .
            Définition « intelligence artificielle » selon Wikipedia :
            .
            « L’intelligence artificielle (IA) est « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence ». Elle correspond donc à un ensemble de concepts et de technologies plus qu’à une discipline autonome constituée. D’autres, remarquant la définition peu précise de l’IA, notamment la CNIL, la définissent comme « le grand mythe de notre temps ».
            .
            Souvent classée dans le groupe des sciences cognitives, elle fait appel à la neurobiologie computationnelle (particulièrement aux réseaux neuronaux), à la logique mathématique (sous-discipline des mathématiques et de la philosophie) et à l’informatique. Elle recherche des méthodes de résolution de problèmes à forte complexité logique ou algorithmique. Par extension elle désigne, dans le langage courant, les dispositifs imitant ou remplaçant l’homme dans certaines mises en œuvre de ses fonctions cognitives.
            .
            Ses finalités et son développement suscitent, depuis toujours, de nombreuses interprétations, fantasmes ou inquiétudes s’exprimant tant dans les récits ou films de science-fiction que dans les essais philosophiques. »
            .
            Plus complet :
            .
            « Intelligence artificielle faible :
            .
            La notion d’intelligence artificielle faible constitue une approche pragmatique d’ingénieur : chercher à construire des systèmes de plus en plus autonomes (pour réduire le coût de leur supervision), des algorithmes capables de résoudre des problèmes d’une certaine classe, etc. Mais, cette fois, la machine simule l’intelligence, elle semble agir comme si elle était intelligente. On en voit des exemples concrets avec les programmes conversationnels qui tentent de passer le test de Turing, comme ELIZA. Ces logiciels parviennent à imiter de façon grossière le comportement d’humains face à d’autres humains lors d’un dialogue.
            .
            Joseph Weizenbaum, créateur du programme ELIZA, met en garde le public dans son ouvrage Computer Power and Human Reason : si ces programmes « semblent » intelligents, ils ne le sont pas : ELIZA simule très grossièrement un psychologue en relevant immédiatement toute mention du père ou de la mère, en demandant des détails sur tel élément de phrase et en écrivant de temps en temps « Je comprends. », mais son auteur rappelle qu’il s’agit d’une simple mystification : le programme ne comprend en réalité rien.
            .
            Les tenants de l’IA forte admettent que s’il y a bien dans ce cas simple simulation de comportements intelligents, il est aisé de le découvrir et qu’on ne peut donc généraliser. En effet, si on ne peut différencier expérimentalement deux comportements intelligents, celui d’une machine et celui d’un humain, comment peut-on prétendre que les deux choses ont des propriétés différentes ? Le terme même de « simulation de l’intelligence » est contesté et devrait, toujours selon eux, être remplacé par « reproduction de l’intelligence ».
            .
            Les tenants de l’IA faible arguent que la plupart des techniques actuelles d’intelligence artificielle sont inspirées de leur paradigme. Ce serait par exemple la démarche utilisée par IBM dans son projet nommé Autonomic computing. La controverse persiste néanmoins avec les tenants de l’IA forte qui contestent cette interprétation.
            .
            Simple évolution, donc, et non révolution : l’intelligence artificielle s’inscrit à ce compte dans la droite succession de ce qu’ont été la recherche opérationnelle dans les années 1960, la supervision (en anglais : process control) dans les années 1970, l’aide à la décision dans les années 1980 et le data mining dans les années 1990. Et, qui plus est, avec une certaine continuité.
            .
            Il s’agit surtout d’intelligence humaine reconstituée, et de programmation ad hoc d’un apprentissage, sans qu’une théorie unificatrice n’existe pour le moment (2011). Le Théorème de Cox-Jaynes indique toutefois, ce qui est un résultat fort, que sous cinq contraintes raisonnables, tout procédé d’apprentissage devra être soit conforme à l’inférence bayésienne, soit incohérent à terme, donc inefficace62.
            Distinction entre intelligence artificielle, machine learning et deep learning
            Bulles imbriquées pour positionner les notions d’IA, de machine learning et de deep learning. La plus large est l’IA, l’intermédiare est le machine learning et la plus petite est le deep learning
            Schéma montrant le positionnement des notions d’IA, machine learning et deep learning imbriquées les unes aux autres.
            .
            Il y a une confusion fréquente dans le débat public entre « intelligence artificielle », apprentissage automatique (machine learning) et apprentissage profond (deep learning). Pourtant, ces notions ne sont pas équivalentes, mais sont imbriquées :
            .
            l’intelligence artificielle englobe le machine learning, qui lui-même englobe le deep learning. »
            .
            http://4.bp.blogspot.com/-MIKLiGIL2QQ/TpZLHfTKIFI/AAAAAAAABow/AVGVcHAPXv0/s1600/tintin-capitaine-haddock-soif.jpg
            .
            Vous avez là des explications et définitions parmi les plus récentes et je vous invite à tout lire sur la page Wikipedia consacrée à l’ IA ; vous allez très vite vous apercevoir d’ une chose essentielle et fondamentale qui conditionne tout : c’ est qu’ il y a mésentente , désaccords , donc confusion , chacun pouvant se permettre de tirer la couverture à lui ………
            .
            Or , il n’ est pas possible que chacun ait une vision différente et qu’ elles s’ imposent toutes au gré de telle ou telle fantaisie , en l’ occurrence surtout du lobbyisme ; il s’ agit de pouvoir se comprendre et donc de parler une même langue , raison pour laquelle il faudrait donc en priorité s’ accorder et jouer un SI bécarre ( si c’ est bien cette note qui sonnera juste dans l’ orchestre ) et non un SI bémol ou un DO ou même un LA afin d’ être à l’ unisson et que ce soit un minimum harmonieux et pas le Jazz ( quoique ….! ) …………
            Sinon , c’ est la cacophonie qui prend le dessus et ça devient très vite inécoutable , chacun jouant la note qu’ il veut ………… ce qui va énerver le chef d’ orchestre qui ne manquera pas de d’ agiter en fonction……………
            .
            Illustration du propos par l’ exemple :
            https://www.youtube.com/watch?v=xiA6qe5S2wU
            .
            Appréciation du public ………
            https://www.actualitte.com/images/actualites/Tintin2.jpg
            .
            Allô , la Terre ? Me recevez-vous ? 🙂
            http://www.t3fb.com/tintin/20_sur_la_lune_94.jpg

  5. Faublas dit :

    Bien, la question est qu’en concevant les algorithmes, chaque pays a tendance à suivre les mêmes approches basée sur un historique « moyen » et la stratégie « innovante » ou spontanée passe à la trappe. Que reste-t-il aux stratèges, à l’initiative hors cadre qui trompe l’adversaire ?

    • Wagdoox dit :

      C’est tout le problème de l’aliénation à un tout autre niveau par contre

      • Lame dit :

        Ce problème là est plus sociétal que militaire. Dans son vieil essai « L’homme symbiotique », Joël de Rosnay avait proposé une stratégie à l’attention des Etats et des ONG pour pour que le développement de l’internet des objets, des assistants virtuels, de l’hypersurveillance, du tout connecté aboutissent à plus d’intelligence collective (https://www.carrefour-du-futur.com/livres/l-homme-symbiotique/).
        *
        Un extrait sur la 5e règle d’or de l’homme « symbiotique »: « Les micro-initiatives non coordonnées peuvent conduire à l’anarchie; les directives imposées d’en haut, à la dictature. Le compromis nécessaire à la gouvernance de l’avenir se fonde sur la complémentarité entre contrôle descendant (top-down) et ascendant (bottom-up). Le premier assure les grandes orientations symbiotiques, telles que le maintien et le développement des partenariats; les seconds fait émerger l’intelligence et la créativité collectives. » (C’est la théorie AirLand Battle appliquée à une société numérisée).

    • Lame dit :

      @Faublas: Tant que les systèmes experts ne sont pas des IAG, les stratèges humains font leur travail habituel. En gros, l’introduction des IA dans le commandement, c’est un peu l’introduction d’une forme militaire de Robotic Pross Automation. La RPA n’est pas l’automatisation totale des tâche. Les IA militaires plus avancées permettraient de mettre en évidence certaines données tactiques, d’exécuter certains tâches avec une vitesse accrue, de gérer des essaims de drones. Le but du programme MMT n’est pas de disrupter les chefs humains. Ne confondons pas les dirigeants français avec certains énergumènes de la Silicon Valley (https://usbeketrica.com/article/nrx-neo-reactionnaire-monarchiste-silicon-valley)

      • Faublas dit :

        Je suis rassuré sur le fond, mais ma question est le point de « délégation de décision » qui sera attribué à la machine. En médical ou d’autres domaines, on sait établir un ensemble de cartographies et de règles (décision humaine par choix – question : sémantique du choix) qui sont utilisables car « calibrées » par cette carte et les choix pré programmés. Un système qui assure précision, célérité et efficacité n’est que positif. Le point sur lequel je bute toujours est le principe de la règle définie pas des esprits. Le cas le plus récent est le « choix » de qui percuter par un véhicule autonome. La question s’est posée entre personne âgée, adulte, enfant ou femme enceinte. De qui relève la programmation éthique?

  6. vrai_chasseur dit :

    « Skilled Mechanic and Fighter Pilot’s Assistant » : bon sang mais c’est bien sûr, c’est R2-D2 de Star Wars…
    Joyeuses fêtes à tous