Les dépenses militaires des pays membres de l’Otan devraient dépasser 1.000 milliards de dollars en 2019

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

26 contributions

  1. Robert dit :

    Les Etats-Unis pourraient pas mettre la main à la poche pour aider leurs obligés ?
    Bon, ok, je sors !

    • Frank dit :

      @ Robert
      Remarque perfide et médisante.
      Quand on aime, on ne compte pas.
      Vous allez gâcher les fêtes de Noël de nos amis américains, NSA et consorts, ceux du dernier étage très discret, avenue Gabriel…

    • Frédéric dit :

      C’est ce qu’il font justement avec en Afrique, au Liban et ailleurs avec dons de matériel et formation 🙂
      De 10 à a 15 MILLIARDS de dollars d’aide militaire par an.

  2. Carin dit :

    207 milliards de dollars.. ça en fait des yuans! Et au prix de la main d’oeuvre chinoise, je me demande si c’est pas la Chine le plus gros investisseur militaire?

    • John dit :

      En faisant quelques calculs rapides, on peut faire la comparaison…
      Pour commencer, il faut s’intéresser au PIB en PPA (parité de pouvoir d’achat), et pas au PIB nominal.
      Ce PIB en PPA gomme les différences de change d’une année sur l’autre, et il gomme aussi le coût de la vie. Toutefois, il est pertinent d’utiliser cette valeur seulement pour les pays qui produisent une majorité de leur armement.
      Donc la Chine, la Russie, la France, l’Allemagne, sont des exemples qui fonctionnent plutôt bien, l’Italie aussi… Enfin bref, ces pays ne sont pas très nombreux non plus.
      Donc si on prend 2017:
      – PIB nominal chinois: USD 12’000$ milliards
      PIB en PPA chinois: USD 23’000$ milliards
      Pour pouvoir comparer le budget chinois au budget américain, on peut multiplier cette valeur par 23/12… Donc on arrive à 398 milliards de budget !
      .
      – PIB nominal russe: USD 1500$ milliards
      PIB en PPA russe: USD 4000$ milliards
      Le budget « réel » (soit celui comparable à celui des Américains), est de 51.6 x (4000/1500), soit USD 138$ milliards
      .
      – PIB nominal français: USD 2’580$ milliards
      PIB en PPA français: USD 2’870$ milliards
      Le budget réel et nominal sont donc très proche… 38.2 x (2870/2580), soit USD 42.5$ milliards
      .
      Tout ça n’est qu’une estimation, mais je pense que c’est la meilleure base pour comparer ce qui est comparable.

      • Carin dit :

        À john
        Merci… calcul intéressant.

        • Carin dit :

          Mais que valent 700 milliards chez les ricains, par rapport aux 207 chinois…

          • John dit :

            Les 700 milliards en dollars n’ont pas besoin d’être ajustés puisqu’il s’agit de la valeur de référence.
            Et comme les USA produisent à une très large majorité leur matériel, il n’y a rien à ajuster.

            On peut lire les chiffres donnés au-dessus de la manière suivante…
            Si les Chinois avaient le coût de la vie américain et qu’il n’y avait pas de variation de taux de change qui affectent forcément ces valeurs en dollars, alors leur budget serait de 398 milliards.

            MAIS comme je l’ai écrit, ce calcul n’est plus valable pour les pays ne produisant pas leur propre armement ou alors le pays producteur doit avoir un coût de la vie relativement équivalent !
            ..
            Et ce chiffre est une estimation grossière….
            Si je dois critiquer ma méthode, je pense que la valeur la plus intéressante (et je n’ai pas pris le temps de le faire) serait de ne prendre en compte que la part du budget destinée à l’achat d’armement (renouvellement, mise à jour….).

      • Frank dit :

        @ John Oui et non.
        Vous dites « pertinent d’utiliser cette valeur », au sujet du PPA. Par opposition au PIB nominal. (j’aurais plutôt cité le PNB, plus révélateur selon moi concernant le PPA, mais peu importe).
        Mais je suis étonné que vous définissez ce fameux PPA comme une valeur. C’est un taux, un ratio utilisé pour fixer la valeur convertible d’un bien standard, en fonction de la monnaie utilisée. Qui se traduit par un coût, au sens exact du terme, pour l’acheteur. Et pas une valeur.
        Qui a une signification si l’on achète un litre de lait dans l’UE, et une autre bien différente si l’on achète une tablette Xiaomi à un fabricant Chinois, valorisée en Yuan, normée en Dollar, et payée en Euro.
        Le PPA a une réalité économique sur l’achat d’un produit standard de consommation courante dans des pays de niveau de vie comparables.
        Mais qu’elle est son incidence sur le marché de l’armement, qui est loin d’être le marché du yaourt?
        Si j’étais un Birman friqué, que j’achète un SU-27 Algérien, remanié Chinois et d’origine Russe, que viendrait faire le PPA/PIB dans l’affaire ? Surtout si je paye en Dinar, convertis en Roubles, après êtres devenus des Yuans.
        Cest une question futile, sans arrières pensées, et probablement HS, mais je vois pas le rapport entre PPA et budgets/achats en matière de ventes d’armes entre états.
        De toute façon, ces histoires d’argent, c’est secondaire… C’est Noël !

        • John dit :

          Pour moi, cette valeur est « valable » pour les pays qui produisent leur propre armement comme je l’ai écrit au-dessus.
          Les USA, la France, la Chine, la Russie et l’Allemagne peuvent par exemple entrer dans ce cas.
          En effet, j’aurais pu prendre en compte le PNB…
          Mais je pense que le ratio PNB nominal / PNB réel, ou le ratio PIB nominal / PIB réel doivent être similaire.

          La valeur en PPA est la seule valeur qui permet de prendre en compte le coût de la vie. Donc en ajustant le cas chinois, ça donne une idée (certes grossière) de ce qu’il est possible de faire aux USA…

          Donc je répète, c’est une estimation qui est plus proche de la réalité quand il s’agit de comparer le budget en armement.
          Car le problème est que le taux de change et le coût de la vie impactent automatiquement ce budget qui est donné en dollars, alors que la valeur en PPA permet de s’affranchir de cette question.

          Il est possible d’aller bcp plus loin dans l’analyse, mais c’est la méthode la plus juste selon moins pour estimer à 20% près le budget auquel cela correspondrait aux USA.

  3. Dedieu dit :

    1000 millards, c’est un peu juste, nos maitres ploutocrates aimeraient un peu plus, toujours plus, alors n’oubliez pas l’ogre russe et le péril jaune, payez braves gens, c’est pour votre bien.

  4. Namroud dit :

    Emmm quelque chose me turlupine concernent la photo du f 35 : je pensais que dans le cas d’ un avion furtif les missiles et toutes les armes et munitions étaient contenus dans une soute pour préserver justement la furtivité de l’avion, bon je sais que ça n’a aucun rapport avec le sujet.

    • Hermes dit :

      Ce n’est pas parce qu’en condition optimale il a la limite de la soute qu’il ne peut pas emporter de munition/conteneurs en extérieur lorsque les conditions le permettent (Contre du toyota dans le désert par ex)

      • Berkut dit :

        Oui, c’est à dire qu’en condition optimale, il n’emporte pas grand chose dans ses soutes en fait, déjà parce qu’à la différence du F-22 plus gros, il ne dispose pas de soutes latérales pour l’emport de ses missiles d’auto-défense…. Voir aussi les concepts « D’Arsenal Plane », où le bon Vieux B-52 ou le B1-B servirait de soute/remorque à munition au F-35 qui serait avant tout un capteur – et dont on peu bien se demander dans ce cas ce qu’il apporterait par rapport à un drone comme le Sentinel ou équivalent plus ou moins discret, et qui si il emportait la même faible capacité de frappe air-sol, pourrait également voir son tir déclenché par l’arsenal plane resté en deuxième rideau. Ce F-35, c’est ni fait, ni à faire. C’est sûr que ça permet de « gonfler » les dépenses d’armement (il suffit d’une poignée pour se ruiner), mais ça ne dit rien de ses capacités, de son efficacité notamment. Paradoxalement, c’est peut-être plus dans un contexte nucléaire tactique que l’engin trouverait son meilleur usage, avant tout dissuasif. C’est loin d’être négligeable pour les Néerlandais, les Italiens et les Belges (exit la Turquie d’Erdogan), qui l’achètent précisément pour des questions politique dans le cadre de leur appartenance à l’OTAN, et plus particulièrement au groupe des plans nucléaires. Car finalement, sur un plan conventionnel, quelle importance que l’avion prenne 2 au lieu de 4 GBU-12, vu qu’ils n’auraient eu qu’une poignée d’avions, même d’un autre type, donc incapables d’apporter une vraie plus-value en « masse » à une coalition. L’important, c’est d’en faire partie.

    • chill dit :

      c’est pour laisser une petite chance à l’adversaire, en plus pas de réservoirs d’appoint , fair-play les yankees..

    • John dit :

      Les soutes ont une capacité qui n’est pas forcément énorme (pour des raisons d’aérodynamisme principalement, plus elles sont grandes et plus l’épaisseur de l’appareil est importante).
      Donc un F35 a la capacité d’emporter beaucoup plus d’armement avec des points d’attache sous les ailes.
      L’idée initiale du F35, c’est un chasseur-bombardier, qui lors d’une attaque d’un pays aura la capacité de pénétrer un espace aérien sans être détecté (ou sans pouvoir être accroché par un radar) et détruire les défenses anti-aériennes.
      Il n’empêche que dans la grande majorité des conflits actuels (asymétriques), la furtivité « totale » est « inutile ». Se priver de cette capacité d’emport en externe serait un gaspillage de ressources.
      Donc en termes de capacité d’emport, si on le compare à un avion de génération 4++, on les comparera avec de l’armement en externe, car les appareils de génération 4++ ont aussi des éléments de furtivité, donc des éléments qui réduisent la signature radar de l’appareil.
      http://www.thedrive.com/the-war-zone/17250/lockheed-touts-non-existent-beast-mode-f-35-configuration-with-16-air-to-air-missiles

    • Maxime dit :

      J’imagine qu’une fois que les défenses ennemies sont détruites, les avions « furtifs » peuvent augmenter le nombre d’armes en les emportant sous les ailes, puisque la furtivité n’est plus si importante que ça

      • Meiji dit :

        C’est surtout que pour « l’occident » il n’y a plus qu’une norme de chasseur, c’est le F35.
        Cette normalisation est problématique, déjà pour l’innovation avec le monopole de cet appareil qui tue littéralement la concurrence, et ensuite face a des potentiels ennemis.
        Il n’y a plus qu’un avion a étudier, un avion a abattre, toutes le faiblesses de cet appareil ne seront comblé par aucun autre.

        • John dit :

          Le seul appareil occidental de conception récente est le F35. Lorsqu’un petit pays change sa flotte pour les 45-50 années suivant le choix (5-10 ans comptés pour la sélection, la production, l’entraînement…).
          Les appareils européens actuels seront mis-à-jour pour la dernière fois dans 25-30 ans grand maximum…
          Un petit pays n’aura pas forcément les moyens financiers et techniques de développer une mise à jour seul pour une flotte aussi réduite.
          Donc le F35 est un choix par défaut pour certains. L’assurance de ne pas être le seul opérateur de leur appareil…
          Avec un Scalp, un Tempest, ou un X2 japonais sur le marché, la compétition aurait été différente je pense.

    • Mustang dit :

      Lorsqu’on veut vraiment être furtif, en effet ; mais n’emporter que les armes en soute limite beaucoup l’emport. Il peut donc y avoir des situations où l’intérêt d’emporter beaucoup d’armes prime sur la furtivité. On parle souvent de scénarios d’après lesquels, lors des premiers jours d’une confrontation, seuls les avions furtifs sont de sortie pour réduire au silence avec des pertes réduites les défenses d’un ennemi. Une fois que la maîtrise du ciel est gagnée, on peut se permettre d’envoyer des avions moins furtifs, ou des avions tels que le F-35, toutes armes dehors.

    • Lucy dit :

      Dans des opérations dit du second jour la furtivité n’est plus nécessaire, ex. en Afghanistan ou en Iraq actuellement.
      Le F-35 en ‘beast mode’ c’est 16 missiles air air ou 11 tonnes d’ordonances.
      https://www.f35.com/about/carrytheload/weaponry

  5. Auguste dit :

    Trump a annoncé le retrait de Syrie.Le Pentagone n’est pas d’accord.Donc, demain ça peut changer.En plus du retrait des US de la frontière turque,ils réclament la restitution du matériel fourni aux Kurdes.Tout baigne pour Erdogan.En plus des F35 il va recevoir des Patriot,des PAC-3,des Radars et tout le toutim.Et sans se priver des S-400 russes qu’il recevra en Juillet.Trump a demandé à Erdogan de le prévenir s’il lance une attaque en nord-Syrie.Mais oui mon gros lapin,il va te prévenir.

    • albatros24 dit :

      les kurdes sont les harkis des occidentaux

    • Wagdoox dit :

      On avait rien à fair la bas dès le départ.
      On a soutenu tout le monde de l’état islamique au kurdes en passant passant par le Qatar.
      Tout le monde sauf nos intérêts nationaux (par opposition aux intérêts particuliers) et on trahi ou lâché tout le monde. Trump a bien raison de mettre un terme à cet mascarade qui nous a déjà peter à la gueule.
      De plus ça laissera la Turquie et la Russie en tête à tête. Le calif voudra forcément étendre encore son territoire et la Russie voudra elle préserver la Syrie donc on va bien rigoler. Ensuite la Russie devra aussi dégager l’iran qui voudra profiter de la reconstruction de la Syrie et sera donc un conçurent.
      Alors bien sûr les kurdes seront les sacrifiés de l’histoire encore une fois …