Décollage réussi pour le lanceur Soyouz et le satellite de renseignement français CSO-1

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. ScopeWizard dit :

    Beau lancement ……………..
    https://www.youtube.com/watch?v=EIiWU3vOwp4
    .
    Sympa ! 🙂

  2. Clavier dit :

    C’est bien d’avoir un satellite manoeuvrant …on pourra le mettre au dessus de la Syrie pour vérifier le retrait des Américains et le nôtre à suivre qui ne devrait pas tarder pour faire place aux …Turcs..?

    • Thaurac dit :

      Et les militaires russes en congé qui passent avec armes et bagages en ukraine.

    • tartocitron dit :

      Il va surtout servir à numériser la cartographie 3D centimétrique de l’Europe. Pour observer la Syrie, le décimétrique suffit amplement.

    • John dit :

      Ici on parle d’une orbite basse. Qui dit orbite basse dit aussi haute vélocité (autrement la gravité le ferait tomber). Tour du monde réalisé en 90 minutes à 1000 km d’altitude, donc encore plus rapide à 800.
      Un satellite géostationnaire est à environ 36’000 km d’altitude.

  3. SeByDocKy dit :

    Je ne comprends pas qu’on puisse lancer ce genre de satellite par une fusée russe….. où discrètement, il sera super facile d’installer un système de surveillance….

    • chill dit :

      lorsque le système de surveillance GRAVES a été activé, les français se sont aperçu qu’un satellite US était littéralement collé à un des notre…

    • basstemp dit :

      Les russes déja d’un ne sont guère intéressés par nos satellites d’observations qui ne leurs apprenent rien , leur vraies cibles a ce niveau ce sont plutot nos satcoms militaires et de relais « com » pour parvenir a « capter » ce que nos sats échangent pour venir en fait tout simplement : Ecouter a la source

      Surveiller nos sats d’observation a quoi ça leur sert ? Ils savent ce qu’il y a a voir et a ne pas voir, grosso modo, ils savent que de toute façon « nous verrons bien » donc aucune utilité a surveiller dans les faits, tandis que des satcoms militaires : La pour eux, y a moyen d’en obtenir des infos extrêmement sensibles en s’approchant pour capter ce que nous captons et décoder ..

      Une dernière chose, certes Soyuz technologie russe mais c’est un étage de charge utile européen qui fait le job et l’assemblage se fait a courroux : Il y a très peu de chance que les russes puissent parvenir a y corrompre avec un mini étage caché qui suivrait l’étage Fregat hein …

      De la franchement, vous pouvez dormir sur vos 2 oreilles va

    • louloulabeille dit :

      La fusée est Russe mais la maitrise d’œuvre est française donc pas d’inquiétude comme la mise en place du satellite etc.

    • Leum dit :

      Si la fusée est fournie par la Russie, c’est le personnel d’Arianespace qui fait l’intégration du satellite sur le lanceur.

    • Remi PARENT dit :

      En fait le risque est infime, parce que le satellite est coiffé dans la partie française du CSG, et le composite est issé sur le lanceur directement sur le pas de tir par les équipes d’Arianespace

    • ji_louis dit :

      La revue de lancement vérifie les engins à Kourou avant leur mise en place sur le pas de tir, aucun russe n’en fait partie.

    • Meiji dit :

      Il y a déjà une question de poids, pour les petits satellites on utilise Soyouz, pour les plus gros Ariane.
      CSO 1 était parfaitement capable d’être lancé par Soyouz, avec un prix bien moindre qu’avec Ariane, et surtout vu la sensibilité et le prix de l’appareil avec plus de chances de réussite. Si on utilise toujours Soyouz, c’est que ce lanceur est ultra fiable.

    • FredericA dit :

      « il sera super facile d’installer un système de surveillance…. »
      .
      Ne croyez-vous pas que le Ministère des Armées y a pensé avant même votre commentaire ?

    • dolgan dit :

      OH zut, personne n’y avait pensé avant vous … Vous n’y connaissez rien de rien.
      .
      On contrôle 100% de la mise en place. Les russes n’ont aucune chances de placer un quelconque système.

    • Hermes dit :

      1. C’est pas un sat de telecom.
      2. Le lanceur est Russe, la coiffe vient de l’ESA.
      3. C’est CNES/ESA(FR) qui sont les seuls à manipuler le satellite pour l’intégration lanceur.
      4. La position des satellites, on s’en care car tout pays avancé dans le domaine spatiale connait la position de tous les satellites des copains…
      5. Jamais un personnel Russe n’a accès au VAB à l’ESA dans ces situations…
      .
      Bref, avant de critiquer, suffit de se renseigner sur les protocoles…

    • ScopeWizard dit :

      @SeByDocKy
      .
      Certes !
      .
      Seulement , cela fait déjà depuis 2011/2012 que des fusées Soyouz sont régulièrement lancées depuis le nouveau pas de tir ( ELS pour : Ensemble de Lancement Soyouz ) du Centre Spatial Guyanais ( CSG ) précisément spécialement construit pour ces lanceurs datant de l’ époque soviétique ……..
      Et ce n’ est pas la première fois que ces fusées Soyouz embarquent du matériel « sensible » qui doit être mis en orbite grâce à elles ………..
      C’ est un lanceur performant et très fiable qui offre un coût d’ utilisation très intéressant ………………….
      .
      Tout ceci a pour base un accord de coopération signé en 1996 ( donc sous la présidence Boris Eltsine ) et des travaux d’ aménagement débutés en 2005 ; le premier tir ayant eu lieu en octobre 2011 sur , à ce jour , un total de 20 comptant un seul échec partiel ( août 2014 et 9ème tir ; satellites Galiléo 5 et 6 ) à cause d’ un dysfonctionnement de l’ étage technique FREGAT …………………..
      .
      La fusée Soyouz ne pouvant être lancée sans avoir à disposition un pas de tir spécifique ; en déduire par conséquent qu’ il ne saurait y avoir aucune espèce d’ improvisation et qu’ utiliser des fusées russes est à présent devenu une habitude à la fois étroitement surveillée et parfaitement maîtrisée autant que pour les fusées Ariane …………….

    • John dit :

      Un satellite est généralement placé dans une capsule, et la capsule est ensuite placée au sommet de la fusée. Ne pensez vous pas que l’armée est suffisamment intelligente pour utiliser ce lanceur uniquement si il est possible de protéger parfaitement le satellite?
      Ensuite, un satellite n’est pas un élément avec des connections tout autour où quiconque pourrait profiter de l’énergie produite pour le satellite. Le satellite est « refermé » sur lui même avant d’être placé dans la capsule. Et une fois la capsule ouverte dans l’espace, le satellite se déploie.
      C’est pas aussi simple que dans les James Bond de faire ce que vous dites.
      Tout le matériel sensible est bien protégé, entouré de diverses protections. Une fois que le satellite est monté et prêt à être installé dans une capsule, l’accès au matériel sensible n’est pas possible. Rien que pour ouvrir un satellite il faut être dans une chambre à pression positive, sans poussière,… Ça demande un temps énorme, le matériel adapté… Donc je pense vraiment que ce que vous dites n’est pas faisable de cette manière.
      Et comme les satellites sont construits par des privés, il y a surtout un risque à ce niveau. Et à nouveau, les militaires, le renseignement fait tout son possible pour s’assurer que rien de tel ne puisse arriver.
      Je suis plus que certain que cette fusée n’aurait pas été sélectionnée en cas de risque.

    • Un moblo dit :

      D autant que les russes paient le site de lancement en Guyane et que nous avons nos propres fusées….. je ne comprend pas non plus……

    • Techniquement et sensiblement ce n’est pas le plus important d’après les commentaires ci-dessus, même si ils oublient que les images chiffrés et envoyés vers le sol pourraient très bien être une batterie de S-400 lors d’un conflit futur… Enfin bon ces messieurs savent toujours ce qu’ils font, rien à craindre madame la marquise. Mais venons-en au côté politico-stratégique maintenant: Aujourd’hui des sanctions sont organisés contre la Russie pour avoir agressé l’Ukraine, ce qui de facto met au ban la Russie, sans parler des différentes menaces sous la forme de bombardiers, ou de piratages, de guerre hybride, et d’influences dans la politique française et ailleurs. Ce qui devrait nous offrir normalement une position claire et sans ambiguïté, afin de soutenir le droit international, la paix en Europe et à ces frontières, et à l’intégrité de notre politique national. Au lieu de ça nous travaillons en commun avec les russes sur un secteur hautement stratégique, celui de l’espace, comme si de rien n’était… Et bien je vois dans cette posture absconse, une forme de logique immoral profonde où pour faire une économie de quelques millions, l’on sacrifie la trame de la confiance et la FORCE psycho-sociétal! Que bouffer à tout les râteliers serait le signe de notre époque, où pour faire un bon bizness à l’entre-soit, l’on sacrifierait notre position stratégique puisque nous sommes à l’origine des sanctions. On retrouve donc ce qui fait la décadence économique d’aujourd’hui aussi bien dans le quotidien des français par la délocalisation des grandes entreprises, que dans la posture bonne enfant de nos décideurs stratégiques à roulettes. Pareil avec les kurdes peu ou pas respectés pour 35 milliards d’investissements avec la Turquie..; la confiance ne se prend pas, elle se gagne… Alors dans ces conditions d’épiciers, je dois forcément applaudir l’abnégation de nos militaires pour qui la chandelle en vaut le jeu, mais qu’au final on donne du crédit moral à la Russie, ce qui se traduit par un soutient politique de plus en plus important en faveur de Poutin chez nos compatriotes, et par voie de conséquence à la subdivision et à l’injustice. Pour résumer, on ne brille pas par notre fermeté géo-stratégique!

  4. Parabellum dit :

    C est amusant de voir une fusée russe ancestrale lancer notre satellite espion…de meme que la station spatiale survit grâce aux navettes russes…bon les russses sont parfois utiles meme gros méchants…l Europe de l atlantique a l Oural disait de Gaulle…bon on va avoir un beau satellite pour les surveiller..souriez vous êtes sur la photo…

    • Leum dit :

      Les Russes ne sont pas plus méchants que les américains… Mais leurs gouverements ont des intérêts qui ne coincident que rarement avec les notres.

    • MD dit :

      Les Américains aussi ont utilisé des fusées russes. Alors où est le problème?

  5. Lucy dit :

    Ne pas utiliser un lanceur Ariane … et puis la France veut jouer la carte de l’europe. Difficile à croire.

    • Leum dit :

      Avec une Ariane il aurait fallu mettre 2 CSO ensembe ou partager la fusée entre CSO-1 et un autre satellite tandis que Vega est trop petite pour CSO.

      C’est un choix de raison économique.

    • Patatra dit :

      Cela dépend aussi des calendriers, peut-être que les autres lanceurs étaient full

    • Fralipolipi dit :

      Toujours les mêmes ronchons qui s’obstinent à ne pas analyser les choses.
      Le non-choix d’une fusée Ariane 5 pour cette mise en orbite du CSO-1 n’est autre qu’un choix économique, Ariane 5 n’étant pas adaptée au lancement d’un satellite unique de 3,5 tonnes … sauf à vouloir payer un prix plus de 2 fois plus élevé que sur Soyouz !
      Or, pour de telles orbites polaires héliosynchrone, il n’est pas aisé de trouver un autre satellite à lancer de paire avec un satellite espion tel le CSO (qu’il ne faut pas confondre avec un Syracuse).
      Du coup, l’équation économique impose le choix du Soyouz (choix non disponible du temps des satellites Hélios, mis en orbite en leur temps par Ariane, au prix fort), choix du Soyouz dans un cadre très précis :
      – lancé depuis la France
      – sous gestion et autorité de l’ESA et du CNES (Arianespace)
      – sous surveillance de bout en bout de nos propres forces de sécurité
      … rien à voir donc avec un tir depuis Baïkonour …
      .
      Le CSO-2 sera lui aussi lancé par un Soyouz depuis la Guyane.
      Ce n’est que le CSO-3 qui sera lancé via la toute nouvelle Ariane 6 (ce sera alors un de ses tous premiers tirs), via une Ariane 62 plus précisément, tout spécialement adaptée à ce type de charge unique de poids moyen.
      Donc à l’inverse de ce que vous avancez, avec ce programme CSO (également financé par Belgique, Suède et Allemagne), la France joue bien la carte de l’Europe.
      .
      A l’inverse, il est un pays qui pose beaucoup plus question avec le lancement programmé de ses 3 radars espions SARAh (moin de 2 tonnes par sat.) via Space-X plutôt que via Arianespace,
      … c’est l’Allemagne.
      …mais bon, il est vrai que la commande des lanceurs Space-X remonte à 2013, date à laquelle Ariane 6 n’était pas encore sur les rails … même si le Soyouz était déjà là, lui.
      http://www.air-cosmos.com/un-satellite-franco-allemand-sur-ariane-6-112401

      • ScopeWizard dit :

        Toujours aussi précis et concis ce Fralipolipi ! 🙂
        .
        Perso , j’ en connais un autre ………….. mais beaucoup moins concis ! 🙁
        .
        Bah , au moins ses commentaires remplacent un Témesta ………. ou un bon « Derrick » ! 😉

    • dolgan dit :

      Soyouz de guyane, c’est en partie européen … La guyane, c’est aussi en France (parfois c’est bon de le rappeler …)
      .
      Si on lance des Soyouz en guyane, il y a des raisons. Si pour certains lancements on utilise des Soyouz plutôt que des Ariane, il y a des raisons.
      .

    • Hermes dit :

      Marre de répéter.
      .
      Commencez par vous renseigner avant de critiquer.

  6. Daniel 1945 dit :

    D’après la Ministre des Armées les méchants russes nous espionnent, il n’y a pas que Macron qui nous prend pour des cons, ont ils vraiment tort ?

  7. tatpirou dit :

    calmez vous les mec lancer avec une fusée russe mais sur un site francais en guyan je pense pas que les service millitaire frrancais sont débile exemple le general veux voyager si il voyage dans un avion de la marque boeing sa ne veux pas dire qu il y a un risque

  8. mich dit :

    Tres bien ,beaucoup plus important que le nombre de chars ou le nombre de missile sur un bout de frégate. Rien a cirer qu une fusee soyouz le transporte ,ca fera juste parler les raleurs de tout poil.

  9. sonata dit :

    Les commentaires sont juste désespérants, surtout qu’il y a déjà été répondu précédemment…

  10. Fralipolipi dit :

    Tout simplement, Bravo à tous ceux impliqués dans la mise au point et dans la mise en orbite du CSO-1.

  11. Curieux dit :

    Un lanceur Ariane serait surdimensionné pour un tel lancement. Utiliser un lanceur Soyouz est bien meilleur marché. Le lancement se fait depuis Kourou donc on garde la maitrise de l’accès à notre satellite. Aujourd’hui, en 2018, un lanceur n’est rien d’autre qu’un camion volant. Il est logique de prendre le petit 3,5T Soyouz plutôt que le gros semi-remorque Ariane pour cette mission.
    Tout comme pour l’utilisation des Antonov, c’est gagnant-gagnant : les russes ont un besoin vital d’argent frais et pour la France, c’est de l’argent économisé qui peut être affecté ailleurs.
    Parler d’Europe ici est hors de propos puisque Ariane est le seul lanceur européen qui pourrait faire le job, Vega étant trop petit.
    Enfin, nos services de sécurité ne sont pas complètement idiots et je doute que la mise en place du satellite dans le lanceur n’ai pas été étroitement contrôlée.

    • SeByDocKy dit :

      Vu les dernières décisions prises par nos politiques & co…. on peut se demander si il y a encore des logiques….

      Oui je ne connais pas grand chose… mais pas la peine de me tomber dessus comme ça… Celà ne fait que discrétiser partiellement vos réponses.

    • SeByDocKy dit :

      Voilà une réponse claire et argumentée. Merci

  12. petitjean dit :

    belle coopération franco russe !
    un satellite militaire français lancé grâce à une fusée russe. Les russophobes ici doivent hurler ou…au moins se poser des questions…
    Et pourtant la France vient de voter à l’ONU une résolution contre la Russie à la demande de l’Ukraine !….

  13. Fralipolipi dit :

    Tout autre sujet, mais quand même avec un certain lien : La Russie souhaiterait ouvrir une base de bombardiers au Venezuela.
    http://www.rfi.fr/ameriques/20181219-russie-souhaiterait-ouvrir-base-bombardiers-nucleaires-venezuela-guerre-droide-us
    .
    Finalement, nos Rafale vont peut-être finir par devoir rester à Cayenne-Rochambeau en permanence … ou préfèrera-t-on y envoyer quelques M2k-5 en pré-retraite 🙂
    En tous les cas, comme déjà précisé, le 1er radar GM 406 tricolore n’a pas été installé à Kourou (plutôt qu’en métropole) par hasard.

  14. palmito dit :

    le nombre d’intervenants qui ne savent rien mais qui l’ouvrent est impressionnant
    ils n’ont jamais mis les pieds sur le site soyouz et encore moins dans une salle blanche, mais ils savent…
    au risque de vous décevoir les interventions sur soyouz se font en équipes binôme franco/russe
    et nombres d’ingénieurs français ont déjà travaillé sur des sites de lancement en russie
    pour le reste je vous laisse a vos délires, c’est pas mal, ca nous fait bien marrer ici a kourou

    • John dit :

      Et en plus, avoir accès au satellite (son extérieur), ne signifie pas avoir accès à l’intérieur de celui-ci. Le matériel sensible est forcément protégé des conditions extrêmes de son environnement, rendant toute intervention sur le satellite durant les quelques jours en Guyane totalement impossible.

    • ScopeWizard dit :

      @palmito
      .
      Eh bien , voilà qui est parfait , au moins il y en a qui savent ……………….. et qui le font savoir ! 😉

  15. J’ai honte a votre place autant vous ridiculiser les russes vous prises leur matériel soyons réalistes si c’était les russes qui ont utilisés un engin français c’était la catastrophe le monde en envers mais comme c’est vous les français il nya pas d’agonie les russes ne vont jamais utiliser une Ariane jusqu’à leur mort vous les devez votre survie ayez l’amabilité d’être reconnaissant

  16. @Souleymanetraore: Le français c’était en option à l’école? Que tu exprimes une opinion qui n’engage que toi je veux bien, mais tu pourrais faire un effort quand même sur ton français. Tu nous fais honte.