Pour Washington, une nouvelle offensive turque contre les milices kurdes syriennes serait « inacceptable »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

27 contributions

  1. jyb dit :

    ajoutons qu’erdogan en grand démocrate a indiquer que la Turquie quittera la Syrie à l’issu des élections syriennes ( prévues en 2020/2021)

  2. jyb dit :

    Bien comprendre que de Manbij à tall abyad (à l’est) veut dire que les turcs vont aller taper les grandes bases us/fds vers l’est dans une région qui est devenu le centre de gravité kurde après al bab et afrin.
    Destabiliser cette zone c’est un formidable appel d’air pour les djihadistes de daesh qui opèrent toujours dans le nord de l’irak.

  3. NRJ dit :

    Généralement, le terme « inacceptable » signifie que l’on est prêt à utiliser la force. Les américains vont ils déployer des forces supplémentaires sur le terrain pour combattre les turcs ? Peu probable. C’est des paroles en l’air.

    • Frédéric dit :

      Un petit exercice de bombardements a la frontière pour indiqué qui a le plus gros bâton ? Des russes sont encore la pour témoigner des effets d’un pilonnage aérien américain en règle.

  4. Auguste dit :

    Les Turcs pilonnent l’armée syrienne et YPG à Tel Rifaat.Si Washington n’est pas content qu’Erdogan s’attaque aux Kurdes,Russes et Iraniens ne vont pas être contents qu’on s’attaque à l’armée syrienne.

  5. Le Sultan sanguinaire ne met pas uniquement en danger la population du nord syrien mais également la paix du monde. Car ses menaces d’intervention contre le Rojava concernent automatiquement toutes les forces qui s’y trouvent, de même que les Etats qui les y ont envoyées.  
    Le despote d’Ankara a justifié l’annonce de son offensive prochaine en exprimant le  » vif souhait de rendre la paix et la tranquillité aux habitants de l’est de l’Euphrate « . Il avait utilisé le même argument pour attaquer et envahir le canton d’Afrin, entre le 20 janvier et le 20 mars derniers, occasionnant des milliers de victimes, dont un grand nombre de civils.  
    Hormis la zone très restreinte et isolée de la confrontation avec DAESh, le Rojava constitue objectivement la région la plus paisible et démocratique de Syrie.  
    Le Sultan mentalement déficient ne se livrera pas à une offensive généralisée mais il procédera à des pilonnages d’artillerie et à des raids aériens visant des secteurs où les Occidentaux ne sont pas présents.

    • aleksandar dit :

      Région paisible et démocratique……..si l’on oublie le nettoyage ethnique et les brimades kurdes envers les autres communautés, en particulier arabes, comme l’interdiction des manuels scolaires en arabe, l’obligation de parler arabe dans les administrations, les  » impots » kurdes et la conscription forcée……….ça doit être vrai.

    • jyb dit :

      @dov kravi
      – la géographie, c’est vraiment pas votre truc. Sautez dans un taxi collectif et remonter le khabour vers le nord. Quand les noms de village cessent d’être en arabe, vous entrez dans le rojava et vous êtes déjà très loin des derniers bastions de daesh. Le rojava c’est les cantons frontaliers de la turquie.
      – « paisible » n’est pas non plus le premier mot qui me vient à l’esprit à la lecture des victimes d’assassinats ciblés (chefs de tribus arabes, leaders kurdes, militaires syriens etc)

  6. Lucien dit :

    Si les Américains lâchent encore leurs « alliés locaux » (leurs supplétifs sous influence en fait) comme ils ont l’habitude de le faire, les Kurdes pourront peut-être changer leurs alliances et se rapprocher des Russes et donc de Damas. Je reste stupéfait de la couardise des Kurdes qui préfèrent rester dans le giron US après ce qui s’est passé pour les Kurdes d’Irak à Kirkourk.

    • Fred dit :

      @ Lucien
      Ce que veulent les Kurdes syriens, c’est un territoire à eux, ce que Damas leur refuse (il disposaient d’une très relative liberté avant la guerre). D’où leur choix du giron U.S.
      Est-ce un choix naïf ? Je le crains. Mais ont-ils beaucoup d’autres choix ?
      Ça pourrait peut-être le faire dans un premier temps, surtout si les Turcs allaient trop loin à l’encontre des Américains. Mais après la guerre, comment pourraient-ils subsister face à la Syrie et/ou la Turquie ? Il est peu probable que les Américains les aident, trop couteux … Et il sont de plus un peu socialistes, ce que je trouve personnellement très sympathique ; mais de nos jours assez peu gouté par l’Oncle Sam.

    • Carin dit :

      À Lucien
      Mauvais exemple Kirkouk… en effet comme vous le dites c’etait des kurdes irakiens, ces derniers ne voulaient pas rendre à leur pays les champs de pétrole qu’ils avaient avec l’aide massive de la coalition conquis sur les troupes des nuisibles, pendant que les troupes irakiennes guerroyaient sur d’autres fronts tout aussi importants… de plus ces mêmes kurdes irakiens ont (pour certaines factions) organisés un vote pour déclarer leurs totale indépendance… ce qui n’a plus ni à Bagdad, ni à la coalition, ni même aux autres partis politiques de ce peuple kurde.. et c’est tout naturellement que les troupes irakiennes ont repris les champs pétroliers (irakiens),parfois même par la force. Mais je vous ferais prendre note que ces troupes irakiennes n’ont pas dépassées la « frontière » du Kurdistan irakien, respectant en cela les zones économiques kurdes, gérées par les kurdes sous contrat avec l’autonomie dont les kurdes jouissaient avant-guerre.

    • didixtrax dit :

      pas « si », plutôt « quand » ! quant aux Kurdes ils ont déjà retourné plusieurs fois leur veste ; Damas et Moscou ont de la mémoire

    • Affreux Jojo dit :

      « Courardise » ? je sais pas. je suis pas sur le terrain à risquer de me faire trancher les glawouis comme vous.

  7. Michel dit :

    Allez la Turquie ! Haha bande de jaloux haineux et guignol

  8. ji_louis dit :

    Les kurdes ont déjà été trahis par les russes à Afrin…

  9. Carin dit :

    Dans tout ça, nous avons entendu les américains, mais quid de la France? Ce monsieur erdogan menace quand même indirectement nos soldats qui sont au cœur du problème, et pas dans des tours de vigies bien marquées! Les plaintes auprès des instances de l’ONU n’ont jamais ramené à la vie qui que ce soit… j’espere que ce silence français est lourd de la menace de représailles si un seul de nos gars est touché ! Il ne faut pas oublier que c’est erdogan qui a relancé les hostilités avec les kurdes sous couvert de pkk, mais en réalité pour avoir la maîtrise totale du parlement turc, et ainsi assoir son
    « règne ».

  10. Yannus dit :

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/12/14/97001-20181214FILWWW00069-syrie-une-force-soutenue-par-washington-chasse-l-ei-d-un-de-ses-fiefs.php
    Je comprends mieux Erdogan :
    Les FDS ont pris Hajine à l’EI.
    Les seuls djihadistes qui lui reste sont ceux coincés avec ses troupes à Iblid