Comment la Marine nationale surveille les câbles sous-marins de communication?

Interrogée sur les menaces potentielles concernant les câbles sous-marins de communication lors de son dernier passage [filmé] devant la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la Défense, en octobre dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, avait botté en touche. « Je pense que, dans une enceinte peut-être un plus refermée, nous pourrions évoquer ces sujets assez confidentiels », avait-elle répondu au sénateur Pascal Allizard.

En effet, le sujet est sensible, à tel point que le rapport « Chocs futurs » publié en avril 2017 par le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale [SGDSN] ne l’avait que très sommairement évoqué, se contentant d’affirmer que ces câbles sous-marins pouvaient constituer de « potentielles cibles dans le jeu des puissances. »

Or, la vulnérabilité des 900.000 km de câbles sous-marins est un problème majeur de sécurité dans la mesure où ils permettent la circulation de plus de 97% des communications mondiales et l’essentiel des transactions financières. Si l’un d’eux venait à être saboté, les conséquences économiques seraient incalculables.

Et l’on soupçonne très fortement la Russie de s’y intéresser particulièrement, étant donné qu’elle a relancé des programmes « spéciaux », comme le projet 10831 [ou Locharik], qui a consisté à mettre au point un sous-marin capable d’opérer dans les grandes profondeurs, et qu’elle dispose d’anciens sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] transformés en navires espions, à l’image du BS-64 Podmoskovye et du BS-136 Orenburg. Les États-Unis ont également des moyens spéciaux dans ce domaine, comme le sous-marin USS Jimmy Carter.

« Si la relative faiblesse de la Russie rend improbable un conflit conventionnel avec l’Otan, les câbles à fibres optiques peuvent constituer pour elle une cible asymétrique. Nous devrions nous préparer à une augmentation des actions hybrides dans le domaine maritime, non seulement de la Russie, mais aussi de la Chine et de l’Iran », avait prévenu l’amiral américain James Stavridis, ancien commandant suprême des forces alliées de l’Otan (SACEUR), dans un rapport du centre de recherche britannique Policy Exchange dédié à cette question.

Si Mme Parly n’a pas souhaité aborder les menaces sur les câbles sous-marins en « public », le magazine de la Marine nationale, Cols Bleus, a apporté quelques éléments de réponse.

« Afin de préserver ses intérêts, la France fait preuve d’une grande vigilance dans ce domaine », souligne Cols Bleus. Une surveillance de premier niveau, si l’on peut dire, est assurée par les entreprises privées du secteur, comme Orange Marine et Alcatel Submarine Network, qui sont les leaders mondiaux de la pose et de la maintenance de câbles sous-marins. Elles « assurent elles-mêmes des contrôles réguliers afin de déceler et de localiser des éventuelles coupures ou dégradations », explique le magazine.

Ensuite, l’État assure lui aussi une « surveillance renforcée », en s’appuyant sur les moyens de la Marine nationale. « Il s’agit d’abord […] de protéger les câbliers qui travaillent dans les espaces maritimes français », détaille Cols Bleus. « Il lui faut également s’assurer de ce qui est véritablement installé dans ses eaux » et « pour opérer dans la zone économique exclusive nationale, les navires scientifiques doivent déposer un dossier plusieurs mois à l’avance afin de declarer leur activité », poursuit-il.

Sur ce point, l’Australie a par exemple refusé que le groupe chinois Huawei contribue à la mise en palce d’un réseau de câbles sous-marins entre Sydney et les îles Salomon… Par crainte, justement, de l’espionnage.

Quoi qu’il en soit, le préfet maritime peut décider des contrôles afin de s’assurer que les actions réalisées correspondent bien à celles qui avaient été préalablement déclarées. « Prises de vue d’aéronef et écoutes sous-marines lui permettent de mener à bien son délicat travail de vérification », précise Cols Bleu.

Dans le même temps, la Marine nationale « maintient, dans le cadre de la défense maritime du territoire, une surveillance attentives de nos approches. Sa chaîne sémaphorique et la présence de ses bâtiments permettent une surveillance efficace de l’espace aéromaritime français », poursuit le magazine.

Qui plus est, la Marine dispose aussi de « moyens pour inspecter les fonds marins, grâce à ses chasseurs de mines, capables d’identifier et de préciser les caractéristiques d’objets douteux ». Le cas échéant, c’est à dire si une intervention est nécessaire, elle peut « déployer la cellule ‘Plongée humaine et intervention sous la mer’ [CEPHISMER], qui met en oeuvre les moyens humains et matériels nécessaires pour effectuer un diagnostic plus poussé et traiter d’éventuelles menaces », conclut Cols Bleus.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Hermes

    • de Yanna

      • de Hermes

    • de Deniz

      • de Hermes

  2. de Faublas

    • de dolgan

    • de Hermes

      • de Alain d

        • de Hermes

          • de Alain d

    • de sergeat

      • de Hermes

        • de sergeat

          • de Hermes

  3. de mantra

  4. de Vince

    • de Faublas

      • de J2C

        • de Vince

        • de Hermes

    • de PK

  5. de dolgan

  6. de jyb

  7. de Le Glaive

    • de Hermes

  8. de themistocles

  9. de badegames