Alors que la tension monte entre Belgrade et Pristina, la France pourrait s’impliquer davantage dans les Balkans

Début septembre, lors d’une visite assez tendue à Mitrovica, dans le nord du Kosovo, le président serbe, Aleksandar Vučić, a rendu hommage Oliver Ivanović, un homme politique en vue, assassiné le 16 janvier dernier. Réputé modéré et pourfendeur de la criminalité, ce dernier était considéré comme l’un des rares responsables à pouvoir établir des liens entre la minorité serbe et la majorité kosovare albanaise.

Le mobile de cet assassinat demeure mystérieux… Vengeance du crime organisé? Élimination d’une personnalité gênante parce qu’ouverte au dialogue entre les deux communautés? Toujours est-il que, le 23 novembre, soit quelques jours après le rejet de la demande d’adhésion du Kosovo à Interpol, faute d’avoir obtenu une majorité suffisante, les forces spéciales de la police kosovare lancèrent une opération dans la partie nord de Mitrovica pour interpeller quatre individus soupçonnés d’être « liés » au meurtre d’Oliver Ivanović. Cette intervention donna lieu à des tensions mais aucun incident notable ne fut cependant rapporté.

Dans son dernier rapport concernant le Kosovo, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a relevé qu’EULEX, la mission « État de droit » de l’Union européenne [UE], avait « assuré des activités de suivi, d’encadrement et de conseil dans le cadre de l’enquête sur le meurtre » d’Oliver Ivanović, « facilitant des réunions entre la police du Kosovo et la police serbe pour accroître l’échange d’informations et la coopération. »

Quoi qu’il en soit, cette affaire montre que les relations intercommunautaires au Kosovo sont toujours compliquées. Et les décisions prises à Pristina ne facilitent guère les choses. Ainsi en est-il du projet de transformer la Force de sécurité du Kosovo [KSF] en une armée nationale, forte de 5.000 soldats d’active et de 3.000 réservistes, ou encore de celle visant à imposer une taxe de 100% sur les produits d’importation serbe tant que la Serbie ne reconnaîtra pas l’indépendance de son ancienne province. Deux mesures critiquées, si ce n’est condamnées, par les États-Unis, l’Otan et l’UE.

Aussi, le processus de normalisation des relations entre Belgrade et Pristina, initié en 2013 sous l’égide de l’UE, est au point mort. Pire : leurs rapports ne cessent de se dégrader. D’où la mise en garde du président Vučić au sujet de ce projet d’armée nationale kosovare et de cette « barrière douanière » qui cible les 120.0000 serbes restés au Kosovo après la guerre de 1998-99 ayant opposé la Serbie à l’UCK, un groupe indépendantiste appuyé par l’Otan.

« Quelqu’un apparemment pousse intentionnellement la Serbie dans un conflit », a lancé M. Vučić, via un communiqué publié le 4 décembre. Qualifiant le comportement de Pristina « d’irresponsable » et susceptible de « déboucher sur une catastrophe », il a prévenu que la Serbie « ne peut et ne veut pas observer sans réagir la destruction du peuple serbe. »

Ce 5 décembre, Mme le Premier ministre serbe, Ana Brnabic, est allée plus loin encore en évoquant la possibilité d’avoir recours à la force militaire. « J’espère que nous n’aurons jamais à utiliser notre armée, mais en ce moment, c’est une des options sur la table car nous ne pouvons pas observer quelqu’un procéder à un nouveau nettoyage ethnique », a-t-elle dit.

Les relations tendues avec la Serbie ne sont pas le seul problème sécuritaire du Kosovo. Le retour de jihadistes kosovars des zones de conflit à l’étranger demeure un « sujet de préoccupation », souligne en effet le rapport de l’ONU. Le document relève ainsi que « le Bureau des procureurs spéciaux de la République du Kosovo a mis en accusation six personnes, dont une femme, pour avoir planifié des attentats terroristes dans des zones à majorité serbe et contre les soldats de la KFOR [de l’Otan] ».

Quoi qu’il en soit, et au-delà des tensions entre Belgrade et Pristina, la situation dans les Balkans est suivie attentivement par la France, comme l’a rappelé Alice Guitton, la Directrice générale des relations internationales et de la stratégie [DGRIS] du ministère des Armées, lors d’une récente audition à l’Assemblée nationale.

Outre « la forte influence de la Russie et de la Turquie », il faut ajouter « le risque de morcellement de ce territoire, le le risque de raidissement de la société sur fond de radicalisation religieuse, certaines poussées nationalistes internes et la difficulté de la normalisation des relations de ces pays avec leurs voisins », a expliqué Mme Guitton. « La région connaît une hybridation des tensions et des risques, y compris celui que représente le trafic d’armes – et l’on sait qu’un certain nombre d’armes sont arrivées en France par ce biais, amplifiant la menace du terrorisme. L’intérêt de la sécurité nationale impose que l’on ne se désengage pas des Balkans », a-t-elle ajouté.

En outre, le Brexit se traduira par le fait que, au niveau de l’Otan, ce sera désormais un général français qui occupera les fonctions d’adjoint au Supreme Allied Commander Europe (SACEUR). Et cela, en raison de l’accord « Berlin Plus », lequel lui donne les prérogatives de « coordinateur stratégique » avec l’Union européenne, ainsi que le commandement de l’opération Althéa, en Bosnie-Herzégovine, où la situation politique s’annonce compliquée, avec la montée des nationalismes.

Aussi, la France devrait être plus engagée qu’elle ne l’est actuellement dans les Balkans. C’est ce qu’a dit aux députés le général François Lecointe, le chef d’état-major des armées [CEMA].

« Nous sommes très attentifs à la stabilité dans les Balkans, qui nous inquiète. Nous allons réfléchir à ce que nous allons faire, dans un cadre européen et dans le cadre de l’Otan, dans un premier temps » et [après le Brexit], « c’est donc un général français qui prendra le commandement opérationnel de cette mission, raison supplémentaire pour que nous nous préoccupions de ce qui se passe dans les Balkans », a en effet expliqué le CEMA.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de rafi77

    • de TINA2009

      • de John

        • de ced

          • de John

    • de Albatros24

      • de NRJ

  2. de NRJ

    • de Bouli

  3. de petitjean

    • de John

  4. de ced

    • de ClémentF

  5. de Gremlins

    • de Andre

    • de John

  6. de Thaurac

  7. de Arno

    • de toto

    • de Romulus

  8. de Starbuck

    • de John

  9. de Castel

    • de aleksandar

      • de Orlando281

  10. de Meiji

  11. de Nike

  12. de werf

    • de John

  13. de sergeat

    • de John

      • de sergeat

  14. de petaf

  15. de Thaurac

    • de Auguste

  16. de Captain cavern

  17. de Orlando281

  18. de Dresde

  19. de jp74

  20. de dolgan