Le ministère des Armées ne peut pas préciser le « montant total » des charges sociales indûment versées à cause de Louvois

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

23 contributions

  1. tartempion dit :

    On devrait frôler le milliard d’euros si on cumule tout , un système imaginé par des énarques et conçu par des incapables dont le projet avait été validé en commission d’appel d’offre par des commissaires ayant satisfait à un concours hyper sélectif et à une scolarité de très haut niveau ….

    • Jm dit :

      Tiens, ça me rappelle le blog précédent de de Forban78 « Mais pourquoi donc traînais-tu sur les derniers bancs de ta classe ?? Tu en profiterais aujourd’hui de ces primes, si seulement, si seulement… »
      A la vue de la hauteur à laquelle la décision de mise en service de LOUVOIS a été prise, les intellectuels qui ont créés, validés, actés et mis en service LOUVOIS n’étaient pas les derniers de la classe.
      Ce qui vous prouve, Monsieur Forban78, que ce n’est pas parce que vous êtes premier de la classe, que vous percevez des primes parce que votre scolarité vous a permis d’être instruit et donc d’accéder aux plus hauts postes, que vous êtes intelligent et….compétent.
      Par contre, profiteur, ça c’est sûr.

    • ji_louis dit :

      N’en veuillez pas trop aux informaticiens, ils ont fait ce qu’on leur a demandé. La faute est plutôt à mettre sur le dos surtout des règles trop complexes, et une analyse du fonctionnement passé du traitement de la solde et pas seulement les règles de gestion (il fallait prendre en compte les travaux de mise à jour et « d’amortissement » des bureaux administratifs et le soucis de bien faire des personnels) aurait montré que la décision du mindef MORIN de fermer ces bureaux avant de s’être assuré de la fiabilité du logiciel pouvait être (et a été) catastrophique.

      Lors de la conquête du Nouveau Monde, Hernan Cortez a fait brûler ses navires pour bien signifier à ses troupes qu’il n’y avait plus de retour en arrière possible, pour qu’ils soient plus motivés. Morin a fait pareil.

      • PK dit :

        Les règles ne sont jamais trop complexes : il suffit qu’elles soient BIEN DÉFINIES et n’importe quelle équipe de développeur peut les implémenter.
        .
        Cela veut tout simplement dire qu’il n’y a jamais eu un cahier des charges correct, c’est-à-dire que personne ne maîtrise suffisamment ce système pour dire comme il fonctionne.
        .
        Bon, comment dire, pour dire simplement les choses, c’est le bordel et cela a été mis à jour. Mais plutôt que dire que c’est le bordel, on accuse les autres…

      • Jacques LE JAUDET dit :

        De 1974 à 1981, j’étais affecté au centre de traitement de l’information en tant que programmeur, à l’étage inférieur du bâtiment se trouvait le service de la solde, composé d’officiers analystes et de sous-officiers, les meilleurs, programmeurs, jamais un problème avec la solde et je suppose que les règles de gestion n’étaient pas plus simple qu’actuellement. On a repassé la conception du système de solde à une boîte civile et depuis plusieurs années c’est un fiasco total!! Y a-t-il eu des sanctions? Aucune le contrôleur général en charge du dossier a-t-il fait l’objet de la moindre petite sanction, la société civile, a-t-elle payé la moindre pénalité? Une véritable gabegie !!

  2. konkleon dit :

    « Seuls les indus d’un montant inférieur à 80 euros ou 5 % de la solde totale du militaire sont ainsi automatiquement repris sur la solde. Ceux d’un montant supérieur à cette somme font l’objet d’une notification aux personnels concernés, accompagnée d’éléments justificatifs détaillés. »

    C’est effectivement ce qu’il est prévu dans les documents de référence mais dans les faits ça n’est jamais appliqué.

  3. Meuchine dit :

    Et quand ce trop perçu dépasse un certain montant, c’est le trésor public qui se charge de le récupérer.
    Dans ce cas, pour obtenir un échéancier, c’est à l’administré de fournir un dossier bien fourni (ses relevés de comptes bancaires, avis d’imposition…) qui sera étudié.
    Et pour récupérer l’impôt sur le revenu payé sur ce trop perçu, c’est encore une autre affaire…

  4. Derby dit :

    Rappelez-nous les sanctions distribuées aux responsables de cet échec ?

  5. La femme d'un soldat dit :

    Cher député, dans quel monde vivez-vous?
    Sûrement pas dans le nôtre !! Allez à la rencontre des soldats à qui l’ont réclame un trop perçu et voyez par vous même l’impact de ces erreurs de dysfonctionnement peuvent entraîner sur toute une famille!!
    On doit se battre contre une blessure d’opération extérieur au lieu d’avoir le soutient de l’institution on nous réclame des sommes induments perçues!!! 1900 euros pour notre part!! Avec 2 bébé ce n’est juste pas possible!! J’ai honte de la manière dont vous nous traitez!! Que l’on me demande de témoigner je le ferai avec grand plaisir car il est grand temps de stopper cette hémorragie Louvois!!

    • tartempion dit :

      Madame , votre témoignage en qualité de femme de soldat vous honore , il vous revient de saisir l’ensemble des moyens disponibles pour former un recours , obtenir des délais de paiement et peut-être la suspension des procédures en cours . N’hésitez pas à contacter l’association de défense des droits des militaires , leur expérience en la matière est réelle . http://adefdromil.org/Vous pouvez compter sur les anciens militaires qui œuvrent au sein de cette association .Saisissez le député de votre circonscription , regroupez vous au sein d’un collectif , rendez vous à la maison du droit et du citoyen , des avocats donnent gratuitement des conseils et peuvent vous orienter dans vos démarches auprès de l’administration militaire . Si vous connaissez d’autres cas dans votre entourage , proposez aux épouses d’être reçues par le chef de corps , votre demande peut-être adressée directement à l’assistante sociale du régiment qui a vocation à vous aider et à faire remonter les informations au commandement qui généralement s’inscrit dans une stratégie d’évitement pour ne pas avoir de problème d’avancement .Toutefois , votre mari peut-être envoyé en OPEX par son Chef de corps pour se renflouer financièrement . Le sujet étant éminemment politique et très sensible ne vous découragez pas , restez calme et courtoise dans vos échanges , faites connaitre précisément vos difficultés à vos interlocuteurs , la rédaction des lettres dans le style administratif peut vous posez des difficultés , n’hésitez pas à confier cette tache à une épouse où à un écrivain public etc…..Bon courage

      • Jm dit :

        Il est quand même assez surprenant que celui qui n’a commis aucune faute soit pénalisé par une débauche d’énergie pour rattraper les erreurs (je suis poli…) de ceux qui sont à l’origine des déboires.
        Cela me rappelle le système judiciaire, où l’auteur d’un délit ou d’un crime se voit octroyer un avocat commis d’office, même s’il n’a pas les les moyens, et la victime se démerd….

  6. lym dit :

    En résumé: Quand il s’agit de récupérer les sous on sait traiter la part cotisations (et cela ne crée alors logiquement pas de droits sociaux supplémentaires) en modulant les retenues ultérieures… mais on est incapable de faire l’addition globale et le justifier devant les organismes sociaux?
    Ou a oublié la touche « + » sur la calculette Louvois? C’est ballot!
    Ca promets pour la retenue à la source avec des ânes pareils… Darma-nain, qui sort en ce moment que pour 100€ par tête de pipe on mange plus à Paris et a franchement poussé pour continuer dans cet accident industriel fiscal en devenir, travaille-t’il vraiment pour son chef actuel… ou son ancien PR, courant « ligue du nord »: Sabotage d’un infiltré?

  7. Berlier dit :

    En effet les faits sont bien différents aucun étalement des remboursements même au delà des 80 euros et ces chères commissaires répondent c’est comme ça ! Bravo à tous il y a que dans l’armée qu’on se permet cela.

  8. Baptiste dit :

    A l époque et après 3 ou 4 paiement de ma part et de la leurs, où ils rendaient encore plus que prévu pour me redemander encore et encore… Ce qui devenait incompréhensible, j ai pris ma plume pour faire une belle lettre au président hollande.
    Résultat procédure fini, cadeau du reste à rembourser (presque 2000€).
    Par moment ils savent quand même où S arrêter et reconnaissent le travail sur le terrain qu’on fait…

    • Jm dit :

      C »est peut-être qu’ils ont eu peur de la retombée en pluie fine de la colère présidentielle !!!
      Quelques galons et avancement seraient passés à l’as…..

  9. Seb dit :

    La balance entre moins versé et trop versé ne focalise pas l’attention. Car il est plus facile de responsabiliser les administrés d’un énorme couac.
    Je suis encore surpris par la naïveté des journalistes qui versent dans les premières poupées agitées

  10. behemoth dit :

    qu’on les laisse tranquilles, ces surprimes n’ont pas été volées de toute façon

  11. caiusbonus dit :

    Les militaires ou ex militaires concernés ne manqueront pas par ailleurs d’opposer la prescription dès que le délai légal aura pris fin…le répétition de l’indu c’est deux ans en matière de rémunération (sauf « faute » de l’agent/militaire qui fournirait des informations inexacte à son employeur (le ministère)).

  12. delacolo dit :

    D’où la question écrite posée par le député François Cornut-Gentille [LR] au ministère des Armées.
    Il a la mémoire courte celui-la ???? C’est bien Sarko (LR) et sa politique blingbling qui avait mis en place LOUVOIS (faire des économies, réduire les effectifs, mutualiser…) puis la politique d’Holland a mis énormément de temps avant d’agir contre LOUVOIS…
    Il faudrait aussi rappeler à Cornut-Gentille que les militaires qui ont été gravement affecté par LOUVOIS, pour certain payés 80€ par mois et ce pendant 6 à 8 mois, se sont retrouver avec des comptes en banque plus que dans le rouge… et personne ne s’est préoccupé et ne se préoccupe toujours pas des AGIO et frais d’incidences bancaire qu’ils ont du s’acquitter…
    C’est facile de taper maintenant sur la MINARM qui doit réparer les conn.. de la droite et de la gauche et d’une politique désastreuse ces dernière 40 ans…

  13. behemoth dit :

    et si on parlait des rémunérations de M. Cornut-Gentille, ce qui n’est sans doute pas sans liens avec le nombre de questions parlementaires posées, pertinentes ou pas…

  14. SemperFi dit :

    Militaire travaillant quotidiennement sur LVS je peux vous assurer de deux choses: nous faisons notre maximum pour aider nos camarades au regard des problèmes que ces TV ou MV occasionnent, mais également notre maximum pour développer le nouveau système de solde dans les délais qui nous sont demandés et surtout, qu’il paye mieux.
    A savoir que LvS c’est aujourd’hui 3% d’erreurs de soldes environ, qui sont majoritairement contrées et rectifiées manuellement par bien des équipes…

    Pour’ le reste n’oubliez pas qu’on parle de plusieurs centaines de milliers d’administrés…. Un système parfait n’existe pas.. surtout avec la complexité législative entourant la rémunération militaire.
    Pour ce qui est de la qualité du travail des prestataires extérieurs, consultants payés prix d’or, c’est une autre question…

    • Jm dit :

      J’écris à nouveau ce que j’avais posté il y a quelques temps sur le même sujet.
      Le système de gestion des salaires le plus complexe en France est celui de l’Education Nationale, c’est d’ailleurs le système qui gère le plus grand nombre de personne (3 fois plus que la MINARM).
      Je veux bien concevoir que tout système à ses « failles », mais si d’aventure, le dysfonctionnement de LOUVOIS s’était déroulé au sein de l’EN, cela n’aurait pas pris quasi 10 ans pour tout remettre en ordre, les syndicats s’en seraient mêlés, et l’affaire aurait été réglée en moins de 3 mois.
      Mais comme ce sont des militaires à qui on a dit, on dit et on continue à dire « ferme ta gueu…, là, toutes les excuses sont bonnes à mettre en avant.
      Parce qu’un militaire qui râle parce qu’il demande juste son dû, c’est inconcevable pour le commandement, et le régime de la crainte et de la peur est toujours d’actualité.