Archives quotidiennes : lundi, 3 décembre, 2018

Hélicoptères Tigre : Thales annonce la qualification des premiers simulateurs de vol modernisés

En 2015, l’Organisation Conjointe de Coopération en matière d’Armement [OCCAR] avait confié à Thales et à Rheinmetall Defence Electronics de mettre 18 simulateurs aux derniers standards des hélicoptères d’attaque Tigre [appui/destruction pour les appareils de l’Aviation légère de l’armée de Terre et appui-antichar pour ceux utilisés par la Bundeswehr]. Plus précisément, il s’agissait de moderniser

Général Lecointre : « On ne fait de grandes choses qu’en étant au milieu des hommes, pas au-dessus d’eux »

Le 2 décembre, au lendemain de la manifestation des « gilets jaunes » et des dégâts infligés à l’Arc de Triomphe, la traditionnelle cérémonie de ravivage de la flamme du soldat inconnu s’est tenue dans un climat lourd et solennel, en présence de Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, de Jean-Michel Blanquer,

La coalition anti-jihadiste a éliminé un responsable de l’EI impliqué dans le meurtre de prisonniers

En novembre 2014, l’État islamique [EI ou Daesh] diffusa une vidéo de propagande pour montrer le meurtre par décapitation de 18 militaires syriens prisonniers. À la fin, Jalman al-Britani, dit « jihadi John », un ancien rappeur britannique alors suspecté d’avoir déjà tué quatre otages occidentaux, exhiba la tête de Peter Kassig, un travailleur humanitaire américain capturé

Taïwan renoncerait à l’avion de combat F-35B pour acquérir 66 F-16V

En mars, John Cornyn et Jim Inhofe deux sénateurs issus du Parti républicain américain, demandèrent au président Trump d’autoriser la vente d’avions de combat F-35 à Taïwan car ces appareils auraient un « impact positif sur les capacités de défense » taïwanaises et « agiraient comme un moyen de dissuasion nécessaire contre la posture militaire agressive de la

L’Espagne veut s’inviter dès maintenant dans le développement du système de combat aérien futur franco-allemand

En décembre 2017, l’Espagne avait alors fait savoir qu’elle souhaitait prendre part au développement du Système de combat aérien futur [SCAF], conduit par la France et l’Allemagne. Mais elle n’obtint qu’un statut d’observateur, étant donné que Paris et Berlin s’étaient mis d’accord pour établir d’abord un « socle franco-allemand bien solide » avant d’envisager d’ouvrir ce programme