L’innovation de Défense vise (aussi) à améliorer le soutien aux militaires blessés

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

10 contributions

  1. Wagdoox dit :

    Bien !

  2. revnonausujai dit :

    la guerre a souvent été l’occasion de progrés de la médecine; non seulement les bléssés méritent une attention particulière, mais c’est aussi transposable à l’ensemble de la population.

  3. tartocitron dit :

    Les prothèses bioniques sont choses courantes aux USA depuis 2009 et beaucoup de pays les ont adoptées. En France, la première opération a enfin eu lieu il y a 3 jours.
    france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/nantes/prothese-bionique-premiere-medicale-francaise-nantes-1578479.html

  4. MD dit :

    C’est très bien que l’on prenne soin de nos blessés et malades car ils l’ont tous bien mérité.
    Mais à l’heure où on continue de fermer en France un bon nombre d’établissements médicaux du Service de Santé, au nom d’une soi-disant rationalisation , alors que les médecins et techniciens militaires français ont tant fait pour les progrès de la chirurgie et la connaissance médicale, tout cela cela parait aussi bien incohérent.

  5. Frank dit :

    A saluer et surtout encourager. Et 3dFab est vraiment, très réellement, une petite entreprise particulièrement à suivre. Ainsi que d’autres. Des financements, que diable !!! On dépense tellement ailleurs, à perte.
    Espérons qu’elle ne va pas bifurquer sur le cosmétique et l’esthétique, après financements publics, par rentabilité privée oblige.
    Le « marché » des grands brûlés est marginal, et Percy et le SSA une école d’excellence de bons praticiens, mais de si mauvais négociateurs. Ce qui n’est pas une critique en soi. Chacun son job, et ses priorités. Tout, ou peu, dans ce sens, est à saluer. Petit à petit.
    Pas banal, quand même, de (presque) reconstruire des cellules épithéliales du derme par 3D. Qui l’eut cru, il y a quelques années?
    Reste ensuite à leur donner la faculté génétique de se recréer leur patrimoine, d’initier et de multiplier leur croissance. La résine et/ou la vie?. On rentre dans le métaphysique, je ne vais pas m’y risquer. Le hasard et la nécessité, selon Monod.
    Restons optimistes, mais c’est curieux, quand même, de constater notre intelligence frénétique à vouloir détruire d’une part, et puis le même enthousiasme ensuite à vouloir réparer .

    • heaume44 dit :

      @ Frank
      «Le hasard et la nécessité, selon Monod.»
      Oui, mais Jacques Monod l’a repris de Démocrite : «Tout ce qui existe dans l’univers est le fruit du hasard et de la nécessité.»

      • Frank dit :

        @heaume44 Bien vu, je l’ignorais.
        Disons que j’ai plus percuté sur le bouquin de Jacques Monod que sur Democrite, dont je ne connais rien.
        Mais la formule, plagiée ou non, reste lourde de sens…

        • Frank dit :

          @ heaume44 Et d’ailleurs, pour rendre hommage à Monod et ses deux compères, et puisque la 3D permet la fabrication de pièces d’avion, entre autre, pourquoi ne pas imaginer la « fabrication » en 3D de la double hélice de Watson, et de son comparse? Probablement possible bientôt, qui sait, ce n’est pas forcément de la SF?
          Et ensuite, l’implanter dans une cellule elle-même crée en 3D? Par un robot lui même issu de la même technique?
          Et ensuite, pour en faire quoi? Un monde de clones parfait? On frise l’eugénisme.
          Le hasard et la nécessité s’équilibrent depuis si longtemps, c’est ce qui nous permet de bavarder futilement comme ici, par exemple.
          Mais Quid du hasard des mutations, si la nécessité mercantile de l’adaptation imposée et politiquement correcte l’emporte?
          Mystère passionnant.

  6. Arnaud dit :

    Dommage que le SSA soit menacé. Ces innovations sont vraiment très impressionnantes, et en médecine d’urgence ou de guerre, ses compétences sont extraordinaires

  7. heaume44 dit :

    @ Frank
    Votre post aborde en effet des perspectives potentielles passionnantes et très inquiétantes (eugénisme, etc.), et j’aurais aussi pas mal d’idées à cet égard. Avec un peu d’imagination…
    .
    Mais nous sommes carrément hors sujet sur ce site.
    Je propose de ne pas faire perdre davantage de temps à Laurent Lagneau.
    .
    Puisque vous évoquez la double hélice de Watson, je propose de rajouter ce que nous savons de l’ADN aux interactions avec le vivant du hasard et de la nécessité de Démocrite repris par Monod. Je crois que c’est comme cela que fonctionne l’évolution.
    En schématisant à l’extrême, nous revenons là à la réflexion de base métaphysico-philosophique : le hasard et la nécessité provoquent -de temps en temps- l’activation ou la déactivation de certains gènes (*), mais quelle est l’origine de l’ADN ?
    Les croyants vont répondre «Dieu».
    Les non croyants (**) vont répondre : nous ne le savons pas encore.
    Je propose d’en rester là. 😉
    Frank, c’était un plaisir.
    .
    (*) N’étant pas biologiste et encore moins généticien, j’ai cru comprendre que la vieille expression populaire «quand les poules auront des dents» voulant dire «jamais» est à corriger en «dans longtemps» : les poules sont porteuses du gène «dents» qui est déactivé, c’est le gène «bec» qui est actuellement activé chez elles. Un changement important d’environnement pourrait activer le gène «dents».
    Cette remarque d’un candide en la matière va peut-être faire bondir un scientifique du domaine concerné ou même plusieurs. Si je me trompe, merci de me le faire savoir.
    .
    (**) Dont je suis, et je refuse fermement et farouchement le qualificatif «incroyant» qui a toujours un sens sournoisement péjoratif dans la bouche de ceux qui l’emploient.
    J’ai toujours un peu de peine à me qualifier «athée», n’étant pas en mesure de prouver la non-existence de Dieu. Je préfère «non croyant».