La frégate norvégienne entrée en collision avec un pétrolier est presque entièrement immergée

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

85 contributions

  1. lym dit :

    C’était prévisible… autant que regrettable au vu l’activité sous-marine russe croissante. Et l’énorme cumul de connerie qui se sentait dès le départ se confirme…

    • Montaudran dit :

      Pour le coup je ne vois pas ce que les russes viennent faire dans cette histoire. Ils avaient un soum’ sous le pétrolier ?

      • lym dit :

        Ce qui est regrettable c’est de perdre ce type de bâtiment avec un voisin agressif…

        • Sybs ALHABSHI dit :

          C’est aller un peu vite au besogne que de déclarer le voisin agressif quand on bat le tambour de la guerre avec des copains devant sa porte, vous ne croyez pas ?

  2. Jyb dit :

    Facteur aggravant !
    Si la corvette était encore en exercice lors de la collision ça veut dire que l’équipage était ops et probablement avec des quarts renforcés.

  3. abrakadabra dit :

    Le capitaine — Mettez les gaz ça va passer
    Matelot — Bien capitaine
    Matelot — Capitaine je crois que ça ne va pas passer
    Petrolier — Ici le petrolier 123NousIronsAuBois, ça ne va pas passer
    Le capitaine — Nom d’une croisière Costa, ça va passer je vous dis !
    * Intense bruit de tôle froissée, l’équipage est projeté au sol *
    Petrolier — Tout va bien chez vous ?
    Le capitaine — Mais qui m’a fichu un équipage pareil ! Vous n’avez pas vu que ça ne passerait pas ?!
    * Le capitaine prend sa radio et appelle sa hiérarchie *
    La hiérarchie — Oui, capitaine Naufrage de Costa Deaudouce ?
    Le capitaine — Mes matelots sont des abrutis, ils ont coulé le navire !

    • seb dit :

      J’adore

    • Roger 56 dit :

      Ca me rappelle Jo le Guen qui raconte dans son bouquin la fâcheuse rencontre de The Jeanne et du Pinardier à l’entrée de la rade de Brest; ce jour là les poissons ont attrapé la cirrhose.

  4. tab dit :

    bon, bah prix de la feraille…

  5. Meiji dit :

    Un brouillage GPS et une Frégate s’écrase contre un pétrolier ?
    Importante voie d’eau, sécurisation, la frégate arrive a sombrer (ils ont pas de pompes les Norvégiens?).
    Honnêtement, on se moque des Russes, entre notre BPC qui ne passe pas la mer du nord, les problèmes logistiques et une frégate qui s’autodétruit …

    • Montaudran dit :

      C’est quoi cette histoire du BPC qui ne passe pas la mer du nord ?

    • Barfly dit :

      Il y a bien eu un accident d’hélicoptère sur le Dixmude en octobre mais cela ne l’a pas empêché de participer aux manœuvres de Trident Juncture.
      Quand au naufrage du navire norvégien, le capitaine semble en parti responsable. Il va manger sévère.

    • MCA dit :

      C’est quoi cette histoire de BPC qui ne passe pas la mer du Nord ?

    • Antholz dit :

      Bonjour à tous
      BPC qui ne passe pas la mer du nord….pourriez vous préciser SVP ??

    • JP dit :

      Avec le fond d’investissement publique norvégien dans la somme accumulée est de 40% de la dette française, ils ont les moyens de se payer une nouvelle frégate…
      En France, c’est les finances qui ont une voie d’eau qui n’a pas été trouvée depuis plus de 40 ans !

  6. Serge Kodisch dit :

    touchez coulée c’ est le nouveau jeu combat naval . Ils n’ ont plus que leurs yeux pour pleurer.

  7. nicolas dit :

    Il y aurait peu être un rapport entre le brouillage GPS et cet accident.

  8. forceverte dit :

    la loose de la loose l’armée Norvégienne . hihihihi

  9. On va finir par croire que les russes et les chinois sont capables de brouiller les GPS comme dit dans l’article précédent ! Surtout à la vue des derniers incidents graves entre les destroyers américains et des bateaux de commerce , puis le naufrage de cette frégate !
    a surveiller !

    • cobra_11 dit :

      Sans spéculer, mais ça vous rappelle pas la fregate britannique dans le début du James Bond « demain ne meurs jamais »?

      Dur de juger d’un point de vue externe, mais tout reste possible…

    • Montaudran dit :

      Je n’ai jamais été sur une passerelle de navire encore moins de guerre mais il me semble qu’un brouillage GPS n’annule pas l’utilisation du radar ou les types qui regarde dehors avec des jumelles ?
      On ne lance pas un vire à 17 noeuds avec tous les gus qui regarde la console GPS, si ?

      • FredericA dit :

        « On ne lance pas un vire à 17 noeuds avec tous les gus qui regarde la console GPS, si ? »
        .
        Bin si ! C’est comme avec les TomTom : « A… 800… mètres…Tour-nez… à… droite » 🙂

    • Eric dit :

      Un bateau se sert du GPS, entre autres, pour déterminer sa propre position. Pour observer les alentours et détecter d’autres navires en approche, il utilise un radar ou un sonar… et communique avec une radio. Le soi-disant brouillage russe n’a donc évidemment rien à voir avec cet incident.

  10. jyb dit :

    pour les non marins : l’ais est un système d’identification automatique obligatoire pour les navires pro à partir d’un certain tonnage. Ce système donne automatiquement et en continu(c’est tout comme) des infos: nom, id, cargaison,… et surtout la position, la vitesse et la route (direction du bateau)
    Un navire de guerre peut naturellement se rendre invisible au système MAIS garde l’accès à tout le trafic autour de lui (fonction recepteur). Petit plus de ce système vous pouvez parametrer des alarmes sonores et visuelles anti collision selon plusieurs critères au choix.
    J’ajouterai que le chef de quart peut aller aux gogues en paix…données et alarmes sont accessibles sur son smartphone…

    • didixtrax dit :

      Jyb, si le GPS est brouillé le navire civil qui tire les infos de cap(route) et vitesse-fonds du GPS, n’émet rien d’utile en AIS, mais son écho radar reste là — par ailleurs il m’étonnerait que le loch-speedo (vitesse surface) soit émis si tant est qu’il y en ait encore à bord de ces gros navires.

      « mieux » encore, si le codage civil (non chiffré) est non pas brouillé mais perturbé (décalage des postions), l’AIS émet alors une fausse info, si le navire militaire utilise lui les fréquences chiffrées supposées non-brouillé, il aura une autre référence de position que le civil.

      de toute façon le RIPAM reste clair : responsabilité de veiller et d’éviter les collisions « à vue », GPS ou pas.

      • jyb dit :

        oui, mais en l’occurrence on sait que la frégate n’avait pas activé son ais en mode transpondeur et probablement pas en mode recepteur non plus. Et que les autres stations fonctionnaient en mode normal, ni dégradé, ni perturbé.
        hs : c’est un autre sujet mais le piratage des id mmsi, brouillage, usurpation…par des acteurs non étatiques ou étatiques est un sujet brulant.

      • jyb dit :

        @didixtrax
        pas s^r d’avoir compris ce que vous vouliez dire mais l’ais (fonctions nominales) ne donne pas la vitesse surface. Et oui on calcule toujours la vitesse surface au moins pour parer les collisions.

    • Garance dit :

      la batterie du smartphone était donc pas chargée…et voilà. Le Diable se niche toujours dans les détails.

  11. HENRY dit :

    Les vikings ne sont plus ce qu’ils ont été…

  12. jyb dit :

    @Seal ikone
    Juste pour vous taquiner. Au vu du lieu du naufrage, eaux intérieures, l’ais permet de visualiser des navires hors de portée du radar (relief, boucles, ouvrages d’art…)

    • Seal-ikone dit :

      @jyb
      bonjour, mon commentaire était plus destiner à ceux qui pensent que c’est la technologie qui fais tous.
      J’attends le rapport d’enquête.

      • jyb dit :

        @seal ikone
        complètement d’accord Ce qui doit conduire quand même à se questionner sur l(idée que plus de technique égal moins d’homme.

  13. jyb dit :

    https://www.youtube.com/watch?v=NYqGxbKF0AI&feature=youtu.be
    échanges entre le tanker, la frégate et la station à terre puis avec le pousseur. Force est de constater que le capitaine de la frégate n’a pas paniqué…mais n’a pas forcément compris la gravité de la collision. C’est le pousseur qui l’informe de l’importance de la brèche.

    • lym dit :

      Tant que l’orchestre joue… Pas d’panique à bord!
      https://www.youtube.com/watch?v=BnUASHix96U

    • Logos dit :

      Incroyable… « we have hit an unknown object » (7mn50sc)… en dépit des messages clairs a 2.10 puis 2.50 et repris a 3.09 demandant une manoeuvre immédiate pour éviter la collision (Turn !).
      .
      Je suis bien désolé de le dire, mais les gens à la passerelles sont peut être de bons militaires mais ils n’ont rien à faire sur l’eau… ils sont non seulement dangereux pour eux même, mais .. et si cela avait été un voilier (j pense a un pti Chassiron que je connais), et si cela avait été un ferry …
      .
      Et par la suite, la comédie continue …. incompétents jusqu’au bout… quels guignols ! ils sont en panique, a un moment, alors que le centralisateur demande « vous avez besoin d’un remorqueur et/ou d’autres navies » on entend la réponse full stress « you have to come with everything you have » …. hyper pro. Pas de bilan précis d’avarie, sauf « plus de propulsion », pas d’information sur une voie d’eau ( étalée ou non ), un éventuelle nombre de blessés . Zut, ça me dégoutte franchement ! N’importe quelle équipe de scouts marin après une semaine de formation donnerait plus d’informations précises et utiles ! la position du navire n’est donnée qu’a 11mn 18sc, soit plus de 7mn aprés l’impact.
      .
      Et même avec l’arrivée du remorquer Ajax, le délire continue … a la question du remorqueur « etes vous sur l’AIS le navire de guerre 313 », la réponse des clowns est « nous allons allumer les lumières du pont » … et chanter la macaréna?

    • Edgar dit :

      Lien intéressant. La visibilité devait être franchement mauvaise dans la zone puisque le remorqueur, en alerte, à 2 minutes de navigation, ne voit pas la frégate endommagée, et que celle-ci doit préciser sa position par radio et allumer ses feux de pont.

      • jyb dit :

        @edgar
        conditions météo bonnes et visibilité très bonne. Un officiel norvégien a avancé le fait que les marins en passerelles auraient pu etre gênés par les lumières du terminal pétrolier. C’est tout à fait possible mais insuffisant pour couler la frégate.

    • Fred dit :

      @ jyb
      « le capitaine de la frégate (…) n’a pas forcément compris la gravité de la collision »
      Et pourtant, ça a du sacrément secouer : quand on voit l’angle de la déchirure par rapport à l’horizontale, cela indique que le bâtiment a été couché violemment sur le côté … [le pétrolier allait à sept nœuds et la Frégate à 17 nœuds : c’est énorme, pour un choc pratiquement axe dans l’axe].
      Je pense que dans ce type de situation, le choc, la nuit … Tout le monde peut faire un déni de réalité, c’est dans la nature humaine.
      http://norwaytoday.info/news/the-frigate-knm-helge-ingstad-is-not-insured/
      .
      Pour répondre à d’autres ici, une retranscription de dialogues par radio paraît souvent étrange et sur-réaliste, parce qu’elle ne retranscrit qu’une partie minime des faits, des gestes et des paroles : il faut s’imaginer l’équipage demandant des rapports, écoutant des comptes rendus, lançant des ordres … Cela n’aide pas à parler posément et sereinement dans un micro ; par ailleurs, la priorité dans les premières minutes est interne au navire en avarie.

  14. Nenel dit :

    Mauvaise compréhension entre les acteurs. La frégate faisait du 17 noeuds, a viré bâbord (bord de côtes à tribord) de 6° pensant passer devant le pétrolier bien plus lent. Seulement le pétrolier au lieux de garder sa trajectoire à virer tribord de 5°. La collision fut inévitable car déjà trop proche l’un de l’autre.

    • dolgan dit :

      Pas mauvaise compréhension: l’équipage de la frégate était totalement à la ramasse. (y avait -il un officier en passerelle? c’est difficile à croire)
      .
      ils foncent vers le pétrolier sans le voir (difficile à imaginer et pourtant c’est le cas). Le pétrolier leur explique la situation et leur fait un cours de navigation pour débutants car il voit bien qu’ils sont aux fraises. Ils ont juste à faire ce qu’on leur dit . Ils ne font rien pendant 10 minutes (10 minutes c’est long)malgré les relances du pétrolier. Le pétrolier fait ce qu’il est censé faire: esquiver sur sa droite. Et à la dernière minute, la frégate sans rien dire à personne décide contre tout sens commun de couper la route au pétrolier.
      .

  15. Nenel dit :

    Je rajoute que au vu des dégâts occasionnés par le choc plus l’eau de mer, le bâtiment de guerre est mort. Plus le NFH (Hélicoptère )qui était dans le hangar. Double peine. Le pétrolier s’en sort avec quelques égratignures à la proue.

  16. ULYSSE dit :

    Ca coule aussi facilement un navire de guerre?
    Pas de cloison étanche?
    Ca risque de donner quelques idées à certains……….

    • dolgan dit :

      La brèche est énorme. Trop de compartiment sont éventrés.
      .
      La puissance d’un pétrolier lancé à 7 moeuds est sans commune mesure avec un petit missile ou une petite torpille. C’est colossal.
      .
      Il fut une époque où l’on s’éperonnait. Le problème c’est qu’en général les petits bateaux très maniables ne s’écrasent pas volontairement sur les gros navires très peu maniables.

    • Barfly dit :

      A ce rythme là, on ne va pas tarder à remettre les abordages au goût du jour comme à la bonne époque de Surcouf.

    • Frédéric dit :

      Une frégate doit pouvez tenir avec 15 % de la longueur de la coque endommagé soit deux tranches.

  17. werf dit :

    C’est consternant le niveau de médiocrité au niveau du capitaine de la frégate et des personnels sur la passerelle avec tous les systèmes et alarmes activés compte tenu du contexte… Il faut qu’ils passent les permis côtiers et hauturier pour reprendre les fondamentaux. Quant au GPS et aux cartes numériques, j’ai appris à m’en méfier, surtout quand la côte est acore dans les pays nordiques.

    • jyb dit :

      @werf
      accore. Personnellement c’est quand la cote est accore que je suis le plus rassuré.

      • werf dit :

        Merci pour la correction. En bon marin, je m’éloigne le plus possible des côtes, quelles qu’elles soient, car une avarie moteur peut vite vous « drosser ».

  18. PK dit :

    Quand je pense ici que cela se moque à tout va des Russes (qui sont largement critiquables). Mais en deux ans, ça fait trois navires de l’OTAN à qui ça arrive, donc deux américains.
    .
    Ou alors c’est une mode pour rendre les exercices plus réalistes ?

  19. Phil dit :

    Lutte anti-soumarine??? C’est les grenades qu’il faut lancer, pas les bateaux… enfin, ils perdent une frégate mais gagne un ‘sous-marin’…
    Plus sérieux, il est vrai que ces brouillages GPS et la multiplication des incidents sont de plus en plus suspects. Par contre, en op, ils ont quand même des yeux…

  20. anon dit :

    C’est le nouveau concept pour ranger ses frégates ? Cela dit elle est plus furtive comme ca. Ca va couter chere si remise en état. J’imagine mêle pas, rien que la partie Electrique/Informatique/Electronique….. Ils sont bon a rester avec uniquement 4 unités ou en recommander une. Pas sur qu’il soit rentable de la sauver. Petit renflouage démontage et casse…

    • manet83 dit :

      humour histoire d’envenimer le débat
      Il parait que le pacha de la frégate norvegienne à un nom de consonnance française, et qu’il à parait il un aïeul qui vivait à Toulon dans les années 40….

  21. Vince dit :

    Encore deux-trois exercices comme ça et la flotte OTAN mer du Nord est rayée de l’ordre de bataille.
    .
    C’est l’histoire la plus grotesquissime de toutes les marines de guerre.

    • Eric dit :

      Non : dans le genre, il y a aussi le sous-marin Kursk coulé par ses propres torpilles. Sans compter la flopée d’épaves de submersibles ex-soviétiques qui parsèment les fonds marins sur toute la planète : au moins une dizaine… officiellement.

  22. bruno bressis dit :

    ne nous moquons pas , souvenons nous du duperré

  23. CHAIX dit :

    Celui-ci est pas mal non plus : https://www.youtube.com/watch?v=sdvuB5_VnyM

    • Alpha dit :

      @CHAIX
      Excellent !
      L’arrogance et le complexe de supériorité nord américain dans toute sa splendeur !!!… 🙂

      • Frédéric dit :

        Hum, c’est une blague éculée qui date au moins des années 60 avec juste le changement de nationalité du phare, espagnol, canadien, etc…, déjà lu dans un Reader Digest de mon grand-père dans les années 1980 en autre 🙂
        Les gus qui croient qu’il s’agit d’un fait réel me font pitié.

        • Alpha dit :

          @Frédéric
          Eculée ou pas cette blague reflète quand même ce que je dis…
          Après, si vous avez autre chose à dire, à part exprimer votre pitié…
          Ah non ! Monsieur est limité ?!?!…
          Amitiés à votre Papi…

    • Fred dit :

      @ CHAIX
      Une version poétique du bord adverse : Prévert chanté par les Frères Jacques.
      https://www.youtube.com/watch?v=2hLm4LjQCv8

  24. patex dit :

    C’est bien on va pouvoir leur vendre une FREMM !

  25. Flak dit :

    Franchement il faudrait peut être commencer à forcer les equipages de bord a moins se baser tout le temps uniquement sur les bidules electroniques de navigation et surtout refaire des navires combattants à des spécifications 100% militaires, inclu léger blindage de certaines zones et grande compartimentation comme dans la classe Arleigh Burke. Les lessons des frégates britanniques en aluminium de la guerre de Malouines sont pourtant très ancienne déja. C’est démentielle de mettre des capacités de combat et des capteurs électroniques ultra chers sur une plateforme aussi fragile…sacré perte sèche pour la Marine Royale Norvegienne.

  26. Castel dit :

    Les Norvégiens sont en train d’inventer le concept de la Frégate submersible !!
    Intéressant…..

    • Jupiter dit :

      Le premier sous-marin avec Radar à faces planes?
      De plus, connaissant le talent de Navantia pour les sous-marin, celui-là n’est pas près de remonter à la surface!

  27. Clavier dit :

    Y’a plus qu’à demander aux Américains de la renflouer après le Pearl Harbor norvégien….ils savent faire

  28. Raymond75 dit :

    Peut on expliquer au civil incompétent que je suis comment ce navire truffé d’électronique, capable de détecter un oiseau ou une sardine à 100 km, a pu entrer en collision avec un tanker ? Et si c’est à proximité d’un port, les navires militaires font ils appel à un pilote, comme les navires civils ?

  29. manet83 dit :

    Humour histoire de raviver de funestes souvenir
    Il parait que le Pacha de la frégate Norvégienne, aurait un nom de consonnance française, et un aïeul, qui était à Toulon dans les années 40…

  30. Bernard Hamon dit :

    Comme quoi, lire ou écrire des textos en conduisant augmente le risque de collision de manière non négligeable. ..mais que fait la police ?
    « Chérie, on rentre,tu peux chauffer le lit!  » et BOUM !

  31. Barfly dit :

    Les norvégiens avaient paraît t-il de gros problèmes de disponibilité avec leurs frégates.
    Avec une de moins, ils vont résoudre le problème.
    Franchement, ça doit tendu en ce moment…

  32. vrai_chasseur dit :

    Il est possible que la frégate, en plein exercice Trident Juncture, naviguait en mode Stealth (aucune émission électromagnétique ni infrarouge, toutes superstructures fermées et lisses, tous feux éteints) d’où un écho radar très petit ou une zone de flou, voire indétectable sur les écrans radar des navires commerciaux autour. Seule la vue optique de près est possible et là c’est déjà bien tard. Ces frégates norvégiennes, récentes, sont comme les FREMM prévues pour une signature radar minimale.
    Le SNAFU bien connu (Situation Normal – All Fucked Up), la situation normale qui dérape à pleins tubes, peut alors arriver par excès de confiance. Il suffit de 3 secondes d’indécision du commandant de la frégate pour passer du stade d’incident anecdotique au stade de la catastrophe.
    En tout état de cause, les bons vieux CDV (Chefs de Veille) de la Marine Nationale, qui scrutaient la mer en permanence avec leurs yeux et leurs jumelles à la passerelle, c’était pas pour des prunes.
    Et le règlement pour prévenir les abordages en mer non plus. Il y a probablement un commandant de frégate norvégien qui va se faire remonter les bretelles depuis le slip jusqu’à la casquette, et se faire rhabiller pour un long hiver.

    • jyb dit :

      @vrai-chasseur
      Je ne connais pas les procédures otan à ce niveau mais dans la situation que vous évoquez, en France, les autorités portuaires, vigies, sémaphores etc auraient été informé très en amont, la capitainerie qui a autorisé la sortie du tanker une vingtaine de minute avant la collision aurait retardé ou averti le ts solas. En situation normal.

  33. Breer dit :

    Vu l’efficacité destructrice d’un navire marchand de cette taille, et vu le nombre de mastodontes qui parcours les océans, en cas de prochain conflit naval mondial…. j’imagine des catastrophes maritimes majeures avec pollutions démesurées un peu partout …. La technologie ne l’empêchera certainement pas…

    Les ports militaires pourraient être rapidement bloqués par des navires marchands échoués ou sabordés … voire la rade de Toulon, ou de Brest, ou l’entrée de Pearl Harbor…. évidemment on les détecterait à l’avance… mais qui les stopperait et comment… on n’a pas autant de navires et de sous marins que durant les 2 dernières guerres mondiales… et les tailles et quantités de frêts n’on plus rien de commun… Je me demande si ce genre de scénario a été anticipé par les stratèges militaires !!

    • jyb dit :

      @Breer
      ce sont des réflexions qui sont apparues critiques après le 11 septembre. J’ignore la panoplie de réponses qui sont apportées mais l’une d’elle est d’identifier en fonction de chaque type de navire leurs vulnérabilités pour les neutraliser.

  34. Robinson dit :

    Voilà une frégate ASM transgenre.