Le Niger a lancé des opérations contre l’implantation de groupes jihadistes dans la région de Tillabéri

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

11 contributions

  1. jyb dit :

    tongo tongo, point final ? Suite aux investigations lancées à la suite de l’embuscade de tongo tongo,
    les sanctions viennent de tomber. Les fautes sont imputées aux chefs ops de la mission (des missions en fait) Le capitaine perozeni est désigné comme principal responsable en tant que « chef du team 3212, alpha company, second battalion, third special forces group » son second un master sergent ( adjudant chef) est aussi sanctionné.
    Ces sanctions font un peu de bruit dans les rangs parce que le principal grief est l’inadéquation des moyens et le manque d’entrainement et de coordination/communication avec les forces nigériennes. Les approximations et mensonges autour de la mission et l’après mission passent au second plan ce qui éxonère de remonter plus haut la chaine de responsabilité. En particulier le fait que le team leader n’a pas pris seul l’initiative de maintenir et réarticuler une mission qui venait d’avorter ( les fs devaient etre héliportées mais le ou les hélicos n’étaient pas dispo) Autre point ce sont des « civils » qui ont fourni le renseignement et appuyé les missions. Ils n’apparaissent pas officiellement dans le « narrative » du pentagon.
    La presse us souligne aussi que si le « feuilleton » de cette embuscade dure autant c’est en partie à cause des divergences affichées entre mattis et le général thomas (patron du socom) sur le perimètre de l’enquete et sur l’autorité qui devait la conduire.

  2. Carin dit :

    Quand est-ce que nos pays « amis » européens viennent au carton pour aider ces 5 pays à qui ils vendent des produits quand même?
    Non parce-que 4000 français sur place ça n’est pas suffisant! J’espere que ces 5 pays se souviendront de tout l’appui que ces pays d’europe leur ont apportés quand il s’agira de passer commande pour les produits qu’ils importent !

  3. Pour avoir travaillé avec les forces Nigériennes à plusieurs reprises, leur valeur combattante est loin d’égaler celles des Tchadiens ou des Somaliens… Leur comportement lors de l’embuscade de Tongo Tongo est assez révélateur…

    • Carin dit :

      Ce qui est surtout révélateur c’est que des hauts gradés ont voulu ramener un nuisible en chef pour booster leurs carrières, et comme ça c’est mal passé du fait de leur non communication aux alliés et même à leur propre commandement supérieur, ces hauts gradés se sont subitement souvenu de leurs cours électrique qui dit que pour qu’il y ai électrocution il faut qu’il y ai continuité… du coup ils ont fait « peter » quelques fusibles, et n’ont pas été électrocutés!!

  4. girardin dit :

    Au Burkina Faso aussi la situation s’est très sérieusement dégradée ces derniers mois selon un collègue digne de foi qui s’y rend une à deux fois par an et ce depuis très longtemps.

  5. Pierre dit :

    Les musulmans (radicaux) encore et toujours!

  6. Faublas dit :

    C’est triste à dire, mais les USA ne sont pas « adaptés » à ce type de combat. Leur système de » valeurs » n’intègre pas les spécificités locales. Les gentils disent où sont les méchants, mais c’est plus complexe sur le terrain.
    Des « bleus » dans le guêpier de la BSS.

  7. Contractor dit :

    Du coup, les GAT se sont replie a Burkina nord (Oudalan et Soum) et ils reviendront dans la zone car ils savent que les forces n’y resteront pas…

  8. Allobroge dit :

    Rien à voir avec l’Islam même s’ils s’en réclament, mais alors rien du tout ! L’islam religion de paix et d’amour c’est pas ça !…Enfin si les mots veulent encore dire quelque chose en occident !….

  9. Carin dit :

    Cela fait 3. semaines que ces opérations ont étés lancées… quelqu’un sait’il ou ça en est??

  10. Haoussa du Niger dit :

    Ce pays sème le bordel et vienne en jouer au sauveur