Le ministère britannique de la Défense facilite le recrutement des ressortissants du Commonwealth

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

39 contributions

  1. Clavier dit :

    ça va faire plaisir aux Népalais….

    • Fred dit :

      Le Népal ne fait pas et n’a jamais fait partie du Commonwealth.
      L’armée britannique avait drastiquement réduit le nombre de ses unités Ghurka dans les années passées ; du coup, il semble qu’il y ait eu à la suite de cela beaucoup de Népalais qui se soient engagé dans la Légion française.
      Car c’est une institution au Népal, avec des recruteurs locaux, des pré-formation (physiques) et une pré-sélection par ces recruteurs.

      • Bangkapi dit :

        C’est exact Fred. Suite à la réduction du recrutement des Ghurkas dans l’armée britannique mais aussi à Singapour, pas mal de népalais se sont tournés vers la Légion.
        Et comme se sont de bons soldats, rustiques il y ont bien réussi.

      • Caius marius dit :

        A ce propos , l’armee Anglaise a annoncé une augmentation de 25% du nombre des Gurkhas . Donc ce n’est pas seulement le Commonwealth qui est visé.

      • Clavier dit :

        Merci, je sais….

  2. Polymères dit :

    Rappelons une réalité historique, les britanniques n’avaient jamais une armée de terre nombreuse.
    Ils avaient beau avoir le plus grand empire du monde, la british army, elle était presque « ridicule » par rapport aux armées qu’on pouvait voir sur le continent européen. D’ailleurs tant à l’aube de la première que de la deuxième guerre mondiale, pour les allemands, l’armée britannique n’était pas vraiment un problème (du moins à court terme). En 1914 par exemple, les anglais avaient que 150 000 hommes immédiatement disponibles, des professionnels articulés autour d’une force expéditionnaire. En fait ils étaient plutôt plus à maintenir et répondre à des troubles dans les colonies qu’autre choses (guerre en Europe).
    L’empire britannique était une puissance navale et commerciale et ils misaient dans les colonies comme pour intervenir dans des guerres, sur elles, mais dans une échelle largement plus grande que chez nous.
    La masse humaine venait souvent des colonies et on ne peut que constater qu’aujourd’hui encore, du côté de Londres on mise sur les anciennes colonies pour trouver des volontaires.
    Miser sur ces étrangers n’est pas une mauvaise chose en soit, d’ailleurs dans l’interventionnisme militaire en général je préconise de miser le maximum sur des forces locales afin de faire le travail à notre place (tout le monde le fait et l’a toujours fait, ne l’oublions pas et évitons de ne vouloir voir que nos propres forces dans un conflit, comptons aussi sur le potentiel « local » qui servira de supplétifs puis serviront à contrôler le pays à notre départ). Les intégrer dans l’armée nationale non plus, nous le faisons bien avec la légion étrangère et d’une certaine manière, en France nos DOM-TOM reste une source de recrutement importante de nos armées hors légion. Si l’intégration est bonne, si l’encadrement est bon, ce n’est pas mauvais, même si pour l’image, ça peut laisser des traces.

    • Auguste dit :

      Cela va faire plaisir aux « DOM-TOM » de savoir qu’ils sont étrangers.De plus, depuis 2003,ce sont des DROM-COM.Pour cause d’esclavage ils n’ont eu la citoyenneté qu’en 1848,mais le territoire est Français depuis 1635.Lille, pour exemple, n’est devenu Français qu’en 1668.Et on ne parle pas de la Savoie et Nice.Excusez moi de m’être senti obligé de le rappeler.

      • Polymères dit :

        J’ai dis qu’ils sont étrangers? Non je dis que d’une certaine manière, les DOM-TOM ou DROM-COM si ça vous perturbe, démontrent qu’en dehors de la métropole, l’armée est une opportunité pour venir en France que saisit de nombreux jeunes et qui fait que ces territoires amènent une part non négligeable de recrues.
        Ne me faîtes pas dire ce que je ne dis pas, n’essayez pas de chercher une vaine polémique ou je remettrai en cause la nationalité française ou de vouloir refaire l’Histoire de France en remontant des siècles en arrière. Quand on voit le référendum en Nouvelle-Calédonie qui a plus de 40% de « oui » à l’indépendance, ben ça doit rappeler que ces territoires ne sont pas français d’origine, tout comme les colonies devenues indépendantes, elles restent des terres qu’on a conquise et colonisé, inutile d’en faire une honte ou une contestation. Les DOM-TOM sont français, ce sont des territoires outre-mer de la république française, mais ce n’est pas la France territoriale qui est en Europe, comme les Bermudes n’est pas la Grande Bretagne mais des territoires britanniques d’outre-mer, il y a des nuances de mots à saisir qui ne remet aucunement l’appartenance à la nation en cause . Les anglais, c’est pareil, leurs colonies d’hier, qui était britanniques, fournissaient l’essentiel de leurs hommes et pour la Grande Bretagne, plus grand empire du monde, ben en fait on peut voir que l’effort militaire humain des britanniques n’était pas très élevé.
        Aujourd’hui si la France possède encore des territoires issue de son époque coloniale, les anglais en ont mais ces terres/iles ne disposent pas de grand monde (ils ont environ 250 000 personnes quand nous on en a 2,7 millions). Et s’ils viennent s’ouvrir au Commonwealth c’est pour retrouver dans leurs anciennes colonies, des recrues et la carotte c’est de pouvoir devenir citoyen britannique, de la même manière qu’un légionnaire deviendra français ou qu’un jeune des DOM-TOM se voit offrir un billet d’avion et une belle prime d’installation en métropole, c’est une vérité qui donne à l’armée son attrait. Aux USA c’est pareil, combien d’immigrés passent par la case ARMY pour obtenir la nationalité.
        .
        Je différencie un territoire français appartenant à la république française de la France. Peu importe comment s’est construite la France il y a 300 ou 400 ans, quand on parle d’elle aujourd’hui, c’est celle de la république. Dans ce contexte là, oui les DOM-TOM sont territorialement et parfois même culturellement « étrangers » à la France, le vote en Nouvelle-Calédonie le montre bien de la même manière que le rapport à la France avec certaines populations immigrés dépassent la simple question des papiers légitimant leur appartenance à la nation. Quand le coeur n’y est pas, les papiers ne font pas de vous un français, que vous soyez un immigré suédois catholique blond aux yeux bleus ou un musulman noir de Mauritanie, peu importe, ce que je dis n’est en rien dirigé contre une religion ou une origine ethnique, c’est l’appartenance et son rapport personnelle à la nation que je dénonce.
        Y a t-il beaucoup de Kanaks qui n’ont pas votés pour l’indépendance? Ceux qui servent dans nos armées sont-ils des exceptions? Ils servent en tant que français, dans l’armée française et voudraient l’indépendance vis à vis de la France? Totalement français comme vous et moi, vraiment?
        Bon évidemment la Nouvelle-Calédonie est un peu une exception, mais c’est un truc d’actualité qu’on ne peut occulter. Rien de tout ce que je dis ne remet en cause la nationalité française des habitants des DOM-TOM, je dis juste que dans la réalité, quitter Paris pour aller à Mayotte, pour aller en Guyane, pour aller à Tahiti, ben ce n’est pas comme si vous passez de l’Alsace à la Bretagne, ou même si le décor est différent, ben les gens, la culture et la vie sont similaires. En allant dans les DOM-TOM il y a un dépaysement certain (autre que le paysage) et vous comprendrez que c’est un peu « étranger » à ce qu’on a en France, que ce n’est pas juste des mini France ailleurs dans le monde, qu’il y a des cultures, des façons de pensées, différentes d’en métropole. D’ailleurs l’inverse est tout aussi vrai, un polynésien qui va débarquer en France, il peut parfois être un peu perturbé et bien souvent ils vont faire le même genre de communautarisme que certaines populations immigrés. Y compris dans les armées elles mêmes, les tahitiens entre tahitiens, les antillais entre eux, ils se réfugient dans une culture ou ils se retrouvent et qui dépasse la simple nationalité française. Et ce n’est pas juste un truc traditionnelle, vous ne verrez pas en France des savoyards former des communautés à Paris ou des Nordistes à Lyon.
        Cette réalité il ne faut pas l’ignorer, la fuir, elle n’est pas non plus du racisme, un appel à la dénaturalisation ou je ne sais quoi, on est tous étranger l’un de l’autre, même avec la même nationalité. Beaucoup de personnes ne savent même pas comment s’appelle leurs voisins.
        Que cela vous perturbe m’est complètement égal, mais je maintien que les DOM-TOM restent d’une certaine manières étrangers à la France et que pour eux la France l’est également d’une certaine manière, car leur rapport à elle, est différent. Je maintien que s’engager dans l’armée reste pour beaucoup de jeunes des DOM-TOM l’opportunité de quitter leur ile et de commencer une nouvelle vie en France et que cela constitue un déracinement bien différent que si un français devrait déménager de Strasbourg pour aller vivre à Bordeaux, il n’y a pas d’adaptation culturelle, seulement une contrainte géographique.

    • jyb dit :

      @polymères
      un peu (voir beaucoup) plus compliqué que çà. Le format « métropolitain » si j’ose dire de la british army était parfaitement dimensionné à la menace; et au 150 000 hommes que vous évoquez il faut ajouter en 1914 les 1 800 000 hommes de la british indian army, on ne peut pas dissocier ces deux forces. Pour la guerre des boers en 1900, uk alignait déjà 450 000 hommes ( dont 10 à 20 000 canadiens et australiens)

      • Polymères dit :

        Justement, c’est bien ce que j’évoque, les anglais se reposaient énormément sur des effectifs étrangers à la Grande Bretagne.
        L’armée des Indes avait une grosse limite, c’est qu’elle est loin et peu importe son ampleur sur le papier, à l’aube de la 1ère GM, les anglais n’étaient pas du tout adaptés et prêts pour un conflit en Europe. Ils avaient 150 000 hommes sous la main le jour J, quand en Europe on montait des armées de plusieurs millions d’hommes car l’affrontement devenait inévitable. L’armé indienne des britanniques était hors jeux, comme et n’était qu’un potentiel de long terme et aucunement une force prête à court préavis.
        Les anglais n’avaient pas une doctrine militaire capable de faire face à un tel conflit, d’ailleurs au début, en dehors de leur force « professionnelle » dont la moitié était dans les colonies, ils ont dus compter sur le volontariat, des réserves limités (par rapport aux besoins de l’époque) et la conscription n’est venu qu’en 1916 quand les pays continentaux disposaient déjà d’armées de conscrits et qu’ils ont pût mobiliser des millions d’hommes en quelques jours.
        Rien que la France, en temps de paix, qui disposait également d’un empire coloniale non négligeable, avait 900 000 hommes dans les armées dont 700 000 en métropole. Les anglais plus grand empire coloniale, à côté, excusez moi, il y avait un fort contraste et ils misaient beaucoup sur la maitrise des mers avant de jouer sur une grosse armée de terre, qui était d’ailleurs largement « taillé » pour contrôler et intervenir dans les colonies que pour faire une guerre massive en Europe ou même le voisin Belge disposait de plus d’hommes.
        Les anglais se reposaient beaucoup sur nos forces au début du conflit, seuls, ils n’auraient pas fait grand chose et elles avaient besoin de temps pour monter une armée. Dans la deuxième guerre c’est pareil, si la France s’effondre, les anglais ne tiendraient rien du tout et leur fuite à Dunkerque le rappel.
        L’armée britannique c’était et à toujours été une force expéditionnaire prête à répondre et à apporter un coup de main, mais qui n’est pas prête à un conflit d’envergure à court préavis.
        C’est un peu comme nous aujourd’hui, on a une armée bonne à projeter une force limitée et s’il fallait beaucoup d’hommes, on prendrait déjà dans la réserve opérationnelle, puis la RO2, on ferait appel à des volontaires, puis la conscription, nécessitant un temps minimum de formation, on mettrait 6 mois à un an avant de pouvoir amener du monde en masse (même si ile est vrai que les temps ont changés et que le besoin d’une immense masse humaine dans une conflit conventionnel demeure rare, en particulier pour une puissance nucléaire).

        • jyb dit :

          @polymères
           » Les anglais n’avaient pas une doctrine militaire capable de faire face à un tel conflit… »
          Au contraire, je crois que les anglais avaient bien conscience du caractère mondial de cette « conflagration » et avait en amont fait l’effort nécessaire pour y répondre. En égypte les anglais ont réquisitionné 120 000 hommes dans un « corps de soutien » qui était présent (on le sait peu) sur les champs de bataille du nord de la France. Dès l’annonce de la guerre, l’égypte passe sous « protectorat » anglais. Sur le front oriental, le camel corps d’Allenby combattait les ottomans ( commandés par des généraux allemands) ou encore la 6ème division indienne commandée par le genéral townsend qui affronte les ottomans commandés par le général allemand von der golt. On peut élargir aux champs de bataille africains, togo, Cameroun et surtout afrique de l’est…

        • jyb dit :

           » Dans la deuxième guerre c’est pareil, si la France s’effondre… »
          ? La France s’est bien effondrée en juin 40.

    • Johnny Goodfellow dit :

      La Grande Bretagne ne misait sur rien. Les soit-disant colonies avaient des gouvernements nationaux, et la décision d’envoyer ou pas des troupes volontaires était prise par le gouvernement national. Ainsi, par exemple, c’était le gouvernement indien qui décida de s’engager à côté des Alliés pendant les deux guerres mondiales.

      • Auguste dit :

        « Les gouvernements nationaux »?.Vous jouez sur les mots.

      • jyb dit :

        @johnny goodfellow
        Votre commentaire ne veut rien dire : ne misait sur ?…soi-disant (sans T) colonies…gouvernements coloniaux…volontaires…etc

      • Castel dit :

        @Johnny Goodfellow :
        Le gouvernement Indien ?
        Mais de quel gouvernement parlez vous ?
        A l’époque, l’Inde était une colonie Anglaise, qui ne disposait que d’une autonomie limitée, et rien d’ailleurs en ce qui concernait les affaires étrangères…
        Et n’oublions pas non plus, qu’après la prise de Singapour, une partie importante des prisonniers Indiens se sont ralliés aux Japonnais !!

        • Auguste dit :

          Il parle des maharajas locaux,qui ne demandaient rien d’autre que de régner sur leur territoire.A l’époque il n’y avait pas la conscience,le désir d’un état indien.C’est la colonisation qui leur a donné conscience.Même chose en Afrique et M.O..Il me semble avoir lu,il y a longtemps,qu’il n’y avait en Inde que 15 000 soldats RU pour tout le continent.Je l’ai rêvé ou est-ce vrai?

  3. Carin dit :

    Nos amis anglais raclent les fonds de casseroles!!
    Je suis sur qu’ils vont ouvrir des bureaux de recrutements au Canada, Australie, et Afrique du Sud en priorité!
    En France nous avons la légion étrangère… mais depuis des lustres! Et la réputation de ce corps d’armée n’est plus à faire! D’ailleurs on y trouve des canadiens, des australiens, des africains du sud, des américains, et même des anglais… plus des tas d’autres nationalités.
    Enfin je souhaite bonne chance à nos amis anglais, surtout en plein brexit.

    • Castel dit :

      N’oublions pas que nous ne sommes pas les seuls à posséder une Légion Etrangères, les Espagnols en ont une aussi avec la « Bandéra »…
      Si on remonte dans le temps, on se rappellera bien sur des fameux « Janissaires » de l’armée Turque…..
      Même si cela s’est mal terminé en ce qui les concernent, ces formations ont toutes un point commun, il s’agit à chaque fois de troupes d’élites….
      Ce qui montre s’il en était besoin, que la valeur des combattants, n’est pas forcément liée, au patriotisme de ceux-ci, mais plutôt à la volonté de se battre pour une cause, quelque soit leurs origines……

      • Robert dit :

        Castel,
        Les janissaires étaient des enfants de familles chrétiennes enlevés de force à leur familles et fanatisés. Avouez que c’est un peu particulier comme soldats.

        • Castel dit :

          Raison de plus !!
          Si ces janissaires, malgré leurs origines ont largement contribué loyalement à l’extension de l’empire Ottoman, on peut penser que cela aurait été encore plus vrai, s’ils s’étaient portés volontaires !!
          De plus, leur révolte contre le Sultan, juste avant leur élimination, n’était pas destinée à soumettre la Turquie à leur pays d’origine, mais plutôt à prendre le pouvoir, car ils estimaient être les plus capables d’augmenter encore la puissance du sultanat !!

    • Thaurac dit :

      « Nos amis anglais raclent les fonds de casseroles!! »
      Ces fonds de casserole étaient là, venus du monde entier pour libérer la france….

  4. Le Breton dit :

    Espérons que les éventuelles futures recrues pakistanaises ne s’en prendront pas aux soldats blasphémateurs.

    • Thaurac dit :

      Là, si j’étais eux, à éviter comme la peste, car ils sont déjà incapables de gérer ceux qui sont en Angleterre, alors leurs donner un flingue, aie…..trop faux culs.

  5. personne dit :

    L’empire contre-attaque !

  6. girardin dit :

    Je relève :
    1) « problèmes de santé qui touchent la jeunesse britannique » : il est permis de penser que le goût
    de l’effort physique se perd avec l’addiction à l’audiovisuel et avec le surpoids qui gagne du
    terrain comme bien souvent en Occident et …. même en Chine.
    2) « ouvrir aux femmes l’ensemble des postes militaires qu’il propose, y compris au sein des forces
    spéciales (Special Air Service, Special Boat Service, etc) ». Ce sujet a été abordé récemment sur ce
    forum. Il faut savoir que le SAS outre les actions purement militaires de type « coup de poing » a
    d’autres missions (à l’identique du GIGN ou du GSG9 allemand) lesquelles sont susceptibles de
    s’exercer en civil, parmi la population, et dans lesquelles les femmes apportent un « plus »
    notamment au niveau de la discrétion puisque, que ce soit sur le territoire national ou à
    l’étranger, un couple est souvent moins facilement détectable qu’un groupe de malabars :
    * reconnaissance et surveillance pour la collecte de renseignement
    * contre-terrorisme
    * actions de soutien : formations de militaires étrangers, assistances diverses…

  7. Frédéric dit :

    Et il faut rappeler que le Commonwealth aujourd’hui ressemble des pays qui n’ont que peu de  »culture » commune avec le Royaume Uni et dont la population n’est pas anglophone tel le… Rwanda et le Mozambique !

  8. tartempion dit :

    En France 70% des effectifs de l’armée de terre proviennent d’Europe de l’est , d’Afrique du nord , de l’Afrique noire et des départements et territoires d’outre mer . Si on peut douter de la fidélité des russes servant à la légion en cas de conflit armé entre la France et la Russie , on peut également être assez circonspect de la fidélité de ces soldats venus d’ailleurs envers cette république que l’on encense continuellement mais qui a tout de même asservie et parfois réduit à l’esclavage certains de leurs descendants .Un aspect qui n’a pas échappé aux commissaires vietminh pour saper le moral de ces troupes hétéroclites envoyés en Indochine par l’illustre général De-gaule pour y défendre la mère patrie .Les allemands en particulier servant dans la légion ont été sensibles à cette propagande communiste qui les invitait a déserter en leur offrant la possibilité de rejoindre l’Allemagne de l’est via les pays frères .

    • Auguste dit :

      70%?:sources.A moins que vous ne parliez des origines.De Gaulle avait aussi des origines étrangères.Et puis De Gaulle est arrivé au pouvoir en 1958,l’Indochine c’est terminé en 1954,sauf erreur.

    • Bangkapi dit :

      Du grand Tartemuche aujourd’hui. Mensonges éhontés, contres vérités historiques , chiffres inventés et faux.
      Effectivement en Indochine énormément d’allemands dans les rangs de la Légion Etrangère et beaucoup y sont tombés au service de la France. Indochine qui d’ailleurs n’était pas la mère patrie.
      Effectivement des déserteurs et même de traîtres. Mais il y y a eu aussi des français qui ont fait ce choix.
      L’armée de terre française c’est guère plus de 8/10 % d’ultramarins , souvent d’excellent soldats.
      Les chiffres des français de France, issues de l’immigration de sont pas connus mais ont peu penser qu’ils sont de pourcentage égal au reste de la population.
      La Légion : 8 900 hommes actuellement dont 15 à 20 % de francophones. Le recrutement vient de tous les continents. Bien sur cela change d’une année sur l’autre mais les roumains et les malgaches sont souvent les plus nombreux.
      Question fidélité par rapport à leur pays d’origine, guère de craintes à avoir.
      Pas de chefs de corps à titre étranger et nombre d’officiers à TE contingenté.
      En cas de guerre de la France contre leur pays, les légionnaires peuvent demander à ne pas y participer. Cela a été fait dans la passé lors des deux guerres mondiales et à bien fonctionné.
      Beaucoup d’allemands au Maroc et en Indochine lors de ces conflits, ce qui ne les a pas empêchés de combattre mais pas contre leur compatriotes. Et certains, eux, ont demandé a lutter contre l’Allemagne.
      Il est bon de rappeler que Tartempion ne dit que des ignominies mais il serait bien de savoir pour qui il roule. Si quelques à compris…

  9. Bangkapi dit :

    @Castel.
    Il ne faut pas se voiler la face, le problème des désertions a toujours été important à la Légion. En Indochine comme de nos jours. Et parfois avec passage à l’ennemi.
    Cependant dans le cas de l’Indochine, parmi ceux qui ont déserté assez peu ont rejoint les paradis du socialisme. Et un certain nombre d’entre eux ( prisonniers ou déserteurs ) se sont retrouvés au goulag ou en prison. Un petit nombre à même pu s’enfuir de ce paradis pour retourner à la Légion.
    Mais une grande partie des déserteurs n’ont pas eu un sort bien meilleur que celui des prisonniers.
    C’est bien décrit par René Moreau dans ses mémoires  » 8 ans otage chez les viets « . Un certains nombre sont morts suite aux privations et manque de soins. Et ceux qui sont restés au Tonkin après le cessez le feu on eu un sort bien misérable, excepté quelques cadres communistes.
    Pour en revenir au sujet du recrutement de membres du Commonwealth dans les armées britanniques, je connais peu le sujet.
    Sauf pour un pays : l’ Ile Maurice. Ses habitants sont souvent trilingue. Ceux qui veulent faire une carrière militaire ne peuvent pas tous le faire dans l’armée de leur pays, les effectifs étant assez faible. Souvent ils se dirigent vers la Légion Etrangère ou vers les armées américaines et australienne. La possibilité d’aller vers l’Angleterre va sans doute en intéresser certains.

  10. Lucien dit :

    « En outre, l’augmentation des minorités ethniques au sein de la population britannique est un autre facteur pouvant expliquer les problèmes de recrutement, le député Francois ayant souligné qu’il s’agissait d’un « segment de la communauté ayant montré jusqu’ici une faible propension à poser candidature pour les armées ». »

    Honni soit qui mal y pense…