La force navale européenne Atalante fait parler la poudre contre des pirates somaliens

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

13 contributions

  1. sonata dit :

    C’est très bien (et l’irruption de milices Shebab et Houttie est un phénomène nouveau et inquiétant), mais quand fera-t-on de même avec les pêcheurs illégaux chinois ? Après tout ce sont eux qui, en appauvrissant ces eaux à l’extrême, poussent les pêcheurs locaux à se reconvertir dans d’autres formes d’activité…

    • JP dit :

      Les eaux internationales, sont comme son nom l’indique… internationales…
      Pour ce qui est des incursions à l’intérieur de la ZEE, je comprends votre commentaire, mais pour ce qui est en dehors, c’est la base du droit de la mer depuis longtemps !
      De plus… c’est un peu ironique venant de la part d’un Français…

    • R2D2 dit :

      en effet pas sur que dans cette histoire on ait un beau role… Je ne vois pas dans le compte rendu des opérations un passage sur le controle des bateaux de peches qui en toute illégalité pillent les cotes affamant de fait les populations locales. Qui n’ont d’autres choix que de louer leur bras aux seigneurs de guerre locaux…
      .
      Mais je suppose que Captain Igloo qui se prend un exocet cela sera un peu plus difficile à expliquer… 🙁

    • Géo dit :

      @ sonata @ JP @ R2D2
      Ne pas trop vite accuser les pêcheurs hauturiers (Chinois ou Français ou autres) d’être à l’origine de la piraterie.
      Les pêcheurs somaliens sont des pêcheurs côtiers qui ne sont pas concurrencés par la pêche en haute mer car ce n’est pas du tout le même métier, même si vous ne faites pas la différence sur votre écran.
      L’explication est trop facile, avec des vieux relents de principes tiers-mondistes qui furent à la mode dans les dernières décennies du 20ème siècle mais qui sont désormais périmés, passés de mode.
      .
      Au large de la Mauritanie et du Sénégal aussi, il y a des pêcheurs hauturiers et des pêcheurs côtiers : ils ne se font pas plus concurrence qu’au large de la Somalie. De nombreux cargos passent devant les côtes de la Mauritanie et du Sénégal sans que des actes de piraterie soient signalés. Voir le site vesselfinder https://www.vesselfinder.com/fr
      .
      Il y a donc une autre explication à la piraterie somalienne que la victimisation africaine. Celle-ci est aussi fastidieuse qu’inopérante.
      Pire qu’inopérante, la victimisation africaine est nocive lorsqu’elle vient de chez nous : ce n’est pas rendre service à ces Africains – ni à nous-mêmes – que de leur trouver une excuse à un marasme qui est entièrement de leur fait.
      Que les Somaliens prennent exemple sur les Mauritaniens et les Sénégalais.

  2. CortoM dit :

    Malgré l’embargo de l’onu sur le charbon l’essentiel du trafic part par cargo depuis le port de Kismayo par contre des cargaisons d’armement ou de munitions ont été saisies de Somalie vers le Yemen et l’Ethiopie, du Soudan et de Djibouti vers l’Ethiopie
    L’un des principaux chefs militaires de l’Etat Islamique au Pountland vient d’être enlevé et exécuté par les Shabaab alors qu’il se trouvait en déplacement à Mogadiscio. Si Al Shabaab pour des raisons internes a libéré certains de ses membres suspectés de vouloir rejoindre l’EI, il y a rivalité entre les deux organisations dans Mogadiscio.

  3. girardin dit :

    De nombreux pays ont envoyé leur marine nationale faire un tour là-bas pour assainir le coin et c’est une bonne chose………… à généraliser dans tous les endroits difficiles de la planète !!!
    https://www.youtube.com/watch?v=1NKdAxN5jJI
    https://www.youtube.com/watch?v=bkqd8bZwEDc
    https://www.youtube.com/watch?v=Eq77zDLZJoU

  4. Auguste dit :

    Dans la marine militaire italienne on n’oublie pas la « dolce vita ».
    Voir à 0, 57′
    https://www.youtube.com/watch?v=a4yQVvjVtnU

  5. jyb dit :

    Le rapport de l’onu fait reference à des standards et normes de la sécurité maritime.
    Quand on lit application du bmp4, il faut comprendre que le capitaine du navire attaqué après avoir alerté a appliqué un certain nombre de mesures comme déclenchement des canons à eau, effets de vagues, route en zig-zag dans le même temps les sso (officiers de sécurité maritime) effectuent des tirs de semonce, puis vise l’integrité phyqique du skiff assaillant, les pirates en dernier recours.
    Ces mesures sont efficaces, en février le chimiquier a contré une attaque de deux skiffs somaliens.

  6. jyb dit :

    L’attaque de l’alpha kirawa, n’est pas a proprement parler un acte de piraterie. Le navire a essuyé des tirs de mortiers depuis la cote lors de son atterrissage.

  7. Duc d'Orléans dit :

    Est-ce que l’on a appliqué la méthode déjà utilisée par les Russes : on fait sauter le navire-mère avec les pirates à bord. Sauf un qui assiste au spectacle et qu’on renvoie à terre pour qu’il puisse raconter aux autres ce qui s’est passé !!!