Pour la première fois, un F-35B a transmis des données tactiques à un système d’artillerie HIMARS afin de détruire une cible

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

52 contributions

  1. Lejys dit :

    Je ne vois pas trop ce qui est critiquable dans cette mesure. Clouer au sol des appareils afin de mener à bien des vérifications techniques suite à un accident est une procédure classique dans l’aviation militaire.
    Il semblerait que la panne du F-35B qui s’est crashé il y a peu soit due à un problème sur une conduite de carburant. Ce serait donc bien l’appareil qui serait en cause, et non une erreur de pilotage. Et éviter que la même panne – fatale pour ce monomoteur – ne se reproduise en contrôlant toute la flotte d’appareil est une mesure plus que du bon sens. Il me semble que c’est déjà ces conduites de carburant qui étaient en cause pour le F-35 qui a pris feu il y a quelques années, peut-être est-ce là une petite faiblesse de cet avion.
    Maintenant, cet incident, qui ne constitue à mes yeux qu’une péripétie dans la vie de cet appareil, ne justifie pas de critiques particulière. Il y en aura d’autre. D’ailleurs un autre F-35 a été accidenté il y a peu suite à la rupture de son train avant au roulage.
    Bref, il y en a bien d’autres critiques plus fondées que ces petits défauts techniques qui seront vite corrigés.

    • sirthie dit :

      Ce qui est critiquable, c’est que cet engin est en développement depuis 1996, que le premier vol d’un démonstrateur date de 2000, que le premier vol d’un appareil de présérie date de 2006 et que le truc ne soit pas encore au point en 2018 :

      « Selon Bloomberg, le F-35 de Lockheed Martin souffrirait de… 917 problèmes techniques. Ils étaient encore 995 en début d’année, ce qui signifie qu’en à peu près un an, moins de 10% des défectuosités ont été résolues. » (http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/le-f-35-candidat-favori-au-remplacement-des-f-16-belges-a-de-nouveau-du-plomb-dans-l-aile-5bbf7990cd70e3d2f61cd11a 11-12/10/2018)

      • ISKDR dit :

        Rafale (avion de 4eme+ génération) :
        1ers vols : 1986 et 1991
        Déclaré opérationnel en 2004 par la Marine Nationale.

        Ou est donc le problème lorsque l’on compare les F-35 cher Rafale ?

        Les problèmes sont principalement des problèmes Software qui peuvent être corrigés rapidement. Si cela était un grave problème, les US Marines et l’armée de l’Air israélienne ne l’utiliseraient pas … Pour votre information, le Rafale fait également l’objet de ce type de procédures.

        Par pitié arrêtez de toujours critiquer cette machine qui ne cesse de dévoiler ses atouts…

        • sirthie dit :

          @ISKDR :
          .
          « Par pitié arrêtez de toujours critiquer cette machine qui ne cesse de dévoiler ses atouts… »
          .
          Ça, c’est vrai ! Avec deux crashes en quelques jour…
          .
          Comme avion, ses atouts se discutent, mais comme bombe… Woaw !

        • sirthie dit :

          @ISKDR :
          .
          La lenteur de développement du Rafale est due uniquement à un manque de moyens financiers, ce qui n’est pas précisément le cas de l’armée US, et pas à des centaines de problèmes (917 non résolus selon une source datant d’hier).
          .
          « Les problèmes sont principalement des problèmes Software qui peuvent être corrigés rapidement. »
          .
          Mhouaah !!! Trop drôle ! Avec des millions de lignes de code ? Même avec tous les assistances automatiques au développement, ça m’étonnerait… depuis le temps que ça dure… Vous ne semblez pas être dans la programmation, vous ?

        • Alpha dit :

          @ISKDR
          « Les problèmes sont principalement des problèmes Software qui peuvent être corrigés rapidement »
          Ah bon ? Z’êtes un spécialiste vous… Affirmations à comparer avec le GAO 2018, dont les rapporteurs qui disent l’inverse de vos vous, sont sûrement des amateurs, eux … 😉
          NB : Si le Rafale a connu des retards pour sa mise en service, c’est uniquement en raison de tergiversations POLITIQUES, à la différence du F-35, lui aussi en retard, toujours pas en service opérationnel en raison de problèmes TECHNIQUES (nombreux, très nombreux, trop nombreux…)…

        • Clément dit :

          @ISKDR
          Merci pour la mise en perspective, c’est bienvenue !

        • Tonton Charlie dit :

          Les deux programmes ne sont pas comparables : là où celui du F-35 reçoit sans cesse des moyens colossaux dans le but de le terminer au plus tôt, celui du Rafale a été volontairement étendue dans un soucis de manque de moyens…

    • Alpha dit :

      Quel optimisme !… Béat … Naïf … Et à la fin ?… Cocu !

      • Lejys dit :

        Il n’y a rien d’optimisme béat ou naif dans mon poste, juste du factuel….
        Encore une fois je ne suis pas du tout fana du F-35, ce qui ne m’empêche d’être (ou toutefois d’essayer) d’être objectif. Ce qui m’oblige parfois à le défendre malgré moi, ce qui n’est pas trop pour me plaire, c’est aussi pour ça que je ne suis pas non plus fana des critiques à outrance.
        Pour en revenir sur le F-35 et sur le factuel, il a accumulé plus de 100 000 heures de vol, avec pour l’instant une seul perte. Ce qui reste une belle performance, même s’il faut la pondérer, la quasi totalité de ces heures de vol étant du développement ou de la formation. D’un point de vu « mécanique de vol », ben il vole. Certes ce n’est pas une bête dans ce domaine (vitesse, maniabilité, etc.), mais il vole de façon fiable. Et les quelques incidents qu’il rencontre vont forcément être résolus: L&M s’y connait un peu en avions, et je ne pense pas que le pentagone accepte le principe que sa flotte principale d’avions de combat souffre de lacunes l’obligeant à le clouer au sol.
        Et ce n’est pas parque que le le défends sur ce point de vue là que je le défends sur les autres : ses capacités opérationnelles ne sont pas encore toutes démontrées, que ce soit dans leur efficacité ou leur réelle plus-value (à Leum: très bonne remarque concernant la L16), mais surtout ses coûts de possession.
        Bref, je ne vois pas pourquoi ce premier crash justifierait des critiques spécifiques, alors qu’il y en a tant d’autres plus réelles et conséquentes qui se justifie à propos de cet avion.

  2. NRJ dit :

    Le F-35 commence (enfin) valider ses performances et rentabiliser son investissement. Nul doute que la Belgique ne sera pas insensible à ces nouvelles. Toutes les critiques sur le fait que le F-35 ne soit pas opérationnel vont passer à la trappe.

    • Yannus dit :

      Salut,
      (juste pour te chambrer un peu).
      Le F35 est un bon avion de reconnaissance, soit, mais est-ce pour cela qu’il a été conçu?
      Un F22 peut faire aussi bien le boulot avec l’avionique adéquate.

      amicalement,

      • Mars dit :

        Est ce que quelqu’un pourrait m’expliquer pour quelle raison la Belgique privilégierait les avions américains au détriment des avions français ?
        Pression politique ? Corruption ? Rejet de tout ce qui est français ?

        • Hermes dit :

          1. La France c’est le mal
          2. Les US ont une belle biroute
          3. La Belgique n’a pas d’âme.
          .
          Dit avec humour mais c’est grossomerdo la belle réalité.

      • NRJ dit :

        Le F-35 fait plus que de la reconnaissance. A ma connaissance, il peut faire du combat aérien, de la frappe en profondeur, du soutien au sol, etc… Il fait ses missions avec plus ou moins de succès (plutôt moins que plus disent certains détracteurs) et avec un budget relativement faible par rapport au F-22.

      • MD dit :

        À mon avis, les Américains n’autoriseront certainement pas pour l’instant tous les pays qui seront équipés de F-35 , y compris Israël , à faire de la reconnaissance.

    • Auguste dit :

      Les clients recevront-ils des F35 full-options?.Et le F35 sera toujours sous contrôle américain.

    • sirthie dit :

      @NRJ :
      .
      « Le F-35 commence (enfin) valider ses performances et rentabiliser son investissement. Nul doute que la Belgique ne sera pas insensible à ces nouvelles. Toutes les critiques sur le fait que le F-35 ne soit pas opérationnel vont passer à la trappe. »

      Toutafé ! Voici d’ailleurs une réaction enthousiaste de la presse belge d’hier/aujourd’hui :

      « Le F-35, candidat favori au remplacement des F-16 belges, a de nouveau du plomb dans l’aile » :
      .
      http://www.lalibre.be/economie/libre-entreprise/le-f-35-candidat-favori-au-remplacement-des-f-16-belges-a-de-nouveau-du-plomb-dans-l-aile-5bbf7990cd70e3d2f61cd11a

      L’article déclare notamment :
      .
      « Selon Bloomberg, le F-35 de Lockheed Martin souffrirait de… 917 problèmes techniques. Ils étaient encore 995 en début d’année, ce qui signifie qu’en à peu près un an, moins de 10% des défectuosités ont été résolues. »
      .
      A ce train là, il faudra encore quelques années pour que le F-35 soit réellement opérationnel.

      • NRJ dit :

        Le F-35 n’est pas fini. D’une part, il est l’avion de l’usaf. Donc. Il sera opérationnel quelqu’ en soit le prix. D’autres part, avoir des problèmes n’a rien de forcement rédhibitoire. L’Eurofighter en a. Ça ne l’empêche pas de voler et d’être un avion convoité par un grand nombre de forces aériennes.

      • Hermes dit :

        Encore une fois, les chiffres on peut leurs faire dire ce qu’on veut.
        Exemple:
        « Le F35 soufrait de 995 problèmes en début d’année, aujourd’hui, près de 10% ont été résolu, et ce en l’espace de quelques mois. »
        .
        Okay, je suis le premier à dire qu’il a des problèmes, mais sur les 900 problèmes qu’il a, certainement que 500 sont mineur et ne remette pas en cause l’appareil, 300 sont gênant et devront être réglé à termes, et seulement une centaine sont réellement important et urgent.
        Les chiffres sont au pif si vous n’avez pas compris, mais généralement on prend un chiffre et on lui fait dire ce qu’on veut, je vais pas chercher la petite bête en cherchant exactement ce que sont ses problèmes, pour moi les 2 principaux sont:
        1rst-Avion destiné à détruire l’UE militaire (Industriels et armées)
        2nd-Programme au coût exhorbitant que je refuse de qualifier d’avion de guerre, un matériel de guerre s’il se doit d’être a la pointe, doit être tout aussi efficace sur le terrain que dans sa production, son maintient et son développement.
        Si je n’ai aucun doute sur le fait qu’un jour le F35 sera efficace au combat, tous le reste, c’est 0.

        • sirthie dit :

          @Hermes :
          .
          « Encore une fois, les chiffres on peut leurs faire dire ce qu’on veut.
          Exemple:
          « Le F35 soufrait de 995 problèmes en début d’année, aujourd’hui, près de 10% ont été résolu, et ce en l’espace de quelques mois. »
          .
          Okay, je suis le premier à dire qu’il a des problèmes, mais sur les 900 problèmes qu’il a, certainement que 500 sont mineur et ne remette pas en cause l’appareil, 300 sont gênant et devront être réglé à termes, et seulement une centaine sont réellement important et urgent. »
          .
          « les chiffres on peut leurs faire dire ce qu’on veut. »
          .
          Je ne vous le fais pas dire. Et, dites-moi, d’où sortent les vôtres ?
          .
          Au moins, je cite une source (un quotidien de référence de la presse belge), qui s’appuie sur une autre source crédible, l’agence Bloomberg News et une info récente (d’il y a deux jours).
          .
          Vous, c’est quoi la source de vos chiffres ? Le doigt mouillé ?
          .
          Et anyway, même seulement « une centaine » de problèmes importants après un tel temps de développement, ça reste hallucinant.

          • John dit :

            Sauf qu’on ne sait pas ce que ça veut dire…
            « x problèmes » est très générique.
            Pour faire de la conception, puis de la mise au point je présume que la stratégie est:
            1. corriger les problèmes impliquant la sécurité…
            2. corriger les problèmes qui risquent de causer des coûts importants…
            3. s’attaquer au reste par ordre d’importance.
            Si vous connaissez la loi de Pareto, vous avez certainement entendu les 80/20… 20% des problèmes vont demander 80% du temps de travail.
            Ainsi de s’intéresser au chiffre brut du nombre de problèmes ne donne pas d’information sur la proportion de temps nécessaire pour les corriger !

          • Hermes dit :

            Avant de poster une réponse, lisez au moins le commentaire en entier:
            « Les chiffres sont au pif si vous n’avez pas compris, mais généralement on prend un chiffre et on lui fait dire ce qu’on veut »
            .
            Il s’agissait de chiffre pour imager la chose…
            Vous prenez un petit ton hautain mais vous n’êtes même pas apte à simplement lire un post en entier…
            Et après ca veut faire croire que ça a une quelconque crédibilité…

    • Georges dit :

      Il est pour l’instant pas opérationnel d’ailleurs LM ne la dit pas lui même, là c’est un essais peut être avec des procédures spéciales, pas un action en guerre.
      Bref beaucoup de com.

    • HENRY dit :

      Quand on voit ce que les Belges font de leurs avions…

    • Tonton Charlie dit :

      Lisez les récents rapports américains sur ce programme, vous verrez si le F-35 est sur le point d’être opérationnel ou non

  3. Leum dit :

    Y a un truc qui me chiffone.

    Avec la liasion 16, un avion peut déjà utiliser les armes d’un autre.

    Ainsi en France, un Rafale a abattu une cible avec les missiles d’un autre Rafale, le Mica ayant carrément été tiré vers l’arrière.

    Aux USA, l’US Navy a guidé les AMRAAM de ses Super Hornet avec le radar d’un E-2D Hawkeye dont les longueurs d’onde voient les avions furtifs (et que l’on pensait incapable d’assurer un verrouillage de cible il y a 20 ans).

    Et ce n’est que pour citer deux exemples d’exercices qui constituaient une première pour le pays et la technologie.

    En quoi le F-35 apporte plus que ne peut faire un autre avion doté d’une électronique moderne?

    Clairement cette première fois ressemble plus à une idée de convergence parce que l’USMC est dans la position unique d’avoir la possibilité d’agir dans les 3 milieux donc de pouvoir conjuguer avion, artillerie et bateaux plus qu’à un défi technique pour mes yeux d’amateur.

    • mayce dit :

      Le défi est que chaque arme arrive à parler le même langage.

      Un avion peut parler le même « langage » qu’un autre avion vu que les logiciels ne doivent pas être très différents mais parler avec le logiciel d’un char donc le langage d’un char cela est très diffèrent.

      Il faut donc convertir l’info afin que l’autre système d’armes puisse te comprendre. Il ne s’agit donc pas de dire à la radio « euh c’est le gars en rouge là voilà tire ».

      • Angus dit :

        Il n’y a pas vraiment de défi. La liaison 16 par exemple est parfaitement standardisée jusqu’au niveau international, et suffisament riche pour couvrir tout les besoins/spécificités des forces terrestres, Marine, ou de l’Air. Les couches « systeme de combat » ou « systeme hote » (celui du F35 et celui du systeme d’artillerie) qui se situent au dessus de cette couche n’ont pas besoin de se « comprendre » mutuellement. Il faut par contre que chaque systeme de combat soit interfacé correctement avec le systeme de transmission de données ad-hoc (L16 ou autre).

  4. HBOB dit :

    On continue de nous vanter cet avion qui relève plus de l’accident industriel.
    Encore 2 programmes comme celui là et l’amerique mettra la clé sous la porte.

    • Eric dit :

      Continuez donc à vous bercer d’illusions… En réalité, encore un ou deux programmes comme celui-là et c’est l’aéronautique de défense européenne qui risque fort de mettre la clé sous la porte. Mais bon, c’est vrai, vous êtes infiniment plus qualifié pour en juger que des gens comme l’ex chef d’état-major de l’Armée de l’Air ou le patron de Dassault…

      • Stoltenberg dit :

        Quand je vois le nombre de commentaires sous les articles qui traitent du F35, je n’ai plus aucun doute. Ce site DOIT réunir l’élite des experts les plus pointus du domaine de l’aéronautique, électronique, informatique, physique et des opérations militaires. Ces experts sont, très probablement, des plus haut gradés du programme F35.
        .
        Généralement, ces experts arrivent à la conclusion suivante: 5 génération < 4 génération < … < chasseurs biplan de la 1ère Guerre Mondiale.

        • sirthie dit :

          @Stoltenberg :
          .
          « Quand je vois le nombre de commentaires sous les articles qui traitent du F35, je n’ai plus aucun doute. Ce site DOIT réunir l’élite des experts les plus pointus du domaine de l’aéronautique, électronique, informatique, physique et des opérations militaires. Ces experts sont, très probablement, des plus haut gradés du programme F35. »
          .
          Il y a aussi des gens qui font office de « poil à gratter »…

      • ISKDR dit :

        Merci.

      • Alpha dit :

        @Eric
        « En réalité, encore un ou deux programmes comme celui-là et c’est l’aéronautique de défense européenne qui risque fort de mettre la clé sous la porte. »
        Bon, ben il y a de l’espoir ! Et oui, puisque à la base, le programme F-35 devait tuer l’industrie aéronautique de défense européenne ! Ben, c’est râpé visiblement !…
        Replay, please ! … 😉

      • NRJ dit :

        Le Scaf franco-allemand n’est en effet pas fait pour l’instant. Il n’en est qu’à ses débuts. Et rien ne garantit qu’il aille à son terme, même si les signaux envoyés sont encourageants (équipe à 2, rôles bien dissociés entre Airbus et Dassault, pays leader). Après, si Airbus et Dassault acceptent enfin de travailler en collaboration, c’est peut-être parce qu’ils savent que si leur collaboration ne réussit pas, l’aéronautique militaire européenne ne sera que de l’histoire.

        Le F-35 matérialise en fait la supériorité financière américaine(50 milliards de F&E, plus que tout le programme Rafale) liée à la volonté d’imposer leur avion à tous les autres pays via la transmission de données par exemple qui passe systématiquement par les USA.

    • John dit :

      Personne ne cherche à vendre cet avion au public… A part en Suisse où la population a la possibilité d’influencer l’achat, dans les autres pays, on s’en fout de l’avis de la population, car elle ne sait pas ce que les qualités techniques d’un appareil impliquent pour les missions…
      Le F35 a des qualités que vous le vouliez où non !
      C’est peut-être l’avion de chasse moderne ayant la moins bonne aérodynamique, mais c’est le premier avion furtif exporté, et c’est le meilleur système d’arme volant !
      Meilleur système d’arme grâce à sa capacité à communiquer avec d’autres systèmes d’armes, sa capacité à être un mini awacs, sa capacité à fusionner les données…
      Donc pour les acheteurs, la question principale est de savoir ce qui est le plus important pour le futur. Le partage et la fusion des données, la furtivité, ou les capacités aérodynamiques. Et furtivité et aérodynamisme ne peuvent être optimaux lorsque combinés

  5. Clavier dit :

    C’est bien ….quand l’usine à gaz fonctionne !

  6. Spls dit :

    En 1914, nos appareils Voisin « transmettaient des données », grâce à la TSF, aux batteries de 75…

  7. Arno dit :

    Voilà un avion qui guide les munitions de l’artillerie, bon….peut-il allumer ma machine à café à distance aussi?
    Techniquement c’est surement une avancée, tactiquement ce mélange curieux d’avion, de LRM, de drones et j’en passe, me laisse songeur, on a l’impression d’un coucou gadget ultra connecté mais combien d’applications de nos smartphones ultra- onéreux utilisons-nous vraiment dans la vraie vie?

  8. Deres dit :

    Ce qui est étonnant est que pour des raisons de sécurité, on empêche généralement les avions de survoler une zone quand l’artillerie y agit. La question est donc de savoir si ils font l’hypothèse que l’avion aura quitté la zone quand les roquettes arriveront ou si ils font de la discrimination de zone précise permettant à un avion de rester dans les environs de la frappe. Sinon, la transmission de coordonnées, peut même se faire en phonie, cela n’a rien de vraiment nouveau …

  9. Amida dit :

    N’est-ce pas utiliser ici un coûteux F-35 dans l’emploi …d’un drone…?

    • ISKDR dit :

      Un drone n’a pas la réactivité ni la même capacité de pénétration d’une zone qu’un avion furtif de 5ème génération …

      • maxime (le vrai) dit :

        oui enfin la pénétration … la portée de tir maximale du HIMARS est de 70 ou 300 km max. Un drône fait donc bien la même chose. Et le problème serait le même avec toute autre système d’arme au sol : la liaison 16 n’a pas une portée infinie (à vue, donc augmente avec l’altitude de l’avion, mais reste assez limitée).
        Les industriels sont les mêmes des deux côtés de l’atlantique. Chez nous ils nous vende le combat infovalorisé, qui coûte un rein et ne fonctionnera pas avant longtemps, chez les US ont vend aussi du connecté apparemment. Mais faut voir le bordel qu’il faut déployer autour pour que ca marche ( au moins des satellites et un awacs, donc des objets fragiles).
        Tout ca ne marche que du fort au faible. Face un ennemi symétrique, je reste persuadé que le robuste et nombreux l’emportera toujours sur le high tech fragile et rare (car trop cher). Mais il faut bien faire tourner l’industrie de défense…

    • MD dit :

      Il faudra quand même bien les employer de cette manière pour l’instant. Car jusqu’à nouvel ordre, il n’est pas question qu’un F-35 descendu dessus en Syrie puisse donner aux Russes , et aussi aux Iraniens, l’occasion d’en examiner quelques morceaux.

  10. wawa dit :

    Un petit bémol : quand le f35 transmets dès données, il émet des ondes radio qui sont détectables, donc sa furtivité diminue.

    • Hermes dit :

      Vous savez, techniquement le simple déplacement d’une masse dans l’air pourrait être détectable, sans émission aucune en étant invisible et avec le matériaux le plus furtif du monde…
      .
      Donc y’aura toujours un pépin un jour ou l’autre, c’est le jeu de l’épée et du bouclier.

  11. aleksandar dit :

    Bah, si l’industrie européenne aéronautique de defense disparait, ne soyez pas inquiets, on vous vendra des Sukhoi et des MIG avec plaisir.

  12. Royal Marine dit :

    En Libye, Les Rafales transmettaient à la Marine les coordonnées de tirs contre la terre et les BDA par liaison 16 et en visio…
    Vous êtes sûr que cette dinde plaquée or (au prix du vermeil…) soit tellement nécessaires pour accomplir ce que des avions de soi-disant 4 ème génération accomplissaient déjà il y a presque 10 ans?
    Dinde qui, entre nous, et sans parler de capacités militaires affichées sur slides, mais non prouvées ou démontrées à ce jour, n’arrive déjà pas à voler aussi bien et avec autant de sécurité qu’un Cessna 150…

  13. Fred dit :

    Guider un Himars, lui « transmettre des données tactiques », c’est lui fournir un point GPS, non ?
    Je ne vois pas bien où est le côté novateur, je ne vois pas où est la difficulté ?

  14. Ne jamais oublier qu’Israël équipe ses F-35 de sa propre technologie.