Armée de Terre : « Nous devons penser à la perspective de conflits de haute intensité », prévient le général Facon

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

111 contributions

  1. ji_louis dit :

    Cela passe aussi par des réserves en hommes et en compétences! Dans un conflit de haute intensité où nous perdrions 10% de nos hommes et de nos moyens, le manque de relève entrainerait une désorganisation du groupe pouvant s’étendre à l’ensemble du dispositif. Bref, on ne tiendrait que quelques jours ou semaines avant de devoir passer à l’arme atomique.

    • John dit :

      Depuis l’existence de l’arme atomique, il n’y a plus eu de guerre de haute intensité impliquant le détenteur de l’arme atomique (du moins, entre deux États de puissance équivalentes).
      Et aucun pays détenteur de l’arme nucléaire, n’a été attaqué sur son sol militairement par un autre État.
      .
      Alors avoir les réserves derrière me semblerait cohérent afin d’éviter cette utilisation de l’arme nucléaire. Mais est-ce réellement réaliste de penser que cela aura lieu ? Alors évidemment le principe de précaution voudrait que l’on se prépare au pire.
      Mais je pense qu’il devrait y avoir un léger changement dans la doctrine de la défense… L’armée française est une force expéditionnaire. Est-ce réellement adapté à la défense du territoire? Devrait-il y avoir une garde nationale puissante?
      Quand on regarde comment le territoire suisse est défendu, il me semble que la France n’a pas la même préparation de cette mission. Bien sûr, c’est normal dans la mesure où c’est loin des missions actuelles ! Et évidemment, le territoire suisse a une topographie favorable à la défense.

    • felipe dit :

      on n’en est pas là. le point clef , ce sera d’avoir la capacité à durer si on décidait de s’engager dans une opération « dure » qui dure beaucoup plus longtemps que ne le veulent nos politiques. il ne s’agit pas d’avoir 1500 chars mais de pouvoir en engager 100 ou 15 et de pouvoir les relever avec leurs équipages pendant longtemps, longtemps. sauf si on décide qu’on a perdu et qu’on replie nos gaules. l’arme nucléaire ne sert pas à défoncer les chars adverses.

      • dolgan dit :

        Dans votre hypothèse, l’ennemi dispose donc de cette capacité de relève. Quel est donc cet ennemi mystérieux?
        .

        • felipe dit :

          mais non, et c’est toute la difficulté de planifier un modèle d’armée. il ne s’agit pas de faire face à une menace identifiée mais de déterminer toutes les formes de menaces qui pourraient contourner notre système de défense et de sécurité nationale. ça c’est le principe.
          il y a la réalité, les formes de combat de coercition avec l’emploi massif d’appuis air sol et sol-sol, des formes de combat blindé sont venues s’ajouter aux modes opératoires de type guerrilla et insurectionnel. c’est toute la difficulté de l’armée de terre de disposer de capacités qui couvrent tout le spectre des opérations terrestres, capacités qui doivent concilier la qualité (pour pouvoir agir avec les armées occidentales) et en quantité pour pouvoir agir dans la durée. la où la quantité devient une qualité en soi.
          on peut vous dire qu’il faut identifier un ennemi pour construire une armée et lui faire face. la question est que notre ennemi peut être différent d’une année à l’autre, se situer à 1000 km ou à 5000. ou tout simplement qu’on n’en a pas encore une vision claire. ce que le retex vous dit, (notamment en ukraine, en syrie et au yemen) ce sont les évolutions et les utilisations que les belligérants font des inventions humaines. la première responsabilité d’un chef militaire est de l’expliquer pour trouver une organisation et les moyens qui répondront aux objectifs politique. personne n’est capable de dire ce qui se passera dans 10 ans mais on sait que c’est maintenant qu’il faut adapter notre outil pour y faire face.

          • dolgan dit :

            Laissons la fiction aux écrivains et le réel aux militaires.
            .
            Contrairement à ce que vous pensez, on a une vision assez claire de quels seront les équilibres militaires et politiques dans 10ans. à 20 ou 30 ans c’est difficile, mais à 10 ans, c’est très facile d’établir des scénarios proches de la réalité.

          • felipe dit :

            dolgan
            oui vous avez raison, sauf qu’un modèle d’armée se détruit en moins de trois ans (on en a eu deux expériences récentes) et qu’il lui en faut 10 pour se relever (les RH) et 20 en termes de moyens. le RAFALE est sorti en 1986. le XL au début des années 80, pour entrer en service dix ans plus tard. un type de conflit probable dans cinq ans suppose de s’y préparer maintenant.

  2. Matou dit :

    Très intéressant. On en est loin en France. Après, c’est une question de budget. Combien de chars faut-il aligner pour être crédible ? A une certaine époque, entre 1500 et 3000 chars lourds qualitatifs faisaient une différence avec le taux de dispo adéquate. Se pose évidemment la question du budget, le bon niveau en personnel, l’entrainement, la formation, etc. Cette question à mon humble avis se pose de façon générale pour toutes les armes et où on met la priorité tout en gardant un ensemble cohérent et efficace, avec des théâtres en plus vs l’époque (spatial, cyber, …). Au final, se pose la question du volume de l’armée. Pour l’instant, trop optimisé sans doute. L’Europe ne semble pas encore prête à se coordonner efficacement (comme tout le reste d’ailleurs mais Rome ne s’est pas fait en 3 jours. Cela dit, avons nous assez de temps …). Regardons, la Russie, la Chine, la Turquie, bientôt le Brésil, etc, etc., sans compter le retrait américain. Si la Turquie poursuit, elle ne pourra probablement pas restée dans l’OTAN avec les conséquences que l’on peut imaginer. Même en Europe la division est à craindre (voir les bascules vers les extrêmes et le langage belliqueux entre partenaires. Ex : l’Italie en ce moment face à la France, etc). L’équation n’est pas simple mais le statut quo serait pire que tout. Les 2% ne sont pas suffisants, surtout à 2025. Cela me fait mal car je préfèrerais que cela aille au bien être de nos compatriotes mais là, c’est une question de sécurité. Certes, ce n’est qu’un avis parmi beaucoup d’autres, je ne détiens pas la vérité.

    • NRJ dit :

      Un commentaire d’un certain réalisme qui manque, je pense, chez pas mal de commentateurs de ce blog. L’équation des 2% ne suffit en effet pas d’elle-même pour mener un conflit de haute intensité. Et ce chiffre est malheureusement trop élevé pour une nation déficitaire depuis trop d’années et ne pourra que se faire sur la faillite d’entreprises française.

      Après le vrai objectif est non pas d’avoir un état en guerre industrielle continuellement comme si on était en temps de guerre, mais d’avoir les moyens d’intervenir à court terme et de permettre la montée en puissance le cas échéant. Le but, c’est donc que nos troupes puissent prendre l’ascendant dans un premier temps, et si nécessaire qu’elle gagne le temps pour que « la masse » (qui serait les conscrits civils) puissent prendre la relève dans certains territoire. Typiquement pour tenir des carrefours et des villes, rien ne sert d’avoir des soldats professionnels. Des soldats avec quelques mois d’entraînement suffisent. En revanche, pour effectuer du combat interarmes et lancer des offensives de grande ampleur, c’est là qu’on aurait besoin de troupes d’élites. Toutes proportions gardées, c’est le modèle de la Wehrmacht. Elle était séparée entre les divisions Panzer professionnelles, fortement armées et entraînées, et la troupe qui se déplaçait à pieds et qui était moins entraînées. Après cela ne doit pas empêcher une augmentation de nos moyens en particuliers de l’artillerie qui fait défaut (13 LRU et 73 CAESAR, c’est pas très sérieux) y compris pour les seules troupes professionnelles.

      • Stoltenberg dit :

        La Wehrmacht? Sérieux, ces criminels boches sont un exemple pour vous? Beurk. Mais bon, cela ne devrait pas m’étonner.
        .
        La Wehrmacht a connu beaucoup d’échecs quand ses ennemis étaient bien commandés et bien motivés. Que ce soit en Pologne, en France (1940 et 1944) ou surtout en Russie où les boches se battaient uniquement car ils n’avaient plus aucun espoir de survie.
        .
        L’expérience de la 1ère Guerre Mondiale, et notamment du BEF montre que des troupes professionnelles, peu nombreuses, mais bien entrainées, aguerries et motivées peuvent faire face à un ennemi beaucoup plus nombreux en lui infligeant des pertes importantes. Au bout d’un certain temps, cela ne va pas suffire, mais cela donne le temps nécessaire pour former des forces plus importantes.
        .
        Voici un extrait de Wikipédia anglaise sur la bataille de Mons: « At the beginning of the war, the German and French armies numbered well over a million men each, divided into eight and five field armies respectively; the BEF had c. 80,000 soldiers in two corps of entirely professional soldiers made up of long-service volunteer soldiers and reservists. The BEF was probably the best trained and most experienced of the European armies of 1914. British training emphasized rapid-fire marksmanship and the average British soldier was able to hit a man-sized target fifteen times a minute, at a range of 300 yards (270 m) with his Lee–Enfield rifle. This ability to generate a high volume of accurate rifle-fire played an important role in the BEF’s battles of 1914. »

        • NRJ dit :

          @Stoltenberg
          Bon, on va dire que vous êtes fatigué et que vous ne savez plus très bien ce que vous dites. Penser que je prends la Wehrmacht dans son intégralité comme modèle, il faut le faire. Au cas vraiment ou vous seriez sérieux (mais j’espère que vous ne l’étiez pas en écrivant votre commentaire), sachez que c’est l’organisation militaire que je considérais comme une référence possiblement à suivre. Après, vous avez compris ce que je voulais dire : il faut pour la France une armée séparée entre un corps hautement professionnel et un deuxième corps formé pour des opérations plus limitées mais qui intègre grosso modo la masse.

          Par rapport à ce que vous disiez sur le génocide des troupes romaines sur les tribus galates la dernière fois, l’Italie doit également faire des réparations dans votre logique. En effet, si on considère que le fait que le différent régime politique entre l’Italie actuelle et la Rome antique (qui englobait tout l’Italie) puisse légitimer le fait de ne pas faire de réparations aux populations descendantes des galates (dans les Balkans donc), alors la République allemande qui est différente de la dictature totalitaire du 3ème Reich ne doit pas non plus faire de réparations. Et pourtant ils en ont fait suite à la conférence de Postdam avec aux demandes d’une commission spécialisée (c’est ce que vous vouliez, non?) qui a jugé le cout de leurs crimes. On peut dire que ces réparations sont insuffisantes et toujours critiquer, mais en tout cas, les allemands ont effectué les réparations de guerre que les allies ont convenu.

          • Stoltenberg dit :

            Je ne sais pas si vous parliez de la Wehrmacht dans son intégralité ou juste d’une seule partie. Si vous êtes un admirateur de l’Allemagne, c’est votre problème. Si vous voulez répéter des scénarios du passé sombre en nous vendant du rêve (Europe sous un seul drapeau) comme nos chers politiciens, c’est aussi votre problème. En ce qui me concerne, je pense que chaque pays devrait créer son propre système d’organisation militaire. La France c’est la France.
            .
            Arrêtez de parler des troupes romaines, c’est ridicule. J’ai essayé de vous l’expliquer mais visiblement c’est trop difficile à comprendre. Il n’y a aucune continuité juridique entre la Rome Antique et l’état italien. Ce n’est pourtant pas si compliqué! Et il existe une continuité juridique entre le Reich Allemand er l’Allemagne d’aujourd’hui. Techniquement, le Reich n’a jamais cessé d’exister! Et le parlement allemand siège toujours au Reichstag, quelle coïncidence! La constitution de la RFA définissait ses frontières légitimes comme étant celles de 1937. Visiblement, ils s’en foutaient même des accords de Potsdam. Et, enfin, ceux-ci ne concernent que les états signataires.
            .
            Comme je l’ai déjà dit à maintes reprises, ce qui m’intéresse c’est la justice. Tant qu’elle n’a pas été rendue, l’Allemagne sera toujours entachée de son passé criminel dans la conscience des peuples.

    • dolgan dit :

      russie: ben sa puissance en MBT a fondue et ça devrait continuer à baisser ces 15 prochaines années.
      .
      Turquie: Oui la turquie risque (mais c’est loin d’être fait) de quitter l’Otan. mais bon, la turquie vous fait peur? Pour les 20 prochaines années, on est tranquille. Surtout si Erdogan reste au pouvoir.
      .
      La chine, ben c’est à l’autre bout du monde …
      .
      Le Brésil: oui, le brésil est un géant endormi. Mais on a une énorme marge avant qu’il soit une menace pour la guyane (Si tant est qu’il le soit un jour). Le pays a un gros potentiel, mais il a de fortes faiblesses internes.
      .
      Sérieusement, avant de paniquer, comparez la puissance d’une alliance (très hypothétique) turquie/russie/biélorussie contre l’Otan SANS les US. On alignerait des forces supérieures en nombre et en qualité. Aucun des camps n’aurait les forces pour vaincre l’autre.

      • felipe dit :

        la question ne se pose pas en quantité mais en détermination à les employer dans la durée. si un de ses pays décide ne serait ce que de tenter le conflit avec 10000 hommes (pure hypothèse) des modes d’action et un équipement d’un certain niveau, nous avons le devoir d’y faire face. parce que c’est la responsabilité du pouvoir politique de l’assumer et des militaires de s’y préparer

        • dolgan dit :

          vos propos n’ont pas de sens. Que vient foutre le devoir dans l’histoire?
          .
          Si quelqu’un (la belgique?) décide de nous attaquer avec 10 000 hommes hyper déterminés et parfaitement équipés, on le pulvérise façon puzzle sans se fatiguer ni avoir recours aux réservistes. Le rapport de force est sans appel.
          .
          Les pays susceptibles de réunir ne serait-ce que ces 10 000 hommes sont peu nombreux. Et ils sont presque tous dans l’Otan …

          • felipe dit :

            vous en êtes encore à chercher à identifier un pays. ce n’est que la moitié du chemin et mon exemple n’est qu’un exemple de force combattante recourant à la guerre hors limites, dans laquelle il utilisera chars et artillerie sans hésitation. vous en êtes encore à penser qu’n petit pays fait une guerre de petit pays. Ce n’est pas une question de quantité ou de taille mais de manière de faire la guerre. les chefs militaires ne font que leur devoir de rappeler que le retour au formes de combat de très haute intensité , même avec 30 000 ou 40 000 h en ukraine, doivent être prises en comtpe dans notre modèle d’armée. rien de plus.
            quant à la notion de devoir, elle fait echo à l’objectif politique qui déciderait d’engager l’armée française dans un conflit de cette intensité. si nous devions entrer dans ce type de conflit , nous aurions le devoir de la faire avec les moyens adaptés. sinon c’est encore plus absurde.
            ce n’est pas l’objet de ce post mais il est du « devoir » des chefs militaires de penser ce genre de situation pour ne pas mettre les autorités politiques devant l’échec. rien ne dit que cela ne peut pas se produire.
            deux exemples pour mémoire :
            la réoccupation de la rhénanie. gamelin a dit qu’il fallait deux à trois mois pour mettre l’armée française en état de répondre à la violation du traité de versailles. on n’a rien fait et les allemands ont parfaitement capté.
            la 1ère guerre du golfe. pourquoi la france a t’elle envoyé la 6e BLB ? tout simplement parce qu’elle n’avait pas de corps blindé mécanisé professionnel. le 4e RD a été mis sur pied (3 escadrons) en raclant tous les EVAT de la cavalerie française; délais 4 mois. dans le même temps, les anglais engageaient 1 division de type OTAN

  3. Leum dit :

    Chaque nouvelle depuis 2007 démontre si besoin était que Morin est le pire Mindef de l’Histoire de la V° République et que le gouvernement Sarkozy c’est 5 années de perdues dans le domaine de la Défense.

    • NRJ dit :

      Je vous rappelle quand même que Sarkozy a du faire face à la pire économique depuis la crise de 1929 (celle qui a débouché sur la deuxième guerre mondiale). A l’époque au moins, on était dans les meilleurs pays européens en termes de croissance et de déficit. C’est facile de juger, alors que nous vivons actuellement dans une période de croissance importante au niveau de tout l’occident (mais on n’en est pas moins dans les derniers de l’Europe en termes de croissance, déficits, et chômage). Si ce gouvernement a réduit les dépenses, c’est qu’il n’avait pas le choix (on n’a d’ailleurs toujours pas le choix si on veut arrêter d’être à la remorque de l’Europe).

      • felipe dit :

        Je vous rappelle que la crise de 2008 est arrivée après les excellentes décisions de « petit nicolas ». je vous rappelle aussi que les économies de personnel, il n’y a que la défense qui les a faites (le coup du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux). toutes les réformes « au buldozer » de petit nicolas ont été des jeux de dupes dans lesquels ce que les interessés perdaient, ils le retrouvaient aussitôt (exemple la première réforme de la SNCF). ej vous rappelle enfin que dès son arrivée comme PM, en visitant l’EMA il s’était écrié « qu’on préparait encore la guerre de la guerre froide ». je vous rappelle enfin que petit nicolas n’a jamais voulu chercher à comprendre comment fonctionnait une armée et que la « pensée rumsfled » lu allait très bien. c’est sur qu’en ne regardant que des films de guerre américains… après on a eu petit François.. un autre poème.; le premier moins 50000 et les bases de défense, le second moins 30000 corrigés des variation saisonnières islamiques. et s’agissant du marchand de chevaux , n’en parlons pas. on était dans le « papa m’a dit de dire »

        • NRJ dit :

          Je serai intéressé de savoir d’ou vous tenez vos sources pour dire qu’il n’y a eu qu’exclusivement le Mindef pour faire des économies de personnels.
          Après, on peut certes critiquer les réformes, mais c’est pendant ce quinquennat qu’il y a eu la première baisse du nombre de fonctionnaires de la 5ème République (et la seule je crois) ce qui fait des économies à long terme. De même avec la réforme des retraites que tout le monde a critiqué, mais que personne n’a ose touché. Il y avait donc de vrais reformes. Peut être pas assez (on disait cependant à l’époque qu’il en faisait trop), mais l’inaction des présidents qu’on a élu après lui ne doit pas remettre en cause sa compétence.

          Enfin, à cette période, la seule menace considérée était la menace asymétrique. On peut critiquer a posteriori, mais personne ne prévoyait à l’époque l’apparition d’une guerre chaude (je vous conseille l’interview de Van Creveld dans le guerre et histoire n2 paru en 2011 qui explique avec des arguments très logiques et clairs que l’aviation allait disparaître).

          • felipe dit :

            pour le N°2 de guerres et histoire, c’est vraiment pas de chance : je les ai tous sauf ce nuémro et je ne trouve pas.
            1/on peut écouter tout « ceux » qu’on veut , la facture est là : moins 85000 postes dans la FP avant 2012… sur 2,6 millions fonctionnaires d’Etat, 1 million dans la FP hospitalière et 1.5 millions dans la territoriale.
            et sur ces 85 000, un peu plus de 50 000 dans les armées. comme si le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux ne touchait que les armées… tout ceci pour une raison simple : le « caid » qui joue les gros bras, le « winner » , ne les a pas joués avec les organisations syndicales. plus facile avec les armées qui ont le bon gout d’obéir et en virant des contractuels.
            2/ « a cette période, la seule menace considérée était la menace asymétrique ». vous avez tout dit sur la cécité politique et stratégique de ce PR. en 2007 (8 ans avant les attentats ), la france s’est engagée par solidarité en afghanistan, pas par nécessité stratégique. et encore, à peine engagé en Kapisa, il fallait « surtout pas de morts » et en sortir vite fait… ce PR est l’archétype du « jeune manager qui a tout compris et considérait que les organisations militaires étaient ringardes » . ce PR raisonnait en termes de politique intérieure : être réélu. Vouloir faire les guerres du présent (contre terrorisme et contre insurrection) en refusant de penser sur le long terme et les formes des guerres futures, et en se montrant le bon élève de l’OTAN nous a amenés , commes les américains, à l’échec stratégique,
            Au résultat, une armée déjà mal en point qu’on a sagement saucissonnée selon les principes de l’entreprise, en démontant le « back office » comme disait le marchand de chevaux. et paf, plus d’argent pour l’infra, pour le MCO, pas de renouvellement des flottes de souveraineté (on penser au cyclone IRMA°..;) et surtout , vite vite LOUVOIS parce qu’il fallait que la solde soit connectée sur les RH, comme nulle part dans la FP. maintenant le soutien considère les unités opérationnel comme des « clients ».
            De la part d’un mec qui a été guéri de voter pour cette droite là. c’est la seule bonne nouvelle des primaires des LR.

          • NRJ dit :

            @Felipe
            Vous oubliez que TOUTES les armées occidentales ont eu des réductions de budget dans ces années. Jusqu’en 2013, l’Allemagne, l’Angleterre, même les USA réduisaient leur effectifs (Obama prévoyait -50milliards par an soit 10% du budget de l’époque). A partir de là, le choix de Sarkozy était mauvais a posteriori mais cela ne remet pas en cause sa compétence. Quand la nullité devient le standard, elle disparaît d’elle-même.

            Et pour l’Afghanistan, vous oubliez que la guerre est liée au soutien populaire. La population ne soutenait pas la guerre en Afghanistan voire s’y opposait. Finalement Sarkozy a été viré et Hollande a sorti l’armée française d’Afghanistan. Vous pensez qu’il y aurait eu une meilleure solution si Sarkozy avait visé autre chose que l’élection ?

      • nexterience dit :

        C’est pas Sarko mais la structure de l’économie française (amortisseurs sociaux, etc.) qui l’a rendue résiliente à la crise de 2008.

        • NRJ dit :

          C’est quand même lui qui a eu à mettre sa crédibilité en jeu, qui a du investir pour éviter une perte de confiance totale en l’économie. La structure de notre société a peut-être aidé, mais c’est lui qui devait trouver les budgets.

    • Mamroud dit :

      sarkozy a fait pire : en éliminant khaddafi qui était certes un dictateur pas trop fréquentable mais qui aidait l’UE dans le domaine de l’immigration illégale il a créé un vide en Libye qui a des répercussions sur les pays voisins et qui encourage les trafics d’êtres humains c’est le même sarkozy qui a l’audace de donner des leçons en politique migratoire

    • Fifi dit :

      Hervé Morin est un homme de grand talent dont il faut admirer la performance. Avoir aussi systématiquement tort à propos d’absolument tout avec une telle constance, c’est proprement exceptionnel 🙂

      • roissard dit :

        + 1 000 000

      • NRJ dit :

        @Fifi
        C’est facile de critiquer. Quand on voit toutes les analyses de cette période, le constat est le même: personne ne prévoyait l’émergence des conflits hybrides tels qu’on les observe en Syrie ou en Ukraine. A l’époque, la vraie menace est la guérilla contre les forces occidentales comme en Afghanistan ou en Irak. A partir de là, avoir 400 chars Leclerc (et le cout de leur maintenance) n’était en effet peut-être pas le 0lus adapté pour faire face à des Talibans afghans. Vous aviez prévu, vous, l’apparition des conflits hybrides? Si vous me dites « non, je ne suis pas spécialiste », je vous prierai de ne pas critiquer alors.

        • EchoDelta dit :

          Gouverner c’est prévoir…
          On peut avoir peu de matériels mais des plans pour remonter vite. On peut avoir 200 chars mais savoir comment en produire 500 ou 2000 en 3 ans si besoin est, les équiper et former le personnel.
          C’est surtout cela qui est reproché au politique… Avoir un petit format d’armée car on en a plus les moyens OK, mais si d’aventure une guerre naissait comment se remettre rapidement en ordre de bataille avec quelles usines, quelles compétences humaines, quelle formation… Etc. C’est cela le rôle des politiques. Nous serons toujours surpris par les événement, ce qui importe c’est notre capacité à faire face et à revenir dans le match rapidement. Enfin il me semble.

          • dolgan dit :

            A moins de l’ouverture d’une faille dimensionnelle permettant l’invasion de la terre par des êtres venus d’ailleurs, on aura pas à produire 500MBT en 3ans.
            .
            Si un ennemi susceptible de nous menacer apparait, ce sera lentement et on le verra. ça se lissera sur 10/15ans minimum.

          • NRJ dit :

            Dolgan a parfaitement compris. Il n’y avait pas d’ennemi conventionnel vraiment visible dans les années 2008 2012. J’ajouterai que le vrai adversaire du moment c’est le Taliban afghan. C’est donc pour lui que l’armée devait se préparer. Et moins pour une imaginaire invasion d’un pays lointain.

        • Leum dit :

          La Russie venait d’envahir la Géorgie, annonçant l’actuelle guerre en Ukraine…. Donc oui c’était EVIDENT qu’il ne fallait pas mener la politique Sarkozy – Morin.

          Mais le petit Nicolas préféra vendre des armes aux Russes après avoir fait dans son froc face à Poutine…

  4. Yannus dit :

    C’est un Facon du ballardgone.

    Bravo et merci de dire les choses telles qu’elles sont et non pas comme on sougaiterais qu’elles soient.

  5. Schwarzwald dit :

    Enfin un qui ne manie pas la langue de bois.

  6. PK dit :

    Enfin un discours sensé… Bravo mon général !
    .
    Pour les thuriféraires du site, aficionado du blindé à roue et autres billevesées modernes dans un conflit de haute intensité, prenez en de la graine !

    • felipe dit :

      rien à voir. le débat roues canons a cessé depuis longtemps , pour des raisons techniques, de couts et d’organisation.
      il est vrai que la chenilles est la plus à l’aise dans les éboulis des zones urbaines (voir les vidéos en syrie).
      ce général ne fait pas l’apologie de la chenille, il veut seulement dire, comme le CEMAT q’uil faut réapprendre à faire la guerre (les militaires) et à supporter qu’on la fasse dans la durée (les civils).
      lre le livre de bénédicte chéron.

  7. tartempion dit :

    Voila un général qui tentant de sortir du lot , informe la commission de la défense national que l’eau chaude existe et qu’elle peut même brûler la peau ……Encore un grand bravo pour ce brillant travaille de recherche . Il n’empêche qu’après avoir déployé des lances roquettes multiples au Sahel , les lobbys du tout aérien ont rapidement obtenu le retrait de ce système d’armes pourtant très précis et bien moins coûteux que l’utilisation systématique d’avions de chasse .D’ailleurs si ce général d’opérette vient subitement de redécouvrir l’importance de l’artillerie , il faudra qu’il nous explique pourquoi, il n’y a pas si longtemps , l’état major avait préféré dissoudre des régiments d’artillerie .

    • Felipe dit :

      Voilà surtout et encore un général qui complète les discours du cemat et du cema, pour ne citer qu’eux… si on prend le temps de lire, aussi dans la presse locale, ils sont beaucoup a tenir ce discours. Il faut seulement des blogs comme celui ci pour en faire la diffusion. Le problème n’est pas de le dire mais que ça se sache. Combien de journaux ont repris cette audition ? Combien de journaux s’essayent à expliquer le sens de l’engagement au combat. Il est vrai qu’on attend aussi les politiques sur le sujet, sans le travestir en propagande bien sur..

  8. Barfly dit :

    Il est très intéressant le général Facon, très clairvoyant mais il dit des vérités que nous connaissons déjà et que seuls ne semblent pas voir (ou font semblants) les politiciens, ceux d’hier comme le très éclairé Morin et ceux d’aujourd’hui.

    Je sais que les contextes sont toujours différents les uns des autres et qu’il est idiot de transposer mais essayons d’imaginer une situation semblable à la bataille de Mossoul, il nous faudrait employer pas loin de la moitié de nos forces opérationnelles pour reprendre une ville comme celle de Lyon ou de Toulouse au main d’une force de 6000 hommes. Et alors quid du reste du territoire ?
    Et que ferait notre armée dans une situation identique à celle de l’Ukraine ? Nous critiquons les ukrainiens mais nos dépôts de munition seraient-ils à l’abris des saboteurs ? Je n’ose même pas me projeter dans une guerre de haute intensité contre un ennemi digne de ce nom. Nos 210 Leclercs et 77 Caesar ne dépasseraient pas 1 mois de combat. Mise à part la dissuasion nucléaire, je me demande si nous n’avons jamais été aussi désarmé qu’à notre époque. Continuons comme ça et nous allons encore le regretter et ce n’est pas faute d’avoir des exemples de moments de relâchement qui nous ont coûté cher dans notre histoire. A ce propos je conseille la lecture « L’Étrange Défaite » de Marc Bloch, un chef d’oeuvre de lucidité sur le mal français.

    • ak dit :

      C’est sur que le nombre de nos différents blindés/équipements conventionnels sont faibles voir très faibles, mais cela concerne la plupart des pays de notre « gabarit ».
      Comme vous le mentionnez, nous avons des SNLE performants et des ASMP/Rafale qui quelque part peut compenser ce faible niveau d’équipement vis à vis de nos éventuels agresseurs et ceci fait toute la différence. Aujourd’hui dans une logique de défense et de protection de la nation et du territoire, c’est le vecteur nucléaire avec un haut niveau de puissance et de distance de lancement dissuade le plus un agresseur. Il vaut mieux avoir des SNLE capable de renvoyer n’importe quel pays à l’age de pierre que 5000 chars Leclercs et 10 000 Caesar pour défendre notre pays… Les 2 serait bien sur le mieux, mais il faut faire des choix !

      • Lechavenois dit :

        à ak
        .
        Je partage votre avis.
        .
        Il me semble que nous pouvons pas nous passer de la dissuasion nucléaire, car avec notre dette de 3000 milliards d’euros, nos politiciens ne pourront que très difficilement ré équiper plus nos armées qu’ils ne le font aujourd’hui.
        .
        Cependant, en cas d’agression il serait illusoire de croire se défendre seul.
        La France bénéficiera nécessairement de l’aide et de l’appui de ses alliés européens, otanien, et même de ses partenaires économiques et financiers.
        .
        La France n’a jamais eu d’attitude unilatéralement belliqueuse ou agressive au cour de ces dernières décennies envers un pays particulier pour lui extorquer ses richesses par la force.
        .
        Au contraire, grâce à ses ambassades et ses chambres de commerces, la France a su nouer, après la crise due au premier choc pétrolier de 73, de nombreux partenariats et accords stratégiques structurants avec de nombreux pays tout autours de la planète.
        .
        Aujourd’hui, attaquer la France frontalement serait extrêmement périlleux pour l’assaillant, pour ne pas dire suicidaire. Une  » levée de bouclier  » généralisée au niveau mondial anéantirait définitivement notre agresseur par des représailles tant militaires qu’économiques et financières.

    • TINA2009 dit :

      Bsr BARFLY !

      Intéressantes réflexions que je partage pour l’essentiel!
      Pour ce qui concerne l’artillerie , j’ai , dans un passé très récent , stipulé que celle-ci ne dispose absolument pas des moyens nécessaires, quelque soit le calibre , objet de discussion.
      Pour ce qui concerne, le 155 CAESAR tracté et auto-porté doit voir des volumes multipliés par 4 / à ce qu’ils sont aujourd’hui.
      – Pour ce qui concerne les volumes en d’artillerie en 80, 60 et 40 mm , la situation est catastrophique : Nous devons arriver à un volume, pour chaque calibre mentionné, de 1000 exemplaires en service actif , au minimum.
      – Pour ce qui concerne l’Artillerie SOL-Air , il faut développer et acquérir une artillerie performante Française à 100 % . A thalès , arquus, Nexter, MBDA de jouer le jeu, avec un objectif de 500 systèmes,sol-air , minimum.

      PS :
      – l’armement en artillerie des citadelles présentes ( Belfort , Besançon, Carcassonne…) est impérative , avec une protection thermique adaptée, comme à SARAJEVO : La terre, il n’y a rien de meilleur!!! Et du 155 mm bien protégé , c’est une protection majeure renforcée… Et particulièrement dissuasif , dès lors que la protection est assurée via l’artillerie SOL-AIR, et la présence de L’Armée de l’Air.

  9. Pascal (l'autre) dit :

    Et nos politiques! Sarko, Fillon, Morin alias les « tableurs excel » Chirac, Alliot Marie qui promettaient alors qu’ils savaient pertinemment qu’ils ne pourraient tenir alors que l’on raclait les fonds de tiroir! et notre inénarrable et sémillant Fabius larmoyant avec la vaste fumisterie de la COP 21 et chantre du « toucher les dividendes de la paix » . Et sous le gouvernement Jospin avec le Morin de gauche Alain Richard 1 anée de programmation passé à la trappe!
    et j’en oublie certainement de tous ces baltringues qui nous ont gouverné.

    Il est de coutume de dire « gouverner c’est prévoir » …………………………………………………… avec les artistes que nous élisons on est pas dans la merde!!

  10. werf dit :

    Encore un général qui veut une armée conventionnelle avec beaucoup de tanks. Il doit prendre sa retraite car c’est « has been ». Les progrès de l’artillerie, des missiles et des lance roquettes ferait de toute tentative de ce type un cimetière de blindés plus grand que celui de Koursk. Quant aux ukrainiens, j’aurais bien voulu voir leurs 600 tanks en état de marche et en action. Ces « retours d’expérience » c’est du bidonnage complet. Il y a une impossibilité matérielle d’accéder aux zones de combat (cf. les observateurs de l’OSCE en Ukraine, que j’ai vu à l’oeuvre dans l’ex-Yougoslavie…) et ceux qui y participent n’en n’ont qu’une vue partielle et même partiale car il faut grossir les résultats de son camp pour justifier son intervention…

    • NRJ dit :

      On sait quelque même que la guerre en Ukraine a été d’une grande violence avec utilisation d3 part et d’autres de centaines de blindés. Après, je suis d’accord, avoir des centaines ou des milliers de chars n’est pas super utile. Il vaut mieux investir dans l’artillerie, les les drones, et les engins rapides type ERBC qui pourraient être assez rapide pour éviter de se faire pointer par l’artillerie adverse.

    • ji_louis dit :

      Renseignez vous sur la bataille de Debaltseve (Donbass). Cette petite ville est un noeud ferroviaire entre les 2 « républiques » séparatistes de Donetsk et Lougansk, nécessaire à la circulation entre ces 2 villes mais tenue (à l’époque) par les ukrainiens dans un saillant de front. Quand les ukrainiens ont envoyé des troupes blindées, celles-ci ont été détruites en quelques minutes par un tir de barrage d’artillerie longue distance russe.

    • Jean dit :

      Vous, qui vous permettez de traiter le général Facon de général d’opérette et dire que ces retours d’experience sont du bidonnage complet, faites nous donc part de vos lumières et dites nous quelle est votre expertise et experience.

    • Felipe dit :

      Ne prenez pas ce général pour un hasbeen. Il vous dit seulement que l’illusion de combats high-tech night et sans empreinte au sol c’est une erreur d’analyse que bcp de sociétés occidentales commettent. Il ne vous dit pas qu’ il faut 600 ou 1000 chars. Il vous dit seulement qu’il faut savoir durer si on décide de faire ce genre de guerre. Il vous dit que les vitrifications d artillerie, cela existe encore. Merci aussi de ne pas prendre vos jeunes camarades pour des chèvres. Ils savent aussi bien que nous tirer des conclusions opérationnelles des combats actuels. Ils ne vous ont pas attendu pour prendre en compte l’irruption de ntic. Ils ne commettent pas la même erreur que vous, ils essayent de combiner tous ces facteurs et non de les opposer entre deux formes de guerre. Enfin vos considérations sur le retex montent bien que vous êtes hors sujet. Vous avez des Grands et des petits qui travaillent sur des sources ouvertes et des notes plus confidentielles (à quoi servirait la drm et le attachés de défense sinon), et qui produisent des doc solides. Vous croyez peut être que les expressions de besoins en équipement se font au doigt mouillé??. Enfin il ne vous aura pas échappé que ce général s’adressent à des gens qui ne savent pas où que cela n’intéresse pas, parfois parce que ça fait peur.pas à des super kekequi ont quitté l’armée et qui savent forcément mieux tout sur tout..

  11. Parabellum dit :

    Un vrai conflit en Europe serait sans doute bref car il n y aurait plus d électricité ni d électronique et rapidement plus d eau ni rien a manger..sans parler de sabotages et d émeutes..le militaire pur serait sans doute marginal ou pour en finir…on doit penser autrement qu a 1940 ou meme a 68 coup de Prague..il faut revoir tous nos concepts et frappe en premier…La Défense française actuelle et future doit être autre qu anti guérilla sahélienne…

    • TINA2009 dit :

      Bsr PARABELLUM !

      Je demande votre expertise :
      – Le CONFLIT – les guerres plus exactement- en SYRIE , Est-ce du BREF CONFLIT?
      – Le CONFLIT en BOSNIE -HERZEGOVINE, SERBIE, à SARAJEVO, etc…. Est-ce du BREF CONFLIT???
      – Le CONFLIT en L’EST et L’OUEST DE L’UKRAINE, Est-ce du BREF CONFLIT?

      —> C’est pour effectuer la déterminationde la valeur de ‘UNITé intitulé  » BREF CONFLIT » selon vos propres termes? Ne vous sentez pas agressé , je m’informe …. Je suis réceptif , calme, posé… Couché, le ventre plein…. un verre de bière posé à mes pieds….
      J’attends votre réponse !

    • Green dit :

      Je suis d’accord, le conflit va se déplacer dans la société civile, dans les infrastructures, les reseaux d’informations et les opinions. Mais en fait le conflit existe déja de façon larvée et en basse intensité depuis plus de dix ans, et tout le monde sait qui agit de cette façon, la Russie, et a quelle fin, détruire l’union européenne.
      Il semble que Poutine a dit que la Russie n’avait pas perdue la guerre froide, car la guerre n’est pas encore finie.
      Et la Chine étends une toile d’hégémonie commerciale sur l’Asie et l’Afrique, one belt, one road, et au bout de la route il y a l’Europe.

      Je veux bien qu’on soit prêt pour un conflit de haute intensité, c’est le role des armées d’etre prètes a toute eventualité, encore faudrait il ne pas avoir perdu la guerre avant d’avoir tiré la moindre balle.

  12. lxm dit :

    Je pense que si l’occident et l’eurasie s’entretuent dans un conflit de haute intensité; non seulement l’usage d’armes nucléaires sera massif( utilisé à la blitzkrieg pour nettoyer le chemin et toute résistance) et suicidaire, mais ensuite un autre conflit viendra, celui du sud contre le nord dépeuplé et épuisé, à base de fanatiques, d’infanterie commettant les pires atrocités dans une boucle infernale de vengeance et de nihilisme.
    Quand erdogan a lancé une guerre sainte contre afrin et payé des djihadistes en terres et femmes, on a reculé de 1000 ans d’un coup.
    A cause de la montée vertigineuse des intérêts de la dette américaine, je n’exclue pas du tout que dans quelques années les USA retournent à l’isolationnisme en virant carrément 80% de leur armée, mettant les porte-avions sous cocon. L’armée américaine c’est 50% du budget fédéral. ça ou envahir le monde. Seule une fédération européenne pourrait avoir les moyens de compenser et dissuader, cela suppose bien évidemment la contrôle de la monnaie, fondamental pour financer un effort de guerre potentiel.
    Je vois le monde comme des aimants, un pôle négatif là, un pôle positif ici, et les 2 veulent coller ensemble pour se rééquilibrer mutuellement, les mentalités s’adaptent, les politiciens correspondants sont élus, les programmes et les évènements convergent pour envoyer tout le monde vers les abysses, le final génère une nouvelle distribution. En quelque sorte il faut aller contre sa nature, contre son impression naturelle, et se maitriser pour ne pas jouer ce jeu au dénouement macabre.
    La technologie est devenue trop avancée et destructrice pour que le monde puisse supporter une répétition du 20ème siècle. Le monde se cherche un mâle alpha, une structure de commandement unifiée qui réplique les flux commerciaux et d’information; mais des gros pays s’y opposent, comme les USA, la chine, la russie, pensant encore chacun jouer un rôle perso.
    Je le dis franco, la France pourrait prendre la tête d’une armée onusienne unifiant l’humanité, si elle trouve d’abord le bon modèle fédéral européen servant de bêta-testeur.

    • tschok dit :

      @lxm,
      .
      « Je pense que si l’occident et l’eurasie s’entretuent dans un conflit de haute intensité; non seulement l’usage d’armes nucléaires sera massif( utilisé à la blitzkrieg pour nettoyer le chemin et toute résistance) et suicidaire, mais ensuite un autre conflit viendra, celui du sud contre le nord dépeuplé et épuisé, à base de fanatiques, d’infanterie commettant les pires atrocités dans une boucle infernale de vengeance et de nihilisme. »
      .
      Putain, arrêtez, je bande.
      .
      Par contre, la fin est décevante:  » la France pourrait prendre la tête d’une armée onusienne unifiant l’humanité, si elle trouve d’abord le bon modèle fédéral européen servant de bêta-testeur »
      .
      Ca fait trop happy-end cucul-la praline, façon récit de propagande dithyrambique pour l’édification des masses vulgaires et ignorantes. Ou roman de la comtesse de Ségur, mais pour des abrutis, voire des crétins, pertes génétiques collatérales de la reproduction endogame (entre cousins du même village, sur plusieurs générations).
      .
      C’est là, à mon humble avis, que votre scénario catastrophe perd de son charme. Faut refaire la fin.

  13. Alex dit :

    L’armée francaise ne peut plus ce battre dans un conflit de haute intensité depuis longtemps hormis intégré dans une coalition .
    On ne peut imaginer faire la guerre au sol avec 77 000 hommes 200 MBT ,120 pieces artillerie et le pire 12 LRU

    • Barfly dit :

      C’est ce que je me répète.
      Seul, nous ne sommes pas grand chose. C’est la réalité de la France d’aujourd’hui. Un pays qui n’a pas les moyens de ses ambitions. Nous pouvons faire la guerre à des djihadistes ici où là et encore nous avons besoin du soutient d’autres pays mais face à un ennemi plus coriace nos lacunes se révéleraient vite au grand jour.

      Par contre au sein d’une alliance on peut se permettre de fanfaronner surtout quand on a à nos côtés les USA.

    • dolgan dit :

      Chiffres en temps de paix. à part les 12LRU, en temps de guerre les autres chiffres augmenteraient rapidement. Du matos emballé on en a (y compris du MBT) et des réservistes aussi.
      .
      Mais de la haute intensité contre qui? pour faire quoi? C’est ces questions qui permettent de savoir si le volume de l’armée est suffisant. si on regarde nos voisins, on a pas de quoi rougir et on est plutôt copain copain.
      .

  14. MAS 36 dit :

    « En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire » (Georges ORWELL)
    Nous voilà donc avec un général révolutionnaire, ça change. A savoir si maintenant nos ministres et députés qui jouent à l’autruche prendront les mesures qui s’imposent, notamment au niveau budget et remise à niveau des effectifs. Ces derniers pour ce qui concerne l’armée de Terre tiennent dans le Stade de France. On en frémit d’avance.

    L’artillerie ? au sahel déjà un tube de CEASAR non remplacé, ça promet pour le reste. L’OTAN (= USA) avec le recentrage isolationniste US, la division des pays de l’UE , il y a vraiment de quoi s’inquiéter. De plus c’est sans compter sur les ennemis de l’intérieur, renforcés ces derniers temps par des écolo-végans terroristes qui dispersent d’autant le travail des forces de l’ordre.

    Ne parlons pas de la résilience , la grande inconnue et pourtant essentiel sur la durée d’un futur conflit aux contours et à la durée incertaine. Le général ne parle pas de l’énergie , stratégique quand elle alimente ( électricité d’origine nucléaire ou pétrolière) tous les systèmes informatiques. C’es encore aujourd’hui le pétrole qui permet aux avions, chars, navires de se mouvoir. Quid des sources d’approvisionnement.

    Le général pointe également l’imbrication de plus en plus prégnante de la population civile dans les conflits, de plus quand les combats sont urbains. La gestion des flux de réfugiées ( alimentation, soins, le logement ) sera difficile. Maintenant il faut identifier le futur ennemi. Pour rester politiquement correct, comme à une certaine époque nous dirons que c’est le camp ORANGE. Qui lui aussi n’a pas les effectifs extensibles, et une population désireuse du bien vivre.

    • Électeur dit :

      D’accord avec vous, « MAS36 ». De votre exposé je retiens surtout « nos ministres et députés qui jouent à l’autruche ».
      C’est une vieille histoire. Dès 1972 le Premier ministre (Chaban Delmas) libérait les ministres et députés de toutes préoccupations dans le domaine de la défense nationale en déclarant, sans être contredit par personne : « les affaires étrangères et les armées, c’est le domaine réservé du Président ».
      .
      Contredit par personne parce que ce sont des affaires qui ne sont pas porteuses électoralement et n’intéressent donc pas les élus locaux qui forment la « représentation nationale » (terme officiel mais j’y mets des guillemets parce que ces gens ne sont ni représentatifs ni soucieux de la Nation) ni ceux qui sont de passage au gouvernement.
      Du moins ce n’était pas porteur électoralement à l’époque mais c’est en train d’évoluer.
      .
      L’indifférence des élus est en train d’évoluer pour deux motifs : 1) grâce à des blogs comme celui-ci, dont la fréquentation ne cesse de progresser en quantité comme en qualité, tous ces élus (même s’ils ne les lisent pas personnellement, d’autres les lisent pour eux : collaborateurs, journalistes…) s’aperçoivent que le sujet est électoralement porteur ; la sortie de Pierre de Villiers sous les applaudissements, passée en boucle sur BFMTV, est du même ordre ; 2) la récente modification (2014) du statut des militaires par le Conseil Constitutionnel permet désormais à ceux-ci de siéger dans les assemblées politiques locales sans perdre leur solde, comme les fonctionnaires ; de ce fait les élus locaux (les ministres et les députés sont des élus locaux) vont être obligés, au moins dans l’intérêt de leur carrière, de s’intéresser aux problématiques qui intéressent les militaires.
      .
      Le temps n’est pas loin où nos ministres et députés cesseront de « jouer à l’autruche ».

  15. Le Suren dit :

    Vu le prix du Leclerc, 1000 exemplaires me parraissent hors de portée. Mais serait-il possible de’avoir 400 Leclercs et 800 autres chars lourds pour les appuyer ? Le problème consisterait alors à se coltuiner deux cahines logistiques ? Impossible à résoudre ?

    • wagdoox dit :

      la production de 1000 Leclerc c’est 10 milliards d’euro.
      les dépenses actuelles d’acquisition de l’armée sont de 17 milliards et budget formation du pays est de 38 milliards. Rien d’impossible.

      • NRJ dit :

        Quid du Léopard 2 qu’on pourrait acheter en plus grande quantité pour moins cher ?

        On critique les allemands car le Rafale ne fait pas partie des remplaçants éventuels de l’Eurofighter. Il est temps de montrer qu’on est différent d’eux.

        • Fabien dit :

          @ NRJ
          Nous avons déjà démontré que nous sommes différents :
          -en gardant un meilleur sens militaire
          – en acceptant des accords où nous sommes perdants
          – en nous liant avec leurs entreprises pour Airbus, les chars, les drones…
          .
          Les Allemands font une guerre de rentabilité et nous la guerre tout court. Et je suis sur que les huiles du Pentagone le voient.

        • wagdoox dit :

          on critique les allemands s’ils achètent des F35 pas des EF.
          On a ce qu’il faut chez nous pourquoi aller chercher ailleurs ?
          Moins cher ? mais vous voulez rire ! L’état récupère une bonne partie de l’argent dépensé sur les leclerc via les impôts sur les entreprises et les salariés or un léopard 2 c’est 100% de l’argent qui part et rien qui revient en impôt français.
          On va leur montrer qu’on est différent et ils en seront ravis, ils auront fait leur beur et vous encore une fois vous aurez votre petite fierté du qu’en dira-t-on mais jamais les allemands ne nous renverrons l’ascenseur. Ca devient insupportable cette mentalité de jouer au seigneur avec l’argent des autres. typique de la haute administration et de la macronie !

      • Vince dit :

        On en sait rien puisque le coût unitaire est inversement proportionnel à la taille de la série, loi industrielle immuable. Et que personne ne connait les coûts pour refaire une ligne de production. Et pour finir toute la r&d est faite et quasi amortie.

        • wagdoox dit :

          exact mais ici, je prends le montant le plus élevé pour démontrer que ca serait tout à fait faisable dans un contexte de guerre. L’entretien sur 30 ans qu’une telle flotte ferait monter la facture.

  16. Ah Ca ! dit :

    Chien de guerre américain
    Quelle pensée servile! Contre qui et dans quel but ? Général de BIMA ayant fréquenté trop d »homologues africains.
    Je n’ai aucun doute qu’il redécouvrirait que son nombril se trouve sur la même latitude que sa bouche et son clairon de méthane.
    Vous les sortez d’où ces généraux? Science Po ou la SNCF ?

    • Frédéric dit :

      Vous avez bu avant d’écrire ? Que serait il passé si les milliers de gus au drapeau noir s’étaient infiltré à Bamako avant que la cavalerie française arrive – je ne parle pas de  »prendre » mais d’en faire un remake de Mogadiscio comme en 1993 -, combien de troupes aurait il fallu pour libérer ses 3,5 millions d’habitants ? Ce n’était pas l’équivalent de la brigade actuellement déployés dans le Sahel qui auraient était nécessaire mais bien plus !

      • Frédéric dit :

        Évidemment, pas de réponse à ma question. La technologie, c’est bien, mais avoir des hommes et du matériel en masse suffisante pour gérer les mégalopoles qui dans nombre de pays ressemble à des cours des miracles, c’est mieux. Je rappelle que l’armée brésilienne lance des opérations avec 4000 h avec soutien aérien juste pour contrôler un favelas à Rio.

    • felipe dit :

      qui etes vous ? et d’ou venez vous ? quel rapport avec son intervention à l’assemblée nationale ?
      où est la servilité ? que connaissez vous des généraux français ?
      en outre pour mémoire : bamako , janvier 2013 = 6000 ressortissants français

      avant de dire ce qu’il nous faut , il faudrait savoir comment se font les guerres en 2018. le retour des chars et de l’artillerie se combine avec l’usage des drones , de la guerre électronique, de la guerre informationnelle, des opérations spéciales et des technologies nivelantes. ce que vous dit ce général, c’est qu’il ne faut pas oublier les chars dans l’équation (voir la syrie, le yemen ou l’ukraine). les russes ont tout testé en syrie, le brouillage, les robots, le cyber, etc. (lisez la doctrine GERASSIMOV. les chinois ne font pas mieux (QIAO LIANG). pour eux il n’est plus question de débouler avec des milliers de chars mais de les utiliser sans hésitation. et ils ne sont pas les seuls. rien de plus.

  17. DEXTER dit :

    J’ai connu un Capitaine FACON en 1993 à ORYX en SOMALIE, je pense que c’est devenu le Général FACON et déjà à cette époque, il était un officier intéressant .
    Très bon article, en tout cas.

  18. Dimitri dit :

    Avec la protection de l’OTAN, de la dissuasion nucléaire, du sentiment qu’il n’y aura plus jamais de guerre de haute intensité et des économies possible, la France a été beaucoup trop désarmée depuis 25 ans. Nombres de char principaux à la baisse, artillerie classique pire qu’insuffisante, LRM transformé en LRU, aéronefs, munitions, nombres d’escadrons ou de régiments…
    L’armée de terre comptait 1079 AMX-30 en service en 1993, 240 leclerc aujourd’hui. 450 avions de combats en 1990, 220 aujourd’hui. En cas de conflit réel on ne tiendrais encore moins longtemps qu’en 1940. On aurais même pas de quoi équiper correctement 500 000 soldats réguliers, a moins de resortir les mas 38… Bon après chez nos voisins cela semble être identique donc l’ordre de puissance reste le même mais ce n’est donc pas une bonne nouvelle pour l’Europe de la défense !

    • lxm dit :

      Je m’inquiète que par rapport aux USA, allemands, suédois, russes et même chinois, il n’y ai en france quasi rien comme protection civile en cas de guerre nucléaire, même pour les militaires on manque de bunkers comme si on faisait le strict inverse de maginot, avant trop de bunkers maintenant plus assez. J’avais entendu une fois dire que cela rendait plus crédible le suicide français en cas de conflit avec l’urss, donc la dissuasion. Je me permets d’en douter fortement.

    • roissard dit :

      Qu’est-ce que le MAS 38 ?

  19. Polymères dit :

    Donbass, guerre moderne sur laquelle on doit s’inspirer?
    Ou serait-ce une guerre à l’ancienne avec des matériels anciens, des méthodes à l’ancienne avec des belligérants assez limites?
    60 000 irakiens pour reprendre Mossoul, certes, mais est-ce le reflet qu’on doit avoir nous concernant? 60 000 hommes, mais de quel niveau? On compte la dedans tout et n’importe quoi et dans la réalité des combats, il n’y avait que quelques milliers d’hommes dans la bataille.
    Si on avait été à la place de l’armée irakienne, avec nos moyens, nos tactiques, notre expérience, honnêtement, aurait-on eût besoin de 60 000 hommes?
    L’Irak a été envahit avec 200 000 hommes en 2003 alors que l’armée irakienne, les forces de sécurités et autres étaient nombreuses, que même si elle n’était plus ce qu’elle était dans les années 80, avait de quoi tenir.
    .
    Ne faisons pas de fausses comparaisons, ne nous projetons pas à la place des autres car nous ne sommes pas les autres et si certains galèrent ou peuvent galérer face à un ennemi, qu’ils ont besoin d’être à 10 contre 1 pour pouvoir peser dans une bataille, c’est souvent par ce que ces armées sont, désolé de le dire, mauvaises, mal équipées, mal commandées. Que penser après avoir vu toute une brigade irakienne fuir Mossoul (alors qu’elle disposait de chars et autres) devant l’arrivée de 400 terroristes de Daesh?
    A Falloujah, les américains étaient 10-12 000 au front contre 4000 types (qui étaient les mêmes que Daesh), ils les ont massacrés, en subissant moins de 100 morts. Donc relativisons un peu les comparaisons, de la même manière que l’armée d’Assad était à la ramasse et que la venue des russes, juste par un appui aérien (pas si énorme non plus, c’était une cinquantaine d’aéronefs), la situation s’est inversée, d’un conflit larvé ou l’on se saignait en masse et ou l’armée syrienne finissait par manquer d’hommes (malgré la conscription et les appuis de milices étrangères), on est passé dans une situation ou elle a repris l’initiative en subissant largement moins d epertes que l’adversaire.
    .
    Il y a beaucoup de facteurs à prendre en compte dans les conflits et les problèmes que certains peuvent avoir, ne sont pas des cas généraux, les besoins humains que certains doivent mettre pour prendre l’initiative et l’avantage ne sont pas des cas généraux, si dans un conflit comme en Ukraine on en vient à utiliser pleins de chars, ce n’est pas par ce que c’est le moyen idéal et adapté dont ils ont besoins, c’est juste qu’ils utilisent ce qu’ils ont dans les stocks. Ce n’est pas par ce qu’en Ukraine ou en Syrie on voit des chars, que ça veut dire que les conflits « modernes » démontrent son intérêt, c’est juste que ce sont les armes dont ils disposent et qu’ils utilisent car ils n’ont que ça, des matériels de 30-40 ans, pas qu’ils sont « adaptés », pas qu’ils sont « utiles » à ces conflits, juste qu’on fait avec ce qu’on a!
    Pas que les chars ou l’artillerie n’ont aucun intérêt, il convient tout de même de bien différencier le besoin réel avec le « on fait avec » et qui finit par imposer sa propre menace, sa propre contrainte et les réponses adaptés de l’adversaire, mais il ne faut pas s’en « inspirer » pour dire ou conclure que « non, aujourd’hui il faut des chars » car on l’a vu en usage chez les autres. De la même manière que si on voit une guerre ou l’on se combat au sabre (je caricature) ça ne veut pas dire que les guerres modernes imposent de devoir s’équiper de sabres pour dominer l’adversaire.
    J’appelle juste à relativiser l’observation des conflits qu’on peut faire, car ce qu’on observe, en Syrie, en Ukraine et ailleurs, ce sont des vieilles armées, usant de vieilles tactiques avec des vieux matériels et ça ne sont pas des « modèles » à imiter. Il faut voir ce que les Ukrainiens ont besoins, il faut voir ce que les Irakiens, les Syriens et d’autres achètent ou recherchent aujourd’hui pour éviter les misères qu’ils ont connus.
    Nous on peut bien entendu observer comment qu’ils gèrent leurs problèmes, comment qu’ils y répondent, comment qu’ils s’adaptent, mais eux, ils ne sont pas nous.
    .
    Nous concernant, avant de subir des barrages d’artillerie et j’en passe, il se passera d’abord une bataille du ciel, car qu’on le veuille ou non, l’aviation fait la différence dans tous les conflits. Si la contrainte est trop forte, si on serait en incapacité d’obtenir l’appui aérien, déjà je pense qu’on évitera de foncer tête baissée au sol. La nature « nucléaire » du monde actuel fait quoi qu’on le pense, largement diminuer les risques de conflits de hautes intensités entre grandes puissances et aucune des puissances nucléaires serait « forcée » ou se verrait imposer un conflit d’envergure de haute intensité sur son territoire. Entendons par là, que si un conflit de haute intensité peut avoir lieu entre deux puissances non nucléaires, qu’il peut avoir lieu entre une puissance nucléaire et une autre non nucléaire, ben ce dernier conflit se passerait forcément et en toute logique chez la puissance non nucléaire et que si la première ne veut pas d’une guerre, la seconde ne viendra pas la chercher chez elle.
    Ce qui veut dire que l’armée française, si elle doit mener un conflit de haute intensité, cela se fera forcément à l’étranger en raison du risque nucléaire évident. cela vaut pour l’ensemble des pays ayant l’arme nucléaire. Je sais que beaucoup « oublient » cette réalité, qu’on imagine encore, par passion de l’Histoire et autres, qu’on pourrait revivre des conflits comme 14-18 ou 39-45, mais ce monde là n’est plus, l’arme nucléaire a complètement bouleversé « l’ancien monde ».
    On reste, heureusement ou malheureusement selon les points de vues, dans une logique d’interventionnisme bien plus que dans une situation d’un pays qui doit se reposer sur une armée conventionnelle pour se défendre. On ne fera pas la guerre contre un ennemi dont on sait que notre « corps expéditionnaire » n’est pas capable de traiter seul, on pourra participer avec des alliés pour le faire, ou alors on laissera, tant pis pour les intérêts qu’on voulait défendre, la France ne sera pas envahie par l’ennemi qu’on voulait combattre. On usera de plus en plus sur des pays tiers pour mener les combats, on soutiendra, on armera, on encadrera, c’est ce qu’on fait déjà, comme le cas irakien face à Daesh. Il y a 3 ans certains voulaient envoyer une force occidentale de 100 000 hommes pour chasser Daesh, critiquant qu’avec les irakiens ça n’avançait pas assez vite, que les bombes ne suffisent pas, pourtant même s’il a fallu plus de temps, que l’armée irakienne a plus galéré que nous ne l’aurions fait, ben au final Daesh a été vaincu (même si l’idéologie et le terrorisme reste).
    On doit prendre conscience de cette réalité qui s’imposent et risquent de s’imposer de plus en plus.Même les russes en Syrie on joué ce genre de jeu et peu importe ceux qui rêvent de belles chevauchées historiques pour vanter la fierté militaire nationale, ce procédé « d’assistance » militaire porte ses fruits, même si ça se tire, on a peu de morts, on apporte des moyens limités (moins de dépenses d’argent) dans ce qu’il faut et fait défaut à nos alliés. On a beau critique qu’on ait envoyés que 4 « pauvres » canons (selon l’expression de certains) en Irak, que quelques avions, pourtant le résultat est là, peu importe aux généraux de salon (du net) qui veulent voir de gros déploiements ou qui s’imaginent à tort qu’on ne pouvait pas plus. On a apporté un soutien ou il fallait, que ça a pris 3 ans au lieu de 6 mois ça change quoi quand on regarde le bilan de nos pertes? Valait-il mieux voir des VBCI se faire péter à Mossoul et nos hommes mourir plutôt que les irakiens juste pour le plaisir de certains derrière leur écran? Non, l’important c’est la victoire, peu importe les moyens qu’on met, peu importe les chemins qu’on choisit pour y arriver.
    L’engagement « massif » de nos forces dans une guerre d’usure de haute intensité est peu probable car on ne « s’usera » pas pour les autres. Mais si un gouvernement français envisagerait de pousser la France dans une épopée « conquérante », ben la conscription reviendra, l’augmentation des budgets également et là on serait dans un contexte ou on affronterait un ou des ennemis capables de créer un contexte de haute intensité, mais actuellement on ne le fera pas, dommage pour l’image de puissance ou je ne sais quoi, mais c’est ainsi et l’arme nucléaire maintient une dissuasion qui empêchera une épopée conquérante d’un autre pays.

    • Sam dit :

      Je ne suis pas tout à fait sur votre ligne mais votre commentaire est très pertinent et apporte des arguments.

  20. Poorfendheure dit :

    Des chars… Des chars…
    Mais les missiles d’épaules coûtent moins cher et les suppriment très bien

  21. tschok dit :

    « Nous devons penser à la perspective de conflits de haute intensité »
    .
    Oh, sans blague?
    .
    C’est pas pour dire, mais ça fait un peu post-it sur le frigo, du genre: « chéri, avant de rentrer du bureau, n’oublie pas d’acheter du mou pour le chat. Bisou, ta coquine qui t’adore, mon gros matou ».
    .
    Je ne doute pas que le général Facon, commandant du CDEC (donc, les meilleurs des meilleurs en matière de pensage de la guerre de demain to infinity and beyond), soit un pur cérébral, de très haut niveau. Mais faut-il vraiment déployer la partie la plus intense de notre matière grise pour simplement concevoir que la guerre puisse devenir intensément insupportable? Avec toute la débauche de moyens que cela suppose?
    .
    Le général me donne l’impression d’ajuster son discours à des gens qui n’ont plus d’ancrage dans l’histoire, comme s’il vivaient une vie d’emprunt dans un présent irréel.
    .
    C’est moi qui suis décalé, ou…?
    .
    Sinon, ça fait plus de 20 piges que les mâles alpha accumulent des armes à feu en tout genre partout dans le monde, avec le concours actif de leurs soumis et soumises. A un moment, ils vont céder à la tentation de s’en foutre sur la gueule, ces cons-là.Vu les arsenaux en question, il ne faut pas s’attendre à un truc à faible ampérage. Faut bien que ça serve à flétrir les chairs, toutes ces armes merveilleuses.

  22. roissard dit :

    « capacités dimensionnantes »… j’adore ce vocabulaire, surtout quand je pense que nous avons si longtemps parlé « d’effectifs ». Comme nous étions ignares, alors !
    En tout cas s’il est un domaine où nous avons ces fortes « capacités dimensionnantes », c’est bien dans celui des généraux (300 dit t’on) et ça commence « à générer et à entretenir une masse, pour conserver une réserve permettant de prolonger une action ou de réagir à celle de l’adversaire », ouf !

  23. Lassithi dit :

    Très bien, pour faire la guerre, il faut des hommes et du matériel.
    Notre AdT pourrait à peine remplir le stade de France un soir de concert. Quant au matériel…
    C’est vrai qu’à Saint-Cyr on enseigne pas les évidences…
    Et maintenant on fait quoi ?

  24. golf dit :

    J’ai du mal à comprendre ce général lorsqu’il déclare que les militaires ukrainiens ne sont pas imprégnés de culture militaire russe.Ce général omet de répondre à une question JJ Larsonneur député de Brest au sujet du manque d’hélicoptères lourds.Ce que je retiens de la prestation de ce général c’est un grand numéro auprès d’une représentation peu aux faits de l’art militaire.Ce général enfonce des portes ouvertes en reprenant les propos du Gal Foch“ la réalité du champ de bataille,c’est qu’on y apprend rien; on fait ce que l’on peut avec ce l’on sait”.

  25. Edouard dit :

    J’ai bien peur que notre format d’Armée actuel nous empêche de mener un combat du type de Mossoul. Avec l’attrition de ce type de combat, notre belle machine ne tiendrait pas bien longtemps la route j’ai bien peur. Ou du moins, ne pourrait pas renouveler ensuite ce genre de combat.
    La guerre traditionnelle est extrêmement gourmande en hommes de troupe. On serait vite épuisé. Heureusement que les forces capables de mener ce genre de conflit sont loin et rare on va dire… Sinon les forces spéciales, c’est bien mais ça n’est pas là pour tenir le front.

  26. Ocean dit :

    lynx et les délires européens !!

  27. Eric dit :

    Voilà une analyse qui pose quand même certaines questions… Le général en question est-il au courant de la stratégie de défense officielle de la France, ou essaie t-il d’en imposer une nouvelle ? Est-il le porte-parole d’une certaine hiérarchie militaire, qui serait apparemment nostalgique des gros bataillons ?
    Il me semble pourtant que le pilier de la défense nationale, c’est d’abord la dissuasion nucléaire. C’est pourquoi nos forces conventionnelles sont limitées en taille : d’abord parce que toute attaque directe et massive contre le territoire nationale entrainerait de notre part une riposte nucléaire, avec nos armes tactiques pour commencer, puis en dernier ressort avec les stratégiques… Ensuite parce que la dissuasion coûte très cher (20 % du budget d’équipement des armées) et qu’il faut donc faire des choix.
    Alors quoi ? Une guerre urbaine de forte intensité chez nous ? A moins que nos services de renseignement deviennent aveugles, sourds et muets, personne n’imagine qu’une armée de 5 ou 6000 djihadistes va se constituer et s’équiper demain matin dans nos banlieues. C’est beaucoup plus insidieux que ça de toutes façons et ça concerne d’abord la police (qui manque encore plus désespérément de moyens que l’armée, mais c’est un autre débat). Quant à une guerre « extérieure », il est bien évident que nous n’avons pas la possibilité de la mener seuls, et que nous opérerions dans tous les cas dans le cadre d’une coalition.
    De toutes façons, refaire une armée comparable en taille à celle de la guerre froide, ou de la guerre d’Algérie (pendant laquelle nous avons atteint plus d’un million d’hommes sous les armes !) nécessiterait des investissements colossaux, et bien plus de 3 % du PIB : nous étions à plus de 6 % en 1960… Ca nécessiterait aussi et bien évidemment le rétablissement du service militaire.

  28. Fred/Fanderson dit :

    Commençons déjà à avoir des munitions pour les hk416 !!!

  29. Sam dit :

    On se moque de notre intelligence à réinventer la poudre tous les cinq ans. La masse n’a pas réapparu avec le conflit en Ukraine, elle a simplement jamais disparu. Il était où ce général pour analyser les conflits au Zaïre, au Sud Liban, en Géorgie, au Cachemire ?? Déjà en train de gagner ses galons en fournissant les arguments du livre blanc de 2008 ?

  30. wagdoox dit :

    C’est fort interessant mais la masse a été contre balancé, il y a longtemps par les armées de destructions massives. Et plus particulièrement la bombe nucléaire dans le schéma français.
    C’est un vieux débat qui voyait déjà l’armée de terre s’opposer au président de Gaulle sur l’acquisition de la bombe nucléaire justement par peur de perdre ses effectifs.
    Le problème est qu’aujourd’hui on s’est tellement reposé sur la bombe qu’on a plus l’armée conventionnelle pour intervenir que dans des guerres asymétriques. Il va falloir arrêter de se cacher derrière la bombe atomique pour retrouver des marges de manoeuvres. Ca peut pas être rien ou atomisation. De plus la bombe ne peut etre utilisé dans la plus part de conflit moderne. C’est une arme de non emploi. Trump avait juste en parlant de 4%, on y vient entre le renouvellement nucléaire (qui reste obligatoire), le renouvellement (IA, armes hypersoniques et énergétiques) et l’agrandissement des armées telles qu’on les connaissaient, plus l’armée cyber et le coup d’accélérateur dans le spatial…
    2% c’est une blague.

    • MERCATOR dit :

      « De plus la bombe ne peut être utilisé dans la plus part de conflit moderne. C’est une arme de non emploi.  »

      Eh bien NON , justement l’arme atomique change complétement la donne , c’est justement l’arme ultime de dissuasion du faible au fort, aucun conflit majeur depuis 1945, je reste persuadé que les soviétiques ont,heureusement pour l’ Europe, manqué l’occasion d’envahir l’Europe ,France exceptée , dans les années 70, 80 , les Yankees n’auraient jamais sacrifié Philadelphie ,Detroit ou New York pour Berlin , nonobstant le « Ich bin ein Berliner  » de Kennedy , ni d’ailleurs Leningrad ou Moscou pour les russes , là où cela ne fonctionne pas c’est pour la Corée ou le Pakistan car ils sont assez imprévisibles,bref les chars, les canons, les grandes unités, c’est du passé comme la cavalerie l’a été en 1914, pour les guerres asymétriques, des forces spéciales, des drones, des avions furtifs ou non , ce qui est important, c’est le nombre pour un effet de saturation et bien évidemment des sous marins d’attaque et lanceurs d’engin pour la dissuasion nucléaire .
      .

      • felipe dit :

        et bien si , l’arme atomique marque l’aboutissement du modèle occidental de la guerre dont toutes les composantes sont allées croissant depuis 2000 ans, du combat de contact sur 1 hectare , au combat interarmées sur la planète entière. l’arme nucléaire c’est le dépassement de tout. l’tuilisateur comme la cible ne maîtrisent plus rien et c’est l’engrenage.
        cette apocalypse ne peut se concevoir que dans une dialectique de pouvoir politique. aucun pays nuc n’utilisera l’arme nuc contre un pays qui n’en possède pas. pas plus qu’il ne le fera chanter. pourquoi KIm a voulu l’arme ? pour ne pas être éjecté par les USA. pourquoi les iraniens la veulent ? pour exister.
        pensez vous un instant que notre PR utilisera l’arme nucléaire dans un autre contexte ?
        la question du retour de la guerre avec des moyens lourds ne s’inscrit aps dans la logique de la grande guerre patriotique mais tout simplement dans le durcissement des opérations. il faut donc s’en doter car si un jour , et c’est plus probable , il faut faire la guerre comme en syrie ou en ukraine , avec en outre tout l’environnement cyber, informationnel et techno, il faut savoir le faire et durer.
        sauf à considérer qu’il suffit d’y aller « pour un petit coup » et puis rentrer à la maison. dans ce cas là les soldats seront morts pour rien. c’est ce que desportes appelle « l’épaisseur stratégique ».

        • dolgan dit :

          Les japonnais avaient donc la bombe nucléaire? soyons sérieux ….

          • felipe dit :

            je n’ai pas dit cela et je ne vois aps le rapport. je ne parle pas d’un pays mais de la dialectique du nucléaire. les américains ont joué aux apprentis sorciers à bon compte mais se sont eux aussi rendu compte des effets dévastateurs du nucléaire et se sont rendu compte qu’un emploi éventuelle leur ferait perdre toute crédibilité internationale. dès la fin de la guerre, les US pensaient l’utiliser sur le champ de bataille. il a fallu que certains pay européens leur rappellent où allaient tomber les bombes. ils ne l’auraient jamais utilisé en premier.

            sans revenir sur les motivations politiques et opérationnelles des deux bombardements nucléaires de l’histoire, il s’agit seulement de considérer que le principe d’utilisation de l’arme nucléaire ne peut se concevoir hors la logique de dissuasion entre puissances nucléaires. en 2018, aucun pays ne prendrait le risque de déclencher le feu nucléaire, sauf si territoire était submergé.
            ce qui en fait vraiment une arme de non emploi

    • dolgan dit :

      Non, le « problème » c’est qu’on ne trouve pas d’adversaires à notre hauteur. On fait des guerres asymétrique en position dominante sans avoir à forcer . Y voir un signe de faiblesse et de décadence, c’est un symptôme qui mérite consultation chez un spécialiste.

  31. Électeur dit :

    @ Fifi : excellent !
    Mais d’un autre côté, il faut voir que Morin est considéré comme un exemple à suivre par tous les arrivistes de la politique : maire d’un bled de 1500 habitants (mille cinq-cents) il est devenu président de Région en passant tout simplement par la case ministre ne faisant pas d’ombre au Président-chef.
    .
    Lorsque les militaires siégeront dans les assemblées politiques locales (comme les fonctionnaires) ce genre de parcours politicien ne sera plus possible.
    .
    Désormais (depuis novembre 2014 grâce au Conseil Constitutionnel à la demande du Conseil d’État) les militaires peuvent siéger dans les assemblées politiques locales sans perdre leur solde.
    .
    Le cas Morin ne devrait donc plus se reproduire (juste le temps que la décision du Conseil Constitutionnel fasse sentir ses effets lors des prochaines élections).

  32. Yves Cadiou dit :

    Monsieur Lagneau, Je ne comprends pas que vous laissiez passer un commentaire comme celui du pseudo Mercator, qui n’est rien d’autre qu’insultant.
    .
    Je ne connais pas le Général Facon mais j’apprécie qu’il écrive ce qu’il pense sans se demander s’il est « dans les clous ».
    Et inversement je n’apprécie pas du tout qu’un connard sous anonymat se permette de l’insulter publiquement.
    Que ce « Mercator » et le modérateur reçoivent l’un et l’autre l’expression de ma réprobation.

  33. Bonjour ,
    Comme je le répète à chaque fois qui m’en est donné l’occasion … une armée crédible est une armée qui ce donne une suffisance en matériels en tout genre …. Nous avons des femmes , des hommes compétents formés aux matériels les us modernes …
    Mais le talon d’Achille de nos forces armées est une insuffisance béante en matériels …. Avions de combats pour 2025 moins de 200 appareils …. Avions de transports de matériels et troupes , nous louons toujours des Antoov aux russes , mais aussi des gros porteurs aux Américains ….. Nos armées ont des matériels de hautes technologies …. mais fournis à doses homéopathiques … En cas de conflit majeure et intensif , à part menacer l’ennemi avéré de larme nucléaire , si toute fois cet ennemi ne possédais pas l’arme nucléaire , dans un premier temps nous serions obligés de mettre en oeuvre des moyens que nous n’avons pas …. À compétences égales , l’armée qui aurait cette suffisance en matériels est celle qui devrait prendre l’ascendant sur l’autre …. puis si , cet ennemi possède l’arme nucléaire …. alors les choses deviendraient encore plus compliquées …. Ça va réagir et tant mieux … Nous devons , pas attendre 2025 pour augmenter le budget DÉFENSE …. Notre budget est aujourd’hui de 34 milliards d’euros hors pensions …. il devrait être à près de 50 milliards d’euros … J’entends déjà certains , notre pays est endetté ….
    Il n’y a plus d’argent …. un refrain récurent …. à savoir qu’une nation , en effet ce doit de veiller à ces finances …. mais entre le tout et le rien , ce n’est plus des océans qui nous séparent , mais des années lumières …. Il ne faudrait pas que nous ayons à le regretter …. c’est ont jamais …. notre monde est d’être un long fleuve tranquille …. Et quand nous constatons que des nations s’arme avec frénésies … et qui augmentent leurs budgets défenses de 5 a 10 pour cent par an …. cela ne peu que poser question ….
    Nous prenons du retard par rapport aux cinq ou six autres grandes nations qui elles font l’effort budgétaire … Certes nous avons nos points forts , mais nos faiblesses sont béantes ….Le retard que nous accumulons , sera difficilement rattrapable …. . Je ne fait que poser le constat , ni plu ni moins ….
    À très bientôt .
    WILLIAM ALEXANDER.

  34. aleksandar dit :

    Il faut donc se préparer a une guerre de haute intensité qui sera urbaine.
    Or justement la guerre urbaine n’est jamais de haute intensité a cause du terrain et de la dissémination.
    L’exemple de Mossoul ? La coalition a rasé les deux tiers de la ville, pas vraiment un combat urbain. Des chars en ville ? Depuis le Liban on sait qu’on peut parfaitement utiliser un lance-roquette a l’intérieur d’un immeuble. Mauvaise idée, c’est d’ailleurs en ville que les Syriens ont perdu la majorité de leurs chars.
    Quand a un conflit de haute intensité en campagne, vu ce qu’il y a en face, ce n’est pas 200 chars de plus qui vont faire la différence.
    D’où la dissuasion nucléaire qui sanctuarise le territoire national et que le territoire national.

    • Bonjour,
      Aleksandar , la dissuasion , face à un adversaire qui lui même détient l’arme nucléaire est le dernier ressort …. Si les intérêts de notre pays étaient mis à mal à l’autre bout de la planète , car la FRANCE à des intérêts et territoires sur tout les océans de la planète …. et que notre adversaire lui même détient l’arme nucléaire , nous serions obligés dans un premier temps d’intervenir conventionnellement … La question est les moyens en matériels …. Porte avions … avions de combats Opérationnels …. et non cloués au sol pour manque de maintenance …. même chose pour nos hélicoptères …. même chose pour nos avions gros porteurs pour transports de matériels lourds et troupes …. je vous rappel , que pour le moment nous louons des gros porteurs RUSSES ( antonov ) et gros porteurs Américains …… Je m’ arrêterai là … Puis si nous suivons votre raisonnement , à savoir que nous avons l’arme nucléaire …. et que donc nous risquons pas grand chose ….. Alors expliqué moi , pourquoi les grandes nations malgré leurs arsenal nucléaire ne cessent de d’augmenter leur matériels conventionnel …. en avions de combats ,en porte avions , en chars , en bâtiments de surface et sou marins et bien d’autres matériels …. Avec respect , je puis vous dire que votre commentaire me paraît plus que naïf …. Surtout ne prenez point ombrage …. respect à vous et d’ailleurs pour toutes celles et ceux qui émettent des avis et qui argumentent et quelques soient les divergences ….. Mon point de vue contrairement à la plus part des intervenants , n’est en aucun cas de présumer de la façon d’on pourrait ce déclaraient un conflit majeur … et ou et comment …. mais simplement de poser un constat et uniquement ça …. Aucunes théories quels quelles soient ne peuvent être crédibles , si le constat de l’état de nos forces armées et de leurs capacités en suffisance de matériels en tout genre ….
      Cela m’apparaît être une des conditions incontournable afin qu’une armée puisse accomplir et faire face à un adversaire ….
      Le reste est secondaire ….
      Aleksandar , je vous souhaite une bonne journée …
      À très bientôt
      WILLIAM ALEXANDER .

    • Vince dit :

      Ce n’est pas tant le char en soi qui est inadapté au combat urbain. Les T72 et BMP se sont fait allumer à Grozny parce que le débattement de leurs armes principales étaient insuffisants, qu’ils n’étaient pas accompagnés d’infanterie et ne bénéficiaient d’aucun support. La recette perdante a été ré-appliquée par les Syriens, alors qu’en face il y avait des combattants tchétchènes qui avaient expérimenté la recette gagnante.
      .
      Reste qu’à Grozny il a fallu une moyenne de 6 rpg au but pour mettre un tank HS. La réponse russe est le BMPT – pas trop de retex cependant.

  35. Jean-François Geneste dit :

    Nous ne sommes pas menacés. Nous avons l’arme nucléaire comme l’ont fait remarquer certains. Prendre l’exemple du conflit ukrainien suggère que nous pourrions être impliqués dans un tel conflit. Ce serait une erreur grossière et nous savons très bien qui a déstabilisé l’Ukraine.
    Participer à des conflits de haute intensité hors du sol français voire européen, pour lesquels il n’y a, encore une fois, pas de menace, voudrait dire que l’on intensifie un néocolonialisme guerrier, ce qui serait particulièrement contre-productif.
    Il ne me reste à commenter que le combat urbain. Qui a dit que l’on a besoin de combattre pour soumettre une cité? On a le droit d’être intelligent. Certes, on n’est plus au temps de Philippe de Macédoine, mais pour autant sa technique avait du bon… Et les moyens aujourd’hui pour éviter la guerre dans des zones urbaines même contrôlées par Daesh, si on en avait la volonté, sont légion. Mais il faut être un minimum intelligent… J’ai eu l’occasion de dire ce qu’il fallait faire dans des groupes de travail ad hoc dont les conclusions, connues, n’ont jamais daigné être publiées. Pourtant… Et beaucoup le savent. Il y a donc d’autres intérêts en jeu qui conduisent à vouloir tuer des civils et les laisser être sous la coupe de forces qui ne sont pas si antagonistes que cela puisqu’au final on ne se donne pas les moyens de les neutraliser.

    • felipe dit :

      non monsieur geneste, pardon mais vous faites deux erreurs
      en 2018, construire une armée face à un adversaire potentiel identifié forcément étatique est dépassé. on peut le regretter mais aujourd’hui on construit (parce qu’on parle d’avenir) une armée face à des types de situations opérationnelles qui perdurent ou émergent , voire se combinent. c’est tout le propos du général. notre défi est de préparer une armée à combattre aujourd’hui, demain et presque après demain. si les masses blindées refont leur apparition, quel que soit le contexte,il faut s’y préparer.
      identifier ses ennemis potentiels à court ou moyen terme pour en décliner le modèle d’armée ne revient qu’à faire la moitié du chemin. une armée se construit sur 15 ans ou 20 ans. nous l’avons touts oublié. et cela nous a couté cher en 1940. il faut donc raisonner sur le champ des possibles et non sur celui des probables. tout doit se faire bien entendu en fonction de nos moyens mais si nous avons encore des ambitions au plan international, il faut les outils en conséquence.
      le général insiste sur l’évolution des types de conflits, par sur leurs origines géopolitiques. son discours sur l’ukraine aurait pu s’appliquer à la syrie, au yemen, et même à l’afghanistan car le constat est partout le même : le recours massif à l’artillerie, aux chars, se combine avec les pick-up et les mitrailleuses, sans oublier la couche high tech et l’emploi des armes lowcost dernier cri : les missiles anti chars par exemple. aujourd’hui une compagnie para sur camionette tactique voire sur VAB ne fait plus peur en Afrique ; on l’a découvert en RCA. c’est cette complexité alliée à l’accroissement des combats qui est mise en avant et que l’armée française doit intégrer dans son organisation, son équipement (que nous achetons pour 40 ans…) et son entrainement.

      • Vince dit :

        « que nous achetons pour 40 ans… »
        .
        C’est peut-être là la problématique la plus cruciale : l’équipement coûte une fortune, et donc ne se renouvelle pas rapidement – on le fait durer sur 20 voire 40 ans donc. Or la situation géopolitique mute de plus en plus rapidement. L’anticipation relève de plus en plus de la boule de crystal.
        .
        D’un côté l’inertie du matériel – choisi en fonction d’une doctrine précise (ex le Leclerc), de l’autre un environnement de plus en plus « liquide ».

        • felipe dit :

          je vous suis mais comment faire autrement ? et pourquoi en changer s’il fait (encore) l’affaire. on en revient à la question du niveau techno attendu d’un équipement , ce qui ne fait pas tout. il faut aussi raisonner en termes d’entraînement et de dispo technique.
          pour être concret , le VAB a traversé 40 ans , et il a donné satisfaction. il est simplement au bout du rouleau et la nature des menaces exige son remplacement rapide. au point que de d’en reconstuire un coute autant que d’acheter un vbmr
          le XL a encore du potentiel devant lui.
          c’est bien l’option de l’armée de terre : mixer le dernier cri et le plus rustique, acheter du neuf et rétrofiter. parce qu’on ne peut pas tout changer tout le temps.

  36. Green dit :

    Pour faire court, je pense que nous avons un défi important, et c’est la principale menace concrète contre nos intérêts actuellement, qui se met en place pour nos territoires d’outre mer, entre l’océan indien et le pacifique. La Chine va chercher a nous expluser et s’installer a la place, je pense qu’elle a déja commencée.

    Bien sur ce n’est pas un conflit ouvert de haute intensité, plutot une longue stratégie de tension et d’influence avec un objectif a long terme. Donc la première arme concernée est la marine, mais aussi le cyberespace et l’espace informationnel.

    • dolgan dit :

      ça c’est une possibilité (assez probable) mais à l’horizon 30 ou 40 ans. Il peut s’en passer des choses d’ici là.
      .
      Avant de se tourner vers nos petites iles, ils veulent soumettre (sans forcément faire la guerre) leurs voisins et foutre les US dehors. Il y a encore du boulot pour y arriver.

  37. Carin dit :

    Certains parlent de 200 chars… mais ça ce sont les chars Leclerc rénovés! Il y en a d’autres qui serviraient pour les pièces en attendant que l’industrie monte en puissance.. ce à quoi il faut rajouter les quelques centaines de chars AMX30B2 qui se trouvent sous cocons mais peuvent êtres réactivés sous court préavis, quand aux équipages, c’est pas la mer à boire pour former ces équipages en quelques semaines/jours? Et en ce qui concerne les effectifs de nos armées, je voudrais vous rappeler qu’aujourd’hui une personne de cinquante ans a les mêmes possibilités physiques qu’une personne de trente il y a seulement 50 ans de cela… donc en cas de guerre de haute intensité beaucoup de gens pourraient êtres rappelés et très vite envoyés au front, du fait que leur formation est toujours présente même 15 ans après avoir quitté l’armee! Il faudrait donc plusieurs stade de France pour contenir les armées mises en ordre de bataille sous court préavis!!
    Et du fait de l’age de la mortalité, un soldat de 50 ans en Europe de l’ouest, est de bien meilleure constitution que son homologue d’europe de l’est!!!

    • Bonjour,
      Mr Carin , faudrait il encore pouvoir doter
      les recrues de (50 ans ) d’armes et surtout avoir le temps de les former …. Ou allez vous chercher ce genre de scénario … Si demain nous devions faire face à un conflit majeur ou nos intérêt à l’autre bout de la planète seraient mis à mal …. pardons , mais ce n’est point de combattants de 50 ans que nous aurions besoins …. mais de bâtiments de surfaces …. de sous marins …
      de portes avions , de moyens amphibies …
      et tant d’autre choses … helas que nous avons , mais en trop petit nombres et souvent pas loin d’être vétuste ou tout au moins pas du dernier cru …. oui nous avons quelques beaux fleurons , mais en nombre insuffisant … Notre armée , me fait penser à un salon ou serait exposé les armes les plus performants technologiquement …. une armée pleine d’échantillons …. mais en tout petit nombres …. Vous devez vous mettre à l’esprit , qu’une armée crédible , qui a confiance en elle , est une armée qui c’est quelle peu compter sur du matériel en suffisance …. Aussi compétents que peuvent êtres les femmes et les hommes qui la compose , si les matériels ne sont pas en insuffisances , il y a de quoi être inquiets …. Dans l’histoire de l’humilité , les armées les mieux formées et les mieux équipées ont toujours pris l’avantage sur leurs adversaires .. Épiloguer sur telle ou telle stratégie et autre je ne sais quoi , ne sert absolument à rien …. l’essentiel est d’avoir les moyens suffisants pour faire face et ce dans la durée …. Rien qu’un exemple , la France , deuxième puissance maritime de la planète avec 11 millions de kilomètres carrés avec des intérêts partout sur les océans du globe … si nous devions intervenir , face à un adversaire puissant …. nous , pas assez de batiments de surfaces …. de sous-marins …. un seul porte avions …. manque d’hélicoptères ….
      d’avions de combats en trop petit nombre … Une armée ce doit d’avoir une capacité d’intervention avec les matériel en nombres afin de pouvoir être dans la durée …. Pour terminer , Sans la suffisance
      une armée ne peu affronter un adversaire doté en nombres de matériels ausdi performant que nous ….
      C’est un sujet récurent … qu’il vous faut intégrer …. ( Si j’ai 6 rafales et vous 1 avec l’armement aussi performant que le votre ? ….. ) même chose pour les hélicoptères …. et autres bâtiments de surfaces … et autres porte avions …. et autres et autres et encore et encore ….
      À très bientôt .
      WILLIAM ALEXANDER.