Le Burkina Faso, maillon faible du combat contre les groupes jihadistes au Sahel?

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

3 contributions

  1. Auguste dit :

    Et Blaise,qu’est-ce qu’il en pense de tout çà?.Des envies de retour?.De son temps le Burkina n’était pas trop emmerdé par les djihadistes.Des mauvaises langues disaient même qu’il s’arrangeait avec eux.Et sa garde présidentielle qu’est-ce qu’elle devient?.Ne me dites pas qu’elle est passée chez les barbus,j’y croirait pas.

    • LLH dit :

      Blaise Campaoré est citoyen ivoirien maintenant, et il vit en Côte d’Ivoire sur invitation de son allié Alassane Ouattara.

      Est-il aussi un peu impliqué dans le désordre croissant au Burkina Faso ? Avec lui rien n’est impossible … en effet, il « s’arrangeait » avec eux, ses services servant d’intermédiaires pour notamment des négociations de libération d’otage. Les salafistes lui savaient aussi gré d’avoir accueilli, dans les années 93-94, des salafistes algériens expulsés de France, à la demande de Charles Pasqua qui ne pouvait pas à l’époque les renvoyer en Algérie.

      Le Burkina Faso était « terrain neutre » pour les Jihadistes à l’époque de Campaoré. Maintenant, c’est un pays à déstabiliser.

      A noter que depuis l’enlèvement du prêtre italien, toute la frontière Niger / Burkina est passée en zone rouge sur le site du MAE français. Zone à éviter pour les blancs donc.