Général Lecointre : La doctrine nucléaire française « fondée sur la stricte suffisance et la légitime défense est mise au défi »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

51 contributions

  1. Dimitri dit :

    Un beau discours plein de bullshit sans queue ni tête. Merci mon Général, bel exercice réussi, un vrai politique.

    • Fred dit :

      Ben moi, j’aurais aimé que les militaires américains aient ce type de questionnement avant d’aller « instaurer la démocratie » en Irak. Mais, être un impérialiste dominant, cela rend sourd (plus la douleur compréhensible des américains, qui, elle, rend aveugle). Colin Powell a eu un temps ce type de discours, jusqu’à ce qu’il cède lâchement, en rase campagne sous le monticule des faucons testéronés.
      .
      Je trouve pour ma part rassurant ce type de propos. Il suffit de se replonger dans le processus de déclenchement de la première guerre mondiale pour apprécier.

      • Clément dit :

        @Fred
        Et pourtant, dans le domaine de la recherche sur les questions de sécurité et défense, les américains sont à la pointe. Depuis longtemps l’armée collabore totalement avec les universités et les chercheurs, c’est même un exemple dans le monde.
        Mais encore faut-il que les politiques et les décisionnaires militaires écoutent. Et un labo de science politique, même sponsorisé par l’US Army, n’a pas le poids des lobbys industriels et énergétiques.

        • Fred dit :

          @ Clément
          C’est, hélas extrêmement vrai et rageant. J’ai tout de même une bonne opinion, globalement, de notre armée actuelle. Mais il est vrai qu’elle est aidé en cela par notre position d’impérialisme secondaire, pas totalement à la botte ; du moins conscient* :o)
          .
          « Je suis misérable, mais, me connaissant misérable, je suis grand » Blaise Pascal

    • Clément dit :

      Vous confondez « bullshit sans queue ni tête » avec « langage technique ». Et la « politique » avec les « questions de sécurité et défense » (un domaine des sciences politiques).
      Par contre, en effet, pour quelqu’un de pas habitué aux publication dans ce domaine, ça peux paraître un peu abscons. Mais si je lit la publication d’un mathématicien, ça sera la même chose pour moi !
      Il n’y a rien d’humiliant à ne pas savoir, mais il vaux mieux humblement demander des explications que de dénigrer le sujet.

    • aramis dit :

      que la pertinence de l’analyse vous échappe est une chose, dire que c’est de la merde en est une autre. Autrement, il y a play boy ou le journal de mickey….

    • Alexandre dit :

      Si j’ai bien compris, il nous indique qu’il est temps de transférer des parts du budget alloué aux moyens « traditionels » (avions de combat, divisions blindés, force nucléaire etc…) vers des domaines plus utiles aujourd’hui compte tenu des menaces ( sécurité informatique, satellites, forces spéciales, aviation légère etc…). Son exposé est technique et il fait attention à ne blaisser personne.Non ce n’est pas un « vrai politique » mais c’est à eux qu’il s’adresse (ses propos sont tirés d’une audition parlementaire) et donc il adapte son language.

  2. Yves Cadiou dit :

    Merci à qui m’indiquera si ce document est visible en ligne, et où. Je ne l’ai pas trouvé.
    J’aimerais savoir quel est le terme utilisé par le Général Lecointre : parle-t-il des intérêts « vitaux » de la France comme l’écrit notre hôte (le discours de Jacques Chirac à l’Île Longue en 2006) ou des intérêts « supérieurs » (la mission des armées définie par la loi) ?
    C’est important car ce n’est pas du tout pareil, notamment quant au seuil nucléaire et au raisonnement dissuasif.

    • Yves Cadiou dit :

      J’ai trouvé le texte que je cherchais en lien hypertexte dans l’article suivant de Laurent Lagneau.
      Le Général y mentionne les intérêts de la France sans préciser s’ils sont « vitaux » ou « supérieurs » : cette imprécision est certainement le meilleur choix.

    • Clément dit :

      Dans la terminologie officielle, les Opérateurs d’Intérêts Vitaux sont les entreprises et administrations s’occupant de la défense, de l’énergie, l’eau, des télécoms, ainsi que certains dans le domaine des transports.
      « Un secteur d’activités d’importance vitale, tel que défini par l’article R. 1332-2 du Code de la Défense, est constitué d’activités concourant à un même objectif, qui :
      « ont trait à la production et la distribution de biens ou de services indispensables (dès lors que ces activités sont difficilement substituables ou remplaçables) : satisfaction des besoins essentiels pour la vie des populations ; exercice de l’autorité de l’État ; fonctionnement de l’économie ; maintien du potentiel de défense ; ou sécurité de la Nation » ;
      « ou peuvent présenter un danger grave pour la population ». »
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9rateur_d%27importance_vitale

    • Géo dit :

      @ Clément
      Ce que vous dites est vrai. Mais le discours lu par Jacques Chirac à l’Île Longue en 2006 (un discours d’énarque, pur jus) mentionnait « les intérêts vitaux de la France » et non pas seulement les secteurs d’activités indispensables à l’activité économique et à la vie de la population. La préservation de ces secteurs d’activité, c’est ce qu’on appelle « la défense civile » (sous l’autorité des préfets dans chaque département). Ce n’était certainement pas pour parler de défense civile que ce président avait choisi de s’exprimer à l’Île Longue. Il était là pour parler de dissuasion.
      .
      La cuisante leçon de juin 40 constitue le socle de notre doctrine de dissuasion. Le rédacteur de ce discours dit par Jacques Chirac avait oublié de se demander si les intérêts de la France qui avaient été menacés en juin 1940 étaient « supérieurs » ou seulement « vitaux ».
      Demain, si une portion de notre territoire était soudain occupée par des forces armées étrangères (e.g. le port du Havre, une île de notre littoral ou de nos outre-mers, Perpignan rattaché à la Catalogne, etc…), ce ne serait pas vital mais ça relèverait de nos intérêts moraux et donc des « intérêts supérieurs de la Nation ».

  3. wagdoox dit :

    « l’immunité sécuritaire sur le sol national s’est estompée » et « les conflits extérieurs ne restent pas extérieurs » l’internationalisme c’est la guerre ! je suis ravis que ca soit enfin reconnu !
    Les gauchos pensaient que les guerres s’arrêteraient quand les frontières s’évaporeraient, nous y sommes, la guerre est partout !
    En d’autre terme la population française est incapable de soutenir un effort militaire, au nom de la morale et la diversité, la guerre c’est pas bien mais les marches blanches c’est top, Paris c’est une fete https://www.youtube.com/watch?v=IO7IQ8OSUOo.
    Et enfin la France ne peut plus se cacher derrière l’arme nucléaire. Il faudra redonner du gras à l’armée.

    • John dit :

      Vous pouvez pas sérieusement penser ce que vous dites?
      Que dire des guerres qui étaient poussées par les nationalismes?
      .
      Demandez aux personnes âgées si elles préfèrent vivre maintenant que pendant les années 30 où l’internationalisme n’existait pas vraiment… Cet internationalisme est l’un des facteurs qui limite le potentiel des guerres inter-états.
      Ca ne veut pas dire qu’il y a la paix partout… Mais si vous regardez les diverses statistiques:
      – nombre de morts en guerre au cours de l’Histoire
      – années de conflit entre grandes puissances
      La seule tendance négative est le nombre de conflits civils. Mais tous les conflits ont perdu en intensité !

      • wagdoox dit :

        Les vieux, les vieux toujours les vieux, regardez l’avenir un peu pour changer !
        La fin des guerres à grande échelle c’est pas du tout l’internationalisme, regarder en 1912 le ministre de la guerre britannique disait que les échanges avec l’Allemagne interdisaient toutes guerre, on connait la suite. C’est l’arme nucléaire qui a permis de « refroidir » les guerres. Ensuite il y a une différence en internationalisme et mondialisme, il faudra un jour apprendre à faire la différence entre travail entre nation et suppression des nations dans les organisations supranationales.
        C’est justement parce qu’il n’y a plus de frontière que l’argument de la bombe est entrain de tomber. Arrêtez un peu les évidences datées et commencez à réfléchir au monde actuel par vous meme.

    • Wolf dit :

      Demander de soutenir une guerre semble aujourd’hui beaucoup solliciter à notre nation. Voyez le tumulte après UZBIN.. Imaginer par exemple que la Russie décide de « libérer » les russophones des Pays baltes. Vous imaginez l’effet au 20 h que l’on a perdu le contact avec un régiment d’infanterie faisant face aux forces russes ? Ou à la destruction de plusieurs rafale ou celui d’un escadron Leclerc ? Je n’ose pas imaginer la révolte médiatique et populaire , ce serait un  » faut il mourir pour Riga-Tallin-Vilnius »?!

      • sentinelle dit :

        réponse non

      • Yannus dit :

        Le tumulte d’Uzbin n’est pas lié aux pertes 10 morts et près de 30 blessés, mais des conditions dans lesquelles elles ont eu lieu.
        On a découvert qu’un pays comme le nôtre avec des Rafales, des Tigres, était capable d’envoyer tout un régiment en slip dans des montagnes bourrées de talibans.
        J’ai les 7 péchés capitaux du chef miliatire (Gilles Haberay ; Hugue Perot)
        -S’engager sans renseignement : leur informateur Afghan s’est envolé deux heures avant le départ de la patrouille et personnes n’a trouvé cela étrange. Au lieu d’envoyer un détachement à pied en reconnaissance, le survol d’un drone aurait probablement permis d’éventer la présence des talibans qui les attendaient aux sommet du col (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sperwer)
        -Se laisser imposer le terrain : ils sont tombés dans une embuscade.
        -Subir le rythme de l’adversaire : De bout en bout, les talibans avaient l’initiative. LEs premiers soutien aériens ont commencé à tirer 1h30 après le début des combats et ce parce que la situation était devenue suffisamment désespérer pour risquer des tirs fratricides.
        -Sous-estimer son adversaire, cela va sans dire, les talibans ne comptant pas leur pertes, ils ont entraînés les Français dans un combat que les Français n’étaient pas sensés mener vu les moyens disponibles en France mais pas sur le terrain pour éviter justement que les fantassins aient à combattre dans cette situation.
        -Manquer d’Audace : Non pour la bonne raison que la situation ne permettaient pas à nos soldats d’avoir le luxe d’en avoir.
        -S’obstiner inutilement : C’est peut-être le seul point positif puisque l’enjeu des Français a été de se retirer le mieux possible en limitant les pertes.
        – Céder à la panique : En aucun cas on peut parler de panique dans les rangs français.

        • datamo dit :

          Au dessus des points précis que vous évoquez, nous pouvons ajouter la mise en doute par une grande part des français du bien fondé de notre engagement dans ce bourbier pour des résultats quasi nuls depuis le début.

      • Cricetus dit :

        D’où l’enthousiasme de certain pays européens a construire et acquellir des bases et des unités d’outre Atlantique….
        Et acheter des F35…

    • Fred dit :

      @ wagdoox
      Où donc as-tu vu que les frontières se sont « évaporées » ?

      • wagdoox dit :

        ahahaha! Vous appelez ces passoires ou on arrete meme pas les terroristes de retour en France des frontières ! Ou des gamins peuvent partir en Syrie sans l’accord des parents pour les papiers ? Aller …

  4. MP3 dit :

    Nous sommes globalement tous d’accord avec ce constat. Il reste à trouver le chemin pour parer à ces stratégies hybrides.

    • nike dit :

      Mettre en place nous aussi des stratégies hybrides pour rééquilibrer la bataille.
      On arrivera à un équilibre qui figerai les choses, un peu comme la guerre froide.
      L’histoire est un éternel recommencement seules les moyens changent.

      « … le recours à des combinaisons technologiques nucléaire/numérique peu traçantes, sont susceptibles de bouleverser la dialectique héritée de la Guerre froide « .
      Comment faut il comprendre cette phrase du CEMA ?
      a) On se prend une attaque nucléaire mais on ne sais pas qui a tiré (peu traçantes) ? Comment riposté dans ce cas, on ne va pas tirer en aveugle ?
      b) Le CEMA considère qu’une attaque « numérique » peut être aussi grave qu’une attaque nucléaire ? ex : on se fait piraté une centrale nucléaire qui du coup explose ?
      c) Je suis preneur de votre interprétation
      Rq : Vu le niveau d’informatisation que prend la société je suis persuadé que supprimer internet à un pays revient à le tuer. Physiquement il n’y a pas un mort, par contre imaginez 1 minute que nos banques ne soient plus en capacité de dire ce qu’il y a sur nos comptes bancaires, que nos entreprises ne soient plus capable d’accéder à leurs données, etc, etc… On revient dans les années 70 sans s’y être préparé. Que faire dans ce cas ? On balance une bombe nucléaire alors qu’il n’y a pas un seul mort ? Encore faut il que l’on sache qui est à l’origine de la l’attaque.
      Quand j’entends dire que les Russes espionnent/recherchent les passages des fibres optiques océaniques, qu’ils développent des satellites « tueurs » de satellite, qu’ils ont des usines à troll, que les chinois fournissent la majorité des serveurs informatiques mondiaux, je me dit que la bombe du futur est une bombe numérique. Elle ne tue plus personne mais elle met à plat un pays.

      • jean pierre dit :

        et en voulant supprimer le cash ce que le systeme bancaire veut faire, c’est la totale

  5. basstemp dit :

    A un moment donné, moi je pense qu’il serait peut être temps d’apprendre a émettre une nouvelle « clarté » sur les menaces (pas si nouvelles d’ailleurs)

    Comme par exemple, expliquer aux zentils musulmans tout plein d’amour pour tout ce qui n’est pas islamo-compatible qu’un jour la ligne rouge sera franchit … Et que peut être alors il sera de bon ton de tout simplement sulfater leur capitale religieuse de sorte a ce qu’ils comprennent qu’a force de menacer la France, c’est leur religion même qu’ils mettent en danger …

    Car une fois la mecque sulfatée a la giroflée a 6 pétales de 100 KT : Leur religion ne pourra alors plus que s’effondrer (puisque allah n’aura manifestement pas été capable d’empêcher cela …)

    Mais avant même d’en arriver a ce type de « dissuasion la » , cela ne sera possible en effet que si on veut bien déja coté français admettre que c’est bien la religion dite « islam » qui menace clairement la France et pas seulement sa composante djihadiste (il suffit d’observer les comportements globaux des musulmans pour s’en appercevoir si on a un minimum les yeux ouverts et un sens de la survie a l’échelle de la civilisation occidentale)

    Car si on est pas capable de s’admettre de la véritable menace, alors a quoi bon ?

    Ce que je dis vous choque ? En Russie, je met ma main a couper que le sujet ne choquerais personne et que Poutine a déja des Topol M directement pointé sur la Mecque spécialement dédié pour en finir avec cette religion qui menace clairement une civilisation entière :

    La civilisation occidentale de l’homme blanc caucasien …

    Et qu’il n’attend plus que la série d’attentat qui le convaincra d’appuyer sur ce putain de bouton …

    Moi je pense vraiment qu’a un moment donné, que la France aura le devoir de bien faire comprendre une chose au monde islamique et a comment il évolue et combien il s’incarne en menace de civilisation et qu’elle aura donc le devoir d’être prête a frapper

    Et pour preuve, on a déja déjoué de attentats qui étaient sensés mettre en oeuvre du matériel chimique en tant qu’attaque …

    On devra franchir le pas, que les gauchistes aveuglés le veuille ou non, la guerre de civilisation est bel & bien LA !!!

    • fred dit :

      @ basstemp
      Détends-toi, vieux, la religion catholique est la première au monde en nombre de fidèles, et celle des « grandes » religion qui croit le plus en pourcentage. Eh oui, les « Roberts » se multiplient (quelle horreur) comme jadis, soit-disant les pains et les poissons [ce qui reste à vérifier].
      .
      Foie d’Athée, je ne trouve pas ça drôle, pour ma part :o)

      • basstemp dit :

        Je m’en fout de la « religion catholique » : Que je sache, elle ne menace en aucun cas nos modes de vie en Europe et elle s’est parfaitement accommodée du cadre laïciste français

        A partir du moment que tu viens citer la religion catholique, en fait je pense que tu viens prouver que tu es hors débat : Car seule ta haine gauchiste de l’ancienne religion qui n’emmerde plus personne en France est alors ta seule vision des choses

        Va faloir revenir sur Terre frédo : La religion chrétienne ne menace PERSONNE ! L’islam c’est par contre autre chose …

        • Fred dit :

          @ basstemp
          Le catholicisme Opus-déien irrascible des « Roberts » est menaçant selon moi, qui défend la mémoire des Francos, Pétain, Mussolini, Pinochet …
          .
          Moi athée, j’ai très concrètement participé à des actions aux cotés des très catholiques Abbé Pierre et Sœur Emmanuelle, car ils restent des Hommes derrière leur pensée selon moi aberrante, interprétant leurs religion de manière positive, ne pratiquant pas l’immonde charité, et ayant un discours politique et plébéien au sens noble. Idem pour les musulmans : je peux être en accord tactique avec certains qui rejoignent ma morale, et en totale opposition avec les islamistes.

    • Clément dit :

      L’Islam, comme le Christianisme est un monothéisme spirituel, détruire un lieu saint ne détruit pas ce genre de religion. Même si le lieu saint est très important, il n’abrite pas le pouvoir divin.

      • basstemp dit :

        Certes, mais ça permet de remettre les pendules a l’heure pour nombre de « croyants »

        Que se passerait il pour l’islam et sa relation aux croyants si la Mecque se verrait pulvérisée (au nucléaire) par une puissance occidentale ?

        De nombreux croyants se verraient alors forcé de voir en face tant déja combien leur dieu n’a pas pu l’empêcher et combien leur comportement aura finalement condamné d’autres …

        Pour un vrai croyant ça serait une remise en question forcée

        D’ou pourquoi j’estime que c’est bien une cible d’intéret dans le conflit de civilisation en cours car ce conflit a bel & bien lieu …

  6. Math dit :

    Réflexions fécondes! J’attends avec impatience les prises de position…

  7. Raymond75 dit :

    Il est intéressant de constater que pour les militaires, la souveraineté d’un pays se résume en fait à l’usage potentiel des armes, y compris des armes nucléaires, armes de dernier recours destinées à ne pas être utilisées, mais qui l’ont été deux fois, et sont en constants développement partout où c’est possible. La souveraineté d’un pays s’exprime aussi par sa capacité à éduquer correctement sa population, a lui fournir des conditions de vie décentes, à être libre de déterminer ses lois, et à accéder à une économie qui relève exclusivement d’accords commerciaux. La France ne maitrise plus son immigration (européenne et extra européenne), et certains pays où se battent nos soldats sont des lieux de trafic d’êtres humains. Le chômage structurel racage notre pays depuis trente ans. Nous sommes surendettés, ce qui limite nos possibilités de développement et d’intervention. L’Union Européenne s’est prosternée devant les lobbies de la finance internationale, notamment en imposant le dumping fiscal et social, et son corolaire la désindustrialisation. Cette Union nous impose des compromis de très bas niveau qui ne résolvent jamais aucun problème. Et pour terminer sans être exhaustif, lorsque l’Oncle Sam dit à la France « petite, tu ne vendras ni n’achèteras rien à tel ou tel pays », immédiatement les entreprises quittent se pays, et le gouvernement ‘souverain’ se couche. Il y a longtemps que nous avons perdu la vraie souveraineté, celle qui permet de décider, à l’insu du plein gré de nos gouvernements successifs. La vision militaire de la souveraineté ne saurait être autonome, et le toujours plus en équipements et recrutements ne garanti rien de plus. Il ne peut pas y avoir de véritable souveraineté dans le contexte européen et mondial actuel.

    • Orion dit :

      Les armes nucléaires ne sont pas faites pour ne pas être utilisé, la doctrine de la dissuasion prévoit qu’elles ne seront pas utilisé sauf..
      .
      L’arme elle même a été conçu pour être utilisé, sans quoi la doctrine et l’arme n’aurait aucun sens.
      .
      De plus, le concept de dissuasion n’est apparu qu’après Hiroshima et Nagasaki, bien après d’ailleurs… Donc votre discours n’a ni queue ni tête.. Cela dit c’est habituel avec vous, hors sujet bien 90% du temps…

    • Wolf dit :

      Vous avez raison à propos de l’oncle Sam… C’était le prix à payer pour le débarquement en Normandie en 1944 , pour les accords de Bretton Wood … Sujétion militaire , économique, morale et culturelle! Je ne suis pas certain que les adversaires des Etats Unis à l’aube du 6 juin 1944 auraient eu de telles exigences envers nous, au sein de l’Europe nouvelle d’après guerre…

    • Sacha dit :

      Raymond 75, le genre de type dont parle le cema très précisément.

      • Raymond75 dit :

        Rappelez moi quand l’armée française a protégé la France d’une invasion. Indiquez moi quelle opération l’armée française est capable de faire sans le soutien américain. Indiquez moi quels stabilité les armées occidentales ont amené au Proche Orient et au Moyen Orient ? Rappelez moi quand les développements militaires ont été facteurs de paix. La bombe nucléaire nous protège ? contre une attaque venant d’un pays nucléaire bien résolu ? contre le terrorisme ? La Suisse est elle plus menacée que la France et moins bien défendue ? Nos armes nucléaires nous protègent elles contre la main mise de la finance internationale qui détruit notre société ?

    • Arthur dit :

      « armes de dernier recours destinées à ne pas être utilisées »
      Disqualifié dès ce bout de phrase… same player shoot again !

      • Raymond75 dit :

        Elles seront utilisées à nouveau un jour, que vous vivrez peut être, vous et vos enfants. Vous leurs expliquerez alors que l’effort militaire est plus important que l’effort de paix. Mais il est plus simple en effet.

  8. Spender dit :

    Comment est calculé ce seuil de strict suffisance? si le mode de calcul est connue ?
    Je me doute bien qu’avec les arsenaux américains et russe environ aux alentours de 4000 chacun(source wiki) on a de quoi enterrer l’humanité plusieurs fois …

  9. Auguste dit :

    La bombe nucléaire ne nous protège pas,elle dissuade contre un ennemi la possédant.Une fois lancée,on risque la riposte et ni d’un côté ni de l’autre on ne pourra raconter l’histoire à nos déscendants.L’utiliser contre un pays qui ne la possède pas?:ça se discute.Faut voir les conséquences.On voit que les sanctions économiques font plus de dégâts.Le terrorisme se combat par le renseignement, et la discrétion,(avec ses corollaires) pas par les tranchées et la bombe atomique.

  10. Duc d'Orléans dit :

    Le concept de défense nationale a bien changé. Ce n’est plus 1914 ou 1939 ou la Guerre froide. Les théories de Gramsci ont pris racines et des secteurs comme les medias, l’enseignement ou la justice ont parfaitement réussi à affaiblir ou même à casser l’âme de la nation. A cela s’ajoute la destruction biologique par l’importation de peuples de cultures différentes et totalement inassimilables sauf exceptions qui sont à doses homéopathiques. L’angélisme iréniste est plus dangereux que le matériel militaire des grandes puissances. On va me reprocher peut-être d’être pessimiste, eh bien tant pis, j’aurais au moins tiré la fusée de détresse !

  11. Wolf dit :

    En somme , nous sommes réduits à une défense ferme et à attendre les coups qui ne manquerons pas d’arriver… franchement cela semble mal barré. Une attaque contre nous serait , et là j’approuve le CEMA , multidirectionnelle ( interne, informatique, 5e colonne et surement extérieure ! ) Au vu de la déliquescence du Régime et une société toujours plus décadente , Une poussée ennemie implacable
    pourrait certainement nous abattre en quelques jours…

  12. lxm dit :

    Hollande a modifié la stratégie française en l’étendant sur toute l’europe , sans préciser les frontières, pour donner un message à Poutine en pleine crise en Ukraine.
    La stratégie est qu’en cas d’invasion, faire exploser une arme nucléaire en zone « vide »( pas précisé non plus, mais je soupçonne la mer du nord) pour signaler que la ligne rouge est atteinte.
    Ensuite ?
    Ensuite la france atomise allemagne et pologne.
    Les russes ayant perdu leur armée, se mettent à répondre en lançant leur armement un peu partout pour égaliser. Tout l’hémisphère nord est contaminé et devient inhabitable. Les européens se pressent tels des réfugiés pour aller en afrique ou en amérique du sud.
    Voilà.
    Si on ne peut accepter une conséquence alors il n’y a pas à en créer les causes.
    Les russes envahissent, on laisse faire.
    Ils violent les femmes, on laisse faire.
    Pourquoi ? car nos ancêtres faisaient strictement pareil, et que la vie va recommencer, l’histoire va s’effacer, alors qu’un hiver nucléaire bousille absolument tout.
    Les russes ont 10 fois notre armée, si on veut les bloquer il faut les battre sans arme nucléaire ce qui suppose des investissements pour préparer la population, classiquement. Et si ce sont les turcs, les iraniens, un maghreb unifié, idem.
    Choisir la vie plutôt que le suicide, les empires chutent toujours.

  13. NRJ dit :

    Le général Lecointre rappelle juste une leçon de base de la guerre : elle n’est que la continuation de la politique. La guerre totale n’est qu’une vision fantasmée que l’on retrouve dans les films. Elle n’est donc affaire d’invasion que dans des cas spécifiques : soit parce que l’un des participants est beaucoup plus faible que l’autre (Irak, invasion de la Pologne pendant la 2ème guerre), soit parce que les acteurs perdent leur rationalité. C’est le cas de la 2ème guerre mondiale qui est l’un des seuls conflits à s’être fini par une chasse aux dirigeants ennemis dans leur capitale. Cela avait plusieurs raisons: le délire des nazis incapables de voir autrement que par une vision raciste dogmatique, par la volonté de revanche des sovietiques, victime de ce racisme, par une vision américaine focalisée sur la reddition sans condition (de manière intéressante, les guerres américaines sont presque toutes finies par une reddition sans condition), et enfin par l’infériorité de l’Allemagne.

  14. TINA2009 dit :

    Bsr à Tous !

    Nous … J’ai un CEMA, bien docile à nos gouvernants et responsables de la Diplomatie + DGA + industriels français et européens….
    Synthétiquement :
    – Notre dissuasion nucléaire n’est en aucun cas notre arme ultime ! EN AUCUN CAS !
    – Imaginez un escadron de 30/40 RAFALES configurés spécifiquement pour des missions cumulées en Vecteur de MLA + Brouillage : C’est rustique …. Mais très dissuasif ! EN RESUME : Je vous laisse juge de ma vision … « Tu m’emmerdes ? Je te bousille, Je nous bousille notre espace spatial pour nos satellites, quelque soit leurs fonctions !!!! Alors , je t’écoute? ». Bien sur , cela suppose des escadrilles implantées sur la métropole , guyane, zone pacifique, zone indienne … D’ôu ma préférence pour une dotation de 40 RAFALES ( compte tenu du volume des missions de Brouillage).
    – 4 SMX26 ou SM andrasta pour s’occuper , prioritairement des câbles …. De certains câbles : Je vous laisse juge de ma vision … Tu m’emmerdes ? Tu vas peut être me vaincre … Mais sois certain que je vais mettre un terme à certaines de tes communications très volumineuses …. passant des câbles sous marins…. En autres … Car c’est valable pour certains « TUBES »….?????
    A bon entendeur !!!!

  15. Alain de Chantérac dit :

    « Seulement, se pose la question du seuil de déclenchement. Autrement dit, à quel moment un président de la République décidera d’appuyer sur le bouton pour défendre les intérêts vitaux de la France, dans un contexte caractérisé par les menaces dites hybrides? »
    La force de notre dissuasion était l’incertitude dans laquelle se trouve l’ennemi de connaitre justement le seuil de déclenchement d’un feu nucléaire, et donc de tout autre force. Et le meilleur moyen de le maintenir dans l’incertitude de ce seuil et de n’en avoir pas fixé que -en le connaissant – l’ennemi désigné pourrait s’employer à subvertir, repousser, sans risque, en limitant ses objectifs par une stratégie de petits pas…
    Par contre, la détermination et l’unité de la nation sur les enjeux de son identité, sa souveraineté, sa liberté et sa sécurité doivent être absolument préservés et démontrés effectivement dans « une vision claire de nos intérêts propres » comme préalable à la crédibilité de toute dissuasion, quelque soit la nature de cette dernière.
    Autrement dit : Que défendons/protégeons nous  » La réponse aux questions « quoi et pourquoi ? ou « de quoi s’agit il ? » conditionne toutes les autres. Ensuite « On n’écrase pas un moustique avec un marteau pilon , même si celui ci peut inoculer une maladie mortelle !
    La question du Gal Lecointre fait penser à nos poilus sur le front , qui savaient bien pourquoi ils se battaient et mouraient mais s’inquiétaient pour « l’arrière » : »Pourvu qu’ils tiennent ! ».

  16. fabrice dit :

    On ne peut pas demander à des Etats de ne pas attaquer les intérêts de la France si la France estime avoir le droit d’attaquer les intérêts des autres Etats pour « promouvoir les siens ».
    Lecointre est bien gentil mais « promouvoir les intérêts de la France » ont conduit bien des fois la France a attaquer les intérêts d’autres Etats.
    Le rôle de l’armée est de protéger la France ou de servir de moyen d’action pour une politique impérialiste qui ne dit pas son nom ?
    Mener une certaine politique n’est pas « protéger la France » mais « défendre des intérêts partisans nous amenant à entrer en conflit avec des Etats dont on attaque directement les intérêts » bref en gros « mettre en danger la France ».
    Les GVT sont ce qu’ils sont et il n’est un secret pour personne que « l’intérêt de la France » pour certains politiciens se résument aux rétrocommissions.
    Il est du rôle de l’Etat Major de créer un débat public sur la notion « intérêt de la France » en faisant part publiquement de ses réserves quand aux ordres qui lui sont donnés par l’autorité politique élue. On aurait aimé en avoir eu un avant le génocide du Rwanda et l’opération turquoise.

  17. MERCATOR dit :

    Dans l’analyse des risques de conflits majeurs futurs, le risque islamiste ne représente rien,nada,rappelons pour mémoire que l’ensemble des pays musulmans publie moins de documents scientifiques que le Mexique,seul le Pakistan doit être surveillé, même si ses capacités en vecteurs nucléaires soient assez limitées, quels sont donc les futurs pays potentiellement agresseurs, la chine bien évidemment en premier, qui lorgne sur l’ensemble du pacifique, la Sibérie et l’Afrique, en second, dans une moindre mesure la Russie qui aimerait se constituer à sa frontière OUEST un édredon de pays neutres , pays baltes , Pologne, Slovaquie, Hongrie et en troisième , « last but non the least « les USA, eh oui , cet empire n’est pas complètement fiable pour les décennies futures, son expansionnisme ou son repli sur le continent Américain ne sont pas gravés dans le marbre, à priori si un autre hurluberlu futur de la trempe de Trump arriverait au pouvoir, bref il faut muscler nos forces sous marines nucléaires, là est notre seule garantie .

  18. Pijo dit :

    Comment faire passer les idées et propositions nécessaires avec cette phraséologie? Elle est certainement l’oeuvre de spécialistes de la « com », à destinations des politiques ou énarques (qui l’utilisent pour tenir à distance le vulgum pecus ou profane qui pourrait légitimement les remettre en cause, en temps que bailleur). La sophistication de ces expressions étouffe les idées force du chef d’etat-major, idées que l’on ne distingue plus sans efforts conséquents qui confinent à l’interprétation. Elle masque aussi des luttes et combats à mener et que l’on ne peut plus nommer sur le théâtre extérieur comme intérieur, cette distinction n’étant d’ailleurs plus souhaitée.
    Quelque soient les défis et la réponse à leur apporter, s’exprimer de la sorte dans une langue qui donne l’impression que l’on s’adresse à un corps étranger, constitue déjà un inquiétude sur la manière qui sera choisie d’y répondre. Peut être fallait il traduire cela pour les millions de françaises et de français, si l’on souhaitait les mobiliser, les impliquer ou tout du moins les informer.
    Que l’État Major emploi ces circonvolutions et périphrases ne laisse pas d’étonner, alors que le ministre de la défense les a abandonné, la complexité des menaces et des réponses à leur apporter réclamant d’abord de la clarté.
    Le « on nous en veut » de Pierre-Marie Koenig, la dissuasion de Pierre-Marie Gallois avaient le mérite de la clarté même si on pouvait leur reprocher de ne pas faire dans la dentelle et de ne pas s’embarrasser de sophismes.
    Quel stratège aujourd’hui pour recréer une politique cohérente extérieure et intérieure afin de protéger le peuple ?

  19. Carin dit :

    Je pense que le général lecointre désigne les agressions qui ne se nomment pas, et qui de ce fait n’entrent pas dans le cadre « dissuasion »…
    Et il décrit une invasion d’une région d’un pays souverain par une armée de petits hommes verts, ou bien une attaque informatique globale capable de paralyser un pays en quelques jours sans que le dit pays soit en mesure d’identifier son agresseur… il joint également l’utilisation par ce ou cette coalition d’agresseurs d’une cinquième colonne présente dans tous les pays occidentaux, qui elle serait chargée du sabotage ou de la paralysie en interne.
    Le général demande juste que soit inscrit dans la doctrine nucléaire ces nouvelles formes de guerre, pour que le ou les agresseurs sachent que si on ne peut le ou les empêcher d’arriver à leurs fins, il ne nous faudra que quelques jours pour les identifier et engager une riposte comprenant le vecteur nucléaire, ce qui mettrait notre agresseur au même niveau de destruction et de paralysie de ses ou leurs institutions. En gros il dit qu’avec cette modification officielle de l’emploi du nuc, nous nous accordons du temps pour nous mettre à hauteur de ces pays susceptibles d’engager cette guerre hybride totale, et mettre en place une défense informatique digne de ce nom, et de nous offrir la possibilité d’etre nous-mêmes des agresseurs redoutables dans le cyber et l’espace.