La ministre des Armées veut 10% de femmes parmi les officiers généraux d’ici 2022

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

89 contributions

  1. azur dit :

    Quitte à nommer des incompétentes… C’est beau, les quotas!

    • John dit :

      Le problème des quotas c’est que les personnes qui en bénéficient subissent ce genre de commentaire…
      Il est intéressant de voir le timing de cette publication. Les femmes sont maintenant bien installées dans l’armée, et progressivement montent les niveaux hiérarchiques.
      Si il y a cet objectif possible, c’est qu’il y a le nombre d’officiers nécessaires pour ensuite y faire de la sélection….
      Quand des entreprises privées ont 50/50 d’employés en bas de la hiérarchie, et qu’il n’y a pas la moindre femme parmi les 250 personnes en haut de la hiérarchie, le problème n’est pas la compétence !!!

      • NRJ dit :

        On peut y voir d’autres raisons : le fait que les femmes s’occupent plus que les hommes du foyer, le fait qu’elles portent les enfants. Et on peut également y voir des phénomènes culturels antérieurs : toute personne à un poste de responsabilité doit avoir un certain bagage culturel notamment en mathématiques. Or, ou les femmes sont elles les moins nombreuses ? Dans les filières scientifiques (à l’exception notable de BCPST qui est la filière biologie, filière ou l’on peut encore voir un aspect culturel favorisant les femmes). Et pourtant, pour y être passé, ce n’est pas au niveau des recrutements en entreprises ou des écoles d’ingénieur que l’on défavorise les femmes (c’est plutôt les hommes qui le sont d’ailleurs).

        • John dit :

          C’est bien pour cela que les objectifs initiaux sont de faibles pourcentages…
          Tous vos arguments permettent de justifier que la parité n’est pas pour demain ! MAIS entre parité est 0% il y a une différence notable…
          De plus, vous partez du principe que seul des postes « scientifiques » permettent d’accéder à ces postes, mais de la où je viens, il y a aussi d’anciens étudiants en droit, en finance, en management, en philosophie, …
          Et tous ces domaines sont proches de la parité dans les écoles supérieures…
          Reconnaître qu’il y a un biais ne devrait pas être si difficile tant celui-ci est évident.

      • Nihilo dit :

        Azur et John je suis d’accord avec vos deux avis.

        Grâce à l’excellent M. HOLLANDE, président de la République, nous avons eu beaucoup de femmes au gouvernement dont les excellentes Mme. TAUBIRA, ROYALE, VALLAUD-BELKACEM, etc. (dont certaines réussissent quasiment l’exploit d’être à la fois pro islamiste et féministe) qui ont brillé par leurs compétences… (mais nous avons eu aussi les non moins excellents MM. VALLS, AYRAULT, SAPIN, etc.).

        Si la démarche est correcte et honnête, les sélectionnées seront à la fois femmes et compétentes.

      • Forban78 dit :

        Et donc vous savez combien de femmes sont brevetées de l’école de guerre et parmi elles combien sont réellement compétentes et atteindront des postes à responsabilité sommitaux et combien verront leur carrière subitement s’arrêter suite à un accident de trajectoire ou suite à une décision toute personnelle … A moins que… la manière de les traiter soit un poil différente de celle réservée aux hommes… ce serait dans l’air du temps !! Tendre vers le 10% oui… se fixer ce quota comme objectif à atteindre… pas sûr !! Ce problème n’est pas dans les armées, féminisées à 15%, une question de jupe ou de pantalon mais aussi une histoire de famille… posez la question autour de vous !!

      • AZUR dit :

        @ John,

        je ne suis pas d’accord avec vous. Le monde de l’entreprise a ceci de particulier qu’il est très pragmatique, et croyez moi bien, si avoir 50% ou même une majorité de femmes à des postes de gouvernances était quelque chose d’efficace, pour la progression du CA et la rentabilité, il y a très longtemps que cela serait fait… Le système se gère naturellement… Enfin, pour bien connaître ce milieux, vous avez aussi de très nombreuses femmes qui ne veulent pas de ce type de poste.

        Pour revenir à l’armée, les femmes ne sont certainement pas bien installées, comme vous le dite. les deux corps les plus féminisés sont l’AA et la Gendarmerie, avec +/- 15%, et pourtant, croyez moi, il y a plus de 10 ans que les services RH sont sous pression pour recruter du personnel féminin quelqu’en soit le niveau… Je pourrai vous en raconter des bonnes. Mais voilà, très peu de femme se présente au centre de recrutement. Ce que personnellement je comprends. Allez donc dans une classe de lycée terminale, et demandez qui souhaite s’engager pour une carrière militaire… Vous aurez au mieux une fille qui levra le doigt, et encore.

        Bref, et pour en terminer, que nos politiques cessent de projeter leur névrose sur la société, il y a des postes fait pour des hommes, et inversement, mais à vouloir tout mélanger on perd l’essence et la richesse de l’alterité de notre monde.

        • felipe dit :

          La question n’est pas une affaire de quota ou d’oukaze égalitaire :  » je veux 10% de femmes générales partout, partoutet partout !!! ». c’est de la mauvaise comm ou de l’iotie.
          comme certains bloggers le soulignent, cela ne dérange personne d’avoir des professions féminisées au 3 quarts, le service de santé en étant un bon exemple. Et on y étouffe tout naturellement les travers d’un tel phénomène.
          la première forme de mésintelligence serait cette répartition arithmétique. or, notre ministre n’exige pas 10% dans le train, le commissariat ou l’infanterie, et même 10% dans toutes les unités combattantes. elle voit, je l’espère les chiffres de manière globale à l’échelle du minstère, enfin je l’espère.
          elle n’exige pas 10% de femmes générales par armée mais de manière globale. ce qui laisse entendre qu’il y a plus de chances d’avoir des commissaires, ingénieures de l’armement et des travaux générales , controleures générales que de générales issus du corps des officiers des armes.
          cela dit elle se mettrait un peu les pieds dans le tapis si elle récusait un principe qui a encore – un peu- du sens : la méritocratie. on devient général si on a réussi non seulement son temps de troupe, mais aussi l’école de guerre puis son temps de commandement de régiment et si on a, enfin, assumé avec succès des postes jugés essentiels aux armées. Or pour avoir 10% de femmes générales dans l’armée de terre, chaque année (promotions annuelles de 20 OGX par an), il faut environ sur un vivier de 400 colonels de 49 à 55 ans). cela suppose d’avoir au moins le même volume de femmes candidates , soit environ 40 colonelles. ces colonelles ayant réussi l’école de guerre et commandé un régiment, auront été sélectionnées par le filtre de l’école de guerre, ce qui suppose là aussi entre 80 et 100 capitaines sortant de leur temps de troupe. ce qui revient à ce que chaque promotion de lieutenant (Cyr, X, sous contrat et EMIA) ait au moins 20 à 25% de femmes, femmes certainement compétentes qui devront naturellement choisir pour partie les armes de mêlée et accepter les contraintes liées à leur responsabilité de chef, à un moment où l’aspiration légitime à la maternité se fait jour. Et advient ce qui doit arriver : combien de femmes commandent chaque année une unité du génie, d’artillerie, de cavalerie ou d’infanterie ??? pas suffisamment pour disposer d’un vivier en quantité et en qualité. On peut aimer son métier , en mesurer tous les attendus mais aussi se rendre compte que le métier de soldat reste un métier masculin (au moins dans les unités comabttantes) ce qui oriente les parours de carrière. Notre ministre ne peut imposer des volumes de candidats aux différents concours , sauf à supprimer des concours et imposer une autre forme de déteminisme. je pense qu’elle raisonne en tant qu’énarque vivant dans un univers ou cette forme d’équité peut exister.

        • John dit :

          Le monde de l’entreprise fonctionne de cette manière lorsque vous considérez que le commun des mortels fonctionne de cette manière…
          Sauf que lorsque on parle de ces entreprises internationales avec des chiffres d’affaire de plusieurs milliards, les personnes qui en sont au sommet sont un peu une caste. Et dans une caste, les gens se protègent.
          Il y a un réel biais qui lie compétence et homme. Comment expliquez vous que dans des pays européens développés, à compétences, qualifications, et responsabilités égales, les femmes sont payées 15% de moins? Il y a des études suffisamment étayées qui démontrent ce biais social…
          Cela explique pourquoi les minorités y sont aussi sous-représentées.

    • Yannus dit :

      D’accord avec vous.
      On nomme des générales d’accord ! mais en cas de conflit, on revient aux fondamentaux , c’est-à-dire aux compétences individuelles sans discrimination de sexe, d’origine ou de religion?

    • ji_louis dit :

      Aussi longtemps que les femmes auront le monopole de la gestation dans la reproduction, leur parcours professionnel sera plus haché que celui des hommes. Si un individu (terme neutre non genré) fait 10 enfants entre 20 et 30 ans et utilise les droits sociaux qui y sont liés, est-il plus rentable ou pas pour une entreprise qu’un autre qui n’en fait aucun? La réponse est plus limpide qu’avec seulement un ou deux enfants, mais la réponse est la même.

      • Robert dit :

        J-louis,
        La nature est fasciste ou nous sommes devenus fascistes en refusant l’ordre naturel ?

        • Fabien dit :

          @ Robert
          La problématique se délite dans les permissions sociales. Ne m’en voulez pas mais j’ai le plus grand mal à associer « droits » et « social » sans cracher mes poumons ; il n’y a pas de droit dans le social à part celui de cotiser. Après, la somme permet d’obtenir des exemptions, congés, remboursements, pour palier aux accidents et évènements de l’existence comme la perte d’un parent et bien sûr, une naissance.
          .
          Le fond du problème cerné, la tendance est maintenant de donner aux pères des congés étendus pour s’occuper de leur progéniture : les conventions collectives et syndicats discutaient de la question ce début d’année. Donc le genre des parents peut être retiré de la question.
          A moins que vous ne confondiez le fascisme avec quelque chose de plus permissif et moderne ?
          Au fil du temps, il est certain que oui.

          • Robert dit :

            Fabien,
            L’accusation sidérante de fascisme n’est pas ma pensée, je taquine disons ceux qui opposeront à une critique du « progressisme sociétal » l’accusation infamante. Je leur rétorquerais que le fascisme était bien plus progressiste qu’eux et que l’URSS dès 1918 avait ouvert des usines à avorter afin de détacher, scientifiquement, la femme de sa nature.
            Nous connaissons le résultat.
            Personne ici ne semble nier ou refuser que des compétences féminines puissent amener certaines à faire des métiers masculins, je sais le terme peut être contesté, mais vouloir obliger la nature à se conformer à une idéologie, c’est une pensée totalitaire.

      • John dit :

        Il pourrait y avoir d’autres solutions…
        Si les droits à la naissance concernaient les parents et pas seulement la mère, alors il n’y aurait plus de discrimination concernant les naissances… L’homme et la femme auraient les 2 du temps payé pour s’occuper de l’enfant…
        De plus, si vous voulez faire parler la nature… On pourrait prendre en compte la testostérone qui a tendance à rendre plus impulsif, et en général c’est mauvais pour les affaires? Donc est-ce qu’un homme ne serait pas moins retable?
        Avec une fécondité de 1.93 enfants, ce n’est pas grand chose sur la durée d’une carrière, et que cela retarde celle de la femme ne me choquerait pas…
        C’est d’ailleurs bien pour cela que les études sur les différences de salaires prennent en compte la compétence et l’expérience pour l’évaluer…

    • NulH dit :

      Au boulot les dames sont plus carrées que les messieurs, védifié jusqu’au plus haut niveau’ et même aux concours d’écoles d’ing., bien entendu ensuite en thèse puis HDR.
      Elles ont un avantage énorme, elles sont organisées … résultat de la gestion. … de la maison… des bambins. .. petits et grands. ..
      Signé, un NulH

    • oui c’est beau les quotas
      ce ministre devrait rapidement retourner d’ou il vient
      donc un avancement au sexe et non plus au mérite
      pitoyable madame le ministre , vos décisions
      je me permet de rappeler que j’ai un camarade infirmier de régiment qui est tombé au champ d’honneur en Afghanistan parce que les grands chefs ne voulaient pas envoyer de personnel féminin et ce sous officier masculin comme d’autres enchaînait les tours opex

  2. Nicolas dit :

    Peut-être que si les postes de chef de corps n’étaient pas réservés qu’ aux « CYRARDS », il y aurait plus de femmes aujourd’hui à ce poste.

    • jyb dit :

      @nicolas
      parce qu’il n’y a pas de femme à saint cyr ?

    • Sam dit :

      Sûrement moins en fait, les recrutements semi-direct se sont féminisés légèrement plus tardivement que les directs (puisqu’il fallait bien féminiser le corps de troupe avant de puiser dedans…).

  3. Euclide dit :

    Je ne voudrais pas être médisant mais l’exemple des femmes dans l’Armée rouge pendant la 2 è Guerre mondiale n’est pas pertinent meme si on relève quelques réussite comme l’escadrille des Sorcières de la Nuit. A vouloir nier la biologie , elle revient au galop.

    • Clément dit :

      Sauf que la différence biologique ne rentre en jeu qu’au plus haut niveau, chez les champions olympiques ou les sportifs pro par exemple.
      Mais pour des gens normaux, la différence provient seulement du « conditionnement » social selon le sexe (les femmes font moins de sports de force, sont moins attirées et orientées vers les métiers physiques, …) et de l’entraînement.

      • Robert dit :

        Clément,
        Ce que vous affirmez n’est que le produit d’une pensée idéologique que rien dans la réalité n’est parvenu à démontrer. Autrement dit, c’est totalement faux.
        Par contre, on peut vous retourner la proposition, le conditionnement actuel promu par les idéologues qui tiennent votre propos va déstabiliser, individualiser, déraciner, formater des futurs citoyens d’une société utopique, le marché sans foi ni loi.
        Je préfère le réel, dont la nature et le bon sens, au totalitarisme marchand déguisé en agneau des bons sentiments utopiques. Toutes les femmes que j’ai rencontré d’intelligentes pensent de même.

        • Clément dit :

          Ah on peut le démontrer très simplement :
          (Si vous êtes sportif professionnel cela ne tient pas par contre).
          – Quel est votre temps au 100m ? et au marathon ?
          – Quel est votre temps au 100m nage libre ? et au 10km en eau vive ?
          – Quel est votre temps pour grimper en vélo un col « moyen » (disons pour passer de 500m à 1500m) ?
          – en boxe amateur, quel est votre ratio victoire/défaite ?

          Sur ces différents critères, je suis presque sure de connaître une femme (elle même non sportive pro) qui fait de meilleurs résultats que vous.
          Encore une fois, si on compare des sportifs professionnels dans le top niveau international, on constate une différence réelle. Mais pour le commun des mortels, la différence physique est minime et largement compensé par l’entraînement, le conditionnement, la préparation.

          Et entre nous, l’appel à la nature, c’est 0 comme argument : la nature fait des choses très bien, d’autres pas du tout (l’inceste est naturel par exemple).

    • NRJ dit :

      De ce que je sais, la patience et la précision a été considéré comme notablement meilleure dans les sections de sniper. Après dans la guerre mécanisée, le personnel à moins d’importance que le matériel, ce qui laisse donc une chance aux femmes.

  4. themistocles dit :

    Quitte à appliquer des cotas, si elle peuvent être en plus, noires et lesbiennes, les armées se mettent à jour dans 3 catégories.

    • OTOOSAN dit :

      En attendant les « trans-espèces « qui ne sauraient tarder c’est logique et du domaine du possible, personnellement, je suis pour…ça fait avancer la science et la magistrature lol…

    • themistocles dit :

      oups! « quotas « 

  5. petitjean dit :

    Je ne doute pas que ce soit le problème numéro 1 de nos armées
    Faire ce genre de déclaration en plus « ça ne mange pas de pain »
    ça pourrait aussi s’appeler de la discrimination positive pour atteindre cet objectif. Pourquoi pas
    en 2022 ce ministre sera-t-il toujours là ? Et la Macronie ?…
    Tiens, au fait, je connais plein de métiers où le personnel féminin est ultra majoritaire : enseignement, social, médical, magistrature, etc. J’aimerais qu’un certain équilibre soit trouvé pour la gent masculine
    Bon, également parmi nos pilotes , j’exige 50% de femmes. Vous voyez, moi aussi, j’aime les femmes
    Bon, fini de rire, au bout du bout puisqu’il faut causer , j’admets. Mais pas de favoritisme !…………………..
    pour se marrer sur le féminisme :
    https://www.ndf.fr/politique/17-09-2018/les-ravages-du-feminisme-sur-les-hommes-video/

    • John dit :

      L’ironie dans ces jobs à majorité féminine, c’est que bien souvent, les promotions vont aux hommes…
      Le biais en faveur des hommes est indéniable la question est de savoir comment encourager les changements sans pour autant que la discrimination positive mine la promotion avec des accusations de décision due à la règle instaurée, et non à la compétence

  6. Boréal dit :

    On ne finit pas de s’enfoncer dans cet égalitarisme qui nous rend à l’état de ce que nous sommes aujourd’hui…

  7. TINA2009 dit :

    Bsr à tous !

    OUAAAIIII !
    Et dans 2 mois , elle annoncera dans 2 mois :
    – Dans 2 mois : Je veux 10% de « LGBTQ Mais ou est -elle passée »!
    – Dans 4 mois : Je veux 10% de FRANCAIS d’origine « Du Nord de la Méditerranée »!
    – Dans 6 mois : Je veux 10% de Français d’origine du Sud – est asiatique »!
    – Dans 8 mois : Je veux 10% de Français d’origine d’afrique centrale »!

    Avec ce type de paramètres , dont celui annoncé par Mme AIRFRANCE PARLY, on est bien brieffé pour l’intensité du DESORDRE et de tentative de NON COHESION!
    Sans commentaires supplémentaires….

    • jyb dit :

      @tina
      nord de la méditerranée ?

      • fred06 dit :

        :O) …certainement la fatigue, tous ces points d’exclamation…

      • TINA2009 dit :

        Bsr JYB !

        Tu aurais pu rectifier par toi – même : effectivement , je parlais de l’éventualité d’un objectif de 10% de personnel , issus du Sud de la méditerranée !
        Mais également : 10 % de personnels issus du Nord de la méditerranée !
        Au final , ce type d’annonce est provocatrice, complètement décridibilisante : Pour ma part, c’est tout le contraire que de l’incompétence ! C’est réellement voulu par une minorité de personnes au pouvoir , actuellement !
        Or , Dame PARLY est de ceux-là !
        Vivement que ce gouvernement disjoncte : cela devrait porter le réveil pour nombre de personnes actuellement endormis!

        • Paul Letissier dit :

          Depuis longtemps je ne lis plus les interventions de Tina 2009, parce qu’elles sont illisibles et creuses.
          Essayer de cacher la vacuité conceptuelle derrière des bordées fumeuses de points d’exclamation et de lettres majuscules, ça ne trompe personne.

    • John dit :

      Vous trouvez pas normal que parmi les 15% de femmes, un certain nombre profite de promotions et qu’elles aient les mêmes opportunités que les hommes?
      Si cela arrive maintenant, et que l’objectif est celui-ci, c’est qu’aujourd’hui il y a des femmes qui ont des compétences qui montent au sein de la hiérarchie…
      De plus, je ne vois pas de problème de cohésion qui pourrait être dû à ce choix.
      Le biais dans la perception des compétences est réel, dans certaines entreprises internationales, où tous les postes sont des postes « qualifiés » comment expliquer qu’il y a 50/50 hommes/femmes dans les postes en bas de la hiérarchie, mais que parmi les 250 personnes au sommet, il y a 0 femme?
      L’occident peut faire la leçon aux pays non occidentaux, mais il y a encore des progrès à faire…

      • Jack Shit dit :

        Demander un quota de femmes est complètement stupide. Les quotas sont complètement stupides et si, en tant que français d’origine maghrébine, on proposait des quotas d’ « arabes », je m’insurgerais encore plus !

        On ne veut pas des femmes parce qu’elles sont des femmes mais des femmes parce qu’elles sont compétentes. Je connais un certain nombre de femmes officiers et certaines d’entre-elles sont extrêmement compétentes et je n’aimerai pas que la reconnaissance de leur excellence soit « salie » par cette sombre histoire de quota !

  8. tartempion dit :

    La féminisation dans l’armée de terre parlons en …… mais pas sous le prisme idéologique du macronisme dans lequel s’est enfermé Florence Parly. Dés que l’on aborde la féminisation de l’ armées de terre avec circonspection , on se heurte immédiatement au dogmatisme bien pensant des élites . Généralement des bobos parisiens BAC + 10 nés une cuillère en argent dans la bouche qui imaginent qu’une femme est en capacité de fournir en toute circonstance le même effort qu’un homme . A cela il faut jouter les nombreux problèmes engendré par la féminisation , en particulier en section de combat , lorsque la promiscuité ne permet pas l’isolement nécessaire pour éviter les histoires ….. .Juste un exemple qui mettra tout le monde au parfum. J’ai le souvenir d’un lieutenant colonel relevé de son commandement en 2016 à Abéché au Tchad sur un poste isolé à la suite de plaintes portées par deux sous officiers féminins qui avaient avant l’arrivée du commandant de détachement pris leurs petits habitudes et qui de ce fait , ne supportaient pas une remise en cause du petit train auquel elles s’étaient habitués avec l’ancien commandant de détachement .Je ne compte plus les histoires de cul auxquelles ont été confrontées des officiers cinquantenaires et des jeunettes de 20 ans qui en moins de 3 ans de service parviennent à décrocher un galon de caporal chef .On se souviendra de la grogne des capitaines médecins hommes qui cumulaient les missions profondes en Guyane ou les expositions dangereuses sur le terrain des opérations comme à l’époque en Afghanistan en raison d’un féminisation trop importante des effectifs de médecins au sein du service de santé des armées . Pourquoi ne pas féminiser la légion étrangère pour aller au bout de cette logique de féminisation exacerbée ?

    • dompal dit :

      @ tartempion
      +1
      Moi aussi j’ai en mémoire des trucs qu’il vaut mieux ne pas ébruiter !!! 😉

    • John dit :

      Pouvez vous aller au bout de votre exemple et dire exactement ce que ce commandant a fait / ce qui a été dénoncé par ces « jeunettes » pour que l’armée veuille bien se passer de son expérience?
      Le contexte est clair, mais les faits pas vraiment.

    • Sam dit :

      Au train où vont les choses, je fais le triste pari que la Légion sera féminisée avant que je rende l’âme. A savoir, le corps des officier de légion s’est déjà féminisé, étonnamment sans grand réussite…

    • Clément dit :

      « lorsque la promiscuité ne permet pas l’isolement nécessaire pour éviter les histoires  »
      C’est pas la faute des femmes si vos fils et vos frères ne savent pas se tenir, c’est la votre ^^.

    • Nihilo dit :

      Moi je veux bien croire vos propos voire les généraliser à toutes les femmes. Mais ce faisant vous et moi interdisons aux citoyennes de défendre militairement leur patrie…

      Il est interdit à nos citoyennes de défendre notre patrie… Même les plus ferventes patriotes doivent laisser leur place à des citoyens exclusivement hommes pour défendre notre patrie quitte à ce que leur patriotisme soit inférieur…

  9. un mecano helico dit :

    630….. On pourrait commencer par diviser par deux cette armée mexicaine.
    Et oui la promotion des femmes est normale. « Pas de sexe dans l’armée, il n’y a que des Homme qui s’aiment. »
    Du coup la parité serait toute à fait normale.

  10. felipe dit :

    il serait bon de rappeler qu’une liste d’aptitude comprend entre 15 et 20 officiers généraux par an, sélectionnés sur un vivier de 4 à 5 millésimes de colonels environ (soit à peu près 300 impétrants). ce qui supposerait donc de disposer d’environ 40 colonelles pour espérer sélectionner dans les mêmes conditions.
    comment veut ont accroitre le recrutement féminin d’une armée de terre dont la finalité même l’oriente vers sa « masculinité ». comment veut avoir 10% de femme promues dans 4 ans, ce qui suppose d’avoir 10% de femmes colonelles de plus de 4 ans de grade en 2018, qui suppose d’en nommer 2 ou 3 à cette échéance, en admettant qu’elles répondent aux règles de gestion. certes on peut aller piocher dans les plus anciennes pour atteindre ce chiffre. comment pensez cette promotion indépendamment des compétences et des expertises nécessaires : un général d’infanterie colo ne deviendra pas ingénieur général des infrastructures et réciproquement, même si le corps des ingénieurs peut promouvoir plus de femmes.
    comment faire en sorte d’avoir au moins 20% de femmes dans une promotion de l’école de guerre, soit une petite dizaines de femmes admises (ne serait-ce que pour avoir la possiblilité de sélectionner et éviter la discrimination positive. il est bon de rappeler que et alors que nous avons seulement 4 femmes stagiaires à l’école de guerre terre sur 80 stagiaires environ. on peut certes faire mieux mais tout part d’une vocation et de vouloir devenir officier, ensuite de se lancer dans un second concours qui a le mérite de mettre tout le monde devant sa copie. madame le ministre, il faut donc « vendre » aux jeunes françaises le métier de chef de section d’infanterie, decombat du génie, de peloton blindé ou du train, de chef de section de tir , etc. si le jeu consiste à biaiser un système qui se fonde encore sur le mérite…. pour répondre à une doxa « post me-too »…

  11. Renard dit :

    Qu’ils commencent par mettre des gens compétents et non pas des carriéristes et on aura déjà fait un bon bout de chemin!
    La quille dans 6 mois, je ne me reconnais plus dans cette armée!

    • bob dit :

      « Qu’ils commencent par mettre des gens compétents et non pas des carriéristes et on aura déjà fait un bon bout de chemin! »

      Tout est dit.

  12. dompal dit :

    « Et cela pour une raison simple : les Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan ont compté trop peu d’élèves féminins dans leurs rangs par le passé. »
    Bon ben voilà, faudra en informer Mme la ministresse ! 😉

  13. Sam dit :

    Pourquoi ? Pourquoi ? A chaque saillie pseudo-féministe concernant l’armée je sors mon mouchoir… Pourquoi tant de dogmatisme ? Quelle utilité opérationnelle ? Où sont les témoignages massifs de femmes victimes de discrimination à l’avancement ? Pourquoi vouloir gripper notre machine méritocratique (certes perfectible, mais plutôt à cause de l’origine de recrutement et pas sur le sexe) ?

  14. who? dit :

    j’ai rien contre les femmes, j’en ai eu et j’en ai comme chef. Y en de tres compétentes.
    Mais j’en vois aussi qui ne sont pas apte médical (ou ne devrait pas l’être) et sont quand même projetées.
    J’en vois qui jouent de leurs status pour sortir le mot harcèlement à toutes les sauces, d’autres qui jouent de leurs charme et j’en passe.
    Dans l’ensemble, de nos jours les femmes ont tous les droits dans l’armée et obtiennent tout. Elles n’ont vraiment pas à se plaindre.
    Donc il est inutiles de renforcer une population déjà au-dessus de tout juste pour faire des statistiques.
    Promouvoir les compétentes oui, mais promouvoir des moins bonnes sous prétexte de faire du chiffre, non.

  15. plak2baz dit :

    Echange paire de cou**les, un peu usées et blanchies sous le harnois mais bien gonflées et pas que par les absences répétées contre 2 étoiles sur tricorne Balmain.
    J’ai bon là MadamEUE LA MinistrEUE ?

  16. Affreuse Josette dit :

    10% de femmes, ça laisse quand même 90% d’hommes… On ne peut pas se priver de toutes les capacités intellectuelles de 50% de notre population.

    • Robert dit :

      Affreuse josette,
      Sur le principe, si c’est naturel et librement choisi, d’accord avec vous. resterons d’autres problèmes liés à la cohabitation et aux conflits qui naitrons de cette cohabitation, mais ça reste secondaire même si cela provoquera de gros dommages humains.
      Mais en l’occurrence, il s’agit d’un projet de société revendiqué, à savoir nier la différenciation sexuelle, éloigner les femmes de la maternité, pour développer la fécondation hors du ventre de la femme, et toutes les manipulations du vivant qui ont déjà commencé dans une perspective eugéniste.
      Je peux fournir des sources de revendications de ce projet à n’en plus finir. Lisez Jacques Attali.
      Comme avec la libération sexuelle, les personnes hommes ou femmes ne sont que des instruments au projet d’un bouleversement radical de la nature et des rapports humains. Orthogénèse, c’est faire naitre des enfants sélectionnés, on imagine ce qui peut l’être à commencer par la perfection raciale, en dehors du corps de la mère qui perd sa vocation et sa nature.
      L’homo soviéticus, comme l’homo nazistus, était à ce point formaté et déraciné que nous voyons encore les dégâts de jouer avec la nature humaine, faire naitre et éduquer des enfants pour le parti, dans notre cas l’Etat père-mère et dieu, et la loi du marché tout puissant.

    • felipe dit :

      bonsoir affreuse Josette, totalement d’accord avec vous et je regrette qu’on relance sans cesse ce genre de débat autour du sexe ou des capacité physiologique ou de la maternité, notamment dans une institution qui s’appuie sur l’élévation sociale par le travail et le mérite.
      J’ose seulement rappeler qu’il ne s’agit pas de sexe ou de compétence mais d’envie. Pour avoir 10% de femmes générales , tant dans les armes que les grands services des armées (un total de 600 postes répartis à parts égales), il faudrait que la sélection soit appliquée avec la même rigueur.
      Or, cela implique que les viviers de candidates pouvant y prétendre le permettent. pour faire court pour les officiers des armes, cela concerne environ 40 nominations pour un vivier d’environ 1000 colonels de 49 à 55 ans environ. cela implique, avec le même ratio, qu’il y ait une centaine de colonelles qui pourraient y prétendre en termes de potentiel et de services rendus. rien que pour l’armée de terre, il faudrait que 40 à 50 femmes répondent aux même critères, soit 6 à 8 femmes chaque année.
      Deuxième condition , pour créer ce vivier sur 5 ou 6 millésimes, les taux de sélection sont environ de 20 à 25%, tant au recrutement que lors des concours internes, ce qui suppose que les millésimes de jeune officiers qui peuvent devenir général (saint cyr, EMIA, officiers sous contrat) comprennent chaque année environ 40 à 50 femmes par an. nous y sommes certainement en quantité mais pas forcement en filière ni en termes d’envie . car, encore faut-il que ces femmes choisissent des parcours conformes aux besoins des armées et aient envie de faire un parcours opérationnel exigeant. je vais prendre un seul exemple : celui d’une femme commandant de compagnie, solide, efficace dont l’unité est désignée pour partir en opex de manière planifiée ou au titre d’une alerte sur très court préavis. il serait invraissemblable que ce capitaine pour des motifs personnels légitimes , annonce à son chef qu’elle n’est pas disponible. de même il serait inadmissible que son colonel ne désigne pas une unité sur la base de la situation personnelle de ce capitaine. la troupe y verrait une forme d’inégalité. Cette situation est bien comprise par les femmes militaires et elles s’y adaptent en réorientant généralement leur carrière après les premières années de service en passant dans les états-majors ou les services. le problème reste que c’est l’exercice du commandement , si possible en opération qui reste le premier critère de sélection de nos élites parce que c’est la finalité de nos armées
      il s’avère que très peu de femmes choisissent les armes de mêlée et d’appui, pour des raisons qui s’expliquent. a ce jour, une femme -brillante- commande un régiment de combat du génie, une autre a commandé un régiment de transmission. 4 d’entre elles sont à l’école de guerre mais tout cela ne révèle qu’une chose : le métier de soldat n’est pas féminisable au même titre que celui d’avocat ou de médecin.
      pour terminer j’espère seulement que cet objectif est un objectif global qui se module selon les armées et les services.

  17. lxm dit :

    La compétence va du bas vers le haut; mais dans les villes, où les gens sont pistonnés par leur réseau d’influence, on « devient » magiquement compétent du haut vers le bas.
    L’armée c’est un truc sérieux, pas une entreprise qui doit s’occuper de quotas, elle est là pour gagner des guerres, pas faire du social ou de la politique.

  18. Steph1812 dit :

    Dans l’armée on monte en grade au mérite et uniquement au mérite et peu importe que l’on soit une femme ou un homme, donc pas de quota.

  19. Pierro dit :

    “le ministère des Armées s’était fait épingler pour avoir manqué aux obligations imposées par la loi dite Sauvadet, laquelle prévoyait de réserver 40% des primo-nominations à des postes d’encadrement supérieur à des femmes.”

    Qui est le débile profond qui a oublié d’exclure les Armées de cette loi ?
    On ferait quoi avec 40% de femmes dans l’infanoterie ?
    Ah non j’oubliais…que des cadres supérieurs, donc des officiers supérieurs. Les hommes iront se faire casser la gueule sur le terrain, et pour les promotions ils attendront parce qu’il faut 40% de femmes officiers supérieurs !!!
    Il y en marre d’être dirigé par des bobos qui font de la diarrhée mentale.

    • felipe dit :

      les deux ministères concernés par cett regle stupide : arméees et justice. pourquoi donc ? les deux seuls ministères où la haute fonction publique (génaraux et juges) n’est pas issue de l’ENA et de la préfectorale. deux catégories qui ne vivent pas leur carrière sans remise en question en cours de carrière

  20. revnonausujai dit :

    quelle andouille !
    une armée, c’est fait pour faire la guerre et si possible la gagner tout en limitant la casse amie, pas pour satisfaire les lubies d’un ministre ou des lobbies sociétaux; le seul critère à prendre en compte pour la sélection et l’avancement est la compétence, pas le fait de savoir si l’intéressé dispose d’un service trois pièces ou d’une fente verticale !
    au passage , le SSA n’a pas spécialement à s’enorgueillir de sa surféminisation; en garnison ou dans les hopitaux des armées, ça va, mais dès qu’on parle OPEX, généralement ces dames se défaussent et les baisés ( au masculin), comptez vous !

  21. girardin dit :

    Avec les quotas les dérives possibles sont nombreuses comme plusieurs commentaires le signalent. Dans la gendarmerie (et même au GI car il y a des « lionnes ») je constate que les femmes accèdent de plus en plus aux responsabilités. Mais c’est toujours la compétence et elle seule qui doit prévaloir cette dernière ouvrant la voie à la toujours nécessaire….. promotion interne.

  22. Gremlins dit :

    Comment peut-on décréter des conneries pareils. Et si en 2022 il pouvait y en avoir 25% parce qu’à ce moment là elle sont plus performante que les hommes? Et si plus tard il n’y en avait plus que 3% parce que les hommes seraient redevenu plus performant ?

    Mais c’est quoi ce délire de donner des quotas?

    Aujourd’hui déjà une fracture au sein des forces née du fait que les femmes ne passent pas les mêmes épreuves sportives (plus facile voir extrêmement plus facile) mais à la fin leur note sont mises sur un pied d égalité avec les hommes.

    La guerre est la même pour tous une fois la gueule dans la poussière, et on ne décrète pas qui seront les soldats de demain.

  23. Schwarzwald dit :

    On va se retrouver à avoir les travers habituels :
    Faire passer en prio les femmes même si à résultat équivalent ou moindre par rapport à leurs collègues masculins.
    Ça me rappelle la féminisation des armées où on se retrouvait avec des caporaux et caporaux chef féminins qui passaient largement plus vite que leur collègues masculins en ayant des résultats moindres …
    Celà va stigmatiser les femmes et leur compliquer encore plus les choses au niveau du relationnel. Ce n’est vraiment pas la façon de faire, la féminisation se menait bon train et leur part augmentait naturellement, les postes accessibles également.
    Quel dommage de mettre la charrue avant les bœufs …

  24. girardin dit :

    Les quotas comme les clichés doivent bien sûr être bannis. Comme on peut le constater la gendarmerie, y compris au GI, a ouvert ses portes aux personnels féminins et ne semble pas le regretter. En effet il existe de véritables « lionnes » comme certains services action en possèdent ou comme nos amis kurdes nous l’ont encore récemment démontré. Plus généralement seule la compétence doit être privilégiée (au détriment des chapelles voire, parfois, des dynasties familiales) elle a de plus l’avantage de favoriser la nécessaire promotion interne.

  25. AZUR dit :

    Encore une fois, nos « élites » fixent des objectifs de quotas prenant le risque de nuire à la qualité des nominations.

    Non pas que les femmes soient moins compétentes, quoi qu’en l’espèce ce n’est pas fondamentalement leur domaine de prédilection, la preuve en est dans les effectifs féminins qui se présentent au recrutement, mais bien sur le fait que les nominations doivent se faire au mérite, aux compétences, et à l’ancienneté, pas au sexe…

    On marche sur la tête…

  26. Forban78 dit :

    Tout cela me rappelle les gaudrioles du HMS Vigilant et du HMS Portland… On n’a pas fini de se marrer….

  27. Jupiter dit :

    On sent beaucoup d’aigreur et d’égos froissés dans ces commentaires.
    Pourquoi devrait-on se passer de 50% de la population?
    N’en déplaise à ces messieurs, plus les femmes seront nombreuses, moins cela posera de problèmes.

    • Sam dit :

      Personne ne parle de refuser l’entrée de femmes dans l’armée. Nous critiquons le principe absurde de les propulser arbitrairement aux postes à responsabilité.

  28. Électeur dit :

    La féminisation, oui pourquoi pas ?
    Mais ce qui ne serait pas acceptable, ce serait qu’elle se fasse au prix d’une « discrimination positive ».
    Or c’est ce que veut Madame le ministre lorsqu’elle fixe un quota. La discrimination, même qualifiée de positive reste de la discrimination.
    .
    Quelques-uns en ont déjà parlé sur ce blog lorsque le Président voulait que 50% des nominations pour la Légion d’honneur fussent des femmes.
    Dans l’Ordre de la Légion d’honneur, le seul critère acceptable est le mérite et non le sexe.
    Pour l’avancement dans les armées, le seul critère acceptable est l’aptitude au grade et non le sexe.

  29. PK dit :

    « La Marine nationale s’est donné comme objectif d’atteindre un taux de féminisation de 15% ».
    .
    Quelle superbe objectif militaire ! avec un peu de chance, on pourra décerner à l’heureux amiral une médaille pour devoir accompli.

    • Vince dit :

      Faudrait que la Marine nationale nous dise ce qu’elle s’était donné comme objectif en 1870. Pis en 1914. Pis en 1940 aussi. Ah si en 1940, objectif saborder sa flotte au 3/4 avant la fin du conflit. Mission accomplished.

      • Sam dit :

        J’allais répondre dans le même esprit : pour une fois que notre Marine s’est donnée un objectif qu’elle pourrait atteindre …

  30. 341CGH dit :

    Cette idéologie égalitariste à outrance va amener l’inverse du résultat recherché : les femmes vont se détourner d’une carrière où elles pourront être soupçonnées (et se soupçonner elles-mêmes) de bénéficier de favoritisme. Ce n’est bon pour le moral de personne ni pour la cohésion.

  31. Bravo-Charlie dit :

    Dunkerque, Diên Biên Phu, etc etc

    • Robert dit :

      Bravo,
      Les convoyeurs de l’air, dont Geneviève de Galard, on été hautement utiles à l’égale des combattants les plus valeureux.
      Ce n’est pas une affaire de sexe, mais de nature.
      Pourquoi veut-on imposer des femmes en contrariant leur nature, et partant celle des hommes puisque la cohabitation au combat entre hommes et femmes entrante certains comportements ?
      Et qu’on ne vienne pas me parler de contrôle de soi des hommes, j’en suis un farouche pratiquant depuis des décennies, mais ile ne me semblait pas que dernièrement cette chasteté aie été tellement promue par notre société. Aussi, si le recrutement est à l’image de la société, je doute que certaines difficultés ne se rencontrent assez vite, en bas comme en haut de l’échelle.
      J’ai toujours pensé que le « progressisme sociétal » méprisait les personnes qu’il prétendait libérer et le bien commun et la réalité semble confirmer cette intuition tous les jours.
      Des femmes comme Caroline Aigle ont accomplies jusqu’à l’héroïsme leur vocation et leur passion. Pour beaucoup d’autres, cela risque d’être plus délicat, entre revanche personnelle à prendre, affirmation de soi et naïveté.

  32. Forban78 dit :

    Après les décos à la parité exacte pour les civils, on se dirige à marche forcée vers les responsabilités à périmètre réservé… Imposer de cette manière la femme jusque dans les plus hautes sphères de la hiérarchie rappelle étrangement un « Je suis votre chef. Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir et je n’ai à cet égard besoin de nulle pression et de nul commentaire »… qui met mal à l’aise… les femmes dans les armées n’ont nullement besoin de cette mauvaise pub faussement protectrice et « revancharde »…

  33. melchior12 dit :

    Je cite la ministre: « …sous l’uniforme, il n’y plus de femmes, plus d’hommes, il n’y a que des militaires ». Comment peut-on alors imposer un quota de 10% de femmes ? Le sexe féminin n’est plus un sexe ? Elle nous dit que d’un coté il n’y a pas de sexe et de l’autre qu’il faut 10% de l’un des sexe, le tout dans la même phrase ? Trop fort. Je n’ai fais ni l’ENA ni Saint-Cyr, là faut vraiment que quelqu’un m’explique. Ils nous prennent vraiment pour des idiots c’est pas possible…
    Sinon, personne ne sait faire une rêgle de trois au ministère ? Zont pas fait de « math et matiques » les conseillers ? Si j’ai X femmes dans chaque promo de grande école militaire et que dans chaque promo je sais que j’ai Y élèves potentiellement généralisables, combien me faut-il de femmes dans une promo pour avoir 10% de généraux (amiraux) de sexe féminin dans l’année A+30 ? Vous avez …3min !

  34. Melchior dit :

    Je cite la ministre: « …sous l’uniforme, il n’y plus de femmes, plus d’hommes, il n’y a que des militaires ». Comment peut-on alors imposer un quota de 10% de femmes ? Le sexe féminin n’est plus un sexe ? Elle nous dit que d’un coté il n’y a pas de sexe et de l’autre qu’il faut 10% de l’un des sexe, le tout dans la même phrase ? Trop fort. Je n’ai fais ni l’ENA ni Saint-Cyr, là faut vraiment que quelqu’un m’explique. Ils nous prennent vraiment pour des idiots c’est pas possible…
    Sinon, personne ne sait faire une rêgle de trois au ministère ? Zont pas fait de « math et matiques » les conseillers ? Si j’ai X femmes dans chaque promo de grande école militaire et que dans chaque promo je sais que j’ai Y élèves potentiellement généralisables, combien me faut-il de femmes dans une promo pour avoir 10% de généraux (amiraux) de sexe féminin dans l’année A+30 ? Vous avez …3min !

  35. Jacques999 dit :

    Les quotas ce n’est pas très bon pour la cohésion et l’esprit déquipe. Je rejoins une des réactions, si on a 5% des Colonel femmes, on doit trouver logiquement 5% de femmes général x années plus tard. Elles ont autant de mérite, pas de débat. Fausser la statistique, je ne partage pas.
    Autre point, les critères de sélection par emploi doivent être identiques ; et les missions/affectations non discriminantes par sexe.
    Enfin l’encadrement a la responsabilité de réprimer toute attitude machiste ou féministe ; et lutter pour un traitement identique. Sur cette base, on peut installer mixité, respect et égalite de chance.
    Mais un ministre a un objectif à 4 ans de résultats, c’est court. Et de toute façon il peut toujours se défausser sur les freins que posent les méchants hommes pour les femmes.

  36. personne dit :

    Que chacune ou chacun trouve la voie qui est la sienne au sein des armées, y compris au plus haut niveau, grâce à ses capacités et seulement grâce à elles. Sans entrave, quota ou discrimination. Quelque chose me dit que ce n’est pas gagné, d’où la sortie de la Ministre sur le sujet…

  37. Castel dit :

    Pour moi, il me semble que la seule  » discrimination positive  » à l’égard des femmes, surtout au niveau des officiers généraux, ne devrait s’appliquer qu’en cas de compétences équivalentes, car en cas de conflit, nous avons besoin des meilleurs éléments, pour diriger l’armée…..point barre !!

  38. Lafaux dit :

    « Marine nationale s’est donné comme objectif d’atteindre un taux de féminisation de 15% » offiellement il n’y aurait pas d’objectif de féminisation
    « c’est au niveau de l’égalité professionnelle » traduction loi et recommandation et adpatation et disposistif sexué féminin pour augmenter le nombre et pourcentage de femme dans un domaine éducatif comme professionnelle avec des quotas de recrutement, de nomination, de formations dans chaque poste, métier, filière professionnelle.Ces dispositifs sont sanctuarisés avec un arsenal législatif et des réseaux et association de femmes comme l’association « Avec les femmes de la défense ». Ces normes s’appliquent dans le civil.
    « que sous l’uniforme, il n’y plus de femmes, plus d’hommes, il n’y a que des militaires » quand ont ét adepte de quota et faire toute une série d’adaptation pour augmenter le nombre de femme il faut être gonfler.
    Pour l’armée de terre comme les autres armées une politique plus « neutre » armée de terre sous les 5 % comme les autres armées les pourcentages serait en dessous des taux actuelles. L’armée fait partie des cibles à féminiser bastion masculin comme les ingénieurs, le numérique, l’informatique, … .On appelle cela la discrimination positive il y a du positif et du négatif dans discrimination a quel sexe et la catégorie devinette ?

  39. olivier dit :

    Ce n’est pas Kadhafi qui avait trouvé une solution très personnelle avec ses Amazones ! lol

  40. Robinson dit :

    Comme de décréter qu’à 3 ans, 50% des chirurgiens hospitaliers doivent être des femmes, ou 50% des chauffeurs routiers…. c’est du sexisme négatif.

  41. Sgt morales dit :

    Ce qui peut se traduire par: »à compétence égale,compte tenu de la faiblessse de la ressource ,on nommera une femme ».

  42. HENRY dit :

    Je propose que le gouvernement impose, au moyen de Parcourssup, à 10 pour cent des jeunes filles de devenir militaires. Il leur sera interdit de quitter l’Armée tant qu’elles n’auront pas été promues au grade de Général.

    Objection ?

  43. Alexei Zaysen dit :

    Ne vous plaignez pas, la france est toujours en retard sur les US, là bas ils en sont déjà au tour de la caserne en talon haut, pour « sensibiliser aux violences sexuelles », autant dire qu’on se pisse dessus de rire sur ce que devient l’occident et sa « modernité » 😀

    https://www.washingtontimes.com/news/2015/apr/21/army-rotc-program-allegedly-pushed-men-wear-high-h/
    https://www.army.mil/article/124146/high_heels_event_elevates_awareness_for_sexual_violence