La Malaisie a des problèmes pour faire voler ses avions de combat Su-30 MKM livrés par la Russie

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

49 contributions

  1. oeilouvert dit :

    Pauvre Malaisie, après des « problematique russes » sur sa flotte aérienne civile, voilà la flotte militaire qui se frotte à l’incompétence générale de ce pays.

  2. farsight dit :

    Alors là, c’est spécial. Tout se que j’ai envie de dire . Les russes ont arnaque la Malaisie . Oui il est moins cher a l’achat, mais devoir le réparer dans 10 ans par usine russe obligatoirement ! C’est des génies de l’arnaque les russes bien jouer d’avoir arnaquer la Malaisie . Ce n’est même pas la faute de l’avion ou d’une mauvaise conception ou caractéristiques de l’avion .non! C’est fait volontairement pour forcer le client a revenir et a repayez pour la maintenance. Du génie! Tout ça pour avoir plus d’argent . Magnifique troll et arnaque, je suis presque mort de rire !

    • Eowya dit :

      C’est pas des pro de la stratégie. Ok a court terme, ils auront peut être du financement, mais ils vont braquer le pays client, et potentiellement attirer la méfiance d’autres pays. Du coup, cela compliquera les ventes a long terme pour la Russie !

    • wagdoox dit :

      il y a de ca mais pas que, les avions russes sont fait pour être « perdable » durant un conflit, rapidement réparer ou remplacer. La durée de vie d’un avion dans une bataille de haute intensité est de moins de 5 minutes après contact, donc autant faire des avions peut etre et presque jetable.
      Ensuite une grande visite n’a rien d’exceptionnelle, le probleme c’est de faire repartir les avions en Russie. Et là c’est autant une politique commerciale que le fait que c’est avion soit peut modulaire et donc difficilement réparable loin des usines, dès que les organes profonds sont touchés.

      • Polymères dit :

        Les avions russes sont fait pour être perdable? Vous parlez là d’une autre époque. Aucunement les avions russes aujourd’hui sont des produits simples disponibles en grande quantité et qu’ils pourraient produire en masse.
        Comme chez nous, leurs avions coûtent dans les dizaines de millions, ils sont complexes, ils nécessitent une maintenance lourde (faut arrêter avec le culte du matériel russe « facilement réparable ») et de plus en plus lourde, ils ne vont pas en sortir 200 chaque mois de leur usine, ils n’ont donc rien de « jetables » et ils sont chez eux aussi de plus en plus une denrée rare et précieuse, car quand on regarde le renouvellement aérien russe, ben les quantités renouvelées diminuent sans arrêt, ils ne peuvent pas s’acheter des Su-35 en même quantité qu’ils achetaient des Mig-29 il y a 40 ans.
        Les russes n’ont pas chez eux, comme dans leurs ventes à l’export, la culture du SAV, pour eux c’est on produit un matériel, on le donne aux armées et ces dernières se démerdent avec, dans une certaine autonomie. Avec les énormes stocks de l’URSS, la maintenance russe c’était de déshabiller Pierre pour habiller Paul, c’était de la cannibalisation et les renouvellements par du neuf, trop coûteux, se faisait attendre et on a donc privilégier des remises en état pour durer avec l’ancien, mais des remises en état de matériels qui ont été bien souvent presque à l’abandon sur des parkings ici ou là, qui étaient et sont pour beaucoup HS (par manque de pièces ou autres. Il manque à la Russie ce cordon des approvisionnements et du soutien, ils l’avaient peut-être durant les grosses productions de la guerre froide, ils le retrouvent peut-être de plus en plus, mais clairement après l’URSS, l’armée russe s’est regardée le nombril, délaissant totalement ses industriels pour soutenir ses matériels, tout passait (y compris pour l’export) par le marché de l’occasion des énormes stocks de l’ex URSS. Ainsi s’il fallait une pièce de rechange pour un avion en Inde, on allait passer un contrat avec l’Ukraine, la Russie, la Biélorussie ou d’autres, mais ce n’était pas un contrat pour un industriel, mais bien pour l’état, ou on ordonnait de démonter sur un avion ce qu’il fallait.
        Cette mauvaise habitude a complètement cassé la logique du soutien et de l’après vente et même des capacités de renouvellement, car les russes qui n’investissaient plus, ça finissait par creuser un écart technologique avec les occidentaux. L’Inde par exemple, qui finança des acquisitions (les russes peuvent leur dire merci) pour les T-90, Su-30, ben ils ont intégrés plusieurs équipementiers occidentaux ou israéliens afin de moderniser ces matériels qui étaient par la suite vendus dans d’autres pays mais également achetés par les russes.
        Ce n’est qu’après 2008 que les russes ont recommencés par financer leurs industriels pour avoir des produits et des équipements 100% russe (sans pour autant égalé la qualité occidental, il suffit de voir la caméra thermique d’un Mi-28 en Syrie par rapport aux caméras que nous avons chez nous pour s’en convaincre). Mais le poids du passé persistent et il est difficile pour les russes de changer de modèles, difficile de créer un nouveau char sans qu’il n’y ait derrière des stocks de véhicules sur lesquels on peut se servir pour l’entretien. Car au delà de construire le char, c’est toute la chaîne de soutien qu’il faut créer, ce sont des compétences nouvelles à acquérir pour les équipes de maintenances et ça coûte très cher, ce n’est pas juste l’achat qui compte.
        L’Inde a des problèmes avec ses Su-30, la Malaisie à des problèmes, les autres qui en disposent, si nous n’avons pas d’infos, cela veut-il dire que tout va bien? Qui avant cet article pensait ou disait que les Su-30 malaisiens ont des problèmes? Tout comme la société Mig, qui sincèrement est loin très loin de ce qu’elle était par le passé, on se souvient des avions vendus à l’Algérie, refusés et remplacés par des Su-30. Ces Mig-29 sont allés en Russie, car ils étaient problématiques, mais si la Russie ne dit rien, ça ne veut pas dire que ça va bien, c’est juste que chez eux comme dans d’autres pays, on garde secret les problèmes et ne faisons pas comme si ce manque de savoir serait le signe qu’il n’y a pas de problèmes. Car quand on regarde le Mig-29k, version embarqué de l’avion, ben là aussi, l’Inde, financier du projet, s’en plaint, la Russie qui l’acheta également, n’en disant rien, mais en perdant un (sur les 4 embarqués) au large de la Syrie, aucun méaculpa, de toute façon chez eux, leurs armements sont les meilleurs et ils n’ont pas de problèmes, voilà leur communication. On attend encore le Mig-35, qu’on dit « imminent » depuis 10 ans!
        Il faut bien remettre en question ce qu’on peut appeler une « légende urbaine », celle ou les armements soviétiques et russes seraient simples, qui ne connaissent peu ou pas de problèmes, que les problèmes sont simples à résoudre et que face à cela, nous en occident on aurait tout l’inverse. Non, les matériels russes qui sortent ou qu’ils veulent faire sont loin d’être simple, peu coûteux, peu complexe, au contraire ils veulent faire même plus complexe que nous mais avec la mauvaise idée de croire que maintenir ces nouvelles armes se fera au même prix et dans les mêmes conditions (cannibalisation possible car stocks importants…) que les anciens. Et si les russes, ne le remarquent pas quand ces nouveautés sortent d’usines, ils vont vite le remarquer dans 10-15 ans.

      • Alain d dit :

        Et si demain il y a un clash entre la Chine et ses voisins, comme la Malaisie?
        Pensez vous que la Russie saura résister à une demande de la Chine de ne plus livrer de pièces détachées ou de ne plus réparer les avions de la Malaisie ?
        La Malaisie compte peu dans l’économie russe, donc la question est justifiée et le doute est permis !

  3. Hamster jovial de Gotlib dit :

    Les Malaisiens n’ont pas réussi à lire le mode d’emploi en russe : ils n’ont pas compris qu’il faut un pilote dans chaque avion et pas seulement un pilote pour tous les avions. Le malheureux parvient à en faire voler quatre, c’est déjà bien.

  4. Ltikf dit :

    Malaise dans les Forces aériennes…

  5. Meiji dit :

    Pour un pays comme la Malaisie, le Grippen ou F16 n’est pas plus adapté que les F18 ou que ces SU-30 cloués au sol?

    • wagdoox dit :

      il y a clairement une volonté d’avoir des biréacteurs.

    • Julien dit :

      C’est un pays en deux parties, l’une est très peu peuplée,peu de pistes, et elles sont assez distantes l’une de l’autre, il leur faut un zinc avec de l’allonge, ce qui déssert le Gripen.

    • MD dit :

      Le Grippen ou le F-16 mieux adapté pour la Malaisie? Non, absolument pas du tout. Ses pilotes ne se sentent pas à l’aise du tout, et à juste titre, lorsqu’ils doivent effectuer des longs trajets au dessus des espaces maritimes de leur pays, ou lorsqu’ils doivent rejoindre d’autres pays sur des monomoteurs . Ils l’ont clairement dit, et leurs responsables politiques les ont bien entendus sur ce point. Leurs impressions sur le Su-30 – qu’ils acquis plus ou mieux sur les conseils des Indiens – sont très mitigés. Ils en apprécient la maniabilité, les performances mais ils en ont aussi à présent une bonne connaissance de ses inconvénients. Ils sont au contraire très satisfaits du F-18. Et ils ont très fortement déçus que leurs responsables aient manqué l’occasion d’en acquérir d’autres d’autres, d’occasion.

      • Carin dit :

        À MD
        S’il est vrai que le grippen n’a pas l’allonge nécessaire pour les grandes étendues maritimes de ce pays, il est faux de croire que le SU 30 est plus sûr… en effet ses deux moteurs ne sont pas en ligne et si l’un tombe en panne, l’autre ne pourra peut-être pas ramener l’appareil!!!

  6. Dimitri dit :

    C’est pour cela que sur un sujet aussi sensible que l’armement, la totale souveraineté ( conception, construction, maintenance) est une obligation même si celà coûte parfois plus chère. Le gain sur le long terme est plus important, surtout pour des puissances militaire qui se veulent  » de classe mondiale « . Les acquéreurs du F-35 vont l’apprendre dans les années à venir.

    • Alekc971 dit :

      Rares sont les pays qui ont les ressources mais surtout les compétences et le savoir faire: un avion de chasse est constitué approximativement de 80% de technologies de pointe (motorisation, avionique, matériaux, etc).

  7. Carin dit :

    Si l’on suit l’actu des pays opérants ce SU30, il semblerait qu’il laisse un arrière goût doux/amer.. la Russie elle-même n’en opère pas tant que cela!!!
    Il me semble d’ailleurs que c’est un SU30 qui a été perdu en Méditerranée tout de suite après son décollage, emportant avec lui deux pilotes, qui ont semble t’il conduit volontairement leur oiseau vers la mer pour ne pas occasionner de dégâts en ville.. merci à eux.

  8. Nike dit :

    Et oui quand on achète du matos aux Russes on se tape le SAV qui va avec.
    C’est pas écrit dans le contrat, mais comme on dit c’est « tacite ».
    J’espère que les Malaisiens ont eu accès à un manuel de maintenance suffisament détaillé.
    Parceque côté manuel d’utilisation des batteries de DCA Russe ça laisse à désirer, et les Malaisiens en savent quelque chose.

    • MD dit :

      Accès à un manuel de maintenance suffisamment détaillé ? Où avez vous trouvé cette information ? Cela fait depuis plus de deux ans que la presse malaisienne a évoqué les problèmes que leurs aviateurs rencontrent avec leurs avions russes, et surtout ces Su-30 encore neufs. Elle constate qu’il se trouve qu’au contraire les Russes ont omis de signaler à leurs clients que leurs avions auraient besoin à mi-vie d’une révision générale qui ne pourrait être menée ni en Malaisie, ni en Inde , mais uniquement auprès d’établissements agréés situés en Russie et pas ailleurs . Et que les frais d’acheminement de tous les appareils – exorbitants pour un si petit pays – seraient uniquement à la charge du client. une telle omission est trop grosse pour pouvoir être considérée comme une clause  »tacite », d’autant plus que la nécessité d’une telle révision générale uniquement dans une entreprise russe semble de pas concerner les avions Mi–29, qui sont pourtant des avions russes eux aussi ( mais beaucoup moins complexes, il est vrai) .
      Les Malaisiens , jusqu’alors, étaient persuadés que leurs entreprises locales et leurs partenaires auraient été capables d’effectuer toutes les opérations de maintenance nécessaires en n’ayant besoin besoin de l’aide russe que très ponctuellement . Ils reprochent donc aux Russes:
      1) de leur avoir caché des informations cruciales
      2) d’avoir agi de manière très incorrecte à leur égard, et ceci alors qu’aucune autre firme occidentale ne s’est jamais comportée ainsi avec eux. Jamais une firme britannique, française ou américaine ne leur auraient parlé de faits  »tacites  » cachés dans un contrat ou écrit en caractères minuscules et mal traduits.
      Au delà de la politesse et la retenue typique des habitants de ce pays , et de ce qui s’y écrit, il faut bien comprendre qu’ils sont tout simplement furieux et outrés par le comportement des Russes de chez Sukhoï . Et ils ont bien l’impressionne ceux-ci se comportés avec eux ni plus ni moins que s’ils n’avaient été qu’une bande de singes.

  9. Le Breton dit :

    Quel malaise…

  10. Frédéric dit :

    En HS : https://www.interfax.ru/russia/629864
    Un MiG-31 s’est écrasé dans la région de Nijni-Novgorod. Le ministère de la Défense a indiqué que la cause de l’accident était un dysfonctionnement technique, les pilotes sont en vie. Le MiG-31 a effectué un vol d’entraînement sans munition dans la zone de l’aéroport. A bord il y a une situation d’urgence, l’équipage a décidé d’éjecter dans un endroit désert sans causer de dégât au sol.

  11. ScopeWizard dit :

    C’ est pas un peu le boxon , là ?

  12. eric dit :

    qu’il achéte une usine de maintenance su 30 pour maintenir lors avions en vol.
    les chinois et algeriens on aucun probléme de maintenance avec leur su 30.
    pour les russe du moment que tu pays il te livre tout et sa sert a riens acheter des avions si on pense pas a la maintenance.

    • Hannibal dit :

      @ eric
      Enfin un avis impartial.
      Si l’on prend le temps de lire et de comprendre l’article, on peut noter que :
      1 « puisque les demandes budgétaires exprimées par la RMAF n’ont jamais été satisfaites », il y a donc aussi un problème de financement de la MCO, comme dans beaucoup de pays y compris chez nous d’ailleurs (confer taux de dispo des matériels de nos armées)
      2 pour les Indiens, il faut relever « en raison du manque de pièces de rechange et de la non-disponibilité des installations de réparation adéquates. » En gros même causes, mêmes effets
      C’est affligeant de voir les nombreux contributeurs qui se ruent sur leur clavier sans avoir digéré (intellectuellement parlant) les articles mis en ligne. Russophobes d’un côté, américanophobes de l’autre, c’est toujours la même rengaine.

    • MD dit :

      Depuis que les Algériens , en mai 2009, ont refusé d’accepter tout un lot de Mig-29 défectueux, les Russes ont réalisé qu’ils ne devaient plus continuer à les prendre pour des c..s , et en tout cas, chez Soukhoï comme chez Mikoyan , on a très bien compris la leçon .

      En ce qui concernent les Chinois, ce sont eux qui sont à l’origine de la version Su-30 MKK que Soukhoï avait étudié spécialement pour eux et suivant les spécifications . Cela représentait une grosse commande de la part des Chinois . Les Russes auraient commis une faute commerciale grave en se les mettant sur le dos. Comme pour cette fois là les Chinois avaient commandé plusieurs appareils, le risque q’ils se livrent à des opérations d’ingénierie inverse comme ils savent si bien le faire était bien moindre que pour d’autres matériels qu’ils ont copiés . De toute façon, les Chinois ont une industrie qui serait en mesure à présent de se substituer aux entreprises russes pour un bon nombre de pièces. Autrement dit, la Chine est un morceau trop gros pour être pris un jour en otage par Soukhoï ou/et le gouvernement russe.

      Quant à ce Su-30MKK, comme il équipe aussi les forces aériennes malaysiennes , vietnamiennes, vénézuéliennes et ougandaises, il serait dans les années à venir très intéressant de suivre l’évolution de cet appareil au moins dans les armées vietnamienne et surtout ougandaise. Ne parlons tout de même pas des Su-30MKK de l’armée  »bolivienne » si chère au cœur de notre grand et sublime Mélenchon. Car tout le monde sera sans doute d’accord ici pour estimer qu’ils constituent, comme lui, un cas vraiment à part.

  13. Waroch dit :

    Dommage pour ce magnifique oiseau, mais rien de bien nouveau quant au suivi « à la russe » des matériels vendus.

    L’Inde connaît également de gros soucis de maintenance sur cette machine; en complément de ce qui est mentionné dans l’article:
    https://www.defensenews.com/air/2017/03/22/india-s-sukhoi-fleet-faces-problems-despite-russian-spare-parts-deal/

    • MD dit :

      C’est pour cela que la possibilité que la Malaisie cède aux Indiens ses 10 Mig-29 retirés du service en 2017 et encore plus au moins en bon état, en échange de la fourniture de pièces de rechange pour les Su-30 malais, pourrait bien devenir une autre belle arnaque pour les Malais. Ces Mig-29 intéressent très fortement les Indiens , même si ceux-ci ne sont pas équipés comme les leurs. Mais Indiens ne pourront fournir qu’une partie des pièces des SU-30 malais , puisqu’il est connu qu’ils éprouvent des difficultés pour en obtenir d’autres.

  14. Fyd dit :

    Nous aussi nous avons des GV effectuées uniquement par le constructeur. Il n’y a rien de surprenant.

    • Nenel dit :

      Plus de grande visite avec le Rafale…. 😉

    • Matt dit :

      La différence, c’est qu’en ce qui nous concerne l’industriel est chez nous, ce qui simplifie grandement les contraintes de transport…

  15. petitjean dit :

    Donc ils achètent du matos sans parfaitement border le dossier maintenance ??!
    Ce qui est aussi important que l’achat du matos !
    où sont les compétences dans ce pauvre pays ?……

  16. Tremah dit :

    Il faut savoir ce qu’on veut. Se payer une indépendance stratégique des USA et des pays occidentaux, ça implique des coûts que les Russes font évidemment payer. La Malaisie trouve aussi que le Rafale est « beaucoup trop cher ».
    A un moment on ne peut pas tout obtenir, un avion moderne, un bimoteur, la technologie de pointe, la garantie sécuritaire, la maintenance, les offsets, le tout au rabais. Loin de moi l’idée de vouloir défendre l’industrie militaire russe (dont les points forts et faibles sont bien connus, notamment en terme de maintenance des matériels) mais certains pays ont un niveau d’exigence irréaliste par rapport à leur capacité financière. La concurrence entre puissances peur jouer à leur profit mais jusqu’à un certain point.

    Il leur reste la solution pour laquelle ont opté les Chinois ou les Iraniens en développant des appareils domestiques basés sur des avions russes ou occidentaux technologiquement déclassés.

  17. igor340 dit :

    Certains industriels de la Défense français connaissent trés bien les 2 pays cités dans cet article : Faiblesse des budget de maintenance, et incapacité à extraire de leur propre industrie des partenaires locaux de rang 1… les amènent systématiquement à déplorer la difficile maintenabilité de leurs achats sur place…Si les Russes subissent aujourd’hui les critiques, tout de même justifiées sur leur gamme MK, attendons nous à ce Dassault commencent à se faire tirer les oreilles quelques années (??!!) après la livraison des appareils en Inde… Espérons de plus que les indiens respecteront ce qu’ils ont prévu, à savoir les positionner dans les bases aériennes du Sud, où les conditions climatiques sont les moins sévères, cela nous laissera un peu de répit…… car dans le nord face à la CHINE et au PAKISTAN, seuls les actuels MIGs et SUKHOÏs de leur armée de l’air font tous temps toutes conditions le boulot, à des prix raisonnables pour l’Inde. Toujours le même compromis scabreux entre la techno, et le prix qu’on peut se permettre d’y mettre…..

  18. Algérien concerné dit :

    Vivement que l’Algérie achète des rafales !! Marre de la daube russe

    • Anonymous dit :

      La daube russe ? Il n’y a eu aucun problème sur les su30 algériens aux dernières nouvelles. Et puis je ne vois pas l’intérêt pour les algériens d’acheter un avion de chasse à 150 millions de dollars l’unité quant l’équivalent russe remplit toutes les taches militaires algériennes pour seulement 50 millions de dollars.

  19. MD dit :

    Beaucoup de commentaires ici se montrent très sarcastiques envers cette pauvre force aéronautique malaise. C’est l’inconvénient pour elle d’appartenir à un pays pays aux ressources très limitées et en butte à un tas d problèmes divers. Et d’avoir des voisins par forcément cordiaux. Dans ce cas , ce pays est bien obligé de faire de son mieux, et de chercher un ami ou allié bien disposé à son égard. Alors avant de jeter des pierres sur ses responsables politiques et militaires, il faut comprendre que ces derniers ont essayé de se montrer les plus sérieux et les plus pertinents dans leurs choix. À l’époque où ils avaient fait leur choix pour le Su-30, plusieurs faits ont penché dans la balance en faveur de cet avion:
    1) c’est un avion produit par un grand pays , par un industriel réputé, et un avion militaire produit en grande série, équipent les forces aériennes russes et d’autres pays
    2) les performances prouvées de cet appareil et le fait qu’il correspondait aux besoins locaux ( en mettant de côté les limitations posées par les armes russes auxquels les Malais ont préféré en définitive d’en acquérir que certains types) .
    3) son prix très attractif
    mais surtout
    4) l’exemple du puissant voisin et conseiller indien dont il ne faut surtout pas négliger l’influence auprès des aviateurs malais.
    Donc si les Malais ont à présent l’impression d’avoir été bien roulés dans la farine , ils l’ont été parce que les Indiens l’ont été eux aussi. C’est un peu ce qui commence à se dire en Malaisie. Non sans gêne d’ailleurs, car on n’y a pas trop envie de manquer de politesse et d’égards pour les amis indiens. Pour autant, il ne pas surtout dénier aux Malais de l’intelligence et de la finesse d’esprit. C’est ce que la suite de cette affaire pourrait bien montrer.

    • B.M. dit :

      Ressources très limitées ? 12ème pays producteur de gaz naturel, 27ème pays producteur de pétrole, 1er pays producteur d’huile de palme (50% de la production mondiale), 3ème pays producteur de caoutchouc naturel, 5ème pays producteur de cacao, etc. C’est en plus un pays doté d’infrastructures remarquables avec une industrie relativement développée et un secteur tertiaire beaucoup plus important que chez ses voisins (bases asiatiques des ingénieries pétrolières occidentales notamment). C’est donc un pays qui a des moyens avec un PIB comparables à la république Tchèque ou à la Hongrie.
      Petite remarque au passage, les habitants de la Malaisie sont les Malaisiens et non pas les Malais qui sont les membres de l’ethnie Malaise qui ne représente que 60 % de la population de la Malaisie et qu’on rencontre sur une partie de la Thaïlande, en Indonésie et à Singapour.
      Pour le reste je partage votre point de vue sur le sujet.

    • igor340 dit :

      Merci MD pour votre commentaire avisé de la chose malaise tout autant que de l’influence indienne. Connaissant l’indéniable puissance politique de l’EM de l’armée de l’air indienne dans son propre pays, je découvre le tropisme de beaucoup de forces aériennes à prêter une attention particulière à ses choix techniques ; Cette influence toute particulière dépasse de loin leur zone d’influence régionale ; Les russes ne sont pas les seuls à l’avoir assimilé. Pour autant, sous estimer les Malais matérialise effectivement une méconnaissance flagrante de ce peuple, de sa culture, de son génie propre.

  20. olivier dit :

    Pas de corruption en Russie, pas d’opacité institutionnelle et de financement politique, mafieux et militaire via des opérations extérieures louches ! Les contre-pouvoirs veillent !